Venise 2019: la Mostra s’offre une compétition de haut niveau

Posté par vincy, le 25 juillet 2019

Le jury de Lucrecia Martel va voir des stars défiler sur le tapis rouge du lido: Deneuve et Binoche en ouverture le 28 août, Mick Jaeger en clôture le 7 septembre, et entre les deux Brad Pitt, Scarlett Johansson, Antonio Banderas, Penelope Cruz, Thimotée Chalamet, Robert Pattinson, Adam Driver, Meryl Streep, Anaïs Demoustier, Gael Garcia Bernal, Joaquin Phoenix, Jean Dujardin, etc...

En compétition, le programme est fourni et éclectique: de grands noms récompensés dans différents festivals majeurs, des talents qu'on suit depuis quelques années, des blockbusters, de la SF, du thriller, du film politique, du drame familial ou intimiste... On passera ainsi du Joker de la Warner à l'affaire Dreyfus par Polanski, d'une comédie de couple new yorkaise signée Baumbach à l'espace intersidéral de James Gray, en passant par l'univers surréaliste de Roy Andersson ou la dernière folie de Steven Soderbergh (une production Netflix).

Tous retenus pour Toronto, Satrapi, Mangold, Waititi, Meirelles, Amenabar et les Safdie n'en sont pas. Tout comme Scorsese.

Hors compétition, on notera la présence de Costa Gavras (avec un film politique ET grec), David Michod (avec une production netflix et Timothée Chalamet), Yann Arthus-Bertrand, Roger Waters, Sergei Loznitsa, Tim Robbins, les nouvelles saisons de séries comme ZeroZeroZero et The Young Pope, l'inversion intégrale d'Irréversible de Gaspar Noé. Dans la sections Orizzonti, deux films français sont en lice, en plus de deux coproductions.

Compétition
La vérité, Kore-eda Hirokazu (France - film d'ouverture)
The Perfect Candidate, Haifaa Al-Mansour
About Endlessness, Roy Andersson
Wasp Network, Olivier Assayas (France)
Marriage Story, Noah Baumbach
Guest of Honor, Atom Egoyan
Ad Astra, James Gray
A Herdade, Tiago Guedes
Gloria Mundi, Robert Guediguian (France)
Waiting For The Barbarians, Ciro Guerra
Ema, Pablo Larrain
Martin Eden, Pietro Marcello
La Mafia Non E Piu Quella Di Una Volta, Franco Maresco
The Painted Bird, Vaclav Marhoul
Il Sindaco Del Rione Sanita, Mario Martone
Babyteeth, Shannon Murphy
Joker, Todd Phillips
J'accuse, Roman Polanski (France)
The Laundromat, Steven Soderbergh
Saturday Fiction, Lou Ye

Hors-compétition
The Burnt Orange Heresy, Giuseppe Capotondi (film de clôture)
Seberg, Benedict Andrews
Vivere, Francesca Archibugi
Mosul, Matthew Michael Carnahan
Adults in the Room, Costa-Gavras (France/Grèce)
The King, David Michod
Tutto il mio folle amore, Gabriele Salvatores

Hors-compétition - documentaire
Woman, Yann Arthus-Bertrand, Anastasia Mikova (France)
Roger Waters: Us + Them, Roger Waters
I Diari di Angela – Noi Due Cineasti. Capitolo Secondo, Yervant Gianikian, Angela Ricci Lucchi
Citizen K, Alex Gibney
Citizen Rosi, Didi Gnocchi, Carolina Rosi
The Kingmaker, Lauren Greenfield
State Funeral, Sergei Loznitsa
Collective, Alexander Nanau
45 Seconds of Laughter, Tim Robbins
Il pianeta in mare, Daniele Segre

Hors-compétition - séances spéciales
No One Left Behind, Guillermo Arriaga
Electric Swan, Konstantina Kotzamani
Irréversible – Inversion Intégrale, Gaspar Noe (France)
ZeroZeroZero (Episodes 1 and 2), Stefano Sollima
The New Pope (Episodes 2 and 7), Paolo Sorrentino

Orizzonti
Pelican Blood, Katrin Gebbe
Zumiriki, Oskar Alegria
Bik Eneich – Un Fils, Mehdi M. Barsaoui
Blanco en Blanco, Theo Court
Mes Jours de Gloire, Antoine De Bary (France)
Nevia, Nunzia De Stefano
Moffie,”Oliver Hermanus
Hava, Maryam, Ayesha, Sahara Karimi
Rialto, Peter Mackie Burns
The Criminal Man, Dmitry Mamuliya
Revenir, Jessica Palud (France)
Giants Being Lonely, Great Patterson
Balloon, Pema Tseden
Verdict, Raymund Ribas Gutierrez
Just 6.5, Saeed Roustaee
Shadow of Water, Sasidharan Sanal Kumar
Sole, Carlo Sironi
Madre, Rodrigo Sorogoyen
Atlantis, Valentyn Vasyanovych

