Edito: La dernière séance (du cinéma porno)

Posté par redaction, le 7 décembre 2017

C'est officiel: le Beverley fermera en fin d'année. C'était le dernier cinéma X de la Capitale, dans le 2e arrondissement. Le patron part à la retraite. Maurice Larcohe dirige ce monosalle dédié au X depuis 34 ans. Les clients se sont faits rares. Rarement plus de 500 par semaine. Et pourtant, avec un ticket d'entrée à 12€, cela rendait l'affaire intéressante avec 300000€ de chiffre d'affaires. M'enfin, les beaux jours sont loin quand, dans les années 1980-1990, le cinéma accueillait plus de 1500 spectateurs par semaine.

Il faut dire que les clients ont vieilli aussi. Les trois quarts ont la carte senior. La salle aux fauteuils en skaï rouges (ça se nettoie plus facilement, même si des kleenex sont vendus comme d'autres proposent du pop corn) ont du en voir... C'est désormais un vestige, dernier survivant des 44 cinémas X de Paris.

Mais pourquoi aller voir un porno en salles quand tout est disponible chez soi, sur petit et très petit écran, en un clic de télécommande ou de souris? Même l'interdiction aux moins de 18 ans a sauté en l'air avec les smartphones. Et plutôt que de se taper un film au scénario déjà convenu, et aux positions imposées, comme en patinage artistique, le web a opté pour les séquences plus ou moins longues, parfois très courtes, hyper ciblées, et très variées. Il y en a pour tous les goûts et c'est illimité.

Le X et la génération XY

Le Président de la république Emmanuel Macron a déclaré lors de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, que "la pornographie a franchi la porte des établissements scolaires. Nous ne pouvons ignorer ce genre qui fait de la femme un objet d'humiliation". On aurait envie de lui dire: "ça dépend des films", mais globalement, la pornographie ne fait pas dans la légèreté. Même si l'image de la femme a été revalorisée, notamment grâce aux réalisatrices de porno, le problème est surtout de constater que le X est accessible sans verrouillage. Pour ce qui est de l'école, on peut toujours se dire qu'un smartphone n'y a plus sa place. L'accès au porno peut-être régulé avec succès, comme c'est le cas dans certains pays.

Maintenant dire que le X conduit à avoir une image dégradée de la femme, c'est un peu comme croire qu'on va faire un massacre de masse en jouant à Call of Duty. Le nœud du problème est ailleurs. L'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique a récemment constaté que la moitié des adolescents de 15 à 17 ans sondés avaient déjà consulté un site pornographique, soit une hausse de 14 points sur quatre ans, et selon la même enquête, 45% des jeunes considéraient que la pornographie avait participé à leur apprentissage de la sexualité.

Size does matter?

Alors certes il y a du X de qualité. C'est comme le cinéma, il y a beaucoup de daubes et quelques plans bien anglés, bien cadrés. Mais il faut reconnaître que l'invasion du X sur les ados posent un problème autrement plus sérieux, pas forcément le truc qu'on remarquait dans le noir d'une salle porno. Dans Libération, lundi, le docteur Marc Abécassis, spécialiste en chirurgie plastique, expliquait: "Je pratique la chirurgie intime depuis 1992 et ce que je vois de plus en plus, ce sont des jeunes d’à peine plus de 18 ans, alors que la fourchette se situe plutôt entre 35 et 45 ans. Avec l’Internet, les médias qui communiquent, les forums, et évidemment le porno, on s’exhibe plus. Du coup, le regard des autres hommes est encore plus pesant que dans les générations précédentes. On me dit : "Je ne peux pas aller à la piscine, dans les douches, dans les vestiaires, me changer devant les autres", les hommes s’évaluent."

Bref, c'est un paradoxe: alors que le film porno est visionné sur un écran de plus en plus petit, les hommes, croyant que la taille compte, se veulent de plus en plus "grand". Mais, mauvaise nouvelle, le vrai problème est ailleurs: c'est la pollution qui réduit la taille du pénis et la qualité du sperme au fil des décennies. Pas de quoi pouvoir imiter un acteur porno avec votre ami(e) si on en croit les dernières études comparatives en Europe sur le sujet, même au pays de Rocco Siffredi.

