Cinelatino 2017 : ouverture sensible avec Une vie ailleurs d’Olivier Peyon

Posté par Morgane, le 19 mars 2017

C'est la 29e édition pour le festival Cinelatino qui se déroule actuellement à Toulouse. Pour son ouverture vendredi 17 mars, la ville rose était inondée de soleil. La langue espagnole et ses nombreux accents sud-américains se mêlaient à une belle ambiance estivale et au son entraînant de la fanfare Super Panela qui lançait les festivités dans la cour de la Cinémathèque.

Pendant 10 jours, le cœur de la ville (et sa région) va battre aux rythmes de Cinelatino. Films en compétition (longs et courts de fiction, documentaires), découvertes, reprises, focus (notamment celui sur le groupe de Calí en Colombie)... mais aussi des lectures, des rencontres, des ateliers ou encore des initiations à la salsa.

Vendredi, il y avait quatre façons d'ouvrir le festival. La première se passait en plein air, avec une projection de courts-métrages précédée de la batucada Batida Louca. On pouvait également partir en Uruguay avec Olivier Peyon (Une vie ailleurs), ou bien à la "frontière" entre le Mexique, la Colombie et le Canada avec Juan Andres Arango (X-Quinientos) ou encore en Argentine avec Milagros Mumenthaler (La idea de un lago).

Rencontre avec Olivier Peyon et Maria Dupláa

Je me suis envolée en Uruguay dans un film au casting franco-uruguayen-argentin suivant une mère (Isabelle Carré) qui aidée d'un assistant social (Ramzy Bedia) retrouve son fils en Uruguay qui lui avait été enlevé par son ex-mari. Le sujet du film est fort et bouleversant et Ramzy que l'on connaît habituellement dans des rôles comiques excelle ici et transmet admirablement bien la tension dramatique. Le duo qu'il forme avec Maria Dupláa (la tante du petit garçon) respire la sincérité. Bref, Ramzy nous touche réellement par sa justesse. Ce qui n'est pas forcément le cas d'Isabelle Carré. Elle, habituellement juste dans ses personnages à fleur de peau, ne m'a pas touchée, en faisant trop pour que ce personnage de mère courage en ressorte crédible. Des gestes rapides, excédés, un phrasé peu naturel. Là où les autres acteurs tapent au bon endroit j'avais le sentiment qu'elle, était ailleurs, dans un autre registre qui ne collait pas à l'ensemble.

Olivier Peyon et Maria Dupláa étaient présents à l'issue de la projection. Le réalisateur a alors expliqué pourquoi ce film qui devait en premier lieu se tourner en Argentine s'est finalement, pour des raisons de production, déroulé en Uruguay. Pour le rôle de Maria, l'actrice devait parler français or ce n'était pas le cas de Maria Dupláa. Mais elle explique: "quand je suis arrivée au casting, toutes les autres actrices révisaient leur texte en français! On m'a alors dit que je devais parler français. Comme ce n'était pas le cas, tout mon stress s'est envolé car je n'avais alors plus rien à perdre! Je l'ai fait sans peur et apparemment c'est ce qui a plu à Olivier."

Quant au choix d'Isabelle Carré le réalisateur explique que c'est elle qu'il a sollicitée en premier. Il voulait lui proposer ce rôle qui est une sorte de contre-emploi, un rôle où "elle n'a pas le temps d'être aimable." Pour ce qui est de Ramzy, "c'est elle qui a soumis l'idée de Ramzy avec qui elle a joué dans Des vents contraires." Et pour le rôle de Felipe, l'enfant d'Isabelle Carré, c'est Dylan Cortes déjà habitué aux caméras puisqu'il a tourné beaucoup de publicités. "Au début je le trouvais presque trop parfait d'ailleurs !"

Et la soirée de se terminer par l'intervention d'un spectateur uruguayen qui vit désormais en France et qui remercie le réalisateur d'avoir si bien filmé l'Uruguay, Montevideo et d'être sorti de Montevideo pour aller filmer à Florida.

