Cannes 2017 – les lieux du festival : bienvenue sur la plage Nespresso

Posté par MpM, le 22 mai 2017


Contrairement à ce que son nom indique, on ne boit pas que du café, sur la plage Nespresso ! C'est là que se tiennent certaines des plus fameuses soirées du Festival, et notamment celles de la Semaine de la Critique.

Mais c'est aussi là que les chefs font leur cinéma ! Chaque soir, un grand chef propose cette année encore un dîner inspiré par l'univers d'un réalisateur, de Pedro Almodovar à Claude Sautet, en passant par Matteo Garrone.

En journée, les journalistes en quête d'un havre de paix peuvent aussi y effectuer leurs interviews ou profiter tranquillement de l'espace wifi. Parce que travailler les pieds dans l'eau ou dans un transat sur le sable, c'est un des (nombreux) petits plaisirs coupables de Cannes.

Cannes fiction: L’invasion des profanateurs…

Posté par vincy, le 22 mai 2017

En cette fin des années 2020, la France a bien changé. Avec la victoire du parti des Patriotes aux régionales en 2021 puis celles du parti des Révoltés aux législatives en 2022, le financement de la culture a été bouleversé. Le premier a décidé de couper les vivres au Festival de Cannes trop cosmopolite à son goût, tout en laçant un Festival du film national à Saint-Tropez. Le second a appliqué son programme en demandant aux organisateurs de faire le choix entre financement privé et financement public. Après un conseil d'administration houleux, l'Association du Festival de Cannes a choisi le financement privé et l'Etat a cessé de financer l'événement, préférant répartir ces millions d'euros sur des manifestations cinématographiques plus fragiles.

Cannes a donc ouvert les portes aux sponsoring en grand. Pas trop le choix. D'autant que les distributeurs sont un peu plus pauvres depuis la baisse de la fréquentation mondiale en salles pour les films art et essai, les spectateurs préférant les voir sur les plateformes de SVàD qui emportent les plus beaux contrats au marché du film.

Ce qui était déjà visible dans les années 2000, avec Nespresso, Magnum, L'Oréal, Chopard, Renault, est décuplé. Ainsi, en arrivant par le train, la nouvelle gare de Cannes est aux couleurs de Perrier, fournisseur officielle d'eau minérale, avec des bouteilles à grandeur humaine qui rafraichissent l'air en ces printemps caniculaires. A cause de la montée des eaux, le Festival doit construire des digues éphémères pour continuer d'utiliser ses plages, toutes construites par Bec Frères, qui a fait des miracles à Monaco. Google sponsorise aussi les traductions en 8 langues de tous les films présentés à Cannes. Facebook diffuse en live toutes les conférences de presse.

Le placement produit est devenu roi, avec un tapis rouge orné d'un losange d'une marque de voiture, un écran géant brandé par une marque de téléphone chinoise, un générique du Festival, toujours avec la musique de Camille Saint-Saens (ouf!) introduit par une pub pour le leader des cosmétiques. L'agenda d'une égérie de marque de luxe, par ailleurs actrice, détermine le jour de la projection, permettant de réduire les frais de déplacement pour le producteur et le distributeur. La voix off et la maîtresse de cérémonie citent désormais le nom du styliste et du bijoutier, choisis parmi des signatures "labellisées" partenaires du Festival.

Le plus marquant est sans doute l'arrivée des baskets sur les marches. LVMH, partenaire de La Fabrique du monde et fournisseur officiel de champagne, et Kering, partenaire du Women in Motion, ayant le monopole des vêtements et chaussures pour les invités officiels et les talents en sélection officielle ont su étendre leur contrat pour pouvoir imposer toutes leurs marques, y compris de sportswear. Ainsi on a pu voir Justin Bieber débarquer sur le tapis en exhibant son sous-vêtement Calvin Klein et provoquer une grosse colère de la part des "sponsors officiels".

