Comment Batman v Superman est devenu un vulgaire « film de fans »

Posté par wyzman, le 29 mars 2016

A moins de vivre dans une grotte depuis une semaine, vous n'avez pas pu échapper à tout ce ramdam entourant la sortie de Batman v Superman : L'Aube de la justice. (Oui, je me rends compte que ce titre est horrible. Surtout maintenant que j'ai vu le film... mais peu importe !) La nouvelle œuvre de Zack Snyder, quoiqu'un peu farfelue, était très intéressante sur le papier. Réunir deux héros majeurs de la pop culture dans une superproduction, nous en avions tous rêvé. Et d'entrée de jeu, le réalisateur de 300 avait tout pour lui : un talent certain, deux gros studios prêts à financer, des teasers et autres bandes annonces excellents et un casting impressionnant (Henry Cavill, Ben Affleck, Amy Adams, Jesse Eisenberg, Diane Lane, Laurence Fishburne, Jeremy Irons, Holly Hunter, Kevin Costner pour une séquence et Gal Gadot en cerise sur le gâteau).

Plus encore, après l'avant-première mondiale, les spectateurs semblaient plus que ravis. Comme on dit outre-Atlantique, les premiers avis étaient in. Bref, tout allait bien. Puis l'embargo a été levé et là, le massacre a commencé. Genre, vraiment. "Inachevé" pour Indie Wire. Juste "visuellement spectaculaire" pour Variety. Sauvé de sa "monotonie vaseuse" par Gal Gadot d'après The Wrap"Pas fun" et "absurde" pour le New York Times. Bref, vous avez compris l'idée. Et en France, même son de cloche. "Anti-spectaculaire" et "décevant" pour Première. De son côté, Le Figaro pointe "la lourdeur de l'intrigue, la lenteur des plans, l'omniprésence écrasante des effets pyrotechniques". C'est "une pâté réflexive" pour Le Plus. Et même Le Journal du Geek l'a perçu comme "supermou" et sans "aucun frisson". Ecran Noir y a vu "une valse de pantins" dans "un script peu subtil".

De manière simpliste, on pourrait mettre le décalage d'avis fans/critiques sur le dos du marketing : 250 millions de dollars de budget, 150 millions (minimum) pour la promotion, des teasers bandants, un "combat du siècle" promis, tout était là. En allant mater Batman v Superman, ce que l'on voulait voir c'est du grand spectacle, des trucs qui pètent, avoir le souffle coupé et se dire que c'était l'idée du siècle que de réunir les deux hommes dans un film. Sauf que cela n'arrive pas. On pourrait blâmer le scénario qui se veut politisé mais ennuie souvent. Nous pourrions évoquer la noirceur que Zack Snyder a voulu insuffler grâce à la présence de Batman. Mais cela ne prend pas car Christopher Nolan a déjà fait tout cela. Ce que le Hollywood Reporter a noté au moment de conseiller à Zack Snyder de "laisser les films de Christopher Nolan à Christopher Nolan".

Le fan, rempart bulletproof ?

Et une fois n'est pas coutume, au moment de vendre un film et d'esquiver des critiques unanimes, le fan est parfait. Le fan permet de se dédouaner de tout. Le fan est une excuse imparable. Pour le fan, studios, distributeurs et acteurs seraient prêts à faire ou dire n'importe quoi. Et cela notamment parce que le fan est souvent un bon client. Oui, le fan est loyal - jusqu'à ce que le résultat soit vraiment trop mauvais. Le fan vous soutiendra du mieux qu'il peut. Le fan ira voir le film. Une fois, deux fois, peut-être même plus. Le fan parlera du film sur les réseaux sociaux, à ses amis, au boulot, aux repas de famille. Le fan fera le travail pour vous, à partir du moment où vous le contentez. En d'autres termes, faire "un film de fans" ou "un film pour les fans" expliquerait la qualité moindre de certaines adaptations. Voilà qui est sympa pour les fans ! Mais de là à dire que les fans présents à l'avant-première mondiale ont été éblouis par les acteurs présents, il n'y a qu'un pas…

