Cartoon Forum 2017 : tour d’horizon des premiers projets présentés

Posté par MpM, le 13 septembre 2017

Carrefour de la série télévisée animée, Cartoon Forum est le lieu des possibles. L'endroit où se rencontrent espoirs et désirs, inventivité et audace, coups de cœur et paris fous. Pendant trois jours, les projets se succèdent, et les professionnels se pressent (littéralement) devant les présentations qui répondent toutes à un rituel assez précis. En une demi-heure, il faut convaincre, avec parfois peu d'éléments et un trac plus ou moins bien dissimulé, de l'intérêt et de la faisabilité d'un projet.

Les équipes présentes (producteurs, créateurs, réalisateurs) sont à la recherche de coproductions européennes, et de diffuseurs susceptibles de s'engager à leurs côtés. Du Carton Forum peut ainsi dépendre l'avenir du projet, et l'on a parfois du mal à réaliser que tous ne pourront pas se faire, ou n'arriveront pas jusqu'à nous. Pourtant, a priori, on aurait envie de tous les voir, et l'on est frappé par la diversité et l'éclectisme des thèmes, des graphismes et des univers visuels. Petit tour d'horizon des premiers projets présentés.

LA FOIRE AGRICOLE
Production : PANIQUE! et Autour de minuit
Réalisation : Stéphane Aubier et Vincent Patar

Cowboy et Indien, les héros loufoques et délirants de Panique au village, sont de retour pour un 3e "spécial" de 26 Minutes (après La Bûche de Noël et La Rentrée des classes). Ce nouvel épisode de la fameuse série (en stop Motion) créée par Vincent Patar et Stéphane Aubier se déroule au moment des examens de fin d'année et explore la thème du voyage dans le temps. Confrontés à leurs propres clones, les deux pires garnements du village réussiront-ils à se rendre à la foire agricole, objet de tous leurs désirs ?

Si le film est globalement assuré de se faire (il est suffisamment avancé pour être attendu fin 2018) et sera rapidement suivi d'un 4e (sur les vacances scolaires), la question est plutôt de savoir de quelle diffusion (sortie en salles et télévision) il bénéficiera en Europe, toutes les combinaisons (des épisodes entre eux) étant possible.

Le plus : un ton décalé et une fantaisie débridée auxquels il est impossible de résister.
Le bémol : gare aux attentes (démesurées) du spectateur : on aime tant Panique au village que l'on a toujours un peu peur d'une baisse de forme des auteurs !
A noter : les réalisateurs Vincent Patar et Stéphane Aubier sont doublement présents au Cartoon forum puisqu'ils participent également au projet Chien pourri (adapté des livres jeunesses de Colas Gutman et Marc Boutavant) à l'Ecole des loisirs) présenté par Dandeloo, Folivari et PANIQUE!

TULIPOP ANIMATED SERIES
Production : Tulipop et Blink Industries
Réalisateurs : Nina Gantz & Simon Cartwright

Un projet de série (52 x 11 minutes) totalement dépaysant qui s'inspire de l'Islande, la terre natale de sa créatrice Signy Kolbeinsdottir. L'île, avec ses glaciers, ses montagnes et ses coulées de lave, y est d'ailleurs un personnage à part entière, rebaptisé Tulipop pour l'occasion. On y suivra Gloomy et Bubble, des frères et soeurs champignons, ainsi que de toute une galerie de personnages proches de la nature. Dans cet univers fantastique sans humains, inspiré des contes islandais et scandinaves, se déroulent des aventures pleines de magie et de bienveillance. L'animation 2D fait la part belle aux couleurs vives, voire flashys, créant ainsi une ambiance visuelle forte et immédiatement reconnaissable.

Le plus : un projet singulier porté par ses inspirations islandaises.
Le bémol : on est désespéré de ne pas avoir gagné l'une des peluches représentant les personnages mises en jeu lors de la présentation. Elles sont juste superbes.
A noter : il existe environ 70 produits estampillés Tulipop et vendus à travers le monde. Un merchandising pensé en amont pour financer la série et les contenus cross medias qui devraient l'accompagner.

