Le Festival de Cannes pour quelques jours sur la Croisette

Posté par vincy, le 28 septembre 2020

"On l’espérait, c’est décidé, le Festival sera présent à Cannes en cette année 2020 si particulière, avec une partie de la Sélection officielle Cannes 2020. Cet évènement exceptionnel, organisé en collaboration avec la Mairie de Cannes, se tiendra au Palais des Festivals et des Congrès du mardi 27 au jeudi 29 octobre 2020" annonce le Festival de Cannes.

Après avoir présenté plusieurs des films de la sélection Cannes 2020 dans les festivals d'Angoulême, Deauville, Toronto et San Sebastian, et Lumière à Lyon dans une dizaine de jours, Cannes revient sur son territoire avec une édition courte et hors normes, ouverte au grand public, au sein même de son Palais. Quatre avant-premières, les courts-métrages en compétition et les films d’école de la Cinéfondation.

Un Jury, dont la composition sera dévoilée prochainement, décernera la Palme d’or du court métrage et les Prix de la Cinéfondation.

Seront projetés Un triomphe d’Emmanuel Courcol avec Kad Merad, primé par le public à Angoulême, en ouverture et Les Deux Alfred de Bruno Podalydès, avec Sandrine Kiberlain. Asa Ga Kuru (True Mothers) de Naomi Kawase et Beginning (Au commencement) de Déa Kulumbegashvili qui vient de remporter quatre prix (dont celui du meilleur film) à San Sebastián seront également projetés.

Pour Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, quatre films de la Sélection officielle, la compétition des courts métrages, le concours des films d’école, des diners et des rencontres, "C’est un condensé du bonheur d’être à Cannes que nous allons vivre tous ensemble en octobre ! Les films de la Sélection officielle rencontrent en ce moment les spectateurs en France, en Europe et dans le monde. C’est un beau symbole de les voir faire étape à Cannes, avant de nous tourner vers l’édition 2021."

Pour une édition intégrale et "normale" (et sans doute masquée), il faudra attendre le prochain Festival de Cannes, le 74e, du 11 au 22 mai 2021.

Cannes 2020 : The Last Hillbilly et les films de l’ACID hors les murs

Posté par kristofy, le 25 septembre 2020

A cause du contexte de crise du coronavirus les trois sélections parallèles du Festival de Cannes avait annoncé leur annulation dès mi-avril : " la Quinzaine des Réalisateurs, la Semaine de la Critique et l'ACID ont le regret d’annoncer l’annulation de leurs éditions cannoises 2020... Afin de soutenir l’ensemble du secteur cinématographique, très affecté par la situation présente, chaque section, en concertation avec le Festival de Cannes, étudie cependant la meilleure façon de continuer à accompagner les films soumis à leur édition 2020". Depuis divers événements font découvrir des films 'Cannes 2020', et l'ACID organise aussi un accompagnement de ses 9 films sélectionnés (5 fictions et 4 documentaires).

Septembre symbolise le début d'une tournée qui passe par plusieurs de cette sélection ACID 2020 'Hors les murs' :

du 17 au 19 septembre 2020, à Nantes, au Cinématographe
du 25 au 29 septembre, à Paris, au Louxor
du 30 septembre au 2 octobre, à Montreuil, au cinéma Le Méliès
du 1er au 5 octobre, à Malakoff, au cinéma Le Marcel Pagnol
du 2 au 4 octobre, à Lyon, au cinéma Comoedia
du 8 au 11 octobre, à Marseille, au cinéma La Baleine et au Gyptis
du 10 au 18 octobre, à Lisbonne au Portugal, dans le cadre de la Festa do Cinema Francê
du 10 au 13 novembre, à Porto-Vecchio, à la Cinémathèque de Corse
du 20 au 29 novembre, à Belgrade en Serbie, dans le cadre du Festival du Film d’auteur
et d'autres festivals internationaux (Busan, Hambourg...).

La programmation ACID 2020 à Paris au Louxor, en présence des équipes de films  :

Vendredi 25 septembre, 20h00 = Ouverture avec THE LAST HILLBILLY + rencontre et discussion avec les réalisateurs du film & les cinéastes de l'ACID Idir Serghine, Jean-Louis Gonnet et Anne Alix.

26 septembre = 14h00 : LES AFFLUENTS + rencontre et discussion avec le réalisateur;16h00 : FUNAMBULES + rencontre et discussion avec le réalisateur, le compositeur et la productrice; 18h00 : IL MIO CORPO + rencontre et discussion avec le réalisateur et l'équipe du film; 20h30 : SI LE VENT TOMBE + rencontre et discussion avec la réalisatrice et l'acteur Grégoire Colin.