La 28e édition de Cinélatino couronne Siembra de Ángela Osorio Rojas et Santiago Lozano Álvares

Posté par MpM, le 21 mars 2016

Cinélatino 2016

Après dix jours de compétition, le 28e festival Cinélatino, rencontres de Toulouse s'est achevé par le sacre du film colombien Siembra, réalisé par Ángela Osorio Rojas et Santiago Lozano Álvares, qui reçoit le grand prix coup de cœur du jury des longs métrages de fiction. Le film raconte le quotidien de Turco, un pêcheur de la côte pacifique colombienne que le conflit armé empêche de retourner sur ses terres.

El acompañante, de Pavel Giroud (Cuba) reçoit quant à lui le prix du public et celui des électriciens gaziers tandis que Alba de Ana Cristina Barragán (Équateur) repart avec le prix Fipresci et celui des Cheminots. La critique française, elle, a préféré La última Tierra de Pablo Lamar (Paraguay).

Durant le festival, plus de 180 films étaient proposés, répartis entre compétitions longs métrages, documentaires et courts métrages, ainsi que découvertes et séances spéciales. Un focus autour des grandes figures d'Amérique latine a notamment permis une réflexion autour du rôle du cinéma dans la création des figures mythiques de l’histoire du continent. Le public a également eu la possibilité de rencontrer Pablo Aguëro pour son nouveau film très attendu, Eva ne dort pas, Jayro Bustamante pour Ixcanul ou encore Marcelo Gomes pour Il était une fois Veronica.

Comme chaque année, la plate-forme professionnelle de Cinélatino a également permis de venir en aide à des films toujours en chantier, comme El invierno d'Emiliano Torres (Argentine) qui a reçu le prix Cinéma en construction et le prix spécial Ciné +.

> Palmarès longs métrages

Grand prix coup de cœur du long métrage
Siembra, réalisé par Ángela Osorio Rojas et Santiago Lozano Álvares (Colombie)
Mention spéciale : Días extraños de Juan Sebastián Quebrada (Argentine)

Prix du public
El acompañante, de Pavel Giroud (Cuba)

Prix Fipresci
Alba de Ana Cristina Barragán (Équateur)

Prix découverte de la critique française
La última Tierra de Pablo Lamar (Paraguay)

Prix CCAS des électriciens gaziers
El acompañante, de Pavel Giroud (Cuba)

Prix Rail d'or des Cheminots
Alba de Ana Cristina Barragán (Équateur)

> Palmarès documentaires

Prix documentaire
El legado de Roberto Anjari-Rossi (Chili)
Mention spéciale : Juanicas de Karina García Casanova (Mexique)

Prix du public
Jonas e o circo sem lona de Paula Gomes (Brésil)

Prix Signis
Paciente de Jorge Caballero (Colombie)

Prix lycéen
Juanicas de Karina García Casanova (Mexique)

> Palmarès Courts métrages

Prix Signis
Polski de Rubén Rojas Cuauhtémoc (Cuba)

Prix Révélation
Polski de Rubén Rojas Cuauhtémoc (Cuba)

Prix Courtoujours
Forastero de Iván Gaona (Colombie)

> Plate forme professionnelle

Prix cinéma en construction 29
El invierno d'Emiliano Torres (Argentine)

Prix exceptionnel Mactari - Commune image
Los niños de Maite Alberdi (Chili)

Prix spécial Ciné +
El invierno d'Emiliano Torres (Argentine)

Prix des distributeurs et exploitants européens
Don't swallow my heart, alligator girl!, de Felipe Bragança (Brésil)

Prix BRLAB CInéma en développement
Ave y nada de Jose Antonio Cordero (Mexique)

Cinélatino 2014: un palmarès très brésilien

Posté par Morgane, le 30 mars 2014

o homem das multidoes cinélatinoAprès 10 jours, le festival Cinélatino touche à sa fin. C’est donc le temps des palmarès! Et cette année, le cinéma venu du Brésil a eut le vent en poupe en recevant 4 des 7 prix avec 3 films différents.