L'ODYSSEE DE SHOOOM
Production : Picolo Pictures
Réalisateur : Julien Bisaro

Shooom est une adorable petite chouette qui a la mauvaise idée d'éclore pendant une tempête en Louisiane. Avec son frère (qui est lui toujours au chaud dans sa coquille), elle part en quête de parents prêts à les adopter. L'occasion d'aller à la rencontre de nombreux animaux de la forêt. On craque littéralement devant le graphisme délicat et terriblement mignon de ce "spécial" de 26 minutes à destination des tout-petits. La douceur de l'animation ainsi que la simplicité du récit a tout pour séduire même les plus endurcis qui ne pourront rester de marbre devant ce très joli parcours initiatique sur fond de familles recomposées.

Le plus : le film bénéficiera d'une sortie en salles grâce aux Films du préau.
Le bémol : les deux autres films prévus sur le même modèle (dans la collection Egg's stories), mais avec d'autres animaux et d'autres lieux, ne risquent-ils pas de donner l'impression de se répéter ?
A savoir : les auteurs Julien Bisaro et Claire Paoletti se sont rencontrés à l'école de La poudrière et ont créé ensemble la société de production Picolo Pictures.

CHICKEN OF THE DEAD
Production : Anoki et Melting productions
Réalisateur : Julien David

Chicken of the dead se veut un mix entre Walking dead et Chicken run, avec un héros qui oscillerait entre Bernard Tapie et Michel-Edouard Leclerc, ce qui annonce tout de suite la couleur. On est clairement dans un projet à destination d'un public pour adultes et jeunes adultes, très engagé contre le capitalisme et la malbouffe. Il s'agit en effet d'un entrepreneur confronté à un problème délicat : sa nouvelle recette de poulet industriel transforme tous les consommateurs en poulets-zombies très en colère (contre lui).

Le projet de série (10 x 7) s'accompagne d'un projet de court métrage qui sera réalisé à Toulouse. Avec son graphisme rock'n roll proche de la bande dessinée et son ironie mordante, le concept s'inscrit sans ambiguïté à la fois dans la tradition de la satire sociale et du film de genre.

Le plus : le projet va très loin dans la dérision et envisage une saison 2 qui lorgne du côté de la planète des singes, avec une révolution anti-humaine
Le bémol : la radicalité du propos risque de terrifier certains diffuseurs
A savoir : parmi les références cinématographiques citées par les auteurs, on retrouve aussi bien Terminator que Cannibal holocaust ou Invasion Los Angeles.

6 événements de la rentrée à ne pas rater: Goscinny, Astérix et le cinéma

Posté par vincy, le 16 août 2017

Exposition Goscinny et le cinéma
4 octobre 2017 - 4 mars 2018
Cinémathèque française (Paris)

On devine déjà que cette expo pluridisciplinaire sera un carto(o)n. Pour les 40 ans de la disparition du plus génial des scénaristes de BD français, la Cinémathèque a décidé de relier 9e art et 7e art. Et en bonus, le 19 octobre, un nouvel Astérix (Astérix et la Transitalique) va inonder les librairies du monde entier (5 millions d'exemplaires prévus pour le premier tirage international).

"Je crois qu’il faut écrire pour la bande-dessinée comme il faut écrire pour le cinéma" expliquait René Goscinny. Pas étonnant qu'Astérix, Lucky Luke, Le Petit Nicolas aient connu d'immenses succès dans les salles, une fois adapté. Pas surprenant non plus que le cinéma soit souvent invité sous forme de clins d'œil ou de références explicites dans les cases de ses BD. Avec tout Lucky Luke John Ford n'est jamais loin et avec Astérix et Obélix on a une version bien gauloise de Laurel et Hardy, etc...

Outre l'expo très attendue, la Cinémathèque proposera un cycle de films: Lucky Luke et le Western, Cléopâtre vue par le cinéma, Le Viager, seul scénario écrit pour le cinéma par l'auteur, les adaptations de ses BD pour le jeune public... Des ateliers, des conférences (dont un dialogue avec Alain Chabat) et même une exposition au Musée d'art et d'histoire du judaïsme"René Goscinny - Au-delà du rire", qui débutera le 27 septembre et portera sur un regard plus "politique" de son œuvre.

