Deauville 2015 : Eli Roth, honneur à l’horreur

Posté par kristofy, le 6 septembre 2015

Le réalisateur/acteur Eli Roth est venu à Deauville pour accompagner un programme "grindhouse" composé de ses deux derniers films : une première de The Green Inferno avec son actrice Lorenza Izzo; et la grande première de son dernier film Knock Knock, toujours avec Izzo mais aussi Colleen Camp et Keanu Reeves.

Il a expliqué (dans un français presque parfait) qu'avec The Green Inferno, il avait fait son Apocalypse Now, comprendre un tournage dans des conditions difficiles: plusieurs heures de transport en véhicules et bateau chaque jour pour tourner dans un endroit vierge de cinéma en Amazonie, et le thème des cannibales qui a fait peur à différents distributeurs de films. Il sera enfin visible en e-cinema sur différentes plateformes web le 16 octobre. Pour son film suivant Knock Knock, la logistique était à l’opposé : un seul lieu de tournage, en studio, avec de l’air climatisé et à peine une goutte de sang pour un thriller psychologique. La sortie en salles est prévue ce 23 septembre.

Retour sur l’itinéraire d’un enfant doué tellement biberonné de films fantastiques qu’il a contribué à en redéfinir les genres:

Cabin fever : premier film devenu culte et symbole d’un certain renouveau du film fantastique américain. L’idée vient d’un problème de peau qu’avait connu Eli Roth. Ici, c’est une bactérie qui s’attaque à la chair d’une bande de jeunes en vacances dans une forêt… L’image qui reste : des lambeaux de peau qui se détachent, et l’eau infectée qui va contaminer une ville.

Hostel : seconde réalisation et nouveau choc. L’idée est venue d’internet où on pourrait ‘acheter’ quelqu'un pour tuer un être humain. Dans le film, un trio de touristes américains en vadrouille en Europe est attiré par quelques jolies filles et vont se retrouver prisonniers d’un centre torture… L’image qui reste : diverses mutilations, comme un œil arraché. Le sous-texte politique : les Américains sont ceux qui sont le plus détestés au monde, en rapport avec la guerre en Irak.

Hostel chapitre 2 : après l’immense succès du précédent, Eli Roth fait mieux qu’une suite : après les victimes torturées, voici l’histoire du côté des bourreaux qui paient pour torturer…. L’image qui reste : des tortures encore plus sadiques, la présence d’un cannibale (déjà). Le sous-texte politique : les Américains sont des sauvages qui aiment pratiquer la torture, en rapport avec le scandale de Abou Ghraib en Irak.

Aftershock : après avoir fait l’acteur chez son pote Quentin Tarantino (Boulevard de la mort et Inglourious Basterds), Eli Roth change de latitude et sympathise avec la jeune garde de cinéastes du Chili Nicolás López et Guillermo Amoedo. Il va désormais écrire et produire des films avec eux et trouve sa muse avec l'actrice Lorenza Izzo. Avec Aftertshock, il ne sera qu'acteur et scénariste. Comme dans le début de Hostel , il s'agit encore de mecs en vacances, qui draguent des filles. Mais un tremblement de terre se produit et c’est le chaos… L’image qui reste : une cabine de téléphérique qui s’écrase, divers scènes de la loi du plus fort (meurtres, viol…). Le plaisir coupable : film de genre à la fois violent, drôle et spectaculaire avec un peu de gore.

The Green Inferno : la même équipe qu'Aftershock et les mêmes acteurs, le film est présenté dans divers festivals en 2013. Une bande de jeunes idéalistes et activistes partent des USA pour l’Amazonie pour s’enchainer à des arbres pour lutter contre des entreprises qui exploitent les forêts et le sol tout en menaçant le territoire d’une tribu dont on ne connaît pas grand-chose: ils vont découvrir leur sauvage appétit… L’image qui reste : le découpage et la cuisson d’une viande… Le plaisir coupable : enfin un  nouveau film de cannibales, et pourtant un divertissement fun, avec beaucoup de gore.

Knock Knock : virage à 180 degrés avec un thriller composé de quelques gouttes de sang, et dans le rôle de la victime, une superstar hollywoodienne aka Keanu Reeves. Ana de Armas, Lorenza Izzo, Ignacia Allamand et Colleen Camp complètent le casting. L’idée vient du film Death Game (en 1977, avec Colleen Camp et Seymour Cassel) remaniée façon Eli Roth, l’histoire est celle d’un homme marié et père de famille qui se retrouve seul chez lui durant quelques jours; un soir, deux séduisantes jeunes filles sonnent à la porte… En moins de 48h, c’est l’existence tranquille de sa vie de famille qui va être menacée. L’image qui reste : deux filles en peignoir qui tournent autour des fauteuils où Keanu s’assoit… Le malaise coupable : la punition effroyable pour avoir été infidèle.

