Cannes 2014 : Gâteries en séances spéciales et hors-compétition

Posté par vincy, le 17 avril 2014

Le 67e Festival de Cannes fêtera deux anniversaires : les 20 ans du Studio Dreamworks et les 70 ans du journal Le Monde. Deux films hors compétition accompagneront ces célébrations.

Hors compétition
Olivier Dahan, Grace de Monaco (ouverture)
Dean DeBlois, Dragons 2 (animation)
Zhang Yimou, Coming home

Séances de minuit
Chang, Pyo Jeok (The Target)
Kristian Levring, The Salvation
David Michod, The Rover

Séances spéciales
Collectif (Aida Begic, Leonardo Di Costanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild Le Besco, Sergei Losnitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perisic, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde), Les Ponts de Sarajevo
Polski Gabe, Red Army (documentaire)
Yves Jeuland, Les gens du monde (documentaire)
Serguey Losnitsa, Maiden (documentaire)
Oussama Mohammed, Eau argentée (documentaire)
Stéphanie Volloatto, Caricaturistes - fantassins de la démocratie (documentaire)

Cinélatino 2014: Opus Dei ou puzzle, chacun sa passion

Posté par Morgane, le 27 mars 2014

marcela saidDocumentaires ou fictions, films gores ou fantastiques, dans La Muestra de CinéLatino cette année tous les genres sont à l’honneur mais ont tous pour point commun d’avoir été réalisés par des femmes. Pour cette édition, « La Muestra, Femmes de Cinéma » fait un tour d’horizon des regards féminins sud-américains sur le monde contemporain.

Petit coup de projecteur sur deux films, le documentaire Opus Dei, une croisade silencieuse de la chilienne Marcela Said et le premier long-métrage de la réalisatrice argentine Natalia Smirnoff, Puzzle.

Opus Dei, une croisade silencieuse - Marcela Said

Marcela Said est née en 1972 au Chili, juste un an avant le coup d’état du général Pinochet et a vécu sous la dictature militaire jusqu’à ses 24 ans. Elle quitte le Chili pour aller s’installer à New York puis à Paris (pendant 10 ans) où elle étudie à la Sorbonne. Elle réalise quatre documentaires, Valparaiso (1999), I love Pinochet (2001) puis Opus Dei (2006) et El Mocito (2011) avec son mari Jean de Certeau. En 2013 elle réalise son premier long métrage de fiction L’été des poissons volants qui sort en salles en France le 23 avril et qui était présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes l’année dernière.

Dans ce documentaire, Marcela Said ne remonte pas à la fondation (1928) de l’Opus Dei mais au jour où son fondateur, le Père José Maria Escriva, vient faire un séjour de 11 jours au Chili en 1974, quelques semaines après le coup d’état de Pinochet. La réalisatrice s’intéresse donc à ce mouvement, tente, avec une caméra discrète, d’en comprendre les rouages, les fonctionnements, de trouver la faille dans les discours de ses membres. Mais la chose est bien difficile tout étant tellement calculé, la parole comme les actes. Rien n’est affiché au grand jour, tout se fait dans l’ombre. L’Opus Dei est officiellement une organisation pauvre qui oeuvre pour les plus pauvres, mais en réalité elle détient de nombreux lieux plus prestigieux et grandioses les uns que les autres (par exemple l’Université de los Andes et sa très fameuse bibliothèque qui a coûté si chère mais dont les rayons sont loin d’être remplis. Rassurons-nous, un professeur nous certifie face caméra que l’Opus Dei n’exerce aucune censure, elle fait juste des « choix » pour orienter l’éducation de ses membres) et ses comptes sont bien garnis même si tout reste dissimulé. Ses membres surnuméraires sont des familles chiliennes très aisées qui reversent 10% de leur salaire à l’organisation. Quant aux membres numéraires choisis par Dieu, ils font promesse de chasteté et vivent en communauté dans les maisons de l’Opus Dei. Leurs lectures sont contrôlées, la flagellation corporelle est chose courante et le prosélytisme fait partie de leur quotidien.

Mais ce qui intéresse particulièrement Marcela Said n’est pas tant ce qui peut se passer dans la sphère privée des membres de l’Opus Dei mais comment ces derniers peuvent interagir dans la sphère publique, quel pouvoir réel ils exercent au sein du gouvernement chilien et quel pouvoir économique ils détiennent!