27 septembre = 11h00 : LOIN DE VOUS J’AI GRANDI + rencontre et discussion avec la réalisatrice; 14h00 : LA ULTIMA PRIMAVERA; 16h00 : WALDEN + rencontre et discussion avec la réalisatrice; 18h30 : LES GRAINES QUE L’ON SEME + rencontre avec le réalisateur.

28 septembre = 11h00 : THE LAST HILLBILLY + rencontre et discussion avec la réalisatrice Diane Sara Bouzgarrou; 14h00 : LES GRAINES QUE L’ON SEME; 16h30 : IL MIO CORPO + rencontre et discussion avec le réalisateur; 18h30 : FUNAMBULES + rencontre et discussion avec le réalisateur; 20h30 : LOIN DE VOUS J’AI GRANDI + rencontre et discussion avec la réalisatrice.

29 septembre = 14h00 : SI LE VENT TOMBE; 16h30 : WALDEN; 18h30 : LES AFFLUENTS + rencontre et discussion avec le réalisateur; 20h30 : LA ULTIMA PRIMAVERA + rencontre et discussion (via skype) avec la réalisatrice.

The Last Hillbilly, de Diane Sara Bouzgarrou & Thomas Jenkoe, en ouverture à Paris :

C'est l'occasion de découvrir ce documentaire, qui a aussi été sélectionné lors du Festival de Deauville, avant sa sortie prévue le 2 décembre. Il nous emmène dans une région des Etats-Unis peu représentée au cinéma, un endroit vers les montagnes Appalaches dans le Kentucky : ici plus qu'ailleurs les jeunes ont tendance à s'en aller vers des grandes villes et ceux qui restent sont encore attachés aux histoires d'un coin qui n'intéresse quasi plus personne. C'est un de ces endroits un peu isolé où les gens sont moins américains (ou plus) que d'autres, les hillbillies (les péquenauds) assistent à la disparition du mode de vie de leurs parents...

Le documentaire s'intéresse particulièrement à l'un d'eux et à sa famille. Brian est conscient de la désertification de la région et que tout ce qu'il a connu sera oublié, les enfants s'ennuient dans cette nature de forêt et de lacs et jouent soit aux jeux-vidéo soit à conduire un tracteur vers ailleurs. La caméra observe beaucoup et écoute leurs discussions, les deux réalisateurs se sont donné un rôle de témoin de ce qui se joue sans y ajouter leur commentaire. Et ce qui se joue est précisément la fin en marche d'un endroit rural à la fois profondément américain et en même temps hors de l'Amérique moderne. C'est une certaine tradition des pionniers qui n'est plus du tout attirante face au progrès (dont économique) des villes. Brian continue de raconter des histoires au coin du feu et les enfants de se baigner dans la rivière, mais tous ont le sentiment qu'il n'y aura plus vraiment de Hillbilly à l'avenir...

_______________
ACID hors les murs au cinéma Le Louxor à Paris
du 25 au 29 septembre.
Renseignements sur le site de la manifestation

Deauville 2020-Cannes 2020 : Que vaut A Good Man, avec Noémie Merlant ?

Posté par kristofy, le 7 septembre 2020

Parmi les films français ayant reçu le label "Cannes 2020" qui sont invités à Deauville, deux titres étaient très attendus : Teddy de Ludovic & Zoran Boukherma avec Anthony Bajon. Une histoire de loup-garou qui est d'ailleurs très réussie (en salles le 13 janvier 2021), et A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar avec Noémie Merlant et SoKo, où un homme envisage d'enfanter... Il ne sortira qu'en mars 2021. Le pitch est singulier: Aude et Benjamin, infirmier,  s’aiment et vivent ensemble depuis 6 ans. Aude souffre de ne pas pouvoir avoir d’enfant alors Benjamin décide que c’est lui qui le portera...

C'est l'importance de son sujet et les questions soulevées qui font de A Good Man un film à la fois risqué, osé, espéré, voir même redouté. Sans rien divulgâcher, puisque le synopsis le suggère et que la révélation se fait très tôt dans le récit : dans cette histoire Benjamin s'appelait avant Sarah, Benjamin est un homme trans qui pourrait enfanter... Le visage androgyne de Noémie Merlant sur l'affiche intrigue mais le film est avant tout une grande et belle histoire d'amour.

Marie-Castille Mention-Schaar a déjà initié de nombreux films en tant que productrice (pour Antoine de Caunes, Pierre Jolivet...) et  comme scénariste (La Première Étoile avait eu le César du meilleur premier film). Comme réalisatrice, ses comédies ont été décevantes (Bowling, La fête des mères), alors qu'elle est bien plus à l'aise avec des drames basés sur des histoires vraies (Les héritiers, Le ciel attendra qui avait contribué à révéler Noémie Merlant). Et c'est justement dans cette veine de ses films 'inspirés d'une histoire vraie' qu'elle réalise A Good Man.

