Deux films en projet pour Joe Wright (Les heures sombres)

Posté par vincy, le 27 mars 2018

Joe Wright a le vent en poupe. Les heures sombres, nommé à l'Oscar du meilleur film, oscarisé avec Gary Oldman dans la catégorie meilleur acteur, a récolté 145 millions de dollars dans le monde, soit cinq fois son budget de production.

Le réalisateur a désormais deux projets en cours. Il était attaché à Stoner, une adaptation du roman de John Edward Williams, dont l'édition française a été traduite par Anna Gavalda. Il s'agit de l'histoire du jeune William Stoner, né pauvre dans une ferme du Missouri à la fin du XIXe siècle, qui est envoyé par ses parents, au prix de grands sacrifices, à l'université pour y étudier l'agronomie. Il devient professeur et coupe les ponts avec son passé. Mais la vie ne lui pardonne pas cette trahison. Jusqu'ici Casey Affleck et Tommy Lee Jones étaient au générique de ce film. Mais les accusations de harcèlement sur Affleck pourraient fragiliser le projet.

Depuis hier, Joe Wright a ajouté son nom à un autre projet: The Woman in the Window (La femme à la fenêtre), premier roman d'A.J. Finn qui vient de paraître en France. Le récit est celui d'Anna, docteur de profession, qui vit recluse dans sa maison de Harlem depuis le départ de son mari et de sa fille. Entre alcool, ordinateur, médicaments et lectures, elle espionne ses voisins et notamment la famille Russel, qui vient d'emménager en face. Un soir, elle est témoin d'un crime. Mais, doutant de la véracité de ses souvenirs, elle peine à convaincre les policiers.

Le scénario sera écrit par Tracy Letts, l'auteure lauréate du Prix Pultizer pour August, Osage County (déjà adapté au cinéma).

Joe Wright n'a pas encore précisé dans quel ordre il tournerait ces deux films.

BAFTA 2017: La La Land et le cinéma américain font une OPA sur les « Oscars » britanniques

Posté par cynthia, le 13 février 2017

Dans la soirée du 12 février, la cérémonie des BAFTA ou les Oscars britanniques s'est déroulée dans le froid, sous la pluie et sous le signe du glamour et de La La Land.

Sans surprise, c'est le film de Damien Chazelle qui repart en effet grand gagnant avec 5 prix dont les prestigieux meilleur film, meilleur réalisateur pour Damien Chazelle et meilleure actrice pour Emma Stone. Le film est aussi sacré pour sa musique et sa photographie. Annonciateur pour les prochains Oscars, il est sûr que La La Land n'a pas fini de faire chanter son réalisateur et l'industrie, quitte à trouver ses seuls détracteurs en France, pays de Jacques Demy.

Côté acteur, c'est Casey Affleck qui est sacré pour son rôle dans Manchester by the Sea qui est aussi récompensé pour son scénario original.

Lion, production Weinstein, remporte 2 baftas (meilleure adaptation et meilleur second rôle masculin pour Dev Patel. Viola Davis ne repart pas bredouille puisque elle emporte le prix du meilleur second rôle féminin pour Fences.

Tandis que ceux qui s'interrogent sur ce palmarès américain, la Palme d'or de 2016, Moi Daniel Blake de Ken Loach, repart avec le prix du meilleur film britannique.

Notons que Moonlight et Noctural Animals ont été boudés par cette 70e cérémonie colonisée par Hollywood. En soi le scandale est là et on se demande toujours pourquoi les artistes britanniques ne se révoltent pas conte cette cérémonie qui a plus l'allure d'une copie des Oscars, avec en bonus une soumission idéologique.

Le palmarès complet:
Meilleur film: La La Land
Meilleur film britannique: Moi, Daniel Blake
Meilleur réalisateur: Damien Chazelle ( La La Land)
Meilleure actrice: Emma Stone ( La La Land)
Meilleur acteur: Casey Affleck (Manchester by the Sea)
Meilleur second rôle masculin: Dev Patel (Lion)
Meilleur second rôle féminin: Viola Davis (Fences)
EE Rising Star (meilleur espoir): Tom Holland
Meilleur scénario adapté: Lion
Meilleur scénario original: Manchester by the Sea
Meilleur premier film: Babak Anvari, Emily Leo, Oliver Roskill, Lucan Toh (Under the Shadow)
Meilleur film étranger: Le Fils de Saul
Meilleur documentaire: 13th
Meilleur film d’animation: Kubo et l’armoire magique
Meilleure photographie: La La Land
Meilleur montage: Tu ne tueras point
Meilleur maquillage et coiffure: Florence Foster Jenkins
Meilleurs costumes: Jackie
Meilleurs décors: Les Animaux fantastiques
Meilleurs effets spéciaux: Le Livre de la Jungle
Meilleure musique: La La Land
Meilleur son: Premier Contact (Arrival)
Meilleur court métrage britannique: Home
Meilleur court d’animation britannique: A Love Story

