Ibrahim et Un triomphe couronnés à Angoulême

Posté par vincy, le 2 septembre 2020

Le Festival du film francophone d’Angoulême a décerné le premier palmarès cinématographique d'importance en Europe depuis... la Berlinale en février et Annecy en juin. Des salles quasiment pleines ont sans doute rassuré le secteur. Reste à savoir si le coup de projecteur suffira à faire revenir le public dans les cinémas français.

Deux films ont dominé cette édition post-Covid pour le jury présidé par Gustave Kervern et Benoît Delépine.

Ibrahim, premier long métrage du comédien Samir Guesmi, remporte quatre prix du jury, dont celui du meilleur film attribué à l'unanimité, mais aussi ceux de la mise en scène et du scénario.

Un triomphe, deuxième long métrage d'Emmanuel Courcol, avec Kad Merad notamment. Il reçoit le prix du public etun double prix d'interprétation masculine pour Sofian Khammes et Pierre Lottin, qui incarnent deux des prisonniers.

Les deux films ont reçu le label Sélection officielle Cannes 2020, tout comme Slalom, primé par les étudiants.

Notons que Petit pays d'Éric Barbier, déjà en salle a été distingué pour la très juste interprétation d'Isabelle Kabano.

Valois de diamant
Ibrahim de Samir Guesmi

Valois du public
Un triomphe d’Emmanuel Courcol (sortie 6 janvier 2021, Memento)

Valois de l’acteur
ex aequo :
Sofian Khammes dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol
Pierre Lottin dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol

Valois de l’actrice
Isabelle Kabano dans Petit pays d’Éric Barbier (sortie le 28 août)

Valois de la mise en scène
Samir Guesmi pour Ibrahim

Valois Magelis des étudiants francophones
Slalom de Charlène Favier (sortie 4 novembre 2020, Jour2Fête)

Valois René-Laloux décerné au meilleur court métrage d’animation
ex aequo :
Machini de Tétshim et Frank Mukunday
Le mal du siècle de Catherine Lepage

Valois du scénario
Samir Guesmi pour Ibrahim (sortie 9 décembre 2020 Le Pacte)

Valois de la musique
Raphaël Eligoulachvili pour Ibrahim

Venise 2020: les films de la sélection officielle

Posté par vincy, le 28 juillet 2020

Quelques films prévus à Cannes, une sélection très européenne et asiatique: Venise n'a pas de gros événements hollywoodiens à présenter, mais quelques auteurs prestigieux à proposer aux jurys. Alberto Barbera n'a sans doute pas réussi son pari de vouloir profiter de l'absence de Cannes. Il en résulte un festival passionnant pour les cinéphiles mais qui manque de glamour et d'excitation pour les autres.

Il y a heureusement quelques grands noms, y compris côté documentaires. Et comme un retour aux origines de Venise, avant que le festival ne joue les rampes de lancement pour les Oscars.

En compétition, le jury du 77e festival sera présidé par Cate Blanchett, entourée de Veronika Franz, Joanna Hogg, Nicola Lagioia, Christian Petzold, Cristi Puiu et Ludivine Sagnier. Pour la section Orizzonti, Claire Denis présidera le jury, aux côtés de Oskar Akegria, Francesca Comencini, Katriel Schory et Christine Vachon.

COMPETITION
In Between Dying, Hilal Baydarov
Le Sorelle Macaluso, Emma Dante
The World to Come, Mona Fastvold
Nuevo Orden, Michel Franco
Amants, Nicole Garcia
Laila in Haifa, Amos Gitai
And Tomorrow The Entire World, Julia Von Heinz
Dorogie Tovarischi (Dear Comrades), Andrei Konchalovsky
Wife of a Spy, Kiyoshi Kurosawa
Khorhid (Sun Children), Majid Majidi
Pieces of a Woman, Kornel Mundruczo
Miss Marx, Susanna Nicchiarelli
Padrenostro, Claudio Noce
Notturno, Gianfranco Rosi
Never Gonna Snow Again, Malgorzata Szumowska & Michal Englert
The Disciple, Chaitanya Tamhane
Quo Vadis, Aida?, Jasmila Zbanic
Nomadland, Chloe Zhao

