Cannes 2019 : une 58e Semaine de la critique riche en promesses

Posté par MpM, le 22 avril 2019

Pour cette 58e Semaine de la Critique, les deux comités de sélection, sous la houlette du délégué général Charles Tesson, ont retenu 11 longs métrages (parmi 1050 films visionnés) dont 7 en compétition et 4 en séances spéciales, et 15 courts métrages (parmi 1605 films) dont 10 en compétition et 5 en séances spéciales.

On remarque la présence en ouverture du deuxième long métrage de Franco Lolli (Litigante), réalisateur qui avait déjà été sélectionné à la Semaine avec Gente de bien en 2014 et à la Quinzaine en 2012 avec le court métrage Rodri. Autres séances spéciales, le premier long métrage de la comédienne Hafsia Herzi (Tu mérites un amour) et celui d'Aude Léa Rapin (Les héros ne meurent jamais), dont on avait remarqué les courts Ton coeur au hasard et Que vive l'Empereur.

La compétition réunit cinq premiers longs métrages et les deuxièmes de Lorcan Finnegan (Without name, jamais sorti en France) et Hlynur Pálmason (Winter Brothers, sorti en 2018). Certains réalisateurs en lice sont pourtant loin d'être des inconnus, puisque l'on retrouve Sofía Quirós Ubeda (Ceniza negra, issu du programme "Next Step" de la Semaine de la Critique) qui était en compétition courts métrages en 2017 avec le magnifique Selva et Jérémy Clapin et son fameux J'ai perdu mon corps dont nous vous avons déjà parlé à plusieurs reprises. Il avait lui aussi été sélectionné en compétition courts métrages en 2008 avec Skhizein. Il permet d'ailleurs d'apporter un peu d'animation dans une sélection qui, côté courts métrages, en manque singulièrement.

Dans la compétition courts métrages, justement, figurent notamment les nouveaux films de Valentina Maurel, révélée par la Cinéfondation en 2017 avec Paul est là, où elle avait d'ailleurs remporté le premier prix, Camille Degeye (Journey through a body) dont on avait vu Burûq et L'esseulé, Sofia Bost (Swallows) avec Dia de festa ou encore Cecilia de Arce (Une sur trois, Les nouveaux mondes) avec Mardi de 8 à 18.

Hors compétition, c'est le retour de Moin Hussain (Naphta), sélectionné en 2017 avec Real Gods require blood et de Cristèle Alves Meira (Semaine 2016 avec Champ de vipères) pour Invisible Hero, mais aussi de Pia Borg (Demonic), qui était à la Cinéfondation en 2014 avec Footnote. Enfin, le réalisateur japonais Katsuya Tomita, dont on a notamment vu Bangkok nites et Saudade, est présent avec le moyen métrage Tenzo tandis que Brandon Cronenberg (Antiviral) signe un très court de 9 minutes : Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You.

Compétition longs métrages
Abou Leila de Amin Sidi-Boumédiène
Ceniza Negra (Cendre Noire) de Sofía Quirós Ubeda
Hvítur, Hvítur Dagur (A White, White Day) de Hlynur Pálmason
J'ai perdu mon corps de Jérémy Clapin
Nuestras Madres (Our Mothers) de Cesar Diaz
The Unknown Saint (Le Miracle du Saint Inconnu) de Alaa Eddine Aljem
Vivarium de Lorcan Finnegan

Compétition courts métrages
Dia de festa (Jour de fête) de Sofia Bost
Fakh (The Trap) de Nada Riyadh
Ikki illa meint de Andrias Høgenni
Journey Through a Body de Camille Degeye
Kolektyvinai sodai (Community Gardens) de Vytautas Katkus
Lucía en el limbo de Valentina Maurel
The Manila Lover de Johanna Pyykkö
Mardi de 8 à 18 de Cecilia de Arce
She Runs de Qiu Yang
Ultimul Drum Spre Mare (Le dernier Voyage à la mer) de Adi Voicu

Film d'ouverture
Litigante de Franco Lolli

Film de clôture
Chun jiang shui nuan (Dwelling in the Fuchun Mountains) de Gu Xiaogang

Séances spéciales longs métrages
Les héros ne meurent jamais d'Aude Léa Rapin
Tu mérites un amour de Hafsia Herzi

Séances spéciales courts métrages
Demonic de Pia Borg
Naptha de Moin Hussain
Please Speak Continuously and Describe Your Experiences as They Come to You de Brandon Cronenberg
Invisible Hero de Cristèle Alves Meira
Tenzo de Katsuya Tomita

A Rennes, l’animation française à la fête

Posté par MpM, le 21 avril 2019

Créé par l’AFCA (Association Française du cinéma d’animation), le Festival national du film d’animation qui débute mercredi célébrera sa 25e édition avec un programme mêlant courts et longs métrages, mais aussi des rencontres et un volet professionnel.

Installé à Bruz en 2010, puis à Rennes depuis 2018, le Festival met en valeur la richesse et la diversité de l'animation française. La France se situe en effet au 3e rang mondial (derrière les États-Unis et le Japon) et au 1er rang européen de la production d'animation, avec une part de 40%. Sa production audiovisuelle s’élevait en 2017 à 353 heures.

L'animation connait également un beau succès en salles, puisqu'en 2017, elle représentait plus de 16% de la fréquentation (soit 31 millions d'entrées). D'où la nécessité, portée par l'AFCA, d’accompagner cette dynamique et de proposer une réflexion sur les nouveaux usages et enjeux de l'animation, tout en accompagnant l’émergence de la relève.

On portera donc une attention toute particulière à la compétition de courts métrages qui est composée de 43 films étudiants (sur 74). Parmi les œuvres sélectionnées, on vous recommande notamment Le déterrement de nous (An excavation of us) de Shirley Bruno (du Fresnoy), Les lèvres gercées de Fabien Corre et Kelsi Phung (Gobelins) ou encore The stained club de Simon Bouvly, Marie Ciesielski, Alice Jaunet, Mélanie Lopez, Chan Stephie Peang et Béatrice Viguier (Supinfocom Rubika).

Parmi les films professionnels, on retrouve des films et des cinéastes déjà bien identifiés comme Jonathan Hodgson avec son dernier film Roughouse, Nara Normande pour Guaxuma, Boris Labbé pour La Chute, Bruno Tondeur pour Sous le cartilage des côtes, Vergine Keaton et son incontournable Le Tigre de Tasmanie et Osman Cerfon, multi-récompensé pour Je sors acheter des cigarettes. En panorama, on retrouve à la fois des clips, des films jeune public, des séries jeunesse, des films bricolés, et WTFrance qui réunit "le meilleur du pire" de l'animation.