Ce documentaire d’une petite heure est le résultat d’un travail de longue haleine réalisé sur cinq années. Difficile d’obtenir l’accès aux membres de l’organisation, de se faire ouvrir les portes et tous ceux qui apparaissent à l’écran sont des personnes autorisées par le service de communication de l’Opus Dei à rencontrer Marcela Said. Et le résultat est devant nous, en images; un documentaire fort et poignant qui parait parfois absurde par les dires des membres qui seraient presque comiques s’ils n’étaient pas si réels et si puissants.

Puzzle - Natalia Smirnoff

Natalia Smirnoff est une réalisatrice argentine née elle aussi en 1972. En 2009 elle réalise son premier long-métrage de fiction Puzzle qui remporte l’aide Cinéma en Construction de Cinélatino. Cette année, elle présente également son deuxième long-métrage qui est en compétition, El cerrajero.

Puzzle, prix du meilleur premier film en Argentine, plonge dans la vie d’une femme de milieu modeste qui vient de souffler ses 50 bougies. Entourée de son mari et de ses deux garçons, grands adolescents, elle est femme au foyer, s’occupe de tout et manque cruellement de reconnaissance de la part de ses trois hommes. Elle va alors se réfugier dans une nouvelle passion, les puzzles!

Le titre original Rompecabezas, littéralement « casse-têtes », montre bien le côté prenant et obsédant qu’exerce le puzzle sur cette femme. Mais Maria del Carmen aborde cette nouvelle passion de manière très légère… C’est tout d’abord pour elle une chose dans laquelle elle va se révéler, se redécouvrir et pouvoir se retrouver malgré les incompréhensions qui l’entourent, notamment de la part de son mari.

Alors comme ça, sur le papier, un film sur une femme de 50 ans qui se découvre une passion pour les puzzles, ça ne fait pas forcément rêver. Eh bien, détrompons-nous! Car bien sûr derrière c’est tout autre chose qui est abordé, le rôle de la femme à la maison, la liberté intérieure, la place de l’inutile dans une société où tout est consommation et rapidité… Lorsque le générique apparait sur l’écran, on est surpris et on en redemande.

Premier long-métrage de la réalisatrice, celui-ci ne souffre quasiment d’aucune maladresse. On s’identifie très bien à cette femme, même si dans la réalité, on s’en sent très éloigné. La caméra glisse sur elle, tourne autour d’elle, délivre peu à peu la féminité qu’elle retrouve à petits pas, révèle la confiance en elle qu’elle réapprend et filme aussi, tout en subtilité, cette femme qui en se retrouvant semble échapper petit à petit à son quotidien qui ne lui appartenait plus pour s’en créer un nouveau dans lequel elle se place au milieu. Un film sur une redécouverte, une sorte de renaissance qui, comme l’a dit un spectateur à l’issue de la projection « est un moment de grand bonheur. »

Ceuta, douce prison : le paradoxe inhumain

Posté par MpM, le 28 janvier 2014

ceutaUne ville baignée de soleil. La mer à deux pas. Une poignée de jeunes gens qui arpentent inlassablement les chemins de terre. Jonathan Millet et Loïc H. Rechi ont posé leur caméra à Ceuta, enclave espagnole au Nord du Maroc, coincée entre la Méditerranée et un mur de six mètres de hauteur, pour donner la parole et suivre ceux qui vivent là, enfermés dans cette prison à ciel ouvert qui sert de zone tampon entre l'Afrique et l'Europe.

Ils s'appellent Simon, Marius, Iqbal, Guy et Nur. Ils viennent du Cameroun, d'Inde ou de Somalie. Ils font partie du millier de migrants qui errent dans cette zone de 18km2 où il n'y a rien à faire, en attente d'une décision de justice qui les renvoie chez eux, ou au contraire leur octroie le précieux laissez-passer pour l'Europe.