Aux Etats-Unis, plusieurs centaines d'hommes ont donné naissance à un bébé. Avec son coscénariste, Chris­tian Son­de­reg­gerelle, elle avait déjà participé à la production du documentaire Coby à propos de quelqu'un né fille et qui après 20 ans, était devenu un homme, ambulancier de métier. C'est en fait ce documentaire qui a influencé la préparation de  A Good Man.

« Je ne veux pas tout, je veux les mêmes choses que toi, ni plus ni moins. »

A Good Man est donc une fiction tout autant inventée que documentée. De nombreuses questions à propos du changement de sexe y sont abordées. Cette séance de Deauville, la première du film en présence de l'équipe (Marie-Castille Mention-Schaar, Noémie Merlant, Vincent Dedienne, Jonas Ben Ahmed, Anne Loiret, Alysson Paradis) a été bien accueillie avec plusieurs minutes de standing-ovation à la fin. Certaines voix après la projection ont été moins flatteuses, regrettant les trop nombreux poncifs sur le thème de la transition d'identité. De fait, il accumule certains passages obligés (la mère qui ne parle plus à Benjamin avec qui elle va renouer, la douche avec la lumière éteinte, le meilleur ami qui se sent trahi...), parfois de manière maladroite.

Une autre faiblesse tient à la présentation du personnage de Benjamin aux spectateurs. De quoi désarçonner : on y voit moins un homme qu'une Noémie Merlant déguisée, avec une voix grave pas naturelle. Heureusement cette impression s'estompe en cours de film où progressivement on oublie l'actrice pour ne plus voir que le personnage masculin (sans compter que Benjamin devenu homme est - cliché - accro aux jeux-vidéo et aux hamburgers...). Il ne serait pas étonnant qu'une polémique naisse: pourquoi ne pas avoir pris un acteur trans pour le rôle?

Sans doute Marie-Castille Mention-Schaar a voulu mettre dans son film trop de choses. Cependant, c'est contrebalancé par une certaine subtilité de l'ensemble : une transition femme-homme se fait sur une longue période et en plusieurs étapes qui mêlent l'intime, l'administration, le regard des autres et maintes épreuves. Et avouons-le, Noémie Merlant s'impose encore plus comme interprète audacieuse et stupéfiante.

Marie-Castille Mention-Schaar a déclaré sur scène: « faire un film pour moi c'est échanger, dialoguer, ouvrir le dialogue, essayer toujours de faire en sorte qu'on vive mieux ensemble », et c'est justement ce à quoi va inviter A Good Man.

Deauville 2020 : un grand hommage à Kirk Douglas en ouverture

Posté par kristofy, le 5 septembre 2020

Après les bons chiffres de fréquentation des salles pour Tenet de Christopher Nolan qui ont été reçus par les distributeurs et les exploitants comme un symbole d'une reprise d'attractivité des salles, l'ouverture du 46ème Festival du cinéma américain de Deauville a aussi regonflé les espoirs (masqués).

Bal masqué

La ministre de la culture Roselyne Bachelot est venue amener de la lumière dans la salle obscure de Deauville, deux semaines après que le Premier ministre Jean Castex ait fait de même à Angoulême : « Le cinéma ce n'est pas seulement des films, c'est l'expérience collective du grand écran», en évoquant les prochaines mesures de soutien au secteur qui vont être mise en oeuvre (dont une mise à contribution des diverses plateformes de streaming vod, concurrentes des salles, pour une taxation en direction du CNC pour redistribuera ensuite).

La cérémonie d'ouverture a fait venir certains fidèles de Deauville : des ex-membre de jury comme Régis Wargnier, Clotilde Hesme, Kadija Touré, Anna Girardot, et même l'ex-premier ministre et maire voisin du Havre Edouard Philippe. Deauville a mis l'accent sur une solidarité entre festivals (yes, we Cannes !) - en particulier Annecy et Cannes dont des films de leurs sélections sont invités à être découverts ici. Cannes étant LE festival marqueur de l'année, il était représenté sur scène par Pierre Lescure et Thierry Frémaux. Même leur musique-signature de Saint-Saëns tellement évocatrice de fête du cinéma résonnait en Normandie.

Ennio et Kirk

Deauville a démarré sur des hommages. Des mélodies ont été jouées au piano: du Ennio Morricone. Et puis il y eut Kirk Douglas, à travers un émouvant discours vidéo envoyé par son fils Michael Douglas, racontant les phases de la vie son père (jeunesse, succès, la fin de sa vie) et remerciant le festival pour cette première commémoration post-mortem et post-confinement.