Le fan n'est pas nécessairement aveugle car fan ou pas fan, il faut bien reconnaître que la communication autour du film était géniale, que notre attente à tous était élevée et qu'au fond de nous, nous voulions y croire. En cela, nous pourrions faire le parallèle avec Le Réveil de la Force. Son réalisateur, J. J. Abrams, est un homme de génie et sur le plan technique, on ne peut rien reprocher à son film. Mais le scénario ne casse pas trois pattes à un canard ! C'est un fait, une vérité générale presque. Fans et/ou critiques, nous avons fait avec et sommes passés à autre chose. Malheureusement, et comme c'est souvent le cas, c'est plus simple à dire qu'à faire.

Une industrie pourrie ?

Tandis que certains fans ont déjà commencé à signer une pétition pour évincer  Zack Snyder des prochains projets de DC Comics, Rolling Stone a mis le doigt sur ce qui est peut-être la véritable raison d'un tel bad buzz autour de Batman v Superman : "les films de super-héros ne sont pas en train de tuer l'industrie du film. L'industrie du film est en train de tuer les films de super-héros" écrit le magazine. Eh oui, à force d'enchaîner les adaptations, de multiplier séries dérivées, remakes et autres reboots, il faut bien que quelqu'un se casse la figure. Daredevil et Green Lantern étaient de bons exemples de ratage complet, mais ça n'a pas arrêté Hollywood. A l'inverse, le carton de Deadpool prouve qu'on peut encore divertir avec une certaine singularité et un super-héros qui ne se prend pas au sérieux.

Persuadés que les fans de comics et le public en général seront toujours au rendez-vous, Marvel a réussi à incruster Spider-Man dans la dernière bande annonce de Captain America : Civil War (ou Avengers 3 si vous préférez), tandis que DC Comics a plus ou moins bien introduit ses prochains hits grâce à Batman v Superman. Nous attendrons avec impatience Wonder Woman, Aquaman sera un véritable plaisir coupable que James Wan annonce déjà comme plus "fun" que L'Aube de la justice, Flash devrait faire du bruit et Cyborg méritera le coup d'œil. Et il y aura bien évidemment cette Justice League qui devrait tout déchirer.

Une chose est sûre : au moment d'attirer les fans, Marvel et DC Comics savent y faire. A l'instar de Michael Bay ces dernières années, Batman v Superman vient de prouver que les studios pouvaient officiellement se passer de critiques positives dans la presse pour amasser du fric. Plus gros lancement de Pâques aux Etats-Unis avec 166 millions de dollars en 3 jours, quatrième meilleur démarrage dans le monde en dépassant les 400 millions de dollars en 5 jours… Batman v Superman va marquer l'histoire du cinéma côté recettes. Et ça sans l'adhésion de la presse ! Cela mérite qu'on lui lève notre chapeau. Du coup, bien malgré nous et ce que l'on en a pensé, on ne saurait que trop vous recommander de vous faire votre propre opinion sur l'œuvre en la voyant directement en salles. Ou pas. Dans un mois, Captain America affronte Iron Man dans un autre match de titans. Leur invincibilité garantit aux franchises d'être sans fin. Et hélas, c'est aussi ça qui tue le suspense. Car pour Hollywood, la seule incertitude n'est pas de savoir si un super-héros peut mourir (c'est impossible), mais de savoir combien les fans dépenseront et à quelle place il terminera au box office !

Avengers 2: Quatre personnages Marvel transformés pour le cinéma

Posté par cynthia, le 18 avril 2015

Qui dit suite, dit nouveaux personnages. Le deuxième volet des Avengers (L'ère d'Ultron) ne fait pas exception. Entre comics et films, zoom sur les nouveaux protagonistes qui vont compromettre le quotidien déjà mouvementé de nos héros.