Venise 2019: Dominik Moll, Fabienne Berthaud, Bartabas et Manele Labidi aux Venice Days

Posté par vincy, le 23 juillet 2019

Les 16e Venice Days - Giornate degli Autori ont dévoilé leur programmation avec quatre films français: Seules les bêtes en ouverture, Les chevaux voyageurs en clôture, le nouveau film de Fabienne Berthaud avec Cécile de France et celui de Manele Labidi avec Golshifteh Farahani.

Compétition :

Seules les bêtes de Dominik Moll - ouverture (lire aussi: Fin de tournage pour Seules les bêtes de Dominik Moll)
La Llorona (The Weeping Woman) de Jayro Bustamante
They Say Nothing Stays the Same de Joe Odagiri
Un monde plus grand de Fabienne Berthaud
5 è il numero perfetto (5 Is The Perfect Number) d’Igort
Lingua Franca d’Isabel Sandoval
Corpus Christi de Jan Kamasa
You Will Die At 20 de Amjad Abu Alala
Un divan à Tunis de Manele Labidi
Beware Of Children de Dag Johan Haugerud
The Long Walk de Mattie Do

Evénements spéciaux :

Les chevaux voyageurs de Bartabas - clôture
Burning Cane de Phillip Youmans
Mondo Sexy de Mario Sesti
Scherza con i Fanti de Gianfranco Pannone
Il Prigioniero de Federico Olivetti
House of Cardin de P. David Ebersole et Todd Hugues
Mio fratello rincorre i dinosauri de Stefano Cipani

Venetian Nights :

Sufficiente de Maddalena Stornaiuolo et Antonio Ruocco - court métrage
Cercando Valentina de Giancarlo Soldi
The Great Green Wall de Jared P. Scott
Emilio Vedova. Dalla parte del naufragio de Tomaso Pessina
La legge degli spazi bianchi de Mauro Caputo

Miu Miu Women’s Tales :

#17 Shako Mako de Hailey Gates

Venise 2019: Hirokazu Kore-eda en ouverture

Posté par vincy, le 18 juillet 2019

Palme d'or l'an dernier à Cannes avec Une affaire de famille, Hirokazu Kore-eda revient cette année à Venise en faisant l'ouverture de la 76e Mostra (28 août-7 septembre). La vérité est son premier film français, avec Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke et Ludivine Sagnier.

Le réalisateur s'est dit très honoré. "Nous avons tourné ce film en dix semaines l'automne dernier à Paris. Le générique est prestigieux mais le film en lui-même est une petite histoire familiale dans une maison. J'ai essayé de faire vivre mes personnages dans ce petit univers, avec leurs mensonges, leur fierté, leurs regrets, leur tristesse, leur joie et de leur réconciliation" explique-t-il. Comme le souligne Alberto Barbera, c'est à la fois la rencontre entre deux grandes actrices du cinéma français, un film sur la complexité des relations mère-fille et une réflexion sur le métier d'acteur.

Le film sera en compétition. La vérité sera distribué par Le Pacte le 22 janvier 2020.

Locarno 2019: Tarantino, Donzelli, Godard, Kurosawa, Costa, Balibar, Losier… et John Waters

Posté par vincy, le 17 juillet 2019

Lili Hinstin a vu grand pour sa première programmation du Festival de Locarno (7-17 août).  la France est en tout cas très présente pour cette 72e édition, si l'on tient compte des coproductions.
Le jury de la compétition est présidé par Catherine Breillat (réalisatrice et romancière, France), entourée de Nahuel Pérez Biscayart (acteur, Argentine), Angela Schanelec (réalisatrice, Allemagne), Ilse Hughan (productrice, Pays-Bas), et Emiliano Morreale (critique, Italie). Le jury de la section Cinéastes du présent est présidé par Jack Perlin (producteur, USA), entouré de Shengze Zhu (réalisatrice et productrice, Chine) et Yolande Zauberman (réalisatrice, France).

Un Léopard d’honneur sera par ailleurs décerné au cinéaste et acteur américain John Waters. L’acteur sud coréen Song Kang-ho sera également à l’honneur avec un Excellence Award, en présence de Bong Joon-ho. Le Leopard Club Award sera décerné à l’actrice américaine doublement oscarisée Hilary Swank.

La rétrospective Black Light , qui mettra en perspective la représentation des noirs au cinéma compte 45 œuvres, dont 38 longs métrages et 7 court métrages.

