Jean Dujardin et Louis Garrel plongent dans l’Affaire Dreyfus

Posté par vincy, le 27 septembre 2018

Alors qu'il est à l'affiche d'I Feel Good depuis hier, Le Film Français annonce que Jean Dujardin incarnera le Colonel Picquart dans J'accuse, film sur l'Affaire Dreyfus.

Cela fait six ans que Roman Polanski travaille sur ce film, avec Robert Harris, son scénariste de The Ghostwriter (2010). Entre temps, entre ses démêlés judiciaires et les problèmes de financement, le cinéaste a réalisé trois films: Carnage, La Vénus à la fourrure et D'après une histoire vraie.

Durant ces six années, le film était sobrement intitulé D. Il s'agit d'un thriller d'espionnage qui a pour toile de fond l'Affaire qui scandalisa la France de 1894 à 1906, autour du Colonel Dreyfus. Désormais intitulé J'accuse, comme la célèbre lettre ouverte d’Emile Zola publiée en une du journal L’Aurore le 3 janvier 1898 adressée au Président de la république Félix Faure. Ici se croisent antisémitisme, raison d'Etat, erreur judiciaire, passion politique et fâcheries diplomatiques à l'international.

Alors qu'il était prévu en anglais, le film se fera finalement en Français. Jean Dujardin interprétera le rôle principal: le scénario prendra le point de vue du Colonel Picquart, chef du contre-espionnage qui découvrit les fausses preuves contre Dreyfus, les vrais coupables et chercha à réhabiliter Dreyfus. Après avoir été Robespierre dans Un peuple et son roi, Louis Garrel sera le Capitaine Dreyfus. Et Emmanuelle Seigner, Gregory Gadebois, Olivier Gourmet, Hervé Pierre, Didier Sandre, Melvil Poupaud, Eric Ruf et Mathieu Amalric composeront le reste du casting.

Distribuée par Gaumont, la sortie du film est calée au 4 décembre 2019. Le tournage débutera le 26 novembre prochain pour s'achever début mars. Ce sera le 23e long métrage de Roman Polanski.

Daily Cannes: Robert, Eva, Emmanuelle et une robe pour Twin Peaks

Posté par cynthia, le 28 mai 2017

Et bien voilà, ça y est, il va falloir reprendre le métro, reprendre un rythme normale, ne plus s'habituer à l'alcool gratuit, retourner bosser dans un bureau sans stars, soleil, glace ou café Nespresso, le festival de Cannes se termine lentement mais sûrement en emportant notre quotient plaisir avec.

Le 26 mai, la star de la croisette c'était bel et bien ROBEEEEEERRRRRRRRRRT Pattinson.
Tout d'abord je tiens à présenter mes excuses à l'acteur britannique car, il est vrai que mon appréciation à son égard était égale à l'amour que peut avoir un coiffeur envers des poux.

Focus du jour: Robert Pattinson (prononcé sur la croisette «ROBEEEEEEERRRRRRRTTTTT OH OUIIIIIIiiiiiiiiiii!!»)

Pattinson, on s'en souvient comme du vampire un peu constipé (revoir ses expressions faciales) et brillant au soleil (il a confondu le gloss avec sa crème bronzante) de la saga Twilight. Depuis, l'acteur a tenté, tant bien que mal - tout comme sa partenaire et ex-girlfriend Kristen Stewart toujours présente à Cannes lorsqu'il y est... je dis ça, je dis rien - d'enlever cette horrible image d'acteur de bas étage et d'aimant à minettes qui lui collait à la peau. Quatre passage au festival de Cannes et le bébert a su faire oublier légèrement son rôle de vampire/ado, jusqu'à ce jour... tout le monde a oublié le vampire.

Sa prestation dans le film de Josh et Benny Safdie, Good Time a enflammé le festival (ex explosé nos tympans lors de son arrivée sur le tapis rouge).

Robert Pattinson incarne un braqueur en cavale dans les bas-fonds de New York et livre une performance remarquable, au point que certains le considèrent comme un candidat sérieux au prix d'interprétation masculine, aux côtés de Louis Garrel et Joaquin Phoenix. Sur Twitter, le comédien aussi a emballé le cœur des critiques et cinéphiles qui évoque déjà une présence dans la future course aux Oscars 2018.