Sa filmographie qui s'étire sur presque 60 ans depuis L’emprise du crime de Lewis Milestone en 1946 avec Barbara Stanwyck et Les griffes du passé de Jacques Tourneur en 1947 avec Robert Mitchum, jusqu’en 2003 avec Une si belle famille (tourné avec sa famille dont son fils Michael Douglas pour la première fois) et 2004 Illusion (à propos d’un artiste à la fin de sa vie).

Kirk Douglas est mort en février 2020 à l’âge de 103 ans : une telle longévité a fait de lui un acteur phare d’un demi-siècle de cinéma américain en traversant l’époque des gros films de studios des années 50 et leur déclin ainsi que le nouvel Hollywood des années 70. Le début des années 80 sera synonyme de ses derniers grands succès avec Saturn 3 de Stanley Donen et surtout Nimitz retour vers l’enfer de Don Taylor. Parmi la multitude de ses rôles, il aura imprimé de sa personnalité l’image d’un héros droit et fort dans ses convictions : sur l’écran autant qu’en privé, Kirk Douglas était opposé à un certain impérialisme américain comme au Maccarthysme des années 50.

Sept jours en mai, de John Frankenheimer.

La dernière apparition de Kirk Douglas dans un film aura été à la télévision (pour Canal+) en 2008 dans le montage de Meurtre à l’Empire State Building du français William Karel qui avait été présenté au festival du film américain de Deauville cette année-là. Kirk Douglas et la France c’est d’ailleurs une longue histoire : il parlait le français, il a été membre du jury du festival de Cannes en 1970, il a reçu un César d’honneur en 1980, il fut chevalier de la Légion d’honneur en 1985, et son visage avec une fossette au menton est devenu un personnage des aventures d' Astérix… Quantité de ses films ont été des succès populaires en France.

Le Gouffre aux chimères, de Billy Wilder.

Il a tourné devant les caméras des plus illustres : Jacques Tourneur, Joseph L. Mankiewicz, Raoul Walsh, Billy Wilder, Howard Hawks, Vincente Minnelli, Richard Fleischer, King Vidor, de John Sturges, Stanley Kubrick, Robert Aldrich, John Huston, John Frankenheimer, Otto Preminger, René Clément, Elia Kazan, Brian De Palma, Stanley Donen, George Miller, John Landis… En tant que producteur il chapeaute plusieurs projets où il se donne bien entendu le premier rôle comme La Vie passionnée de Vincent van Gogh et Spartacus qui sont d’immenses succès. Il s’essaya comme réalisateur avec moins de chance (Scalawag et La Brigade du Texas sont oubliables). Il a reçu trois nominations à l'Oscar du meilleur acteur sans remporter la statuette: c’est un Oscar d’honneur qui lui est alors remis en 1996 pour saluer alors ses 50 ans de carrière.

Spartacus, de Stanley Kubrick.

Sur les planches normandes, il y avait déjà reçu un hommage de son vivant en 1978 et en 1999 (25ème anniversaire du festival). Deauville propose de revoir une large sélection de ses films : La Griffe du passé de Jacques Tourneur (1947), Le champion de Mark Robson (1949), Le Gouffre aux chimères de Billy Wilder (1951) avec un journaliste qui redevient populaire avec ses articles sur l’agonie d’un homme enseveli dans un gouffre (une inspiration du Un jour de chance de Alex de la Iglésia), La Captive aux yeux clairs de Howard Hawks (1952), Les Ensorcelés de Vincente Minnelli (1952), La vie passionnée de Vincent Van Gogh de Vincente Minnelli et Georges Cukor (1956), Les sentiers de la gloire de Stanley Kubrick (1957) dont l’histoire qui dénonce la hiérarchie militaire française a fait que le film n’a pu être visible chez nous avant 1975…, Les Vikings de Richard Fleischer (1958), Spartacus de Stanley Kubrick (1960), Seuls sont les indomptés de David Miller (1962) d’ailleurs le film préféré de Kirk Douglas, Sept jours en mai de John Frankenheimer (1964) où, en tant que militaire, il dénonce sa hiérarchie qui prépare un coup d’Etat contre le président américain favorable au désarmement…, et Nimitz, retour vers l'enfer de Don Taylor (1980), avec un paradoxe temporel en temps de guerre.

Nimitz, retour vers l'enfer, de Don Taylor.

Deauville 2020 : razzia de films américains (et d’ailleurs)

Posté par kristofy, le 3 septembre 2020

La menace du Covid-19, ou plutôt les contraintes des mesures de précaution contre ce coronavirus, aura provoqué depuis ce printemps 2020 l'annulation de nombreux festivals de cinéma (et de musique, et autres manifestations culturelles). Les règles de réduction des déplacements et de respect des distanciations ont été abandonnées pour remplir de nouveau les trains, les entreprises, les écoles, les lieux de tourisme, et donc aussi certains festivals. En cette rentrée de septembre, le festival de Venise est donc maintenu (avec un contrôle de la température de tous) tout comme le Festival du Cinéma Américain de Deauville (avec comme partout masque et gel, et des sièges qui doivent rester libres). A un détail près: à cause des quatorzaines imposées par certains pays, les voyages internationaux restent assez restreints.

