Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor

Posté par vincy, le 1 novembre 2019

Rachel Weisz, oscarisée en 2006 pour The Constant Gardener et nommée en début d'année pour The Favorite, va incarner Elizabeth Taylor dans A Special Relationship. Le film se focalisera sur l'engagement de la star dans la lutte contre le SIDA dans les années 1980, bataillant avec le gouvernement de Ronald Reagan qui ignorait la pandémie.

Taylor a d'ailleurs profité de l'absence de propositions intéressantes dans le cinéma pour endosser un rôle plus politique dans ces années là, n'hésitant pas à mettre sa notoriété au service de ce combat contre le virus et plus globalement contre l'homophobie. Le scénario, selon les informations de la presse américaine, fait écho à la relation qu'elle avait avec son assistant personnel, Roger Wall, ouvertement gay, ayant grandit dans la pauvreté et un environnement homophobe dans le sud profond des USA. Taylor a pris de nombreux risques à ce moment là de sa carrière, quitte à enfreindre la loi, et à subir des menaces de morts ou voir des amis de longue date l'abandonner.

« Je regardais toutes les actualités sur cette nouvelle maladie et je me demandais pourquoi personne ne faisait rien. Et ensuite je me suis rendu compte que j’étais comme eux. Je ne faisais rien pour aider » expliquait l’actrice sur le site de l’American Foundation for AIDS Research (amfAR), qu'elle a fondé aux côtés du Dr Mathilde Krim et de médecins et scientifiques après la mort de son ami et partenaire (au cinéma) Rock Hudson en 1985.

En 1991, elle a créé sa propre organisation The Elizabeth Taylor AIDS Foundation et elle a apporté son soutien à plusieurs événements majeurs, dont la Journée mondiale de lutte contre le SIDA ainsi que les soirées organisées au Festival de Cannes chaque année. En 1999, elle aurait contribué à la collecte d’au moins 50 millions de dollars pour financer la recherche contre le SIDA.

L'histoire a été écrite par Simon Beaufoy (The Full Monty, Slumdog Millionaire, Hunger Games : L'Embrasement, Battle of the Sexes) et sera réalisée par le duo de réalisatrices Bert & Bertie (Troop Zero, Dance Camp). Ce film "est un hommage sur la manière dont l'amitié peut changer les vies des gens et comment Elizabeth a aidé à changer le monde" expliquent-elles.

On reverra d'ici là Rachel Weisz dans Black Widow, le premier film du nouveau cycle Marvel, aux côtés de Scarlett Johansson, dans le rôle de Melina Vostokoff.

La Tour Eiffel aura son biopic en 2021

Posté par vincy, le 26 octobre 2019

Cette année, on célèbre les 130 ans de la Tour Eiffel. Une dame de fer adorée par le cinéma. Chaque film américain qui se déroule à Paris en profite pour faire sa pub. De James Bond (Dangereusement vôtre) à Drôle de frimousse en passant par Gigi et La grande course autour du monde.

Mais cette fois-ci la Tour Eiffel sera le sujet du film Eiffel, biopic sur son architecte. Le tournage a débuté le 22 août. Et le monument a été partiellement reconstitué dans les environs de Paris au Plessis-Pâté, sur la Base 217, studio en plein air au sud de Paris. C'est notamment là qu'a été tourné L'Empereur de Paris. Le lieu, géré par TSF, est amené à devenir un studio à part entière pour des courts, clips, séries et longs métrages. Le reste du film a été tourné à Arpajon.

Réalisé par Martin Bourboulon (Papa ou maman), ce film sera dans les salles en 2021 et racontera la construction de la Tour à partir de 1887. Le tournage est terminé depuis quelques jours. Le scénario, coécrit par Caroline Bongrand, l'écrivaine Tatiana de Rosnay et Thomas Bidegain, retrace toute la conceptualisation et la fabrication de cet édifice pour l'exposition universelle de 1889 à Paris.

Romain Duris incarne Gustave Eiffel. Emma Mackey (vue dans la série Sex Education) sera sa muse Adrienne Bourgès. On retrouvera également Pierre Deladonchamps dans le rôle de Antoine Restac, journaliste et ami de l'architecte.

