Venise 2018 : Suspiria, remake chic et choc

Posté par kristofy, le 2 septembre 2018

C'est le film iconique d'un maestro du 'giallo': Suspiria de Dario Argento, sorti en 1977, peut-il faire l'objet d'un remake ? Déjà à Venise en 2010, la question avait été directement posée à Natalie Portman, présentant alors Black swan, qui était intéressée par coproduire le projet pour jouer un autre rôle de danseuse effrayée... Il y a eu une vague de remake des classiques du cinéma fantastique des années 70: des films mal vieillis devenaient parfois plus efficaces (comme La colline a des yeux de Wes Craven mais par Alexandre Aja) tandis que des chefs d'oeuvre étaient inutilement caricaturés (comme Carrie de Brian de Palma par Kimberly Peirce).

Alors, qu'allait-il en être de Suspiria ? C'est resté une mauvaise idée pendant plusieurs années puis finalement un tournage a commencé... Le voila en compétition cette année à Venise. Sans doute parce que le réalisateur est devenu "hype" depuis son dernier film, alors que Venise l'a souvent snobé tout au long de sa carrière.

Quand l'équipe arrive on retient son souffle : le réalisateur Luca Guadagnino (auréolé du succès de Call me by your name), le scénariste de films et séries de genre David Kajganich, les actrices Dakota Johnson, Chloë Grace Moretz, Mia Goth, la grande Tilda Swinton, mais aussii Jessica Harper (la vedette du Suspiria d'Argento), et Thom Yorke (du groupe Radiohead) qui signe là sa première musique de film. Avec une telle réunion de talents ce remake est forcément attendu : et il est très réussi car il est assez différent de celui de Dario Argento.

Le début du film de 1977 voit l'héroïne arrivée sous la pluie à une prestigieuse école de danse de Fribourg au moment où une pensionnaire s'enfuit perturbée (personne ne la reverra)... Dans ce nouveau film l'histoire se déroule toujours en 1977 et l'académie de danse est à Berlin (ce qui fait un lien avec Cabaret), une pensionnaire perturbée s'en va sous la pluie, elle va parler à quelqu'un, elle (nous) explique ce qui l'inquiète dans cette école, et l'héroïne arrive plus tard.

Les amateurs de frayeur viscérale continueront de préférer l'original de Dario Argento qui fait beaucoup plus peur (malgré la peinture rouge grossière pour imiter le sang), cette peur étant provoquée pour ses mises à mort (les coups de poignard, l'attaque du chien, le piège de barbelés, les hurlements) et par la combinaison des éclairages contrastés (les lumières rouge, vert, jaune, et les ombres) et la musique composée de bruitages stridents. Et c'est seulement en cours de film que l'on découvre la sorcellerie : «Que font les sorcières ? leur seul but c’est de faire souffrir c’est tout en faisant appel au monde de l’occulte elles peuvent obtenir le pouvoir leur permettant d’influer sur la réalité d’agir sur des personnes dans le sens maléfique du concept».

Ce nouveau Suspiria joue plutôt avec une angoisse étrange et diffuse qui devient au fur et à mesure oppressante. Dès le début l'hypothèse de la possibilité de sorcières est déjà exprimée, le spectateur ne cherche pas vraiment quoi mais découvre comment. La tonalité des décors est d'ailleurs plutôt neutre ou sépia, et ce n'est qu'au moment du climax final que la couleur rouge-sang arrive. Dans le pensionnat de Dario Argento il n'y avait qu'une seule séquence d'échauffement de danse, cette fois il s'agit bel et bien vraiment d'une école de danse : on y voit une séquence d'audition, des séances d'exercices et de répétition, et même un spectacle devant un public. Chez Argento les phénomènes surnaturels perturbaient surtout l'esprit de l'héroïne et d'une amie, chez Luca Guadagnino les mauvais sorts s'acharnent surtout sur les corps de danseuses : les corps torturés sont tordus, cassés et désarticulés. Là où Argento était efficace c'était d'avoir concentré l'histoire dans un quasi huis-clos (l'école). Ce nouveau Suspiria raconte cette histoire avec une autre perspective et en parallèle d'autres points de vue, extérieurs à l'école (un vieux médecin, une femme catatonique).