Compétition long-métrage:

*Le Grand Prix Coup de Coeur - O Homem Das Multidoes de Marcelo Gomes et Cao Guimaraes (Brésil, 2013).

Le film suit deux personnages : Juvenal, conducteur de métro, et Margo, qui contrôle le flux des trains. Chacun vit, à sa manière, un état de profonde solitude au sein d’une ville densément peuplée. Peu à peu, cependant, leurs routes vont se croiser. Librement inspiré d’une nouvelle éponyme d’Edgar Allan Poe, ce film fait appel à toute une série de situations inédites, à la frontière du réel. Le film avait déjà récolté le prix de la mise en scène au festival de Rio de Janeiro.

Mention spéciale attribuée à Atlantida de Ines Maria Barrionuevo (Argentine-France, 2014). Ce film était en sélection au Festival de Berlin 2014.

*Le Prix du Public La Dépêche du Midi - Casa Grande de Fellipe Barbosa (Brésil, 2014). Ce film était en sélection au Festival de Rotterdam 2014.

*Le Prix CCAS, prix des électriciens gaziers - Somos Mari Pepa de Samuel Kishi Leopo (Mexique, 2013). Ce film était en sélection au Festival de Berlin 2014.

*Le Prix Fipresci, prix de la fédération internationale de la presse cinématographique - Casa grande de Fellipe Barbosa (Brésil, 2014)

*Le Prix découverte de la critique française - Casa grande de Fellipe Barbosa (Brésil, 2014)

*Le Rail d’or, prix des cheminots - La ninas Quispe (Les soeurs Quispe) de Sebastian Sepulveda (Chili, France, Argentine, 2013). Ce film sort le 4 juin en France. Il a reçu le prix de la meilleure image à la Semaine de la Critique à Venise en 2013.

Compétition court-métrage:

*Le Prix « courtoujours » - El rama de Mena Duarte (Argentine, 2013)

*Le Prix Signis du court-métrage - O Caminho de Meu Pai de Mauricio Osaki (Brésil, Vietnam, 2013)

Ont aussi été remis les Prix pour la compétition Documentaire ainsi que le Prix Cinéma en Construction.

Palmarès Documentaire:

Pour le Prix documentaire rencontres de Toulouse sous l'égide des médiathèques de Midi-Pyrénées, sont ex-aequo, Le grill de César de Darío Aguirre et La muerte de Jaime Roldos de Lisandra I. Rivera et Manolo Sarmiento.
Le prix a été décerné par un jury de médiathécaires de Midi-Pyrénées et de professionnels du cinéma européen et latino-américain.

Le grill de César de Dario Aguirre a également remporté le Prix SIGNIS (créé en 2003, il est remis par SIGNIS, Association Catholique Mondiale pour la Communication) ainsi que le Prix lycéen (prix remis par une classe du lycée agricole Beaulieu-Lavacant d'Auch, suite à la résidence de la documentariste María-Isabel Ospina.

Prix Cinéma en Construction:

Le Prix Cinéma en Construction (organisé conjointement entre les festivals de Toulouse et de San Sabastian) a pour objectif d'aider à la finalisation, la distribution et/ou la promotion de films latino-américains qui rencontrent des difficultés lors de la phase de postproduction. Six films en cours de finalisation ont donc été montrés à un public de professionnels exclusivement susceptibles d'apporter leur contribution pour que ces oeuvres puissent arriver jusqu'à leur public.

Cette année il a été attribué à Aurora de Rodrigo Sepulveda (Chili).

Cinélatino 2014: Fin de journée avec les nerfs à vif

Posté par Morgane, le 29 mars 2014

affiche de cinélatino 2014En cette fin de journée toulousaine au Festival Cinélatino, les nerfs sont mis à rude épreuve avec les projections de Matar a un hombre d’Alejandro Fernandez Almendras (chilien) et Historia del miedo de Benjamin Naishtat (argentin), deux films de la compétition.