Les réalisateurs les suivent dans leur quotidien répétitif hors du centre d'accueil : dans la rue où ils lavent les voitures pour quelques centimes, sur les parkings où ils guident les automobilistes, à la sortie des supermarchés où ils aident les clients à pousser leurs caddies trop remplis, mais aussi dans l'ennui de journées qui n'en finissent plus et au cours des conversations interminables sur le passé et l'avenir. Le passé, ce sont ces parcours terribles qui les ont menés jusqu'aux portes de l'Europe et dont on comprend qu'ils ne se remettront jamais. L'avenir, c'est le jour hypothétique, dans un mois ou dans cinq ans, où ils quitteront enfin Ceuta pour reprendre le cours de leur vie, que ce soit en Europe ou de retour chez eux.

Quelques scènes apportent un éclairage poignant sur leur situation, notamment lorsqu'ils se chamaillent pour se répartir les rares opportunités de travail, lorsqu'ils se racontent en boucle leur périple (terrifiant) à travers l'Afrique ou quand ils passent en revue les maigres chances qui s'offrent à eux. Il faut en effet savoir qu'une fois à Ceuta, les migrants n'ont plus aucune prise sur leur sort. Soit ils font une demande d'asile, avec le risque d'être déboutés et renvoyés d'où ils viennent, soit ils attendent que les autorités décident (plus ou moins arbitrairement) de les renvoyer ou de les libérer. Dans les deux cas, les instances décisionnelles ne sont soumises à aucun délai. Certains migrants attendent plusieurs années avant qu'on statue sur leur sort. D'autres sont expulsés soudainement. Tous survivent comme ils peuvent dans une ville qui n'a rien à leur offrir.

Ceuta, douce prison met en scène avec beaucoup de pudeur ce drame humain comme il y en a désormais dans tant de régions d'Europe, symbole terrifiant de la fermeture progressive du continent. On est avec eux dans un présent comme suspendu qui devient de plus en plus anxiogène et révoltant au fur et à mesure du récit. Bien que le film ne prenne jamais parti, l'incompréhension est grande face à un système qui broie aussi nonchalamment ses forces vives. Par peur et par paresse, ce sont des milliers d'êtres humains qui sont sacrifiés sur l'autel du protectionnisme frileux et de règles obscures qui ne prennent jamais en compte le simple facteur humain.

Toutefois, en laissant pleinement la parole à leurs personnages, les réalisateurs se font certes l'écho de leur détresse, mais aussi de leurs espoirs et de leur envie de vivre. Lorsqu'enfin l'un d'entre eux obtient son laissez-passer vers l'Europe, ils filment ainsi comme un ballet joyeux et spontané les félicitations et les congratulations dont il devient l'objet. C'est cette séquence, parmi toutes, que l'on gardera en mémoire, pour ne pas laisser l'indifférence et le désespoir gagner complétement la partie.

Un documentaire inédit d’Hitchcock sur les Camps de concentration va enfin être diffusé

Posté par vincy, le 11 janvier 2014

alfred hitchcockUn documentaire sur l'holocauste d'Alfred Hitchcock, réalisé en 1945, va être projeté pour la première fois, après avoir été restauré par l'Imperial War Museum. Pour des raisons politiques, jamais personne n'a pu voir ce film tel que le cinéaste l'avait voulu.

A la fin de la guerre, Hitchcock reçoit une commande singulière : on lui demande de faire le montage de prises de vues réalisées par un caméraman de l'armée britannique. Il s'agit de la libération du camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne). Hitchcock s'exécute et livre un film montrant les atrocités que les Nazis ont fait subir dans le camp. Pour les Britanniques, il s'agissait de montrer ce film aux Allemands, afin de les informer et les éduquer sur les crimes commis pendant la guerre. Une arme pédagogique et politique pour qu'ils se sentent responsables.

Finalement, le film ne fut jamais diffusé. D'une part, les Britanniques ne souhaitaient plus le montrer, considérant que ce genre de films n'aiderait pas à la reconstruction après-guerre et à la réconciliation avec l'Allemagne. D'autre part, Hitchcock aurait été terrifié par les images et n'aurait pas souhaité sa projection. Le caméraman qui avait filmé les images aurait rapporté, selon The Independent, que le Maître du suspens était si traumatisé par ce qu'il voyait qu'il n'avait pas mis les pieds au studio Pinewood durant une semaine.

Cinq des six bobines furent entreposées à l'Imperial War Museum et ne furent redécouvertes que dans les années 80, après la mort du cinéaste.