Le cinéma britannique s’inspire d’histoires vraies

Posté par vincy, le 8 octobre 2019

Si le 30e Dinard Film Festival est un reflet du cinéma britannique, alors les réalisateurs ont été inspirés par les histoires vraies. Comme si le réel était devenu un matériau nécessaire et une matrice imparable pour la fiction. De la grande histoire aux destins individuels, le cinéma britannique, qui a toujours aimer ausculter la réalité, prend de plus en plus ses racines dans des faits ayant existé.

Bien sûr, ils ne racontent pas la même chose. Sous la forme d'une fresque rhétorique, Mike Leigh ravive un massacre de citoyens d'il y a deux siècles dans Peterloo, écho aux révoltes citoyennes et à la brutalité policière actuelles. Le passé est, sinon, plus récent, avec trois films se déroulant essentiellement dans les années 1920-1940. A l'instar de The Keeper, Hitchcock d'or et Hitchcock du public, qui retrace la vie d'un soldat nazi devenu champion de foot anglais juste après la seconde guerre mondiale. Entre les deux guerres, il y a aussi Mr Jones, biopic du photographe Gareth Jones, qui s'aventurera des nazis jusqu'en Mongolie. Ou encore Red Joan, portrait d'une espionne aux grands sentiments dans le Royaume-Uni en fin de guerre, au service des soviétiques. Couverture bien cachée jusqu'à ce qu'elle soit grillée au début des années 2000.

C'est aussi au début de ce troisième millénaire qu'Official Secrets prend place pour faire revivre les persécutions d'une lanceuse d'alerte, coupable de vouloir révéler les manigances américaines et du gouvernement de Tony Blair pour forcer l'ONU à légaliser leur guerre en Irak.

Si les guerres civiles ou internationales, prennent tant le dessus, ce sont aussi, à chaque fois des films qui se focalisent sur des gens opérant un choix crucial, doutant souvent, partagés entre la loyauté et la conviction intime. Ce qui ne veut pas dire que le cinéma est toujours grave. Il suffit de voir Fisherman's Friends, comédie feel-good qui suit des pêcheurs de Cornouailles propulsés en tête des charts musicaux avec des chants folkloriques. C'est authentique, une fois de plus. A l'image de ce drame africain sur les mutilations faîtes aux femmes et la violence masculine, The Girl From Mogadishu, inspiré du parcours de la somalienne Ifrah Ahmed, exilée en Irlande.

Et ce n'est pas terminé puisqu'on attend plusieurs biopics: Judy Garland dans Judy du britannique Rupert Goold, The Personal History of David Copperfield d'Armando Iannucci, The Aeronauts de Tom Harper autour de la pilote Amelia Wren et du savant James Glaisher, ou encore Love Life and Laughter de George Pearson autour de l'artiste Betty Balfour,

NTM: un film et une série en préparation

Posté par vincy, le 14 août 2019

Ils se sont quittés mais le groupe NTM, figure emblématique du rap français, ont été récupérés par le cinéma et la télévision. Le long métrage Suprêmes (du nom de leur énorme carton Suprême NTM, 1998) retracera les débuts du duo composé par JoeyStarr et Kool Shen. Starr sera incarné par Théo Christine (SKAM, La dernière vague, Play, La finale) et Shen par Sandor Funtek (La vie d’Adèle, Dheepan, Nos vies formidables).

Le biopic est écrit par la réalisatrice Audrey Estrougo (Une histoire banale, La taularde) et Marcia Romano. Joey Starr et Kool Shen ont aidé au scénario.

Le récit se déroulera entre la formation du duo en 1988 et leur première grande salle parisienne en 1992. Le tournage de cette production Nord-Ouest est prévu début 2020.

Mais NTM va aussi faire l'objet d'une série et, réjouissons-nous: Katell Quillévéré (Suzanne, Un poison violent, Réparer les vivants) et Hélier Cisterne (Vandal) sont derrière le projet. Là encore Joey Starr et Kool Shen collaboreraient au scénario. Kool Shen a même confié qu'il n'était pas exclu qu'ils fassent une apparition. Netflix et Arte, selon le Parisien, seraient les diffuseurs.

Raoul Peck s’intéresse à Frantz Fanon

Posté par vincy, le 13 août 2019

Raoul Peck prépare son prochain film, Les cris, qu'il devrait tourner en 2020. Il s'agit d'un film historique sur Frantz Fanon. Le casting est en cours. Le scénario a été écrit par Pascal Bontizer. Le projet a obtenu l'avance sur recettes.

