Kingsman remplace James Bond

Posté par vincy, le 24 septembre 2018

A peine James Bond a-t-il été décalé du 8 novembre 2019 au 14 février 2020, qu'un autre espion britannique a pris sa place dans le calendrier. Kingsman sera de retour pour une troisième aventure le 8 novembre 2019 dans les salles de cinéma.

La nature a horreur du vide. La Fox profite ainsi du créneau laissé libre pour l'occuper. Ce Kingsman, aura en concurrence un film d'animation (Sonic) et un film d'action et d'aventure (Midway, de Roland Emmerich), une semaine après la sortie de Wonder Woman 1984. Le mois de novembre 2019 annonce aussi quelques poids lourds: un nouveau Terminator, un film Marvel pour la Fox (qui détient les droits des X-Men et des 4 fantastiques) et la suite de la Reine des neiges.

Matthew Vaughn réalisera une nouvelle fois ce nouvel épisode d'une franchise qui s'avère lucrative. Chacun des Kingsman a rapporté 400M$ dans le monde, le premier en 2015, le deuxième en 2017.

En revanche, si le tournage doit débuter prochainement pour qu'il soit prêt dans un an, aucun acteur n'a été confirmé, même si on voit mal la série continuer sans Taron Egerton. mais quid de Colin Firth, Channing Tatum ou Halle Berry. A priori tout le monde est disponible pour un tournage cet hiver.

Le réalisateur de « True Detective » aux commandes du 25e James Bond

Posté par vincy, le 20 septembre 2018

Il est sorti du chapeau des producteurs de la franchise James Bond. Alors que de nombreux noms circulaient depuis le retrait de Danny Boyle du projet, pour "divergences artistiques", Barbara Broccoli et Michael G. Wilson ont choisi un cinéaste sans doute un peu plus docile.

Cary Joji Fukunaga réalisera donc le 25e épisode de la franchise, avec toujours (et sans doute pour la dernière fois) Daniel Craig dans le rôle de 007. C'est la première fois que le réalisateur d'un James Bond sera américain.

La conséquence de ce choix tardif est le report du tournage, qui devait commencer au début de l'hiver. La production ne débutera finalement que début mars 2019. Aussi, la sortie, programmée pour l'automne 2019 est décalée au 14 février 2020.

Cary Fukunaga, 41 ans, a été révélé en filmant les 8 épisodes de la première saison de True Detective, pour laquelle il a reçu un Emmy Award de la meilleure réalisation. Il vient d'achever la réalisation ds 10 épisodes d'une autre série, Maniac, pour Netflix. Côté long métrage, il a réalisé plusieurs films notables: Sin nombre en 2009, prix du meilleur réalisateur à Sundance et prix spécial du jury à Deauville, Jane Eyre en 2011, avec Mia Wasikowska et Michael Fassbender, Beasts of No Nation en 2015, avec Idris Elba, en compétition à Venise. Il prévoyait de réaliser prochainement The American, biopic sur Leonard Bernstein avec Jake Gyllenhaal.

Une série issue de l’univers Jason Bourne

Posté par vincy, le 20 août 2018

Depuis le troisième épisode de la franchise Jason Bourne, Universal a toujours eu en tête de décliner l'univers de l'assassin-soldat amnésique créé par Robert Ludlum. Une bible avait été élaborée afin d'étendre la marque. Cela avait permis la production d'un film sans Matt Damon, Jason Bourne : L'héritage avec Jeremy Renner. Une nouvelle étape vient d'être franchie avec le développement d'une série pour USA Network, Treadstone.

Treadstone, on le rappelle est l'un des projets de la CIA pour constituer une armée d'agents spéciaux, des tueurs d'élite dont le cerveau est lavé et leur détermination à tuer sans failles. On découvre au fil des épisodes que d'autres opérations toutes aussi opaques et peu déontologiques ont été lancées par l'agence d'espionnage américaine, comme Blackbriar, Outcome et LARX.