A quoi va ressembler ce 46e Festival de Deauville sans aucune grande star internationale pour venir en soirée sur le tapis rouge ? En fait, il s'annonce dans la continuité des années précédentes avec une razzia de nouveaux films (et aussi des rétrospectives), avec pour maître-mot le plaisir de la découverte :  « Cette édition ne dérogera pas à notre volonté éditoriale de montrer la diversité et l’originalité de la cinématographie américaine. Ainsi sur 15 films sélectionnés en compétition, 7 sont des premiers films et 8 sont des films de réalisatrices ». Peu importe si certains gros studios ont reporté la sortie de leurs plus gros films (Mulan, Top gun 2, Sans un bruit 2, Fast and furious 9...), quantité de films sont en attente de sortir et il y en aura beaucoup à Deauville !

Jury idyllique

Ces films seront à découvrir en présence du jury présidé par Vanessa Paradis, avec, autour d'elle, Yann Gonzalez, Zita Hanrot, Delphine Horvilleur, Vincent Lacoste, Mounia Meddour, Sylvie Pialat, Bruno Podalydès, Oxmo Puccino. Le Jury Révélation sera emmené par Rebecca Zlotowski, entourée de Luàna Bajrami, Mya Bollaers, Arnaud Rebotini et Antoine Reinartz.

Films en Compétition : The Assistant de Kitty Green (Berlin 2020), First Cow de Kelly Reichardt (Berlin 2020), Giants Being Lonely de Grear Patterson (Venise 2019), Holler de Nicole Riegel, Kajillionaire de Miranda July, Last Words de Jonathan Nossiter (un film 'Cannes 2020'), Lorelei de Sabrina Doyle, Love is Love is Love d'Eleanor Coppola, Minari de Lee Isaac Chung (Grand Prix de Sundance 2020), Shiva Baby d'Emma Seligman, Sophie Jones de Jessie Barr, Sound of Metal de Darius Marder, Uncle Frank d'Alan Ball, The Violent Heart de Kerem Sanga, The Nest de Sean Durkin.

Une sélection éclectique

Films en Avant-première : Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal en clôture, Critical thinking de John Leguizamo, Wendy de Benh Zeitlin, Bad Education de Cory Finley, Don't tell a soul de Alex McAulay, Resistance de Jonathan Jakubowicz, Sons of Philadelphia de Jérémie Guez, The Professor and the Madman de Farhad Safinia, Wander de April Mullen.

Les Documentaires : Billie de James Erskine, Kubrick par Kubrick de Gregory Monro, Leap of Faith : William Friedkin on The exorcist de Alexandre O. Philippe, Deauville et le rêve américain de Daphné Baiwir, Kirk Douglas, l'indompté de Hubert Attal, Pierre & Lescure de Maxime Switek et Philippe Lézin, The last Hillbilly de Diane-Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe, Weed & Wine de Rebecca Richman Cohen

Des films pas forcément américains

De plus le Deauville sera aussi la vitrine de certains autres films ayant été sélectionnés par d'autres festivals n'ayant pas pu se tenir comme d'habitude comme Annecy et l'animation et Cannes.

Films ayant été sélectionnés par Annecy : Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé, Lupin III: The First de Takashi Yamazaki, Petit vampire de Joann Sfar.

Films ayant été sélectionnés par Cannes, au nombre de 9 : ADN de Maïwenn, Des Hommes de Lucas Belvaux, Les Deux Alfred de Bruno Podalydès, A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar, Last Words de Jonathan Nossiter, Rouge de Farid Bentoumi, Slalom de Charlène Favier qui recevra le Prix d’Ornano-Valenti 2020, et 2 films de genre avec un loup-garou dans Teddy de Ludovic et Zoran Boukherma et des zombies dans Peninsula de Yeon Sang-ho.

Cette année le Festival américain va rendre un hommage à Kirk Douglas (avec 12 films). LePrix du 46e Festival à Barbet Schroeder, qui se livrera lors d'une masterclass (avec 6 de ses films).

_______________
46e Festival de Deauville
du 4 au 13 septembre.
Renseignements sur le site de la manifestation

Ibrahim et Un triomphe couronnés à Angoulême

Posté par vincy, le 2 septembre 2020

Le Festival du film francophone d’Angoulême a décerné le premier palmarès cinématographique d'importance en Europe depuis... la Berlinale en février et Annecy en juin. Des salles quasiment pleines ont sans doute rassuré le secteur. Reste à savoir si le coup de projecteur suffira à faire revenir le public dans les cinémas français.