Les Jumeaux Maximoff

La Sorcière rouge

D'où elle vient? Dans les Comics de Stan Lee, Wanda est la fille de Magneto (X-Men) à l'inverse de la version cinéma où cela n'est pas mentionné (nous verrons plus tard pourquoi). Dans la version de Joss Whedon, Wanda (la sublime Elisabeth Olsen) a été sélectionnée par la mauvaise branche du Shield afin d'être modifiée par le sceptre de Loki et de lutter contre l'équipe de Captain America. Cette dernière ainsi que son frère ont, d'ailleurs, une dent contre Tony Stark depuis que l'un de ses missiles a frappé la maison de leurs parents en Sokovie. Dès lors la Sorcière rouge n'a qu'une seule envie: détruire les Avengers.

Ses pouvoirs: Wanda Maximoff est à la fois une sorcière et une mutante. Elle a la capacité de pénétrer et de contrôler les esprits ainsi que de recréer la réalité. ll peut enflammer sans aucune cause physique un objet inflammable, créer des tornades spontanémentmais aussi lancer des rayons surpuissants.

Quicksilver/Vif-d'argent

D'où il vient? Il ne s'agit pas d'un dérivé du vif d'or dans Harry Potter (alerte blague nulle, concédons-le) mais bel et bien du surnom de Pietro Maximoff, le frère jumeau de la sorcière rouge.

Les fans avisés pourront constater qu'il ne s'agit pas de la première apparition du super-héros. En effet, Pietro apparaît dans X-Men - Days of Future Past sous les traits d'un autre acteur et avec une autre adaptation de l'histoire. Et pour cause, étant tous deux des versions différentes d'un même personnage, ils ne sont nullement liés.

D'ailleurs ils ne seront pas évoqués en tant que mutants dans Avengers afin d'éviter toutes confusions entre les deux franchises et de ne pas se mettre à dos la Fox qui possède les droits cinématographiques de tous les personnages mutants de l'univers comics. Effectivement, le terme "mutant" ne peut pas être utilisé par les films de Marvel Studios cela explique pourquoi la venue des jumeaux dans le second volet des Avengers est aussi imprécise.

Ses pouvoirs: Pietro (le sexy et terriblement bandant Aaron-Taylor Johnsson dans la version Marvel) possède le pouvoir de se déplacer et de se mouvoir à une vitesse démesurée, lui permettant de provoquer des ouragans par ses simples déplacements. Il court à la vitesse de la lumière et dans les comics, il peut même voyager dans le temps. Ce qui lui donne le désarroi de vieillir plus vite que la normale et d'être souvent fatigué. Maintenant vous savez pourquoi celui-ci a les cheveux blancs et qu'il s'épuiqe plus vite que les autres (par exemple lors de la bataille finale dans Avengers 2: l'ère de Ultron).

Ultron

D'où il vient? Ultron est le grand méchant (robotique) pas beau de l'histoire. Si dans Avengers 2: L'ère de Ultron, c'est Tony Stark qui le crée afin de défendre la planète, dans les Comics, c'est Henry Pym alias Ant-Man qui l'invente afin d'avoir un allié dans sa quête de justice. Mais si les créateurs sont différents, le résultat est le même: il se rebelle, se perfectionne seul, créé son armée et attaque les Vengeurs.

Ses pouvoirs: Sa force lui permet de soulever plus de 15 tonnes, il pourrait donc bercer dans ses bras Hulk sans avoir une seule courbature. Son corps est recouvert d'une armure en adamantium, le fameux métal des griffes de Wolverine et du bouclier de Captain America, ce qui lui permet de se protéger des attaques. De plus son enveloppe corporelle est équipée d'armes diverses et dangereuses.

En tant que robot, Ultron n'a pas besoin de se nourrir ou de respirer, il s'agit donc d'un ami très économique, inutile de lui payer un restaurant (alerte blague nulle numéro 2). Néanmoins, ce dernier peut absorber l'électricité ou l'énergie externe et il possède une intelligence artificielle très développée en plus de connaissances phénoménales dans l'ingénierie robotique (un peu comme Iron Man).

La Vision

D'où il vient? À l’origine, La Vision est une création du robot Ultron destinée à devenir une arme contre les Avengers. Si les deux versions coïncident au début, ce n'est pas le cas pour le reste du dénouement.