En 1984, le Festival de Berlin a projeté une version incomplète du documentaire, avec une bobine en moins et une qualité d'image très médiocre. La narration avait été écrite par un politicien anglais et un journaliste australien. La voix était celle du grand acteur Trevor Howard. L'acteur venait d'être révélé au grand public avec l'un des premiers films de sa carrière, Brève rencontre de David Lean. On donna un titre au documentaire, Memory of the Camps. En 1985, le réseau télévisé public américain, PBS, le montra dans sa version berlinoise.

30 ans plus tard, le public va pouvoir découvrir le film intégral, avec une copie restaurée numériquement. Il sera diffusé sur la BBC en 2015, à l'occasion de la célébration de la fin de la seconde guerre mondiale. D'ici là, il devrait faire le tour des festivals de Cinéma, et pourquoi pas l'objet d'une sortie en salles dans plusieurs pays.

De l'avis de ceux qui l'ont vu, les images sont choquantes et le film horriblement dérangeant. La mémoire et la vérité historiques ne souffrent d'aucun compromis. Ouvrir les yeux plutôt que de se mettre des oeillères. Ce testament "politique" d'Hitchcock devrait faire l'événement dans les prochains mois.

Décès d’André Halimi, co-fondateur du Festival du cinéma américain de Deauville

Posté par vincy, le 2 décembre 2013

Le documentariste André Halimi, atteint de la maladie de Parkinson, est décédé dimanche à l'âge de 83 ans à Jérusalem en Israël d'après une dépêche de l'AFP. Co-fondateur du festival du cinéma américain de Deauville, ancien journaliste (il fut rédacteur en chef de Pariscope et à VSD), écrivain (notamment un livre sur Coluche), il avait produit plus de 500 documentaires sur le cinéma, la danse, le spectacle et les divertissements, essentiellement pour la télévision. Il a notamment réalisé de nombreux portraits de vedettes comme Jean Cocteau, Michel Galabru, Louis de Funès, Charlie Chaplin ou Michèle Morgan.

Quelques documentaires avaient été diffusés au cinéma comme Chantons sous l'occupation (1976), Corps Z'à Corps (1988) et La délation sous l'occupation (2003).

En 1975, il avait créé avec Lionel Chouchan le festival du cinéma américain de Deauville et en 1982 celui du film policier de Cognac (aujourd'hui disparu). Le premier lui a survécu avec le succès que l'on connaît, devenant l'un des rendez-vous incontournables de la presse cinéma et people. Le second a été arrête en 2007.

Success story à la française : Les Revenants, 5 caméras brisées et Happy

Posté par kristofy, le 28 novembre 2013

Le rêve américain est à portée de mains pour de nombreux artistes français, par exemple Guillaume Canet a réalisé son film Blood Ties avec la collaboration de James Gray au scénario et avec le légendaire James Caan devant la caméra. Si notre célèbre duo Daft Punk a conquis le monde entier cette année avec son tube Get Lucky, il en est de même pour d’autres Français moins connus qui sont à l'origine de créations qui font le tour du monde.

Caroline Benjo, Jimmy Desmarais et Carole Scotta :

les revenantsCes producteurs de cinéma (avec leur société Haut et Court) se sont mis à la production de série télé. Avec la chaîne Canal+ à ainsi été produite la série Les Revenants, dont l’idée originale vient du film éponyme réalisé en 2004 par Robin Campillo.

La série, dirigée par Fabrice Gobert (réalisateur de Simon Werner a disparu), a su installer une ambiance particulière de mystère avec une dizaine de personnages dont on découvre au fur et à mesure les secrets sur huit épisodes…

Ce véritable succès d’audience en France (il s'agit de la création originale de Canal+ la plus suivie) a conquis ensuite le Royaume-Uni (meilleure audience sur Chanel 4 d’une série en vo avec sous-titres). La série a été vendue dans une quarantaine de pays, dont les USA où elle a été diffusée en version originale française sous-titrée sous le titre The Returned.

Ce lundi 25 novembre, lors de la cérémonie des International Emmy Awards à New-York qui récompense le meilleur de la télévision (hors productions américaines), c’est Les Revenants qui a été élue meilleure série dramatique. Une seconde saison sera tournée dans quelque mois pour une diffusion fin 2014. Les Américains, eux, travaillent déjà sur un remake.