Basé sur des faits réels, et récemment couronné par le Grand prix du jury au Festival de Sundance, Matar a un hombre (To Kill a Man) débute par l’agression d’un homme et l’engrenage qui s’en suit. Le réalisateur filme tout en retenue une famille modeste harcelée par un voyou et sa bande de leur quartier. On suit le cheminement et l’évolution pas à pas de cette violence vers une issue qui apparait comme inévitable.
La tension est digne d’un thriller mais le film n’en est pas un. Proche du fait divers, il respire la cruauté et transpire la peur qui peut malheureusement, comme c’est le cas ici, faire partie du quotidien.
Le réalisateur dépeint le portrait d’un homme lambda qui finalement ne voit (et n’a pas semble-t-il) d’autre moyen pour s’en sortir que d’avoir recours à une violence extrême.
Le film est dur, le film est noir, mais en même temps il sonne juste. La colère, la tristesse, le désemparement puis la résolution d’un homme à faire le nécessaire sans pour autant pouvoir vivre avec…

Matar a un hombre et Historia del miedo se rejoignent dans une certaine mesure. Tous deux évoluent dans un univers oppressant et angoissant. Mais là où dans Matar a un hombre cette violence a un visage bien réel, dans Historia del miedo, elle est certes quotidienne aussi, mais elle également latente. Jamais on n'en voit le véritable visage.

En compétition au dernier Festival de Berlin, Historia del miedo est un film beaucoup moins classique de par sa forme et sa narration. Il n’y a ni « début » ni « fin » mais plutôt des situations, un contexte, un climat de peur, quasi de terreur, que le réalisateur met en lumière à travers plusieurs scènes, parfois très métaphoriques. Les personnages très éparpillés semble-t-il au départ finissent tous par se croiser mais les liens restent parfois flous. Le seul point commun qu’ils ont tous est cette Peur.

Le contexte du film lui est bien réel. Il se déroule dans un quartier sécurisé dans la banlieue de Buenos Aires où vivent des gens très aisés ou de milieux plus modestes « protégés » par une sorte de milice privée. Ces familles qui ont peur de la ville se sont barricadées dans des sortes de ghettos qui se trouvent souvent à côté de bidonvilles. Ici la peur est donc une peur sociale. Le contexte est ici latino-américain mais pour le réalisateur cette peur sociale s’éprouve à l’échelle mondiale.

Film ancré dans une certaine réalité il n’en parait pas moins parfois irréel dans sa forme et donne fortement à réfléchir. Mais film politique, film engagé? Pour Benjamin Naishtat, non. Il dit d’ailleurs: « je ne crois plus au cinéma engagé mais je crois aux gens qui s’engagent ». En attendant, son film sème de nombreuses pistes de réflexion sur lesquelles il faut laisser passer quelque temps avant de les voir se dessiner réellement. Un film intrigant qui ne laisse certainement pas indifférent!

Cinélatino 2014: Opus Dei ou puzzle, chacun sa passion

Posté par Morgane, le 27 mars 2014

marcela saidDocumentaires ou fictions, films gores ou fantastiques, dans La Muestra de CinéLatino cette année tous les genres sont à l’honneur mais ont tous pour point commun d’avoir été réalisés par des femmes. Pour cette édition, « La Muestra, Femmes de Cinéma » fait un tour d’horizon des regards féminins sud-américains sur le monde contemporain.

Petit coup de projecteur sur deux films, le documentaire Opus Dei, une croisade silencieuse de la chilienne Marcela Said et le premier long-métrage de la réalisatrice argentine Natalia Smirnoff, Puzzle.