Dans la version cinématographique la création de La Vision est très différente de la version des comics. Pour Joss Whedon: Ultron en a assez de son corps robotique (sans doute à force de voir les corps sexy et musclés de Captain America et de Thor) et décide de se créer une version plus proche de l'humain avant de se faire stopper par les Avengers. Au lieu de le détruire, Tony Stark décide de le développer avec Jarvis, afin de combattre Ultron.

Dans les comics, Ultron invente La Vision à partir de La Torche Humaine (qui appartient à la Fox) afin de lutter contre les Avengers. La Vision arrive à s'en défaire, rejoint les gentils super-héros et a même une liaison avec la Sorcière Rouge.

Ses pouvoirs: La Vision peut voler, léviter ou encore lancer des rayons surpuissants thermiques grâce à la pierre qu'il possède entre les yeux.

___________

Avengers 2: L'ère d'Ultron sort mercredi dans les salles françaises.

Lire aussi: Les Avengers ont-ils une vie sexuelle?

Avengers 3, Captain America 3, … Marvel affiche son jeu face à ses concurrents

Posté par vincy, le 29 octobre 2014

robert downey jr crhis evans captain america 3Depuis cet été, une guerre d'annonces se met en place entre les studios hollywoodiens. Il n'a pas fallu deux semaines pour que Walt Disney/Marvel Studios réplique aux projets de Warner Bros/DC Entertainment en précisant sa programmation des prochaines années et en confirmant l'arrivée de Robert Downey Jr/Iron Man dans Captain America 3 (lire notre actualité du 22 octobre).

Au total, d'ici la fin de la décennie, près ne quarante films de super-héros débarqueront sur les écrans. Une invasion de gros biceps, de collants moule-burnes, de bouclier, marteau et toile résistante, de capes qui volent au vent, etc... Dans Libération, Philippe Guedj, coréalisateur du documentaire Marvel Renaissance, explique : «Les grands studios ne font plus confiance qu’à des univers préexistants, ils vont piocher dans les catalogues des comics et refusent désormais de créer de nouveaux mythes comme à l’époque où surgissaient Rocky, Mad Max, Star Wars… On est dans une gigantesque matrice à consolider de la marque, de la licence afin d’inonder le marché de lucratifs produits dérivés (figurines, jouets, jeux vidéo…). Il faut bien comprendre que la raison d’être des films est avant tout d’entretenir le capital de notoriété des héros qui sont pensés comme des marques infiniment déclinables. On est parti de la bande dessinée, phénomène contre-culturel dans les années 60, pour aboutir aujourd’hui à une exploitation froide, tayloriste, industrialisée qui, même pour un fan du genre comme moi, devient franchement effrayante.»

Peu importe si quelques films seront proches d'un accident industriel (remember Catwoman, Jonah Hex, Green Lantern, Daredevil), pour l'instant la manne est rentable. Depuis le début des années 2000, The Dark Knight et The Avengers ont chacun été le leader mondial du box office l'année de leur sortie. Cette année, quatre des six plus grosses recettes mondiales ont des superhéros en stars (Gardiens de la galaxie, X-Men, Spider-Man, Captain America), rapportant près de 3 milliards de dollars.

Marvel a donc affiché son jeu. D'une part, pour rassurer les investisseurs et actionnaires. D'autre part, pour bloquer les bonnes dates dans l'agenda déjà très chargé des prochaines années.
Outre Iron Man chez Captain America, Marvel a également révélé le titre du prochain opus de Thor et surtout la scission en deux parties du troisième épisode d'Avengers. On sait également que Chadwick Boseman (42, Get on Up) incarnera Black Panther, personnage qui apparaîtra d'abord dans Captain America 3, avant d'avoir son propre film.