La première saison suivra une myriade d'agentes dormantes autour de la planète, qui sont mystérieusement remis en service pour se lancer dans des missions fatales. La production, assurée par Universal Cable, débutera en 2019. L'écriture a été confiée à Tim Kring (créateur des séries Strange World, Heroes et Touch) et le pilote sera réalisé par Ramin Bahrani (99 homes, Fahrenheit 451).

La franchise a rapporté 1,6 milliard de dollars dans le monde. Si Universal rêve toujours d'un sixième film, Matt Damon a confié qu'il ne reprendrait sans doute pas du service, considérant que le public allait se lasser de son personnage.

Kristen Stewart sera l’une des Drôles de Dames et Bosley sera une femme

Posté par vincy, le 27 juillet 2018

C'est sûrement la plus grosse surprise de ce reboot annoncé par Sony de la franchise Drôles de Dames (Charlie's Angels). La star de Twilight, césarisée et récente membre du jury à Cannes, Kristen Stewart sera l'une des détectives privées punchy du nouveau film. Autre surprise, Elizabeth Banks (Pitch Perfect, Hunger Games), la réalisatrice et co-scénariste de ce reboot, incarnera Bosley, habituellement joué de manière assez paternaliste par un homme.

Outre Stewart, Banks a choisi Naomi Scott (qui sera Jasmine dans Aladdin) et Ella Balinska (A Modern Tale) pour compléter le trio.

Le film est prévu sur les écrans pour le 27 septembre 2019. Il s'agira de faire évoluer l'intrigue. L'agence Townsend, géré par le mystérieux Charlie, est devenue mondiale et fournit des tas de services, de l'espionnage à la sécurité. Le nouveau trio ne sera qu'une des équipes de l'agence, parmi d'autres.

La série Charlie's Angels (1976-1981) a connu plusieurs castings au cours de ses 116 épisodes. 6 comédiennes ont été enrôlées par Charlie, mais une seule a été de tous les épisodes, Jaclyn Smith. Une première adaptation au cinéma avec Cameron Diaz, Drew Barrymore et Lucy Liu a cartonné en 2000. La suite en 2003 a également été un succès. Au total les deux épisodes ont rapporté 525M$ de recettes dans le monde.

Gal Gadot ne quitte plus son costume de Wonder Woman

Posté par vincy, le 7 juillet 2018

Après le carton de Wonder Woman (820M$ dans le monde), et les très bonnes critiques qui ont accompagné le blockbuster, Warner Bros a vite décidé de miser sur sa superhéroïne, alors que Marvel prépare pour mars prochain l'arrivée de Captain Marvel (Brie Larson). La suite est déjà en tournage depuis un mois. Wonder Woman 1984 se tourne entre le Royaume Uni, Washington et sa région et les Iles Canaries. Patty Jenkins a repris son rôle de réalisatrice et Gal Gadot redevient Diana Prince aka Wonder Woman.

Cette fois-ci l'histoire se déroule en 1984, en pleine Guerre froide. Le film est calé au 1er novembre 2019 aux Etats-Unis et au 30 octobre 2019 en France. Au casting, on retrouve Chris Pine, l'aviateur qui servait de faire-valoir romantique à l'amazone dans le premier fil. Kristin Wiig et Pedro Pascal (bientôt à l'affiche de Equalizer 2) complètent le générique.

Warner Bros et DC Comics n'entendent pas en rester là. En terme de rentabilité, Wonder Woman a surpris. Le DC Extended Universe (qui n'a que 5 films au compteur pour l'instant) souffre souvent de mauvaises critiques et surtout n'atteint pas les scores faramineux des Marvel. Après avoir renforcé son rôle (surtout dans les campagnes marketing) de Justice League à l'automne dernier, Gal Gadot est prévu pour être dans le premier film sur Flash (2020), avec Ezra Miller, et dans la suite de Justice League.  Wonder Woman est de loin celui qui a récolté le plus de recettes aux USA, devant Batman v Superman, Suicide Squad, Man of Steel et Justice League. On comprend la stratégie de surexploiter le personnage. Le prochain test sera Aquaman (en décembre) puis Shazam! (en avril 2019).