Enfin, le catalogue comprendra des essais sur l'art de la parodie des genres les plus populaires (burlesque, péplum, western) et des focus sous forme de fiches pour les films les plus importants, des entretiens inédits avec Albert Uderzo, Alain Chabat et Patrice Leconte, un texte sur l'histoire des Studio Idefix et un éclairage sur la fabrication d'un dessin animé. En bonus, le livre réunit pour la première fois les BD scénarisées par Goscinny et dessinées par ses amis du magazine Pilote sur le thème du cinéma, soit Jean Giraud, Alexis, North et Mulatier.

Bécassine en tournage

Posté par redaction, le 7 août 2017

Ça y est: Bruno Podalydès tourne ce mois-ci sa version de Bécassine, l'héroïne de BD la plus bretonne. Le défi est grand de lui rendre une certaine dignité tant son nom est synonyme de stupidité.

112 ans après sa création par Joseph-Porphyre Pinchon et Jacqueline Rivière, elle est devenue une star passant du périodique à l'album BD (plus de 50 volumes au total entre 1913 et 2005), et même consacrée par une chanson affreuse de Chantal Goya.

Chiche?

Le tournage de la "comédie poétique", selon les termes du cinéaste, a lieu en Ile de France et en Normandie durant trois mois. Egalement scénariste, Bruno Podalydès va sans doute proposer une version moins ringarde et moins dépassée de cette "bonne - détective". Emeline Bayart a la responsabilité de rendre crédible le personnage en l'incarnant. Elle est entourée de Karine Viard, Michel Vuillermoz, Vimala Pons et Josiane Balasko.

La sortie est prévue l'année prochaine (généralement les Podalydès sortent en juin).

Cela fait longtemps que les ayant-droits veulent réhabiliter Bécassine. Le cinéma lui a donné vie deux fois: en 1939 dans un film de Pierre Caron, avec Paulette Dubost, et en 2001, en dessin animé, Bécassine et le Trésor viking.

Kev Adams sur tous les fronts

Posté par vincy, le 4 août 2017

kev adamsOui nous parlons bien de Kev Adams. Même s'il a subit un écrasant bide avec Gangsterdam en mars dernier avec seulement 370000 spectateurs, l’acteur reste encore "bankable".

Il a trois projets en route, dont une comédie d'action américaine. The Spy who Dumped Me, réalisé par Susanna Fogel réunira deux meilleures amies, interprétées par Mila Kunis et Kate McKinnon (SOS Fantômes, #Pire soirée), qui se retrouvent, malgré elles, piégées dans une conspiration internationale lorsque l’une des deux découvre que son ex est un espion. Justin Theroux, Gillian Anderson, Hasan Minhaj et Ivanna Sakhno, en plus de Kev Adams, sont au générique de ce film programmé pour une sortie le 6 juillet 2018.

Après ce tournage, au printemps 2018, l'acteur tournera l'adaptation de Kid Paddle, la bande dessinée créée par Midam en 1993. Il vient d'achever l'écriture du scénario avec Jean Luc Cano et David Soussan. Selon Le Film Français, le comédien jouera dans le film. Sortie prévue en 2019.

Rappelons que Kid Paddle est le héros de 14 albums, en plus des 15 volumes de la série Game Over. Dans le film, le héros affrontera Maxine "Max" Lapointe, une canadienne au caractère bien trempé lors d’un concours de jeu vidéo en réalité virtuelle. Face à elle, il perd tous ses moyens, et de star de son collège, il va se retrouver au bas de l’échelle. Tout l'enjeu est de redevenir le meilleur joueur...

Et puis enfin, depuis le début de la semaine il tourne la suite des Nouvelles aventures d'Aladin (son plus gros succès avec 4,4 millions d'entrées en 2015), intitulée Alad 2. Tourné en France et au Maroc, réalisé par Lionel Steketee (qui remplace Arthur Benzaquen), le film ajoutera un autre humoriste de marque, Jamel Debbouze, en plus de Vanessa Guide, Éric Judor et Ramzy Bedia, déjà du premier film.

