[On va tous au cinéma] Michel-Ange (21 octobre)

Posté par redaction, le 24 juin 2020

Le pitch: La vie du pécheur Michel-Ange, aka Michelangelo Buonarroti, à travers les moments d’angoisse et d’extase de son génie créatif, tandis que deux familles nobles rivales se disputent sa loyauté.

Le cast: Réalisé par Andreï Konchalovsky, avec Alberto Testone, Jacob Diehl, Francesco Gaudiello.

L'atout: L'un des films événements du dernier festival de Rome arrive dans les salles. Ce biopicest le premier film majeur sur le créateur de David, La Pietà et le plafond de la chapelle Sixtine. Signé par un réalisateur russe vétéran, éclectique et réputé, le film profitera aussi du lancement de l'exposition au Louvre le 22 octobre, "Le Corps et l’Âme. De Donatello à Michel-Ange. Sculptures italiennes de la Renaissance."

Venise 2016: un Lion d’or pour Lav Diaz, et un palmarès très américain

Posté par redaction, le 10 septembre 2016

Tous les pronostics prédisaient une grande année hollywoodienne à Venise. Le jury de Sam Mendes n'en a fait qu'à sa tête en préférant miser sur la diversité, mais, de fait, le cinéma américain a trusté le palmarès. Le cinéma français s'avère finalement le grand perdant de cette 73e Mostra, même si Frantz est récompensé pour son actrice allemande et si Stéphane Brizé repart avec le prix de la critique internationale.

C'est le film philippin The Woman who left (La femme qui est partie), un long récit de quatre heures en noir et blanc sur le combat d'une femme injustement accusée d'un crime, qui a remporté le Lion d'Or du meilleur film. Réalisé par Lav Diaz, l'œuvre succède au film vénézuélien Les amants de Caracas. C'est donc la deuxième année consécutive que Venise récompense un cinéma qui jusque là n'avait jamais été courronné à Cannes, Berlin ou sur la lagune italienne. Lav Diaz avait par ailleurs remporté en février dernier le prix Alfred-Bauer à la Berlinale avec Hele Sa Hiwagang Hapis (Une berceuse au mystère douloureux).

Le cinéma américain s'en tire quand même bien avec le Grand prix du jury pour le film de Tom Ford, le prix spécial du jury pour The Bad Batch, le prix du scénario et le prix d'interprétation féminine pour Emma Stone. Trois ans après son prix de la mise en scène à Cannes, le mexicain Amat Escalante partage le même prix à Venise avec le vétéran russe Andreï Konchalovsky.

L'Europe n'est pas en reste, surtout si on ajoute la section Orizzonti avec des films ou des talents allemand, portugais, belge, espagnol, italien et espagnol.

Notons enfin le beau prix d'avenir, le Lion du futur, décerné à un film tunisien, six mois après le sacre d'Hedi, autre film tunisien, à Berlin (lui aussi prix du meilleur premier film).

Compétition
Lion d'or: The Woman Who Left (Ang Babaeng Humayo) de Lav Diaz
Grand prix du jury: Nocturnal Animals de Tom Ford
Prix de la mise en scène ex-aequo: Andreï Konchalovsky pour Paradise et Amat Escalante pour The Untamed (La Región Salvaje)
Prix spécial du jury: The Bad Batch d'Ana Lily Amir
Coupe Volpi de la meilleure actrice: Emma Stone pour La La Land
Coupe Volpi du meilleur acteur: Oscar Martinez pour El ciudadano ilustre
Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir: Paula Beer pour Frantz
Prix du scénario: Noah Oppenheim pour Jackie

Lion du futur, Prix Luigi de Laurentiis: The Last of Us d'Ala Eddine Slim

Section Orizzonti
Meilleur film: Liberami de Federica di Giacomo
Meilleur réalisateur: Fien Troch pour Home
Prix spécial du jury: Big Big World de Reha Erdam
Prix spécial du meilleur acteur: Nino Lopes pour Sao Jorge
Prix spécial de la meilleure actrice: Ruth Diaz pour The Fury of a Patient Man (Tarde para la ira)
Meilleur scénario: Wang Bing pour Bitter Money

Autres prix de la sélection officielle
Meilleur court métrage: La Voz Perdida de Marcelo Mantinessi
Meilleur documentaire sur le cinéma (Classici): Le Concours de Claire Simon
Meilleur film restauré (Classici): L’uomo dei cinque palloni de Marco Ferreri
Lion d'or pour l'ensemble de la carrière: Jean-Paul Belmondo ; Jerzy Skolmowski
Prix Jaeger-Lecoultre pour un cinéaste: Amir Naderi
Prix hommage pour un talent visionnaire: Liev Schreiber