Le réalisateur du documentaire I'm not your Negro sur l'écrivain et poète James Baldwin s'intéressera ici à une figure emblématique de la lutte contre l'oppression coloniale. Frantz Fanon (1925-1961) a aussi été un écrivain engagé, écrivant notamment Peau noire, masques blancs, Les Damnés de la terre, L'an V de la révolution algérienne, Pour la révolution africaine, ainsi que de nombreux articles psychiatriques et scientifiques puisqu'il était également psychiatre en Martinique. Né à Fort-de-France, il a exercé en tant que médecine-chef d'un hôpital en Algérie, durant la guerre, où il soignait les malades mentaux. Proche du FLN, il prend la nationalité algérienne, mais meurt précocement d'une leucémie.

Raoul Peck s'est toujours intéressé à l'Afrique comme aux révolutionnaires, filmant, notamment, Lumumba et Le Jeune Karl Marx. Les cris sera sa 6e fiction pour le grand écran.

Benedict Cumberbatch, Claire Foy et Andrea Riseborough tournent « Louis Wain »

Posté par vincy, le 9 août 2019

Le tournage du biopic sur Louis Wain va démarrer demain à Londres, avec, sur le plateau Benedict Cumberbatch, Claire Foy, Andrea Riseborough et Toby Jones.

Produit par StudioCanal, SunnyMarch, Shoebox, Film4 et Amazon Studios, Louis Wain va être réalisé par Will Sharpe (la série "Flowers"), qui a coécrit le scénario avec Simon Stephenson, qui signe là son premier long métrage en solo.

Louis Wain (1860-1939) était un artiste connu pour ses dessins d'animaux anthropomorphes, et notamment ses chats qui se comportaient comme des humains. Son enfance ne fut pas très heureuse, entre un bec de lièvre le défigurant, une sœur admise en asile, les autres qui vécurent toute leur vie avec la mère... Ado errant, il devient malgré tout professeur de dessin, épouse la gouvernante de ses sœurs (qui décède rapidement d'un cancer), et commence à publier ses premières illustrations de chatons (qui financèrent la vie de cette famille de femmes.

Son épouse sera incarnée par Claire Foy. Le mariage fut considéré comme scandaleux puisqu'elle avait 33 ans, lorsqu'il n'en avait que 23. Durant la maladie de sa femme, il découvre qu'il peut la divertir en apprenant des tours à leur chat, ce qui deviendra son obsession créative. Mais, instable mentalement, Wain sera interné durant les quinze dernières années de sa vie. Mais auparavant, ses dessins de chats, parmi les premiers comic-strips, connurent un grand succès. Cependant, à cause de sa naïveté, il cédait ses droits pour une bouchée de pain ou se faisait avoir par les éditeurs.

Benedict Cumberbatch et Claire Foy ont déjà travaillé ensemble en 2011 dans le drame de Dictynna Hood, Wreckers.

Austin Butler incarnera Elvis Presley dans le biopic de Baz Luhrmann

Posté par wyzman, le 15 juillet 2019

Deadline révèle aujourd’hui que le réalisateur de Moulin Rouge a enfin trouvé l’acteur qui tiendra le rôle principal de son biopic encore sans titre sur le King Elvis Presley.

Le rôle de toute une vie

D’après les informations du média américain, le réalisateur Baz Luhrmann a choisi de confier le premier rôle de son nouveau projet à Austin Butler. L’acteur américain de 27 ans s’est fait connaître en incarnant le love interest de la jeune Carrie Bradshaw dans The Carrie Diaries, la série prequel de Sex and the City. Par la suite, on l’a vu dans 3 épisodes d’Arrow avant qu’il ne devienne la star de la série fantastique Les Chroniques de Shannara. Avant de donner la réplique à Brad Pitt et Leonardo DiCaprio dans Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino, Austin Butler a fait une apparition dans The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch et participé à Yoga Hosers de Kevin Smith.

L’an dernier, il a fait ses débuts à Broadway dans la pièce Le marchand de glace est passé d’Eugene O’Neill revisitée par George C. Wolfe. Méconnu du grand public, Austin Butler fait régulièrement la Une des tabloïds en raison de sa relation amoureuse avec Vanessa Hudgens (Spring Breakers, Sucker Punch). Le biopic d’Elvis Presley doit marquer un tournant dans sa carrière. Pour le rôle, d’autres acteurs plus populaires ont également fait un essai : Ansel Elgort, Miles Teller, Harry Styles, etc.

