Le 70e Festival de Locarno dévoile une programmation très française

Posté par vincy, le 12 juillet 2017

Adrien Brody honoré par un Leopard Club Award. Mathieu Kassovitz (qui viendra pour le premier film de Samuel Jouy, Sparring) récompensé par un Excellence Award. A ces deux acteurs, s'ajoutent Michel Merkt (Prix du producteur indépendant), Jean-Marie Straub (Léopard d'or d'honneur) et Nastassja Kinski parmi les hommages rendus cette année. Le 70e Festival de Locarno a révélé ce mercredi 12 juillet le programme des festivités.

Lynch, Huppert, Ruiz...

En compétition on retrouve notamment pas mal de productions et coproductions françaises: 9 doigts de F.J. Ossang, As Boas Maneiras de Juliana Rojas et Marco Dutra, Charleston d'Andreï Cretulescu, Good Luck de Ben Russell, Madame Hyde de Serge Bozon, avec Isabelle Huppert et Romain Duris, Mrs. Fang de Bing Wang et Wajib de Annemarie Jacir. A côté de ces films, ont note la présence de Denis Côté (Ta peau si lisse), Xu Bing (Qing Ting Zhi Yan), John Carroll Lynch (Lucky, avec David Lynch), une œuvre posthume de Raul Ruiz (La telenovela Errante), Jim McKay (On the Seventh Day), Travis Wilkerson (Did You Wonder Who Fired Gun?), Aaron Katz (Gemini) ou encore Germano Maccioni (Les astéroïdes - Gli asteroidi, avec Pippo Delbono)

Paradis, Ardant, Argento...

Pour cette édition anniversaire, le cinéma français sera très présent avec Olivier Assayas et Sabine Azéma à la présidence de deux jurys, mais aussi Samuel Benchetrit, Vanessa Paradis et Vincent Macaigne (Chien), Fanny Ardant transgenre (Lola Pater), Noémie Lvovsky et Mathieu Amalric (Demain et tous les autres jours qui ouvrira la prestigieuse programmation de la Piazza Grande), Paul Hamy et Pascal Greggory (9 Doigts) et Jean-Pierre Léaud (36 fillette). Parmi les autres stars attendues Albert Serra, Francesca Comencini, Irrfan Khan et Golshifteh Farahani (The Song of the Scorpions), Vincent Pérez et le cultissime Dario Argento. Locarno a aussi obtenu la comédie indépendante The Big Sick, véritable phénomène à Sundance, et succès inattendu au box office américain cet été dans les circuits art et essai.

Côté diversité, Locarno présentera deux blockbusters Atomic Blonde avec Charlize Theron et le thriller SF de Netflix, What Happened to Monday? avec Noomie Rapace. De Cannes, seul Good Time des frères Safdie a été retenu pour la Piazza Grande.

D'hier à aujourd'hui

Dans la section Cinéastes du présent, on notera le sud coréen Kim Dae-hwan (The First Lap), le japonais Ryutaro Ninomiya (Sweating the Small Stuff), la française Narimane Mari (Le fort des fous) et l'américain Dustin Guy Defa (Person to Person).

Enfin, est-ce pour la francophilie affirmée de cette édition? Mais la Rétrospective 2017 sera consacrée à Jacques Tourneur, disparu il y a 40 ans: "un réalisateur qui n’est encore pas reconnu à la hauteur de son talent. Tourneur a souvent tourné des films classifiés comme « série B », des films qui nous semblent aujourd’hui plus incisifs, plus visionnaires et plus actuels que leurs aînés. Car le réalisateur a toujours su mêler dans son travail l’imaginaire puissant des récits de genre et une poésie visuelle unique, héritée sans doute de sa double identité, européenne et américaine."

Gérard Depardieu en Joseph Staline dans le prochain film de Fanny Ardant

Posté par vincy, le 10 mars 2016

Fanny Ardant ne se décourage pas. Rare sur les écrans en tant qu'actrice - on le regrette -, la comédienne poursuit sa carrière de réalisatrice. Après Cendres et sang en 2008 (en séances spéciales à Cannes) et Cadences obstinées en 2014 (4000 entrées en France) , elle vient de terminer le tournage de son troisième long métrage, adaptation du roman Le divan de Staline de Jean-Daniel Baltassat.

