« La Favorite » a les faveurs des British Independent Film Awards

Posté par vincy, le 3 décembre 2018

La Favorite de Yorgos Lanthimos engrange les prix depuis sa présentation à Venise, où il a remporté le Grand prix du jury et le prix d'interprétation féminine pour Olivia Colman. Il a aussi récolté un prix spécial pour tout son casting aux Satellite Awards et le même aux Gotham Awards, le prix du meilleur second-rôle féminin (Rachel Weisz) et des costumes aux Hollywood Film awards, le prix de la meilleure actrice (Olvia Colman) au Festival de Gijon, le prix du public à Camerimage. Et voilà que le film ramasse 10 prix aux British Independent Film Awards hier soir. Il était nommé dans 13 fois dans 12 catégories.

La Favorite a dont été récompensé en tant que meilleur film britannique indépendant, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleure actrice (Colman), meilleur second-rôle féminin (Weisz), meilleure image, meilleur casting, meilleures costumes, meilleurs maquillages, meilleurs décors.

Autant dire qu'il reste des miettes aux autres films. Joe Cole a créé la surprise en recevant le prix du meilleur acteur pour le film français Une prière avant l'aube. Alessandro Nivola a été distingué en tant que meilleur second-rôle masculin pour Désobéissance. La chanteuse et actrice irlandaise Jessie Buckley a été sacrée meilleur nouveau talent. Richard Billingham, pour Ray & Liz, a ramené chez lui le Douglas Hickox Award (meilleur réalisateur pour un premier film), tandis que son producteur est reparti avec le trophée de meilleure révélation dans la production. Le prix du meilleur scénario est revenu à Bart Layton pour American Animals, qui a aussi été primé pour le montage.

Le prix des meilleurs effets a récompensé le film d'animation Cro Man. Enfin, You Were Never really here de Lynne Ramsay se console avec deux prix: musique et son.

Trois prix honorifiques ont été décernés: Horace Ové (Prix spécial du jury), Judi Dench (Richard Harris Outstanding Contribution accolade) et Felicity Jones (Variety Award).

Les BIFA ont distingué Evelyn comme documentaire, The Big Day comme court-métrage et Roma d'Alfonso Cuaron comme film étranger.

« La mort de Staline » à Angoulême mais pas en Russie

Posté par vincy, le 25 janvier 2018

Ce soir à 20h au festival international de la bande dessinée d'Angoulême, La mort de Staline, déjà présenté Dinard fin septembre, sera projeté en présence de l'auteur de la bande dessinée éponyme, Fabien Nury. Le film, coproduction française qui sera distribué par Gaumont fin mars en dans l'Hexagone, est réalisé par Armando Ianucci (In the Loop), avec un casting quatre étoiles anglo-saxon.

Pendant ce temps-là, on ne badine pas avec un mythe en Russie. Le ministère russe de la Culture a en effet annulé mardi la sortie prévue cette fin de semaine, de la comédie franco-britannique: "La licence de distribution du film La Mort de Staline a été retirée", a indiqué à l'AFP une porte-parole du département du cinéma du ministère.

Ce qui est surprenant c'est que ce sont aussi des cinéastes, en plus de députés et hommes politiques russes, qui avaient appelé le ministre de la Culture Vladimir Medinski à interdire sa distribution. Ils considèrent que la comédie porte atteinte "à des symboles nationaux russes". Une susceptibilité mal placée ou un humour incompris...?

On ne badine pas avec Staline

A une semaine des commémorations du 75e anniversaire de la victoire soviétique dans la bataille de Stalingrad contre l'Allemagne nazie, la date était provocatrice, peut-être. Dans ce film, où la succession de Staline est vue comme une farce burlesque et les grands hommes d'Etat de l'époque comme des pantins assoiffés de pouvoir, lâches, complotistes et se menaçant les uns et les autres, le régime soviétique d'il y a 65 ans n'est pas forcément vu sous son plus beau jour.

Mais la mémoire nationale russe n'est pas un sujet de plaisanterie. Et on en a envoyé au goulag pour moins que ça.

La mort de Staline a reçu deux nominations aux Bafta (scénario et musique), les Oscars britanniques, 13 nominations aux British Independent Film Awards (et en a gagné 4: casting, second-role masculin, maquillage, décors), et le Prix de la critique internationale au Festival de Turin.