La section Open Doors qui promeut et valorise le cinéma indépendant du Sud et de l’Est du monde commence cette année un nouveau cycle de trois ans sur l'Asie du Sud-Est et la Mongolie.

Entre grands noms et films de genre, nouveaux talents et cinémas de pays parfois oubliés, Locarno reste une fenêtre de découverte et de défense de la cinéphilie.

Section Piazza Grande :

7500 de Patrick Vollrath
Adoration de Fabrice Du Welz
Camille de Boris Lojkine
Days Of The Bagnold Summer de Simon Bird – 1er film
Diego Maradona d'Asif Kapadia
Instinct de Halina Reijn – 1er film
La fille au bracelet de Stéphane Demoustier
Lettre à Freddy Buache de Jean-Luc Godard
Magari de Ginevra Elkann – 1er film, ouverture
New Acid de Basim Magdy
Notre dame de Valérie Donzelli
Once Upon a Time... In Hollywood de Quentin Tarantino
Tabi No Owari Sekai No Hajimari (To the Ends of the Earth) de Kiyoshi Kurosawa
La fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti – séance famille

"Crazy Midnight" :

Cecil B. Demented de John Waters
Coffy de Jack Hill
Die Fruchtbaren Jahre Sind Vorbei de Natascha Beller – 1er film
Greener Grass de Jocelyn DeBoer, Dawn Luebbe
Salinui Chueok (Memories of Murder) de Bong Joon-ho
The Nest (Il Nido) de Roberto De Feo – 1er film

Section Concorso Internazionale :

A Febre de Maya Da-Rin
Bergmál (Echo) de Rúnar Rúnarsson
Cat In The Wall de Mina Mileva, Vesela Kazakova
Das Freiwillige Jahr de Ulrich Köhler, Henner Winckler
Douze mille de Nadège Trebal
Fi Al-Thawra (During Revolution) de Maya Khoury  – 1er film
Hiruk-Pikuk Si Al-Kisah (The Science of Fictions) de Yosep Anggi Noen
Hogar de Maura Delpero
Les enfants d’Isadora de Damien Manivel
Longa noite de Eloy Enciso
O Fim Do Mundo de Basil Da Cunha
Pa-Go (Height of the wave) de Park Jung-bum
Technoboss de João Nicolau
Terminal Sud de Rabah Ameur-Zaïmeche, France
The Last Black Man In San Francisco de Joe Talbot – 1er film
Vitalina Varela de Pedro Costal
Yokogao (A Girl Missing) de Koji Fukada

Section Concorso Cineasti del presente :

143 rue du désert de Hassen Ferhani
Baamum Nafi (Nafi’s Father) de Mamadou Dia – 1er film
Ham On Rye de Tyler Taormina
Here for Life de Andrea Luka Zimmerman, Adrian Jackson
Ivana Cea Groaznica (Ivana the Terrible) de Ivana Mladenovi?
L’apprendistato de Davide Maldi
L’île aux oiseaux de Maya Kosa, Sergio da Costa
La Paloma Y El Lobo de Carlos Lenin
Lengmo Weiyang Lengmo (The Cold Raising the Cold) de Rong Guang Rong
Love me Tender de Klaudia Reynicke
Mariam de Sharipa Urazbayeva– 1er film
Merveilles à Montfermeil de Jeanne Balibar
Nhà Cây (The Tree House) de Minh Quý Tr??ng
Oroslan de Matjaz Ivanisin
Overseas de Yoon Sung-a
Space Dogs de Elsa Kremser, Levin Peter

Section Fuori Concorso :

Arguments de Olivier Zabat
Baghdad In My Shadow de Samir
Être Jérôme Bel de Sima Khatami, Aldo Lee
Felix in Wonderland de Marie Losier
Giraffe de Anna Sofie Hartmann
La sainte famille de Louis-Do de Lencquesaing
Le voyage du prince de Jean-François Laguionie, Xavier Picard
Non È Sogno de Giovanni Cioni
Prazer, Camaradas ! de José Filipe Costa
Under the God, film collectif réalisé sous la supervision de Béla Tarr de Dino Longo Sabanovic, Ana Shametaj, Pier Lorenzo Pisano, Valentina Manzoni, Zhannat Alshanova, Ariel Gutiérrez Flores, Giulio Pettenó, Salvator Tinajero, Hayk Matevosyan, George Varsimashvili, Arthur Theyskens, Alex Takács, Naomi Waring, Rafael Grieco, Anna Spacio
Wilcox de Denis Côté
Wir Eltern de Eric Bergkraut, Ruth Schweikert

Attal, Klapisch, Lespert, Vanier, Boukhrief et Kahn en avant-première à Angoulême

Posté par redaction, le 9 juillet 2019

La 12e édition du festival du film francophone d'Angoulême (20-25 août) a dévoilé une grande partie de sa programmation.