Le pitch est assez simple: le prince Aladin s'ennuie en son palais. Nostalgique de son ancienne vie, illégitime dans sa tête de monarque, il doit se confronter à l'affreux dictateur Shah Zaman (Debbouze), qui veut épouser la princesse et s’empare donc de Bagdad et du palais. Aladin doit s’enfuir et va chercher son ancien Génie. Mais à son retour, rien ne se passe comme prévu: la Princesse a des doutes et Shah Zaman a de sérieux atouts dans sa manche.

Ce sera l'un des plus gros budgets de l'année. Le film sortira début octobre 2018.

Spirou, Gaston Lagaffe: le cinéma français accro à la BD

Posté par vincy, le 3 février 2017

Depuis quelques années, nos héros de bande dessinée se multiplient non pas en simple série animée ni même en dessin animé, mais bien en adaptations au cinéma, en prises de vues réelles, avec plus ou moins de succès.

Astérix aura lancé la tendance : triomphe au box office, et, hormis l'épisode d'Alain Chabat, des transpositions médiocres, en attendant le prochain film qui pourrait être Astérix en Corse. Il y a eu des morts en passant du 9e art au 7e art: Benoît Brisefer, Iznogoud, Lou, Lucky Luke, Michel Vaillant, Tamara... D'autres s'en sont beaucoup mieux sortis avec souvent des suites (à l'exception du Marsupilami) : L'élève Ducobu, Joséphine, Largo Winch, Les Profs, et Boule et Bill, dont le deuxième film sera en salles le 12 avril, avant le débarquement de Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson. On n'oublie pas la sortie de Seuls mercredi prochain, ni le projet sur Bécassine de Bruno Podalydès.

Actuellement en tournage en France et au Maroc, Spirou et Fantasio, est prévu dans les cinémas le 20 juin 2018. Cette série de BD a été créée en 1938 et perdure encore aujourd'hui avec, aux manettes et au fil des ans Rob-Vel (1938-1943), Jijé (1943-1946), Franquin (1946-1969), Fournier (1969-1980), Nic & Cauvin (1980-1983), Tome & Janry (1982-1998), Morvan & Munuera (2004-2007) et Yoann & Vehlmann (depuis 2010). Le film d'Alexandre Coffre revient sur la rencontre de Spirou (Thomas Soliveres), prétendu groom dans un Palace, et de Fantasio (Alex Lutz), reporter en mal de scoop. Ces deux-là n’ont aucune chance de devenir amis. Pourtant, quand le Comte de Champignac (Christian Clavier), inventeur aussi génial qu’excentrique, est enlevé par les sbires de l’infâme Zorglub (Ramzy Bedia), nos deux héros se lancent ensemble à sa recherche. En compagnie de Seccotine (Géraldine Nakache), journaliste rivale de Fantasio, et de Spip, petit écureuil espiègle, ils sont entrainés dans une poursuite effrénée entre l’Europe et l’Afrique.

Autre héros qui va connaître une nouvelle vie sur grand écran: Gaston Lagaffe. UGC a confirmé jeudi soir le tournage d'un nouveau film autour du fainéant imaginé par Franquin. Le tournage commencera en mars prochain et le film sera au cinéma le 4 avril 2018. Le projet, annoncé depuis quelques années, a été confié au réalisateur de l'adaptation de la BD Les Profs, Pierre-François Martin-Laval. Théo Fernandez (Trois souvenirs de ma jeunesse, Les Tuche) incarnera le gaffeur, entouré d'Arnaud Ducret (Longtarin), Jérôme Commandeur (M. De Mesmaeker), Alison Wheeler (Mademoiselle Jeanne) et du réalisateur (Léon Prunelle). En revanche, pour la mouette et le chat, on ignore s'ils ont été castés ou s'ils seront en images de synthèse.

Né il y a 60 ans, en février 1957, dans Le journal de Spirou, Gaston Lagaffe a déjà été adapté sur grand écran en 1981 avec un navet de Paul Boujenah, Fais gaffe à la gaffe!, où le pauvre Roger Mirmont essayait de se donner à fond pour être fidèle au personnage flemmard. Ce fut un échec commercial.

