Kyoto Animation: 35 morts, 34 blessés, un film et un serveur sauvés

Posté par redaction, le 29 juillet 2019

Le 18 juillet dernier, le studio Kyoto Animation a été victime d'un incendie criminel. Le bilan est de 35 personnes sont mortes (dont 21 femmes) et 34 blessées (dont une dizaine dans un état sérieux), parmi lesquels l'auteur de l'incendie. Un carnage humain qui a ému le monde de l'animation. Créé en 1981, le studio a notamment travaillé avec les studios Ghibli (Porco Rosso) et OLM (Pokémon). Depuis qu'il n'est plus un sous-traitant mais un studio à part entière, Kyoto Animation a sorti de nombreuses séries TV, dont La Mélancolie de Haruhi Suzumiya, Sound Euphonium ou encore Violet Evergarden. Il a aussi produit des films déclinés de ces séries et surtout le splendide anime Silent Voice et le récent Liz & l'oiseau bleu.

KyoAni était un studio singulier, fondé par un couple, embauchant majoritairement des femmes, et réputé pour ses bonnes conditions de travail, en plus de persévérer à employer des animateurs qui lui sont propres. Aujourd'hui il est en cendres. On ne sait pas ce qui a motivé le pyromane, Shinji Aoba, 41 ans, qui a déjà été emprisonné pour vol et qui souffre apparrement de désordres mentaux. Il semblerait que le studio lui aurait "plagié" un de ses romans, sans qu'il n'y ait aucune preuve. L'enquête vient de confirmer qu'il était obsédé par le studio, dont ils possédait quasiment tous les mangas et les dvd.

C'est le pire meurtre de masse au Japon depuis la seconde guerre mondiale. Un fonds d'aide japonais pour les victimes et un autre, initié par le distributeur américain Sentai Filmworks sur la collecte GoFundMe ont déjà récolté 7 millions d'euros. Le gouvernement, en réaction à l'émotion suscitée, a décidé d'apporter son aide pour la réouverture du studio et pour faciliter les donations reçues par KyoAni.  Techniquement, il y a au moins une bonne nouvelle: un des serveurs où une partie des créations et des données sont stockées, aurait survécu à l'incendie. Tout le reste a disparu en fumée.

Cette tragédie n'affectera pas la sortie du spin-off de Violet Evergarden, Violet Evergarden Side-Story: Eternity and the Auto Memories Doll, programmée au Japon pour septembre et qui doit être présenté au festival Animagic Convention à Mannheim en Allemagne samedi prochain. En revanche, on ignore toujours si Violet Evergarden the Movie pourra sortir au Japon en 2020 comme prévu. Netflix gère la diffusion internationale .

Les archives privées de Théo Angelopoulos parties en fumée

Posté par vincy, le 26 juillet 2018

C'est l'AFP qui rapporte cette désolante nouvelle, au milieu des décombres d'une tragédie grecques. Les incendies qui ont ravagé les environs d'Athènes, sur la côte orientale de l'Attique, ont fait plus de 82 morts (à l'heure où nous écrivons ces lignes), 187 blessés et de nombreux disparus. Ce sinistre a aussi touché la résidence secondaire où étaient entreposées les archives privées du cinéaste grec Théo Angélopoulos, Palme d'or il y a vingt ans à Cannes et décédé en 2012.

Sa veuve Phivi a témoigné à la télévision: "Les livres de mon mari, sa correspondance avec des personnalités, tous les livres que leurs auteurs lui avaient dédicacés" ainsi que "des textes, des poèmes" ont été détruits explique-t-elle. Cette villa était sa résidence secondaire. Si ses archives privées sont parties en fumée par l'un des feux, ses archives professionnelles sont toujours dans son bureau d'Athènes.

Le cinéaste passait souvent ses étés avec son épouse et leurs trois filles dans cette villa à Mati, ville rayée de la carte.

La polémique enfle sur les causes de l'incendie mais aussi sur les dysfonctionnements à tous les niveaux de la gestion de la crise.  La série de feux de forêts, dont l'origine est sans doute criminelle en vue d'opérations immobilières, a dévasté plus de 2000 maisons et bâtiments et des dizaines depuis le 23 juillet. Les vents puissants ont amplifié le désastre.