Enfin, du côté du long métrage, c'est le très attachant Virus tropical de Santiago Caicedo qui fera l'ouverture, tandis que le meilleur de l'animation française des derniers mois sera présenté, de Funan de Denis Do à Wardi de Mats Grorud en passant par Samouni road de Stefano Savona.

---
25e Festival national du film d'animation à Rennes
Du 24 au 28 avril
Informations et programme sur le site de la manifestation

Cannes 2019: les courts métrages en compétition et la sélection Cinéfondation

Posté par MpM, le 19 avril 2019

Cette année, le comité de sélection du Festival de Cannes a reçu 4240 courts métrages pour la course à la Palme d'or et 2000 pour la Cinéfondation (la compétition des films d'école). Dans la dernière ligne droite, ils sont respectivement 11 et 17 à avoir obtenu leur ticket pour la Croisette. Des chiffres vertigineux, qui témoignent de l'énorme travail réalisé par les équipes de sélection.

Dans la compétition courts métrages, on note une augmentation du nombre de films sélectionnés (ils étaient seulement 8 en 2018 et 9 en 2011). Côté nationalité, on remarque deux entrées françaises : le documentaire Le Grand saut de Vanessa Dumont et Nicolas Davenel et le film d'animation L'Heure de l'ours d'Agnès Patron (qui avait coréalisé Chulyen, histoire de Corbeau avec Cerise Lopez en 2015) et deux coproductions avec la France : The Van de Erenik Beqiri (Albanie) et La distance entre nous et le ciel de Vasilis Kekatos, à qui l'on doit également Le silence des poissons mourants (Grèce). Les autres pays en lice sont l'Argentine (avec deux films), les États-Unis (avec une star derrière la caméra, Chloë Sevigny), la Finlande, Israël, la Suède et l'Ukraine.

De son côté, la Sélection Cinéfondation a choisi 14 fictions et 3 animations venues principalement de l’Europe Centrale et Orientale, et dont six écoles sont invitées pour la première fois (Hongrie, Slovaquie, République tchèque, Autriche, Pologne...). La France est présente avec deux films : Mano a mano de Louise Courvoisier (CinéFabrique) et Rosso : a true lie about a fisherman d'Antonio Messana (La Fémis).

La Palme d'or sera remise par le jury présidé par Claire Denis lors de la cérémonie de clôture du festival. Les trois Prix de la Cinéfondation seront remis (toujours par le jury de Claire Denis) lors d’une cérémonie précédant la projection des films primés le jeudi 23 mai.

Courts métrages

THE VAN de Erenik BEQIRI (Albanie, France)
ANNA de Dekel BERENSON (Ukraine, Royaume-Uni, Israël)
LE GRAND SAUT de Vanessa DUMONT et Nicolas DAVENEL (France)
LA DISTANCE ENTRE NOUS ET LE CIEL de Vasilis KEKATOS (Grèce, France)
ALL INCLUSIVE de Teemu NIKKI (Finlande)
WHO TALKS de Elin ÖVERGAARD (Suède)
L’HEURE DE L’OURS d'Agnès PATRON (France)
BUTTERFLIES de Yona ROZENKIER (Israël)
MONSTRE DIEU d'Agustina SAN MARTÍN (Argentine)
WHITE ECHO de Chloë SEVIGNY (Etats-Unis)
LA SIESTA de Federico Luis TACHELLA (Argentine)

Cinéfondation

AMBIENCE de Wisam AL JAFARI (Dar al-Kalima University College of Arts and Culture, Palestine)
MANO A MANO de Louise COURVOISIER (CinéFabrique, France)
ONE HUNDRED AND TWENTY-EIGHT THOUSAND de Ondrej ERBAN (FAMU, République Tchèque)
JEREMIAH de Kenya GILLESPIE (The University of Texas at Austin, États-Unis)
PURA VIDA de Martin GONDA (FTF VŠMU – Film and Television Faculty, Academy of Performing Arts, Slovaquie)
ADAM de Shoki LIN (Nanyang Technological University, Singapour)
NETEK de Yarden LIPSHITZ LOUZ (Sapir College, Israël)
SOLAR PLEXUS de David MCSHANE (NFTS, Royaume-Uni)
ROSSO : A True Lie About a Fisherman de Antonio MESSANA (La Fémis, France)
AS UP TO NOW de Katalin MOLDOVAI (Budapest Metropolitan University, Hongrie)
FAVOURITES de Martin MONK (Filmakademie Wien, Autriche)
ROADKILL de Leszek MOZGA (University of the Arts London, Royaume-Uni)
THE LITTLE SOUL de Barbara RUPIK (PWSFTviT, Pologne)
HIEU de Richard VAN (CalArts, États-Unis)
BAMBOE de Flo VAN DEUREN (RITCS, Belgique)
COMPLEX SUBJECT de Olesya YAKOVLEVA (St. Petersburg State University of Film and Television, Russie)
ALIEN de YEON Jegwang (Korea National University of Arts, Corée du Sud)

Brive 2019 : D’un château l’autre d’Emmanuel Marre triomphe

Posté par MpM, le 10 avril 2019

On ne peut pas dire que l’on soit réellement surpris du Grand prix de cette 16e édition du festival de Brive. On a déjà eu l’occasion de vous dire tout le bien que l’on pense du nouveau film d’Emmanuel Marre, D’un château l’autre, qui fait bien plus que confirmer les espoirs placés en lui après le succès du Film de l’été.

Avec sa forme hybride (fiction/documentaire, super 8/ téléphone portable) et son personnage principal qui ne se sent jamais vraiment à sa place, le film capte la vulnérabilité cachée des temps. La réalité derrière les certitudes de façades et les grands idéaux péremptoires. Comme si, au milieu du cirque politique de l’entre-deux-tours, Emmanuel Marre filmait un tout petit îlot d’humanité résistante, mais aussi une forme de transmission tacite. Ce n’est pas en regardant le monde tourner que l’on changera les choses, dit en substance Francine qui exporte les jeunes générations à l’action.

À ses côtés, en Prix du jury, on retrouve un autre candidat logique au palmarès, le captivant documentaire Vie et mort d’Oscar Perez de Romain Champalaune, un film de montage qui réunit (sans voix off ni commentaires) les images personnelles, récoltées principalement sur les réseaux sociaux, d’Oscar Perez, figure controversée de l’opposition vénézuélienne à Nicolas Maduro. Ancien policier, Perez s’est peu à peu érigé en chef de file d’une rébellion de plus en plus musclée, allant jusqu’à créer un mouvement paramilitaire organisant des opérations commandos contre les forces de l’ordre.