Le plus délicat fut sans doute pour le Festival de refuser le sponsoring des marches. A moitié réussi, puisque désormais sur chacune d'entre elles des jeunes filles et jeunes hommes à demi-nus forment une haie d'honneur, vêtus de tee-shirts siglés Air France-KLM avec une couleur et une illustration par destination.

Tout cela a finalement permis au Festival d'augmenter son budget et même de créer son Musée du Festival, situé sur le Port. Un Musée mécéné par la Fondation Luma, extension de celui d'Arles.

Cannes 2017: Nos retrouvailles avec Al Gore

Posté par vincy, le 22 mai 2017

Il n'a rien à voir avec le cinéma. Al Gore est un politique. Pourtant c'est son deuxième passage à Cannes en sélection officielle. La première fois c'était il y a onze ans. Il venait présenter Une vérité qui dérange, documentaire édifiant sur le réchauffement climatique et ses conséquences.

Écologiste convaincu, adepte des nouvelles technologies, il a définitivement abandonné la vie politique au sens électoral du terme. Depuis qu'il a échoué (de façon contestable, rappelez-vous les bulletins de vote qu'il a fallu recompter en Floride) face à George W. Bush, il a entamé une série de conférences grand public où il expose les constats, les dangers et les enjeux du réchauffement climatique. Son film était une sorte de manuel "L’écologie pour les Nuls" avec une présentation pédagogique, ludique, didactique, et avouons-le brillante. Sa vision globale, intelligente, rigoureuse, utile, jamais démago faisait le « le tri entre la vérité et la fiction.»

Prix Nobel de la paix

Al Gore, 69 ans aujourd'hui, député durant 8 ans, sénateur pendant 7 ans puis vice-président de Bill Clinton durant ses deux mandats, a une vraie prestance physique. Il en impose. Diplômé de Harvard, où il partage sa chambre avec Tommy Lee Jones, il a été journaliste pour l'Armée au Vietnam, et a d'abord été un reporter dans un canard local du Tennessee avant d'embrasser une carrière politique. Grâce à lui, Internet est devenue une stratégie numérique aux Etats-Unis, devenant un outil grand public tout en étant une priorité politique.

Mais son dada c'est l'environnement. Il prend conscience de l'urgence planétaire lors de la ratification du Traité de Tokyo. Après avoir quitté la politique, il redevient simple militant de la cause. Mais avec les moyens que peut avoir un ancien Vice-Président. Acteur et orateur d'Une vérité qui dérange, il se met en scène et joue les professeurs. Le film reçoit deux Oscars (Oscar du meilleur film documentaire et Oscar de la meilleure chanson originale) et Al Gore est le lauréat en 2007 du Prix Nobel de la Paix.

Lanceur d'alerte

Il revient à Cannes avec la suite de son documentaire, Une suite qui dérange: le temps de l'action, prévu en salles le 1er novembre (en France). Le film, comme le premier documentaire, a déjà fait l'objet d'une avant-première à Sundance. Réalisé par Bonni Cohen et Jon Shenk, il reprend les faits survenus depuis dix ans qui donnent raison au cri d'alarme poussé dans le premier film. Mais il semble que celui-ci soit davantage politique, avec en toile de fond le Traité de Paris et les décisions de Donald Trump. Al Gore n'est plus élu. Mais il conserve sa colère, continue à répandre son message, veut croire à une révolution énergétique et citoyenne et attaque bille en tête l'actuel Président des Etats-Unis, coupable à ses yeux de crime contre l'humanité, la nature, bref la planète.

Il y a dix ans il alarmait sur le temps des conséquences. Aujourd'hui il alerte et réclame le temps de l'action.

Cannes 2017 : Qui est Kim Min-hee ?

Posté par MpM, le 22 mai 2017

Kim Min-hee a connu un début de carrière plutôt classique, alternant productions sud-coréennes destinées au marché local et séries télévisées. Elle fait en effet ses premiers pas au cinéma en 2000 (elle a dix-huit ans) avec le film Asako in Ruby Shoes de Lee Jae-yong, puis à la télévision avec The age of innocence.