Deux films ont dominé cette édition post-Covid pour le jury présidé par Gustave Kervern et Benoît Delépine.

Ibrahim, premier long métrage du comédien Samir Guesmi, remporte quatre prix du jury, dont celui du meilleur film attribué à l'unanimité, mais aussi ceux de la mise en scène et du scénario.

Un triomphe, deuxième long métrage d'Emmanuel Courcol, avec Kad Merad notamment. Il reçoit le prix du public etun double prix d'interprétation masculine pour Sofian Khammes et Pierre Lottin, qui incarnent deux des prisonniers.

Les deux films ont reçu le label Sélection officielle Cannes 2020, tout comme Slalom, primé par les étudiants.

Notons que Petit pays d'Éric Barbier, déjà en salle a été distingué pour la très juste interprétation d'Isabelle Kabano.

Valois de diamant
Ibrahim de Samir Guesmi

Valois du public
Un triomphe d’Emmanuel Courcol (sortie 6 janvier 2021, Memento)

Valois de l’acteur
ex aequo :
Sofian Khammes dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol
Pierre Lottin dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol

Valois de l’actrice
Isabelle Kabano dans Petit pays d’Éric Barbier (sortie le 28 août)

Valois de la mise en scène
Samir Guesmi pour Ibrahim

Valois Magelis des étudiants francophones
Slalom de Charlène Favier (sortie 4 novembre 2020, Jour2Fête)

Valois René-Laloux décerné au meilleur court métrage d’animation
ex aequo :
Machini de Tétshim et Frank Mukunday
Le mal du siècle de Catherine Lepage

Valois du scénario
Samir Guesmi pour Ibrahim (sortie 9 décembre 2020 Le Pacte)

Valois de la musique
Raphaël Eligoulachvili pour Ibrahim

10 films labellisés Cannes 2020 s’invitent à Deauville

Posté par vincy, le 28 juillet 2020

Les planches de Deauville, habituellement américaines, vont accueillir des films sélectionnés par Cannes 2020, provenant du Royaume-Uni, de Corée du sud ou de France.

"A circonstances exceptionnelles, édition exceptionnelle : le Festival du cinéma américain invite cette année le Festival de Cannes, dans sa nature de dimension internationale. 10 films ont été ainsi sélectionnés parmi les 56 titres de la Sélection officielle du Festival de Cannes. Un moment intense pour faire vivre et palpiter le plus grand festival du monde à Deauville. Tous les publics pourront découvrir ces films sur grand écran, en présence de son délégué général Thierry Frémaux et de son président Pierre Lescure" indique le communiqué. "Nous partageons avec Bruno Barde une exigence identique pour le cinéma, une même passion pour les artistes, une tradition semblable de générosité et d’ouverture au monde"  explique Thierry Frémaux, Délégué général du Festival de Cannes.

ADN de Maïwenn
Ammonite de Francis Lee
Des hommes de Lucas Belvaux
Les deux Alfred de Bruno Podalydès
A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar
Last Words de Jonathan Nossiter
Peninsula de Yeon Sang-ho
Rouge de Farid Bentoumi
Slalom de Charlène Favier
Teddy de Ludovic & Zoran Boukherma

Pour les amoureux du cinéma américain, en dehors de cette sélection cannoise, le festival proposera, 70 films. Les 14 films de la compétition ont déjà été annoncés:

First Cow de Kelly Reichardt
Giants Being Lonely de Grear Patterson
Holler de Nicole Riegel (1er film)
Kajillionaire de Miranda July
Lorelei de Sabrina Doyle (1er film)
Last Words de Jonathan Nossiter
Love is Love is Love d‘Eleanor Coppola
Minari de Lee Isaac Chung
Shiva Baby d’Emma Seligman (1er film)
Sophie Jones de Jessie Barr (1er film)
Sound of Metal de Darius Marder (1er film)
The Assistant de Kitty Green (1er film)
The Violent Heart de Kerem Sanga
Uncle Frank d’Alan Ball (2° film)

Vincent Dedienne : Les tribulations d’un amoureux des tribus

Posté par vincy, le 27 juillet 2020

On l'attend dans son nouveau spectacle en solo pour 2021, sept ans après "S'il se passe quelque chose", qui l'avait révélé. Vincent Dedienne a surtout mis sa notoriété (y compris cathodique avec "Quotidien" sur TMC) au service du théâtre: "Le Jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux, "Callisto et Arcas" de Ovide, le plus barré "Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche" de Hervé Blutsch et "La Carpe et le Lapin", un cadavre exquis de Catherine Frot et lui-même, brutalement interrompu par le confinement en mars.

