Edito : le cinéma d’animation à la fête

Posté par MpM, le 12 octobre 2017

Alors que la fête du cinéma d'animation bat son plein jusqu'à la fin du mois, avec de très nombreux événements, ateliers et projections à travers le monde, l'animation est aussi à la fête dans les sorties hebdomadaires ! Après Téhéran Tabou d'Ali Soozandeh, Dans la forêt enchantée de Oukybouky de Rasmus A. Sivertsen et Capitaine Superslip de David Soren mercredi dernier, arrivent sur les écrans cette semaine La passion Van Gogh de Dorota Kobiela et Hugh Welchman, le programme Quel Cirque ! distribué par Malavida, LEGO Ninjago : Le Film de Charlie Bean, Paul Fisher et Bob Logan et Un conte peut en cacher un autre de Jakob Schuh, Jan Lachauer et Bin-Han To.

En attendant le magnifique programme Le vent dans les roseaux d'Arnaud Demuynck, Nicolas Liguori et Rémi Durin le 18 octobre, ainsi que Zombillénium d'Arthur de Pins et Alexis Ducord (18/10), Le Monde secret des Emojis de Tony Leondis (18/10), Opération casse-noisettes 2 de Cal Brunker (25/10), Wallace & Gromit : Cœurs à modeler de Nick Park (08/11), L'étoile de Noël de Timothy Reckart (15/11), Ernest et Célestine en hiver de Julien Chheng et Jean-Christophe Roger (22/11), Les Moomins attendent Noël de Jakub Wro?ski et Ira Carpelan (29/11), Paddington 2 de Paul King (06/12), Drôles de petites bêtes d'Arnaud Bouron et Antoon Krings (13/12) ou encore Ferdinand de Carlos Saldanha (20/12).

Si une grosse majorité de ces sorties sont destinées au jeune public, les cinéphiles de tous âges trouvent désormais chaque semaine leur bonheur animé grâce à une large variété de styles, de genres et d'histoires. L'animation dite "adulte" se porte bien, de même que le cinéma "de patrimoine" qui revit peu à peu sur grand écran. Pour couronner cette belle effervescence du cinéma d'animation, la première cérémonie des European Animation Awards se tiendra à Lille le 8 décembre prochain. Y seront remis une vingtaine d' « Émile » (le nom du prix, en hommage à la fois à Émile Reynaud et Émile Cohl, deux pionniers de l’image animée) à des courts et longs métrages d'animation européens. Une première étape pour que l'animation cesse enfin d'être la cousine un peu pestiférée de la grande famille du cinéma.

La 11e édition de la fête du cinéma d’animation aux couleurs de la Croatie

Posté par cynthia, le 18 octobre 2012

Pour la onzième édition de la fête du cinéma d'animation, "la Croatie s'anime"! C'est d'ailleurs en présence de Marko Mestrovic et Veljko Popovic, venus spécialement de Croatie, et de la réalisatrice française Emilie Mercier, Marraine de la 11e Fête que le festival ouvre ses portes.

Cette année, dans le cadre de Croatie, la Voici !, Festival croate en France, la Fête célèbre le cinéma d’animation croate et met un coup de projecteur sur une nouvelle génération de réalisateurs innovants et talentueux. Une dizaine de court-métrage sont présentés révélant la diversité des sujets mais également le désarroi que ce pays a connu: la guerre, la perte d'un proche ou la peur étaient au rendez-vous.

En collaboration avec l’Agence du court métrage, le programme circule dans plus d’une vingtaine de lieux sur tout le territoire métropolitain, à la Réunion et au Portugal. Cette programmation se poursuivra jusqu’en décembre.

Plus d'infos: www.croatielavoici.com

La 11e édition de la fête du cinéma d'animation se déroule du 20 au 31 octobre.

La pré-liste pour le premier César du film d’animation

Posté par Morgane, le 21 octobre 2010

La 9e Fête du Cinéma d’Animation est également une édition à part car cette année, pour la première fois, lors des César, qui se dérouleront en février prochain, un nouveau prix, celui du meilleur film d’animation, sera remis. Enfin?! Car à la vue de la grande créativité du cinéma d’animation français, de son rayonnement mais aussi de la reconnaissance des animateurs français à l’étranger, on aurait aimé que la création de ce prix se fasse plus tôt, le dernier film français d’animation ayant reçu un César étant Persépolis dans les catégories meilleure adaptation et dialogues et meilleur premier film.

Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Lors de la soirée d’ouverture du festival qui s'est tenue hier soir au Centre musical Fleury Goutte d’Or-Barbara à Paris, Alain Rocca, trésorier de l’Académie des arts et techniques du cinéma, a annoncé la liste des films pré-sélectionnés pour le César 2011 du film d’animation.

Mais où sont les longs métrages?