9 visages à ne pas manquer en 2018: Florence Pugh

Posté par vincy, le 23 décembre 2017

Florence Pugh. 22 ans le 3 janvier. L'actrice britannique a grandi en Andalousie, avec toute sa famille, dont le musicien Toby Sebastian, son grand frère, qu'on a pu voir aussi dans Game of Thrones. La comédienne a connu sa vocation très tôt, à l'âge de 7 ans. depuis, elle chante, danse, joue de la guitare et la comédie. Enfin plutôt le drame. Elle aime le danger. Elle avoue être exigente sur les personnages qu'elle choisit.

Révélée dans The Falling il y a trois ans, elle a été l'une des sensations de l'année passée avec The Young Lady (Lady Macbeth), qui lui a valu le prix de la meilleure actrice aux British Independent Film Awards.

Elle a ensuite enchaîné cinq tournages: The Passenger de Jaume Collet-Serra, avec Liam Neeson et Vera Farmiga, en salles le 24 janvier, Fighting with My Family de Stephen Merchant, avec Dwayne Johnson et Vince Vaughn, Outlaw King de David Mackenzie, avec Chris Pine et Aaron Taylor-Johnson, Hush de Olaf de Fleur Johannesson, et le téléfilm Le Roi Lear, avec Anthony Hopkins et Emma Thompson, où elle sera Cordelia.

Seule la Terre triomphe aux British Independent Film Awards 2017

Posté par vincy, le 10 décembre 2017

Quatre films se sont partagés les honneurs des British Independent Film Awards ce dimanche soir: Seule la terre, I Am not a Witch, The Young Lady (Lady MacBeth) et La mort de Staline. Autant dire qu'il ne restait rien pour les autres hormis quelques prix de consolation. On peut le dire: il n'y a pas de fausse note dans ce palmarès de très bon goût.

Le grand vainqueur reste Seule la terre, le premier film de Francis Lee sorti mercredi sur les écrans français. En remportant le prix du meilleur film, mais aussi celui du meilleur acteur, du meilleur premier scénario et du meilleur son, Seule la terre a dominé la compétition, après avoir été primé à Berlin (Männer Jury Award aux Teddy Awards), à Dinard (Hitchcock d'or, prix des exploitants), à Stockholm (meilleur réalisateur, meilleur acteur), à Sundance (meilleure réalisation) et à Saint-Jean-de-Luz (meilleur film, meilleur acteur).

I Am Not a Witch et The Young Lady, tous deux en lice pour le Independent Spirit Award du meilleur film étranger aux Etats-Unis, ont de quoi être également réjouis. Le premier, qui a fait son avant-première mondiale à la Quinzaine des réalisateurs, sortira le 27 décembre en France. Il a remporté 3 prix dont celui de meilleur réalisateur. Le second, sorti en avril dernier en France (145000 entrées), primé aux Arcs et à San Sebastian, choisi parmi les 10 meilleurs films indépendants par le National Board of Review américain, a récolté 5 prix dont celui de la meilleure actrice.

Un autre film se détache en nombre de trophées: La mort de Staline, coproduction française, adapté d'une bande dessinée française, et, comme Seule la terre, présenté à Dinard fin septembre. Le film sort en mars en France et a reçu 4 récompenses.

Enfin, notons que Get Out s'offre le prix du meilleur film étranger.

Tous les prix
Meilleur film indépendant britannique : Seule la terre de Francis Lee
Meilleur réalisateur : Rungano Nyoni (I Am Not A Witch)
Meilleur acteur : Josh O’Connor (Seule la terre)
Meilleure actrice : Florence Pugh (The Young Lady)
Meilleur scénario : Alice Birch (The Young Lady)
Meilleur second rôle féminin : Patricia Clarkson (The Party)
Meilleur second rôle masculin : Simon Russell Beale (La mort de Staline)
Meilleur premier scénario : Francis Lee (Seule la terre)
Prix Douglas Hickox du meilleur réalisateur d'un premier film : Rungano Nyoni (I Am Not A Witch)
Meilleur documentaire : Almost Heaven de Carol Salter
Meilleure révélation producteur : Emily Morgan (I Am Not A Witch)
Meilleur film indépendant international : Get Out de Jordan Peele
Meilleur court métrage britannique : Fish Story de Charlie Lyne
Meilleure révélation : Naomi Ackie (The Young Lady)
Prix de la découverte : In Another Life de Jason Wingard
Meilleure photo : Ari Wegner (The Young Lady)
Meilleur casting : Sarah Crowe (La mort de Staline)
Meilleurs costumes : Holly Waddington (The Young Lady)
Meilleur montage : Jon Gregory (Three Billboards Outside Ebbing, Missouri)
Meilleurs effets spéciaux : Nick Allder et Ben White (The Ritual)
Meilleure musique : Carter Burwell (Three Billboards Outside Ebbing, Missouri)
Meilleurs maquillage et coiffure : Nicole Stafford (La mort de Staline)
Meilleurs décors : Cristina Casali (La mort de Staline)
Meilleur son : Anna Bertmark (Seule la terre)