A noter qu’une autre série coproduite par Canal+ avait déjà été honorée aux Etats-Unis avec un Golden Globe du meilleur réalisateur (remis par la presse) décerné à Olivier Assayas pour la série Carlos.

Christine Camdessus et Serge Gordey

Mais ce n'est pas tout ! Le travail des cameras brisees producteurs Christine Camdessus et Serge Gordey a lui aussi été récompensé lundi soir par un Emmy Award décerné au documentaire franco-israélo-palestinien 5 caméras brisées qu'ils ont coproduit.

Sorti sur les écrans en février dernier, le film réalisé par Emad Burnat et Guy Davidi avait déjà été nommé à l'Oscar du meilleur film documentaire en 2013. Il a également été récompensé par le Prix du meilleur réalisateur international au Festival de Sundance 2012 ainsi que par le Prix du public et le Prix spécial du jury à l'International Documentary Film Festival d'Amsterdam en 2011.

Clement Ourou et Pierre Dupaquier :

Ces deux réalisateurs font des publicités (notamment pour Evian) et des clips de musique (pour Cassius par exemple) sous leur nom "We are from LA". Ce sont eux les artisans du clip le plus long du monde qui, en ce moment, fait un buzz mondial sur internet en ayant été vu en quelques jours par déjà plus de 3 millions de personnes.

we are from la acteur steve carellLeur création est longue de 24 heures, c’est le clip Happy pour Pharell Williams (le chanteur star de l’année puisqu'il apparaît en même temps dans le tube Get Lucky des Daft Punk et dans Blurred Lines avec Robin Thicke), chanson qui est par ailleurs dans la bande-originale du film Moi, moche et méchant 2.

La chanson de 4 minutes se répète donc pendant 24 heures d’un montage constitué de 360 plans-séquences (dont le ciel correspond avec le déroulement d’une journée passant du jour à la nuit) avec 336 personnes différentes qui dansent, dont les acteurs Steve Carrell et Jamie Foxx. Une création à découvrir ici : 24 hours of happiness.

A noter enfin qu'un autre duo français, Jonas Euvremer et François Rousselet, avait auparavant fait sensation à l’international avec les clips D.A.N.C.E. de  Justice et 4 Minutes de Madonna et Justin Timberlake

Le Festival Chéries Chéris décerne ses prix

Posté par vincy, le 21 octobre 2013

La 19e édition du festival Chéries Chéris, le festival du film gay, lesbien, bi, trans & ++++ de Paris, s'est achevé avec la traditionnelle remise des prix.

Le jury des longs métrages - Philippe Tasca, Océanerosemarie, Christopher Landais, Maria di Giovanni et Gérard Lefort - a décerné le Grand prix au film franco-turc, Noor, de Guillaume Giovanetti et Cagla Zencirci. Ce film en urdu, qui se déroule au Pakistan, suit l'itinéraire d'un homme qui aspire à avoir une apparence virile alors qu'il reste prisonnier de son physique transgenre. Le prix du jury a récompensé le film polonais, In the Name of... de Malgorzata Szumowska, Teddy Award du meilleur film au dernier festival de Berlin.

Le jury des courts métrages et documentaires - Thomas Riera, Andromak et Stéphane Riethauser - distingué les documentaires Vito de Jeffrey Schwarz (Grand prix) et Turning (Prix du jury) de Charles Atlas. Côté courts, Annalyn de Maria Eriksson (Grand prix), Le Maillot de bain de Mathilde Bayle (Prix du jury) et Little Gay boy Part 3 d'Antony Hickling (mention spéciale) ont été honorés.

Lumière 2013, Jour 1 : Jacques Demy, Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo « again »

Posté par Morgane, le 16 octobre 2013

dominique sanda une chambre en ville

En cette première journée de festival, je passe de Jacques Demy et son film chanté à Jean-Paul Belmondo et son Itinéraire d'un enfant gâté en faisant une pause par la case Jean Seberg avec le documentaire que lui a consacré Anne Andreu, spécialiste ès grandes dames du cinéma.