Mais Gal Gadot aura quand même l'occasion de profiter de sa nouvelle notoriété. Elle devrait être la partenaire de Dwayne Johnson dans le thriller de braquage Red Notice, prévu pour une sortie en juin 2020. Elle est aussi en discussion pour être dans le film de guerre de Justin Kurzel, Ruin, et dans de prochain film de Kornel Mundruczo, aux côtés de Bradley Cooper, Deeper.

----
Lire aussi Le carton de Wonder Woman pourrait ouvrir la voie aux super-héroïnes

Cannes 2018 : Cannes en orbite avec « Star Wars »

Posté par wyzman, le 15 mai 2018

Puisque cette 71e édition nous emmène dans les étoiles avec l’avant-première mondiale de Solo: A Star Wars Story, nouvel épisode de l'univers étendu de la saga Star Wars, présenté hors compétition, et la projection de 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick dans une nouvelle copie 70 mm restaurée (sans modification numérique de l'oeuvre de 1968) à Cannes Classics, profitons-en pour un petit tour d’horizon des « Space opéras » qui ont eu les honneurs de la sélection officielle.

Cannes ce n'est à priori pas le lieu où on s'imagine voir un film de vaisseau spatial et de bataille intergalactique, et pourtant certains gros films de science-fiction ont bel et bien décollé depuis la croisette. Retour sur la saga intergalactique la plus célèbre du monde, par ailleurs grande habituée du tapis rouge.

"Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine..." Tandis que Solo : A Star Wars Story sera projeté hors-compétition le mardi 15 mai en avant-première mondiale, un petit rappel de l'histoire qui lie la saga créée par George Lucas et le Festival de Cannes s'impose. Car outre la nécessité d'avoir quelques blockbusters à l'affiche, Star Wars pourrait bien être le miroir inattendu de la politique et de la production cinématographique américaines.

Jeudi 16 mai 2002 | Star Wars : Episode II - L'Attaque des clones

Projeté hors compétition, le deuxième volet des aventures d'Anakin Skywalker permet une révolution sur la Croisette : l'arrivée en grande pompe du numérique. Le film de George Lucas, qui avait présenté son premier film, THX 1138 à la Quinzaine 31 ans plus tôt, est en effet le premier à avoir été entièrement réalisé avec la caméra Sony-24P. Ce qui n'empêche pas cet Episode II d'être tout simplement assassiné par la critique. La cause principale étant bien évidemment le très mauvais jeu de Hayden Christensen (Anakin Skywalker). Il fait ici de son mieux pour être convaincant mais ne parvient jamais à développer une véritable alchimie avec l'interprète de Padmé Amidala, Natalie Portman.

Pour les puristes de la saga (et les festivaliers qui ont vu La Menace fantôme), cette suite est néanmoins sauvée par l'intrigue autour du personnage que campe Ewan McGregor (Obi-Wan Kenobi). George Lucas se vantera de la qualité visuelle (!) de son film mais personne n'oubliera le tollé subi par L'Attaque des clones...

Dimanche 15 mai 2005 | Star Wars : Episode III - La Revanche des Sith

Trois ans après le mauvais Episode 2, George Lucas est de retour sur la Croisette pour son grand final. Et ce qui devait simplement émouvoir les festivaliers de plus en plus accro à la culture pop se transforme en standing ovation avant et après la projection de gala. Ayant fait le déplacement, Hayden Christensen et Natalie Portman se retrouvent confrontés à l'un des publics les plus difficiles de la planète. Mais décrit comme "un grand film commercial" par le réalisateur Souleymane Cissé, le film est accueilli à bras ouverts par les people présents dans la salle ce soir-là : Sharon Stone, Alain Chabat, Clovis Cornillac...

Bien plus sombre que les films précédents, La Revanche des Sith dispose du parfait dosage entre scènes de combats spatiaux et dilemme shakespearienne sur l'immortalité. La dimension politique du film (on assiste au basculement d'une démocratie en dictature) permet à l'époque à George Lucas de faire le parallèle avec la guerre en Irak.