Le Musée Art Ludique proche de la fermeture

Posté par vincy, le 3 décembre 2017

Cruel. Alors que le Salon des formations artistiques (le START) se déroule avec succès ce week-end à Paris, aux Docks - Cité de la mode et du design, le Musée Art Ludique, installé au même endroit, risque l'expulsion.

Après 4 ans d'expos consacrées à l'animation et à la bande dessinée/mangas/comics, la fermeture de cet espace de 1200m2 risque d'être effective en janvier 2018. Le Tribunal de grande instance de Paris a validé l'expulsion la semaine dernière. Cela mettrait 13 salariés sur le carreau.

La fréquentation est en chute (580000 pendant les 18 premiers mois, 350000 visites durant les deux années et demi suivantes) et les recettes ont diminué d'autant. Les restaurants aux alentours ont fermé. La Cité ressemble à un navire fantôme où les parisiens ne vont pas, préférant les péniches sur les quais d'en face ou plus en aval près de la Bibliothèque nationale. Le musée accuse aussi l'arrivée d'un camp de migrants qui aurait découragé les visiteurs et on peut y ajouter la désertification touristique liée aux attentats entre 2015 et début 2017.

Le musée voulait réviser son bail (34000€ de loyer). La suspension des loyers avait d'ailleurs été actée dans un premier temps, en attendant un nouvel accord. Mais depuis le début de l'été, le bailleur, la très riche Caisse des dépôts et consignations a réclamé ses arriérés de loyers (soit 600000€), rejeté toute discussion et finalement porté la décision en justice. Pour Jean-Jacques Launier, le créateur du musée, "la suspension du paiement est liée au non-respect du contrat par leur propriétaire". Il a assigné le propriétaire des murs.

L'art de DC: l'aube des superhéros, prolongée jusqu'au 7 mai, sera sans doute la dernière exposition. On vous conseille d'aller la voir tant elle est riche et passionnante. Le Musée Art Ludique avait mis en lumière Pixar, Marvel, Ghibli, le jeu vidéo français et Walt Disney. Si les expositions étaient de très bonne qualité, l'entrée restait très chère (16,5€).

Une Cité boudée par les Parisiens

Tout n'est pas perdu même si le calendrier est serré. Si la prochaine exposition est stoppée, les fondateurs du musée espère un redressement des comptes grâce aux développements de ses tournées internationales. Mais il est nécessaire que les pouvoirs publics interviennent aussi. Pour l'instant c'est un musée complètement privé, ne bénéficiant d'aucune aide publique. Le couple Launier a investit 2M€ dans leur passion.

Là où le bailleur a une part de responsabilité c'est dans le concept même de cette Cité de la mode et du design qui ne séduit pas les parisiens. Mal desservie, mal indiquée, elle n'a jamais trouvé sa place dans les lieux "hype" de la Capitale alors que son architecture est assez marquante. Les boutiques ont fermé. les animations sont inexistantes.

Dans Le Parisien, le maire socialiste de l'arrondissement, a salué "le travail formidable de ce musée qui fait des expos géniales et ne demande de subventions à personne." L’élu a interpellé le nouveau PDG de la Caisse des dépôts, Eric Lombard, pour trouver un médiateur et faire en sorte que ce musée continue.

Lire aussi: Le musée de l’Art ludique ouvre samedi en célébrant la magie Pixar

Avis de fermeture pour le Gaumont Champs-Elysées Ambassade (1959-2016)

Posté par vincy, le 29 juillet 2016

Alors que Gaumont a rouvert ses établissements à Convention (au printemps) et celui d'Alésia (la semaine dernière), tous deux dans le sud de la Capitale, le réseau s'apprêt dimanche à fermer son prestigieux Gaumont Ambassade, créé en 1959, sur les Champs-Elysées. 7 salles et 1 568 fauteuils disparaitront du paysage cinématographique parisien, après les fermetures de La Pagode, du Pasquier de Saint-Lazare et de La Bastille, il y a quelques semaines.

Le groupe Pathé-Gaumont a déjà fermé pour des raisons assez similaires le Pathé Cordeliers à Lyon, le Pathé Place d'Arc à Orléans et le Gaumont Mistral dans le quartier de Montparnasse à Paris. Mais à l'inverse, il investit dans la rénovation de ses salles situées dans des quartiers plus denses démographiquement, ou inaugurent des nouveaux complexes en proche banlieue.