5 fictions en projet sur les ados thaïlandais piégés dans une grotte

Posté par vincy, le 23 juillet 2018

Un fait divers exceptionnel qui a fait le tour du monde: les membres de l'équipe de football des "Sangliers sauvages", douze jeunes thaïlandais âgés de 11 à 16 ans, étaient restés bloqués, le 23 juin dans la grotte de Tham Luang, une des plus grandes de Thaïlande. Après avoir survécu en buvant l'eau sur les parois de la grotte, pendant neuf jours sans contact avec l'extérieur, ils ont enfin pu être évacués, trois semaines plus tard, alors que l'eau continuait de monter à cause des pluies de la mousson. Il a fallu l'intervention de spéléologues expérimentés, etque les ados apprennent rapidement des notions de plongée, dans un sauvetage où les obstacles s'accumulaient.

Logiquement, comme pour chaque exploit de ce genre (surtout avec un happy end, malgré la mort d'un sauveteur), le cinéma veut s'emparer de ce sujet "bigger than life". Pas moins de six projets sont déjà en développement selon la presse américaine, qui cite le gouvernement thaïlandais. Une commission spéciale devrait même être créée pour superviser toutes les demandes de tournage et valider, ou pas, ces films. Sur les six projets, on dénombre un documentaire (pour Discovery Channel) et cinq fictions, toutes étrangères. Le documentaire est déjà tourné.

Pour l'instant, le plus rapide (ou le plus opportuniste) est le réalisateur Jon M. Chu (Insaisissables 2) qui avait déjà envoyé une équipe repérer les lieux avant même que les gamins ne soient sauvés. Outre ce projet porté par la sino-américaine Ivanohe Pictures, il y a aussi celui de Pure Flix, société spécialisée dans les films chrétiens et évangéliques, qui souhaiterait avoir les droits sur la mission.

Mais le gouvernement thaïlandais veut garder le contrôle sur les fictions inspirées de ce drame humain, notamment en restant fidèle aux faits, mais surtout en se souciant sans doute qu'aucun des scénarios ne mettent en avant la panique et la confusion des autorités face à ce qui aurait pu être une tragédie.

Homophobie (1): un directeur de festival de cinéma agressé

Posté par vincy, le 9 février 2018

Nicolas Bellenchombre, le président du Festival du film canadien à Dieppe, a été violemment agressé dans la nuit du 3 au 4 février à Dieppe, selon les informations de la presse locale. Lui et son ami Alexis ont d'abord été insultés, puis ciblés par des projectiles, avant de recevoir des coups en entendant des propos clairement homophobes: "PD", "tarlouze", etc... Des coups de poing, des coups au visage, aux jambes.

Nicolas Bellenchombre a finalement été amené aux urgences, souffrant de traumatismes crâniens et d'un sérieux traumatisme psychologique. Il a aussi porté plainte. Les deux hommes sont actuellement recherchés. Ce ne fut pas la seule agression homophobe ce soir là dans la ville normande selon Paris-Normandie qui a récolté le témoignage d'un autre couple, dont l'un des deux a été insulté et frappé par quatre agresseurs.

Il est toujours debout, invitant les dieppois à venir le voir au cinéma Rex le film britannique Seule la terre, hier soir, afin "de lutter contre l'homophobie".

En espérant que le directeur de l'association Ciné Deep, qui organise aussi le Festival Nouvelle Vague, se remette vite: la 5e édition du festival du film canadien se déroulera du 21 au 25 mars.

Vesoul 2018: Bagage de Zig Dulay, une histoire de bébés abandonnés

Posté par kristofy, le 2 février 2018

zig dulay ©ecrannoirLe Festival des Cinémas d'Asie de Vesoul c'est la découverte de films en provenance d' Iran, Afghanistan, Malaisie, Chine, Corée du Sud, Philippines, ou du Japon. Recevoir un prix à Vesoul est d'ailleurs un coup de projecteur pour favoriser ensuite une sortie en salles en France, comme par exemple Les lauriers roses-rouges (Under construction) le 7 juin 2017, Tharlo, le berger tibétain ce 3 janvier dernier ou Hotel Salvation le 21 mars prochain.

Aujourd'hui on s'envole vers les Philippines dont on connait surtout les films de Brillante Mendoza. On se demande pourquoi les distributeurs n'ont pas fait sortir par exemple les films de Lawrence Fajardo (Invisible) ou de Edouardo Roy Jr, passé à Vesoul mais aussi par Berlin (Baby factory, le quotidien d’une maternité à travers différentes mamans, infirmières, bébés ou Quick change, histoire de transsexuels avec un trafic illégal de produits de chirurgie esthétique).

Un nouveau nom est à suivre : le réalisateur Zig Dulay (qui est aussi scénariste, monteur, producteur), venu à Vesoul présenter Bagage avec comme héroïne l'actrice Angeli Bayani (que l'on connaît depuis Ilo Ilo qui avait eu le prix Caméra d'or à Cannes en 2013).