C'est en 2008 que sa performance dans Hellcats de Kwon Chil-in lui permet de se faire remarquer. Elle reçoit d'ailleurs le Baeksang Arts Award (récompense cinématographique sud-coréenne) de la meilleure actrice. Elle est à nouveau nommée en 2012 pour Helpless de Byeon Yeong-joo et récompensée en 2013 pour Very ordinary couple de Roh Deok. Autant de films inédits en France.

Mais il faut attendre 2015 pour que la comédienne soit réellement révélée sur le marché international à l'occasion de sa première collaboration avec Hong Sang-soo, Un jour avec, un jour sans. On la remarque tout de suite dans le rôle d'une jeune artiste qui se cherche, et qui, selon les versions de l'intrigue, dresse même un portrait étonnamment lyrique de la recherche artistique. Il y a une pureté, inhabituelle chez Hong Sang-soo, et même une véritable élévation, dans le long monologue de la jeune femme qui explique pourquoi elle peint, et ce que cela lui apporte. Kim Min-hee y est bouleversante, comme elle sait à d'autres moments être irrésistible de drôlerie ou de maladresse.

Le film est couronné d'un léopard d'or à Locarno et son partenaire Jeong Jae-yeong remporte le prix d'interprétation masculine. Pourtant, c'est bien la rencontre avec Kim Min-hee qui marque un tournant dans l'oeuvre du cinéaste sud-coréen, lequel semble ne plus pouvoir se passer d'elle. Ils enchaînent ensemble On the beach at night alone (2017), La caméra de Claire (2017) et The day after (2017).

Entre temps, Kim Min-hee a croisé la route d'un autre cinéaste coréen habitué de Cannes, Park Chan-wook, qui lui confie le rôle titre de son venimeux et sulfureux polar présenté sur la Croisette en 2016, Mademoiselle. Le film lui permet de révéler différentes facettes de jeu, son personnage apparaissant tour à tour fragile, cruel, passionné, manipulateur et surtout extrêmement sensuel. On croit à chaque aspect de cette personnalité multiple qui tire son épingle du jeu avec un plaisir gourmand.

Multiple, elle l'est aussi d'une certaine manière dans On the beach at night alone qui lui vaut l'Ours d'argent de la meilleure actrice lors de la Berlinale 2017. Elle y campe avec justesse, sensibilité et humour une femme aux prises avec ses sentiments suite à une histoire d'amour avec un homme marié (toute ressemblance avec des faits réels...). Là encore, elle brille lors de monologues véhéments (et alcoolisés) sur l'amour et ses pièges, et passe avec facilité du burlesque au sensible, et même à l'émotion.

On attend donc forcément avec un mélange d'excitation et d'anxiété ses deux prochaines apparition chez Hong Sang-soo, aux côtés d'Isabelle Huppert dans La Caméra de Claire, et avec un autre habitué de l'univers d'Hong Sang-soo, Kwon Hae-hyo (Yourself and yours, On the beach at night alone) dans The day after. Ce n'est pas nous qui allons nous plaindre de cette double dose cannoise de Kim Min-hee. En espérant la découvrir prochainement dans un autre registre encore.

Daily Cannes: une leçon de cinéma, un style punk et un tuto make-up

Posté par cynthia, le 21 mai 2017


L'événement du jour était la diffusion du film de John Cameron Mitchell, How to talk to girls at parties Présenté hors compétition, il s'agit du premier film de science-fiction punk à être présenté à Cannes. La montée des marches fût d'ailleurs punky/rock à souhait et la belle complicité entre Nicole Kidman et Elle Fanning nous a enchantés.

De toute façon même sans Kidman, Elle Fanning aurait fait trembler la Croisette tant l'actrice est apparue sublime, majestueuse, talentueuse, charismatique (fangirling ça suffit) belle (bon encore un peu) et lumineuse. L'Américaine n'en est pas à sa première montée des marches puisque l'année dernière elle avait montré son joli minois pour The Neon Demon de Nicolas Winding Refn.