Eva Green et Emmanuelle Seigner

Le lendemain, il n'était pas question de faire baisser la température avec nos héroïnes du jour: Emmanuelle Seigner et Eva Green. Venues présenter, en hors-compétition, le film de Roman Polanski et adapté d'un roman de Delphine Vigan, D'après une histoire vraie, ont rejoué l'une des scènes (pleine de tendresse) du film. Les deux actrices ont échangé un doux baiser sensuel pour le plus grand plaisir des photographes de la croisette (je crois qu'il y en a deux ou trois qui ont dû poser un congé). Ça ne sauvera pas l'accueil critique du film: froid comme un bloc de glace. On crie déjà au nanar (c'est jamais que le troisième film français de la sélection qui est en lice pour le titre). Une chose est certaine: le surjeu de Eva Green devrait faire le bonheur des gif-maniaques.

Twitter, ce réseau drôle et captivant

Et parce que Cannes c'est aussi beaucoup sur les réseaux sociaux, voici deux tweets qui ont retenu notre attention, hommage non feint à ces festivaliers qui profitent de Cannes pour s'amuser et nous faire sourire... Vivement la session de l'année prochaine.

Gérard Depardieu en Joseph Staline dans le prochain film de Fanny Ardant

Posté par vincy, le 10 mars 2016

Fanny Ardant ne se décourage pas. Rare sur les écrans en tant qu'actrice - on le regrette -, la comédienne poursuit sa carrière de réalisatrice. Après Cendres et sang en 2008 (en séances spéciales à Cannes) et Cadences obstinées en 2014 (4000 entrées en France) , elle vient de terminer le tournage de son troisième long métrage, adaptation du roman Le divan de Staline de Jean-Daniel Baltassat.

Elle a confié le rôle du dictateur soviétique à Gérard Depardieu, citoyen russe par ailleurs. Les deux acteurs se connaissent bien. Outre Cadences obstinées où Depardieu faisait une apparition, ils ont tourné ensemble dans La femme d'à côté, Rasputine, Nathalie, Le colonel Chabert, Hello Goodbye, Balzac...

Et Derrière moi une cage vide, titre du film scénarisé par Ardant elle-même, est produit par Paolo Branco (Alfama Films), qui suit la cinéaste depuis son premier long. Le tournage a eu lieu cet hiver au Portugal. Aux côtés de Depardieu, on retrouvera Emmanuelle Seigner, Joana de Verona, Paul Hamy, François Chattot, Miguel Monteiro et Luna Picoli-Truffaut, actuellement à l'affiche de Deux Rémi, deux de Pierre Léon.

Mensonges et manipulations

Le roman de Jean-Daniel Baltassat publié il y a trois ans raconte l'histoire de Staline, qui n’a plus que trois ans à vivre. Il se retire quelques jours dans sa Géorgie natale mais il tient encore les ficelles du pouvoir et prend un certain plaisir à avoir droit de vie ou de mort sur ses citoyens. Sa maîtresse, la Vodieva, le rejoint dans son palais, accompagnée de son protégé Danilov, jeune peintre prodige du réalisme socialiste qui a conçu une œuvre pour célébrer la gloire du "Petit père des Peuples". Par ce choix, la Vodieva sait aussi qu'elle joue sa vie dans cette rencontre qui n’est pour elle et Danilov qu’un jeu de dupe, de mensonges et de terreur. Dans ces années 1950, l'artiste est l'objet d'une forte suspicion du KGB.

Depardieu n'est pas le premier à incarner Staline, qui s'est invité dans près de 200 fictions dans le monde. Parmi les récentes incarnations, notons celles de Robert Duvall (dans un biopic télévisé), F. Murray Abraham dans un téléfilm (Le premier cercle) et dans un film (Children of the Revolution), Sergey Razhuk (Taurus), André Dussollier (Une exécution ordinaire) et Maksim Sukhanov (Soleil trompeur 2).

