Phantom Thread, meilleur film de l’année pour la critique internationale

Posté par vincy, le 24 août 2018

Le lauréat du grand Prix Fipresci de la critique internationale 2018 est décerné à Phantom Thread, de Paul Thomas Anderson, a annoncé le Festival du film de San Sebastian. C'est la troisième fois que le cinéaste américain remporte ce trophée (un record), après There Will be Blood et Magnolia.

Il a triomphé de 3 Billboards, les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh, deux fois oscarisé et primé à Venise l'an dernier, Cold War de Pawel Pawlikowski, primé à Cannes cette année, et Zama de Lucrecia Martel, prix Fipesci du meilleur film à La Havane.

Phantom Thread, avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps et Lesley Manville, raconte l'histoire d'un génie névrotique de la Haute-couture dans le Londres des années 1950, qui tombe sous le charme d'une jeune fille venue de l'Est et en fait sa muse. Le film a remporté un Oscar (costumes) pour 7 nominations (dont film, acteur, réalisation et second rôle féminin). Il n'a été présenté dans aucun grand festival. Le film a séduit 375 000 spectateurs en France et a récolté 46M$ dans le monde.

L’an dernier, L’autre coté de l’espoir d’Aki Kaurismaki, prix de la mise en scène à Berlin, avait été désigné comme meilleur film par la critique internationale.

Cannes 2018: les trois lauréats de la Critique internationale

Posté par vincy, le 19 mai 2018

La FIPRESCI a rendu son verdict. Trois films cannois ont été récompensés cet après-midi, à quelques heures du palmarès officiel.

Burning de Lee Chang-Dong a reçu le prix pour la compétition, le jury saluant "Un film visuellement époustouflant et un commentaire émotionnellement complexe sur la société contemporaine."

Déjà primé au palmarès d'Un certain regard et lauréat de la Queer Palm, Girl de Lukas Dhont a remporté le prix pour la section Un certain regard, "pour son intégrité audacieuse dans la lutte contre les problèmes de genre tout en affichant un équilibre incroyable de la part d'un primo-réalisateur qui décrit le rapport délicat et touchant dans une relation père-fille magnifiquement dépeint par les deux acteurs."

Enfin, pour le prix sacrant un film issu des sélections parallèles, c'est la semaine de la critique qui est récompensée avec Egy nap (One Day) de Zsofia Szilàgyi. "Le travail précis de la caméra et la mise en scène puissante traduisent l'intensité et la tension extraordinaires d'une situation tout à fait ordinaire par le sentiment, l'humour et le drame. Un début remarquablement confiant" explique le jury.

Berlin 2018: tous les prix parallèles de la 68e Berlinale

Posté par vincy, le 24 février 2018

FIPRESCI (critique internationale)

Compétition
Meilleur film: Las herederas (The Heiresses) de Marcelo Martinessi

Panorama
Meilleur film: River’s Edge de Isao Yukisada

Forum
Meilleur film: An Elephant Sitting Still de Hu Bo

Prix des lecteurs du Berliner Morgenpost

Meilleur film: Dovlatov d'Alexey German Jr

Prix des lecteurs du Tagesspiegel

Meilleur film: L'empire de la perfection (In the Realm of Perfection) de Julien Faraut

Guild Film Prize

Meilleur film: In den Gängen de Thomas Stuber

CICAE Art Cinema Award

Panorama
Meilleur film: Tinta Bruta (Hard Paint) de Marco Reolon et Filipe Matzembacher

Forum
Meilleur film: Teatro de guerra (Theatre of War) de Lola Arias

Jury œcuménique

Compétition
Meilleur film: In den Gängen de Thomas Stuber
Mention spéciale: Utøya 22. juli (U – July 22) d'Erik Poppe

Panorama
Meilleur film: Styx de Wolfgang Fischer

Forum
Meilleur film: Teatro de guerra (Theatre of War) de Lola Arias

Label Europa Cinéma

Meilleur film: Styx de Wolfgang Fischer

Section Panorama

Prix du public (fiction): Profile de Timur Bekmambetov
2e place: Styx de Wolfgang Fischer ; 3e place: L‘Animale de Katharina Mueckstein
Prix du public (documentaire): The Silence of Others d'Almudena Carracedo et Robert Bahar
2e place: Partisan de Lutz Pehnert, Matthias Ehlert et Adama Ulrich ; 3e place: O processo de Maria Augusta Ramos