Golden Globes 2017: La La Land au firmament, Moonlight et Elle dans les étoiles

Posté par vincy, le 9 janvier 2017

7 Golden Globe Awards pour La La Land. Une razzia, et surtout un record. Le jeune cinéaste Damien Chazelle a réussi l'exploit de tout rafler ou presque dans une cérémonie dont le nombre de prix permet généralement un certain éparpillement. Son hommage à Los Angeles, son ode à l'amour impossible, son hymne à la musique et aux musicals de Minnelli et Demy a séduit les votants (les correspondants de la presse étrangère) du scénario à la chanson, des acteurs principaux à la réalisation.

Jusqu'ici il fallait remonter à Vol au dessus d'un nid de coucou et Midnight Express pour trouver un film ayant remporté 6 Golden Globe Awards.

Il ne reste donc pas grand chose pour les autres films. Moonlight a quand même réussi à récolter le convoité prix du meilleur drame tandis que Casey Affleck a reçu le prix du meilleur acteur pour Manchester by the Sea. Il apparaît comme l'unique favori pour les Oscars dans sa catégorie.

Amazing Huppert

La surprise a quand même été de voir Elle doublement récompensé: meilleur film en langue étrangère et surtout meilleure actrice dans un drame pour Isabelle Huppert. Elle était elle-même étonnée de supplanter ses concurrentes (et notamment une Natalie Portman a priori favorite). C'est seulement la deuxième française à recevoir ce prix dans la catégorie drame après Anouk Aimée en 1967 pour Un homme et une femme, la troisième avec Marion Cotillard dans la catégorie comédie/musical.

"Merci de m'avoir fait gagner dans un film français dirigé par un réalisateur néerlandais, ici aux Etats-Unis" a déclaré Huppert dans son discours de remerciement. "Il y a des gens du monde entier dans cette salle, de Chine, d'Amérique, d'Europe. N'attendez pas du cinéma qu'il dresse des murs et des frontières" a-t-elle ajouté en référence aux programmes politiques de nombreux dirigeants dans le monde, à commencer par Donald Trump, prochain président des Etats-Unis.

Meryl Streep, récompensée pour l'ensemble de sa carrière, n'a pas non plus ménagé ses critiques à l'égard des idées de Trump. "Vous tous dans cette salle appartenez aux segments les plus diabolisées de la société américaine en ce moment". Elle a rappelé que "Hollywood croule sous les gens venus d'ailleurs et les étrangers". "Si vous les mettez tous dehors, vous n'aurez plus rien à regarder que du football américain et des arts martiaux mixtes, qui ne sont pas de l'art" a-t-elle rappelé. L'actrice multi-oscarisée, dans un discours engagé, a fait sa petite leçon et son petit effet: "L'irrespect amène l'irrespect. La violence incite à la violence. Et quand les puissants se servent de leur rang pour brutaliser les autres, nous sommes tous perdants."

Palmarès cinéma

Meilleur film - drame: Moonlight
Meilleur film - comédie/musical: La La Land
Meilleur réalisateur: Damien Chazelle (La La Land)

Meilleur acteur - drame: Casey Affleck (Manchester by the Sea)
Meilleure actrice - drame: Isabelle Huppert (Elle)
Meilleur acteur - comédie/musical: Ryan Gosling (La La Land)
Meilleure actrice - comédie/musical: Emma Stone (La La Land)
Meilleur second-rôle masculin: Aaron Taylor-Johnson (Nocturnal Animals)
Meilleur second-rôle féminin: Viola Davis (Fences)

Cecil B. DeMille Award pour l'ensemble de sa carrière: Meryl Streep

Meilleur scénario: La La Land
Meilleur film en langue étrangère: Elle
Meilleur film d'animation: Zootopie
Meilleure chanson: "City of Stars" (La La Land)
Meilleure musique: Justin Hurwitz (La La Land)

La La Land, Casey Affleck, Isabelle Huppert et Toni Erdmann distingués par les Critiques de New York

Posté par vincy, le 1 décembre 2016

La La Land de Damien Chazelle frappe fort pour les Oscars avec le prix du meilleur film du New York Film Critics Circle.