Katell Quillévéré va tourner l’adaptation de « Réparer les vivants »

Posté par vincy, le 28 août 2015

Tahar Rahim, Dominique Blanc, Emmanuelle Seigner, Kool Shen (ex-NTM, Abus de faiblesse de Catherine Breillat) et Anne Dorval (Mommy) formeront le casting de l'adaptation du roman de Maylis de Kerangal, Réparer les vivants. Le film sera réalisé par Katell Quillévéré (Un poison violent, Suzanne). Le tournage commencera le 23 septembre dans la région du Havre.

Réparer les vivants a été publié début 2014 et s'est vendu à plus de 250000 exemplaires (y compris en format poche). Il a reçu de nombreux prix (Prix étudiants France Culture-Télérama, Grand prix RTL-Lire, prix Orange du Livre, prix Relay et prix Paris Diderot-Esprits libres).

Le livre commence avec un accident de voiture dans le pays de Caux en Normandie. Simon, 19 ans, l'un des trois passagers, blessé à la tête, est déclaré en état de mort cérébrale. On vit ainsi ses dernières heures. Les lésions sont irréversibles. Ses parents ont autorisé le don d'organes et le roman suit le parcours de la transplantation de son coeur, qui doit être greffer à Paris sur une quinquagénaire, Claire.

Coécrit par la réalisatrice et Gilles Taurand, le film sera coproduit par Les Films Pelléas et Les Films du Bélier. Le roman a déjà fait l'objet d'une adaptation au théâtre, présentée au Festival d'Avignon en juillet, avec Emmanuel Noblet, seul en scène et auteur de la pièce.

Katell Quillévéré a reçu le Prix Jean Vigo pour Un Poison Violent et a été nommée au César du meilleur scénario pour Suzanne.  Ce film avait valu un César de la meilleure actrice dans un second-rôle pour Adèle Haenel et un Valois de la meilleure actrice à Sara Forestier au festival d'Angoulême.

« French touch »: 10 films français qui aiment la musique

Posté par kristofy, le 24 novembre 2014

Avec Eden à l'affiche qui revient sur près de vingt ans de musique électronique, la fameuse « French Touch » musicale, à travers la vie d'un DJ, c’est l’occasion de (re)voir des films (mé)connus où la musique y est autant présente qu’un personnage principal.

L’occasion de constater que la musique en tant que phénomène de société avec ses rites et ses personnages a été trop rarement un sujet de film en France. Bien évidemment notre cinéma produit des biopics sur nos voix les plus célèbres comme Edith Piaf et La Môme (d’ailleurs Marion Cotillard était déjà devenue chanteuse dans Les jolies choses), Serge Gainsbourg et Gainsbourg vie héroïque, Claude François et Cloclo, et prochainement Dalida (avec Nadia Farès dirigée par Lisa Azuelos). Certes, la chanson de variété arrive dans 8 femmes, un voyou découvre le piano dans De battre mon cœur s’est arrêté, on joue au sosie d’une vedette dans Podium, mais la musique a très rarement le premier rôle.

10 films français qui aiment la musique :

Cléo de 5 à 7 de Agnès Varda : Cléo est une jeune chanteuse qui craint d'être atteinte d'un cancer, le film la suit dans son errance avant d’aller chercher le résultat d’un examen médical, durant presque deux heures presque en temps réel. 4 chansons du film ont été écrites par Agnès Varda et mises en musique par le compositeur Michel Legrand, qui y fait également l'acteur.

Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy : C’est la Palme d’or du Festival de Cannes en 1964. Les dialogues en chanson sont de Jacques Demy mises en musique par (toujours) Michel Legrand. On y entend peu la véritable voix des acteurs principaux (Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo,...) qui sont doublées par de véritables chanteurs. Le film est entièrement chanté, en-chanté même selon Demy, et témoigne de l’époque du début des années 60 avec les situations conflictuelles d’un jeune homme qui a dû partir faire la guerre en Algérie et une jeune-fille enceinte avant d’être mariée… A noter que Catherine Deneuve s’impose là comme une actrice de premier plan, et que bien plus tard, elle chantera et dansera de nouveau dans un autre film musical qui gagnera une autre palme d’or : Dancer in the dark de Lars Von Trier.