Teddy Awards

Meilleur film: Tinta Bruta (Hard Paint) de Marco Reolon et Filipe Matzembacher
Meilleur documentaire: Bixa Travesty (Tranny Fag) de Claudia Priscilla et Kiko Goifam
Meilleur court métrage: Three Centimetres (Generation) de Lara Zeidan
Prix du jury: Obscuro Barocco d'Evangelia Kranioti
Prix Nouveau Talent: Retablo d'Alvaro Delgado-Aparicio
Prix des lecteurs (Mannschaft Magazin): Las Herederas (The Heiresses) de Marcelo Martinessi

Caligary Film Prize

Meilleur film: La casa lobo (The Wolf House) de Cristóbal León and Joaquín Cociña

Peace Film Prize

Meilleur film: The Silence of Others d'Almudena Carracedo and Robert Bahar

Heiner Carow Prize

Meilleur film: Styx de Wolfgang Fischer

Section Generation 14Plus

Jury jeunes
Ours de cristal du meilleur film: Fortuna de Germinal Roaux
Mention spéciale: Retablo d'Alvaro Delgado-Aparicio
Ours de cristal du meilleur court métrage: Kiem Holijanda de Sarah Veltmeyer
Mention spéciale: Je fais où tu me dis (Dressed for Pleasure) de Marie de Maricourt

Jury international
Grand prix du jury: Fortuna de Germinal Roaux
Mention spéciale: Dressage de Pooya Badkoobeh
Prix spécial du jury pour un court métrage: Juck d'Olivia Kastebring, Julia Gumpert et Ulrika Bandeira
Mention spéciale: Na zdrowie! (Bless You!) de Paulina Ziolkowska

Section Generation KPlus

Jury enfants
Ours de cristal du meilleur film: Les rois mongols (Cross My Heart) de Luc Picard
Mention spéciale: Supa Modo de Likarion Wainaina
Ours de cristal du meilleur court métrage: A Field Guide to Being a 12-Year-Old-Girlde Tilda Cobham-Hervey
Mention spéciale: Snijeg za Vodu (Snow for Water) de Christopher Villiers

Jury international
Grand prix du jury: Sekala Niskala (The Seen and Unseen) de Kamila Andini
Mention spéciale: Allons enfants (Cléo & Paul) de Stéphane Demoustier
Prix spécial du jury pour un court métrage: Jaalgedi (A Curious Girl) de Rajesh Prasad Khatri
Mention spéciale: ena d’aragoste (Lobster Dinner) de Gregorio Franchetti

Section Perspektive Deutsches Kino

Meilleur film: Überall wo wir sind (Everywhere We Are) de Veronika Kaserer
Kompagnon Fellowships: When a Farm Goes Aflame, the Flakes Fly Home to Bear the Tale de Jide Tom Akinleminu ; Blutsauger de Julian Radlmaier

Berlinale Co-Production Market

Eurimages Co-Production Development Award: The War Has Ended de Hagar Ben Asher
VFF Talent Highlight Award: Tropical Memories de Shipei Wen
ARTE International Prize: The War Has Ended de Hagar Ben Asher

Prix FIPRESCI 2015: Pourquoi « Mad Max : Fury Road » est le meilleur blockbuster de l’année?

Posté par geoffroy, le 18 septembre 2015


Ce soir, un film hors normes va recevoir le Prix FIPRESCI du meilleur film de l'année. La critique internationale a plébiscité pour la première fois un "blockbuster" hollywoodien, présenté hors-compétition à Cannes en mai dernier.

Mais pourquoi Mad Max : Fury Road est-il le meilleur blockbuster de l’été ?

L’été 2015 est terminé et avec lui son lot de blockbusters bourrés aux amphétamines. Si je devais ne retenir qu’un film, j’opterai sans hésiter pour Mad Max : Fury Road. C’est simple, le dernier opus de George Miller est un choc visuel, une expérience ciné totale et totalement jouissive qui enterre de son souffle novateur ses petits camarades de jeu en se rappelant au bon souvenir d’un cinéma d’Entertainment ici débarrassé de l’influence néfaste d’une Hollywood gangrénée par ses hordes de « marketeurs ».