Mais ce sont deux autres films qui font une razzia sur le palmarès: Manchester by the Sea, déjà vainqueur du National Board of Review remporte le plus de prix avec celui du scénario, du meilleur acteur pour Casey Affleck (après un Gotham Award et de prix du National Board of Review), du meilleur second rôle féminin pour Michelle Williams (également pour son rôle dans Certain Women) et Moonlight, déjà vainqueur des Gotham Awards, récolte les prix du meilleur réalisateur pour Barry Jenkins, du meilleur second rôle masculin pour Mahershala Ali, de la meilleure image pour James Laxton.

On notera le doublé des Gotham Awards et du NYFCC pour Isabelle Huppert comme meilleure actrice dans Elle et dans L'avenir.

Le prix du meilleur premier film revient à The Edge of Seventeen et Krisha, ex-aequo.

Toni Erdmann, meilleur film en langue étrangère, O.J. Made in America, meilleur documentaire et Zootopie, meilleur film animé reçoivent les autres prix des critiques new yorkais.

Ceux-ci ont également décerné deux prix spéciaux, l'un pour la monteuse de Martin Scorsese, Thelma Schoonmaker, l'autre pour Julie Dash, réalisatrice de Daughters of the Dust dont le 25e anniversaire de sa sortie a été accompagné par une version restaurée.

Manchester by the Sea grand vainqueur des prix du National Board of Review 2016

Posté par vincy, le 29 novembre 2016

Succédant à Mad Max: Fury Road, Manchester by the Sea a plié le match pour le National Board of Review: Meilleur film, meilleur acteur pour Casey Affleck, meilleur scénario original, meilleur révélation masculine pour Lucas Hedges. Et, avouons-le, tous ces prix sont mérités.

Autre favori dans le cinéma indépendant en vue des Oscars, Moonlight est reparti avec le prix du meilleur réalisateur, Barry Jenkins et du meilleur second-rôle féminin, Naomie Harris.

Amy Adams pour son rôle principal dans Premier contact a gagné le prix de la meilleure actrice tandis que Jeff Bridges, avec Comancheria (Hell or High Water) a reçu le prix du meilleur second-rôle masculin. Martin Scorsese est un autre vétéran récompensé, pour le scénario adapté, co-écrit avec Jay Cocks, de Silence.

Deuxième en nombre de nominations aux Annie Awards, Kubo et l'armure magique est distingué comme meilleur film d'animation tandis que Le client d'Asghar Farhadi est cité comme meilleur film en langue étrangère, après avoir raflé deux prix à Cannes.

Les autres prix sont revenus à Royalty Hightower (dans The Fits), meilleur espoir féminin, Trey Edward Shults (pour Krisha), meilleur nouveau réalisateur, O.J.: Made in America, meilleur documentaire, Les figures de l'ombre, meilleur ensemble, Peter Berg et Mark Wahlberg, Spotlight Award de la collaboration artistique et le documentaire Cameraperson, prix de la liberté d'expression.

Parallèlement, le NBR fait des listes des meilleures films de l'année. Notons que quatre des cinq films en langue étrangère étaient à Cannes.

Films:
Premier contact
Tu ne tueras point
Avé César!
Comancheria
Les figures de l'ombre
La La Land
Moonlight
Patriots Day
Silence
Sully

Films en langue étrangère:
Elle
Mademoiselle
Julieta
Land of Mine (Under Sandset)
Neruda

Documentaires:
De Palma
The Eagle Huntress
Gleason
Life, Animated
Miss Sharon Jones!