Mardi 15 mai 2018 | Solo : A Star Wars Story

A l'heure où les grands studios "réservent" des réalisateurs et dates de sortie des mois (voire des années) à l'avance, l'affaire Solo est un cas d'école. L'an dernier, presque à la même période, Disney, le studio qui a racheté les droits de la saga Star Wars pour 4 milliards de dollars, se séparait des deux réalisateurs jusque-là aux commandes du film : Phil Lord et Chris Miller. La raison évoquée est sans surprise des "différends créatifs". Et bien que cela ne nous apprenne pas grand-chose, il y a fort à parier que le ton que les réalisateurs de La Grande Aventure Lego souhaitaient donner à ce spin-off n'a pas plu à Kathleen Kennedy, la grande patronne de la franchise, issue de l'écurie Spielberg. Dès lors, c'est Ron Howard qui est entré en scène pour les remplacer.

Et si la production du film a très certainement dépassé son budget initial en raison de reshoots nécessaires et d'un tournage rallongé, c'est bien lui qui devrait fouler le tapis rouge avant la projection au Grand Théâtre Lumière. Par chance, le héros de son film, Alden Ehrenreich n'est pas un inconnu de la Croisette. Il était présent en 2009 pour Tetro de Francis Ford Coppola. La seule question qui demeure aujourd'hui, en sachant qu'Alden Ehrenreich a signé pour "3 films", est de savoir si Solo aura la singularité et l'originalité d'un Rogue One, le premier stand alone de Disney au succès et à la qualité indéniables.

Claes Bang, de The Square à Hollywood

Posté par vincy, le 20 novembre 2017

Vous ne connaissez pas forcément son nom. Pourtant Claes Bang est l'acteur principal du film qui a reçu la Palme d'or cette année, The Square, qui a séduit plus de 300000 spectateurs en France (ce qui reste le plus mauvais score pour une Palme depuis Oncle Boonmee en 2010).

Les acteurs scandinaves, souvent bilingues, ont toujours séduit Hollywood, et récemment c'est même une invasion: de Noomi Rapace à Michael Nyqvist, des Skarsgard (Stellan père, Alexander, Gustaf et Bill fils) à Mads Mikkelsen (et son frère Lars), de Alicia Vikander à Viggo Mortensen ou encore Peter Stormare ou Lena Olin. Et il ne faudrait pas oublier quelques légendes: Greta Garbo, Ingrid Bergman, Max von Sydow, Anita Ekberg, Liv Ullmann qui ont rayonné sur le cinéma mondial.

Claes Bang est le dernier en date. L'acteur danois qui vient de fêter ses 50 ans et fêtera en 2018 ses 20 ans de carrière au cinéma et à la télévision, n'avait jusque là jamais été approché pour jouer dans une production hollywoodienne. Une Palme ça peut aider, la preuve. Il vient d'être enrôlé pour être l'un des "méchants" de The Girl in the Spider’s Web (Ce qui ne me tue pas), la suite de The Girl With the Dragon Tattoo (Millénium: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes), issu de la franchise Millenium. Le studio américain Sony, qui a les droits sur la franchise, a donc décidé de zapper deux tomes.

Dans cette nouvelle enquête conjointe entre un journaliste d'investigation et une hackeuse névrosée géniale, un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle détient peut-être des informations explosives sur les services de renseignements américains.,Mikael Blomkvist se dit qu’il tient le scoop dont son journal Millénium et sa carrière ont tant besoin. Au même moment, Lisbeth Salander tente de pénétrer les serveurs de la NSA…

La britannique Claire Foy incarnera Lisbeth Salander et la néerlandaise Sylvia Hoeks (Blade Runner 2049) sa sœur jumelle. On ne sait toujours pas qui interprètera le journaliste Mikael Blomkvist. Dans le premier film américain, le personnage était incarné par Daniel Craig tandis que la trilogie suédoise il avait starisé Michael Nyqvist, qui est mort en juin dernier.

Sony a prévu une sortie du film, réalisé par Fede Alvarez et co-scénarisé par Steven Knight d'après le best-seller de David Lagercrantz, en octobre prochain. Le tournage doit démarrer en janvier entre Berlin et Stockholm.