Beaucoup ont glosé, à tort, sur le caractère étriqué voire insipide de son scénario. Il s’agit, de toute évidence, d’une erreur d’appréciation – encore que je soupçonne des pointes de mauvaise foi – puisque ce qui compte, dans le geste du réalisateur, n’est pas la complexité supposée d’une histoire à raconter mais la façon dont celle-ci est mise en image. Ainsi, l’essence du cinéma dans son expression originelle est réinvestit par une mise en action essentiellement pictural légitimant sa raison d’être. Tout est scandé par le seul mouvement d’une narration volontairement percutante, merveille de ligne de fuite captant la furie d’un monde dominé par la loi du plus fort.

La quatrième représentation de ce anti-héros mutique devenu l’une des figures mythologiques du 7ème art et de la pop culture en général, est performative. En effet, la course-poursuite qui compose 90% du film fait office de mode opératoire pyrotechnique à même de ressusciter par des faits de « route » l’aura inaltérable d’un personnage en lutte pour sa survie et contre la barbarie d’un monde fumant encore sous les vestiges de sa propre décrépitude. George Miller s’inscrit ainsi en rupture du système sur un contre-pied épatant de gourmandise cinématographique, préférant confiner sa narration dans le cadre d’une typographie bornée, désertique et linéaire pour mieux lui torde le cou dans un élan de mouvement perpétuel. Cette résistance face à la standardisation des productions actuelles honore Miller car il nous évite un reboot inutile d’une franchise historique qu’il n’aurait pas fallu, de toute façon, dénaturer.

Métaphysique des corps dans un monde chaotique

Se faisant, le réalisateur revisite avec brio son œuvre afin de lui donner un souffle épique rare, tout à la fois brutal, hystérique, lumineux, bariolé, esthétique. Comme en atteste le soin apporté à chaque séquence d’un point de vue formel. Par leur composition elles produisent la substantifique moelle d’un langage au service d’une imagerie brassant tout un pan de la pop culture pour élaborer une vision post-moderne à même de redéfinir le film d’action. Le génie de Miller est de nous embarquer dans une embardée cauchemardesque indistincte, intemporelle, sans limite. Le cadre explose pour laisser entrer une sauvagerie primitive modulable à souhait. Et Miller ne s’en prive pas, regorge d’inventivité afin de créer des poches de distorsion, sorte de contrepoint parfait à la linéarité du récit. Aucun salut pour les lâches. Il faut partir au combat, risquer sa vie pour espérer sauver son âme. Fury Road parle de métaphysique des corps dans un monde chaotique, excluant, avilissant, sans espoir. La course-poursuite indique la route à prendre pour vaincre l’inéluctable. Au-delà de la mort l’entraide devient une nécessité. La rédemption, une perspective de salut dans un monde ou tout n’est qu’entrechoquement (ferraille, chair, âme).

Pour spécifier sa vision, le réal étale sa science de la composition. Cette fois il n’est plus question de construire des scènes d’action dans leur métrique, leur durée ou leur autonomie – comme l’avaient très bien fait les frères W avec Matrix Reloaded –, mais de façonner un long tunnel visuel électrisé par le vrombissement de moteurs déchaînés. En ressort un road-movie intense tourné à l’ancienne dans des décors naturels. Ainsi, l’apport, mesuré, du numérique, sert à affiner, plutôt qu’à construire, les contours gargantuesques de cette fable contemporaine .Ce choix propulse le film dans un ailleurs tangible, palpable, ancré à la terre dans la reconquête d’une humanité. Le parcours n’est pas initiatique, il est viscéralement émancipateur. L’affrontement qui pulse les cœurs des différents protagonistes est celui d’une survie. Soit dans l’affirmation d’une domination sanguinaire. Soit en créant les conditions d’une libération.

Pour toutes ces raisons, et plus encore, Mad Max : Fury Road ne peut se réduire à n’être qu’un vulgaire avatar des films post-apocalyptiques. Non, le film revêt un uniforme beaucoup plus estimable puisqu’il est devenu, en quelques semaines seulement, un objet de fascination, une proposition exclusive d’un genre qui a bien du mal à se renouveler. Fury Road peut être fier d’être affublé de l’étiquette « culte » qui, au-delà de son succès public, lui assure déjà la postérité.