Films indépendants:
20th Century Women
Captain Fantastic
Creative Control
Eye in the Sky
The Fits
Green Room
Hello, My Name is Doris
Krisha
Morris from America
Sing Street

Moonlight, Isabelle Huppert et Casey Affleck sacrés aux Gotham Awards

Posté par vincy, le 29 novembre 2016

Les 26e Gotham Independent Film Awards, récompensant les films indépendants, ont été les premiers à décerner leur palmarès. As usual. Moonlight, la petite sensation du cinéma indépendant (déjà 8,5M$ au box office, en tête des nominations aux Independant Spirit Awards), a été le vainqueur de la soirée, emportant le prix du meilleur film et celui du meilleur scénario. Le film de Barry Jenkins a aussi raflé le prix du public et le prix du meilleur ensemble (pour les comédiens Mahershala Ali, Naomie Harris, Alex Hibbert, André Holland, Jharrel Jerome, Janelle Monáe, Jaden Piner, Trevante Rhodes et Ashton Sanders).

Son distributeur A24 a d'ailleurs connu une soirée triomphale en remportant également le prix du meilleur nouveau réalisateur (Trey Edward Shults pour Krisha) et le prix de la meilleure révélation (Anya Taylor-Joy dans The Witch).

Isabelle Huppert a été choisie comme meilleure actrice (face à Kate Beckinsale, Annette Bening, Ruth Negga et Natalie Portman) grâce à Elle. Sur scène, elle a avoué être "sans voix", "ne s'attendant absolument pas à recevoir ce prix". De son côté Casey Affleck a été distingué du prix du meilleur acteur grâce à sa performance dans Manchester by the Sea.

Enfin le prix du meilleur documentaire a récompensé O.J.: Made in America. Durant la cérémonie, des hommages ont été rendus à Amy Adams, Ethan Hawke et Oliver Stone.

Christopher Nolan tourne son voyage interstellaire avec une pléiade de stars

Posté par vincy, le 14 août 2013

Matthew McConaughey (Mud, Magic Mike), Anne Hathaway (The Dark Knight rises, Les Misérables), Jessica Chastain (The Tree of Life, Zero Dark Thirty), Bill Irwin ("Les Expert", Rachel se marie), John Lithgow ("3rd Rock from the Sun", "Dexter"), Casey Affleck (Ocean's 11, L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford), David Gyasi (The Dark Knight Rises, Cloud Atlas), Wes Bentley (Hunger Games), Mackenzie Foy (Twilight 4 et 5, Conjuring, Topher Grace ("That's 70's Show", Spider-Man 3), David Oyelowo (Lincoln, Jack Reacher), Ellen Burstyn (Requiem for a Dream, The Yards) et Michael Caine (Inception et la trilogie Dark Knight) : voilà pour le casting définitif d'Interstellar. Des habitués de l'univers de Christopher Nolan, et quelques nouvelles têtes connues comme Grace, Burstyn, Lightow, Irwin...

Le cinéaste a commencé le tournage de son film en Alberta, au Canada, programmé en novembre 2014 dans les salles.

Le script est basé sur la théorie des "trous de ver", soit les propriétés de connexions des différents points de l'espace qui permettent de faire des raccourcis à travers l'espace et de voyager entre différentes dimensions. On suivra ainsi les aventures d'un groupe d'explorateur qui découvrira un "trou de ver" (wormhole en anglais) et dépassera ainsi les limites humaines du voyage spatial, conquérant ainsi les vastes distances d'un trajet interstellaire.

A l'origine, le projet avait été développé en 2006, avec Steven Spielberg aux commandes, à partir des théories de Kip S. Thorne, par ailleurs consultant du film de Nolan.

De nouveaux venus dans l’univers de Christopher Nolan

Posté par matthieu, le 7 juillet 2013

Interstellar Nolan Matthew McConaughey Jessica Chastain Casey Affleck

Le nouveau "blockbuster" de Christopher Nolan sortira en novembre 2014. Co-produit par Paramount et Warner Bros, Interstellar sera le premier film du réalisateur depuis la fin de la trilogie The Dark Knight. L'attente est aussi haute chez les fans qu'à Hollywood.

L'un des points forts du réalisateur provient sans doute de ses choix pour le casting de ses films, qui alimentent le buzz et séduisent les spectateurs comme les spectatrices. Les frères Nolan parviennent ainsi à chaque films à réunir toute une troupe d'acteurs qui comptent parmi les meilleurs de leurs générations respectives (même si la direction d'acteur laisse parfois à désirer : rappelez-vous la mort risible de Cotillard dans The Dark Knight Rises).