Ceci n’est pas un gag: Gotlib est mort (1934-2016)

Posté par vincy, le 4 décembre 2016

Superdupont, le Gai-Luron, Newton et sa pomme, Adjani, Woody Allen, Chabrol, les Marx Brothers, Delon ou encore Truffaut; Gotlib, de son vrai nom Marcel Gotlieb, les a tous croqués. Le créateur de L'Echo des Savanes et de Fluide Glacial, grand prix à Angoulême en 1991, meilleur caricaturiste à New York en 1972, passé par Pilote (grâce à René Goscinny) et inventant un double sous la forme d'une coccinelle, était l'un des auteurs et dessinateurs majeur du XXe siècle. Son humour noir, décalé, trash, son athéisme revendiqué, ses questions existentielles en ont fait un humoriste hors pair.

Gotlib, né en 1934 et mort le 4 décembre 2016 à l'âge de 82 ans, avait aussi été scénariste pour le cinéma: Les vécés étaient fermés de l'intérieur de Patrice Leconte en 1976, Bonjour l'angoisse de Pierre Tchernia en 1988 et Piège à sons de Philippe Dorison en 1993, en plus du téléfilm Strangers dans la nuit de Sylvain Madigan en 1991. Il a notamment inspiré Albert Dupontel et le Splendid.

Il a aussi été acteur, dans le premier film de son ami Patrice Leconte, un moyen métrage qui lui était dédié, Tout à la plume, rien au pinceau (And my name is Marcel Gotlib) en 1970. Leconte l'a aussi enrôlé en chimiste dans Le Laboratoire de l'angoisse. Il a aussi joué chez Doillon (L'an 01, Les doigts dans la tête), Gérard Krawczyk (Je hais les acteurs), Didier Tronchet (Le Nouveau Jean-Claude), et Laurent Baffie (Les clefs de bagnole).

Toujours pour le cinéma, dans Le Viager de Pierre Tchernia (1972), il a réalisé la séquence animée de description du principe du viager : pour La Première Folie des Monty Python, premier film des cultissimes Monty Python, et pour Elle voit des nains partout!, il dessine les affiches.

Et puis, il a produit dans les années 1990, une série de courts gags animés, La Coccinelle de Gotlib, pour Canal+.

Il a souvent rendu hommage au 7e art dans ses albums. Notons celui qui est consacré au cinéma, Cinemastock.

Le transmedia va se doter d’un institut

Posté par vincy, le 26 août 2016

Quelques années que le transmédia émerge. Tout comme la Réalité virtuelle, ce sera sans doute l'une des grosses révolutions à venir dans la narration ludique. La ville de Charleroi en Belgique va se doter d'un Institut transmédia, le R/O Institute, partenariat public-privé entre la société Média-Participations (plus gros éditeur de BD franco-belge avec Dargaud, Le Lombard et Dupuis et producteur de séries animées déclinées de son catalogue), la région wallone et des boîtes de prod audiovisuelles et multimédias.

L'Institut, qui sera situé dans un bâtiment relifté sur les quais, accueillera ses premiers projets au début 2017. Il s'agira de développer des contenus dans un domaine qui en manque cruellement. Les lunettes pour la Réalité Virtuelle sont performantes, mais il y a peu de projets pour les rendre utiles. Du scénario au marketing, du graphismes aux outils techniques, l'Institut veut offrir un espace où les créateurs peuvent se libérer des contraintes.

Un premier appel à projets avait été lancé à Cannes. Une première salve de 40 dossiers devraient être retenus avant qu'une dizaine d'entre eux soient sélectionnés pour la première session, dans un environnement où le plus gros défi est juridique (droit d'auteur, propriété intellectuelle).

Derrière ces bonnes intentions, le R/O Institute et le R/O Lab ont aussi vocation à développer des projets dérivés des héros de la BD franco-belge afin d'en faire des héros "transmédia".