La géographie des cinémas changent. Ils se rapprochent des populations "bobos parisiennes, dans le nord, l'Est et le Sud. Les Champs-Elysées, comme Opéra, ne sont plus des lieux de sortie pour les parisiens. Qui irait sur les Champs hormis les touristes? Il n'y a pas de bars sympas, les restaurants y sont chers et les cinémas sont plus beaux ailleurs.

La raison de la fermeture est simple: le Gaumont Ambassade est vieux. Pour le lifter (accessibilité, confort, hall d'accueil), il faut le transformer. Et ce n'est pas rentable. Les coûts seraient disproportionnés. L'adresse, pas très loin du Disney Store et des futures Galeries Lafayette, devrait être remplacé par des chaussures de marque J.M. Weston.

"Nous vous informons de la fermeture définitive du Gaumont Ambassade, situé au 50, avenue des Champs-Elysées à Paris, le dimanche 31 juillet après sa dernière séance. Le Gaumont Ambassade ne répond plus aux standards de qualité, de confort et d’accessibilité que vous attendez aujourd’hui. Le manque d’espace du hall et des salles, non adaptées aux personnes à mobilité réduite, ne permet pas une restructuration de ce cinéma .

Depuis 2 ans, nous avons lancé un très large programme d’investissement pour la rénovation de nos salles, notamment en Île-de-France. De nouveaux cinémas ont ainsi été créés (Pathé Beaugrenelle –15e arr., Pathé Levallois) ou totalement reconstruits (Gaumont Alésia – 14e arr., Gaumont Convention – 15e arr.) pour vous offrir les meilleurs standards de qualité. D’autres projets parisiens d’envergure vont suivre en 2017 et 2018 (dont début 2017 le Pathé La Villette – 19e arr.)."

Gaumont n'aura donc plus que le "Champs-Elysées Marignan" (six salles, 1 700 places, créé en 1933), qui était en face, de l'autre côté de l'avenue. Il accueille de nombreuses avant-premières. Les deux adresses avaient fusionné en 2004 pour ne devenir que "Gaumont Champs-Elysées". Cependant la fréquentation des deux complexes avait chuté de 17% entre 2014 et 2015. Il visait 1,3 million d'entrées lors de son rapprochement il y a douze ans et en attirait finalement que la moitié (657 000)

Rideau pour le cinéma La Bastille

Posté par vincy, le 12 juillet 2016

Le 7 juillet, le ciné Metro Art Bastille, dit La Bastille a fermé son rideau de fer pour une période indéterminée. Les trois salles situées à deux pas de la Place de la Bastille ont été fermées précipitamment. Le cinéma a été contraint de fermer par un huissier, faute de loyers impayés. C'est le deuxième cinéma qui ferme cette année à Paris, après le Saint-Lazare Pasquier en janvier. Les deux sites ont le même propriétaire, le compositeur-peintre-producteur-distributeur-exploitant Galeshka Moravioff, par ailleurs directeur des Films sans Frontières.

Procédures

Trois mois de loyers impayés et trois salles art et essai qui disparaissent (provisoirement) du paysage. Selon le patron du réseau Ciné Métro Art, la trésorerie est en cause: la subvention destinée à la numérisation des salles n'a pas été versée par le CNC et il a fallu payer avec la trésorerie. Une procédure serait en cours pour récupérer les subventions et surtout obtenir réparation (il réclame 3,5M€ pour le préjudice). Si la Cour administrative donne raison au cinéma, La Bastille pourrait rouvrir rapidement. On veut bien croire à la réouverture du cinéma, mais les mêmes raisons avaient été invoquées pour le Pasquier. "Je comptais sur les aides financières du CNC pour financer les travaux de numérisation et de modernisation de mes 25 salles mais les subventions ont été bloquées en 2012 alors que j'avais déjà engagé les travaux" expliquait-il en janvier. Après s'être pourvu en justice, les tribunaux lui ont donné raison et le CNC a été contraint de lui verser les aides, trop tardivement puisque l'endettement avait déjà explosé.