Mad Max Fury Road: le choix détonnant de la critique international

Posté par vincy, le 2 septembre 2015

Le grand prix de la Fipresci - qui sera remis lors de la cérémonie de clôture du festival de San Sebastian le 26 septembre - va être remis cette année à... Mad Max Fury Road. Etonnant non? C'est la première fois qu'un blockbuster américain remporte ce prix des prix, qui nous avait plutôt habitué à honorer des films d'auteurs ou du cinéma américain indépendant (Paul Thomas Anderson, Richard Linklater, Terrence Malick). Anderson, avec Almodovar et Haneke, sont les seuls à avoir été primés deux fois depuis la création du prix en 1999.

C'est la première fois aussi qu'un cinéaste australien, ici George Miller, remporte cette récompense. Et c'est surtout la 11e fois qu'un film présenté à Cannes gagne ce prix.

Pourtant face à Mad Max Fury Road (hors compétition à Cannes), le choix était pointu et appréciable:  Le fils de Saul de László Nemes (Grand prix du jury à Cannes), The Assassin de Hou Hsiao-Hsien (Prix de la mise en scène à Cannes), Taxi Téhéran de Jafar Panahi (Ours d'or à Berlin)

Boyhood, film de l’année pour la critique internationale

Posté par redaction, le 8 septembre 2014

Est-ce vraiment une surprise? Boyhood de Richard Linklater a été reconnu comme meilleur film de l'année par la Fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRZESCI). 533 membres de la fédération ont désigné ce film réalisé sur douze ans comme leur favori, loin devant les trois autres finalistes: Ida de Pawel Pawlikowski, Grand Budapest Hotel de Wes Anderson et Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan.

Ours d'argent du meilleur réalisateur au dernier festival de Berlin, et joli succès public international (30 millions de $ au B.O.mondial), le film est encore à l'affiche en France, plus de 6 semaines après sa sortie.

Richard Linklater recevra son prix au Festival du film de San Sebastian, le 19 septembre. Boyhood sera projeté à cette occasion.

Le réalisateur américain succède à Abdelattif Kechiche (La vie d'Adèle). Depuis la création de ce Grand prix en 1999, ont été récompensés Pedro Almodovar (Tout sur ma mère, Volver), Paul Thomas Anderson (Magnolia, There Will Be Blood), Jafar Panahi (Le cercle), Aki Kaurismäki (L'homme sans passé), Nuri Bulge Ceylan (Usak/Loin), Jean-Luc Godard (Notre musique), Kim Ki-duk (Locataires), Cristian Mungiu (4 mois, 3 semaines, 2 jours), Michael Haneke (Le ruban blanc, Amour), Roman Polanski (The Ghost Writer) et Terrence Malick (The Tree of Life).

Cannes 2014 : les favoris de la Fipresci

Posté par vincy, le 28 mai 2014

Le jury des critiques internationaux (Fipresci) présents au 67e Festival de Cannes a rendu son verdict vendredi dernier.

En compétition, la Palme d'or Sommeil d'hiver de Nuri Bilge Ceylan a été plébiscitée. À Un certain regard, c'est Jauja de Lisandro Alonso qui a séduit. Pour les sélections parallèles - Quinzaine des réalisateurs et Semaine de la critique - Les combattants de Thomas Cailley a remporté leurs suffrages.

De leur côté, les autres membres de la Fipresci présents à Cannes avaient la possibilité de noter les films tout au long du Festival. Si l'on regarde le tableau précis des votes on constate que les goûts des critiques "lambda" sont relativement proches de ceux des jurés. Avec 4,00 de moyenne, le film de Nuri Bilge Ceylan domine de peu Mommy de Xavier Dolan (3,94), Leviathan d'Andrey Zvyagintsev (3,79) et Mr. Turner de Mike Leigh (3,61). Trois films ont été rejetés avec une note inférieure à la moyenne : Captives d'Atom Egoyan (1,65), The Search de Michel Hazanavicius (1,88) et Saint Laurent de Bertrand Bonello (2,06).