Edito: Embouteillage dans l’univers Star Wars

Posté par wyzman, le 16 novembre 2017

La nouvelle est tombée le 9 novembre dernier. Dans un billet publié sur le site officiel, les cadres de Star Wars et Lucasfilm ont annoncé que le réalisateur des Derniers Jedi, Rian Johnson, va écrire et réaliser une nouvelle trilogie. Mais pour rassurer les fans anxieux à l'idée de s'emmêler les pinceaux entre la trilogie pilotée par J.J. Abrams et les films standalone tels que Rogue One et Solo, le communiqué précise bien qu'en "guidant cette nouvelle trilogie, qui est distincte de la saga épisodique des Skywalker, Johnson présentera de nouveaux personnages d'un coin de la galaxie que la tradition Star Wars n'a jamais explorée."

Panne d'inspiration

Êtes-vous rassurés ? Pas nous. Si la nouvelle tombe à pic pour Disney puisque son chiffre d'affaires au quatrième trimestre est légèrement inférieur à celui enregistré un an plus tôt et qu'elle aimerait racheter la Fox, cette décision a de quoi rebuter n'importe quel fan de la saga. En effet, le deuxième volet de la trilogie de J.J. Abrams sort le 13 décembre et le premier épisode, Le Réveil de la Force, n'a pas convaincu tout le monde. Les fans de la première heure étaient ravis de retrouver les interprètes de Han Solo, Princesse Leia et dans une moindre mesure Luke Skywalker. Cette nostalgie bien buzzée a permis au film d'exploser le box-office en 2015 mais le récit ne faisait clairement pas dans l'originalité (hormis la révélation de deux comédiens). C'était encore plus frappant lorsque le mieux réussi Rogue One est sorti. Car les effets spéciaux ne font pas d'immenses progrès ces dernières années, et un film aussi spectaculaire et divertissant ne peut compter que sur de bons personnages et une bonne histoire.

Plus encore, l'ajout de trois nouveaux films a de quoi perturber. Et cela notamment parce que la trilogie de Rian Johnson, la quatrième donc, pourrait s'intéresser à des événements survenus sous l'Ancienne République et donc faire suite à La Revanche des Sith. Une véritable prise de risque lorsque l'on sait que Rogue One s'intéressait déjà à un épisode clé pour l'Alliance rebelle se déroulant entre La Revanche des Sith et Un nouvel espoir et que 19 années seulement séparent l'action des deux films. Vous l'aurez donc compris, au moment où Disney tient à capitaliser encore et toujours plus sur une franchise acquise pour plus de 4 milliards de dollars, c'est un véritable casse-tête chronologique que Rian Johnson va devoir gérer.

Un défi de taille

Aucune date de début de production ou de sortie n'a été annoncée mais parce que Solo sort le 23 mai 2018 et que l'Episode IX est déjà programmé pour le 18 décembre 2019, il y a fort à parier que Rian Johnson a peu de temps devant lui avant de devoir se mettre au travail. Porté aux nues depuis la sortie de Looper, le réalisateur aura donc la lourde tâche de faire aussi bien que J.J. Abrams, voire de prouver qu'il est tout aussi légitime que le fan ultime de la saga.

Bien qu'il ait déjà été applaudi par Kathleen Kennedy pour le travail qu'il a accompli sur Les Derniers Jedi, nous pouvons tout de même émettre quelques doutes sur la capacité de Rian Johnson à porter un tel projet en solo. Il ne serait d'ailleurs pas le premier à quitter le navire en cours de route. Pour rappel, Colin Trevorrow, le réalisateur de Jurassic World, a abandonné la réalisation de l'Episode IX en septembre dernier, quelques mois seulement après le départ de Phil Lord et Christopher Miller qui devaient piloter Solo. La vraie réalisatrice c'est bien la productrice Kathleen Kennedy.