Un petit empire en déclin

Pour l'instant les sept employés sont au chômage technique. Et les habitants du quartier doivent aller au MK2 ou au Majestic tous proches, ou à l'UGC Lyon-Bastille un peu plus loin.

Le cinéma s'était installé dans un ancien entrepôt de meubles en 1939. A l'époque il n'y avait qu'une seule (grande) salle où l'on diffusait des actualités. Après unee transformation à la fin des années 1950, il devient La Bastille en 1961 (doté d'un salle de 475 places). C'est en 1984 qu'il est divisé en trois salles.

Galeshka Moravioff voit son empire se réduire puisque sa société Cinéma National Populaire à Lyon (trois sites) est en cours de liquidation, tout comme Le Melville à Rouen, fermé depuis 2014. Il lui reste 8 salles à Marseille (le César et les Variétés).

L’historique Pathé Cordeliers de Lyon a fermé

Posté par vincy, le 10 mars 2016

Le Pathé Cordeliers s'apprête à fermer après 136 ans d'existence. À la place, un nouveau projet immobilier verra le jour à la demande du propriétaires des lieux qui n'a pas souhaité reconduire le bail. Le cinéma était situé au coeur de Lyon, à proximité d'un autre Pathé, celui de Bellecour.

Né en 1880, le café-théâtre Scala Bouffes s'est transformé en 1906 en cinéma. Le cinéma deviendra sa seule activité en 1938, sous le nom raccourci de La Scala. En 1974, UGC a agrandit le complexe cinématographique lyonnais, devenant, un temps le plus grand multiplexes de la ville avec sept salles. Il y a dix ans, Pathé le rachète et lui donne le nom de Pathé Cordeliers.

Pathé reste très bien implanté à Lyon

C'était le plus ancien cinéma de la ville. Il a fermé le 28 février dernier. Avec ses 1050 sièges, rénové il y a moins de dix ans, il accueillait plus de 200 000 spectateurs par an. Pour Pathé, assurément, un complexe de "quartier" qui n'avait pas la taille nécessaire pour subsister dans son réseau. La chaîne possède à Lyon le Pathé Carré de Soie à Vaulx-en-Velin (1,2 million de spectateurs, 15 salles, 14e cinéma de France), le Pathé Vaise (850 000 spectateurs, 14 salles) et le Pathé Bellecour (700 000 spectateurs, 10 salles). Avec ses trois sites, le groupe s'arroge 45% de parts de marché dans l'agglomération lyonnaise.

Mais Pathé plaide aussi que le complexe devait être remis à niveau, n'étant plus aux normes d’accueil, notamment pour l’accès aux handicapés. N'étant pas propriétaire, le groupe ne pouvait pas investir de telles sommes pour un cinéma "local".

Le Star de Cannes éteint les lumières

Posté par vincy, le 12 janvier 2016

Selon Le Film Français, le cinéma cannois de la rue d'Antibes (4 salles, 700 sièges, 148 000 spectateurs) a du fermer. Une nouvelle fois, une décision de justice a favorisé le propriétaire du bâtiment au détriment de l'exploitant (Ciné-Movida). Le propriétaire demandait une hausse du loyer, quasiment multipliée par quatre. Actuellement de 4800€, l'exploitant aurait du verser 19000€ chaque mois.

Le Star est connu des festivaliers de Cannes parce qu'il accueille un nombre important des projections du marché du film. C'est aussi là que certaines projections événementielles, off-Festival, se font (ce fut le cas pour une projection presse d'un dessin animé de DreamWorks par exemple).

On ne sait pas si le lieu restera un cinéma. L'agglomération de Cannes est actuellement sous-équipée en cinémas. Un multiplexe (2426 fauteuils) doit voir le jour en 2018 à La Bocca, porté par le propriétaire des cinémas Les Arcades et L'Olympia, tous deux situés en centre-ville.

Le Star a été ouvert en 1913. Les sept salariés ont été licenciés.

La Pagode restera un cinéma mais…

Posté par vincy, le 11 novembre 2015

La Pagode, cinéma du 7ème arrondissement de Paris, est fermée depuis hier, mardi 10 novembre (lire notre actualité du 5 novembre).