Et les gagnants sont :
Chienne d’histoire de Serge Avédikian / Sacrebleu Productions
L’homme à la Gordini de Jean-Christophe Lie / Prima Linéa Productions
La femme squelette de Sarah Van Den Boom / Papy3D Productions
Logorama de François Alaux, Hervé De Crécy, Ludovic Houplain / Autour de Minuit
Love Patate de Gilles Cuvelier / Papy3D Productions
Matières à rêver de Florence Miailhe / Paraiso Production Diffusion
Mémoire fossile de Anne-Laure Totaro, Arnaud Demuynck / Les Films du Nord

La Fête du cinéma d’animation, numéro 9

Posté par vincy, le 20 octobre 2010

Du 20 au 31 octobre, la 9e Fête du cinéma d'animation se propagera dans toute la France. L'événement avait séduit 90 000 personnes l'an dernier. Les festivités s'ouvriront à 19h30 au Centre Barbara Goutte d'Or (Paris 18e) avec la projection des films sélectionnés, ainsi que la cérémonie de l'annonce des films retenus pour la compétition du César du film d'animation. Ce sera là le plus beau des événements tant ce nouveau César était attendu depuis des années.

Cette année, on célèbre les 50 ans de l'ASIFA, l'Association internationale du Film d'animation. L'Année France-Russie permettra aussi de faire la part belle au légendaire cinéma d'animation russe (notamment Andreï Khrjanovski au Forum des Images, le 22 octobre). Enfin le Collectif des producteurs mettra en avant les courts métrages (une trentaine répartis en quatre thématiques).

Le 28 octobre, à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Animation, le Centre Pompidou rendra hommage au réalisateur Raoul Servais, qui réalisé le visuel de cette journée. Célèbre fondateur de la "servaisgraphie", sa propre technique de prise de vue, le cinéaste belge présentera six de ses courts métrages, dont le confirmé Harpya, qui lui a valu une Palme d'or en 1979.

Le 22 octobre, au Forum des Images (Paris), un débat portera sur la place du cinéma d'animation dans les festivals et les médias.

Une rétrospective dédiée à l'oeuvre du réalisateur surréaliste tchèque Jan Svankmajer se tiendra du 26 au 31 octobre, toujours au Forum des Images.

La Cinémathèque, de son côté, honorera quant à elle le célèbre studio moscovite Soyouzmoultfilm les 30 et 31 octobre (à conseiller pour les enfants).

_______

Site de la 9e FCA

La Fête du cinéma d’animation : tempête de films et d’événements

Posté par Claire Fayau, le 16 octobre 2009

feet du cinema d'animation 2009Du 16 au 31 octobre 2009, la huitième fête du cinéma d'animation célèbrera sune année faste : 30 millions de spectateurs pour des dessins animés en salles, dont le plus gros succès de l'année L'âge de glace 3. La diversité des films ne rencontre pas toujours son public, et, cette année, l'animation européenne est cruellement absente des cinémas, mais de Coraline à Numéro 9, de Mary & Max à Ponyo sur la falaise, les histoires murissent, les styles se singularisent et l'animation joue désormais d'égale à égale avec les autres fictions. D'ici à février prochain, près de 15 films animés sont prévus de sortir.

Octobre est un mois judicieux. Pas moins de 8 films d'animation sortent ce mois-ci, dont le plus gros succès américain du moment, Tempête de boulettes géantes, adaptation d'un classique de la littérature jeunesse, Il pleut des hamburgers. L'approche de la toussaint (l'une des trois périodes les plus fréquentées dans l'année pour les cinémas), le temps qui se rafraîchit contribuent au succès de cet événement qu'Ecran Noir soutient année après année.

Et puis surtout le 28 octobre, c'est la Journée mondiale du cinéma d’animation : date anniversaire de la première projection publique du Théâtre optique d’Emile Reynaud au Musée Grévin, à Paris, en 1892!

Organisée par l’Afca (Association française du cinéma d’animation), cette manifestation vous donnera l'occasion de (re) découvrir le les classiques de ses derniers mois, de rencontrer des réalisateurs , de participer à des ateliers, et de rendre hommage aux œuvres de Grimault (Le Roi et l'Oiseau)... Du Japon au Brésil (avec une journée animation brésilienne), des films du monde entiers seront présentés. Demandez le programme par régions, consultez l'agenda des événements, ne manquez pas le studio Folimage à l'honneur !

Fête de l’Animation : Quand Petrov rencontre Hemingway

Posté par Morgane, le 22 octobre 2008

Mercredi 22 octobre, le cinéma Le Balzac a offert une projection de deux courts métrages d’Alexandre Petrov, La Vache et Le Vieil homme et la mer –adaptation du roman du même nom d’Ernest Hemingway-, entrecoupés d’un documentaire sur la vie de l'écrivain.