American Honey triomphe aux British Independent Film Awards

Posté par vincy, le 5 décembre 2016

Le film d'Andrea Arnold American Honey, primé à Cannes, a raflé quatre prix aux British Independent Film Awards dimanche 4 décembre dans la soirée, dont celui du meilleur film, du meilleur réalisatrice, de la meilleure actrice et de la meilleure image.

Deux autres vainqueurs se sont distingués: Moonlight, sensation de la saison des prix aux Etats-Unis, qui obtient le prix du meilleur film étranger et Under the Shadow, film d'horreur en farsi qui reçoit trois prix.

Si Adult Life Skills gagne deux prix, la surprise provient de l'échec à du favori, Moi, Daniel Blake, Palme d'or signée Ken Loach, a transformé ses 7 nominations puisqu'il ne repart qu'avec deux récompenses.

Le palmarès:
Meilleur film britannique indépendant: American Honey
Meilleur film étranger indépendant: Moonlight
Meilleur réalisateur: Andrea Arnold (American Honey)
Meilleur scénario: Babak Anvari (Under the Shadow)
Meilleure actrice: Sasha Lane (American Honey)
Meilleur acteur: Dave Johns (Moi, Daniel Blake)
Meilleur second-rôle féminin: Avin Manshadi (Under the Shadow)
Meilleur second-rôle masculin: Brett Goldstein (Adult Life Skills)
Meilleur documentaire: Notes on Blindness
Meilleure technique: Robbie Ryan pour l'image d'American Honey
Meilleur nouveau réalisateur - The Douglas Hickox Award: Babak Anvari (Under the Shadow)
Meilleur nouveau scénariste: Rachel Tunnard (Adult Life Skills)
Meilleure révélation - producteur : Camille Gatin (“The Girl With All the Gifts)
Meilleur espoir: Hayley Squires (Moi, Daniel Blake)
Meilleure découverte: The Greasy Strangler
Meilleur court métrage: Jacked
Prix Variety: Naomie Harris

Moi, Daniel Blake domine les nominations des British Independent Film Awards

Posté par vincy, le 1 novembre 2016

Avec 7 nominations, Moi, Daniel Blake, Palme d'or cannoise, domine la liste des nommés des British Independent Film Awards, devançant le prix du jury cannois American Honey, Adult Life Skills, présenté à Dinard fin septembre, Notes on Blindness et Under the Shadow, qui en reçoivent six chacun.

Moi, Daniel Blake est nommé comme meilleur film aux côtés de Couple in a Hole (Sauvages) (Hitchcock d'or à Dinard l'an dernier), American Honey, Notes on Blindness et Under the Shadow. La Palme d'or est également nommé dans les catégories meilleur réalisateur (Ken Loach est en compétition avec Andrea Arnold, Babak Anvari, Ben Whitley, et le duo Peter Middleton et James Spinney), meilleur scénario, meilleure actrice, meilleur acteur et meilleur espoir (deux fois).

Dans la catégorie meilleur film indépendant étranger, on retrouve le film français Mustang face à Hunt fot the Wilderpeople, Manchester by the Sea, Moonlight et Toni Erdmann, qui était en compétition à Cannes.

Côté interprétation, la catégorie meilleure actrice oppose Hayley Squires (Moi, Daniel Blake), Jodie Whitaker (Adult Life Skills), Kate Dickie (Couple in a Hole), Narges Rashidi (Under the Shadow) et Sasha Lane (American Honey). Pour les acteurs, on retrouve Dave Johns (Moi, Daniel Blake), Max Records (I Am Not a Serial Killer), Michael Fassbender (Trespass Against Us), Shia LaBeouf (American Honey) et Steve Brandon (My Feral Heart). Le prix du meilleur second rôle féminin départagera Avin Manshadi (Under the Shadow), Gemma Arterton (The Girl with all the Gifts), Naomie Harris (Le traître idéal), Shana Swash (My Feral Heart) et Terry Pheto (A United Kingdom). Pour le second rôle masculin, les votants devront choisir entre Arinzé Kene (The Pass), Breet Goldstein (Adult Life Skills), Christopher Lloyd (I Am not a Serial Killer), Jamie Dornan (Anthropoid) et Sean Harris (Trespass Against Us).