Clint Eastwood et sa leçon de cinéma
Autre événement de la journée, le légendaire Clint Eastwood est arrivé au Palais des Festivals pour présenter son film restauré Impitoyable et donner, en prime, une leçon de cinéma. Un tonnerre d’applaudissements et une fan légèrement sous LSD qui hurlait Cliiiiiiint, Cliiiiiint Cliiiiiint» ont accompagné l'arrivée du réalisateur de Gran Torino qui a offert un moment de pur émotion.

Rappelons que la filmographie du cinéaste n’a cessé d'enrichir l’histoire du Festival ces trois dernières décennies. En 1985, il est sélectionné pour la première fois en compétition pour Pale Rider. Suivront par la suite, Bird en 1988, White Hunter et Black Heart en 1990, Absolute Power en 1997, Mystic River en 2003 et L'échange en 2008 pour lequel il reçoit le prix spécial de la 61e édition. N'oublions pas qu'il a été également président du jury en 1994 et qu'il a remis la Palme d'honneur à Manoel de Oliveira en 2008. Eastwood a, enfin, reçu, lui-même, une Palme d'honneur en 2009.

L'acteur-producteur-musicien-réalisateur a confié son amour pour le Western en expliquant qu'à son époque tous les enfants rêvaient de monter à cheval et/ou de jouer dans un film du genre. "Enfant, j’adorais déjà les westerns. Mes idoles à l’époque? Gary Cooper, James Stewart, John Wayne…" avoue-t-il.

Ils sont fous ces Français?

Au niveau de la réalisation, Clint Eastwood explique que "Le cinéma est complètement émotionnel, absolument pas intellectuel. Un exemple: j’aime jouer au golf mais je ne veux pas qu’on m’impose de jouer au golf. C’est pareil avec la réalisation." Il affirme aussi son indépendance à Hollywood.
Pendant plus d'une heure, il a partagé les anecdotes de sa jeunesse cinématographique mais aussi ses aventures en tant que cinéaste: "J’aime faire un premier essai et voir ce qui se passe sur le visage de mes acteurs. Si ça fonctionne dès la première prise, tout le monde est pris dans cette dynamique positive, et c’est très bénéfique pour la suite du tournage."

Eastwood aime tellement la France qu'il a prévu de faire un film sur les attentats survenus dans le pays, et plus particulièrement celui qui a touché le Thalys: "On vit une époque très bizarre... très étrange. Je joue un peu avec cette idée en ce moment." Et lorsqu'on lui demande pourquoi les Français l'aiment autant, il répond avec désinvolture: "Ils sont fous!"

Il termine cette belle rencontre avec le public par une phrase sur sa condition de vie: "Il ne faut pas réfléchir et juste vivre l'instant présent "

Le tweet du jour
On vous l'accorde ce n'est pas un tweet mais lorsque Elle Fanning, nouvelle ambassadrice de L'Oréal Paris, offre un tuto make up sur son Instagram, on dit un grand OUI!

Cannes 2017 – Télex du marché: Cities of Love 4 et 5, Idris Elba, Stacy Martin, Willem Dafoe et Viggo Mortensen

Posté par vincy, le 21 mai 2017

- La franchise Cities of Love s'étend à Rotterdam et Berlin, deux villes hôtes de grands festivals. Pour Rotterdam, I Love You, Mike Figgis, Claire Denis, Pablo Trapero and John Maybury, Martin Koolhoven, Paula van der Oest, Joost van Ginkel, Koen Mortier, Barry Atsma, Shariff Nasr et Atom Egoyan sont annoncés. Les 11 segments seront tournés à partir de juillet. Concernant Berlin, I Love You, Patrick Dempsey, Renee Zellweger , Massy Tadjedin, Ai Weiwei, Shekhar Kapur, Tom Van Avermaet, Fernando Eimbcke, Til Schweiger, Dennis Gansel et Dani Levy commenceront leurs tournages en juin. Trois films de la série ont déjà été tournés: Paris je t'aime en 2006, projeté à Cannes, New York I Love you en 2009 et Rio, I love you en 2014.