C'est en fait tout la structure de ce nouveau Suspiria qui est différente : le générique d'introduction indique qu'il y aura un découpage en six actes et une épilogue, et surtout le récit va prendre une ampleur inédite : le film dure 2h30 ! Moins effrayant, plus esthétique, plus chic moins choc, se rapprochant davantage du cinéma de Fassbinder, plus dramatique mais moins drôle que l'original.

Prêt à retenir votre souffle ?

Les Oscars 2015 en 10 styles

Posté par cynthia, le 24 février 2015

Les Oscars, ses prix, ses discours, et surtout l'occasion pour les stars de se revêtir de tenues hors-de-prix. Pour certains ,c'est dans la poche et ils nous ont fait rêver, mais pour d'autres... nous avons bien rigolé! Retour sur les dix tenues qui ont marqué cette 87ème cérémonie des Oscars.

Marion Cotillard, des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous
Après avoir porté une robe qui faisait penser à un volet de badminton aux César, l'actrice à la voix fluette est venue aux Oscars avec une robe à trou à mi-chemin entre un filet de pêche et un gruyère. Blanche avec plein d'orifices et une bande noire qui marquait le bas de ses fesses, Marion Cotillard prend de plus en plus de risques avec la mode. Mais on préfère encore son t-shirt rose Kiabi dans le film des Dardenne.

Dakota Johnson, plus belle habillée
Nous connaissons son anatomie par cœur grâce au navet Cinquante Nuances de Grey et pourtant c'est avec des vêtements que la fille de Mélanie Griffith a fait sensation. Sa robe rouge sang assymétrique faisait d'elle une princesse de conte de fée(sse)s.

Gwyneth Paltrow, le divorce lui réussit
L'ex de Chris Martin, n'a rien à envier aux différentes conquêtes de ce dernier (la sublime Jennifer Lawrence entre autres). Gwyneth est apparue sur le tapis rouge dans une somptueuse robe signé Ralph et Russo. Sublime confiserie avec cette rose qui soutient une épaule, quand l'autre reste dénudée, il s'agit d'un sans faute pour la belle plante.

Scarlett Johansson la sirène du tapis rouge
Prochainement à l'affiche de la suite d'Avengers, Scarlett Johansson a affiché ses formes vertigineuses dans une robe verte et échancrée. Même John Travolta n'a pas résisté à son charme et lui a volé un baiser sur le tapis rouge. Comme nous le comprenons! En revanche, la coiffure un peu punk gâche un peu l'ensemble...

Jared Leto, In my Umberella ella ella hey hey hey
Jared Leto, toujours plus Jesus Christ que jamais, a fait sensation (pas dans le bon sens du terme) en costume bleu pâle et parapluie! Récapitulons: nous sommes à Los Angeles où le soleil brille... La seule explication que nous trouvons est que l'acteur a dû vouloir faire une dédicace à la chanteuse Rihanna. Et c'est raté!

Channing Tatum, le lubrifiant naturel
L'acteur aux pectoraux d'acier (vous les reverrez prochainement dans la suite de Magic Mike) a une nouvelle fois dissout les culottes et les slips de l'assemblée par son charisme. Le "tuxedo" parfaitement coupé, certes horriblement classique, mais si "James Bondien"... Le tapis rouge étant trempé nous repensons subitement à Jared Leto et son parapluie...

Lupita Nyong'o, allô maman bobo
Lupita a choisi une robe à perles pour revenir aux Oscars après sa consécration de l'année dernière. Excellent choix me direz-vous? Oui (la silhouette est sublimée) mais non! Mettez-vous à la place de ses tétons! Ils ont dû drôlement souffrir.

Julianne Moore, alerte à la perfection
La divine rousse était de toute beauté dans une robe blanche et parsemée de diamants (vrai ou faux, ils étaient étincelants) pour aller chercher son Oscar plus que mérité! C'était sobre, original, et classe. Sans oublier la coiffure qui assagissait sa chevelure rousse habituellement flamboyante.

Sienna Miller, quelqu'un peut lui offrir un Macdo?
Sous alimentée, l'actrice semblait lutter pour se déplacer dans sa robe, pourtant magnifique. Noire et à dentelle au niveau de la traîne, elle aurait fait davantage sensation si nous n'avions pas été captivé par sa maigreur (là, même le noir ne peut rien faire). Les formes de Scarlett, Julianne et Marion nous semblent plus appétissantes...