Le jury sera présidé par Jacqueline Bisset (Bullitt, La nuit américaine, Le crime de l'Orient-Express, Le magnifique, Riches et célèbres, La cérémonie) et composé des comédiens Hugo Becker, Marie-Pierre Morin, Mehdi Nebbou, de l'éditrice et ancienne ministre Françoise Nyssen, du réalisateur Louis-Julien Petit, du journaliste Laurent Weil. Deux autres membres devant encore être annoncés. De même la compétition, d'où ressortent quelques films cannois, s'étoffera d'un dixième titre.

Année après année, le festival créé par Dominique Besnéhard et Marie-France Brière s'affirme comme la rampe de lancement du cinéma français pour le second semestre. Du Dindon, avec Dany Boon, à Fête de famille, avec Catherine Deneuve, en passant par Les éblouis, avec Camille Cottin, le spectre sera large afin de tester les premières réactions du public. Le festival s'ouvrira sur le nouveau film d'Alain Attal, avec Charlotte Gainsbourg, et se clôturera avec un documentaire sur Charles Aznavour, narré par Romain Duris.

Parmi les hommages, on notera celui à Michel Deville (L'ours et la poupée, Raphaël ou le débauché, Péril en la demeure) et un autre au cinéma luxembourgeois (Nuits de noce, Black Djiu, Réfractaire, Préjudice, Croc-blanc, Barrage), ainsi qu'un Focus à Nabil Ayouch (Ali Zaoua, Mektoub, My Land, Razzia, Much Loved, Les chevaux de Dieu). Une exposition "French Icons" des photographies de Philippe R. Doumic complètera la programmation, ainsi que des séances de dédicaces autour des films.

Compétition
Adam de Maryam Touzani
Camille de Boris Lojkine
La fille au bracelet de Stéphane Demoustier
Les hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec
Lola vers la mer de Laurent Micheli
Papicha de Mounia Meddour
Place des victoires de Yoann Guillouzouic
Tu mérites un amour de Hafsia Herzi
Vivre à 100 milles à l’heure de Louis Bélanger

Avants premières
Mon chien stupide de Yvan Attal d’après John Fante (Ouverture)
Deux moi de Cédric Klapisch
Le dindon de Jalil Lespert
Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier
Les éblouis de Sara Suco
L‘esprit de famille d'Eric Besnard
Fahim de Pierre-François Martin-Laval
La fameuse invasion des ours en Sicile de Lorenzo Mattotti
Fête de famille de Cédric Kahn
Je ne rêve que de vous de Laurent Heynemann
Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’Arnaud Viard
Menteur d’Emile Gaudreault
Trois jours, une vie de Nicolas Boukhrief
Le regard de Charles de Marc di Domenico (clôture)

Section ciné-concert :
Notre Dame de Valérie Donzelli
Je ne sais pas si c'est tout le monde de Vincent Delerm
La vertu des impondérables de Claude Lelouch

Section Les Flamboyants :
Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma
La sainte famille de Louis-do de Lancquesaing
Atlantique de Mati Diop

Séance évènement : La vie scolaire de Grand corps malade et Mehdi Idir

Coup de coeur
Vif argent de Stéphane Batut
Quand New York s'appelait Angoulême de Marie-France Brière
Fourmi de Julien Rappeneau

Séances en plein air (en présence des équipes des films)
La chute de l'empire américain de Denys Arcand
Jusqu'à la garde
de Xavier Legrand

Bijoux de famille - hommage au distributeur Haut et court
Ma vie en rose de Alain Berliner, L'emploi du temps de Laurent Cantet, Sous le sable de François Ozon, L'apollonide de Bertrand Bonello, La fille de Brest d'Emmanuelle Bercot, en plus de Jusqu'à la garde.

Champs-Elysées Film Festival 2019 : Vif-Argent de Stéphane Batut et Pahokee de Ivete Lucas et Patrick Bresnan raflent la mise

Posté par wyzman, le 26 juin 2019

Après une semaine de festivités, la 8e édition du Champs-Elysées Film Festival s'est achevée hier en grande pompe.

Le cinéma indépendant à l'honneur

Du 18 au 25 juin s'est déroulée la nouvelle édition du Champs-Elysées Film Festival. Créé par la productrice, distributrice et exploitante Sophie Dulac, le festival met depuis ses débuts le cinéma indépendant américain et français en avant. Par le passé, Fort Bliss de Claudia Myers, Scheherazade de Mehrnoush Aliaghaei, Weiner de Josh Kriegman et Elyse Steinberg, ou encore 68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui ont reçu les honneurs du jury.