HORS COMPETITION – Fiction
Lacci, Daniele Luchetti– OUVERTURE
Lasciami Andare, Stefano Mordini - CLÔTURE
Mandibules, Quentin Dupieux
Love After Love, Ann Hui
Assandira, Salvatore Mereu
The Duke, Roger Mitchell
Night in Paradise, Park Soon-Jung
Mosquito State, Filip Jan Rymsza

HORS COMPETITION – Documentaire
Sportin’ Life, Abel Ferrara
Crazy, Not Insane, Alex Gibney
Greta, Nathan Grossman
Salvatore – Shoemaker of Dreams, Luca Guadagnino
Final Account, Luke Holland
La Verità Su La Dolce Vita, Giuseppe Pedersoli
Molecole, Daniele Segre
Narciso Em Ferias, Renato Terra, Ricardo Calil
Paolo Conte, Via Con Me, Giorgio Verdelli
Hopper/Welles, Orson Welles
City Hall, Frederick Wiseman

HORS COMPETITION – Séances spéciales
30 Monedas – Episode 1, Alex De La Iglesia
Princesse Europe, Camille Lotteau
Omelia Contadina, Alice Rohrwacher

ORIZZONTI
Apples, Christos Nikou - OUVERTURE
La Troisieme Guerre, Giovanni Aloi
Milestone, Ivan Ayr
The Wasteland, Ahmad Bahrami
The Man Who Sold His Skin, Kaouther Ben Hania
I Predatori, Pietro Castellitto
Mainstream, Gia Coppola
Genus Pan, Lav Diaz
Zanka Contact, Ismael El Iraki
Guerra e Pace, Martina Parenti, Massimo D’Anolfi
La Nuit Des Rois, Philippe Lacôte
The Furnace, Roderick Mackay
Careless Crime, Shahram Mokri
Gaza Mon Amour, Tarzan Nasser, Arab Nasser
Mila, Christos Nikou
Selva Tragica, Yulene Olaizola
Nowhere Special, Uberto Pasolini
Listen, Ana Rocha De Sousa
The Best is Yet to Come, Wang Jing
Yellow Cat, Adilkhan Yerzhanov

10 films labellisés Cannes 2020 s’invitent à Deauville

Posté par vincy, le 28 juillet 2020

Les planches de Deauville, habituellement américaines, vont accueillir des films sélectionnés par Cannes 2020, provenant du Royaume-Uni, de Corée du sud ou de France.

"A circonstances exceptionnelles, édition exceptionnelle : le Festival du cinéma américain invite cette année le Festival de Cannes, dans sa nature de dimension internationale. 10 films ont été ainsi sélectionnés parmi les 56 titres de la Sélection officielle du Festival de Cannes. Un moment intense pour faire vivre et palpiter le plus grand festival du monde à Deauville. Tous les publics pourront découvrir ces films sur grand écran, en présence de son délégué général Thierry Frémaux et de son président Pierre Lescure" indique le communiqué. "Nous partageons avec Bruno Barde une exigence identique pour le cinéma, une même passion pour les artistes, une tradition semblable de générosité et d’ouverture au monde"  explique Thierry Frémaux, Délégué général du Festival de Cannes.

ADN de Maïwenn
Ammonite de Francis Lee
Des hommes de Lucas Belvaux
Les deux Alfred de Bruno Podalydès
A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar
Last Words de Jonathan Nossiter
Peninsula de Yeon Sang-ho
Rouge de Farid Bentoumi
Slalom de Charlène Favier
Teddy de Ludovic & Zoran Boukherma

Pour les amoureux du cinéma américain, en dehors de cette sélection cannoise, le festival proposera, 70 films. Les 14 films de la compétition ont déjà été annoncés:

First Cow de Kelly Reichardt
Giants Being Lonely de Grear Patterson
Holler de Nicole Riegel (1er film)
Kajillionaire de Miranda July
Lorelei de Sabrina Doyle (1er film)
Last Words de Jonathan Nossiter
Love is Love is Love d‘Eleanor Coppola
Minari de Lee Isaac Chung
Shiva Baby d’Emma Seligman (1er film)
Sophie Jones de Jessie Barr (1er film)
Sound of Metal de Darius Marder (1er film)
The Assistant de Kitty Green (1er film)
The Violent Heart de Kerem Sanga
Uncle Frank d’Alan Ball (2° film)

Jean-Pierre et Luc Dardenne, Prix Lumière 2020

Posté par vincy, le 16 juillet 2020

Il fallait s'y attendre un jour: les frères Dardenne, deux fois Palme d'or à Cannes, pour Rosetta et L'enfant, recevront le prestigieux prix Lumière 2020. C'est la première fois que des cinéastes francophones reçoivent la distinction créée en 2009. Ils succèdent à Francis Ford Coppola.