Rappel des faits et de la condamnation

La Cour d'appel de Paris a débouté la société Europalaces Etoiles (Etoile Cinémas) de l'intégralité de ses demandes, après trois ans de bataille judiciaire. La propriétaire, la société civile immobilière Foch Dauphine, a décidé de répliquer à la campagne lancée pour sauver l'unique cinéma du 7e arrondissement.

"La société Cinéma La Pagode avait été parfaitement informée depuis l'origine de sa gérance de l'étendue de ses droits et obligations et qu'elle n'avait aucun droit ni titre à se maintenir dans les lieux après en avoir reçu valablement congé. Durant ces trois années [de bataille judiciaire] la société Cinéma La Pagode s'est maintenue abusivement dans les lieux tout en cessant tout règlement de ses obligations et ce en dépit d'une injonction du Tribunal. Son attitude inexcusable la rend de surcroit responsable de la dégradation de ces lieux prestigieux dans lesquels les travaux déclarés urgents par la préfecture de police ont été d'autant retardés."

La Cour d'appel a donc condamné la société Cinéma La Pagode, à une expulsion "assortie d'une astreinte de 2 000€ par jour passé un délai de deux mois à compter de la signification de l'arrêt", et à payer à la société locataire Europalaces Etoile qui l'avait nommée en gérance les sommes dont elle était redevable et les dépens.

Propriétaire depuis 1986, d'abord au titre de la Compagnie Rembrandt Investissement en 1986 puis à partir de 1991, sous l'égide de la SCI Foch Dauphine, Elisabeth Dauchy touchait contractuellement un montant hors taxes et charges de 67 839,80€ par an, pour la location gérance du bâtiment. Le contrat a expiré en 2012 et la société Europalaces Etoile avait six mois pour libérer les lieux. Depuis ce moment, "l'indemnité due à SCI Foch Dauphine n'est plus acquittée" selon la propriétaire..

La Pagode, protégée, restera un cinéma

Classée Monument historique depuis 1990, La Pagode est protégée. L'inquiétude vient plutôt de son devenir maintenant que les deux salles sont fermées.

Elisabeth Dauchy "tient à ce que La Pagode reste le cinéma mythique qu'il a toujours été avant même qu'elle l'acquière en 1986". "Je souhaite qu'elle soit rénovée avec soin par un architecte et des techniciens de talent. Ses portes fermeront le temps de réaliser les travaux nécessaires mais La Pagode restera un haut lieu culturel à sa réouverture." Nous voilà rassurés mais tout cela n'explique pas ce qu'elle veut faire de La Pagode et pourquoi ses liens avec Europalaces Cinémas, société respectée pour avoir lancé ou relancée de très belles salles à Paris, se sont à ce point dégradées.

Quels travaux? Quelles divergences?

Car on s'étonne malgré tout de l'aspect revanchard du communiqué que nous avons reçu hier. Il y a derrière cette affaire un malentendu persistant. Quand on lit le point de vue de la propriétaire - "« Le locataire-gérant entretiendra les locaux d'exploitation en parfait état de réparations locatives et d'entretien ». La société en gérance, Cinéma La Pagode, n'a pas pris soin du lieu et n'a donc pas souscrit à ses obligations d'occupant en n'entretenant pas ce lieu emblématique" - on reste surpris puisque Europalaces Etoile souhaitait également après quinze ans d'exploitation, rénover le cinéma.

Certes la SCI Foch Dauphine "n'a pas pu entrer dans son bien depuis trois ans et ne sait donc pas jusqu'où s'étendent les travaux à réaliser." Mais factuellement, cela remonte bien plus loin. La SCI Foch Dauphine avoue quand même avoir "déposé une demande de permis de construire le 10 octobre 2002", alors que la Pagode avait fermé de 1997 à 2000 pour être complétement remise aux normes. Aucune des deux parties n'explique l'objet ou les raisons de leurs divergences sur ces travaux imaginés deux ans après la réouverture du cinéma. Questions de normes (sécurité, accès pour les handicapés)? de matériel technique? de réhabilitation? d'agrandissement? Personne ne l'évoque.