Tout cela, on le comprend uniquement à travers les images récoltées par Romain Champalaune, qui montrent un personnage charismatique, soucieux de son image, et habile à se mettre en scène dans des situations flatteuses. Avec ses yeux d’un bleu d’acier et son physique de mannequin bodybuildé, Oscar Perez affiche un mélange de candeur absolue et d'insupportable opportunisme politique. Le film nous fait passer par tous les points de vue, le présentant d’abord comme un pantin un peu ridicule, puis comme un néo-fasciste dangereux, avant de le transformer en martyr piteux, dépassé par les conséquences de ses actes. Loin d’apporter des réponses, le réalisateur amène le spectateur à se poser quantité de questions, à la fois sur les faits présentés, et sur la manière dont il a choisi de les présenter.

Prix du jury ex-aequo, Juste un jeu de Daniela Lanzuisi est un documentaire aux intentions plus policées. Des adolescents placés en foyer, qui eux-mêmes ont eu affaire à la justice par le passé, participent à un jeu de rôles dans lequel ils incarnent les différents acteurs d'un procès, et découvrent frontalement les rouages judiciaires. On comprend à quel point un tel sujet peut être séduisant, et il est vrai que l'expérience est intéressante, pleine d'enrichissements pour les participants comme pour le spectateur. Pourtant, le film esquisse à peine la dimension de chacun à la justice, tout en multipliant les scènes plus intimes. Ce faisant, le film donne l'impression de rester au milieu du gué, hésitant entre un portrait de groupe plus fouillé et un documentaire presque solennel uniquement axé sur le "jeu" judiciaire".

Le jury jeunes, composé de lycéens, donne l'impression d'être allé vers des films qui parlaient de ce qu’ils connaissent, mettant en scène des personnages qui sont proches d'eux : un écolier qui découvre le trouble amoureux et sensuel avec Daniel fait face de Marine Atlan (également Prix Ciné+ ex-aequo) et des adolescents qui parlent entre et traversent la banlieue de part en part pour se rendre à une soirée, dans Akaboum de Manon Vila. Dans les deux cas, on est face à des œuvres assez fabriquées, qui cochent presque scolairement toutes les cases du genre qu’elles empruntent, n'allant jamais à l'encontre des attentes du spectateur.

Daniel fait face se prend un peu trop au sérieux avec une histoire de voyeurisme et d'amour mêlés, sur fond de comédie musicale volontairement kitsch. Rien ne dépasse, tout est propre et bien cadré, consciencieusement écrit, si bien que l'émotion n'est jamais là. Un objet froid et lisse, un peu trop édifiant pour être sincère. Akaboum surfe lui sur la tendance du documentaire immersif au sein d'un groupe d'adolescents un peu désœuvrés. Rien ne manque : ni les conversations "authentiques", ni la séquence de rap, ni même le symbole (géographique et surligné) d'un isolement infranchissable.

Le public est lui allé vers un film délicat et bienveillant, Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour, dont nous avions déjà eu l’occasion de vous parler. Ce récit sensible d’une rencontre incongrue (entre Ahmed, employé aux bains douches publics, et Mike, un adolescent en délicatesse avec la justice et la société) évite tous les écueils liés au genre. C'est un conte attachant qui met le facteur humain au centre, en se reposant sur quelques scènes fortes, finement écrites (notamment celle où Mike rappe devant Ahmed, ou lorsqu'il tente désespérément de ramasser une savonnette à l'aide d'une pince), qui apportent sincérité et justesse au récit, mais aussi une forme d'émotion subtile.

A noter enfin deux autres films qui figurent au palmarès : Braquer Poitiers de Claude Schmitz (Prix Ciné+ ex-aequo), long récit ostensiblement absurde et déjanté d'une prise d'otages qui ne se passe pas du tout comme prévu, et Topo y Wera de Jean-Charles Hue (Prix de la distribution), documentaire morcelé sur un couple de déportés mexicains vivant à Tijuana, à la fois bouleversant et trop volontairement à distance, comme s'ils ne pouvaient jamais être autre chose que des objets d'étude.

Tout le palmarès

Grand Prix
D’un château l’autre de Emmanuel Marre

Prix du jury ex-aequo
Vie et mort d’óscar Pérez de Romain Champalaune
Juste un jeu de Daniela Lanzuisi

Prix du Jury Jeunes ex-aequo
Akaboum de Manon Vila
Daniel fait face de Marine Atlan

Prix du public
Le Chant d’Ahmed de Foued Mansour

Prix de la distribution
Topo y Wera de Jean-Charles Hue

Prix Ciné+ ex-aequo
Daniel fait face de Marine Atlan
Braquer Poitiers de Claude Schmitz

Concours de scénario
Je n’embrasse pas les images de Pascal Hamant
Mentions spéciales : Le Varou de Marie Heyse et La Sœur de DiCaprio de Lucie Anton

Prix de la Maison du Film
Pour le projet : Youssou et Malek de Simon Frenay

C’est la Fête du court métrage du 13 au 19 mars !

Posté par MpM, le 11 mars 2019

Déjà la troisième édition pour La Fête du court métrage qui commence ce mercredi 13 mars ! Ce grand événement public gratuit propose pendant une semaine, en France et à l'international, des séances spéciales, ateliers et rencontres autour du format court.

En tout, 195 films seront montrés au cours de plus de 10 000 projections organisées dans environ 4000 lieux différents, parmi lesquels des cinémas bien sûr, mais aussi des bibliothèques, des mairies et même des hôpitaux ! En parallèle, les spectateurs pourront assister à des rencontres, masterclass et débats et participer à des ateliers d’éducation à l’image en rapport avec le maquillage FX, le scénario, l'éclairage et la machinerie ou encore le stop-motion.

Cette année, la manifestation propose quatre thématiques (Les incontournables, Jeune public, Les amis du court métrage et Mouvements) et met en avant 14 "talents", c'est-à-dire 14 réalisatrices et réalisateurs qui "représentent l’excellence et la diversité de la création cinématographique au format court".