Edito : Par Toutatis et Marketingsanrix

Posté par redaction, le 16 juin 2016

Annecy bat son plein. Le 40e Festival du film d'animation célèbre le cinéma français, Disney, la création hispanophone, les séries télévisées, les projets d'auteurs, les blockbusters. Ma vie de courgette, exquis, Le monde de Dory, délirant, La tortue rouge, poétique, sont parmi les films qui font l'événement au milieu d'une année faste: les films animés rapportent beaucoup, même si certaines productions restent fragiles malgré leurs qualités.

Parallèlement, Anne Goscinny, fille du dessinateur René Goscinny, scénariste de génie des premiers Astérix mais aussi de Lucky Luke, entre autres, a annoncé la mise en route d'un nouveau film d'animation avec Astérix. Alexandre Astier (Kaamelott, dont un film est en préparation) et Louis Clichy, déjà auteurs du précédent, Le domaine des Dieux (de loin le meilleur de la série en animation), vont s'atteler au projet, en partant d'une idée complètement originale, et non pas d'un album déjà publié.

L'héritière a aussi révélé qu'il y aurait un cinquième film en prises de vues réelles. Et là, ça devient très intéressant. L'envie n'a rien d'artistique. Tout est calibré comme pour lancer un nouveau produit dans un supermarché: "Pour ce prochain Astérix, il faut remettre à 100% les compteurs à zéro. Il faut le plonger dans le XXIe siècle et qu'il plaise de la Pagode à Rosny-sous-Bois. Le dernier film avec Guillaume Gallienne et Valérie Lemercier était trop cérébral, il n'a pas traversé le périphérique. Dans le 93, on ne rigolait pas du film, mais de l'affiche. Repartir à zéro, c'est ce que M6 a su faire avec Le domaine des dieux. On croit que c'est le premier, alors qu'il a été précédé par huit autres dessins animés."

Autrement dit, il faut un réalisateur qui a l'esprit de Goscinny (comme Chabat, qui reste la référence) et les références d'un public de multiplexe de périphérie. C'est assez méprisant pour les bobos urbains comme pour les banlieusards, renvoyés à leurs stéréotypes.

Côté cinéaste, elle évoque Michel Hazanavicius ou Franck Gastambide. OSS versus Pattaya, la dérision subtile contre la vanne sexy. Côté casting, on jette à la poubelle les Gérard Depardieu, on oublie Edouard Baer, on ne veut plus de Jamel. Au rebus également les comédiens des théâtres parisiens de type Gallienne ou Lemercier. Il faut du djeunz viral (obsession partagée par Vincent Bolloré pour Les Guignols l'an dernier, avec le succès que l'on sait), et donc des youtubeurs, du Kev Adams, bref ceux qui sont bons vendeurs sur les plateaux télé, de Cyril Hanounah à Laurent Ruquier. Après l'échec des Visiteurs : La révolution, on sent bien qu'il faut passer à une autre génération. Alors soyons fous: Stéphane Plaza pourrait y avoir sa place, à côté de Norman, Cyprien et Squeezie. On pourrait engager Nekfeu et Stromae au passage. Omar Sy, star préférée des jeunes, serait un formidable Numide. Et pourquoi pas donner le rôle d'Astérix à Jean Dujardin (il a prouvé qu'il pouvait être à la hauteur une fois rapetissé par les effets spéciaux).

Trève de plaisanterie. A trop concevoir un produit en fonction d'une cible, on oublie que la cible, si elle est déçue se détournera du produit tandis que ceux qui ne sont pas ciblés iront voir ailleurs. Un casting ne fait pas tout. Anne Goscinny, en tant que fille de scénariste, devrait le savoir: ce qui manque à Astérix au cinéma, c'est un bon scénario. C'est là où l'animation est souvent bien plus perfectionniste, car exigeante, que les autres films. L'histoire s'adresse à tous les publics, se lit à plusieurs degrés et le récit est souvent très maîtrisé. Le marketing sans risque ça n'existe pas. Un succès est aussi une affaire de potion magique, avec une alchimie d'ingrédients où l'imprévisible s'en mêle. C'est d'un scribe dont la franchise a besoin. Pas de "héros" gaulois qui ne résisteront pas à l'appel des sesterces.