- Studiocanal a annoncé que l'acteur Idris Elba ferait ses premier pas de réalisateur avec Yardie, un thriller se déroulant dans les années 1980. Cette sombre histoire de cocaïne est une adaptation du roman de Victor Headley, où un jeune jamaïcain qui a grandit dans les rues de Londres et découvre par hasard le coupable de l'assassinat de son grand frère vénéré survenu en Jamaïque dix ans plus tard. Sa quête de justice va enclencher une guerre violente, mettant en péril ceux qu'il aime. Aml Ameen incarnera le personnage principal.

- Stacy Martin, à l'affiche du Redoutable, en compétition aujourd'hui, sera la star du premier film en anglais de la réalisatrice israélo-française Michale Boganim (La Terre outragée), Borough Park. L'actrice jouera une jeune femme, Rebecca, désavouée par son père, un estimable rabbin. Elle est contrainte de quitter le quartier ultra-orthodoxe juif de Borough Park où elle a vécu toute sa vie. En s'installant à Manhattan, elle fait la rencontre de de Anya, une immigrante russe émancipée. Le tournage doit débuter à la mi-septembre.

- Willem Dafoe sera le nouveau Vincent Van Gogh du cinéma dans le prochain film de Julian Schnabel, At Eternity’s Gate, écrit par le réalisateur et Jean-Claude Carriere. L'histoire se concentre sur l'époque où le peintre était à Arles et à Auvers sur Oise, où sera tourné le film. Van Gogh a notamment été incarné par Kirk Douglas et Jacques Dutronc. Scnabel avait déjà réalisé un film sur un peintre, Basquiat. Le film s'attachera à montrer l'intimité de l'artiste tout comment il s'est sacrifié pour son œuvre.

- Viggo Mortensen a confirmé qu'il serait la star d'Unabomb, thriller autour d'une chasse à l'homme ponctué par de nombreux twists. Mortensen interprétera un agent du FBI traquant le fugitif le plus recherché du moment. Son équipe non conventionnelle d'agents parcourt ainsi les USA pour mettre la main sur le terroriste anarchiste, Unabomber, qui continue ses attaques meurtrières. Le film sera réalisé par Robert Lorenz, producteur associé aux films de Clint Eastwood.

Cannes 2017 – les lieux du festival : bienvenue à la plage Majestic

Posté par MpM, le 21 mai 2017

C'est l'une des plus belles plages de la Croisette, avec son ponton, ses différents espaces couverts et découverts et son accès direct à l'agora. L'un des rares lieux de réception cannois où l'on ne se marche pas les uns sur les autres et où il est facile de profiter de la vue comme du buffet.

Située juste à côté du palais, elle reçoit logiquement les soirées officielles, et notamment la désormais célèbre Welcome Party mise en place par Thierry Frémaux l'an dernier, et à laquelle sont conviés non pas les stars, pour une fois, mais les journalistes et festivaliers.

Concert, barbecue, ciel étoilé, bonne humeur de rigueur, les pieds dans l'eau ou dans le sable, sur le dance floor ou dans un canapé moelleux, la soirée 2017 avait tout prévu pour lancer avec faste les festivités du 70e. La plage, elle, se préparait dès le lendemain pour de nouvelles libations. Jusqu'à l'aube, pour les dix jours suivants.

Cannes en livres: « L’année du cinéma 2027  » pour délirer

Posté par vincy, le 21 mai 2017

Le pitch: 250 synopsis de films plus absurdes et drôles les uns que les autres, par des cinéastes réputés, inventés ou improbables. Tout est évidemment fictif.