La 12e édition du festival Lumière se déroulera à Lyon du samedi 10 au dimanche 18 octobre 2020.

Réalisateurs de 11 longs métrages de fiction, de six documentaires et producteurs d'une trentaine de films (dont Le couperet de Costa-Gavras, L'exercice de l'Etat de Pierre Schoeller, La Part des anges de Ken Loach, Au-delà des collines de Cristian Mungiu et De rouille et d'os de Jacques Audiard), Jean-Pierre et Luc Dardenne ont été de multiples fois distingués en Europe, notamment avec David di Donatello, un European Award, un prix Robert Bresson à Venise et surtout deux Palmes d'or, un grand prix du jury, un prix de la mise en scène et un prix du scénario à Cannes.

Humanisme et néo-réalisme

"Les frères Dardenne ont empreint le cinéma contemporain de leur regard puissant et immédiatement reconnaissable. Une poétique de la réalité poussée à son paroxysme, qui fait écho à leur origine de cinéastes-documentaristes. Ils viennent d’un pays, la Belgique, extraordinairement actif et productif dans l’histoire du cinéma, ils sont célébrés sur la scène internationale et admirés par leurs collègues (...), il est temps de célébrer l’œuvre de Jean-Pierre et Luc Dardenne pour ce qu’elle est : humaine, forte, engagée, tournée vers la jeune génération et criante de vérité" explique le festival lyonnais.

"Nous sommes très honorés de recevoir ce Prix Lumière 2020, ont déclaré Jean-Pierre et Luc Dardenne. Pour nous, deux frères cinéastes, ce prix recèle une émotion particulière. Il nous met en contact avec la fraternité originelle du cinéma, avec les deux frères qui ont filmé pour la première fois des corps, des visages d’hommes et de femmes, d’ouvriers et d’ouvrières sortant de leurs ateliers. Plus d’un siècle après, nous filmons des corps, des visages qui sont les descendants de ceux filmés par les frères Lumière et nous essayons chaque fois de les filmer comme si c’était la première fois. Ce sera magnifique de recevoir ce Prix dans le cadre du festival qui fait dialoguer, comme nulle part ailleurs, le patrimoine mondial du cinéma et le public d’aujourd’hui."

Morale et misérables

Emilie Dequenne, Olivier Gourmet, Jérémie Renier, Fabrizio Rongione, Déborah François, Arta Dobroshi, Idir Ben Addi, Cécile de France, Marion Cotillard, Adèle Haenel: le cinéma des Dardenne est un cinéma de corps et de visages, de précision théâtrale et de regard social. Il y a chez eux une volonté de montrer les marginaux, les déclassés, les éclopés, les misérables de notre temps. Ils "résistent à leur manière, violemment, maladroitement, tendrement. Les deux frères cinéastes le font avec brio, avec talent, avec une attention à la morale des choses, nous faisant découvrir d’immenses acteurs et nous prouver que ce que l’on regarde, surtout si on le fait avec cette humanité, compte autant que le regard lui-même" a souligné Bertrand Tavernier.

Rosetta (1999) reste leur plus grand succès en France avec plus de 700000 entrées, devant Le gamin au vélo (2011) et Deux jours, une nuit (2014), tous deux au-dessus des 500000 spectateurs.

Cabourg 2020 : Guillaume Brac couronné, Robert Guédiguian sacré

Posté par kristofy, le 3 juillet 2020

Le 34e Festival du Film de Cabourg est le premier festival de cinéma en France a voir pu s'organiser avec le récent déconfinement. Il y a donc eu des projections dans les salles pour le public,t en présence de certaines équipes, des jurys, et aussi un tapis-rouge en bord de mer avec de nombreuses stars pour la cérémonie de remise des prix. Cette année reste spéciale avec une édition de Cabourg réduite à 3 jours (au lieu de 5  habituellement) du 29 juin au 1er juillet, mais avec un concentré de films en avant-première.