The Avengers: Age of Ultron — 1er mai 2015

Ant-Man —  17 juillet 2015

marvel avengers captain america black pantherCaptain America 3: Civil War – 6 mai 2016

Doctor Strange – 6 novembre 2016

Guardians of the Galaxy 2 – 5 mai 2017

Thor: Ragnarok – 20 juillet 2018

Black Panther – 3 novembre 2017

The Avengers 3 – Infinity War: Part 1 – 4 mai 2018

Captain Marvel – 6 juillet 2018

Inhumans – 2 novembre 2018

The Avengers 3 – Infinity War: Part 2 – 2019

Channing Tatum, futur X-Men

Posté par cynthia, le 14 mai 2014

Channing Tatum est officiellement confirmé pour le rôle de Gambit dans le prochain X-Men. Alors que X-Men: Days of futur Past ne sort dans les salles obscures françaises que le 21 mai prochain, l'acteur Channing Tatum (Magic Mike, G.I Joe) est déjà confirmé pour le prochain spin-off de la saga mutante à succès.

C'est lors de l'avant-première Londonienne de X-Men: Days of Futur Past que la productrice Lauren Shuller Donner a annoncé la nouvelle: "Channing oui! crie-t-elle au magazine Total Film, C'est un petit coquin tout comme Remy LeBeau (dit Gambit), je pense qu'il sera parfait pour ce rôle".

Rappelons que le personnage de Gambit est un bad boy sexy qui a le pouvoir de transformer les choses en arme (principalement les cartes), il possède également un pouvoir de séduction assez redoutable dû sans doute à des capacités empathiques. Cela semble parfaitement aller à Channing Tatum qui a été élu l'homme le plus sexy en 2012.

Il faudra néanmoins attendre pour voir la partie de son anatomie élue les troisièmes plus belles du monde l'année dernière, c'est-à-dire ses fesses, couvertes du costume du lanceur de cartes explosives. En effet X-Men: Apocalypse ne sortira qu'en mai 2016.

Le Musée Art ludique prépare l’invasion des superhéros Marvel

Posté par cynthia, le 9 mars 2014

marvel exposition musée art ludiqueAprès son exposition dédiée à Pixar qui a séduit 180 000 visiteurs, Art Ludique-Le Musée proposera d'explorer l'univers Marvel : "L'art des Super-Héros Marvel". De quoi réviser au moment de la sortie du second opus de Captain America prévu le 26 mars, et avant les sorties de The Amazing Spider-Man 2 le 30 avril, de X-Men: Days of Future Past le 21 mai et des Gardiens de la Galaxie le 13 août. Et dix autres films sont déjà en tournage en préparation.

13 milliards de $ au box office mondial

Les Avengers, Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, X-Men, 4 fantastiques, Spider-Man et autres Surfer d'argent sont autant des icônes de la BD américaine que des superhéros du cinéma. 31 films déjà sortis : 5,8 milliards de $ de recettes rien qu'en Amérique du nord. 11 de ses films ont rapporté plus de 200 millions de $. Dans le monde, la marque Marvel a récolté 13,2 milliards de $ au cinéma (9 films ont dépassé la barre des 500 millions de $).

Le phénomène est planétaire et semble inusable. C'est d'autant plus suprenant que les "comics" américains se vendent relativement peu en France, par exemple.

Pourtant, leurs costumes et leurs emblèmes sont universels, leur place dans notre imaginaire et dans la culture de notre époque est incontournable. Logique que ces Super-Héros squattent le musée Art Ludique.

300 planches originales

Cette rétrospective présentera un panorama de l'univers Marvel, depuis les planches des bandes dessinées d'origine jusqu'aux dessins de concepts et illustrations réalisés pour les toutes dernières productions au cinéma. Le public va ainsi découvrir et admirer quelques 300 planches originales, issues des publications qui ont vu naître ces personnages mythiques, signées par les artistes légendaires qui ont participé à leur création et leur évolution.

L'exposition dévoilera des œuvres de l'incontournable Jack Kirby, créateur avec le scénariste Joe Simon de Captain America, puis créateur avec Stan Lee des 4 fantastiques, des Avengers, de Thor mais aussi des X-Men.