Le style: C'est concis, ludique, mytho, parfois tiré par les cheveux ou hautement fantaisiste. Benoît Forgeard nous projette en 2027, mercredi après mercredi, avec "les films du futur à ne pas manquer". Tout un programme. Avec des étoiles pour juger de la qualité de ces films qui n'existent pas. Alors penchons-nous plutôt sur quelques chefs-d'œuvre à venir: Bien choisir ses lunettes (pour) de Bénabar, film financé par une grosse boîte d'optique, International Movie Database de Terrence Malick, avec Hugh Grant, adaptation du célèbre site web, Le cul de Bruno Dumont, où une fille hésite entre se lancer dans le porno et son amour pour la musique médiévale, A pleurer de rire qui rassemble les fragments inédits d'un film inachevé de Théo Angelopoulos, Le Pen, biopic de Mairlou Chambart avec Richard Anconina dans le rôle de l'homme politique, ou encore Trip to the End of the Night, film d'ouverture de Cannes 2027, adaptation du Voyage au bout de la nuit de Céline, par Guillaume Canet et avec Omar Sy en vedette. Et on n'oubliera pas le Casimir des frères Dardenne.

La remarque: Benoît Forgeard compile ici ses petites pastilles publiées dans un premier temps dans le magazine Sofilm.

L'année du cinéma 2027 de Benoît Forgeard. Coédité par Sofilm et Capricci le 3 novembre 2016.

Cannes 2017: Nos retrouvailles avec John Cameron Mitchell

Posté par vincy, le 21 mai 2017

11 ans que John Cameron Mitchell n'est pas venu fouler les marches cannoises. Certes, l'acteur-auteur-réalisateur est très rare. Pas un seul long métrage depuis Rabbit Hole en 2010. Le film avait révélé Miles Teller et donné l'un des plus beaux rôles à Nicole Kidman. Kidman, justement, est à l'affiche de son nouveau film, How To Talk to Girls at Parties, présenté hors compétition lors de cette 70e édition cannoise. John Cameron Mitchell est à sa place cette année: Cannes a rarement été aussi gay-friendly avec une forte présence de cinéastes ou films gays (Almodovar, Haynes, Téchiné et Nos années folles, 120 battements par minute).

JCM se souvient sans doute de son passage sur la Croisette. C'était avec Shortbus, en séance de minuit. Orgiaque et sexuel, ce décryptage analytique et sensuel des comportements amoureux et attirances charnelles, tous genres et toutes tentations confondues, avait remué les festivaliers. Film culte, Shortbus avait la force d'un film sulfureux, filmé comme une comédie de mœurs classique, banalisant ainsi ce qui aurait pu être subversif voire choquant pour certains.

Quand Cannes sélectionne Shortbus, JCM n'est pas un inconnu. Cinq avant on l'avait découvert au cinéma dans Hedwig and the Angry Inch, où il était tout à la fois acteur, scénariste, réalisateur. Le comédien fut nommé aux Golden Globes, le réalisateur fut couronné par un Teddy Award au Festival de Berlin, trois prix (Grand prix, prix de la critique, prix CinéLive) à Deauville, sacré à Sundance avec le prix de la mise en scène et le prix du public.

Pourtant l'artiste de 54 ans, à l'allure d'éternel jeune homme, a du surmonter pas mal d'obstacles pour en arriver là. Fils de militaire, à l'éducation catho assez stricte, il a transgressé un à un tous les tabous qui l'empêchaient de s'épanouir. Son premier rôle sur scène, à l'age de 11 ans, était la Vierge Marie dans un musical sur la nativité. Très vite, il a aimé la scène. A 22 ans, il décroche son premier rôle pro dans une comédie musicale. Rapidement, il se fait une jolie réputation dans le milieu théâtral new yorkais. On le croise aussi dans quelques épisodes de séries TV et en acteur auditionnant pour un film porno dans Girl 6 de Spike Lee. On l'entend donner sa voix à un kangourou dans une pub pour des cookies. Il est même du casting d'une sitcom (Party Girl). Faut bien remplir le frigo.

Sa vie change en 1998 lorsqu'il écrit une comédie musicale off-Broadway, sur une vedette de rock transsexuelle est-allemande poursuivant son ex-amant parce qu'il plagie ses chansons. Il fera d'Hedwig un phénomène de la scène new yorkaise (qui sera remonté plusieurs fois ces vingt dernières années, dont la dernière version, avec Neil Patrick Harris a remporté 4 Tony Awards) et qu'il adaptera au cinéma. John Cameron Mitchell est Hedwig.