Opus Dei, une croisade silencieuse - Marcela Said

Marcela Said est née en 1972 au Chili, juste un an avant le coup d’état du général Pinochet et a vécu sous la dictature militaire jusqu’à ses 24 ans. Elle quitte le Chili pour aller s’installer à New York puis à Paris (pendant 10 ans) où elle étudie à la Sorbonne. Elle réalise quatre documentaires, Valparaiso (1999), I love Pinochet (2001) puis Opus Dei (2006) et El Mocito (2011) avec son mari Jean de Certeau. En 2013 elle réalise son premier long métrage de fiction L’été des poissons volants qui sort en salles en France le 23 avril et qui était présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes l’année dernière.

Dans ce documentaire, Marcela Said ne remonte pas à la fondation (1928) de l’Opus Dei mais au jour où son fondateur, le Père José Maria Escriva, vient faire un séjour de 11 jours au Chili en 1974, quelques semaines après le coup d’état de Pinochet. La réalisatrice s’intéresse donc à ce mouvement, tente, avec une caméra discrète, d’en comprendre les rouages, les fonctionnements, de trouver la faille dans les discours de ses membres. Mais la chose est bien difficile tout étant tellement calculé, la parole comme les actes. Rien n’est affiché au grand jour, tout se fait dans l’ombre. L’Opus Dei est officiellement une organisation pauvre qui oeuvre pour les plus pauvres, mais en réalité elle détient de nombreux lieux plus prestigieux et grandioses les uns que les autres (par exemple l’Université de los Andes et sa très fameuse bibliothèque qui a coûté si chère mais dont les rayons sont loin d’être remplis. Rassurons-nous, un professeur nous certifie face caméra que l’Opus Dei n’exerce aucune censure, elle fait juste des « choix » pour orienter l’éducation de ses membres) et ses comptes sont bien garnis même si tout reste dissimulé. Ses membres surnuméraires sont des familles chiliennes très aisées qui reversent 10% de leur salaire à l’organisation. Quant aux membres numéraires choisis par Dieu, ils font promesse de chasteté et vivent en communauté dans les maisons de l’Opus Dei. Leurs lectures sont contrôlées, la flagellation corporelle est chose courante et le prosélytisme fait partie de leur quotidien.

Mais ce qui intéresse particulièrement Marcela Said n’est pas tant ce qui peut se passer dans la sphère privée des membres de l’Opus Dei mais comment ces derniers peuvent interagir dans la sphère publique, quel pouvoir réel ils exercent au sein du gouvernement chilien et quel pouvoir économique ils détiennent!

Ce documentaire d’une petite heure est le résultat d’un travail de longue haleine réalisé sur cinq années. Difficile d’obtenir l’accès aux membres de l’organisation, de se faire ouvrir les portes et tous ceux qui apparaissent à l’écran sont des personnes autorisées par le service de communication de l’Opus Dei à rencontrer Marcela Said. Et le résultat est devant nous, en images; un documentaire fort et poignant qui parait parfois absurde par les dires des membres qui seraient presque comiques s’ils n’étaient pas si réels et si puissants.

Puzzle - Natalia Smirnoff

Natalia Smirnoff est une réalisatrice argentine née elle aussi en 1972. En 2009 elle réalise son premier long-métrage de fiction Puzzle qui remporte l’aide Cinéma en Construction de Cinélatino. Cette année, elle présente également son deuxième long-métrage qui est en compétition, El cerrajero.

Puzzle, prix du meilleur premier film en Argentine, plonge dans la vie d’une femme de milieu modeste qui vient de souffler ses 50 bougies. Entourée de son mari et de ses deux garçons, grands adolescents, elle est femme au foyer, s’occupe de tout et manque cruellement de reconnaissance de la part de ses trois hommes. Elle va alors se réfugier dans une nouvelle passion, les puzzles!

Le titre original Rompecabezas, littéralement « casse-têtes », montre bien le côté prenant et obsédant qu’exerce le puzzle sur cette femme. Mais Maria del Carmen aborde cette nouvelle passion de manière très légère… C’est tout d’abord pour elle une chose dans laquelle elle va se révéler, se redécouvrir et pouvoir se retrouver malgré les incompréhensions qui l’entourent, notamment de la part de son mari.