On est heureux d'y retrouver entre autres Josza Anjembe (qui avait fait sensation avec un récit intime sur l'identité, dans Le bleu blanc rouge de mes cheveux) ; Félix Imbert (dont le premier court-métrage produit, Basses, questionne singulièrement l'amitié profonde entre deux adolescents) ; Momoko Seto qui nous éblouit notamment avec sa séries des "Planètes" depuis la fin des années 2000 ; Sarah van der Boom (qui était récemment sélectionnée aux César avec Raymonde ou l'évasion verticale, un conte humoristique et décalé porté par la voix de Yolande Moreau) ou encore Justine Vuylsteker dont nous vous avons déjà souvent parlé du très sensible et délicat Etreintes.

Pour tout connaître du (riche) programme ville par ville, rendez-vous sur le site de la manifestation, il y a forcément une séance pour vous !

---
La Fête du court métrage du 13 au 19 Mars 2019
www.lafeteducourt.com

Ateliers, courts métrages et ciné-concerts inédits pour la 12e édition du Festival Tout-Petits Cinéma

Posté par MpM, le 22 février 2019

Depuis 2008, les enfants âgés de 18 mois à 4 ans ont eux-aussi leur festival de cinéma. Créé par le Forum des Images, il propose des programmes de courts métrages adaptés aux plus jeunes et accompagnés en direct par des artistes du spectacle vivant, mais aussi des ateliers et des animations. Une occasion assez unique de familiariser les enfants dès le plus jeune âge à la magie de la salle obscure et du grand écran.

Cette édition 2019, qui s'étend sur trois week-ends et deux mercredis pendant les vacances d'hiver (du 23 février au 10 mars), propose 6 ciné-concerts et ciné-chansons dont quatre créations, plusieurs programmes de courts métrages et l'avant-première La Petite Fabrique de nuages (qui sort le 13 mars).

Les petits festivaliers (et leurs parents) pourront ainsi Décrocher la lune avec des films accompagnés par les compositeurs Nicolas Stoica et Jonathan Leurquin, partir À l’aventure ! avec la comédienne et chanteuse Anne Frèches, en duo avec le musicien Xavier Leloux, s'ouvrir l'appétit avec le programme Miam Miam dans lequel tout ce qui se trouve dans nos assiettes se métamorphose, ou encore se faire des Amis imaginaires au son des nouvelles compositions du chanteur Joseph d’Anvers !

Par ailleurs, plusieurs ateliers permettent aux jeunes spectateurs de mettre la main à la pâte en s'initiant à l'illusion du mouvement (Petites images à animer), de jouer avec les couleurs en partant d’images de cinéma en noir et blanc (Tout en couleurs) et de s'éveiller à la danse, à travers des scènes célèbres de dessins animés (La Danse des animaux). Les espaces du Forum abriteront également des goûters adaptés, des coloriages, des jeux Lego-Duplo, un photocall et un coin lecture. De quoi faire de cette première expérience un moment suffisamment inoubliable pour qu'elle soit suivie de plein d'autres !

---

12e édition du Festival Tout-Petits Cinéma
Forum des Images, du 23 février au 10 mars
Infos et réservations sur le site du Forum

Clermont-Ferrand 2019 : retour sur nos découvertes

Posté par MpM, le 21 février 2019

À Clermont Ferrand, il n’y a pas de notion d’exclusivité ou de première mondiale. Dans le foisonnement des courts métrages présentés, on retrouve donc de nombreux films déjà remarqués en 2018, et dont certains figuraient dans nos classements français et étranger de fin d’année.

Bien sûr, le plus grand festival de courts métrages du monde n’allait pas passer à côté de La chute de Boris Labbé, sélectionné dans la section « labo ». Même chose pour Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet, La nuit des sacs plastiques de Gabriel Harel, Je sors acheter des cigarettes dOsman Cerfon, Le baiser du silure de June Balthazard, Moi votre ami de Camille Polet, La chanson de Tiphaine Raffier, D'un château l'autre d'Emmanuel Marre, III de Marta Pajek, The migrating image de Stefan Kruse, Swatted de Ismaël Joffroy Chandoutis ou encore Last year when the train passed by de Pang-Chuan Huang.

Autant dire que les très nombreux et assidus festivaliers clermontois (où ailleurs voit-on des centaines de personne faire de longues files d’attente pour voir des courts métrages ?) ont pu s’en mettre plein les yeux, et vérifier l’immense diversité, inventivité et richesse esthétique du format court, qui ne cesse d’interroger son époque, quand ce n’est pas le cinéma lui-même.

Démonstration en une dizaine de films.

All inclusive de Corina Schwingruber Ilic (Suisse)


Sans commentaires ni dialogues, All inclusive nous immerge pendant 15 minutes dans le quotidien d’un paquebot de croisière de la taille d’un immeuble. Les plans sur la façade donnent immédiatement l’échelle de cette véritable ville flottante sur laquelle se détachent des centaines de fenêtres et de balcons tous identiques.

C’est dans le choix et la juxtaposition des plans (chorégraphies collectives, séances de poses photos, distribution de gel hydro-alcoolique avant de serrer la main du capitaine...) que se manifeste l’ironie dont fait preuve la réalisatrice. Les passagers de cette aberration maritime dansent, plongent, mangent, en un mot vivent, et nous renvoient l’image d’êtres factices, coincés pour toujours dans un rêve de pacotille dont ils ne peuvent sortir, répétant inlassablement les mêmes gestes joyeux et artificiels.

C’est à la fois drôle et vertigineux, pathétique et presque effrayant, comme la captation de rituels codifiés qui ne seraient pas faits pour être observés de l’extérieur.

Are you listening, mother ? de Tuna Kaptan (Turquie)


Probablement l’un des films les plus classiques que l’on ramène de Clermont. Dans une première scène intrigante, une femme âgée rentre chez elle, accompagnée par la police. Son fils l’attend à la porte, gêné et soulagé à la fois. Le spectateur pense qu’elle s’était perdue, mais découvre bientôt qu’elle est assignée à résidence, obligée de porter un bracelet électronique qui l’empêche de s’éloigner du boîtier de plus de 15 mètres. Tout l’enjeu du film est d’observer la résistance passive du personnage qui ne cesse de franchir la ligne invisible, déclenchant systématiquement une alarme et la venue des policiers. La répétition du motif est évidemment drôle, et le réalisateur n’hésite pas à aller vers cette tonalité comique. Mais en parallèle, il place quelques éléments à la fois plus absurdes et plus sombres. Chaque déclenchement d’alarme est ainsi sanctionné par une amende lourde à payer pour cette famille modeste. On sent aussi l’espace vital de la vieille femme se réduire. Cela se traduit par la mise en œuvre de moyens de plus en plus coercitifs pour la maintenir « à sa place » en même temps que par le dépouillement de son intérieur. Très peu dialogué, le film recourt ainsi à un langage très visuel et à des motifs quasi burlesques pour accompagner la narration.