Désordre de Olivier Assayas : Le premier long-métrage d'Assayas (récompensé au festival de Venise en 1986) est aussi son film le plus imprégné de musique. Les jeunes membres d’un groupe de rock pénètrent par effraction dans un magasin pour voler des instruments mais ils provoquent la mort du gérant. En même temps que les personnages grandissent et deviennent adultes, on assiste à la fin de leur passion de jouer ensemble. Olivier Assayas parvient à capter l’esprit des années 80 en pleine mutation musicale, et on peut y voir le chanteur Etienne Daho, symbole de la nouvelle pop française de l'époque.

On connaît la chanson de Alain Resnais : Le scénario est l’œuvre du couple Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, également acteurs dans le film en compagnie de la bande habituelle de Resnais : Sabine Azéma, André Dussollier, Pierre Arditi, Lambert Wilson… L’histoire de différents couples qui se cherchent alterne entre dialogues de fiction et dialogues chantés en play-back. Ils reprennent les refrains les plus populaires de la chanson française. Les paroles les plus connues d'Aznavour, Dutronc, Gall, Sardou, Bécaud, Bashung, Sheila, Bashung, Souchon, Gainsbourg, Hallyday deviennent donc les dialogues des acteurs. Le film a gagné plusieurs César: meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur, meilleur acteur dans un second-rôle, meilleure actrice dans un second-rôle, meilleur montage, meilleur son ; cette compilation de tubes a fait un carton.

Héroines de Gérard Krawczyk : C’est devenu un film culte surtout parce qu’il est devenu quasiment introuvable en vidéo, mais le revoir aujourd’hui montre surtout ses imperfections. Jeanne compose à la guitare et chante avec sensibilité et Johanna l'accompagne. Mais les circonstances font qu’elles ne peuvent se présenter en tant que duo à un concours de talents. C’est la belle extravertie Johanna qui sera sur scène tandis que en coulisse c’est Jeanne qui chante vraiment. Enregistrement d’un disque, passage à la télévision, tournées de concert, et toujours Johanna dans la lumière en tant que starlette alors qu'elle fait semblant de chanter en playback. Leur amitié va devenir de plus en plus fragile au fur et à mesure que Johanna se prend au jeu de la célébrité tandis que leur entourage fera tour pour cacher le secret de leur imposture… On est en 1997 bien avant le phénomène de télé-réalité, et voici un film qui préfigure le star-system people des années 2000. La vedette c’est Virginie Ledoyen et dans l’ombre une véritable chanteuse Maïdi Roth. À noter un petit rôle pour le chanteur Serge Reggiani.

Jeanne et le Garçon formidable de Olivier Ducastel et Jacques Martineau : Depuis une trentaine d’années et Jacques Demy, il n’y avait plus eu de film en forme de comédie musicale, l’acteur ici est d’ailleurs son fils Mathieu Demy , face à Virginie Ledoyen, décidément inspirée quand elle joue les chanteuses (ici en playback doublée par une autre, elle chantera plus tard réellement dans 8 femmes de François Ozon). L’histoire est celle de Jeanne qui rencontre Olivier, ils s’aiment mais lui est séropositif… Le film dramatique est traversé de multiples scènes chorégraphiées et chantées, tout en abordant la maladie du Sida et les manifestations de l’association Act-up.

Foon de Les Quiches : Les Quiches sont une bande de 5 actrices et 3 acteurs qui faisaient tous ensembles des courts-métrages et des sketchs. Une parodie de la comédie musicale West side story les amènent à ce long-métrage écrit à 8 et co-réalisé à 4. Être foon ou pas foon, that is the question, les dialogues et chansons du film ont pour originalité d’être en franglais avec de nombreuses expression english. Foon est une comédie délirante qui parodie les codes des films américains de lycées avec en ligne de mire le fameux bal de promo de fin d’année et de nombreux numéros dansés et chantés. Le succès n’a pas été au rendez-vous au ciném,a malheureusement pour eux. A noter que depuis une actrice est devenue chanteuse du duo Brigitte, que le compositeur des musiques du film est aujourd’hui derrière le groupe Lilly Wood and the The Prick, et que l'un des réalisateurs vient de faire un clip pour la chanteuse Hollysiz