Côté Un Certain Regard, la meilleure moyenne (4,40) revient en revanche à White God de Kornél Mundruczó, qui d'ailleurs à reçu le Prix du meilleur film dans cette sélection. Jauja, qui a empoché le prix de la Fipresci, n’atteint que 3,38. Trois autres films - Force majeure (Turist), Amour fou et Le sel de la terre - tutoyaient les scores du gagnant. C'est là toute la différence entre une distinction purement chiffrée et de vraies délibérations.

A noter malgré tout que le vainqueur des sélections parallèles remporte à la fois la meilleure note dans le tableau des critiques et le prix décerné par le jury Fipresci. Là encore, la profession se retrouve.

Toutefois, au-delà de ces constatations, on remarque surtout que les journalistes accrédités sont loin de voir tous les films, y compris en compétition. Un comble.

Les 5 premiers films nommés aux European Film Awards

Posté par vincy, le 15 octobre 2013

L'Académie du cinéma européen a choisi les 5 films qui seront en course pour le prix Fipresci - European Discovery qui récompense un nouveau talent pour son premier long métrage.

La sélection a été faite par un comité réunissant 5 membres de l'European Film Academy et deux de la Fipresci. Signalons que deux films suédois sont en lice : ils s'étaient d'ailleurs partagés les nominations (et les récompenses des Guldbagge (les César locaux).

- Âta Sova Dô (Eat Sleep Die) de Gabriela Pichler (Suède) qui représente la Suède pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Le film a reçu le prix du public à la Semaine de la critique du Festival de Venise en 2012. 4 Guldbagge : meilleur film, réalisateur, scénario et actrice.

- Call Girl de Mikael Marcimain (Suède). Le film a reçu le prix Fipresci de la découverte et le prix du meilleur réalisateur d'un premier film au Festival de Toronto en 2012. 3 Guldbagge : meilleure image, meilleurs costumes, meilleur son.

- Miele de Valeria Golino (Italie). Sélectionné à Un certain regard au dernier festival de Cannes (mention spéciale du jury oecuménique) , prix du public au Festival de Bruxelles, meilleur premier film et meilleure actrice aux Golden Globes italiens, meilleur nouveau réalisateur, meilleure actrice et meilleur son pour le Syndicat national italien des journalistes de cinéma.

- Oh Boy de Jan Ole Gerster (Allemagne). Le film a 6 German Film Awards (meilleur film, réalisateur, acteur, scénario, second rôle masculin, musique).

- La Plaga de Neus Ballus (Espagne), présenté au dernier festival de Berlin.

Le gagnant sera révélé le 7 décembre lors de la cérémonie des European Film Awards, à Berlin.

Venise 2012 : The Master, To The Wonder, Pieta reçoivent déjà quelques prix

Posté par vincy, le 8 septembre 2012

Quelques favoris de la compétition ont été remarqués par d'autres jurys. Comme à Berlin et à Cannes, du Lion d'or Queer aux prix de la critique, les honneurs se démultiplient. On note que Paul Thomas Anderson, Terrence Malick, Kim Ki-duk ont frappé les esprits.
Mais il y a un film qui bat tous les records : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo a reçu un total de 7 prix, dont celui de la critique internationale pour un film qui n'était pas en compétition.
Présenté dans la section Orizzonti, ce film italie, tourné à Naples en dialecte napolitain (et sous-titré en italien), raconte la journée de deux adolescents sous la coupe de la mafia. Entre néo-réalisme, humour et même érotisme, la relation entre les deux ados va souligner en creux l’emprise de la mafia sur le petit peuple italien.

Prix FIPRESCI de la critique internationale
Meilleur film de la compétition : The Master, de Paul Thomas Anderson
Meilleur film des sélections parallèles : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo

SIGNIS Award : To The Wonder, de Terrence Malick
Mention spéciale pour Fill The Void, de Rama Burshtein

Prix du public “RaroVideo” – Semaine de la critique. : Äta Sova Dö (Eat Sleep Die), de Gabriela Pichler

Prix Label Europa Cinemas : Crawl, d'Hervé Lasgouttes

Prix Lionceau d'or Agiscuola : Pieta, de Kim Ki-duk

Cinema pour l'UNICEF : mention à È stato il figlio, de Daniele Ciprì

Prix Francesco Pasinetti (SNGCI) :
Meilleur film : L’intervallo , de Leonardo Di Costanzo
Meilleur documentaire : La nave dolce (The Human Cargo), de Daniele Vicari
Meilleur acteur: Valerio Mastandrea (Gli Equilibristi)
Prix spécial : Clarisse, de Liliana Cavani