La force du film est de laisser le drame à la porte, latent mais hors champ, pour se concentrer sur les personnages et notamment la très belle relation de complicité qui unit le fils et sa mère. Inattendue, une séquence de danse improvisée vient par exemple éclairer de l’intérieur cette maison dans laquelle les absents occupent une place gigantesque.

Un simple carton, à la fin, vient expliquer que l’intrigue est basée sur une histoire vraie, et explique la nature du délit commis par le personnage. Bien sûr cette fin apporte un éclairage tout à fait différent sur le récit, qui se teinte alors d’un discours politique et engagé, et y gagne une profondeur supplémentaire. Dommage pourtant qu’il n’ait pas été possible d’incorporer ces éléments directement à l’intrigue, sans avoir recours à l’effet un peu artificiel de ce texte presque pédagogique.

Le chant d’Ahmed de Foued Mansour (France)


Sur la trame classique d’une rencontre entre deux personnages qu’a priori tout oppose, Le chant d’Ahmed est un conte sensible et attachant qui s'attache avant tout au facteur humain. Ahmed est employé aux bains douches publics depuis des années et voit la retraite approcher. Pour l'épauler, on lui envoie Mike, un adolescent en délicatesse avec la justice et la société. Le vieil homme consciencieux et le jeune homme qui fait feu de tout bois se découvrent une complicité inattendue, pleine d'humour et de non-dits.

Le secret du film réside dans quelques scènes fortes, finement écrites (notamment celle où Mike rappe devant Ahmed, ou lorsqu'il tente désespérément de ramasser une savonnette à l'aide d'une pince), qui apportent sincérité et justesse au récit, mais aussi une forme d'émotion subtile. On se laisse emporter par ce conte tout en retenue qui n'assène aucun message, mais observe simplement avec bienveillance l'une de ces surprises que réserve parfois la vie.

Hurlevent de Frédéric Doazan (France)


Un livre posé sur le sol. Le vent qui se lève. Frédéric Doazan donne vie aux mots et aux signes dans un film poétique où les caractères d'imprimerie aux typographies diverses s'animent et se combinent pour former d'autres signes, d'autres images. On est fasciné par cette manière de montrer le langage en action, pris dans un tourbillon qui le malmène et l'agite, lui faisant vivre rencontres impromptues et existences changeantes.

Tout devient alors possible à l'écran, des combats aux mutations, tour à tour chargés de sens ou absurdes. Comme l'explique le réalisateur, c'est le vent qui est ici le narrateur, mais un narrateur involontaire qui crée les rafales et les bourrasques sans réellement se soucier des effets et du résultat. S'y manifeste pourtant la puissance toujours menacée du langage, via une nouvelle tour de Babel qui nargue les cieux.

Maria de los Esteros de Eugenio Borrero et Our song to war de Juanita Onzaga (Colombie)


Le hasard de la programmation crée souvent des échos et des correspondances entre les films, donnant le sentiment qu’ils se répondent, ou se complètent. C’est la cas de Maria de los Esteros de Eugenio Borrero et de Our song to war de Juanita Onzaga qui sont chacun à sa manière des évocations poétiques et politiques d'événements sanglants traumatiques.

Tous deux se déroulent dans une nature magnifiée (la mangrove, les différents bras de la rivière), captée par une caméra omnisciente qui se fait notre guide. Dans les deux cas, une voix off insuffle du mystère au récit. L’ambiance est trouble, la temporalité peu marquée.

Dans le premier film flotte le spectre de l’exil (des populations expulsées de leur territoire pour des raisons économiques, à Buenaventura en Colombie), dans le second celui de la mort (le massacre d'environ 120 habitants de Bojaya par les FARC, en mai 2002). Dans les deux cas, la question du territoire et du souvenir sont prégnants, interrogeant l'avenir possible. Comme une communauté d'esprit et d'esthétique dans la manière de traiter le poids lourd du passé et les ondes infinies de la tragédie.

Nuit chérie de Lia Bertels (Belgique)


Par une belle nuit bleutée d’hiver, une poignée d’animaux insomniaques se croisent. Il y a le Ouistiti qui a peur du yéti, l’ours mélancolique, le loup musicien. Tous veillent sous l’éclat majestueux d’un ciel couvert d’étoiles filantes.

Avec son esthétique ronde et douce et son camaïeu de bleus, le récit est plus contemplatif qu’initiatique. À la fois plein de spleen et de douceur. À destination des plus jeunes, mais pas uniquement, il rappelle l’inanité des préjugés et l’importance de ne pas passer à côté des belles choses de la vie : une croisière au clair de lune à dos de baleine, la surprise de surmonter ses peurs, la rencontre avec de nouveaux amis.

On est conquis par la simplicité, l'intelligence et la justesse de ce conte jamais mièvre, dans lesquels les personnages sont immédiatement attachants, et les dialogues profonds. Sans oublier une mention spéciale pour la musique déchirante jouée par le loup, et la chanson finale du poète maudit.

Screen de Christoph Girardet et Matthias Müller (Allemagne)


La pluie qui s'abat sur le sol, la neige qui tombe en flocons légers, le sable qui s'écoule inlassablement... Des voix qui se succèdent, impérieuses ou autoritaires : "ouvrez les yeux, écoutez ma voix, vos paupières sont lourdes..." Stimuli lumineux, bruit blanc d'une télé qui ne capte plus de programmes. Les réalisateurs Christoph Girardet et Matthias Müller utilisent des extraits d'images de films qu'ils mêlent aux extraits sonores d'autres films pour réfléchir sensoriellement, par le biais d'une recherche formelle et expérimentale, à l'impact des images sur le corps et l'esprit de celui qui les reçoit. Ils inventent ainsi une forme de séance d'hypnose cinématographique collective forcément hallucinée.

Sans trop savoir à quelle expérience on participe (est-on le sujet hypnotisé auquel s'adressent les voix de fiction ou le spectateur réel, incapable de détacher son regard de l'écran ? - l'analogie est aussi forte qu'évidente), on est fasciné au sens le plus fort du terme par cette succession de plans qui nous entraînent toujours plus loin dans la force incommensurable de l'image. On voudrait littéralement que l'écran ne s'éteigne plus jamais, nous permettant de baigner pour toujours dans cette alternance de lumière et d'obscurité capable de nous faire quitter notre corps et voyager bien au-delà des mondes connus sans jamais quitter notre fauteuil.