L'appel du streaming

A l'heure où Disney pousse à fond son intégration verticale et cherche à créer un Empire mondial, l'ajout d'une série Star Wars en live action et disponible sur sa plateforme de streaming à venir (pour ne pas à dépendre de Netflix) ne peut être que synonyme de contraintes narratives. Eh oui, pour s'assurer du succès de cette série, l'entreprise ne devrait pas manquer de tenter des cross-overs entre les films et la série. Une stratégie qu'elle a déjà tenté avec les séries Marvel (toutes disponibles sur Netflix à l'exception de Agents of S.H.I.E.L.D.) et ses Avengers. Sans grand succès puisque seuls les personnages secondaires des séries sont apparus (en tant que personnages secondaires) dans les films…

En d'autres termes, face aux 3 milliards de dollars amassés par Le Réveil de la Force et Rogue One, grâce aux milliards que lui rapportent les produits dérivés et attractions autour de la saga, parce que toute nouvelle production sera un produit d'appel sur a chaîne SVàD, Disney joue la carte de la sécurité avec cette franchise. Il ne nous reste plus qu'à voir combien de temps le public sera réceptif à cette dose annuelle de batailles intergalactiques, en plus de celle des comics et des films animés, et s'il ne sera pas épuisé au terme des 4 films déjà attendus. Outre Les Derniers Jedi, Solo et l'Episode IX, un spin-off centré sur Obi-Wan Kenobi a en effet été annoncé cet été. Comme pour l'or ou l'or noir, tout filon s'éteint à force de l'exploiter. Des genres comme le Western et le Péplum en sont morts.

En 2020, Astérix et Obélix iront en Chine

Posté par vincy, le 10 novembre 2017

On espère d'avance que le film ne reprendra aucun gag de Michel Leeb. En tout cas, c'est annoncé officiellement - même si depuis trois semaines c'était un secret de polichinelle - le prochain film avec Astérix, en prises de vues réelles, sera l'occasion d'un voyage en Chine. La sortie est calée pour 2020.

Aucun album de BD n'ayant été jusque là (le plus oriental de leurs voyages a été la Vallée du Gange en Inde pour retrouver Shéhérazade), le film sera donc un scénario original. Une première pour la franchise aux 33 millions de spectateurs (en France) en 4 films. Le dernier opus, sorti en 2012, Astérix et Obélix : au service de sa majesté avait attiré 3,8 millions de spectateurs en France, soit, de loin, le plus mauvais score de la série amorcée en 1999. Celui de Chabat, autour de Cléopâtre, reste l'un des films les plus vus en France, avec 14,6 millions de spectateurs en 2002.

8 ans après, les spectateurs découvriront donc le 5e film de la saga. Ni le casting ni le réalisateur n'ont été confirmés. Le film sera coproduit par l'éditeur du héros Gaulois, Les éditions Albert René, Les films du Trésor et Les enfants terribles. L'enjeu est immense : la BD n'est pas encore très connue dans l'Empire du milieu alors que les 35 premiers albums ont été traduits en mandarin. Un parc d'attraction est en vague projet depuis trois ans. Et le cinéma français a besoin d'un héros pour conquérir le deuxième marché cinématographique du monde, dominé par les productions locales et américaines.

D'ici là, un autre Astérix sera sur les grands écrans, le 5 décembre 2017, sous la bannière M6-SND. Astérix : le secret de la potion magique sera le prochain film d'animation d'Alexandre Astier et Louis Clichy. Le duo avait attiré 3 millions de spectateurs en France avec leur premier essai (et le premier film en 3D d'Astérix), Asterix: Le domaine des Dieux. En 9 films d'animation étalés sur 45 ans, il s'agit d'un record pour un Astérix animé.

Notons enfin que le 37e album d'Asterix (Astérix et la Transitalique) vient de sortir (1 million d'exemplaires en trois semaines) et que la Cinémathèque française propose une très belle exposition sur l'un de ses créateurs, Goscinny et le cinéma.

Ce que l’on sait de James Bond 25

Posté par vincy, le 30 juillet 2017

daniel craig james bond 007 spectre

Le 25e James Bond a été confirmé cette semaine. Faisons un point sur ce que l'on sait de cet épisode très attendu.