La rentière mécène versus l'exploitant art et essai

Dans son CV, Elisabeth Dauchy, 69 ans, gérante de quatre sociétés spécialisées dans l'immobilier (avec leur siège dans le triangle d'or parisien), se revendique mécène de projets culturels depuis plusieurs décennies: "En aidant, en 1995, à produire Molom, conte de Mongolie de Marie-Jaoul de Poncheville sous la direction artistique de Abderrahmane Sissako, en offrant en 1992 le mobilier spécialement créé par Richard Peduzzi pour la Bibliothèque-Musée à l'Opéra Garnier après sa rénovation et en participant ensuite à l'ameublement du bureau de la direction de l'Opéra Bastille, Elisabeth Dauchy montre sa volonté constante au fils des ans de promouvoir les arts et de les rendre accessibles au grand public." Dont acte. Mais il reste des questions en suspens sur cet imbroglio juridique et sur l'avenir même du cinéma La Pagode. Et on peut aussi objecter que l'exploitant a plutôt bien fait son travail depuis 2000, avec plus de 100000 fidèles spectateurs par an grâce à une programmation pointue et des festivals.

Aujourd'hui, les perdants ce ce divorce pas amiable ce sont les cinéphiles parisiens. Et c'est assurément pathétique de laver son linge sale en public sans être totalement transparent vis-à-vis d'eux.

Le cinéma parisien La Pagode ferme mardi 10 novembre

Posté par vincy, le 5 novembre 2015

La Pagode est menacée. Ce n'est pas rien. Ce cinéma historique art et essai situé dans le VIIe arrondissement de Paris, pas très loin des Invalides (le seul dans ce quartier huppé de la capitale) va fermer mardi 10 novembre.

Certes, le cinéma ne dispose que de deux salles (392 fauteuils) mais il attirait bon an mal an entre 100 000 et 13 000 spectateurs avec des films de distributeurs indépendants et quelques festivals. Et au-delà de son activité cinématographique, le bâtiment exotique est unique dans Paris. Edifié en 1895, cette architecture inspirée d'un sanctuaire japonais est à elle seule un centre d'intérêt. Le cinéma, sans doute l'un des plus beaux du monde, est devenu grand public en 1931, après des décennies d'exploitation privative. Il a été exploité par la Gaumont avant qu'Etoile Cinéma ne le reprenne en 2000, après deux ans de fermeture.

Malheureusement, une décision de justice a ordonné au gérant des lieux de quitter son cinéma. David Henoschsberg, P-DG d'Etoile Cinémas (Saint-Germain, Blazac, Lilas à Paris mais aussi Cosmos à Chelles et Palace à Vichy), a annoncé la mauvaise nouvelle dans un communiqué hier.

"Nous nous sommes battus juridiquement pendant 3 ans contre la propriétaire qui souhaitait récupérer le cinéma. La décision est tombée le vendredi 30 octobre en appel, et elle nous est défavorable. Cette longue procédure nous a contraint à exploiter la Pagode dans des conditions très difficiles, nous empêchant toute rénovation. Cependant 130 000 spectateurs passaient les portes tous les ans de ce cinéma emblématique. Nous sommes donc expulsés, et dans l'obligation de quitter les lieux. Nous fermerons nos portes le mardi 10 novembre au soir" explique-t-il.

Trois ans de procédure

Propriétaire du cinéma depuis 1986, Elisabeth Dauchy souhaitait depuis trois ans récupérer le lieu, dans un arrondissement où le prix du mètre carré est en moyenne à 11000$. De quoi faire une belle plus-value immobilière pour cette "mécène" qui n'a pas, selon elle, augmentée le loyer depuis 1993. David Henochsberg a donc reçu une notification qui mettait fin à leur contrat de location-gérance et une lettre le contraignant à abandonner le cinéma. En réponse, il lance une procédure auprès du Tribunal de commerce, qu'il perd. Il fait appel. Mais le 30 octobre dernier, il perd de nouveau. Il restait un pourvoi en cassation. Dans Le Film Français, il explique pourquoi il arrête la procédure judiciaire maintenant, en n'utilisant pas son dernier recours: "nous avons décidé de ne pas le faire, et ce pour deux raisons, poursuit David Henochsberg. D'abord, le pourvoi en cassation n'est pas suspensif. Ensuite, cela prendrait encore plus de temps, alors que La Pagode a besoin d'être rapidement réhabilitée."