Malgré des invités d'honneur de marque (Christopher Walken, Debra Granik, Jeff Goldblum et Kyle MacLachlan), différentes avant-premières et rétrospectives, c'est bien les différentes compétitions qui ont captivé les festivaliers. Entre films français ou américains, longs ou court métrages, il y avait du choix. Pour rappel, le Jury longs métrages était cette année présidé par Stéphane Brizé, lui-même accompagné de l’actrice Clotilde Hesme, de l’acteur et scénariste Grégoire Ludig, de la compositrice et interprète Jeanne Added, du chorégraphe Yoann Bourgeois, de la réalisatrice Danielle Arbid et du metteur en scène et humoriste Océan. Côté récompenses, les distributeurs des films français et américain salués par le Jury reçoivent une dotation de 11 000€ par la Banque Transatlantique.

Longs métrages français

Prix du Jury : Vif-Argent de Stéphane Batut
Prix des Etudiants : The World Is Full of Secrets de Graham Swon
Prix du Public : Frères d’arme de Sylvain Labrosse

Longs métrages américains

Prix du Jury : Pahokee de Ivete Lucas et Patrick Bresnan
Prix de la Critique : Saint Frances de Alex Thompson
Prix Etudiant : Braquer Poitiers - Chapitres 1 et 2 de Claude Schmitz
Prix US In Progress : Beast Beast de Danny Madden
Prix du Public : Saint Frances de Alex Thompson

Courts métrages français

Prix du jury : Djo de Laura Henno et Ông-Ngoai (Grand-Père) de Maximilian Badier Rosenthal ex-aequo
Prix de la Critique : Daniel fait face de Marine Atlan
Prix France Télévision : La route du sel de Matthieu Vigneau
Prix du Public : Je sors acheter des cigarettes de Osman Cerfon

Courts métrages américains

Prix du jury : Liberty de Faren Hames
Prix France Télévisions : Ready For Love de Dylan Pasture et Lauren McCune
Prix du Public : Night Swim de Victoria Rivera

Le Festival Lumière lance les Lumière Classics

Posté par vincy, le 24 juin 2019

Une nouvelle section et un nouveau label pour le Festival Lumière (12-20 octobre), afin de valoriser davantage les films restaurés, ADN du festival.

Lumière Cassics est le nouveau nom de la section Nouvelles restaurations. Divisé en deux catégories, films français et films internationaux, Lumière Classics sera "constitué par des films venus du monde entier, restaurés et apportés par les archives, les producteurs, les ayant-droits, les distributeurs, les studios et les cinémathèques."

Un jury complètera le dispositif, non pas "pour juger et classer artistiquement les films mais pour apprécier le travail de restauration, l'opportunité du retour de telle ou telle œuvre et célébrer ceux qui rendent le cinéma classique toujours vivant."

Les inscriptions de films pour Lumière Classics sont ouvertes jusqu’au 8 juillet. Une fois sélectionnés, ils seront ensuite projetés dans les salles permanentes du festival, à Lyon et dans sa Métropole. Le programme définitif sera communiqué fin août.

Le Festival Lumière célèbre ses 10 ans et a déjà révélé que le prix Lumière sera décerné à Francis Ford Coppola.

Cabourg 2019 : la comédies romantiques, un genre stéréotypé pas si « genderfluid »

Posté par kristofy, le 20 juin 2019

On en a tous vu des dizaines de comédies romantiques et on adore ça. Courir à l'aéroport pour rattraper l’autre avant de partir loin ou se précipiter à une église où se prépare un mariage pour intervenir avant le ‘oui je le veux’ à quelqu'un d'autre; on connaît ces clichés de fin de films avec un personnage qui doit faire se battre contre un délai fatal et faire une grande tirade aussi sentimentale que désespérée, avec l’espoir que ça ne soit pas tout a fait trop tard... Beaucoup de ce genre de clichés se retrouvent dans les comédies romantiques. Certains sont d’ailleurs presque attendus : par exemple se déclarer sous la pluie (Orgueil et préjugés de Joe Wright, N'oublie jamais de Nick Cassavetes). La ‘RomCom’ est un genre de film très codifié. Souvent deux personnages différents que tout oppose  vont se séduire malgré des obstacles - un quiproquos ou une trahison qui va tout casser entre-eux - avant une ultime grande déclaration d’amour et un baiser passionné en guise de happy-end. Le summum étant évidemment Quand Harry rencontre Sally.