La date. Eon et MGM, les deux producteurs de la franchise, ont réservé le créneau américain du 8 novembre 2019 pour la sortie du nouvel épisode. James Bond devra donc ferrailler contre un film Warner/DC Comics inconnu (1er novembre), une adaptation d'un Disney en prises de vues réelles (le même jour que lui), puis dans les semaines qui suivent sa sortie une comédie de Noël avec Melissa McCarthy (Margie Claus, 15 novembre), un Marvel de la Fox (X-Men ou 4 Fantastiques) le 22 novembre, la suite de la Reine des Neiges (27 novembre) et enfin Wonder Woman 2 (13 décembre).

L'acteur. Malgré tout, Daniel Craig rempilera. Il avait signé pour 4 films. Ce sera sans doute son dernier, définitivement (pour cause d'âge et de lassitude pour l'acteur). Sans compter qu'il coûte de plus en plus cher : grâce à lui, les box office des 007 ont explosé, ce qui l'amène à renégocier à la hausse chacun de ses contrats. Les producteurs ont laissé à Craig un peu de répit pour qu'il retrouve la foi. Il a enchaîné les tournages (Logan Lucky et Kings sont prêts à sortir en salles) et se prépare à tourner dans deux séries Comrade Detective et Purity. Une fois ces deux derniers contrats achevés, il pourra endosser de nouveau son smoking d'agent de sa Majesté, pour un tournage qui devrait s'étaler de mi-2018 à début 2019. Il n'a aucun autre projet en cours, ce qui conforte son retour à la tête du 25e James Bond.

Jamais plus jamais pour Daniel Craig?

Le réalisateur. Plusieurs noms apparaissent dans la short-list pour remplacer Sam Mendès qui ne rempilera pas. Les producteurs sont focalisés sur ce poste primordial pour la franchise. Désormais, avoir un cinéaste qui a son ton, son style, son univers est une priorité. En tête, Yann Demange. Ce qui serait une agréable surprise. Le réalisateur, né à Paris, de l'excellent '71 et de White Boy Rick (qui doit sortir en janvier 2018) maîtrise aussi bien l'action que le drame. Selon la presse professionnelle américaine, il est clairement le favori dans une liste de finalistes qui comprend Denis Villeneuve (Premier contact, Blade Runner 2049) et David Mackenzie (Les poings contre les murs, Comancheria). Villeneuve a cependant un problème de calendrier avec la préparation du reboot de Dune. Quant à Mackenzie, il a trois projets en pré-production: deux téléfilms, Damnation et Gemstone, en plus de son prochain film, Outlaw King, avec Chris Pine et Aaron Taylor-Johnson. Une autre possibilité est de confier la caméra à Christopher Nolan, qui s'est dit intéressé. Mais celle-ci est hautement improbable tant Eon productions veut garder le contrôle artistique de la série.

Le distributeur. Le contrat avec Sony, qui a fait un formidable boulot depuis des années vu le box office des années 2000 de l'espion britannique, est arrivé à son terme. Tous les studios en rêvent. Apparemment, c'est la Warner qui tient la corde face à Sony, la Fox et Universal. Nolan peut donc espérer un jour réaliser un James Bond si c'est Warner Bros emporte le morceau, qui s'ajouterait à ses franchises DC Comics, Harry Potter, Godzilla et Lego. En revanche, ce serait un coup très dur pour Sony, qui n'aurait plus que Spider-Man pour rassurer les actionnaires sur ses sorties à venir.

Les scénaristes. C'est d'eux que naîtra le prochain pitch - intrigue, méchant, pays visités, ... - et qui déterminera le casting. Pour un épisode anniversaire, il va falloir déployer les grands moyens (jusqu'au choix de la chanson: il faut une star catégorie A). Neal Purvis et Robert Wade vont donc assurer la continuité et anticiper la défection de Daniel Craig. Ils ont écrit Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall et Spectre, où l'on revenait aux origines de 007 et où l'on passait le relais de Judi Dench à Ralph Fiennes pour M. Il faudra aussi savoir ce qu'il advient du personnage incarné par Léa Seydoux, qui partait aux bras de Daniel Craig, à la fin de Spectre. Enfin, quid de Christoph Waltz, premier méchant à ne pas être tué à la fin d'un épisode. D'un point de vue scénaristique, ce James Bond pourrait être le plus singulier... Les paris sont ouverts.