Un réalisateur aux anges

Tourné au début de l’année prochaine en Australie, le biopic en question s’intéressera à l’ascension du chanteur, passé d’artiste pauvre à icône mondiale. Son parcours sera raconté à travers le prisme de sa relation tumultueuse avec son manager, le « Colonel » Tom Parker, sur deux décennies. Le « Colonel » sera pour l'occasion joué par Tom Hanks. Le scénario sera co-écrit par Baz Luhrmann et son collaborateur de longue date Craig Pearce. Warner Bros. distribuera le film dans le monde entier.

Concernant le choix d’Austin Butler, Baz Luhrmann n’a pas caché sa joie d’avoir trouvé un tel acteur aux multiples talents. Dans son communiqué officiel, le réalisateur de Roméo + Juliette et Gatsby le Magnifique explique : "Je savais que je ne pourrais pas faire ce film si le casting n'était pas tout à fait correct, et nous avons cherché un acteur capable d'évoquer le mouvement naturel et singulier et les qualités vocales de cette star hors pair, mais aussi la vulnérabilité intérieure de l'artiste."

"Tout au long du processus de casting, ce fut un honneur pour moi de rencontrer une telle diversité de talents. J'avais entendu parler d'Austin Butler dans son rôle de premier plan face à Denzel Washington dans Le marchand de glace est passé à Broadway, et après des testés caméra et musique poussés, je savais sans équivoque que j'avais trouvé quelqu'un qui pouvait incarner l'esprit de l'une des figures musicales les plus iconiques du monde" conclut Baz Luhrmann.

Selon les informations de Variety, le biopic sera visible dans les salles obscures américaines en octobre 2021 avec un tournage au début de l'année 2020 pour ne pas compromettre la participation de Tom Hanks.

Charles de Gaulle et Yvonne de Gaulle en héros de cinéma

Posté par vincy, le 2 juillet 2019

Un biopic politique en France. Gabriel Le Bomin (Les fragments d'Antonin, Insoupçonnable, Nos patriotes) tourne depuis le 27 juin Libres, drame historique au budget conséquent (11,6M€ selon Le Film Français). Lambert Wilson et Isabelle Carré incarnent respectivement Charles et Yvonne de Gaulle.

L'histoire commence en juin 1940, quand la France perd la guerre face à l'Allemagne nazie. Alors en plein commandement en zone de conflit, Charles de Gaulle est convoqué pour devenir sous-secrétaire d'Etat à la Guerre. Le 9 juin il rencontre Winston Churchill. Le lendemain il quitte Paris, passe par Orléans et Tours, cherche une solution franco-britannique. Mai le 17 juin, le Maréchal Pétain prend la présidence du Conseil et De Gaulle quitte la France, avant que le nouveau gouvernement ne soit nommé. Il part à Londres, où il y fera son fameux appel du 18 juin, contre l'avis du gouvernement britannique. Neuf jours plus tard, Winston Churchill le reconnaîtra quand même comme chef des Français libres.
Pendant ce temps, depuis Colombey-les-deux-églises, la discrète et bigote Yvonne de Gaulle prend la route pour rejoindre la mère de son époux et se mêle à l'exode avec leurs trois enfants. Elle se dirige vers la Bretagne avant de partir à son tour l'Angleterre, sans savoir que son mari s'y trouve déjà.

De Gaulle oublié par le cinéma

Produit par Vertigo (La vérité su je mens! les débuts) et Les films de la Baleine, distribué par SND (filiale RTL-M6), le film se tourne dans les Hauts-de-France, en Bretagne, en Ile-de-France et à Londres.

C'est la première fois qu'une véritable fiction romanesque s'empare du Général de Gaulle, même si celui-ci a souvent été incarné à la télévision, notamment par Pierre Vernier (Adieu de Gaulle, adieu, téléfilm de 2008, avec Catherine Arditi en Yvonne), Michel Vuillermoz (téléfilm L'appel du 18 juin, 2010, avec Judith Henry en Yvonne), Patrick Chesnais (la docu-fiction Je vous ai compris, avec de nouveau Catherine Arditi dans le rôle d'Yvonne), et surtout Bernard Farcy dans Le Grand Charles, téléfilm de Bernard Stora (2005), où Danièle Lebrun était Yvonne de Gaulle.