Le pitch: Alors que toute la famille célèbre le retour au pays de Mercy Agbunag, des agents du Bureau National des Investigations viennent la chercher Mercy pour enquêter sur la découverte d’un nouveau-né qui a été jeté dans la poubelle d'un avion. Mercy était à bord de cet avion, elle va devoir passer entre les mains de divers organismes : police, hôpital, refuge des services sociaux, médias avides de sensationnalisme...

Le style du film et son esthétique visant au réalisme nous sont déjà familiers: la caméra est presque toujours tournée vers le personnage principal dont on suit autant la trajectoire géographique dans différents lieux que son parcours émotionnel. Ici c'est une femme, déjà mère de famille, qui est accusée d'avoir donner naissance à un bébé et de l'avoir abandonné dans un avion. L'enquête va d'abord viser son corps avec divers examens médicaux puis sa conscience avec une demande d'aveux qu'elle ne fait pas : est-elle vraiment coupable, que s'est-il passé ?

Inspiré de faits divers

Zig Dulay a donné cet éclairage : « Le film est inspirés de différents faits-divers de femmes ayant dû accoucher dans les toilettes d'aéroport et qui y ont abandonné le bébé. Il y a aussi eu un cas d'un bébé oublié dans les toilettes d'un avion. C'était à chaque fois des avions qui venaient de pays du Moyen-Orient. Il y avait d'ailleurs une histoire où le bébé trouvé avait été appelé Rosario. J'ai gardé ce prénom. Tout ça m'a inspiré l'écriture de ce film Bagage. Ce titre a une double signification, à la fois la charge trop lourde que représente ce bébé pour sa mère, et aussi le fait que ce type d'histoire représente un poids social pour le pays car ce qui est raconté se produit encore et toujours. Aux Philippines on traite ce genre d'affaire presque comme quelque chose de quotidien, il y a des réactions quand ça arrive mais on ne fait pas grand chose pour éviter ce type de problème. La justice est limitée à sa juridiction sans pouvoir enquêter en direction de criminels d'un autre pays étranger et essaie de savoir qui est la mère qui a abandonné le bébé. Avec Bagage j'ai voulu montrer ce cercle vicieux où des femmes sont d'abord coupables avant d'être éventuellement ensuite comprise comme étant victimes.»

Daily Cannes: colis suspect, 120 battements par minute et marches militantes

Posté par cynthia, le 20 mai 2017

Une alerte à la bombe a chamboulé le festival. La projection presse du Redoutable a été retardée de trois quart d'heure, le temps de faire reculer les centaines de journalistes, puis de les faire revenir en salle Debussy, après le passage des Démineurs. Conséquence, projetée dans la même salles, la séance officielle de Wind river a pris ainsi une demi heure de retard. L'activité cannoise à repris sa routine, doucement mais sûrement. Car pendant ce micro-événement, dans l'auditorium Lumière, était projeté officiellement le coup de cœur du Festival.

En ce samedi 20 mai, ce sont les larmes qui sont en vedette. Le film qui a foudroyé la rédaction (et en fait à part les journaux de droite comme Le Figaro, Le Point et La Croix, à peu près toute la presse française) c'est 120 battements par minute. On comprend que les journalistes de la presse réac aient été choqués: une sodomie, une branlette entre mecs et une euthanasie, ça fait beaucoup pour leur esprit étriqué.

La conférence de presse du jour : 120 battements par minute de Robin Campillo

Silence religieux dans la scène, la profession a dû mal à se remettre de la baffe considérable que ce film nous a mis (lire notre critique). Un film sur le sida, le mouvement Act Up, la communauté LGBT, les morts qui tombent sous le virus... Un film qui dénonce l'hypocrisie autour de cette maladie considérée comme une honte et longtemps suggérée comme contagieuse rien qu'avec une poignée de main, c'est une première! Car ici on parle d'une œuvre aussi politique qu'intime.

"Généralement lorsque l'on fait ce genre de film, on tend vers l'émotion. Moi j'ai voulu aller vers le côté froid." dit son réalisateur, Robin Campillo, lors de la conférence de presse. Pourtant, même si c'est la froideur de la maladie qui est montrée, l'émotion est constamment palpable au point d'avoir fait dire à une journaliste amie: "Notes pour plus tard : penser à ne plus jamais mettre de mascara avant un film de Campillo...".