Elle a confié le rôle du dictateur soviétique à Gérard Depardieu, citoyen russe par ailleurs. Les deux acteurs se connaissent bien. Outre Cadences obstinées où Depardieu faisait une apparition, ils ont tourné ensemble dans La femme d'à côté, Rasputine, Nathalie, Le colonel Chabert, Hello Goodbye, Balzac...

Et Derrière moi une cage vide, titre du film scénarisé par Ardant elle-même, est produit par Paolo Branco (Alfama Films), qui suit la cinéaste depuis son premier long. Le tournage a eu lieu cet hiver au Portugal. Aux côtés de Depardieu, on retrouvera Emmanuelle Seigner, Joana de Verona, Paul Hamy, François Chattot, Miguel Monteiro et Luna Picoli-Truffaut, actuellement à l'affiche de Deux Rémi, deux de Pierre Léon.

Mensonges et manipulations

Le roman de Jean-Daniel Baltassat publié il y a trois ans raconte l'histoire de Staline, qui n’a plus que trois ans à vivre. Il se retire quelques jours dans sa Géorgie natale mais il tient encore les ficelles du pouvoir et prend un certain plaisir à avoir droit de vie ou de mort sur ses citoyens. Sa maîtresse, la Vodieva, le rejoint dans son palais, accompagnée de son protégé Danilov, jeune peintre prodige du réalisme socialiste qui a conçu une œuvre pour célébrer la gloire du "Petit père des Peuples". Par ce choix, la Vodieva sait aussi qu'elle joue sa vie dans cette rencontre qui n’est pour elle et Danilov qu’un jeu de dupe, de mensonges et de terreur. Dans ces années 1950, l'artiste est l'objet d'une forte suspicion du KGB.

Depardieu n'est pas le premier à incarner Staline, qui s'est invité dans près de 200 fictions dans le monde. Parmi les récentes incarnations, notons celles de Robert Duvall (dans un biopic télévisé), F. Murray Abraham dans un téléfilm (Le premier cercle) et dans un film (Children of the Revolution), Sergey Razhuk (Taurus), André Dussollier (Une exécution ordinaire) et Maksim Sukhanov (Soleil trompeur 2).

Cabourg 2013 : le romantisme n’a pas de frontières

Posté par kristofy, le 12 juin 2013

affiche cabourg 2013 laurence anyways

La 27ème édition des journées romantiques du Festival de Cabourg va plus que jamais célébrer l’amour du cinéma : longs-métrages et courts-métrages en compétition, une sélection de films qui résonnent de l’amour de la musique, plus d’une quinzaine d’avant-premières en présence des équipes de films…

Stars

Le tapis rouge sera honoré de la venue de Catherine Deneuve, pour le film Elle s’en va (en compétition au dernier festival de Berlin). On y verra aussi Fanny Ardant pour Les beaux jours avec Laurent Lafitte et Patrick Chesnais, qui lui présentera également 12 ans d’âge. Marilou Berry sera là aussi pour deux films Joséphine et Les reines du ring, Astrid Bergès-Fribey pour Juliette, Marie De Villepin pour Baikonur, Benoit Magimel et Diane Kurys avec Pour une femme. Bien d’autres vedettes vont venir découvrir les kilomètres de plages de Cabourg comme par exemple Jonathan Rhys-Meyers et Natalia Vodianova pour l’adaptation de Belle du Seigneur, ou encore Adèle Exarchopoulos qui sera félicitée pour son premier grand rôle dans le film Des morceaux de moi (avant la Palme d’or pour La vie d’Adèle)… Enfin Aya de Yopougon et le nouveau Claude Duty seront invités dans la section Panorama.

Compétition

Les films en compétition viennent de différents pays comme l’Italie et l’Uruguay et compteront notamment deux découvertes cannoises, Grand Central de Rebecca Zlotowski avec Lea Seydoux et Tahar Rahim, et My sweet pepper land de Hiner Saleem avec Golshifteh Farahani. Outre ces trois films, les festivaliers pourront voir La tour de Guet de Pelin Esmer, Les beaux jours de Marion Vernoux, Chaque jour que Dieu fait de Paolo Virzi et Tanta Agua d'Ana Guevara Pose et Leticia Jorge Romero.

Jurys

C'est le réalisateur Stéphane Brizé qui sera président du jury composé de Mélanie Bernier, Helena Noguerra, Audrey Fleurot, Tchéky Karyo, Guillaume Gouix, Andrée Corbiau (scénariste), Rémy Chevrin (directeur de la photographie) et Raphaël Berdugo (producteur).