Solar walk de Reka Bucsi (Danemark)


On retrouve dans Solar walk l’esthétique qui nous avait séduits dans Love, présenté à Berlin en 2016. Des couleurs vives, des personnages au design naïfs, et une sorte de rêverie mystérieuse qui nous embarque dans son univers singulier. Aux confins d'un système solaire inconnu, des sortes de lapins cosmiques jouent avec les planètes, et envoient des cosmonautes miniatures dans l'espace.

N'hésitant pas à passer par l'abstraction pure, la réalisatrice nous entraîne dans un tourbillon onirique de formes et de couleurs. Parfois on se perd un peu dans ce récit déroutant, construit par couches successives, et qui fourmille d'intrigues et d'images. Mais il y a toujours une idée visuelle ou un passage particulièrement virtuose pour nous ramener dans le film, à l'écoute des sensations qui défilent à l'écran. Comme si Reka Bucsi avait inventé un langage esthétique se passant de mots et de causalités pour parler directement aux sens du spectateur.

Et sans doute fallait-il bien ce foisonnement sensitif vertigineux, aux multiples correspondances cachées, et cet affranchissement d'une narration traditionnelle pour réinventer avec un tel brio le space opéra existentiel.

Sous le cartilage des côtes de Bruno Tondeur (Belgique / France)


Comment vivre avec la douleur ? Comment appréhender ce mal étranger tapis en nous, prêt à nous dévorer à la moindre seconde d’inattention ? Bruno Tondeur nous plonge dans les affres de l’impuissance qui nous saisit lorsque notre corps, ce si intime étranger, se met à agir contre notre volonté. Lorsqu’il reprend en quelque sorte le contrôle, et par le mal qu’il abrite (réel ou supposé), se met à occuper la moindre de nos pensées. Quand chaque fibre de notre être n’est plus qu’instinct de survie et peur panique de la mort.

A l’écran, cœur qui bat, poumons qui palpitent. Tuyauterie complexe à laquelle nous ne pensons pas la plupart du temps. Le réalisateur nous la montre pourtant en alternance avec le quotidien du personnage. En interaction avec ce quotidien qui nous apparaît répétitif : mêmes scènes de bureau, de restaurant, de solitude. Juste le personnage et cette créature rose fantasmée qui occupe de plus en plus de place : la matérialisation de ce qui le ronge.

Le film de Bruno Tondeur crée une impression étrange, dérangeante, quasi anxiogène, renforcée par le contraste entre l’aspect enfantin de la « créature » (sorte de bibendum rose affectueux) et l’effet qu’elle a sur le personnage. L’effroi et la stupeur se matérialisent alors visuellement à l’écran, sous forme d’insectes-bactéries de toutes sortes qui grouillent sur et autour de lui dans des visions pas si éloignées de nos pires cauchemars.

Wild will d'Alan King (Australie)


Wild Will fait partie de ces films que l’on aime qualifier d’hypnotiques, et dans lesquels le cinéma s’affirme en tant qu’art du hors champ et de la suggestion. À l’image, un gros plan au ralenti sur le visage hagard d’un homme. Encore hagard est-il un grand mot : en vérité il est inexpressif. Absent à lui même. Vide.

En off, un échange par talkie-walkie. Histoire basique : un policier rencontre l’une de ses connaissances dans la rue, trouve son comportement étrange (il est désorienté et ne semble pas le reconnaître), le ramène au poste. C’est là que l’homme révèle sa vraie nature, dans une scène d’une violence inouïe dont on ne voit pourtant rien à l’écran, si ce n’est un reflet flou dans une paire de lunettes posée sur la table. Tout ou presque se joue au niveau sonore, avec des cris et des grognements qui glacent le sang. Mais ce qui est le plus effrayant, c’est probablement le plan qui revient au visage privé de réaction de Will.

Alan King, que l’on retrouve à tous les postes, y compris à celui d’acteur principal, nous emmène au confins de la monstruosité, dans une dimension parallèle où se révèle brutalement le vrai visage de l’être humain. Le minimalisme précis de son cinéma est en soi plus sidérant que des tombereaux d’effets spéciaux.

Clermont-Ferrand 2019 : retour sur le palmarès

Posté par MpM, le 18 février 2019

A Clermont, on a eu fugacement l'impression lors de cette 41e édition que les années se suivent et se ressemblent. Car après le triomphe l'an passé de Vilaine fille d'Ayce Kartal en compétition nationale (film actuellement en lice pour les César, et qui figurait dans la liste de nos courts métrages favoris en 2017), c'est un autre film d'animation qui remporte le même prix cette année : Ce magnifique gâteau de Emma De Swaef et Marc James Roels. Ce qui fait deux grands prix pour le cinéma d'animation d'affilée, alors que cela n'était jamais arrivé jusque-là. Evidemment, on ne peut que s'en réjouir ! Et peut-être même y voir le signe que la "frontière" entre image par image et prise de vues continue est tout doucement en train de s'estomper, pour ne garder que l'idée de cinéma au sens large.

La nouvelle est d'autant plus réjouissante que Ce magnifique gâteau est un moyen métrage absurde et cruel sur la colonisation, réalisé en stop-motion, avec des figurines rondelettes et duveteuses. On y assiste aux conséquences de la colonisation sur les populations locales (à travers notamment un personnage de pygmée assez bouleversant), aux pillages de ressources, et aux effets déshumanisants sur tout ceux qui y prennent part. Un pamphlet puissant et efficace qui ne cesse de récolter des prix (Ottawa, Toronto, Zagreb, Annecy...) partout où il passe depuis sa présentation à la Quinzaine des Réalisateurs en mai 2018.

Mais ce n’est pas tout, puisqu'en section labo, c’est carrément le même réalisateur qui remporte le Grand prix pour la 2e année consécutive ! Huang Pang-Chuan, primé pour Retour en 2018, fait en effet le doublé avec Last year when the train passed by, qui s'inscrit justement dans le prolongement du précédent. Le réalisateur y revient à Taïwan pour interroger les habitants dont il avait photographié les maisons l'année précédente, depuis le train : « Que faisiez-vous l’an dernier quand j’ai pris cette photo du train qui passait devant votre maison ? » Le récit débouche ainsi sur une série de portraits touchants et sensibles qui livrent au gré des rencontres quelques bribes d'un quotidien on ne peut plus "normal" : en un an, les joies et les peines, la vie et la mort, sont passées dans chacune des maisons photographiées par le réalisateur. A noter que les deux films figuraient dans nos courts métrages français préférés de l’année passée.