Backstage de Emmanuelle Bercot : Une adolescente est fan d’une célèbre chanteuse, qu’une émission de télé va faire arriver chez elle quelques minutes. La rencontre se passe mal, mais la fan va aller  chez la chanteuse et devenir une proche assistante dans son entourage… La fan c’est la troublante Isild Le Besco et la chanteuse, c’est Emmanuelle Seigner en clone de Mylène Farmer. Le film (sélectionné au festival de Venise) montre la curieuse frontière du phénomène entre une fan et son idole, entre une chanteuse et ses fans, avec une dépendance plutôt nocive. Emmanuelle Seigner, depuis, a enregistré des albums et s'est imposée parmi les chanteuses françaises reconnues.

Quand j’étais chanteur de Xavier Giannoli : Un chanteur de bal populaire, qui se produit ici ou là, rencontre une jeune mère célibataire…, ou comment le titre d’une chanson de Michel Delpech et le chanteur de bal Alain Chanone vont inspirer un film avec Gérard Depardieu et Cécile de France (en compétition au Festival de Cannes). Les scènes de bal font entendre des chansons Julio Iglesias, Sylvie Vartan, Serge Gainsbourg, Daniel Guichard, Dalida, Michel Fugain… avec le pouvoir de rapprocher des cœurs. Un hymne à la variété.

Les chansons d’amour de Christophe Honoré : La plus émouvante association entre Christophe Honoré derrière la caméra et Alex Beaupain à la composition des musiques. Ismaël aime Julie et Alice. Un ménage à trois qui se complique quand Erwan tombe amoureux de Ismaël… Les chansons sont autant de récits de différents troubles amoureux dont elles sont le fil conducteur. Le film (en compétition au festival de Cannes) fait de multiples clins d’œil à ceux de Demy dont Les Parapluies de Cherbourg, évidemment...

Venise 2010 : Vincent Gallo présent avec deux films

Posté par vincy, le 10 août 2010

essential killing vincent galloUn nouvel ajout à la compétition du festival de Venise (1er au 11 septembre) avec la sélection de Essential Killing, un thriller du cinéaste polonais Jerzy Skolimowski.

Le film sera terminé juste à temps pour le festival et confirme un peu plus la bonne santé du cinéma d'Europe de l'Est.  Skolimowski est un vétéran du cinéma polonais (il est né en 1938) et a déjà reçu de nombreux prix dans le monde : Ours d'or à Berlin avec Le départ en 1967, Grand prix du jury à Cannes avec Le cri du sorcier en 1978, prix spécial du jury à Tokyo avec Les Quatre nuits d'Anna en 2008, prix spécial du jury à Venise avec Le bateau phare en 1985... Il est un habitué de la Lagune, où il a même été membre du jury en 2001.

Son nouveau  film raconte l'histoire d'un Afghan capturé par les forces américaines en plein Kaboul. L'homme cherche à s'échapper après avoir été transporté dans un pays européen. Fait d'actualité réel qui a souvent créé des polémiques pour les gouvernements en place. On y voit Vincent Gallo dans le rôle du taliban emprisonné, ainsi que la compagne du cinéaste franco-polonais Roman Polanski, Emmanuelle Seigner. Skolimowski avait d'ailleurs été le scénariste du film qui révéla Polanski au monde entier, Le couteau dans l'eau.

Le film sortira en Pologne juste après le Festival de Venise. Il a été tourné en Israël, Norvège et Pologne.

Vincent Gallo viendra aussi y présenter sa dernière réalisation (la première après l'échec désastreux de The Brown Bunny),  Promises Written in Water, un drame sur le suicide.