Et si en fait tout les comédies romantiques les plus populaires racontent aussi en creux une toute autre histoire ? C'est justement le sujet du documentaire Romantic Comedy de Elizabeth Sankey, présenté lors du Festival de Cabourg, qui interroge le message de ces films. Sa première observation est que "tout le monde est blanc, hétéro, et veut se marier"...

Romantic Comedy analyse avec une multitudes d’extraits des films les plus connus (principalement américains et britanniques) ce qui caractérise leurs personnages et leurs cheminements. Il en ressort que ces comédies romantiques ne sont pas seulement des histoires mièvres à regarder en pleurant avec  un pot de glace (un autre cliché, comme le début de Bridget Jones), ces histoires sont aussi un reflet de notre société et en particulier d’une certaine évolution du regard porté sur les femmes. Ainsi dans les années 50, la femme est un personnage fort, pleine de qualités et consciente de son pouvoir de séduction (comme Katharine Hepburn, Audrey Hepburn ou Marilyn Monroe) et face à elle l’homme est parfois stupide et maladroit (comme Cary Grant ou Tom Ewell).

Il y a eu un glissement inverse jusqu’aux années 90 : l’homme est supérieur et plein d’assurance, à l’aise avec sa fortune et son travail (Richard Gere, Colin Firth) alors que la femme est elle désormais faible, maladroite, avec des complexes ou un manque de confiance (Drew Barrymore, Sandra Bullock). C’est la femme qui doit évoluer pour séduire l’homme (Jennifer Lopez, Katherine Heigl). Seul Pretty Woman est l'exception, puisque les deux protagonistes sont obligés de faire des efforts pour conquérir l'autre (tout comme Notting Hill et Quatre mariages et un enterrement qui poursuivent la tradition des années 40-50). D'ailleurs cette inversion des rôles est condensée avec Bridget Jones, sorte de Orgueil et préjugés à l'envers : le féminisme d'antan a disparu dans les récentes comédies romantiques...

L'homme est l'avenir de la femme

Avec un montage d'une multitude d'extraits de films, Elizabeth Sankey remarque que la femme est rarement sur un pied d'égalité avec l'homme. Parfois le but de l’ héroïne est de séduire l'homme pour le rendre heureux, moins pour être heureuse elle (hystérique, indécise, insatisfaite, complexée: elle est toujours responsable de son malheur et victime de son statut).

L’homme est parfois manipulateur voir presque agressif dans sa séduction (Mary à tout prix, American pie). Quand la femme travaille, elle est vue comme incompétente, ingérable ou malheureuse (encore Bridget Jones, Anne Hathaway dans Le nouveau stagiaire, Sandra Bullock dans la Proposition). Le plus souvent la femme est idéalisée comme une muse qui permettrait l’accomplissement de l’homme : Zooey Deschanel dans 500 jours ensemble, Natalie Portman dans Garden state, Drew Barrymore dans Le come-back... Cette représentativité de la femme au service de l’homme avait d’ailleurs été dénoncée par Zoé Kazan dans Elle s'appelle Ruby. Dans une immense majorité de comédies romantiques on y voit un univers de personnage blanc, hétérosexuel, riche : ce n’est que ces dernières années qu’un peu plus  de diversité arrive. Quand il y a un personnage gay c’est souvent un meilleur ami dont l’utilité est de donner plus d’épaisseur au personnage principal hétéro ou de faire rire. Un couple interracial est rare, il y a eu récemment Kumail Nanjiani dans The Big Sick (un pakistanais avec une américaine) ou Yesterday de Danny Boyle. Même la différence d'âge continue d'être le plus souvent un homme âgé avec une femme plus jeune.

Cendrillon et le Prince Charmant

Dans son documentaire Elizabeth Sankey observe justement que ce sont les comédies romantiques les plus populaires qui ont un fort impact dans la mémoire collective, mais aussi, justement, que ces dernières années il y a de plus en plus de comédies romantiques avec de la diversité qui sont produites. Cependant, ces films sont plutôt catégorisés en 'film dramatique' comme Le club des coeurs brisés ou La tentation de Jessica. Et c'est surtout en Europe qu'on voit ce type de film : Seule la terre de Francis Lee, Week-end de Andrew Haigh, Kyss Mig, une histoire suédoise de Alexandra-Therese Keining, Imagine me and you de Ol Parker... Aucun n'a vraiment eu le succès des gros hits romantiques où régnaient Roberts, Diaz, Lopez, Anniston, Zelwegger et Bullock.

Le documentaire Romantic Comedy relève les différents stéréotypes de ces films, remix du mythe de Cendrillon, qui a rejeté l'émancipation des femmes (et le combat féministe) pour propger l'idée qu'elle ne seront heureuses qu'avec un grand amour (et des enfants), tout en laissant tomber leur job s'il le faut. Loin de nous empêcher de prendre du plaisir à regarder ces histoires, on peut quand même remarquer l'égocentrisme de ces déclarations d’amour où c'est la femme qui doit accepter l'homme tel qu'il est. Que de régressions depuis 30 ans et l'orgasme simulé de Meg Ryan au restaurant.