Alors comme ça, sur le papier, un film sur une femme de 50 ans qui se découvre une passion pour les puzzles, ça ne fait pas forcément rêver. Eh bien, détrompons-nous! Car bien sûr derrière c’est tout autre chose qui est abordé, le rôle de la femme à la maison, la liberté intérieure, la place de l’inutile dans une société où tout est consommation et rapidité… Lorsque le générique apparait sur l’écran, on est surpris et on en redemande.

Premier long-métrage de la réalisatrice, celui-ci ne souffre quasiment d’aucune maladresse. On s’identifie très bien à cette femme, même si dans la réalité, on s’en sent très éloigné. La caméra glisse sur elle, tourne autour d’elle, délivre peu à peu la féminité qu’elle retrouve à petits pas, révèle la confiance en elle qu’elle réapprend et filme aussi, tout en subtilité, cette femme qui en se retrouvant semble échapper petit à petit à son quotidien qui ne lui appartenait plus pour s’en créer un nouveau dans lequel elle se place au milieu. Un film sur une redécouverte, une sorte de renaissance qui, comme l’a dit un spectateur à l’issue de la projection « est un moment de grand bonheur. »

Cinélatino 2014 : coup de coeur pour un film chilien

Posté par Morgane, le 26 mars 2014

marcela saidPour L'été des poissons volants - qui a reçu l’aide de Cinéma en Construction à CinéLatino en 2012 et a été présenté à Cannes dans la section de la Quinzaine des réalisateurs l’année dernière - la réalisatrice chilienne Marcela Said abandonne le documentaire pour se lancer dans son premier long métrage de fiction, mais reste néanmoins en territoire chilien.

Son film était présenté dans deux sélections : en ouverture de Cinéma en construction et en Panorama. Ce film est né d’une expérience personnelle. Lors d’un voyage, Marcela Said s’est rendue dans une très belle propriété du sud du Chili où il y avait une lagune. Elle souhaitait s’y baigner mais une femme le lui a interdit lui donnant comme explication que cette lagune était remplie de carpes et que son père y avait mis des explosifs pour les éliminer mais que cela n’avait pas fonctionné… Trouvant l’histoire hallucinante, Marcela Said décide alors de la transposer sur grand écran mais ne pouvant le faire sous forme de documentaire, qu’à cela ne tienne elle en profite pour se lancer dans sa première fiction.

La réalisatrice aborde ici encore un sujet hautement politique et  très contemporain de son propre pays. Mais elle a décidé de ne pas l'aborder sous la forme du documentaire pour l'approcher avec une plus grande liberté.

Pancho, grand propriétaire terrien, vit avec sa famille en plein territoire mapuche. La propriété se trouve au bord d’un lac plein de carpes qui obsèdent Pancho qui n’a alors qu’une idée en tête, s’en débarrasser! Manena, sa fille aînée, supporte de plus en plus mal l’attitude de son père vis-à-vis de la population locale mapuche.

La brume épaisse qui étreint le film du début à la fin et vient se poser doucement sur la surface du lac tout en s’accrochant tendrement aux cimes des montagnes et des arbres donne un aspect magique au film accentuant à la fois le côté pesant, métaphore du conflit en arrière-plan, jamais explicite mais toujours bien présent.

L’actrice qui interprète Manena est toute en justesse. Elle incarne à merveille cette jeune fille qui, comme toutes les filles de son âge, est confrontée au premier amour, au premier chagrin, au conflit avec ses parents, et se découvre en même temps une certaine conscience politique, de plus en plus en opposition avec les positions de ses parents et de son père en particulier.

Quant à la photographie elle est tout simplement sublime et c’est avec bonheur que l’on se laisse envelopper dans cette forêt épaisse mais qui n’a ici rien d’effrayant.

Le film sort le 23 avril en France, distribué par Cinémadefacto.