Affaire Polanski : l’émotion contre la raison

Posté par vincy, le 1 janvier 2010

polanski.jpgOn n'a pas fini d'en entendre parler. Paparazzis, chroniqueurs judiciaires, pages culture... l'affaire Roman Polanski aura été l'événement médiatique "sensationnaliste" de cette deuxième partie de 2009. Clivant les opinions de chacun, libérant les passions, enter affaire d'Etat et fait divers anachronique, il n'y a pas une semaine où le cinéaste n'est pas cité par une dépêche d'agence de presse.

La stratégie est désormais rodée des deux côtés de l'Atlantique. L'entourage de Roman Polanski joue la carte de l'émotion, voire de la compassion, forts de nombreux soutiens, connus ou anonymes. Vedette d'un mauvais feuilleton, le réalisateur cherche à gagner du temps et trouver des parades à la spirale judiciaire. La justice américaine répond implacablement, et dorénavant de manière assez professionnelle en matière de communication, qu'elle poursuit son travail.

Caution à 3 millions d'euros

Entre temps, Polanski a été libéré sous caution. Assigné à résidence dans son chalet de Gstaad en Suisse (où il n'avait jamais été arrêté auparavant malgré ses nombreux séjours), il ne doit pas franchir une quelconque limite de sa propriété. Les paparazzis n'ont plus qu'à suivre sa femme ou un membre de sa famille. Un grand moment que de lire parfois la presse écrite (celle qui réclame des millions à l'Etat pour franchir le virage du numérique et qui dénigre si bien les sites éditoriaux en ligne) où l'on suit pas à pas Emmanuelle et Mathilde faisant leurs courses. Il porte un bracelet électronique. Ses déplacements à l'extérieur du chalet son comptés. La caution est dissuasive : 3 millions d'euros.

En attendant, la justice américaine a refusé clairement d'abandonner ses poursuites. Le 21 décembre, la Cour d'appel de Californie a rejeté la demande d'abandon des poursuites déposée par les avocats du réalisateur.  Ils plaident que de graves erreurs de procédure au moment des faits ont été commises par le juge de l'époque, Laurence Rittenband. Celui-ci aurait discuté avec un procureur pour s'entendre sur la sentence. Par conséquent, et ce fait nouveau est essentiel pour la suite de la procédure, la Cour d'appel a demandé une enquête rapide sur ces allégations. Le jugement est limpide : "il est très préoccupant que les accusations de faute professionnelle n'aient pas été examinées par un tribunal capable de mettre en avant des preuves et de tirer des conclusions à propos de ce qui s'est passé en 1977 et 1978."

3 mars, sortie de The Ghost Writer

Pendant ce temps, si l'affaire a éclaboussé le Ministre de la Culture français, la planète cinématographique a continué de prendre la défense de Polanski. Après un an et demi de travail avec le cinéaste, le Musée du cinéma, à Lodz en Pologne, ville où il avait étudié le 7e art, consacre une exposition "Roman Polanski, acteur, metteur en scène"qui retrace sa vie artistique, accompagné d'une rétrospective. Berlin a très vite, et fièrement, annoncé que le nouveau film du réalisateur The Ghost Writer, dont la post-production s'est finalisée par téléphone en prison, ferait son avant-première au Festival international du film. Et en compétition. Le film sort le 3 mars en France. Nul ne doute que les médias amalgameront la critique à l'affaire.

De même, Damian Chapa a commencé dans le même temps la pré-production d'une suite à la biographie filmée sur la vie du cinéaste, Polanski Love him or hate him. Le premier épisode, Polanski, Unauthorized 1, sorti au début de l'année, revenait sur l'enfance en Pologne durant la Shoah, le meurtre de sa femme et l'accusation de viol sur mineure qui l'a conduit à fuir les Etats-Unis. La suite couvrira les trente années suivantes, y compris les récents événements. Chapa incarne lui-même le cinéaste.

La règle du je

Et surtout, Roman Polanski est sorti de son silence. Dans un lettre adressée à Bernard-Henri Levy (sur le site La règle du jeu), il s'est exprimé : "Je suis moi-même bouleversé par le nombre de témoignages de sympathie et de soutien que j’ai reçus dans la prison de Winterthur et que je continue à recevoir ici, dans ce chalet de Gstaad où je passe les fêtes avec mon épouse et mes enfants. Il y a là des messages de voisins et d’autres qui viennent de gens de toute la Suisse, et, au-delà de la Suisse, du monde entier." "Chacun de leurs mots a été, pour moi, dans les moments les plus sombres, et est toujours dans ma situation actuelle, plein de réconfort et de raisons d’espérer."