Définitivement le plus queer des cinéastes américains, il s'aventure aussi dans le clip vidéo pour les discos-pop Scissor Sisters (clip censuré aux USA à cause de son contenu fortement sexuel) et la publicité en réalisant quelques courts pour Dior, avec Marion Cotillard et Jude Law en égéries, ou Agent provocateur. Entre deux films qu'il réalise, il retrouve son métier de comédien (les séries "Girls" et "Vinyl" où il incarne Andy Warhol). Les stars, il n'a pas envie de courir après, mais son style singulier séduit les plus affranchies. Nicole Kidman le retrouve ainsi pour la deuxième fois, passant d'une mère endeuillée dans Rabbit Hole à une femme au look punk. C'est l'un de ses trois films à Cannes cette année. Et le deuxième qu'elle partage avec Elle Fanning, avec Les proies.

Politiquement incorrect pour les Etats-Unis, cet héritier de John Waters et de Woody Allen (à ses débuts), du cinéma allemand des années 70 et de Cassavetes, veut réhabiliter la sexualité au cinéma. "Hollywood est trop souvent très timide à propos du sexe, ou alors ils ne savent qu'écrire des blagues d'ados sur le sujet. Le sexe est toujours quelque chose de négatif parce que les gens en ont peur" expliquait-il.

Lui qui a perdu la foi religieuse après les morts de son frère et de son compagnon, n'a pas perdu la foi amoureuse. Comme Hedwig, peut-être qu'il ne peut entrer dans aucune des structures sociales qui existent pour se réconforte. "Hedwig est complètement seule, tout en se rendant compte qu'elle ne veut pas être seule."

Cannes 2017 : Qui est Sean Baker ?

Posté par wyzman, le 21 mai 2017

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs ce mois-ci, le sixième film de Sean Baker, The Florida Project, raconte les péripéties de Moonee, une enfant de 6 ans au sale caractère qui se retrouve lâchée en liberté dans un motel de la banlieue de Disney World. Projet sensiblement différent de ce qu'il a fait par le passé, ce nouveau long-métrage à nouveau écrit et réalisé par Sean Baker est porté à l'écran par Willem Dafoe (Pasolini), Caleb Landry Jones (Tom à la ferme) et Macon Blair (Gold).

Mais lorsque l'on connaît la propension du réalisateur américain à filmer la vraie vie des vrais gens, il y a fort à parier que The Florida Project devrait faire sensation à Cannes. Fin 2015, son film Tangerine secouait déjà les quelques salles parisiennes branchées où il était projeté. Complètement tourné avec un iPhone, le film traitait du quotidien de deux transsexuelles et travailleuses sexuelles. La veille de Noël et dans un Los Angeles peu reconnaissable, Sean Baker suivait ces deux personnages atypiques d'un œil bienveillant. Très apprécié par la critique, une nomination aux Oscars pour le second rôle Mya Taylor était même en discussions.

En 2012, Sean Baker embarquait Dree Hemingway (While We're Young), James Ransone (Treme) et Stella Maeve (Rizzoli & Isles) dans Starlet, un drame centré sur une amitié entre une femme de 21 ans et une autre de 85 ans. Toujours au plus près de la réalité, Sean Baker racontait également en 2010 l'histoire d'un immigré venu du Ghana et habitant à New York dans le trop méconnu Prince of Broadway. Drame larmoyant et feel-good movie qui s'ignore, Prince of Broadway lui permettait de se positionner subtilement en cinéaste calé, à l'aise avec les petits budgets.

Mais tandis que Tangerine a rapporté pas moins de 700.000$ au box-office américain et sans avoir aucune tête d'affiche, il y a fort à parier que The Florida Project passera le million sans trop de difficultés. C'est tout ce que l'on peut espérer à un homme aussi inspiré et passionné tel que Sean Baker, cinéaste qui aime filmer la différence, sans moraliser, afin de toucher l'humain qui est en chacun nous, marginal ou exclus.