Cinélatino 2014 : les femmes à l’honneur dans la ville rose

Posté par Morgane, le 22 mars 2014

affiche de cinélatino 2014Toulouse accueille cette année, et pour 10 jours (20 au 30 mars), la 26e édition du festival du cinéma latino-américain, Cinélatino. De nombreux lieux, de nombreux films et de belles rencontres au programme!

Cette année, le thème principal est dédié aux "Femmes de Cinéma". Sont à l'honneur Maria Rondon (réalisatrice et productrice vénézuélienne), Marcela Said (réalisatrice chilienne), Lila Stantic (productrice et réalisatrice argentine), Celina Murga (productrice et réalisatrice argentine), Natalia Smirnoff (productrice et réalisatrice argentine) et Catalina Villar (productrice et réalisatrice argentine). La Muestra "Femmes de Cinéma" donnera donc l'occasion de découvrir un regard féminin et latino-américain sur le monde d'aujourd'hui (rappelons que le Brésil, l'Argentine et le Chili sont présidés par des femmes), aussi bien à travers des fictions que des documentaires.

Cinélatino ce sera aussi un palmarès : il faudra choisir parmi les 14 longs-métrages de fiction en compétition, les 7 documentaires et les 8 courts-métrages. Le festival offre également un panorama de films du continent sud-américain, à voir ou à revoir, des avant-premières, des rencontres, des débats, de nombreux réalisateurs/trices présents, des concerts et du tango.

Et pour commencer en beauté, Cinélatino a fait son ouverture en plein air avec le concert de Liubila suivi de la projection d'un programme de courts-métrages. 10 jours de fête et de découvertes aux couleurs de l'Amérique latine dans la ville Rose de Nougaro... celui-là même qui chantait "Sur l'écran noir de tes nuits blanches...".

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site du festival.

Cinélatino 2013 : soutenir le cinéma en construction

Posté par MpM, le 19 mars 2013

cinelatino 2013Pour répondre à la demande de jeunes cinéastes et producteurs latino-américains au début des années 2000, le Festival Cinélatino et celui de San Sebastian créaient en 2002 Cinéma en construction, un programme d'aide à destination des longs métrages latino-américains arrivés au stade de la post-production, mais manquant de moyens. Devenue incontournable, la plate-forme permet aux réalisateurs sélectionnés de rencontrer des professionnels susceptibles de les accompagner dans la finalisation, la promotion, la distribution ou la diffusion de leur film. De ces rencontres naissent des œuvres souvent singulières, fragiles et indépendantes qui contribuent à la richesse et surtout à la diversité du paysage cinématographique latino-américain.

Par le passé, Cinéma en construction a ainsi accompagné des films comme Gloria de Sebastian Lelio, remarqué et primé à Berlin, La sirga de William Vega, qui sort en salles le 24 avril prochain, Villegas de Gonzalo Tobal, présenté en sélection officielle à Cannes en 2012 ou encore Joven y alocada de Marialy Rivas, récompensé à Sundance.

La promotion toulousaine 2013 se compose de six longs métrages (sélectionnés parmi 103 projets) venant du Pérou, du Venezuela, du Chili, du Mexique et du Brésil, et majoritairement réalisés par des femmes. Mariana Rondon (Cartes postales de Leningrad) présente notamment son troisième projet, Pelo malo. Les frères Daniel et Diego Vega défendent eux leur deuxième film, El mudo, qui suit le quotidien d'un juge péruvien persuadé qu'on veut l'éliminer. Les quatre autres longs métrages sont des premiers films : Climas d'Enrica Pérez, De menor de Caru Alves de Souza, El verano de los peces voladores de Marcela Said et Somos mari pepa de Samuel Kishi Leopo.