Prix Brian : Bella Addormentata, de Marco Bellocchio

Queer Lion Award (Associazione Cinemarte) : The Weight, de Jeon Kyu-Hwan

Prix Arca CinemaGiovani Award:
Meilleur film de la compétition : La Cinquième saison, de Peter Brosens et Jessica Woodworth
Meilleur film italien : La città ideale, de Luigi Lo Cascio

Biografilm Lancia Award : La nave dolce (The Human Cargo), de Daniele Vicari et Bad25 de Spike Lee

Prix CICT - UNESCO “Enrico Fulchignoni” : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo

Prix CICAE - Cinéma d’Art et d’Essai : Wadjda, de Haifaa Al Mansour

Prix CinemAvvenire
Meilleur film de la compétition : Paradies: Glaube, de Ulrich Seidl
Meilleur film : Wadjda, de Haifaa Al Mansour

Prix FEDIC : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo
Mention spéciale : Bellas Mariposas, de Salvatore Mereu

Prix de la Fondazione Mimmo Rotella : Après Mai, d'Olivier Assayas

Prix Future Film Festival Digital : Bad25, de Spike Lee
Mention spéciale : Spring Breakers, de Harmony Korine

Prix P. Nazareno Taddei : Pieta de Kim Ki-duk
Mention spéciale : Sinapupunan (Thy Womb), de Brillante Mendoza

Prix Lanterna Magica (CGS) : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo

Prix Open : The Company You Keep, de Robert Redford

Prix La Navicella – Venezia Cinema : Sinapupunan (Thy Womb), de Brillante Mendoza

Prix Lina Mangiacapre Award: La Reine de Montreuil, de Sòlveig Anspach

Prix AIF - FORFILMFEST : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo

Prix Souris d'or : Pieta, de Kim Ki-duk
Souris d'argent : Anton tut ryadom (Anton's Right Here), de Lyubov Arkus

UK- Italy Creative Industries Award – Best Innovative Budget Award : L’intervallo, de Leonardo Di Costanzo

Prix Gillo Pontecorvo - Arcobaleno Latino: Laura Delli Colli

Prix Christopher D. Smithers Foundation : Low Tide, de Roberto Minervini

Prix Interfilm pour la promotion du dialogue interreligieux : Wadjda, de Haifaa Al Mansour

Prix Giovani Giurati del Vittorio Veneto Film Festival : The Company You Keep, de Robert Redford
Mention spéciale à Toni Servillo

Prix Premio Cinematografico “Civitas Vitae prossima” : Terramatta, de Costanza Quatriglio

Prix Green Drop : La cinquième saison, de Peter Brosens et Jessica Woodworth

Amour, Grand prix Fipresci de l’année

Posté par vincy, le 6 septembre 2012

Palme d'or, le film de Michael Haneke Amour a été honoré aujourd'hui par le Grand Prix Fipresci, la fédération internationale des critiques de films. 225 critiques de cinéma du monde entier ont voté.

Choix assez logique. Rappelons que Le Ruban blanc, également Palme d'or, avait également reçu ce prix la même année. Double doublé donc pour Haneke.

Le prix sera remis à l'acteur basque Ramon Agirre, en l'absence du réalisateur, lors de la cérémonie d'ouverture du Festival de San Sebastian, le 21 septembre. Agirre interprète le mari de la concierge de l'immeuble où vit le couple Trintignant/Riva.

Le Grand Prix Fipresci a récompensé les années précédentes Pedro Almodóvar, Paul Thomas Anderson, Jafar Panahi, Kim Ki-duk, Aki Kaurismäki, Nuri Bulge Ceylan, Jean-Luc Godard, Cristian Mungiu, Roman Polanski et Terrence Malick.

La Fipresci remet un prix dans chaque festival où elle peut-être présente. Depuis le début de l'année, 19 prix ont été remis à des films turc, albanais, brésilien, suédois, britannique, kazakh, italien, tchèque, ukrainien, ...