Le Festival de Cabourg avait d'ailleurs judicieusement sélectionné cette année des comédies romantiques riches de diversité : Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, Matthias et Maxime de Xavier Dolan, Benjamin avec un cinéaste et un chanteur, Pour vivre heureux avec une étudiante belge d'origine algérienne et un jeune homme d'une famille pakistanaise, Aurora de Mila Tervo (Prix de la Jeunesse) avec un immigré iranien et une finlandaise, et aussi Yesterday de Danny Boyle (Prix du Public) avec Himesh Patel et Lily James.

En attendant la première grande comédie romantique où ce sera la femme qui paiera un jeune escort sur Hollywood Boulevard, où ça finira en polyamour bienheureux, où l'homme décidera de rester à la maison pour s'occuper des enfants. Bref une rom-com dans l'air du temps, avec des récits qui se fichent des étiquettes et qui affirment un retour à l'égalité des sexes.

Cabourg 2019 : un palmarès dominé par l’amour

Posté par kristofy, le 17 juin 2019

Le 33ème Festival du film de Cabourg et ses journées romantiques s'est déroulé du 12 au 16 juin avec une programmation très dense de près de 50 films.

Le soleil et le public étaientt au rendez-vous. Certains films déjà passés par Cannes ont rapidement susciter des séances complètes comme Chambre 212 de Christophe Honoré, Matthias et Maxime de Xaxier Dolan, Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, Perdrix de Erwan Le Duc venu accompagné de Swan Arlaud, Maud Wyler et Nicolas Maury, et en clôture La belle époque en présence de Nicolas Bedos et Doria Tillier.

A noter aussi une belle présence des films d'animation avec quatre titres dont J'ai perdu mon corps en présence de l'auteur de l'histoire Guillaume Laurant (tandis qu'en parallèle le réalisateur Jérémy Clapin recevait 2 prix au Festival de Annecy).

Le Grand Jury était présidé par Sandrine Bonnaire avec autour d'elle Lou De Laâge, Laetitia Dosch, Alice Pol, Naidra Ayadi, Vincent Perez, Eric Demarsan, Oury Milshtein et Danièle Thompson. Pour la compétition internationale, il y avait 7 films venant de Finlande, Thaïlande, Mexique, Royaume-Uni, Argentine, France; dont 4 étaient réalisés par des femmes.

Les festivaliers ont de leur coté voté pour un Prix du Public dans un panorama de 18 film: plusieurs ont été particulièrement plus appréciés que les autres et c'est un des favoris qui a reçu le plus de vote : Yesterday de Danny Boyle (et Richard Curtis) avec sa comédie romantique sur fond de chansons des Beatles.

Pour les huit courts-métrages à départager, Rebecca Zlotowski en tant que présidente, avec Lola Le Lann, Shaïn Boumedine, Noée Abita, Jules Benchetrit, Santiago Amigorena, Rahmatou Keïta étaient décisionnaires.

Le Swan d'or qui récompense le meilleur du cinéma français romantique de ces derniers mois ainsi que ses découvertes a cette année particulièrement mis en avant C’est ça l’amour avec quatre prix : meilleure réalisatrice pour Claire Burger, meilleur acteur pour Bouli Lanners, et Prix du Premier Rendez-vous pour à la fois les deux actrices Sarah Henochsberg et Justine Lacroix. Un razzia méritée qui surclasserait presque le Swann d'or pour Mon inconnue.

Plus globalement les Swann d'or font consensus en récompensant des films et des comédiens qui ont marqué ces derniers mois. On note surtout que les films primés sont tous des romances compliquées ou contrariées, où l'amour domine, in fine, manigances, idéologies ou ambitions. Comme s'il n'y avait que cela qui restait: le coup de cœur, malgré les fêlures.

