cinema public films » Le Blog d'Ecran Noir

Annecy 2018 : création du label Azimut pour favoriser la distribution de films d’animation pour adultes et adolescents

Posté par MpM, le 12 juin 2018

On penserait inutile de le rappeler, et pourtant ce n'est pas encore une évidence pour tout le monde : non, l'animation n'est pas un genre (mineur) réservé aux enfants ! On voit même de plus en plus de longs métrages ambitieux s'adressant à un public d'adultes et d'adolescents, tels que les documentaires Chris the Swiss d'Anja Kofmel et Another day of life de Raúl de la Fuente et Damian Nenow, l'essai politique ironique et irrévérencieux Seder masochisme de Nina Paley ou encore le pastiche de film de genre Chuck Steel : Night of the Trampires de Mike Mort, tous présentés à Annecy cette année.

Pourtant, certains de ces films exigeants peinent à trouver le chemin des salles (on a un doute assez sérieux sur Chuck Steel, par exemple). C'est dans l'idée de favoriser ces sorties jugées "atypiques" que le distributeur Cinéma Public Films et la société de production Autour de Minuit ont décidé de créer le label de distribution Azimut. "Né d’une envie commune de défendre la création et la diffusion d’un format en pleine (re)naissance, Azimut portera dans les salles des projets atypiques d’animation destinés aux adultes et jeunes adultes, des visions d’artistes iconoclastes, des scénarios et des graphismes barrés au service d’histoires et de problématiques profondément actuelles" expliquent-ils dans un communiqué commun.

Cinema Public Films poursuivra dans la voie qui est la sienne, à savoir l'accompagnement des films à travers du matériels spécifique et des ateliers, expositions, ciné- goûters, rencontres ou workshop, tandis qu'Autour de minuit (à qui l'on doit notamment Psiconautas de Alberto Vazquez), fournira le contenu éditorial. Dans un premier temps, Azimut diffusera ainsi des productions ou coproductions issues de la société de production, puis sera appelé à proposer également des oeuvres externes, acquises pour l'occasion.

Deux programmes très attendus sont d'ores et déjà annoncés : Thee Wreckers Tetralogy, qui réunit quatre courts métrages du cinéaste Rosto (No place like home, Lonely bones, Splintertime et Reruns), et est actuellement présenté au Festival d'Annecy, mais aussi Unicorn wars, le très attendu nouveau long métrage d'Alberto Vazquez.

Le vent dans les roseaux : un programme qui exalte la musique et la liberté

Posté par MpM, le 18 octobre 2017

Il n'y a pas d'âge pour faire l'expérience de la liberté et du désir de justice. C'est en tout cas l'idée directrice du Vent dans les roseaux, un très beau programme de cinq courts métrages d'animation qui ont en commun de mettre en scène de jeunes héroïnes (ce qui n'est pas anodin) qui se battent pour ce qui leur semble juste. L'une dépasse ses peurs pour libérer son petit frère, l'autre refuse le rôle social qu'on lui impose, une troisième s'oppose à un tyran...

Avec cette nouvelle production des films du Nord (en association avec La Boite,... productions, Nadasdy Film, PictaNovo...), les enfants sont incités à la désobéissance civique et à la poursuite de leurs rêves, mais aussi au questionnement des codes sociaux et de l'autorité. Un vent de liberté et de rébellion souffle donc dans les roseaux, et pas seulement, tant les cinq films forment un programme cohérent qui tournent tous, à leur manière, autour des mêmes thèmes.

On se régale avec des histoires à la fois malicieuses (ah, cette petite fille qui n'en peux plus des dînettes et des tenues de princesse, se rêvant chevalière pourfendant le dragon !), poétiques (l'allégorie de la liberté à travers le personnage de la licorne qui ne supporte pas d'être enfermée, même dans un palais somptueux), joyeuses (l'amitié naissante entre une petite princesse et un gentil dragon), fantastiques (la rencontre entre la gardienne de buffles et la dame de la nuit) et profondes (la nécessité de se révolter contre l'injustice et l'arbitraire et de se battre pour défendre sa liberté, passant par la force et la puissance de la musique).

Chaque réalisateur propose un univers esthétique personnel où l'animation, simple et délicate, nimbe chaque histoire d'une atmosphère qui en renforce le message ou la portée symbolique. C'est notamment un vrai plaisir visuel que de découvrir le travail effectué par Rémi Durin sur La licorne, adaptation de l'album de Martine Bourre (éditions Pastel), où les personnages ont l'air à peine esquissés dans des décors minimalistes aux grands aplats de couleur. La licorne est comme nimbée de lumière, à la fois irréelle et spectrale, apparition merveilleuse qui est l'apogée du film.