Cannes 2016 – Télex du marché: Scorsese, Paradis, Demoustier, Cassel, et un célèbre chat

Posté par vincy, le 18 mai 2016

- Le vieux projet de Martin Scorsese, The Irishman, pourrait renaître puisque STX Entertainment a racheté les droits internationaux à Paramount, qui conserve la distribution américaine éventuelle du film. Cette adaptation du livre de Charles Brandt (inédit en France) tourne autour du gangster Frank Sheeran, dit l'Irlandais, et notamment son rôle dans la disparitionn de Jimmy Hoffa (qui avait fait l'objet d'un film avec Jack Nicholson). Scénarisé par Steve Zaillian, le projet est censé être réservé à Robert De Niro, 20 ans après Casino. Le tournage pourrait commencer en janvier prochain.

- Vanessa Paradis, membre du jury, a plusieurs projets en cours. Elle a accepté d'être à l'affiche du prochain film de Yann Gonzalez. Et elle sera aux côtés de JoeyStarr et Isabelle Carré dans L'angle mort, drame fantastique de Pierre Trividic et Patrick Mario-Bernard, où il s'agit d'un homme invisible (ou visible, c'est selon ses caprices).

- Anaïs Demoustier a aussi plusieurs projets sur le feu puisqu'elle sera à l'affiche du prochain film de Robert Guédiguian, La villa, réinterprétation de La cerisaie version Marseille, avec les fidèles Darroussin, Meylan, Ascaride et Robinson Stévenin. Juste avant ce tournage en novembre, elle sera aussi dans le premier long de Yann Le Quellec, Cornelius le meunier hurlant, aux côtés de Gustave Kervern et Denis Lavant.

- Vincent Cassel, en compétition avec le film de Xavier Dolan, Juste la fin du monde, partagera le générique avec Romain Duris et Sandrine Kiberlain, dans le prochain drame d'Erick Zonka (La vie rêvée des anges), Fleuve noir. Cassel incarnera un flic sans illusions qui commence à enquêter sur la mort d'un enfant quand son fils, délinquant, revient dans sa vie.

- Enfin, Joann Sfar, qui a déjà confirmé il y a quelques jours qu'il allait réalisé un film d'animation adapté de sa BD Petit Vampire, a annoncé qu'il écrivait et réaliserait une nouvelle adaptation du Chat du Rabbin (César du meilleur film d'animation en 2012). Mais cette fois-ci le film sera tourné en prises de vues réelles. Le film sera, comme sa version animée, écrit et réalisé par Joann Sfar.

Stéphane Bak héros de l’adaptation de la BD « Seuls »

Posté par vincy, le 3 mars 2016

Seuls est en tournage depuis lundi. David Moreau (20 ans d'écart) adapte la série de BD de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti, dont le dernier tome (le neuvième) s'est vendu à plus de 100000 exemplaires.

Le premier tome avait reçu le prix jeunesse 9-12 ans du Festival d'Angoulême en 2007 et le cinquième volume le même prix jeunesse 9-12 ans au Festival d'Angoulême 2010.

Le tournage doit durer plus de deux mois pour une sortie programmée l'année prochaine chez Studiocanal.

L'histoire se déroule après la disparition soudaine et inexpliquée des habitants de Fortville. Cinq adolescents se retrouvent seuls dans la ville. Ils devront apprendre à survivre dans un monde sans adultes à la fois familier, mais aussi énigmatique, voire hostile… Cette série fantastique révèle aux ados qu'ils sont dans une réplique du monde réel nommée « le monde des limbes » et qu'ils y sont la proie de mystérieuses « 15 familles ». Les enfants de Fortville seraient-ils différents des autres ? Et si l'un d'eux était ce que la 15e famille appelle « L'enfant Minuit » ?

Le jeune acteur et humoriste Stéphane Bak, entraperçu dans Les Profs, Les Gamins et Les Héritiers et qui sera à l'affiche de Elle de Paul Verhoeven et de L'Esprit d'Équipe de Christophe Barratier, sera entouré de Sofia Lesaffre (Amira, Les trois frères le retour), Kim Lochhart, Jean-Stan du Pac (La volante) et Thomas Doret (qui sera dans La Fille inconnue des Frères Dardenne).