Lady Gaga, SOS ménage
La chanteuse, venue offrir sa voix pour rendre hommage à La mélodie du bonheur, ne manquait pas de formes (pas facil d'habiller une taille 42 à Hollywood). A moins que ce ne soit la robe qui lui faisait prendre 20 kilos et donnait l'impression d'une petite femme montée sur des échasses. Mais le pire de sa tenue (vous connaissez la Gaga) était ses gants à vaisselle, bien rouges. Lady Gaga a-t-elle nettoyé (les dégâts du sex appeal trop violent de Channing Tatum) à la fin de la soirée?

Golden Globes 2015: glamour, sexy et surtout Charlie

Posté par cynthia, le 12 janvier 2015

clooney

Dimanche dernier, alors que nous marchions pour la paix et l'amour à Paris, à Los Angeles une pluie de glamour, de «je suis Charlie» et de somptueuses tenues et coiffures s'abattaient sur la cité des anges. Retour sur cinq célébrités qui ont marqué la 72ème cérémonie des Golden Globes.

5) Angelina Jolie belle mais blessée

Alors que le film Boyhood de Richard Linklater a brillé durant cette cérémonie, le Invincible d'Angelina Jolie a été snobé par les votants. Et ça, la belle plante ne l'aurait pas apprécié. En effet, selon une source du  New York Post, la réalisatrice se sentirait « blessée » et « vexée » d'être repartie bredouille de la soirée. Ne t'en fais pas Angelina, vu ton talent ce n'est que partie remise voyons!

4) Dakota Johnson et sa robe en cinquante nuances de gris

Dakota Johnson qui sera prochainement attachée et fouettée dans Cinquante Nuances de Grey (présenté au prochain festival de Berlin) est venue avec une longue robe grise pailletée qui donnait le tournis. Si Noël n'était pas loin de nous, on aurait essayé de l'ouvrir tant elle faisait penser à un papier cadeau. Dakota si t'habiller rime à cela, on te préfère toute nue !

3) Emma Stone ou le sens du style

La rousse incendiaire, prochainement à l'affiche de  Birdman, a foulé le tapis rouge dans son ensemble pantalon smoking/bustier agrémenté d'un nœud XXL signé Lanvin. De quoi ne laisser personne indifférent...

2) Eddie Redmayne et ses airs à la Harry

Si l'acteur a fait sensation en emportant le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour son interprétation de Stephan Hawkin, Eddie Redmayne a aussi éblouit le tapis rouge. Vêtu dans un smoking noir qui mettant en avant ses cheveux roux, l'acteur faisait penser au Prince Harry. Représentant la classe anglaise, on lui aurait bien fait une petite courbette.

1) Georges Clooney «Je suis Charlie»

Georges Clooney a foulé le tapis rouge aux côtés de sa femme et en arborant un badge «Je suis Charlie». L'acteur/réalisateur, qui a reçu le prix spécial Cecil B. Demille, a déclaré «C'est une journée extraordinaire. Chrétiens, juifs, musulmans, chefs d'état du monde entier ont défilé pour une idée, celle de ne pas avoir peur. Je suis Charlie.» D'autres célébrités ont fait de même comme Jared Leto, Helen Mirren, Jake Gyllenhaal ou encore Jessica Chastain. En d'autres termes, que ce soit à Paris ou à Hollywood, nous sommes tous fiers d'être Charlie !

[Bande annonce] Fifty Shades of Grey se dévoile (un peu)

Posté par vincy, le 24 juillet 2014

Le marketing est essentiel pour un tel film. L'adaptation du best-seller mondial (100 millions d'exemplaires et toujours dans les meilleures ventes de livres en France) Fifty Shades of Grey (Cinquante nuances de Grey) sera l'un des premiers films à faire l'événement début 2015.

Initialement le film devait sortir en août 2014 (lire notre actualité). Mais un changement de casting inattendu a retardé le tournage, et donc la sortie.

Le film de Sam Taylor-Johnson, avec Jamie Dornan, ex-mannequin (lire le portrait), Dakota Johnson, Jennifer Ehle et Marcia Gay Harden, sera dans les salles pour la Saint Valentin (le 11 février en France, le 13 février aux Etats-Unis).