Pour cette séance, les enfants étaient largement en majorité dans la salle obscure tandis que les adultes se comptaient sur les doigts de la main ou presque. Mais les plus petits comme les plus grands ont paru ravis par ces deux courts métrages à la technique peu banale. Peignant avec les doigts sur des plaques de verre rétro éclairées (29 000 pour Le Vieil homme et la mer), Alexandre Petrov mélange la peinture au cinéma, donnant ainsi un aspect onirique, quasi irréel à son film.

Son sujet est également universel, susceptible de toucher tout un chacun. En effet, ses deux courts traitent du rapport de l’homme à la nature et plus particulièrement à l’animal et du respect que l’homme a pour ce dernier.

Oscar 2000 du meilleur court métrage d’animation et Grand Prix et Prix du Public du Festival d’Annecy en 2000 également, Le Vieil homme et la mer se révèle être un véritable petit bijou dans lequel la technique et l’histoire s’allient pour faire un film rempli de poésie.

Fête de l’animation : soirée Skhizein

Posté par Morgane, le 21 octobre 2008

skhizeinLundi 20 octobre, la Fête de l’Animation et le Cinéma Denfert offrent une soirée spéciale Jérémy Clapin en projetant deux de ses courts métrages, Une histoire vertébrale et Skhizein (Prix du Public au Festival d’Annecy 2008), suivis d’un débat entre l’équipe du film et le public.

Une histoire vertébrale est une histoire douce et amère de solitude mêlée d’amour bercée par le savoureux son de la clarinette. Quant à Skhizein, il s’agit d’une histoire métaphorique de la schizophrénie dans laquelle Henri se retrouve, après l’impact d’une météorite, à très exactement 91cm de là où il devrait être et se terminant par ces mots : « on ne précise jamais aux gens de combien ils sont fous ».

Après la projection des deux courts métrages, le réalisateur et son équipe interviennent, expliquent le choix de la 3D, leur volonté de rester très graphique et l’importance de l’espace dans les deux films. Jérémy Clapin revient également sur la naissance de ces deux films. Le personnage central d’Une histoire vertébrale est né d’une erreur, d’un dessin « raté ». La nature fait tout de même bien les choses. L’histoire est venue par la suite. Pour Skhizein, l’idée de départ est venue d’un écho sismique ressenti sur Paris. L’idée du tremblement de terre induisait alors une réalité qui bouge et le fait qu’il est impossible de capturer une image fixe de cette réalité, de la figer.

Puis l’équipe nous a expliqué la façon de travailler en 3D, la cohérence de l’espace, l’animatique, la caméramap… bref tout l’envers du décor qui crée la magie de l’animation pour nous spectateurs.

Fête de l’Animation : Ouverture

Posté par Morgane, le 15 octobre 2008

Du 15 au 28 octobre, toute la France vibre au diapason de l’animation puisque que l’on fête le Cinéma d’Animation. Durant ces deux semaines de festival, et ce dans de nombreuses régions françaises, l’animation est à l’honneur. Projections, avant-premières, ateliers, rencontres, expositions, ciné-concerts, rétrospectives, démonstrations de techniques… tout est mis en œuvre pour un superbe coup de projecteur sur cet art cinématographique destiné aux plus petits comme aux plus grands.

Et pour cette 7ème édition, celle de tous les dangers après le changement de l'équipe fondatrice, l’invité d’honneur du festival n’est autre que Michel Ocelot. Valeur sûre. Réalisateur de très nombreux courts métrages d’animation, il a rencontré le succès auprès du grand public grâce à son personnage de <i>Kirikou</i>. <i>Kirikou et la sorcière</i> (1998) suscite un tel engouement que Michel Ocelot retrouvera son petit personnage en 2005 avec <i>Kirikou et les bêtes sauvages</i>. Il réalise également <i>Princes et princesses</i> (2000), six contes animés selon le principe du théâtre d’ombres avec des silhouettes découpées dans du papier noir, ainsi que <i>Azur et Asmar</i> (2006), long métrage en 3D numérique.

Toujours plein de poésie, l’univers de Michel Ocelot entraîne son spectateur aux confins du rêve. Et l’aventure n’est pas terminée puisque qu'il est actuellement sur un nouveau projet avec lequel il retournerait aux courts métrages et aux silhouettes découpées…A ffaire à suivre…

A la suite d’une programmation et d’événements qui promettent de faire de ce festival un beau festival, celui-ci fermera à nouveau ses portes le 28 février, journée mondiale du Cinéma d’Animation. C’est en 2002 que l’Asifa (Association internationale du film d’animation) a lancé cette journée mondiale du cinéma d’animation, en commémoration de la première projection publique du théâtre optique d’Emile Reynaud au Musée Grévin le 28 octobre 1892. Les animations seront donc fort nombreuses un peu partout à cette occasion. En attendant, tous à vos salles obscures…