La journée commence donc sous le ciel gris de Nantes aux côtés des métallos grévistes, en 1955. Dans Une chambre en ville , film de 1982, Jacques Demy dépeint admirablement la rencontre entre ces ouvriers en grève et la petite bourgeoisie nantaise qui se croisent tout d'abord par la petite fenêtre sociale (François loge chez la "baronne" Madame de Langlois incarnée par la sublime Danielle Darrieux) puis par la grande porte de l'amour sous les traits d'un véritable coup de foudre entre François (Richard Berry) et Edith (Dominique Sanda). Jacques Demy rend hommage à l'amour, à la lutte, à la classe prolétarienne à travers ce film unique par sa forme, entièrement chanté, à mi-chemin entre le cinéma et l'opéra populaire. Le film est actuellement en salles dans toute la France.

Pour le présenter, Dominique Sanda, Mathieu Demy, Richard Berry et Jean-François Stévenin étaient présents. Mathieu Demy, fils du réalisateur, nous parle de la restauration des films de son père à laquelle il a activement participé. La restauration d'Une chambre en ville a été rendue possible grâce aux soins de Ciné-Tamaris. Pour Mathieu Demy, il s'agit de l'un des plus beaux de son père.
Dominique Sanda, quant à elle, remercie l'action du Festival Lumière et termine par cette phrase : "J'étais la muse de Jacques Demy sur ce film et j'en suis très fière". Elle présentera quelques heures plus tard le film qui l'a révélée, Une femme douce de Robert Bresson. C'est au tour de Richard Berry et de Jean-François Stévenin de prendre le micro et, tour à tour, de nous raconter diverses anecdotes du tournage. Richard Berry commence par nous parler de ses polos. En effet, pour ce film, Jacques Demy voulait absolument qu'il porte des polos de couleurs très vives mais Rosalie Varda, la costumière, n'en trouvait aucun dans le commerce. Elle a donc dû les tricoter elle-même. Il est ravi par ailleurs de la restauration qui fait ressortir toutes ces belles couleurs. Jean-François Stévenin revient sur la scène de l'affrontement entre les CRS et les grévistes. Les figurants qui jouaient les CRS prenaient leur rôle tellement à coeur qu'il en est ressorti avec six points de suture. Et en effet, dans le film, dans les scènes qui ont été tournées après celle-ci, on aperçoit ces quelques points de suture sur son front! Richard Berry revient également sur la difficulté d'être complètement synchrone car, toutes les chansons étant enregistrées en amont, les acteurs intervenaient en playback.

Dernière  anecdote, très bien reçu par la critique, le film, sortant en même temps que l'As des as avec Belmondo, fut un échec commercial. Les critiques se sont alors cotisés pour offrir une page dans Le Monde regroupant toutes les bonnes critiques du film. Toujours est-il qu'aujourd'hui la salle était comble et le succès au rendez-vous.

anne andreuÀ l'Institut Lumière, là où le cinéma a vu le jour, partons découvrir Éternelle Jean Seberg, documentaire consacré à l'actrice d'À bout de souffle et réalisé par Anne Andreu (photo). En 50 minutes, la réalisatrice retrace la vie mouvementée de cette actrice engagée sans tomber dans le voyeurisme. Tout en justesse et en retenue, le film évoque les débuts de la très jeune Jean (tout juste 18 ans) aux côtés d'Otto Preminger, qui ne sera pas très tendre avec elle. Révélée ensuite aux côtés de Jean-Paul Belmondo face à la caméra de Jean-Luc Godard dans À bout de souffle, sa vie tourne de plateaux en plateaux, de mariages (celui avec Romain Gary dont naîtra Diego Gary) en amants (dont Clint Eastwood entre autres), d'engagement politique très fort auprès du mouvement des Blacks Panthers pour finalement sombrer dans la tourmente, pousser dans ses retranchements par le FBI qui souhaitait la "neutraliser". Elle se donne la mort le 30 août 1979 alors que sa vie croise le chemin de la folie de son personnage Lilith qu'elle avait incarnée en 1964.

Plus personne pour crier sur les Champs-Elysées "International Herald Tribune", qui d'ailleurs vient de changer de nom cette semaine. Double peine.