Cabin fever sera suivi de quantité de films du genre ‘des-jeunes-dans-une-cabane-au-fond-des-bois-et-il-va-y-avoir-des-morts…’, Hostel et Hostel Chapitre 2 seront emblématiques d’une nouvelle série de films du genre ‘torture-porn’, Aftershock est une nouvelle variation du genre ‘post-apocalyptique’, The Green Inferno ressuscite le genre du ‘cannibal movie’ et Knock Knock s’inscrit dans le genre ‘home invasion’… Eli Roth va sans doute continuer de nous faire trembler, en marge parfois, mais en digne héritier de Wes Craven, récemment disparu: il faut toujours réinventer le genre et lui donner un sous-texte critique voire satirique.

Deauville 2015 : Hommage à Keanu Reeves, « très heureux de vivre son rêve de gamin »

Posté par kristofy, le 5 septembre 2015

© ecran noir / christophe maulave

Le 41e Festival Adu film américain de Deauville est ouvert. Cette année des hommages pleuvent, et pour le lancement de la soirée d’ouverture, c'est Keanu Reeves qui a inauguré les festivités.

Après un  montage d'extraits de ses rôles les plus emblématiques, Keanu Reeves a été accueilli dans la salle comme la grande star qu'il est (avec la musique de Rage Against The Machine du générique de fin de Matrix) et il s'est révélé tout à la fois humble et charmeur dans son discours de remerciements. Il a ainsi évoqué à la fois ses débuts difficiles à Hollywood (il a passé le casting mais n'a pas été retenu pour La Folle journée de Ferris Bueller en 1986) et son caractère de rébellion contre l'autorité (on lui avait demandé de changer de nom), tout en se souvenant des belles rencontres lors de ses différents tournages : «30 ans après mon premier film, l'homme de 51 ans devant vous se trouve très heureux de vivre le rêve du gamin de 15 ans qu'il était ».

Avec son physique de jeune premier (et beau gosse), il a d’abord été remarqué comme le nouveau héros romantique du moment : en particulier dans la comédie The Night Before en 1988 qui fut suivie par Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears. Il est alors le nouvel acteur qui monte. Le culte commencera avec My Own Private Idaho de Gus Van Sant en 1991 (qu'il retrouve ensuite en 1993 dans Even Cowgirls Get the Blues), puis sa popularité explose avec Dracula de Francis Ford Coppola en 1992 et Little Buddha de Bernardo Bertolucci en 1993.

En quelques années il va devenir la star des films d’action avec 3 films devenus cultes : Point Break (1991), Speed (1994), et Matrix (1999).

Quelques autres rendez-vous dans sa filmographie :
-avant Point Break : il avait déjà joué avec Patrick Swayze dans Youngblood en 1986 où il était un joueur de hockey (dans la vie, Keanu Reeves a été un bon gardien de but dans une équipe de hockey au Canada).
-après Speed : il a de nouveau joué avec Sandra Bullock, mais en couple romantique dans Entre deux rives.
-après Matrix (et les suites) : le chorégraphe des combats d'arts-martiaux Tiger Chen (qui apparaît d'ailleurs dans Matrix Reloaded) est devenu l'acteur principal du premier film réalisé par Keanu Reeves Man of Tai Chi.

Keanu Reeves continue d'être l'acteur multi-facettes qu'il est avec autant des thrillers (Johnny Mnemonic en 1995, Poursuite en 1996, Constantine en 2005, Au bout de la nuit en 2008, 47 Ronin en 2013, John Wick en 2014...) que de drames (L'associé du diable en 1997, Intuitions de Sam Raimi en 2000, Sweet november en 2001, Tout peut arriver en 2003,  A Scanner Darkly de Richard Linklater en 2006...).

Keanu Reeves sera à l'affiche de Knock Knock de Eli Roth qui sort le 23 septembre (et dont l'avant-première est à Deauville) et il vient de tourner dans The Neon Demon, le prochain film de Nicolas Winding Refn.

Joe Dante et Enzo G. Castellari au 8e Festival européen du Film Fantastique de Strasbourg

Posté par MpM, le 21 août 2015

festival de strasbourg

Pour sa 8e édition, le Festival européen du film fantastique de Strasbourg a invité deux réalisateurs cultes pour les amateurs de cinéma de genre : Joe Dante (Gremlins, L'aventure intérieure, Piranhas) et Enzo G. Castellari (Keoma, Inglorious Bastards, Big racket).

Joe Dante  sera l'invité d'honneur de la manifestation. A ce titre, une rétrospective lui sera consacrée. Il donnera également une master class sur sa carrière de réalisateur et ses goûts de cinéphile averti

Enzo G. Castellari, le "Sam Peckinpah européen", présidera quant à lui le jury chargé de juger la compétition officielle. Considéré comme un maestro de l’action à l’italienne, adepte des scènes d’action au ralenti, il a tourné à la fois des westerns, des films de guerre, des polars et bien sûr des films fantastiques, ce qui lui confère toute légitimité pour départager la jeune garde du cinéma de genre en compétition à Strasbourg.

Le festival, qui se tiendra du 18 au 27 septembre, a annoncé dernièrement le reste de sa programmation (la première partie avait été dévoilée début juillet) qui propose, outre sa traditionnelle compétition, des séances de minuit réservées aux oeuvres les plus gore et potaches, une section CrossOver consacrée aux films de genre au sens large, et une rétrospective intitulée Kids in the Dark qui abordera la thématique des enfants dans le fantastique.