Reste que personne ne sait ce qu'il adviendra du cinéma La Pagode. S'il reste un cinéma. Sur Twitter, #SauvonsLaPagode est né immédiatement après l'annonce de la fermeture par Etoile Cinemas. Elle est pour l'instant peu relayée. Espérons que le projet de restauration verra le jour et qu'un autre exploitant prendra le relais prochainement. Il serait triste de voir un cinéma aussi emblématique disparaître.

Cinémas à Versailles: le Cyrano restauré, le Roxane fermé, un CGR créé

Posté par vincy, le 13 mars 2015

Quelques mois après la fermeture du multiplexe de Parly 2, Versailles retrouve quelques couleurs cinématographiques. Tout d'abord, le cinéma historique du centre-ville, le Cyrano, exploité, comme le Roxane, par leur propriétaire Jean-François Edeline, va changer d'opérateur.

CGR Cinémas (Circuit Georges-Raymond), fondé en 1966 et disposant de 40 complexes dans 35 villes françaises, a formulé une offre permettant de restaurer le Cyrano, qui n'est plus aux normes d'accessibilité, mais aussi d'aménager un nouveau complexe dans les sous-sols du parking de l'Europe, à deux cent mètres de l'entrée du Château de Versailles, au coeur de la ville historique. le parking se situe juste derrière les Grandes écuries. Le Cyrano, après travaux, comptera 7 salles, tandis que le nouveau cinéma disposera de 9 écrans (et 1407 fauteuils). Le Roxane sera à terme fermé.

Le Cyrano est l'un des plus vieux cinémas de France encore en activité (il a ouvert en 1928 et a accueillit le premier concert des Beatles en 1964). Sa fréquentation décline depuis quelques temps, fortement concurrencé par les nouveaux multiplexes de Saint-Quentin-en-Yvelines et Vélizy (lire notre actualité du 16 novembre 2013).

"De manière à ce qu’un équilibre soit trouvé entre la fréquentation du Cyrano et le nouveau cinéma, une complémentarité de programmation entre les deux sites sera proposée. La programmation à vocation généraliste sera partiellement axée sur les films Art et Essai au cinéma Le Cyrano, afin de compenser le travail de fond remarquablement mené depuis plusieurs années par la famille Edeline au Roxane, qui sera à terme fermé" a déclaré Jocelyn Bouyssy, directeur général du groupe CGR Cinémas dans le communiqué.

Le cinéma de Parly 2 baisse définitivement le rideau

Posté par vincy, le 29 juin 2014

cinéma parly 2Les cinq salles de Parly 2 au Chesnay, à côté de Versailles, ont fermé le 24 juin, sans même attendre la fête du cinéma.

Vieillot, mal desservi, de moins en moins fréquenté, le cinéma de Jean-François Edeline était en péril (lire notre actualité du 16 novembre 2013). Situés dans le centre-commercial Parly 2 depuis 45 ans, les 684 fauteuils n'auront plus de spectateurs. Jean-François Edeline a mis en avant un loyer trop élevé. Mais ce n'est pas la seule raison : l'équipement devenait vétuste et la concurrence dans la zone d'achalandage de plus en plus vive. Pathé a ouvert un multiplexe à Boulogne Billancourt à dix minutes en voiture et prévoit d'en ouvrir un autre sur l'Île Seguin, d'ici deux ans. UGC va déménager son multiplexe de Vélizy 2 pour se transformer en multiplexe Ciné Cité (passant de 7 à 18 écrans) : ce nouvel ensemble sera relié par un nouveau tramway et est situé à dix minutes en voiture de Versailles.

A l'origine, le cinéma ne devait fermer qu'en juillet. L'exploitant assure qu'il ne pouvait plus rentabiliser le complexe à cause du loyer trop cher. Bon an mal an, Parly 2 accueillait 270 000/300 000 spectateurs alors qu'il pouvait en recevoir le double. Mais les salles n'ont jamais été rénovées depuis l'ouverture dans les années 70. L'UGC Ciné Cité de Saint Quentin en Yvelines a été le premier à profiter de la désaffection de Parly 2.

Le propriétaire du centre commercial, le groupe Unibail-Rodamco, aurait déjà un nouveau projet de substitution.

Jean-François Edeline continue d'exploiter le Majestic à Meaux et les deux cinémas de Versailles, le Cyrano et le Roxane à Versailles.