Côté compétition internationale, c’est un film roumain qui repart avec la récompense suprême. Cadoul de Craciun de Bogdan Mureseanu raconte comment un père de famille découvre avec horreur que son fils a envoyé une lettre au père Noël pour lui expliquer que son papa veut la mort de Ceausescu. Nous sommes le 20 décembre 1989, quelques jours seulement après la répression sanglante à Timisoara.

Parmi les autres prix décernés (ils sont une quarantaine), on remarque le prix spécial du jury pour un film dont nous nous avons déjà parlé à plusieurs reprises : Swatted de Ismaël Joffroy Chandoutis (section labo), le prix du meilleur film documentaire qui va également à Last year when the train passed by de Huang Pang-Chuan, ou encore le doublé prix spécial du jury / prix Canal + pour Leoforos Patision (Avenue Patission) de Thanasis Neofotistos, l'histoire d'une femme qui, en se rendant à un casting, s'aperçoit que son fils est resté seul à la maison.

Le prix du meilleur film d’animation va à Tracing Addai d’Esther Niemeier, un documentaire animé qui essaie de comprendre ce qui est arrivé à Addai, un jeune homme allemand qui a rejoint un groupe de Salafistes en Syrie en 2013.

Du côté français, il faut souligner le prix spécial accordé à Jupiter ! de Carlos Abascal Peiro (une comédie sur le pouvoir), le prix Égalité et diversité à Braquer Poitiers de Claude Schmitz (un portrait léger et drôle de la classe moyenne), le prix du public à Nefta Football club de Yves Piat (une comédie sur fond de foot, en Tunisie), le prix de la meilleure musique originale à Guillaume Bachelé pour La chanson de Tiphaine Raffier (comédie absurde sur l'imitation et la création) , ou encore le prix de la presse Télérama à Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet, comédie romantique de l'année 2018.

Compétition internationale

Grand Prix
Cadoul de cracium (Cadeau de Noël) de Bogdan Muresanu - Roumanie

Prix Spécial du Jury
Leoforos Patision (Avenue Patission) de Thanasis Neofotistos - Grèce

Prix du Public
Skin (Épiderme) de Guy Nattiv - États-Unis

Prix du meilleur film d’animation
Tracing Addai (À la recherche d'Addai) d'Esther Niemeier - Allemagne

Prix Étudiant
Binnu Ka Sapna (Binnu : sa vie, son histoire) de Kanu Behl - Inde

Prix CANAL+
Leoforos Patision (Avenue Patission) de Thanasis Neofotistos - Grèce

Compétition Labo

Grand Prix
Last Year when the Train Passed by (L’an dernier quand le train est passé) de Pang-Chuan Huang - France

Prix Spécial du Jury
Swatted d'Ismaël Joffroy Chandoutis - France

Prix du Public
Skin (Épiderme) de Guy Nattiv - États-Unis

Prix CANAL+
The Passage (La traversée) de Kitao Sakurai - États-Unis

Prix Festivals Connexion – Auvergne-Rhône-Alpes
The Sound of Falling (La bruit de la chute) de Chien Yu Lin - Royaume-Uni, Taïwan, Colombie


Prix du meilleur film documentaire (Documentaire sur grand écran)

Last Year when the Train Passed by (L’an dernier quand le train est passé) de Pang-Chuan Huang - France

Prix Allegorithmic des effets visuels
Twenty One Points (Vingt et un points) de Pete Circuitt - Nouvelle-Zélande

Compétition nationale

Grand Prix
Ce magnifique gâteau ! d'Emma de Swaef, Marc James Roels - France, Belgique, Pays-Bas

Prix Spécial du Jury
Jupiter ! de Carlos Abascal Peiro

Prix du Public
Nefta Football Club de Yves Piat

Prix Égalité et Diversité
Braquer Poitiers de Claude Schmitz

Prix de la meilleure musique originale (Sacem)
Guillaume Bachelé pour La chanson de Tiphaine Raffier

Prix du meilleur film d’animation francophone (SACD)
Cadavre exquis de Stéphanie Lasaque, François Leroy

Prix de la meilleure première œuvre de fiction (SACD)
Beautiful Loser de Maxime Roy

Prix Adami d’interprétation - Meilleure comédienne
Imane Laurence dans Côté cœur de Héloïse Pelloquet

Prix Adami d’interprétation - Meilleur comédien

François Créton dans Beautiful Loser de Maxime Roy

Prix Étudiant
Las Cruces de Nicolas Boone

Prix CANAL+
Tigre de Delphine Deloget

Prix de la Presse Télérama
Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet

Prix du Rire « Fernand Raynaud »
Pile poil de Lauriane Escaffre, Yvonnick Muller

Prix Procirep du producteur de court métrage
Insolence Productions

Bourse des festivals Auvergne-Rhône-Alpes
Fin de saison de Matthieu Vigneau / Mabel Films

Candidature European Film Awards
Leoforos Patision (Avenue Patission) de Thanasis Neofotistos - Grèce

Mentions spéciales du jury international
Desecho (Déchets) de Julio O. Ramos - Pérou, États-Unis
Brotherhood (Fraternité) de Meryam Joobeur - Tunisie, Canada, Qatar

Mentions spéciales du jury labo
María de los Esteros (María de la mangrove) - Colombie
Fest (Teuf) de Nikita Diakur - Allemagne

Mentions spéciales du jury national
Souvenir inoubliable d’un ami de Wissam Charaf
Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet
Mort aux codes de Léopold Legrand
Côté cœur de Héloïse Pelloquet
La chanson de Tiphaine Raffier

Mention spéciale du jury SACD (animation francophone)
Raymonde ou l’évasion verticale de Sarah Van den Boom - France

Mention spéciale du jury SACD (première œuvre de fiction)
La traction des pôles de Marine Levéel / France

Coup de cœur CANAL+ Family
After the Rain (Après la pluie) de Rebecca Black, Céline Collin, Valérian Desterne, Juan Pablo De La Rosa Zalamea, Juan Olarte, Lucile Palomino, Carlos Omar Salazar Tornero - France

Mention spéciale du jury CANAL+ Family
Nuit chérie de Lia Bertels - Belgique

Bourse La poule qui pond
Coucouleurs de Oana Lacroix - Suisse

Prix Orange des Brèves digitales
Ceva de Paul Muresan - Roumanie, République Tchèque

De Court Circuit à Top of the Shorts, le festival de Clermont Ferrand s’invite sur les petits écrans

Posté par MpM, le 6 février 2019

Alors que le festival de Clermont-Ferrand bat son plein, le court métrage est également à la fête sur le petit écran, avec plusieurs programmes télé spéciaux. L'occasion de découvrir en même temps que les festivaliers certains des courts des différentes sélections, et d'en savoir plus sur leurs secrets de fabrication. L'émission Libre court de France 3 diffuse ainsi ce vendredi 8 février Las Cruces de Nicolas Boone et La Parcelle de Mickaël Guerras, tandis que l'émission de la semaine précédente est encore disponible en ligne, avec trois films issus de la sélection nationale : Raymonde ou l'évasion verticale de Sarah van den Boom, Air comprimé de Antoine Gorgini et Fatiya de Marion Desseigne Ravel.

