Cartoon Forum 2018 : l’animation TV entre dynamisme et incertitude

Posté par MpM, le 14 septembre 2018

Rendez-vous professionnel incontournable de la rentrée, le Cartoon Forum est le lieu idéal pour découvrir le ton et les tendances des programmes d'animation des années à venir. Pendant trois jours se succèdent en effet les présentations des projets de séries ou "unitaires" (ces programmes uniques qui ont un format court métrage) qui pourraient venir agrémenter les grilles des chaînes françaises et internationales en 2019 ou 2020. Ces présentations, qui rivalisent souvent d'humour et d'imagination, avec parfois décors, chorégraphies et même déguisements, sont destinées aux producteurs, diffuseurs et investisseurs susceptibles d'investir, et par là-même de faire aboutir les projets. Ce qui, sur ses 10 dernières années, a été le cas pour 44% d'entre eux.

Cette année, le Cartoon Forum s'est ouvert dans une ambiance pleine d'incertitude, suite à la décision du gouvernement (en juin dernier) de fermer la chaîne de télévision France 4, destinée à la jeunesse, et de ce fait toujours en demande de nouveaux programmes animés. Cette disparition annoncée d'une source importante de financement de l'animation intervient par ailleurs au moment où la chaîne Canal +, qui finance elle aussi largement le cinéma et la télévision, se porte mal, et alors que la prise de pouvoir de Netflix sur un nombre de croissant de programmes alimente inquiétudes et fantasmes.

Bien sûr, l'arrivée d'un nouveau financeur du secteur est une bonne nouvelle. Mais le statut particulier de Netflix, qui n'est pas contraint d'investir dans l'audiovisuel français, contrairement aux chaînes de télévision, fait grincer un nombre exponentiel de mâchoires. D'autant que l'on peut s'interroger sur le type de projets que la plate-forme de streaming consentira à financer : programmes formatés ou projets audacieux.

Cette tension générale, palpable dans les propos tenus par les professionnels, intervient justement à un moment où l'animation française semble ne s'être jamais portée aussi bien. Les studios recrutent pratiquement à flux tendus, et les élèves sortant de la centaine d'écoles (ou cursus) en animation sur tout le territoire viennent harmonieusement combler des besoins exponentiels. Probable corolaire de ce dynamisme, les budgets des productions semblent eux-aussi en hausse, peut-être notamment pour revoir à la hausse les salaires d'animateurs qui ont désormais le choix entre les projets, et n'acceptent plus de travailler dans n'importe quelles conditions.

Une situation florissante pour l'animation européenne en général que vient confirmer Marc Vandeweyer. "On croit dans les talents européens, dans la possibilité qu'ils ont de monter leurs propres projets, au lieu de seulement travailler pour ceux des autres." Mais lui aussi exprime son incertitude sur l'avenir. "J'espère que France Télévisions continuera de jouer son rôle de premier coproducteur européen, car une équipe de foot joue forcément moins bien sans son meilleur joueur." Quant à Netflix, dont la délégation était cette année plus forte que les années précédentes, "il faut attendre de voir ce qu'ils financent" déclare-t-il philosophiquement.

Quoi qu'il en soit, cette 2e édition a été l'occasion de constater l'arrivée d'une nouvelle génération de réalisateurs, souvent identifiés dans le monde du court métrage, comme Hugo de Faucompret (issu des Gobelins, et réalisateur d'Automne pour la collection En sortant de l'école consacrée à Apollinaire) ou Peter Vacz (réalisateur du fameux Le lapin et le cerf sorti en salles en 2015 dans le programme Les animaux farfelus), ainsi que de projets destinés à un public d'adultes ou de jeunes adultes (Selfish écrit et réalisé par Nicolas Trotignon & Mathieu Vernerie, qui se moque de nos addictions numériques ; Tufo de Victoria Musci, l'histoire vraie d'un Sicilien s'étant opposé à la mafia, ou encore Dans ta face de Ève Ceccarelli, qui lutte avec humour contre toutes les formes de harcèlement).

Reste bien sûr à savoir si les diffuseurs vont suivre cette tendance de séries animées pas forcément destinées aux enfants. Quoi qu'il en soit, on a très envie de découvrir rapidement certaines d'entre elles sur nos petits écrans, comme on vous l'expliquera prochainement dans un article sur nos différents coups de coeur.

Cartoon Forum 2018 : 83 projets d’animation à suivre

Posté par MpM, le 11 septembre 2018


Pour sa 29e édition qui débute ce mardi 11 septembre, le Cartoon Forum, unique plateforme de coproduction dédiée aux séries d’animation européennes, accueillera 950 participants venus du monde entier pour découvrir des projets en provenance d'une vingtaine de pays, dont la France (27 pitchs), l'Angleterre (9) et l'Allemagne (8) mais aussi l'Islande (1) et l'Ukraine (2).

Les 83 projets présentés, qui représentent un budget total de 341,3 millions d'euros, s'adressent majoritairement aux enfants (44% à la tranche d'âge 6-11 ans et 28% aux 2-6 ans), et encore très (trop ?) peu à un public adulte (7% ) ou adolescent (1%). Pour ce qui est des techniques d'animation, la 2D domine (40 projets) devant la 3D (28), le mélange des deux (10) et le stop-motion (5).

Le grand bonheur du Cartoon Forum, c'est bien sûr celui de la découverte et des coups de cœur, mais on a déjà repéré quelques projets séduisants sur le papier. Ainsi, on suivra de près Selfish écrit et réalisé par Nicolas Trotignon & Mathieu Vernerie (produit par Kazak productions), Looking for Santa écrit par Alain Gagnol et réalisé par Marc Robinet (Folimage), Mobilis, l'adaptation de 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne par Raphael Granier de Cassagnac et Thomas Guerigen (Le regard sonore), le projet en stop motion Noah's tree de Peter Vacz (Filmfabriq) ou encore la nouvelle adaptation des aventures du super héros SamSam de Serge Bloch par Jean Regnaud et Tanguy De Kermel (Folivari).

Pour cette édition 2018, le pays à l'honneur est la Finlande, qui présentera notamment trois projets. Enfin, les traditionnels Cartoon Tributes seront décernés durant les trois jours du Forum. Il s'agit de prix récompensant les diffuseurs, investisseurs/distributeurs et producteurs "ayant eu une influence dynamique et positive sur l’industrie européenne de l’animation durant l'année". La France, la Finlande, l’Italie, l'Irlande et le Royaume Uni sont en tête des nommés dont voici la liste intégrale :

Diffuseur de l'année
Deakids | Italie
Finnish broadcasting company (YLE) | Finlande
Hopster | Royaume-Uni
Netflix | Etats-Unis
TF1 Unité Jeunesse | France

Investisseur/Distributeur de l'année
9 Story Distribution International | Irlande
Connectoon | Italie
Gaumont Distribution TV | France
Miam ! Animation | France

Producteur de l'année
Akkord Film Produktion | Allemagne
Ánima Kitchent Media | Espagne
Folimage | France
Ink and Light | Finlande / Irlande
The Illuminated Film Company | Royaume-Uni