Tarde Para Morir JovenLe palmarès :

- Grand Prix du Jury : Tarde Para Morir Joven, de Dominga Sotomayor (Chili), Léopard de la meilleure réalisation à Locarno
- Prix de la Jeunesse : Aurora, de Miia Tervo (Finlande)
Mention Spéciale du Jury Jeunesse : Manta Ray,
de Phuttiphong Aroonpheng (Thaïlande, sortie le 24 juillet)
- Prix du public : Yesterday, de Danny Boyle (sortie le 3 juillet)

- Meilleur court-métrage : Sous l’écorce de Ève-Chems de Brouwer
Mention Spéciale du Jury Court-Métrage : Elle s’appelait Baby de Mélanie Laleu et Baptiste Gourden
- Meilleure actrice court-métrage : Zoé Héran dans Max de Florence Hugues
- Meilleur acteur court-métrage : Paul Nouhet dans Les Méduses de Gouville de lui-même Paul Nouhet

- Swann d’Or du meilleur film : Mon Inconnue, de Hugo Gélin
- Swann d’Or de la meilleure réalisation : Claire Burger, réalisatrice de C’est ça l’amour
- Swann d’Or du scénario adapté d'une oeuvre littéraire : Mademoiselle de Joncquières, de Emmanuel Mouret
- Swann d’Or de la meilleure actrice : Juliette Binoche dans Celle que vous croyez de Safy Nebbou
- Swann d’Or du meilleur acteur : Bouli Lanners dans C’est ça l’amour de Claire Burger
- Swann d’Or de la révélation féminine : Nora Hamzawi dans Doubles vies d’Olivier Assayas
- Swann d’Or de la révélation masculine : Karim Leklou dans Le Monde est à toi de Romain Gavras
- Swann d’Or du meilleur premier film, ex-aequo : L’amour flou de Romane Bohringer & Philippe Rebbot et Tout ce qu’il me reste de la révolution de Judith Davis.

Par ailleurs les Prix Premiers Rendez-Vous qui récompensent les débuts à l’écran d’une actrice et d’un acteur dans un  premier grand rôle ont été donné à Tom Mercier dans Synonymes (Ours d'or à Berlin) et à Sarah Henochsberg et Justine Lacroix dans C’est ça l’amour de Claire Burger.

Venise 2019: Un Lion d’or d’honneur pour Pedro Almodovar

Posté par vincy, le 14 juin 2019

Le cinéaste espagnol Pedro Almodovar va recevoir un Lion d'or d'honneur au 76e Festival du film de Venise (28 août-7 septembre). Cette récompense couronnera l'ensemble de sa carrière. Don Pedro s'est dit à la fois excité et honoré de ce "don". Il se souvient d'avoir fait ses débuts internationaux à la Mostra en 1983 avec Dans les ténèbres. "C'était la première fois qu'un de mes films sortait d'Espagne" explique-t-il. Il est revenu sur le Lido avec son premier grand succès international, Femmes au bord de la crise de nerfs en 1988, qui avait remporté le Prix du meilleur scénario, sa première récompense. "Ce Lion va devenir mon animal domestique, à côtés des deux chats qui m'accompagnent" ajoute le maître espagnol.

Inutile de signaler que Pedro Almodovar est l'un des réalisateurs les plus réputés dans le monde. Parle avec elle lui a valu un Oscar du meilleur scénario (en plus d'une nomination à titre de meilleur réalisateur), Tout sur ma mère a été choisi pour l'Oscar du meilleur film en langue étrang§re. Il a reçu 4 Baftas, un Teddy Award à Berlin, un prix du scénario et un autre de la mise en scène à Cannes (en plus de prix d'interprétation pour les actrices de Volver et pour Antonio Banderas dans Douleur et Gloire), 4 César, 7 European Film Awards, et de nombreux Goyas dans son pays: meilleur film et meilleur scénario original pour Femmes au bord de la crise de nerfs, meilleur film et meilleur réalisateur pour Tout sur ma mère, meilleur film et du meilleur réalisateur pour Volver... Il a également été sacré par un Prix Lumière du Festival éponyme de Lyon il y a 5 ans.

Depuis 40 ans, Pedro Almodovar n'est pas seulement le "cinéaste qui nous a offert les portraits les plus variés, les plus controversés et les plus provocants de l’Espagne post-franquiste" comme l'explique le Festival de Venise, ni "seulement le réalisateur espagnol le plus important et le plus influent depuis Buñuel". "Almodóvar excelle avant tout dans la peinture de portraits féminins d'une originalité incroyable, grâce à une empathie exceptionnelle qui lui permet de représenter leur puissance, leur richesse émotionnelle et leurs faiblesses inévitables avec une authenticité rare et touchante" s'enthousiasme la Mostra.

"Les thèmes de la transgression, du désir et de l’identité sont le terrain de prédilection de ses films, qu’il imprègne d’un humour corrosif et orne d’une splendeur visuelle qui confère un éclat inhabituel au camp esthétique et au pop art auxquels il fait explicitement référence. Le chagrin d'amour, le chagrin d'abandon, les contradictions du désir et les déchirures de la dépression convergent dans des films qui chevauchent le mélodrame et sa parodie, atteignant des pics d'authenticité émotionnelle qui rachètent tout excès formel potentiel" a déclaré Alberto Barbera.