Les six films concourent pour un nombre important de prix, parmi lesquels des bourses d'aides à la post-production, des prestations sonores, montage son, mixage, post-production ou sous-titrage, des services de promotion ou encore une garantie d'achat par une chaîne de télévision. Implicitement, il y a aussi une forte chance pour que l'on retrouve certains des lauréats dans le circuit des festivals internationaux, et notamment à Cinélatino 2014. Histoire de se rendre compte, concrètement, du travail accompli chaque année dans le cadre de Cinéma en construction.

________

Cinéma en construction les 21 et 22 mars 2013
Dans le cadre de Cinélatino, 25e Rencontres de Toulouse
En savoir plus sur Cinéma en construction

Cinélatino 2013 : une 25e édition centrée sur le politique

Posté par MpM, le 14 mars 2013

cinelatino 2013Retour aux sources pour le Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse, qui a choisi de placer sa 25e édition sous le signe du duo "Cinéma et politique". "Lorsque nous avons commencé le festival de Toulouse et sa revue", explique Francis Saint-Didier, le président de l'ARCALT (Association des Rencontres Cinémas d'Amérique Latine de Toulouse, qui organise Cinélatino), "nous pensions que le cinéma était le meilleur véhicule possible pour faire connaître les réalités politiques des États-nations de l’Amérique latine aux spectateurs français."

Aujourd'hui, la vision de l'ARCALT s'est élargie, avec notamment une volonté forte de défendre le cinéma en tant qu'élément de culture. Aussi les organisateurs du Festival ont-ils décidé de décliner le thème au-delà de la simple "lutte politique" pour l'élargir à quatre grands sujets : dictatures et violences d'état, migration, médias et pouvoir, mondialisation, qui reflètent la grande diversité du cinéma latino-américain.

Ainsi, les deux films d'ouverture s'inscrivent chacun à leur manière dans cette thématique : Enfance clandestine de l'Argentin Benjamin Avila montre la lutte armée contre la dictature à travers les yeux d'un enfant et La playa D.C. du Colombien Juan Andrés Arango suit le quotidien d'un jeune homme dont la famille a fui son village de la côte pacifique pour s'installer à Bogota, où ils sont rejetés. Les différentes sections (compétitions fiction et documentaire, panoramas et bien sûr la section thématique) proposent également des films marqués par cette empreinte du politique.

Sont notamment abordés l'opposition violente entre communisme et catholicisme dans l'Equateur de la fin des années 70 (En el nombre de la hija de Tania Hermida Palacios), le destin d'exilés haïtiens ayant fui la dictature de Jean-Claude Duvalier (Stones in the sun de Patricia Benoit), le combat du gouvernement d'Evo Morales pour offrir une société plus juste au peuples indigènes de Bolivie (Escrito en la tierra de Gabriela Fuentes et Florencia Mujica), l'extermination des indiens mapuches d'Argentine et le combat de leurs descendants pour sauvegarder et transmettre leur identité (La historia invisible de Claudio Remedi), la bipolarisation du Venezuela et de sa vie politique depuis l'avènement d'Hugo Chavez (Venezuela (sur)realista de Francisco Guaita), l'impact de la dictature sur la vie intime et personnelle d'un Paraguayen homosexuel (108, cuchillo de Palo de Renate Costa) ou encore le pouvoir des médias dans l'aliénation des individus et la consolidation d'un état de non droit (Tony Manero de Pablo Larrain).

On peut donc s'attendre à une édition forte et militante qui rappelle à juste titre le rôle décisif de l'art en général et du cinéma en particulier dans la contestation de l'ordre établi, la dénonciation des injustices et l'élaboration de nouvelles pistes de réflexion pour le monde. A Toulouse comme ailleurs, le changement n'est peut-être pas pour maintenant, mais s'il doit survenir, il passera sûrement par une salle obscure et un écran qui s'éclaire... Une raison de plus pour courir à Cinélatino et profiter de cette profusion de films sud-américains à déguster sans modération.

_____________

Cinélatino, 25e Rencontres de Toulouse
Du 15 au 24 mars 2013
Renseignements et programme complet sur le site de la manifestation