Au cinéma, il sera à l'affiche de trois films cette année. Tout commence ce mercredi avec Terrible jungle d'Hugo Bénamozig et David Caviglioli. Il y est Eliott, jeune chercheur naïf, qui part étudier les Otopis, un peuple mystérieux d’Amazonie (le film a été tourné à La Réunion). C’est aussi l’occasion pour lui de s’éloigner de l’emprise de sa mère, la possessive Chantal de Bellabre (Catherine Deneuve, trop contente de rejouer sous les tropiques, et en plus avec des jeunes). Mais celle-ci, inquiète pour lui, décide de partir à sa recherche en s’aventurant dans l’étrange forêt amazonienne avec un guide pas vraiment doué (Jonathan Cohen). C'est du pur pop corn à la française, mais ici l'humour est absurde et un brin décalé, et les comédiens excellent à incarner cette dérision.

Dans moins d'un mois, on le croisera en fermier bio dans Effacer l'historique, primé à Berlin, réalisé par Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero. Là il n'a qu'un petit rôle.

Et en attendant A Good Man de Marie-Castille Mention-Schaar le 3 mars 2021, sélectionné à Cannes 2020 et avec Noémie Merlant et Soko, on retrouvera Vincent Dedienne dans Parent d'élève, de Noémie Saglio, avec Camélia Jordana, Héléna Soubeyrand, Anne Charrier et Samir Guesmi. Cette fois-ci, il incarne un trentenaire sans enfant qui infiltre la tribu des parents d’élèves. Se retrouver aux réunions parents-prof, aux sorties d’école et à la kermesse de fin d’année relève d’un sacré exploit !

Cannes 2020: la sélection Cannes Classics, et un avant-goût du Festival Lumière

Posté par vincy, le 15 juillet 2020

La sélection Cannes Classics sera présentée, en grande partie, au festival Lumière de Lyon (10-18 octobre), puis aux Rencontres cinématographiques de Cannes (23-26 novembre).

25 longs métrages de fictions et sept documentaires qui composent un panorama éclectique du patrimoine cinématographique mondial, avec en exergue les 20 ans d'In the Mood for Love de Wong Kar-wai. mais aussi un Pasolini, le centenaire de Fellini, les 60 ans de deux grands classiques, et pas mal de films méconnus.

In the Mood for love (2000, 1h38, Hong Kong) de Wong Kar-wai, prix interprétation masculine en 2000 pour Tony Leung
Sortie en France le 2 décembre 2020.

Friendship’s Death (1987, 1h12, Royaume-Uni) de Peter Wollen, qui marque le premier grand rôle de Tilda Swinton au cinéma.

The Story of a Three-Day Pass (La Permission) (1968, 1h27, France) de Melvin Van Peebles

Lyulskiy dozhd (Pluie de juillet / July Rain) (1966, 1h48, Russie) de Marlen Khutsiev

Quand les femmes ont pris la colère (1977, 1h15, France) de Soizick Chappedelaine et René Vautier
Sortie en France en 2021.

Préparez vos mouchoirs (Get Out Your Handkerchiefs) (1977, 1h50, France) de Bertrand Blier

Hester Street (1973, 1h30, États-Unis) de Joan Micklin Silver

Ko to tamo peva ? (Qui chante là-bas ? / Who’s Singing Over There ?) (1980, 1h26, Serbie) de Slobodan Šijan
Sortie en France le 21 octobre 2020.

Prae dum (Black Silk) (1961, 1h58, Thaïlande) de R.D. Pestonji

Zhu Fu (New Year Sacrifice) (1956, 1h40, Chine) de Hu Sang

Feldobott ko (La Pierre lancée) (1968, 1h25, Hongrie) de Sándor Sára

Neige (1981, 1h30, France) de Juliet Berto et Jean-Henri Roger
Sortie en France au printemps 2021.

Bambaru Avith (The Wasps Are Here) (1978, 2h, Sri Lanka) de Dharmasena Pathiraja

Bayanko: Kapit sa patalim (Bayan Ko) (1984, 1h48, Philippines / France) de Lino Brocka
Sortie en France en février 2021.

La Poupée (1962, 1h34, France) de Jacques Baratier
Sortie en France encore non communiquée.


Sanatorium pod klepsydra (La Clepsydre / The Hourglass Sanatory) (1973, 2h04, Pologne) de Wojciech J. Has
Sortie en France en mai 2021.

L’Amérique insolite (America as Seen by a Frenchman) (1959, 1h30, France) de François Reichenbach

Deveti krug (Neuvième cercle / The Ninth Circle) (1960, 1h37, Croatie) de France Štiglic

Muhammad Ali the Greatest (1974, 2h03, France) de William Klein

La Film Foundation de Martin Scorsese fête ses 30 ans

Accattone (Accatone) (1961, 1h57, Italie) de Pier Paolo Pasolini

Shatranje bad (The Game Chess of the Wind) (1976, 1h33, Iran) de Mohammad Reza Aslani

Federico: 100 ans !