Enfin, mes pas me guident à la projection d'Itinéraire d'un enfant gâté. Sans doute l'un des meilleurs films de Claude Lelouch, hanté par cette ritournelle "qui me dira les mots d'amour qui font si bien du mal". Elle me trotte encore dans la tête. Lelouch suit Sam, Bébel magnifique (et césarisé pour ce rôle), durant près de 50 ans. Ses blessures, ses fêlures, sa force, ses amours, ses enfants puis tout à coup cette lassitude qui l'assomme, cette envie forte et profonde de tout plaquer pour un ailleurs. Lequel? Il ne sait pas et s'en fout, juste ce désir fou de repartir à zéro, de se reconstruire seul avec soi, puis avec d'autres qui deviennent peu à peu sa nouvelle famille. Claude Lelouch, présent pour l'occasion, revient sur cette idée de choix et de famille. "On a tous deux familles. Celle que nous donne la biologie et celle que l'on choisit". Sam Lion décide donc de quitter sa famille et va en quelque sorte en choisir une autre en la personne de Richard Anconina, superbe dans son rôle de jeune homme peu sûr de lui, un peu maladroit mais des rêves plein la tête. Claude Lelouch qui fait ses films selon ses humeurs dit-il, ajoute qu'il y a un vécu derrière l'histoire de ce film, lui qui à cette époque se considérait comme un véritable enfant gâté. Richard Anconina prend alors la parole et avoue que "c'est toujours très impressionnant de venir présenter un film 25 ans après sa sortie". Il ajoute que ce film est un de ceux qui vous suit toute votre vie...

Tout cela ensoleille une journée qui se termine sous la pluie, un temps qui donne envie de se réfugier dans les salles obscures... A demain.

9e édition du Festival Brésil en mouvements

Posté par MpM, le 8 octobre 2013

bresil en mouvementsLe grand rendez-vous annuel du cinéma documentaire brésilien ouvre ses portes au cinéma La Clef (Paris 5e) ce mercredi 9 octobre, pour cinq jours de rencontres, débats et discussions autour des réalités sociales du pays et d'une sélection de films articulés en sept thématiques : travail domestique ; femmes en résistances ; santé et exclusion sociale ; santé : modes de vie en question ; dictature et résistances ; football, la Coupe est pleine ? et musique en action.

La soirée d'ouverture sera ainsi consacrée au travail domestique à travers le documentaire Doméstica de Gabriel Mascaro dans lequel sept adolescents ont accepté de filmer leur employé(e) de maison durant une semaine.

Un débat (quels  statuts,  quels  rôles  et  quels  droits  pour  les  employé(e)s  de maison ?) suivra la projection, en présence de Pedro Barbosa Mendes (membre du réseau universitaire Nômade, chercheur au laboratoire  « Territoire  et  Communication »  de  l'Université  Fédérale  de  Rio  de Janeiro) et d'Annie Pourre du réseau No-Vox.

Au cours de la semaine, d'autres débats aborderont la question des droits des femmes, les corrélations entre choix de société et santé ou encore la dictature militaire, le droit à la vérité et à la mémoire et leurs impacts sur la société brésilienne aujourd'hui. Enfin, un concert du groupe Filosofia do Samba clôturera la manifestation en toute convivialité.

____________

9e édition de Brésil en mouvements
Du 9 au 13 octobre 2013
Cinéma La Clef
34 rue Daubenton - 75005 Paris
Informations et programme complet sur le site de la manifestation

Un biopic inspiré d’un documentaire sur l’écrivain J.D. Salinger

Posté par vincy, le 20 septembre 2013

J.D. Salinger, l'auteur du roman culte L'Attrape-coeurs, est actuellement à l'affiche aux Etats-Unis avec un documentaire sur sa vie, Salinger, de Shane Salerno. Le docu, où interviennent Philip Seymour Hoffman, Edward Norton, John Cusack, Danny DeVito, John Guare, Martin Sheen, Robert Towne, Tom Wolfe, ou encore Gore Vidal, est accompagné d'un livre que le réalisateur a cosigné avec David Shields.

Harvey Weinstein a décidé d'exploiter le filon en produisant un film à partir de ce documentaire (qu'il distribue). Le scénario se concentrerait sur la période qui va du service militaire de l'écrivain à la publication de L'Attrape-coeurs. Salerno réalisera le biopic.

Il avait commencé à travailler sur le documentaire il y a plus de 9 ans. La mort de l'auteur en 2010 a permis de nouveaux témoignages et révélations qui ont retardé de trois ans sa sortie en salles (lire aussi notre actualité du 7 février 2010).