Sur Canal +, c'est Top of the shorts qui apporte un petit parfum clermontois à ses spectateurs, avec principalement des films sélectionnés en 2018 (Bonobo de Zoel Aeschbacher et Etat d'alerte sa mère en replay, Skuggdjur de Jerry Carlsson dans l'émission du 10 février) et l'une des découvertes 2019, Erebeta de François Vogel. Les films de la Collection Canal + consacrée au polar bénéficient eux-aussi d'une diffusion à l'antenne puis sur myCanal.

Sur France 2, Histoires courtes a également mis à l'honneur plusieurs films de la compétition nationale dont Egg de Martina Scarpelli et Comment Fernando Pessoa sauva le Portugal de Eugene Green.

Enfin, le prochain Court Circuit d'Arte, diffusé le 9 février, avant d'être ensuite disponible en replay pendant une semaine, met lui aussi l'accent sur le Festival de Clermont-Ferrand avec une programmation entièrement dédiée. Deux films parmi les plus excitants de l'année 2018 seront notamment diffusés en intégralité : Guaxuma de Nara Narmande, évocation sensible et délicate de l'amie d'enfance de la réalisatrice, et Le sujet de Patrick Bouchard, dissection au sens propre de l'artiste lui-même. Une interview du réalisateur canadien accompagnera cette oeuvre surprenante et vertigineuse.

Plus légers, Souvenir inoubliable d'un ami de Wissam Charaf, est une chronique adolescente pleine d'humour dans le Liban des années 80, tandis que Per tutta la vita de Roberto Catani est une plongée animée et colorée dans les souvenirs autrefois joyeux d'un couple. L'équipe de Court Circuit a également rencontré le réalisateur italien. Enfin, cinquième film proposé dans l'émission, Jauria (La meute) de Pedro Pio suit Acacio, un homme qui vit dans les montagnes au-dessus de Bogota, entouré d'une meute de chiens. Un portrait ultra naturaliste peu à peu contaminé par une forme de fantastique quasi mystique.

Les cinq courts métrages sont accompagnés d'un focus sur la réalité virtuelle avec le réalisateur Benjamin Nuel (L'île des morts) et sa productrice Oriane Hurard, d'un épisode de Short cuts consacré à Terminator 2 de James Cameron par le réalisateur et illustrateur Zaven Najjar et d'une rencontre avec Jean-Bernard Marlin (Shéhérazade) qui se souvient de ses premiers courts métrages.

Berlinale 2019 : la compétition courts métrages

Posté par MpM, le 6 février 2019

Lors de cette 69e Berlinale, 24 courts métrages venus de 17 pays seront en course pour l'Ours d'or. Deux films seront également présentés hors compétition : Al Mahatta du réalisateur confirmé Eltayeb Mahdi (1989, Soudan) et Crvene gumene cizme de Jasmila Zbanic (2000, Bosnie Herzégovine), qui avait remporté l'Ours d'or en 2006 avec Sarajevo mon amour.

Trois films français seront du voyage : le court métrage d'animation Mr Mare (coproduit avec la Hongrie) de la réalisatrice Luca Toth, qui avait été révélée en 2016 à la Semaine de la Critique de Cannes avec le très réussi Superbia ; le documentaire Omarska de Varun Sasindran, étudiant au Fresnoy, qui avait déjà réalisé La chambre en 2017, et la fiction Prendre feu de Michaël Soyez, à qui l'on doit Knockdown en 2016.

On remarquera enfin la présence de plusieurs réalisateurs remarqués ces dernières années dans le milieu du court métrage, comme Jorge Jacome (Past Perfect) dont on avait tant aimé Flores en 2017 et Tan Wei Keong (Kingdom) dont le précédent court, Between us two, figurait dans nos courts métrages préférés de 2018,  ou encore Clarissa Thieme (Can’t you see them? – Repeat, qui figure également parmi les installation du Forum expanded) à qui l'on doit également Today is 11th June 1993 , Manuel Abramovich (Blue Boy) qui a déjà réalisé plusieurs longs métrages documentaires, dont un portrait de Lucrecia Martel sur le tournage de Zama (Light years), présenté à Venise en 2017, et Pham Ngoc Lan (Mot Khu Dat Tot) qui avait déjà été sélectionné en 2016 avec Another city.

La liste des films sélectionnés

All on a Mardi Gras Day, Michal Pietrzyk, USA
Blue Boy, Manuel Abramovich, Argentine, Allemagne
Can't You See Them? - Repeat., Clarissa Thieme, Allemagne, Bosnie Herzégovine
Entropia, Flóra Anna Buda, Hongrie
Flexible Bodies, Louis Fried, Allemagne
Héctor, Victoria Giesen Carvajal, Chili
How to Breathe in Kern County, Chris Filippone, USA
It has to be lived once and dreamed twice, Rainer Kohlberger, Allemagne, Autriche
Kingdom, Tan Wei Keong, Singapour
Leyenda dorada, Chema García Ibarra, Ion de Sosa, Espagne
Lidérc úr, Luca Tóth, Hongrie, France
Mot Khu Dat Tot, Pham Ngoc Lan, Vietnam
Në Mes, Samir Karahoda, Kosovo
Omarska, Varun Sasindran, France
Past Perfect, Jorge Jácome, Portugal
Prendre feu, Michaël Soyez, France
Rang Mahal, Prantik Basu, Inde
Rise, Bárbara Wagner, Benjamin de Burca, Brésil, Canada, USA
Shakti, Martín Rejtman, Argentine, Chili
The Spirit Keepers of Makuta'ay, Yen-Chao Lin, Canada
Splash, Shen Jie, Chine
Suc de síndria, Irene Moray, Espagne
Umbra, Florian Fischer, Johannes Krell, Allemagne
Welt an Bord, Eva Könnemann, Allemagne

Hors compétition
Al Mahatta, Eltayeb Mahdi, Soudan, 1989
Crvene gumene cizme, Jasmila Zbanic, Bosnie Herzégovine, 2000