La strada (1956, 1h48, Italie) de Federico Fellini

Luci del varietà (Les feux du music-hall) (1950, 1h37, Italie) d’Alberto Lattuada et de Federico Fellini

Fellini degli Spiriti (Fellini of the Spirits) d’Anselma dell’Olio (1h40, Italie / Belgique)

Les 60 ans d’À Bout de souffle et de L’Avventura

À Bout de souffle (Breathless) (1960, 1h29, France) de Jean-Luc Godard
Sortie en France en automne 2020. Sortie vidéo le 4 novembre 2020.

L’Avventura (1960, 2h20, Italie / France) de Michelangelo Antonioni
Sortie en France en novembre 2020.

Les documentaires 2020

Wim Wenders, Desperado d’Eric Friedler et Andreas Frege (2h, Allemagne)

Alida (Alida: In Her Own Words) de Mimmo Verdesca (1h45, Italie)

Charlie Chaplin, le génie de la liberté (Charlie Chaplin, The Genius of Liberty) de François Aymé et Yves Jeuland, réalisé par Yves Jeuland (2h25, en deux parties : 1h05 et 1h20, France)

Be Water de Bao Nguyen (1h44, États-Unis)

Belushi de R.J. Cutler (1h48, États-Unis)

Antena da raça de Paloma Rocha et Luís Abramo (1h20, Brésil)

Cannes 2020: 17 films sélectionnés pour la Cinéfondation

Posté par vincy, le 2 juillet 2020

Le Festival de Cannes a dévoilé aujourd'hui la Sélection 2020 de la Cinéfondation.

Depuis 1998, la Sélection de la Cinéfondation présente des courts métrages issus des écoles de cinéma du monde entier. Emmanuelle Bercot, Deniz Gamze Ergüven, Léa Mysius, Kornél Mundruczó, Claire Burger, Jessica Hausner, Corneliu Porumboiu ou encore Nadav Lapid ont été découverts à Cannes à cette occasion.

Pour sa 23e édition, le comité de Sélection dirigé par Dimitra Karya a choisi 17 films (13 fictions et 4 animations), réalisés par onze hommes et huit femmes, et sélectionnés parmi les 1952 œuvres qui ont été présentées par l’ensemble des écoles de cinéma. Cette édition 2020 est dédiée à la mémoire de David Kessler (1959-2020), qui soutenait et aimait la Cinéfondation.

La projection des films de la Sélection de la Cinéfondation, à l’issue de laquelle les Prix seront décernés par le Jury, se déroulera à l’automne prochain, à Cannes, dans le Palais des Festivals. La date de l’événement, ainsi que la composition du Jury, seront dévoilées très prochainement.

Shaylee ATARY NEURIM - 30’
The Steve Tisch School of Film & Television, Tel Aviv University, Israël

Toby AUBERG PILE - 4’
Royal College of Art, Royaume-Uni

Santiago BARZI MURALLA CHINA – 17’
Universidad del Cine, Argentine

Márk BELEZNAI AGAPÉ – 16’
Budapest Metropolitan University, Hongrie

Lucia CHICOS CONTRAINDICATII – 19’
UNATC "I. L. CARAGIALE", Roumanie

Tzor EDERY & Tom PREZMAN TAMOU – 10’
Bezalel Academy of Arts and Design, Israël

Ashmita GUHA NEOGI CATDOG – 21’
Film and Television Institute of India, Inde

Sarah IMSAND LE CHANT DE L'OISEAU – 19’
HEAD Genève, Suisse

Matjaž JAMNIK NIH?E NI REKEL, DA TE MORAM IMETI RAD – 18’
UL AGRFT, Slovénie

KEFF TAIPEI SUICIDE STORY – 45’
NYU Tisch School of the Arts, États-Unis

KIM Min-Ju SEONGINSIK - 22’
Soongsil University, Corée du Sud

Timothée MAUBREY CARCASSE – 33’
La Fémis, France

Yelyzaveta PYSMAK JA I MOJA GRUBA DUPA – 10’
The Polish National Film School in Lodz - Pologne

Afonso & Bernardo RAPAZOTE CORTE – 28’
Escola Superior de Teatro e Cinema - Portugal

Elsa ROSENGREN I WANT TO RETURN RETURN RETURN – 32’
DFFB - Allemagne

Mitchelle TAMARIZ EN AVANT – 4’ (photo)
La Poudrière - France

ZHANG Linhan DOU ZEOI GU SI – 14’
NYU Tisch School of the Arts - États-Unis