Parfaitement adapté au jeune public qui est captivé par ces aventures à la fois faciles à appréhender et stimulantes pour l'imagination, mais également passionnant pour les plus âgés qui y trouveront la matière à de nombreuses conversations en famille, Le vent dans les roseaux est une très belle proposition cinématographique. De celles qui font pleinement confiance aux enfants et à leur capacité d'émerveillement et de réflexion, sans en faire des tonnes. Une réussite à ne surtout pas laisser passer.

------

Le vent dans les roseaux
Programme de cinq courts métrages d'Anaïs Sorrentino (Dentelles et dragon), Arnaud Demuynck (La chasse au dragon), Madina Iskhakova (La petite fille et la nuit), Rémi Durin (La licorne) et Nicolas Liguori et Arnaud Demuynck (Le vent dans les roseaux).
A partir de 5 ans
Cinéma Public Films
Bande annonce

Mimi & Lisa: un film animé et coloré dont l’héroïne est non-voyante

Posté par vincy, le 7 avril 2016

30 jours pour un scénario, 30000 euros par épisode, 3 mois pour le tourner: voilà les six histoires de Mimi & Lisa qui débarquent sur les écrans français ce 6 avril. Le film animé de Katarina Kerekesova n'est pas un film comme les autres. Conseillé à partir de 5 ans, ce moyen métrage de 45 minutes distribué par Cinéma Public Films, spécialisé dans les films d'animation singuliers pour les enfants: " C’est cette finesse d’écriture qui nous a convaincus de distribuer la série Mimi & Lisa. Ce programme ne se contente pas de sensibiliser aux handicaps, il montre aussi à quel point nous nous complétons tous. La tolérance n’est qu’une étape, la fraternité une finalité."

L'histoire: Timide et non-voyante, Mimi perçoit le monde différemment grâce à ses autres sens. Lisa, sa voisine de palier délurée, est toujours prête à provoquer des situations amusantes. Ensemble, elles découvrent les univers de leurs voisins dans lesquels le moindre objet peut devenir le théâtre d’une aventure fantastique, avec l’imagination pour seule frontière.Car pour s’échapper de son environnement morose et enfermé, il faut aller chercher la vie derrière les portes et profiter de l’imagination débordante des enfants. Car c’est bien grâce à eux que béton, escaliers et paliers deviennent terre, collines et forêts. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, la cécité de Mimi ne fait pas d’elle une super-héroïne ; c’est même plutôt l’extravagante Lisa qui entraîne son amie vers des situations extraordinaires. Mais face aux dangers qu’elles inventent, les deux doivent agir de concert, chacune profitant des forces de l’autre.

L'origine: "J’ai commencé à penser à “la fille aux yeux fermés” accidentellement, après avoir lu une chronique sur une école de non-voyants. Les enfants rapportaient à l’écrit la visite d’une exposition de fruits qu’ils avaient le droit de toucher" explique la réalisatrice Katarina Kerekesova. "Et soudain, la petite Mimi est apparue, au milieu de ces enfants. Submergée par les émotions, elle gardait les yeux fermés sans pour autant perdre cette rationalité si particulière chez les enfants non-voyants. (...) Je ne racontais pas d’histoires sur une pauvre petite aveugle ; mon héroïne avait de nombreuses capacités surprenantes. Nous explorions ensemble un monde fantastique, rempli de possibilités. Quelque chose de particulièrement naturel pour l’animation. À cette époque, j’étais réalisatrice de films d’animation pour adultes mais je voulais déjà créer des choses pour les enfants" ajoute-t-elle.

La construction: "Chaque épisode se conclut sur un dialogue entre les filles et leurs parents, avant de se coucher. Comme si l’enfant racontait son rêve avant même d’avoir dormi. C’est une bonne remarque, je n’avais jamais vu les choses de cette manière. La réponse simple est que tout doit rentrer dans l’ordre pour les héroïnes à la fin de chaque épisode. Comme nous n’avons pas de narrateur dans la série, nous devions utiliser Mimi et Lisa pour rendre compte de ce qui s’est passé. Et si elles racontent leurs histoires au lit, avant de dormir, c’est parce que la série a été pensée pour la télévision slovaque comme une histoire légère à regarder avant de se coucher. On espérait que ce genre de fin permettrait aux enfants de sauter dans leur lit et de passer une bonne nuit".