Notons que le duo de Moi, David Blake, Dave Johns et Hayley Squires, cités chacun comme meilleur acteur et meilleur actrice, sont aussi nommés dans la catégorie meilleur espoir, aux côtés de Letitia Wright, Sennia Nanua et Steve Brandon (lui aussi nommé comme meilleur acteur).

Pour le Douglas Hickox Award qui récompense un réalisateur pour un premier film, les nominations sont Adam Smith (Trespass Against Us), Alice Lowe (Prevenge, qui était aussi en compétition à Dinard cette année), Babak Anvari (Under the Shadow), Peter Middleton et James Spinney (Notes on Blindness) et Rachel Tunnard (Adult Life Skills).

Les British Independent Film Awards couronnent Ex Machina

Posté par vincy, le 7 décembre 2015

ex machina

Le choix était cornélien pour les British Independent Film Awards. Pourtant, Amy, 45 Years, The Lobster et Macbeth n'ont pas pu rivaliser avec Ex Machina qui repart avec 4 prix (dont meilleur film et meilleur réalisateur) sur cinq nominations. The Lobster, pourtant nominé 7 fois, ne repart qu'avec un seul prix. L'humiliation est totale pour 45 Years et Macbeth, six fois nommés, zéro fois récompensés.

Ex Machina succède à Pride dans le tableau d'honneur des BIFA. Le palmarès couronne Tom Hardy pour la deuxième fois après Bronson en 2009. Olivia Colman, déjà meilleure actrice en 2011 (Tyrannosaur) et meilleur second-rôle en 2012 (Hyde Park on Hudson), repart avec le prix du meilleur second-rôle féminin. Côté film étranger, c'est l'américain Room, prix du public à Toronto, qui l'emporte face à quatre "cannois", Carol, Force Majeure, Bande de filles et Le fils de Saul.

Meilleur film britannique: Ex Machina
Meilleur réalisateur: Alex Garland (Ex Machina)
Meilleur acteur: Tom Hardy (Legend)
Meilleure actrice: Saoirse Ronan (Brooklyn)
Meilleur second-rôle masculin: Brendan Gleeson (Suffragette)
Meilleur second-rôle féminin: Olivia Colman (The Lobster)
Meilleur scénario: Alex Garland (Ex Machina)
Meilleur film étranger: Room
Prix Douglas Hickox, meilleur nouveau talent: Stephen Fingleton (The Survivalist) - lire notre entretien avec le réalisateur
Meilleur technicien: Andrew Whitehurst pour les effets visuels d'Ex Machina
Meilleur documentaire: Dark Horse: The Incredible True Story of Dream Alliance
Meilleur espoir: Abigail Hardingham (Nina Forever)
Producteur de l'année: Paul Katis et Andrew De Lotbiniere (Kajaki: The True Story)
Prix Raindance de la découverte: Orion: The Man Who Would Be King
Meilleur court métrage: Edmond

Pride sacré meilleur film aux British Independent Film Awards

Posté par vincy, le 8 décembre 2014

Pride Queer PalmOn reste un peu stupéfait par le choix des 17e British Independent Film Awards. Non pas que Pride, cette comédie sociale typiquement britannique, mélangeant la lutte des mineurs se mélangeant aux revendications des homosexuels dans l'Angleterre thatchérienne, soit un mauvais film (loin de là). Mais face à Mr. Turner, Calvary, '71 et The Imitation Game, il créé la surprise. Et soyons honnêtes, Mr. Turner, '71 et Calvary lui sont supérieurs cinématographiquement.

Mais passons. Pride est le vainqueur de l'année. Le film de Matthew Warchus succède à des films aussi populaires que Le discours d'un roi, Slumdog Millionaire, This is England, Vera Drake, The Constant Gardner, Billy Elliot ou My Name is Joe. Parfait feel-good movie, Pride avait fait la clôture de la dernière Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Le film a aussi raflé les deux prix dans la catégorie meilleur second-rôle pour Imelda Staunton (meilleure actrice en 2004) et Andrew Scott, la nouvelle coqueluche anglaise.