La sortie de Libres est prévue au premier trimestre 2020.

Boy George, Aretha Franklin, David Bowie, Judy Garland… Le biopic musical est hype

Posté par vincy, le 7 juin 2019

Le carton de Bohemian Rhapsody (900M$ dans le monde) et le succès critique en Amérique du nord de Rocketman (qui s'approche déjà des 100M$ dans le monde malgré un récit plus sombre et ouvertement gay) ouvre les appétits. Sans compter les films comme La La Land et A Star is Born qui ont rouvert un boulevard aux "musicals" (Spielberg va bientôt commencer le tournage de son West Side Story). Mettons à part Céline Dion (un hommage façon Valérie Lemercier, avec un confortable budget, intitulé Dis-moi Céline) et les Beatles (détournés par Danny Boyle dans Yesterday). Les studios ont un nombre de biopics de stars de la musiques assez impressionnant dans leurs cartons.

Ainsi Baz Luhrman prépare un film extravagant (forcément) sur Elvis Presley. Stardust, un film sur David Bowie, non approuvé par les héritiers, est en cours de développement. Judy Garland, incarnée par Renée Zellweger, arrive sur les écrans cet automne. a href="http://ecrannoir.fr/blog/blog/2018/08/28/aretha-franklin-un-biopic-en-preparation-un-docu-dans-le-maquis/">Aretha Franklin avait choisi Jennifer Hudson et validé un script avant son décès pour une version ciné de sa vie. Et on parle de projets autour de Carole King ou de Bruce Springsteen.

Le dernier en date est celui sur Boy George. La MGM - qui prépare le film sur Aretha - a confirmé le projet le jour de la sortie de Rocketman. Sacha Gervasi écrira et réalisera le film sur le chanteur de Culture Club.

Boy George, avec ses origines modestes, ses looks excentriques, sa musique pop parfois audacieuse, a vendu plus de 50 millions d'albums, avec son groupe ou en solo. Pour le chanteur, c'est l'assurance de faire découvrir son répertoire à une nouvelle génération. Le cinéma sauve la musique.

Pour l'acteur qui l'incarnera, c'est presque un visa vers les Oscars. Rappelez-vous Marion Cotillard en Edith Piaf, Jamie Foxx en Ray Charles, Joaquin Phoenix en Johnny Cash, Angela Bassett en Tina Turner ou Rami Malek en Freddie Mercury.

D'autres films ont marqué leur époque, car le phénomène n'est pas nouveau même s'il retrouve une véritable dynamique: The Doors, Nowhere boy (John Lennon), Get on up (James Brown), Control (Ian Curtis et Joy Division), Bird (Charlie Parker), 8 Mile (Eminem), La Bamba (Ritchie Valens), etc... Et le cinéma français n'est pas en reste avec Cloclo, Dalida et Gainsbourg.

Barry Jenkins filmera la vie du danseur Alvin Ailey

Posté par vincy, le 6 juin 2019

Barry Jenkins, le réalisateur de Moonlight, Oscar du meilleur film, et de Si Beale Street pouvait parler, s'attaque à une légende de la danse contemporaine, Alvin Ailey. Le biopic sera distribué par Fox Searchlight qui avait signé un accord avec la Alvin Ailey American Dance Theater et acquis les droits de la biographie de Jennifer Dunning, Alvin Ailey: A Life In Dance. (1996, inédite en France).

Le scénario sera écrit par Julian Breece, qui jusque là a surtout écrit des séries télévisées (dont Buppies).

Alvin Ailey (1931-1989) est considéré comme l'un des chorégraphes les plus importants du XXe siècle. Il a fondé sa compagnie à l'âge de 27 ans, créant jusqu'à sa mort 79 ballets mêlant jazz, danse moderne et danse contemporaine. Figure afro-américaine majeure de la culture américaine , il est mort du sida. Ses créations tournent toujours dans le monde entier, et régulièrement à Paris et Avignon. Il a également fondé une école de danse, en 1969. Personnalité secrète, il se révélait davantage dans la danse, et certains de ses ballets sont devenus cultes dans la culture queer, puisqu'il y survalorisait la beauté et la sensualités des corps (notamment les masculins).