Le palmarès :

- Grand Prix du Jury : A l’abordage de Guillaume Brac

Guillaume Brac a révélé au cinéma deux interprètes de théâtre ,Vincent Macaigne et Laure Calamy (depuis devenus des noms de plusieurs gros films) avec son moyen-métrage Un monde sans femme sorti en 2012. Son court-métrage précédent, Le Naufragé , avec Vincent Macaigne (déjà), était d'ailleurs à Cabourg en 2010. Ce nouveau film A l’abordage, déjà présenté à Berlin, flirte en apparence avec le cinéma d'Éric Rohmer. mais il se révèle progressivement plein d'audace autant en traits d'humour qu'en petites observations de la société. C'est un grand film romantique (joué par  des jeunes du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris), déjà l'un des meilleur film français de l'année ...

- Mention Spéciale du Jury : Balloon de Pema Tseden (sortie le 18 novembre 2020)

Les films de Pema Tseden sont à chaque des invitations à la poésie et au voyages dans diverses régions du Tibet, et on a la chance que certains sortent en salles en France : Tharlo en 2018 et Jinpa en 2020 après être sélectionnés aux festivals de Venise et de Vesoul (en remportant d'ailleurs 2 Cyclo d'or), ce dernier Balloon va suivre la même trajectoire (Venise, puis Vesoul) avec une sortie à venir prévue au 18 novembre 2020. Balloon est son film peut-être le plus 'accessible' avec en particulier une histoire d'amour contrariée (et aussi derrière le sujet de l'accès à des moyens de contraception) : cette mention spéciale du Festival Romantique de Cabourg est logique.

- Meilleur court-métrage : La Grande nuit de Sharon Hakim
- Prix du Jury court-métrage : Aline de Simon Guélat
- Mention Spéciale du Jury Court-Métrage : Shakira de Noémie Merlant
- Meilleure actrice court-métrage ex-aequo : Catalina Danca dans Shakira et Tamara Saade dans La Grande nuit
- Meilleur acteur court-métrage ex-aequo : Paulin Jaccoud et Schemci Lauth dans Aline

La spécificité du Festival de Cabourg est aussi de décerner des prix, le romantique Swann d'Or, qui viennent saluer les talents des films français de l'année entre chaque été. L'un de ces films est d'ailleurs de nouveau distribué en salles depuis leur réouverture : De Gaulle avec Lambert Wilson

- Swann d’Or du meilleur film : Gloria Mundi de Robert Guédiguian
- Swann d’Or de la meilleure réalisation : Nicolas Bedos pour La Belle Époque
- Prix Gonzague Saint-Bris du scénario adapté d'une oeuvre littéraire : Seules les bêtes par Dominik Moll et Gilles Marchand (d’après le roman de Colin Niel)
- Swann d’Or de la meilleure actrice : Chiara Mastroianni dans Chambre 212 de Christophe Honoré
- Swann d’Or du meilleur acteur : Lambert Wilson dans De Gaulle de Gabriel Le Bomin
- Swann d’Or de la révélation féminine : Luàna Bajrami dans Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma
- Swann d’Or de la révélation masculine : Benjamin Voisin dans Un vrai bonhomme de Benjamin Parent
- Swann d’Or du meilleur premier film : Tu mérites un amour de Hafsia Herzi

Par ailleurs les Prix Premiers Rendez-Vous qui récompensent les débuts à l’écran d’une actrice et d’un acteur dans un premier grand rôle ont été donné à Zahia Dehar dans Une Fille facile de Rebecca Zlotowski et à Alexandre Wetter dans Miss de Ruben Alves

Une édition inédite pour le Festival international du film de La Rochelle

Posté par redaction, le 29 juin 2020

Comme beaucoup d’autres manifestations culturelles, le Festival international du film de La Rochelle subit les conséquences du Covid-19 et de la crise sanitaire. Il n’a donc pas lieu dans les conditions habituelles, mais les organisateurs lui ont donné une forme nouvelle pour l’occasion, avec notamment une première partie en ligne, et un week-end de projections devant un public, en présence de réalisateurs en chair et en os.