Les fans pourront également admirer le style incomparable de Steve Ditko, créateur avec Stan Lee de Spider-Man, ainsi que les planches et illustrations originales de nombreux  artistes de Marvel comme John Romita, John Buscema, Don Heck, Tim Sale, Alex Ross, Jim Steranko, Gene Colan, Franck Miller, Neal Adams ou encore celles des artistes français Aleksi Briclot ou Olivier Coipel.

200 dessins et storyboards de cinéma

Un focus sur le studio Marvel, producteur des films, permettra de créer une passerelle artistique contemporaine à travers plus de 200 œuvres réalisées pour adapter les super-héros au cinéma. Les visiteurs pourront se délecter devant les peintures de pré-production des films réalisées par Adi Granov, Charlie Weng ou le cultissime Ryan Meinerding au travers de dessins d'étude, de recherche des personnages et des costumes, des story-boards ou encore du design de véhicules et d’accessoires.

Ryan Meinerding, superviseur artistique et concept designer des films Marvel Studios, est l'auteur des peintures de recherches des costumes de Captain America, des différentes armures d’Iron Man et de l’équipe des Avengers. C’est à lui également que l’on doit la peinture réalisée tout spécialement pour l’affiche de l’exposition “L’Art des Super-Héros Marvel“ et qui sera arborée dès le 22 mars au musée Art ludique.

Le parcours présentera également aux visiteurs de découvrir certains des véritables accessoires utilisés pour le tournage des films, au côté de leurs dessins de concept : le véritable casque d’Iron Man sera présenté pour la toute première fois au public, aux côtés du marteau de Thor, de l’armure d’Iron Patriot, du bouclier de Captain America ou encore, entre autres, de la moto de l’Hydre.

Le parcours de la visite sera jalonné de vidéos (*) offrant  des commentaires de Stan Lee sur l’origine de ses créations, ses influences et inspirations, ainsi que des commentaires d’artistes français parmi lesquels Joann Sfar, Zep et Olivier Coipel.

Un musée Marvel?

Si une exposition sur l'univers Marvel est alléchante, l'idée de créer un musée permanent sur les Super-Héros intrigue davantage. Stan Lee a même confié qu'il y a "une possibilité qu'un jour nos super-héros figurent dans les musées". Il ajoute même, avec enthousiasme, qu'il espère que cela arrivera bientôt afin qu'il puisse assister à l'inauguration.

En attendant un "Louvre" version Marvel, l'éditeur-producteur décline ses héros sur tous les supports : télévision, web, jeux vidéos. La machine à cash n'est pas prête de s'arrêter.

* Un musée Marvel : L’avis de Stan Lee.
Ces images sont issues, pour la plupart, d’extraits diffusés ou inédits du documentaire “Derrière le masque des Super Héros” réalisé en 2013 en prévision de l’exposition “L’Art des Super-Héros Marvel”, sur une idée originale de Jean-Jacques Launier, fondateur de Art Ludique-le Musée et commissaire de l’exposition.

Casting (presque) bouclé pour le reboot des 4 Fantastiques

Posté par vincy, le 20 février 2014

michael b jordan jamie bell miles teller kate mara fantastics fourMiles Teller, Kate Mara, et sans doute Jamie Bell vont rejoindre Michael B. Jordan dans le reboot des 4 Fantastiques que la Fox prévoit de sortir en juin 2015.

Selon Variety, le choix des acteurs fut long et compliqué. Il est surprenant de constater que les comédiens approchés par le studio proviennent du cinéma indépendant (hormis Bell qui a été seconds rôles de quelques blockbusters). De même, ils sont loin de la "plastique" des acteurs qui avaient incarné les 4 fantastiques dans les deux premiers films (respectivement sortis en 2005 et 2007).

On savait déjà que Michael B. Jordan (Fruitvale Station) devait incarner Johnny Storm / La torche humaine. Kate Mara (127 heures, House of Cards) sera Sue Storm / La femme invisible. Le très sollicité Miles Teller (The Spectacular Now) a été choisi pour être Reid Richards / Mr. Fantastic. Quant à Jamie Bell (Billy Elliot, Tintin, Snowpiercer) , il est pressenti pour interpréter Ben Grimm / La chose.