Parmi les films sélectionnés, on retiendra notamment le film d'ouverture (Knock knock d'Eli Roth avec Keanu Reeves, également présenté à Deauville), celui de clôture (Yakuza apocalypse de Takashi Miike (sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs 2015), The lobster de Yorgos Lanthimos (prix du scénario à Cannes cette année), Phantom boy d'Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli ou encore Tag de Sono Sion. De quoi composer une édition aussi fantastique, étrange et singulière que prometteuse.

______________

8e Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg
18 - 27 septembre 2015
Plus d'informations sur le site du Festival

Cannes 2009 : Qui est Eli Roth ?

Posté par vincy, le 20 mai 2009

cnz_eliroth.jpgLui, Eli, c'est un "trash". Et pas seulement parce que son psoriasis peut abimer de temps en temps sa peau. Il a beau partagé l'affiche de Brad Pitt, Mike Myers et Michael Fassbender dans Inglourious Basterds, ce n'est pas le même genre. C'est un mec de films de genres. Réalisateur, scénariste et producteur de films d'horreur comme Cabin Fever (pour beaucoup son meilleur film à date), Hostel (et sa suite) et le futur Cell, Roth ame faire le comique ensanglanté sur les tapis rouges d'avant-premières.

Ce n'est pas sa première fois avec Quentin Tarantino. On peut même dire que ce Roth là (à ne pas confondre avec Tim, vu dans Reservoir Dogs) est de la famille. On l'a djéà vu dans Death Proof, qui, sans doute, était une forme de consécration dans sa carrière d'acteur spécialisé dans l'horreur (avec des variantes : gore, potache...) : Terror Firmer, 2001 Maniacs, Citizen Toxie IV, ...

Ce grand gars venu de Boston, surnommé Gorilka, a eu sa révélation en voyant Alien à 8 ans. De quoi vouloir faire des films super 8. Une cinquantaine de courts métrages familiaux plus tard, il entre à la pretsigieuse New York University, où il reçoit un prix pour son film Restaurant dogs. Pourtant il ramera par la suite. Il dépensera énormément d'énergie et de temps à finaliser le budget de Cabin fever (qui sortira finalement en 2003 et deviendra le film d'horreur le plus rentable de cette année-là) . Il s'exile à Los Angeles puis se lance dans l'animation et va jusqu'à collaborer avec David Lynch pour les contenus audiovisuels de son site web. Ils resteront proches.

Après le succès de Cabin Fever, Eli Roth va fonder la compagnie LLC, spécialisée dans les productions d'horreur à petits budgets. Il est ainsi remarqué par Tarantino mais aussi Peter Jackson et Tobe Hooper.

Ce mec là est génétiquement atteint (on ne voit que ça comme explication à son désordre visuel) : il ne distingue pas les couleurs rouge et marron et bleue et noire, il est allergique aux chats, son père est psychiatre, c'est un fans des jumelles Olsen et d'un savant croatien. A 37 ans, cet "adulescent" multi-millionnaire passe de femmes en femmes (l'une d'elles aurait été Rosario Dawson).

A Cannes, il se fera connaître en "Juif poilu" dans la bande Quentin. Mais Eli a aussi réalisé un film de propagande nazi, Nation's Pride, inséré dans Inglourious Basterds.

Brad Pitt est un bâtard

Posté par vincy, le 8 août 2008

Brad Pitt  est officiellement un bâtard. C'est le titre amusant de Variety. L'acteur confirme qu'il sera de l'aventure du prochain Quentin Tarantino, Inglorious Basterds (voir post du 12 juillet). Quelques petits réglages à voir dans le contrat mais il toucherait quand même 20% des recettes... Si Pitt a déjà eu l'occasion de clamer du Quentin dans True Romance (en bon camé à l'herbe, complètement shooté, une séquence culte), ce sera sa première fois avec le réalisateur.

Ce drame de la seconde guerre mondiale réunirait pour la première fois l'acteur avec le réalisateur. Il incarnerait un montagnard du Tennessee en charge d'un groupe de huit américains de confession juive. Le film comporterait essentiellement des dialogues en français et en allemand, avec des sous-titres anglais.

Nastassja Kinski serait l'une des rares comédiennes du casting. On imagine un effet Pam Grier pour cette ancienne star du cinéma d'auteur européen (Paris, Texas). D'autres acteurs ont été approchés : le britannique Simon Pegg (Land of the Dead, M:I III), David Krumholtz (notamment connu pour la série Numb3rs et ses comédies ras-des-paquerettes comme Harold & Kumar), B.J. Novak (rôle récurrent dans The Office, et jeune docteur dans Knocked Up) et Eli Roth (déjà vu chez Tarantino dans Boulevard de la mort). Il reste quelques têtes à trouver. Et la rumeur DiCaprio court toujours.

Le tournage débuterait en Allemagne dès la mi-octobre en vue d'être sélectionnable pour Cannes en 2009.