Ainsi, seize films (neuf longs et sept courts-métrages) sont disponibles en ligne jusqu’au 5 juillet sur la plate-forme Cinetek, créée par les réalisateurs Cédric Klapisch, Pascale Ferran et Laurent Cantet. Au programme de cette 48e édition du Festival La Rochelle Cinéma (FEMA) : des rétrospectives consacrées à Roberto Rossellini (avec La prise du pouvoir par Louis XIV, Le psychodrame, Le Général della Rovere) et à René Clément (La bataille du rail, Jeux interdits), des courts-métrages d’animation réalisés en stop motion, ou encore une séance « Retour de flamme ». Des films de Mathieu Amalric (Mange ta soupe, Barbara Hannigan...), parrain de cette édition virtuelle, seront également proposés aux internautes cinéphiles. Un pass festival, vendu cinq euros, permet d’accéder à l’ensemble de ces films.

En plus de cette édition virtuelle, sept films seront projetés en avant-première les 3, 4 et 5 juillet dans les salles de La Coursive, en présence des réalisateurs François Ozon (pour Eté 85), Michel Leclerc (pour Pingouin & goéland et leurs 500 petits) et Guillaume Brac (pour A l’abordage). Un hommage sera également rendu à Michel Piccoli, décédé le 12 mai dernier, avec la projection de Milou en mai de Louis Malle.

Enfin, du 1er au 4 octobre, le festival, un peu particulier cette année en raison des circonstances, s’achèvera par de nouvelles projections devant un public, avec des films restaurés, des ciné-concerts, des films pour les enfants, et d’autres films présentés en avant-première.

Pierre-Yves Roger

----

48e édition du Festival La Rochelle Cinéma
Jusqu'au 5 juillet
Plus d'informations sur le site de la manifestation

Un beau programme en ligne pour le Festival du Film court de Grenoble (privé de plein air)

Posté par MpM, le 29 juin 2020

Son intitulé est cette année un peu trompeur. Crise sanitaire oblige, le Festival du Film court en plein air de Grenoble migre sur une plate-forme en ligne, accessible gratuitement à tous du 30 juin au 4 juillet. Les habitués auront un petit pincement au coeur à l'idée de ne pas retrouver l'ambiance particulière des projections sous le ciel étoilé, mais tout le monde se réjouit du maintien de la manifestation qui propose, comme chaque année, un programme riche et alléchant.

En compétition officielle, on retrouvera avec plaisir des incontournables comme Physique de la tristesse de Théodore Ushev, fraîchement auréolé de son Cristal à Annecy et Genius Loci d'Adrien Merigeau (lui aussi primé à Annecy, après être passé par Angers, Clermont et Berlin), mais aussi Hãy Tinh thuc và san sàng de Pham Thien An, découvert à la Quinzaine des Réalisateurs 2019 ou Un adieu de Mathilde Profit, dont on vous parle depuis des mois, et qui vient d'obtenir le prix du meilleur premier film à Côté Court.

On retrouvera également des réalisateurs repérés comme Salvatore Lista (Rap night), Valérie Leroy (Teen Horses) et William Laboury (Yandere), et des films à ne pas rater à l'image de Sororelle de Frédéric Even et Louise Mercadier, huis clos tchekhovien et minimaliste.

Le Festival proposera par ailleurs des "masterclasses" décalées avec les youtubeurs Le Fossoyeur de Films et Amazing Lucy, des ateliers en ligne, des séances jeune public et une nuit blanche "Horreur et Frissons" déclinée en 24 films dont le classique Do you have the shine de Johan Thurfjell, mais aussi le délirant Wild love de Paul Autric, Quentin Camus, Léa Georges, Maryka Laudet, Zoé Sottiaux et Corentin Yvergniaux, Acide de Just Philippot, Fast film de Virgil Widrich ou encore La Femme qui se poudre de Patrick Bokanowski.

Chaque programme sera mis en ligne à heure fixe pour une durée de 48h.

--

43e Festival du Film court en plein air de Grenoble
Du 30 juin au  4 Juillet 2020
https://www.festivalcourtgrenoble.fr/home

Cabourg 2020 : enfin un festival avec des salles et du public

Posté par kristofy, le 25 juin 2020

La pandémie du coronavirus et les différentes mesures sanitaires ont bousculé l'organisation des Festivals de cinéma ainsi que le calendrier des sorties de films.