L'adaptation de The Ultimate Fantastic Four (la plus récente série publiée par Marvel), dont le scénario a subit plusieurs réécritures, sera réalisée par Josh Trank (Chronicle). Reste à trouver le vilain. Le tournage doit commencer avant le mois d'avril.

Les deux premiers films des 4 Fantastiques ont récolté 620 millions de $ dans le monde.

Ben Affleck sera le nouveau Batman

Posté par vincy, le 23 août 2013

ben affleck Warner Bros a choisi son nouveau Batman. Après Michael Keaton, Val Kilmer, George Clooney et Christian Bale, ce sera Ben Affleck qui endossera le costume du Chevalier noir dans Superman vs. Batman, la suite de Man of Steel (lire notre actualité).

Malgré le statut d'Affleck, particulièrement depuis son Oscar pour Argo, la nouvelle a suscité ironie, moquerie, déception, et petites méchancetés dans les commentaires sur les réseaux sociaux. Pire, sur le site du magazine professionnel Variety, un sondage en ligne montre que les 3/4 des 60 000 votants considère qu'il s'agit d'un mauvais choix.

Il faut dire qu'Affleck a laissé un mauvais souvenir aux fans de superhéros quand il a incarné Daredevil, autre superhéros masqué. Le film, sorti en 2003 a été un relatif succès public (180 M$ dans le monde) mais a été "incendié" par les critiques et les spectateurs. Il n'y aura jamais de suite. Le film a surtout amorcé la descente aux enfers de l'acteur, dont les frasques "people" avaient pris le dessus sur sa carrière après 6 ans d'ascension. Affleck a du attendre 2009 pour retrouver les faveurs du public après une série de flops, dont l'énorme four Gigli, sorti quelques mois après Daredevil.

Mais Warner avait besoin d'un Batman populaire, un contre-poids au jeune Superman (puisque Le Chevalier noir sort de sa retraite dans le film), et, comme toujours, d'un acteur relativement peu expressif (à part Downey Jr en Iron Man, les superhéros le sont plus ou moins tous). Affleck en Bruce Wayne, nous jugerons sur pièces, quand le film sortira le 17 juillet 2015. Le réalisateur Zack Snyder semble dithyrambique sur le comédien : "il a la carrure pour créer le portrait complexe d'un homme plus vieux et plus sage que Clark Kent et porte les cicatrices d'un combattant du crime, tout en conservant le charme du milliardaire Bruce Wayne."

Ironiquement, Ben Affleck avait été approché pour réaliser Justice League, l'autre grand projet Warner / DC Comics, où Batman et Superman font équipe. Maintenant que Warner a trouvé son nouveau Batman, le projet Justice League pourrait redémarrer, après quelques années en stand-by.

Superman vs. Batman avait été annoncé lors du dernier Comic-con de San Diego. Henry Cavill reprendra le rôle de Superman, tandis qu'Amy Adams, Laurence Fishburne et Diane Lane seront également au générique.

Le scénario original de Star Wars devient une BD

Posté par vincy, le 9 août 2013

bd the star warsDark Horse Comics va publiera à partir de septembre des BD adaptées des premières versions du scénario original de Star Wars, écrites en 1974.

The Star Wars sera une série de huit albums, à raison d'un volume par mois. Un coffret les rassemblant tous sera édité en juin 2014. L'éditeur de LucasBooks, J.W. Rinzler, a adapté les scripts, tandis que les graphiques seront assurés par Mike Mayhew.

Quelques différences sont notables : Dark Vador est un général de l'Armée impériale, Han Solo un lézard géant et Luke Skywalker un vieux Jedi. Il y a également un certain Annikin Starkiller, diabolique chevalier Sith.

Une bande annonce est déjà en ligne.

Star Wars: Episode VII, qui devrait être réalisé par J.J. Abrams, sortira en salles en 2015.