Pour le Jury des courts-métrages le président sera Gilles Taurand, qui sera aux côtés de Marie Kremer, Malik Zidi et d'Ernst Umhauer. Dans la sélection des courts il y a notamment 37°4 S de Adriano Valerio (mention spéciale au festival de Cannes), mais on peut déjà parier sur Premiers pas de Grégory Lecocq avec Pauline Brisyet et sur On the beach de Marie-Elsa Sgualdo...

Le jury jeunesse de six lycéens sera lui encadré par la scénariste Agnès de Sacy et par Jules Sitruk.

Cabourg qui avait inspiré Proust pour sa Recherche du temps perdu va retrouver le temps de ces journées romantiques l’amour sur grand-écran. Les prix sont d'ailleurs nommés en son hommage : les Swann d'Or. L'an dernier Xavier Dolan et Laurence Anyways avait été récompensé.

_____________

27e Festival de Cabourg
Du 12 au 16 juin.
Renseignements sur le site de la manifestation

Asia Argento joue du violoncelle pour Fanny Ardant

Posté par vincy, le 12 janvier 2013

3 ans après Cendres et Sang (un bide au box office avec moins de 15 000 entrées), la réalisatrice Fanny Ardant prépare son deuxième long métrage, Cadences Obstinées.

Après Cendres et sang, histoire de vendetta en Roumanie, la comédienne a opté pour l'histoire d'une violoncelliste qui revient à la musique après avoir abandonné son métier par amour pour un homme qui finalement la délaisse.

La musicienne sera interprétée par Asia Argento, qui sera entourée de Nuno Lopes, Gérard Depardieu et Tudor Istodor. Le film, comme son premier, sera produit par Paulo Branco. Le tournage débute ce dimanche à Lisbonne.

Depardieu n’aime pas Binoche

Posté par vincy, le 26 août 2010

il aime provoquer, ce n'est pas nouveau. Mais là, notre Depardieu national y a été fort, en s'attaquant à l'une des actrices françaises les plus célèbres du monde.

Il y a deux semaines, dans un entretien à l'hebdomadaire autrichien Profil, il a réglé ses comptes avec une comédienne qui n'a jamais joué avec lui.

"Dîtes-moi quel est le secret de Juliette Binoche? Je me demande pourquoi elle est si respectée depuis tant d'années. Elle n'a rien. Absolument rien!". Rien que ça. On oublie les prix les plus prestigieux, quelques grands cinéastes dans sa filmographie, sa curiosité artistique.

Mais pour Depardieu, son avis est fondé. "Elle n'est personne. Isabelle Adjani, elle, est géniale, même si elle est complètement perdue. Ou bien Fanny Ardant, elle est grandiose, extrêmement impressionnante! Mais Binoche? Qu'a-t-elle jamais eu pour elle?" Voilà : dans la catégorie brune, Binoche est perdante.

Il en rajoute une couche pour traiter Les Amants du Pont-neuf de "morceau de merde".

Gros dérapage dont l'acteur est coutumier. En même temps, lui même avait confessé en mai 2009 qu'il avait "fait 200 films dont 150 sont des merdes".

César : hommage à Cravenne

Posté par vincy, le 27 février 2009

Une lettre de François Truffaut, à propos de l'impact des 10 César du Dernier métro. Une lettre adressée à George Cravenne, fondateur de la cérémonie. Une lettre lue par Fanny Ardant. Rien que la voix est une invitation au cinéma.

Les films français que nous pourrions voir à Cannes

Posté par vincy, le 18 janvier 2009

l'elegance du herisson josiane balaskoJanvier, c'est la dernière line droite. Berlin, première levée du grand chelemn des festivals, a annoncé la couleur en recrutant Costa-Gavras, Ozon, Chabrol, Breillat, Lioret et surtout Tavernier, dont la sortie était en suspens depuis neuf mois... Cannes, toutes sélections confondues, a quand même de nombreuses cartes en main pour séduire les festivaliers.

Il semble que Jeunet ne pourra montrer qu'un teaser ou un extrait de son MicMacs à tire-larigot, qui devrait être prêt au début de l'été. Mais, cette déception sera compensée par d'immenses possibilités. Côté animation, Sylvain Chomet (Les triplettes de Belleville) devrait pouvoir présenter L'illusioniste (d'après une histoire de Jacques Tati). Et pour les documentaires, on voit mal Cannes passer à côté de Home, réalisé par Yann Arthus-Bertrand et produit par Luc Besson.