Le Festival de Cabourg, qui se déroule chaque année à la mi-juin, avait réfléchi à diverses options comme des séances de type drive-in sur la plage durant l'été. Il avait déjà organisé la projection des films en compétition aux jurys à huis-clos à Paris.

Avec l'annonce d'une réouverture des salles le 22 juin, Cabourg va finalement bel et bien organisé son Festival dans ses salles normandes. La 34e édition du Festival du Film de Cabourg se déroulera du 29 juin au 1er juillet. Les jurys y seront présents pour y annoncer leur palmarès, et différentes équipes de films viendront sur le tapis-rouge : y sont attendus des talents comme Lambert Wilson, Zahia Dehar, Benjamin Voisin et Alexandre Wetter, Chiara Mastroianni, Gustave Kervern, Guillaume Brac, Lola Naymark, Gilles Marchand...

Le président du jury des films en compétition est Benoit Magimel, avec, à ses côtés, les actrices Doria Tillier et Isild Le Besco, le scénariste Ahmed Hamidi, Aurélie Dupont (directrice de la danse du ballet de l’Opéra national de Paris), et le compositeur Issam Krimi.
Même si cette édition du Festival de Cabourg sera réduite avec beaucoup moins de films il y a toujours des séances de courts-métrages dont le jury est présidé par Noémie Lvovsky, entourée des actrices Carmen Kassovitz et Aloïse Sauvage et des acteurs Malcolm Conrath et Steve Tientcheu.

Les films en compétition sont :
À L’ABORDAGE de Guillaume Brac, France
BALLOON de Pema Tseden, Tibet/Chine
BROOKLYN SECRET d’Isabel Sandoval, USA/Philippines
EVA EN AOÛT de Jonas Trueba, Espagne
LA FEMME DES STEPPES, LE FLIC ET L’ŒUF de Quan’an Wang, Mongolie
GOODBYE de William Nicholson, Angleterre; avec Annette Bening, Bill Nighy, Josh O'Connor
LES PARFUMS de Grégory Magne, France; avec Emmanuelle Devos, Grégory Montel, Gustave Kervern
POISSONSEXE d’Olivier Babinet, France; avec India Hair, Ellen Dorrit Petersen, Gustave Kervern

Les films en avant-première :
À CŒUR BATTANT de Keren Ben Rafael
THE SINGING CLUB de Peter Cattaneo
REMEMBER ME de Martin Rosete

Les  courts-métrages en compétition :
ALINE de Simon Guélat
BALTRINGUE de Josza Anjembe
DÉSIRÉE de Victoria Jadot
EXTÉRIEUR CRÉPUSCULE de Roman Kané
JAIZKIBEL de Justine Fabre
LA GRANDE NUIT de Sharon Hakim
LITTORALEMENT de Lisa Sallustio
MISS CHAZELLES de Thomas Vernay
SHAKIRA de Noémie Merlant
RAP NIGHT de Salvatore Lista

Un protocole sanitaire particulier est prévu avec notamment du gel hydro-alcoolique à disposition, des masques, des micros fixes pour les présentations en salles, un stylo personnel à chaque invité pour faire ses dédicaces, un distanciation physique avec les photographes... Ce Festival de Cabourg sera le premier rendez-vous cinéma post-confinement avec des projections en salles qui réuniront artistes et public : « Il nous est apparu important de ne pas baisser les bras, de continuer à exercer notre fonction de soutien à la Culture et au Cinéma et plus particulièrement à leurs acteurs dans toutes leurs diversités professionnelles et aussi de répondre au besoin de divertissement et de rêve dont nos spectateurs et festivaliers ont terriblement besoin.Nous pensons que chacun doit tenir, malgré la crise, son rôle aussi modeste soit-il, le nôtre est de faire un Festival, tout en préservant les gestes protecteurs »
___________

34e Festival de Cabourg
du 29 juin au 1er juillet.
Renseignements sur le site de la manifestation

Le Festival Côté Court commence aujourd’hui en ligne et en accès libre

Posté par MpM, le 17 juin 2020

C'est déjà la 29e édition du Festival Côté Court de Pantin, manifestation consacrée comme son nom l'indique aux films courts et moyens. Si l'événement a lieu cette année en ligne, comme la majorité des festivals du printemps, il n'en présente pas moins 132 courts métrages répartis en 5 sections : Compétition Fiction, Compétition Essai / Art vidéo, Compétition Prospective Cinema, Écrans libres et Panorama. Cette dernière section est elle-même divisée en trois : fiction, documentaire et animation. On notera que "fiction" est généralement le nom que les gens venant de la prise de vues continues donnent à leurs films, afin de les distinguer absolument de l'animation, bien que cette dernière puisse, comme chacun sait, être soit fiction, soit documentaire, soit même hybride.