Andrew Garfield rêve d’un Spider-Man bisexuel

Posté par vincy, le 12 juillet 2013

Et si Spider-Man était homo (ou disons bi)? Après Rupert Everett qui rêvait d'un James Bond gay, voilà Andrew Garfield qui ne serait pas dérangé de voir l'homme-araignée fricoter avec des garçons...

Le nouveau Spider-Man s'interroge ainsi sur son personnage de super-héros à haute voix : "pourquoi ne serait-il pas homo?"

Dans une interview à Entertainment Weekly, il expliquait avoir eu une discussion avec le producteur de The Amazing Spider-Man 2, Matt Tolmach, sur les tentations amoureuses de son personnage et plus particulièrement sur MJ (Mary Jane). A savoir : MJ n'existe pas dans le premier Amazing Spider-Man et ses scènes ont été coupées dans la suite, prévue dans les salles l'an prochain.

"C'était une sorte de blague. Et si MJ était un mec? Pourquoi ne découvririons-nous pas que Peter (Parker) explore sa sexualité et qu'il puisse avoir un homme entre ses bras?" Garfield imaginait même Michael B. Jordan, l'acteur de Fruitvale Station et Chronicle, dans le rôle de son bien-aimé. "Ce serait encore mieux [avec lui]. Deux bisexuels qui ont une relation interraciale!"

Garfield a une alliée de poids dans son projet "subversif" : la patronne de Sony. Gay-friendly, Amy Pascal a récemment déclaré la guerre aux insultes homophobes dans les films (lire notre actualité). Marvel n'est pas forcément contre non plus puisque dans The Ultimate Spider-Man, Miles Morales (qui remplace Peter Parker) est à la fois mexicain, noir et possiblement homo.

Alors Spider-Man gay? abstinent? masturbateur invétéré? Peu importe, finalement, chacun fait ce qu'il veut avec ses poignets et la sexualité ne devrait pas être un coup marketing. Mais rappelons que Peter Parker est mort dans le n°700 publié par Marvel Comics. La mort d'un super-héros : personne n'a encore osé faire ça à Hollywood...

Glenn Close et Benicio Del Toro rejoignent Zoe Saldana et Chris Pratt dans Guardians of the Galaxy

Posté par vincy, le 31 mai 2013

Le nouveau blockbuster de Marvel, Guardians of the Galaxy, s'apprête à être tourné au Royaume Uni.

On savait que Chris Pratt (Zero Dark Thirty), qui oscille entre le surpoids et la gonflette, avait été confirmé pour le rôle de Peter Quill / Star-Lord.  Disney avait également enrôlé Michael Rooker (révélé il y a 27 ans par Henry : Portrait of a serial killer) pour Yondu et le catcheur Dave Bautista pour Drax le destructeur. Le méchant Basil Sandhurst est interprété par Lee Pace (Thranduil dans la trilogie du Hobbit). Au milieu de ce casting très viril, Deadline Hollywood a annoncé que Glenn Close et John C. Reilly étaient en négociation finale pour rejoindre le casting. Close devrait même endosser le rôle de leader des Nova Corps. Enfin la gracieuse Zoe Saldana (Avatar) a été choisie pour être Gamora.

Les gardiens de la galaxie sont une équipe rassemblant plusieurs héros Marvel. Le studio a opté pour la deuxième équipe, celle lancée en 2008 par l'éditeur, et non celle d'origine en 1969. A priori les Avengers (qu'ils croisent dans leurs aventures) ne feront pas partie de l'équipe.

Cela fait trois ans que Marvel développe le projet et la société a déposé la marque pour toutes sortes de produits dérivés il y a un an. Disney a engagé James Gunn (Horribilis, Super) pour réaliser le blockbuster.

Le film doit sortir en août 2014.

_________

MàJ  [4 juin 2013] : Benicio del Toro et Karen Gillan (qui sera une méchante) ont rejoint le casting. Close et Reilly sont confirmés. Tous les comédiens ont signé pour d'éventuelles suites et spin-off.

_________
Lire aussi : Disney gonfle ses muscles avec Lucasfilms, Marvel et Pixar