Pour le reste du palmarès, les britanniques ont logiquement récompensé Boyhood (film étranger), soit le premier film américain a gagné ce prix depuis la création de cette catégorie en 2003, Yann Demange comme réalisateur (pour son premier film '71), le scénario et la musique de Frank, l'actrice Gugu Mbatha-Raw (Belle), également nominée en meilleur espoir, l'acteur Brendan Gleeson (Calvary) qui a battu les favoris Benedict Cumberbatch et Timothy Spall, l'espoir Sameena Jabeen Ahmed (Catch Me Daddy), aussi nominée comme meilleure actrice, et le documentaire Next Goal Wins.

Grand perdant : Mr. Turner, qui repart bredouille malgré cinq nominations. The Imitation Game (quatre nominations) sauvent l'honneur avec le prix Variety pour Benedict Cumberbatch.

Enfin, les British Independent Film Awards ont honoré Emma Thompson du Prix Richard Harris pour sa contribution au cinéma britannique et John Boorman d'un Prix spécial du jury.

Un remake indien pour Metro Manila

Posté par vincy, le 12 décembre 2013

Fox Star Studios et Vishesh Films ont lancé la production d'un remake indien de Metro Manila, film britannique réalisé par Sean Ellis et sorti l'été dernier en France. Rebaptisé Citylights, il prend place à Mumbay (Bombay) et non plus à Manille. Le remake est réalisé par Hansal Mehta (Shahid) et met en vedette Rajkumar Yadav et l'actrice Patraleka.

Metro Manila, qui représente la Grande-Bretagne dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, vient de remporter les prix du meilleur film, meilleur réalisateur et meilleure production aux British Independent Film Awards, le week-end dernier. Il a aussi récolté le prix du public à Sundance et le prix du meilleur film à Hambourg.

Les droits du remake ont été acquis par la Fox à Los Angeles, pour le compte de sa filiale indienne. Le film indien devrait être dans les salles du pays en mai prochain.

British Independent Film Awards : Tyrannosaur et Fassbender

Posté par kristofy, le 6 décembre 2011

La 14ème cérémonie des British Independent Film Awards (sponsorisés par Moët) s’est tenue à Londres le 4 décembre. Presque sans surprise le BIFA du meilleur acteur va à Michael Fassbender pour son interprétation dans Shame, rôle qui lui avait déjà valu d’être sacré meilleur acteur au festival de Venise. Avant Shame, Steve McQueen avait déjà fait reconnaître sur la scène internationale l’acteur Michael Fassbender dans Hunger présenté à Cannes, comme l’ont été d’autres films où il était au générique comme Fish Tank de Andréa Arnold et Inglorious Basterds de Quentin Tarantino. On retrouvera Michael Fassbender dans quelques semaines dans A dangerous Method de David Cronenberg. En 2012 il sera à l'affiche de Haywire de Steven Soderbergh et de Prometheus de Ridley Scott.

Le film Tyrannosaur de Paddy Considine a été élu film de l’année avec trois prix. Ol avait déjà été plébiscité lors du dernier Festival du Film Britannique de Dinard (Hitchcock d’Or, et meilleur scénario). Si une sortie de Tyrannosaur en France est malheureusement encore hypothétique, il y avait aussi en compétition à Dinard le film Week-end qui devrait nous arriver au premier trimestre 2012. Week-end a remporté deux BIFAs (meilleure révélation pour l’acteur Tom Cullen, et meilleure production).

Sans surprise, Une séparation, Ours d'or à Berlin, a gagné son énième prix dans la catégorie meilleur film étranger.

Par ailleurs, Kenneth Branagh et Ralph Fiennes ont reçu un prix pour l'ensemble de leur carrière.

Le palmarès

Meilleur film britannique indépendant : Tyrannosaur réalisé par Paddy Considine

Douglas Hickox Award – Meilleur nouveau réalisateur : Paddy Considine pour son film Tyrannosaur

Meilleure actrice : Olivia Colman pour Tyrannosaur

Meilleure acteur : Michael Fassbender pour Shame

Meilleur réalisateur : Lynne Ramsay pour We Need To Talk About Kevin

Meilleur scénario : Richard Ayoade pour Submarine

Meilleur actrice d’un second rôle : Vanessa Redgrave pour Coriolanus

Meilleur actrice d’un second rôle : Michael Smiley pour Kill List

Meilleur documentaire : Senna

Meilleur film étranger  indépendant : Une Séparation