A l'exception de ce classique problème d'appellation, on se réjouira de pouvoir découvrir assez facilement (chaque programme étant disponible pendant 6 jours) un échantillon non négligeable de la production française de courts des 18 derniers mois. En compétition "fiction", on note la présence de certains de nos films préférés de l'an passé, tels que Sapphire Crystal de Virgil Vernier et Un Adieu de Mathilde Profit, mais aussi Journey Through a Body de Camille Degeye qui était à Cannes en 2019 et Sole Mio, l'avant-dernier court de Maxime Roy (le réalisateur ne chôme pas, il a eu le temps depuis de boucler un autre court et un premier long). On vous recommande aussi Miss Chazelles de Thomas Vernay et Massacre de Maïté Sonnet qui ont déjà pas mal fait parler d'eux auparavant.

En compétition "Essai / Art vidéo", ne passez pas à côté de l'incontournable Clean With Me (After Dark) de Gabrielle Stemmer, étonnant film de montage sur des femmes se filmant en train de faire le ménage de manière frénétique, qui débouche sur une réflexion passionnante sur la place des femmes dans la société contemporaine. Il faudra aussi voir À l’entrée de la nuit d’Anton Bialas (qui était à Berlin), Bab Sebta de Randa Maroufi (primé notamment à Winterthur), 1998 de Sigrid Bouaziz et Shanzhài Screens de Paul Heintz. Sans oublier les nouveaux films de Bertrand Mandico (Extazus), Patrick Bokanowski (Vers Syracuse), Antonin Peretjatko (Mandico et le TopsychoPor) ou encore Marie Losier (Which is Witch ?).

Plus globalement, le festival est aussi l'occasion de (re)découvrir Electric Swan de Konstantina Kotzamani (prix du court métrage du syndicat de la critique), Jusqu’à l’os de Sébastien Betbeder, Genius Loci d’Adrien Mérigeau, L’Heure de l’ours d’Agnès Patron ou encore Douma Underground de Tim Alsiofi. Mais aussi d'assister à des rencontres (virtuelles) en direct avec Marie Losier, Virgil Vernier, Bertrand Mandico, Antonin Peretjatko ou encore Sigrid Bouaziz.

Le Festival se clôturera le 27 juin avec l'annonce du traditionnel palmarès. A noter enfin que si tous les films sont accessibles gratuitement, il est possible de faire un don libre pour soutenir la manifestation.

---

Côté Court, 29e édition
Edition en ligne du 17 au 27 juin

Cannes 2020: la sélection de l’ACID « hors les murs »

Posté par vincy, le 4 juin 2020

Après la Sélection officielle et celle de la Semaine de la Critique, c'est au tour de l'ACID de vouloir promouvoir 9 films (dont 4 documentaires), qui bénéficieront d’une valorisation au Marché du Film en ligne mais aussi, de projections à l’automne.

- Les affluents de Jessé Miceli (Cambodge)
- Funambules d’Ilan Klipper (France)
- Les graines que l’on sème de Nathan Nicholovitch (France)
- Il mio corpo de Michele Pennetta (Suisse)
- The Last Hillbilly de Diane Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe (France)
- Loin de vous j’ai grandi de Marie Dumora (France)
- Si le vent tombe de Nora Martirosyan (Arménie), une coprésentation avec la sélection officielle du Festival de Cannes. Le film sortira au premier trimestre 2021.
- La última primavera d'Isabel Lamberti (Espagne)
- Walden de Bojena Horackova (Lituanie)

Les films seront projetés du 25 au 29 septembre au Louxor à Paris, du 2 au 4 octobre au Comoedia à Lyon, du 8 au 11 octobre au Gyptis et à La Baleine à Marseille, mais aussi à la Cinémathèque de Corse et dans des festivals partenaires.