Robin Campillo ajoutera d'ailleurs que "l'émotion ressort de ces moments un peu glacials." Claque pour le public mais aussi pour son équipe. Adèle Haenel avoue ne pas avoir hésité avant de dire oui pour le rôle (secondaire pourtant): "j'ai tout de suite été très emballée par le projet, ça m'a enthousiasmé!" Quant à Antoine Reinartz, qui a fait chavirer notre cœur tant il est beau et charismatique, il confesse qu'il y avait une vrai communauté sur le tournage : "c'était un vrai lieu de démocratie, un lieu de débat!" Le réalisateur, également président de l'association des élus contre le Sida et ancien d'Act up, souhaiterait d'ailleurs voir bouger les choses grâce à son œuvre: "J'espère que des films comme celui-là vont aider à démontrer que pour que les politiques agissent, il faut la pression des gens!"

Le focus du jour : l'équipe de 120 battements par minute

Comment faire un focus sur une sublime star alors que le film de Robin Campillo nous a offert la plus belle montée des marches de la semaine?

"Le silence, c'est la mort", "assez", "Tchétchénie", voilà ce que l'on pouvait lire sur les pancartes qu'arboraient le jury de la Queer Palm sur le tapis rouge lors de la montée des marches de 120 battements par minute. Des pancartes dénonçant le calvaire des homosexuels dans ce pays d'Europe orientale, qui scandalise la communauté internationale et plonge les grands de ce monde dans le silence. Peut-être qu'enfin les choses vont se remuer afin d'arrêter ce massacre inhumain!

Le tweet du jour

Un résumé de l'ambiance après la projection de 120 battements par minute.

La tombe de Romy Schneider profanée

Posté par redaction, le 1 mai 2017

La tombe de l'actrice Romy Schneider a été ouverte, "vraisemblablement au cours du week-end", au cimetière de Boissy-sans-Avoir, près de Montfort-L'Amaury dans les Yvelines, selon le journal Le Parisien. Elle y repose en toute discrétion depuis son suicide en 1982. On commémorera les 35 ans de sa disparition le 29 mai prochain.

"Un ou des individus ont descellé la pierre tombale et l'ont déplacée, occasionnant l'ouverture du caveau mais à ce stade des constatations, il n'y a a priori pas eu de dégradation", expliquent les enquêteurs au quotidien régional. Romy Schneider est enterrée avec son fils David, décédé dans un accident en 1981 à l'âge de 14 ans.

L'actrice allemande naturalisée française s'est suicidée en mai 1982 à l'âge de 43 ans. Révélée par le personnage de Sissi, elle a tourné avec Orson Welles, Alain Cavalier, Joseph Losey, Lucchino Visconti, Bertrand Tavernier, Costa Gavras, Claude Miller, Andrzej Zulawski et Claude Sautet. Elle a gagné deux César.

Le prochain film d’André Téchiné en septembre sur les écrans

Posté par vincy, le 16 janvier 2017

paul grappeAlors que son précédent film, Quand on a 17 ans, concoure pour les César, après avoir été sélectionné en compétition à la Berlinale en février dernier, André Téchiné a tourné à la fin de l'été son 22e long métrage, Nos années folles. ARP le sortira le 13 septembre 2017, ce qui lance une double hypothèse pour une avant-première soit à Cannes, soit à Venise.

André Téchiné s'est offert un casting inédit: Pierre Deladonchamps (L'inconnu du lac, Le fils de Jean), Céline Sallette (La French), Michel Fau (Marguerite), Claude Gensac récemment disparue et dont ce sera le dernier film à l'affiche, et Grégoire Leprince-Ringuet, que Téchiné avait révélé en 2003 avec Les Égarés.

Le scénario a été écrit par André Téchiné avec Cédric Anger, réalisateur de La prochaine fois je viserai le cœur et scénariste du Petit Lieutenant. Ils avaient déjà collaboré ensemble pour L'Homme qu'on aimait trop sorti en 2014.

Un fait divers qui inspira un roman et une BD

Nos Années Folles est tirée d’une histoire vraie sensationnelle qui remua la France après la Première Guerre mondiale. Il s'agit de l’histoire de Paul Grappe, un déserteur qui décide de se travestir en femme pour échapper aux champs de bataille, avec la complicité de son épouse, Louise. Il devient Suzanne Landgard. En 1925, l’amnistie touchant les déserteurs de 1914-1918, tout se complique quand sa femme lui demanda de remettre ses habits d'homme… Il sombre dans l'alcoolisme et la violence. Sa femme va alors commettre l'irréparable.

Cette histoire a été racontée deux fois: dans le roman La garçonne et l'assassin : histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des Années folles, écrit par Fabrice Virgili et Danièle Voldman, sorti discrètement en 2011 ; et dans la bande dessinée, adaptée du roman, Mauvais genre, de Chloé Cruchaudet. La BD, gros succès de ventes (65000 exemplaires), a reçu le Prix Landerneau BD 2013, le prix Coup de coeur Quai des Bulles, le Grand prix de l'ACBD 2013 et le prix du public Cultura au Festival de la BD d'Angoulême 2014.