Polanski : la passion au coeur des lobbyistes (5)

Posté par vincy, le 14 octobre 2009

polanski.jpg

"Le cinéaste est très touché de tous les soutiens qu'ils reçoit, il sait aussi que certains soutiens sont contre-productifs."

Mercredi. La justice américaine commence alors à prendre en compte la communication dans sa manière d'aborder le cas Polanski. Désormais on ne parle plus de persécution mais de processus judiciaire. Si Polanski a plaidé coupable pour un crime (sur six), c'est qu'il y a crime. la rhétorique s'installe comme arme de propagande.

David Wells, ancien procureur de Los Angeles, avait révélé dans le documentaire Roman Polanski: wanted and desired qu'il avait discuté avec le juge de l'affaire avant qu'il ne rende sa sentence, et lui avait dit que le cinéaste méritait la prison. Il revient sur ses déclarations et avoue avoir menti. Un comble pour un procureur. Ou une mauvaise blague. Il avait inventé l'histoire parce qu'il pensait que le documentaire ne serait pas diffusé aux Etats-Unis. Comment peut-on le croire?

Mais désormais, les accusateurs sont à l'attaque, et ceux qui ont défendu le cinéaste, se retrouvent sur la défensive. Et le doute est installé. Car c'est bien avec ce documentaire et ses révélations - resorti en Suisse et en France pour l'occasion, en attendant un prochain DVD - qui avait permis aux avocats de Roman Polanski de croire à la fin de la procédure.

L'opinion se divise alors en deux parts inégales. une majeure partie pense qu'il est comme tout le monde. Et doit être traité ainsi. Populisme versus élitisme. Associations contre castes. Droit des victimes contre droit au pardon. Même Hollywood est divisé : des personnalités comme Schwarzenegger ou Jamie Foxx se distinguent en prenant aprtie en faveur de la justice californienne.

Polanski devait donné 500 000 dollars à la victime en guise de dédommagement et pour mettre fin aux poursuites. L'accord signé en 1993 a été a priori conclu en 1997 (ou un peu avant). Il semble que le réalisateur ait mis du temps à payer. Mais la victime, elle, semble avoir pardonn".

Reste qu'en moins de quatre jours, le cinéaste a eu l'appui d'une pétition de 700 signatures. Mais la désagréable surprise de constater qu'il était passé dans le camp des méchants. En quatre jours de communication intensive, ceux qui le protégeaient en usant de tous leurs contacts dans les médias invoquent désormais un lynchage médiatique à l'encontre de l'artiste.

L'opinion a été renversée. Passée l'émotion autour d'un piège pathétique, elle a réagit au fond de l'affaire, en zappant ostensiblement quelques épisodes. Dans cette histoire, la justice ne sort pas indemme de cette guerre des mots, aux côtés d'une victime fatiguée et d'un cinéaste abimé.

Mais on le constate jour après jour, Polanski, en quelques jours, a perdu des soutiens. Emmanuelle Seigner se voit traquée par les paparazzis (retardant même la sortie de son album). L'avocat du cinéaste, Maître Temine veut donc re-sensibiliser l'opinion en jouant sur l'état de santé d'un vieux monsieur. "Je suis inquiet par son état de santé, je l'ai trouvé très abattu, c'est un homme de 76 ans" . Politique de la dernière chance? Si les élites l'ont défendu, le peuple ne semble pas le suivre, voire paraît choquer. Alors on rebrousse chemin : "il s'est engagé à rester en Suisse", "il ne réclamait aucune immunité artistique". Ultime aveu de faiblesse : "Le cinéaste est très touché de tous les soutiens qu'ils reçoit, il sait aussi que certains soutiens sont contre-productifs" selon son avocat.

En attendant, une autre bataille se prépare à Hollywood : qui va pouvoir finir The Ghost, son film en post-production?