La bande annonce a été annoncée sur le compte instagram de Beyoncé dimanche dernier. Logique, la diva signe la chanson du film. En elle-même cette "trailer", diffusée depuis ce jeudi, ne révèle pas grand chose de l'histoire. C'est davantage un "teaser" qui s'achève sur les accessoires "clés" du roman "sulfureux" (menottes, bandeau, cravache...). La luxure n'est donc là que pour nous allumer. Pour le reste, ce sont surtout les signes extérieurs de richesse de Grey, croisement entre Largo Winch et Catherine Tramell (Basic Instinct), et son torse nu qui nous sont dévoilés.

On restera donc sur notre faim. Voire un peu surpris quand on lit la phrase "Le phénomène mondial prend vie". Comme si un livre était moins "réel" qu'un film... Comme si un film était la vie...

Dakota Johnson et Charlie Hunnam choisis pour Cinquante nuances de Grey

Posté par vincy, le 2 septembre 2013

Après quelques semaines d'indécisions et pas mal d'auditions, Universal Pictures et Focus Features ont communiqué le nom des deux acteurs principaux pour l'adaptation de Cinquante nuances de Grey, le best-seller érotico-SM de E.L. James (70 millions d'exemplaires dans le monde).

Dakota Johnson, pas encore 24 ans, sera la jeune Anastasia Steele. Repérée dans The Social Network, et vue dans For Ellen, 21 Jump Street, Sortilège et Cinq ans de réflexion, elle sera aussi à l'affiche de Need for Speed, l'adaptation du jeu vidéo, avec Aaron Paul, Dominic Cooper et Imogen Poots. Johnson est la fille de Don Johnson (Miami Vice) et de Melanie Griffith.

Charlie Hunnam, 33 ans, incarnera le milliardaire adepte de jeux SM, Christian Grey. Révélé en jeune homo dans la série anglaise "Queer as Folk", c'est aussi à la télévision qu'il a acquis sa notoriété avec la série "Sons of Anarchy". Au cinéma, il fut Nicholas Nickleby, tourna avec Anthony Minghella, Alfonso Cuaron et récemment Guillermo del Toro (il avait le rôle principal de Pacific Rim).

Le film, réalisé par Sam Taylor-Johnson, doit sortir aux Etats-Unis le 1er août 2014. On ignore si les deux acteurs joueront leurs scènes torrides ou s'ils feront appel à des doublures ou si les scènes torrides seront chastes.

Indécisions autour du casting de Cinquante nuances de Grey

Posté par vincy, le 26 août 2013

Cinquante nuances de Grey est sans aucun doute la trilogie littéraire la plus observée par Hollywood. Vu le phénomène d'édition - 70 millions d'exemplaires vendus - Universal et Focus Features tiennent à transformer les versions cinématographiques en poules aux oeufs d'or.

Le tournage du film de Sam Taylor-Johnson (lire notre actualité) est prévu dans les quelques mois qui viennent pour une sortie américaine déjà programmée au 1er août 2014. Pourtant, le casting n'est pas encore officialisé. Les producteurs auditionnent une pléthore de comédiens pour les rôles d'Anastasia Steele et Christian Grey.

Côté féminin, Alicia Vikander (Royal Affair), Imogen Poots (28 semaines plus tard, le Quatuor), Shailene Woodley (The Descendants) et Dakota Johnson (21 Jump Street) tiennent la corde, mais d'autres auditions sont prévues.

Côté masculin, Charlie Hunnam (Pacific Rim, "Sons of Anarchy") a rejeté l'offre dans un premier temps mais pourrait revenir sur sa décision. Christian Cooke ("Magic City", Cemetery Junction) et Theo James (Underworld Awakening, Les Boloss) ont également été envisagés, mais le studio pencherait désormais pour un acteur dans la trentaine plutôt que dans la vingtaine. Ce qui élimine d'entrée Aaron Taylor-Johnson, l'époux de la réalisatrice et vedette de Kick-Ass, un temps pressenti.

Cinquante nuances de Grey d'E.L. James, à l'origine un livre autoédité, est l'histoire d'un jeune PDG milliardaire qui séduit l'innocente Anastasia Steele. La jeune fille va progressivement se soumettre aux désirs de l'homme, adepte de sado-masochisme.