Parmi les habitués de Cannes, Robert Guédiguian (L'armée du crime), Alain Resnais (Les herbes folles), Christophe Honoré (Non, ma fille), Xavier Gianoli (Je voudrais te dire), Patrice Chéreau (Persécution), Lucas Belvaux (Rapt!) et Tsai Ming-Liang (Visages, tourné à Paris) font évidemment figures de favoris. Mais, parmi eux, quelques uns, recalés ou préférant ne pas trop être exposés à la dureté de la critique cannoise, feront le choix vénitien.

La jeune génération, déjà repérée à Cannes, désirant sans doute un peu de promotion pourra compter sur Julie Lopes-Curval (La cuisine) et Mia Hansen-Love (Le père de mes enfants). On peut aussi imaginer que Olivier Ducastel /Jacques Martineau (plus habitués à Berlin), avec L'arbre et la forêt, ou Fanny Ardant, avec son premier film, Cendres et sang, intéressent les programmateurs.

Audiard, Van Dormael, Mihaileanu et un hérisson...

Pourtant, les marches pourraient être montées par d'autres.... Jacques Audiard, par exemple, sans doute l'un des meilleurs cinéastes français depuis quinze ans, aurait toutes ses chances avec Un prophète. Jaco Van Dormael semble inévitable. Même si le réalisateur est belge, la production est essentiellement française. Le film, Mr. Nobody, sera prêt à temps, douze ans après Le huitième jour. Un choix passionnant serait Le concert, de Radu Mihaileanu (Va, vis et deviens), avec Mélanie Laurent. Enfin, le match des Coco Chanel, normalement prévu en avril dans les salles françaises, pourrait êre décalé si Coco avant Chanel, d'Anne Fontaine, avec Audrey Tautou, se retrouvait dans une des sélections officielles. Nul ne doute qu'au marché, on observera avec attention le box office de celui-ci et de celui de Jan Kounen, Coco Chanel et Igor Stravinsky, avec Anna Mouglalis.

Ultime possibilité, mais non des moindres : un premier film, produit par Anne-Dominique Toussaint (Caramel), en lice pour le poste de la présidence d'Unifrance. Ce premier film de Mona Achache est l'adaptation littéraire de L'élégance du hérisson, best-seller européen (en France, plus de un million trois cent mille exemplaires se sont vendus, alors que l'édition poche n'est pas encore parue), avec Josiane Balasko, qui vise le César 2010, Garance Le Guillermic et Togo Igawa. le film ne doit sortir qu'en octobre, et pourtant, la productrice a surpris tou le monde en disant qu'elle pensait pouvoir proposer une version à Thierry Frémaux au début du printemps. Assurément, ce serait le plus beau coup français du Festival.

Hommages à Berri

Posté par vincy, le 13 janvier 2009

Les obsèques de Claude Berri auront lieu jeudi 15 janvier au cimetière parisien de Bagneux, à 15 heures.

De Fanny Ardant au Grand Journal à Costa-Gavras et Annaud à Ce soir où jamais, les émissions culturelles ont rebondit dès hier soir sur le décès du producteur-réalisateur.

Les télévisions publiques ont décidé de modifier leurs programmes. Le 14 janvier à 22h45, France 4 diffusera Tess, César du meilleur film, réalisé par Polanski, produit par Berri.

Jeudi 15 janvier à 20h35, France 3 a choisi Lucie Aubrac. Paris Première a préféré Je vous aime (20h40) et France 2 a opté pour Le cinéma de papa (à 22h45).

Arte lui rendra hommage le 19 janvier à 20h45 avec la diffusion d'Uranus.

TF1 ne sera pas en reste avec Tchao Pantin, le dimanche 18 janvier à 23h10.

Ardant et Cheung chez Tsai Ming Liang

Posté par vincy, le 15 février 2008

Le prochain film du cinéaste taïwannais Tsai Ming Liang, Visages, sera co-produit par JBA et ARTE France cinéma. Il réunira un casting franco-asiatique : son acteur fétiche (et toujours aussi beau) Lee Kang-Sheng, Maggie Cheung, Fanny Ardant et Jean-Pierre Léaud. Deux acteurs qui rappellent l'univers de Truffaut, référence assumée de Tsai Ming Liang. Tournage à Paris en septembre prochain.