Edito: Johnny Depp mange son chapeau

Posté par redaction, le 2 juin 2016

A Ecran Noir, le people ce n'est pas notre tasse de thé. Mais là, il faut le reconnaître, un événement lié à la vie privée d'une star, a eu un impact sur la sortie d'un des films très attendus de l'année, avec gros budget de production et de marketing. La suite d'Alice au pays des merveilles, Alice De l'autre côté du miroir a, certes, attiré des critiques mitigées. Mais il en faut plus pour détourner le public. Le désir d'une suite n'était peut-être pas si fort, malgré le triomphe phénoménal du premier film, signé Tim Burton. l'absence de Burton a aussi, sans doute, contribué à une certaine désaffection du public.

Car cet Alice a subit un gros revers aux Etats-Unis, avec quasiment 5 fois moins de recettes que le premier film, malgré un week-end férié a priori plus favorable au second. Et ce n'est pas mieux en France puisque pour son premier jour, le film finit deuxième, loin derrière Retour chez ma mère, une comédie française pourtant distribuée dans 150 salles de moins. Avec 87 000 entrées, le film fait 3 fois moins bien que le premier film.

Le buzz négatif autour de sa star, Johnny Depp, est sans doute un facteur qu'il ne faut pas négliger dans cet échec. Depuis quelques années, hormis Alice 1 et le dernier Pirates de Caraïbes, la star n'a pas aligné un hit, et a même enchainé des contre-performances (Transcendance, Strictly Criminal, Lone Ranger, Charlie Mortdecai...). Hors Pirates et Tim Burton, Johnny Depp a du mal à exister. Il est certain que la plainte de sa femme pour coups et blessures n'a rien arrangé pour son image, quelques semaines après son scandale canin en Australie où il a du se livrer à des excuses publiques qui n'ont pas été appréciées par tout le monde. Selon un sondage post-projection ce week-end aux Etats-Unis, un tiers des spectateurs sont allés voir la suite d'Alice pour Johnny Depp. Pour le premier Alice, ils étaient la moitié. Comparé au nombre de spectateurs, c'est une chute drastique.

La star se caricature et l'acteur ne séduit plus: le jeu semble mécanique, les personnages trop similaires, etc. Pourtant, quand il endosse des personnages réels dans des films plus noirs, Depp prouve qu'il reste un grand acteur. Dirigé par Burton, il est dans son élément. Mais en fantassin "comique" et "comics", il lasse. A l'heure où les réseaux sociaux sont sans pitié pour les vedettes, le bashing devenant un sport international, Johnny Depp doit se sentir déconnecté. Le lien avec le public semble rompu. Il peut rêver d'un destin à la Brando, rebondissant à l'âge senior. Mais les come-backs sont assez rares désormais. Et Johnny Depp va devoir encore compter sur Jack Sparrow pour conquérir un large public. Ou faire naufrage.

Dylan O’Brien se brise les os sur le tournage du 3e épisode du Labyrinthe

Posté par cynthia, le 19 mars 2016

dylan o'brienLe tournage du troisième opus de la saga Labyrinthe a été suspendu sans date de reprise après l'accident qui a touché son interprète principal, le choupinou Dylan O'Brien.

Selon le magazine Variety, l'acteur  de 24 ans a été percuté par une voiture et souffrirait depuis de nombreuses blessures, apparemment au visage, et d'os brisés. Ses jours ne sont pas en danger. Actuellement en observation et sous traitement à l'hôpital British Colombia de Vancouver (Canada), Dylan O'Brien tournait une scène où il devait fuir une voiture. "La production du film s'est arrêtée. Toutes nos pensées vont vers Dylan qui on l'espère se rétablira très vite!" confie un représentant de la Fox. Le tournage n'est pas annulé. Suite du premier Labyrinthe et de La terre brûlée, The Maze Runner: The Death Cure doit sortir en février 2017.

Rappelons que Dylan est devenu très vite, depuis son rôle phare dans la série Teen Wolf, une des vedettes montantes des studios américains. La saga Labyrinthe l'a propulsé au rang de vedette au même titre que les Jennifer Lawrence et Shailene Woodley. Les deux premiers épisodes ont rapporté 660 millions de $ dans le monde.

Espérons pour les producteurs et les fans que ses os se ressoudent très vite... On le verra en pleine forme en octobre dans les salles avec Deepwater Horizon de Peter Berg, aux côtés de Mark Wahlberg et Kate Hudson