Interstellar n'est pas en reste. Si l'on retrouve parmi les habitués Michael Caine (qui fait semble-t-il parti de la famille Nolan et répond toujours aux abonnés présents) et Anne Hathaway, on comptera parmi les nouveaux venus le dorénavant culte et adoré Matthew McConaughey, la parfaite Jessica Chastain et le trop rare Casey Affleck. À noter également la présence de Bill Irwin ("Les experts") aperçu dans La jeune fille de l'eau et Across the Universe. Voilà pour ceux qui ont déjà signé. On peut ajouter que la musique sera composée par le fidèle Hans Zimmer.

Tous seront alors plongés dans des voyages dans l'espace, explorant trous noirs et nouvelles dimensions (à partir des théories scientifiques de Kip Thorne, lire notre actualité du 21 janvier). On devrait en savoir un peu plus sur le scénario et le casting final dans les prochaine semaines. Pour l'instant, la pré-production (notamment la construction des décors) a été reportée de deux semaines à cause d'inondations dans la région de Calgary (Canada) où se tournera le film dès le mois d'août.

Un modeste site internet officiel a été lancé. Le buzz, toujours le buzz... Les quatre derniers films de Nolan ont tous rapporté plus de 255 millions de $ aux USA (en recettes ajustées au prix de l'inflation). Au total, le cinéaste a fait gagné à l'industrie quelques 3,5 milliards de $ dans le monde avec ses 7 films.

Trois couples de stars dans trois villes romantiques pour Paul Haggis

Posté par vincy, le 23 août 2012

Le prochain film de Paul Haggis (Collusion, Oscar du meilleur film) bénéficiera d'un casting chic et choc.

Liam Neeson et Olivia Wilde (Tron : l'héritage, Cowboys & Envahisseurs) seront accompagnés de Mila Kunis (Black Swan, Ted) Casey Affleck (Ocean's 11 et les deux suites, L'assassinat de Jesse James ...), Moran Atias (Les trois prochains jours, de Haggis) et James Franco (qu'on ne présente plus).

Le drame romantique, Third Person, a beau avoir un casting hollywoodien, il est produit par une société belge, Corsan, basée à Anvers.

Le tournage débutera le 17 octobre à Rome. Il s'agira de trois histoires d'amour, de leur début à leur fin, qui se croisent dans trois villes différentes  Rome, Paris et New York.

Affleck et Atias seront le couple romain, Neeson et Wilde vivront leur romance à Paris, Kunis et Franco batifoleront à New York.

Pour 2013, Corsan productions a déjà prévu Killing Season, de Mark Steven Johnson, avec Robert De Niro et John Travolta, et Singularity, de Roland Joffe, avec Josh Hartnett. La société a déjà sorti The Devil's Double, de Lee Tamahori, avec Dominic Cooper et Ludivine Sagnier.

La reconversion de Joaquin Phoenix en rappeur était bien une mystification

Posté par MpM, le 19 septembre 2010

Fin 2008, l'acteur Joaquin Phoenix (Walk the line, La nuit nous appartient) avait annoncé son désir de mettre fin à sa carrière d'acteur pour se consacrer à la musique hip-hop. Depuis, chacune de ses apparitions en rappeur drogué, hirsute et bouffi avait défrayé la chronique, provoquant aussi pas mal de doutes. En effet, certains avaient depuis le début flairé le canular, ou tout au moins la performance d'acteur. Car Casey Affleck, le beau-frère de Phoenix, le suivait partout une caméra au poing, dans le but avoué de réaliser un documentaire sur sa déchéance.

Le film, I'm still here, sélectionné hors compétition à Venise, a fait une forte impression sur les spectateurs vénitiens. Casey Affleck l'avait alors présenté comme un "portrait authentique et sans concession, une plongée dans l'univers d'une star à la dérive". Il vient d'avouer au New York Times qu'en réalité, il n'en est rien. Les séquences présentes dans le documentaire comme la descente aux enfers de Joaquin Phoenix ont été montées de toutes pièces. Depuis deux ans, l'acteur jouait un personnage jusque dans les émissions de télévision.

"C'est une performance géniale, la meilleure de sa carrière", commente le cinéaste, pour qui toute l'histoire tient moins du canular que d'une démarche tendant à illustrer avec réalisme la dégradation de la célébrité. La vérité étant désormais révélée,  Joaquin Phoenix devrait rapidement retrouver le chemin des studios de tournage... à moins qu'un autre défi encore plus fou ne l'en détourne.