Autres prix
Prix Fipresci (critique internationale) - compétition : Une vie de Stéphane Brizé
Prix Fipresci - Orizzonti: Kékszakállú de Gastón Solnicki

Prix Future Film Festival Digital: Arrival de Denis Villeneuve ; mention spéciale : Voyage of Time: Life’s Journey de Terrence Malick

Semaine de la Critique: prix du public: Los nadie (The Nobodies) de Juan Sebastián Mesa

Prix de la Fédération des critiques de film d'Europe et de Méditerranée:
Film: The Road to Mandalay de Midi Z
Nouveau cinéaste: Amanda Kernell pour Sameblod (Sámi Blood)
Actrice: Ashleigh Cummings pour Hounds Of Love
Film européen: Ne gledaj mi u pijat (Quit Staring at My Plate) de Hana Jušic

Venice Days Award: The War Show de Andreas Dalsgaard et Obaidah Zytoon
Label Europa Cinema: Sameblod (Sámi Blood)de Amanda Kernell
Prix du public: Pamilya Ordinaryo d’Eduardo Roy Jr.

Prix Mouse d’Oro - compétition: Jackie de Pablo Larraín
Prix Mouse d’Argento – hors competition: Austerlitz de Sergei Loznitsa

Queer Lion Award: Hjartasteinn (Heartstone) de Guðmundur Arnar Guðmundsson

Prix de la meilleure musique de film: L’estate addosso par Jovanotti

Venise 2016: Kusturica, Ford, Malick, Ozon, Brizé, Larrain, Escalante et Wenders en compétition

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

La 73e édition du Festival de Venise, du 31 août au 10 septembre, a dévoilé sa sélection officielle. En compétition, on retrouve pas mal de films pressentis pour Cannes, mais pas forcément prêts ou recalés, et un certain nombre de poids lourds du cinéma mondial. Côté français, on note la présence de François Ozon et de Stéphane Brizé. On peut y ajouter deux coproductions françaises signées Wim Wenders et Christopher Murray. Le cinéma latino-américain est bien représenté par trois films, un an après le Lion d'or pour un film vénézuélien. Le chilien Pablo Larrain est cette fois-ci sélectionné avec un film américain, un biopic qu'on n'attendait pas si tôt. Il aura enchaîné El Club (Grand prix du jury à Berlin en 2015), Neruda (Quinzaine des réalisateurs 2016) et donc Jackie en compétition à Venise. Les Etats-Unis sont en force avec sept productions. En revanche, hormis un film philippin, l'Asie est complètement absente. Notons enfin la présence de deux documentaires, dont celui de Terrence Malick.

The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour
Une vie de Stéphane Brizé
La La Land de Damien Chazelle ouverture
The Light between Oceans de Derek Cianfrance
El ciudadano ilustre de Mariano Cohn et Gaston Duprat
Spira Mirabilis de Massimo D’Anolfi et Martina Parenti documentaire
Ang Babaeng Humayo (The Woman who left) de Lav Diaz
La region salvaje d’Amat Escalante
Nocturnal Animals de Tom Ford
Piuma de Roan Johnson
Rai (Paradise) d’Andreï Konchalovsky
Brimstone de Martin Koolhoven
Na mlijecnom putu (On the Milky Road) d’Emir Kusturica
Voyage of time de Terrence Malick documentaire
El cristo ciego de Christopher Murray
Frantz de François Ozon
Questi giorni de Giuseppe Piccioni
Premier contact (Arrival) de Denis Villeneuve
Les beaux jours d’Aranjuez (3D) de Wim Wenders
Jackie de Pablo Larrain

Venise 2014 : la fable du pigeon qui devient un Lion

Posté par vincy, le 6 septembre 2014

pigeon de roy andersson

Le 71e festival de Venise s'est achevé ce soir avec la remise du palmarès. Et le jury d'Alexandre Desplat a créé la surprise en récompensant deux vétérans : le Suédois Roy Andersson, dont les comédies absurdes et humanistes nous ont toujours séduits sans être jamais vraiment récompensées à la hauteur de son talent à Berlin comme à Cannes, et le Russe Andreï Kontchlovski.

Avec A Pigeon Sat on a Branch Reflecting on Existence, Roy Andersson reçoit le Lion d'or tandis que The Postman's White Nights vaut à Andreï Kontchalovski le prix du meilleur réalisateur. Deux cinéastes dont la longévité et la maîtrise ont apparemment conquis le jury face à une compétition jugée très faible globalement. Le film d'Andersson, son premier long depuis 7 ans!, est une réflexion sur l'absurdité et le sens de la vie à travers la vie d'un vendeur d'articles de fantaisie et d'un ami atteint de légers troubles psychologiques.

"Nous avons choisi des oeuvres au geste artistique fort dont les dimensions humaniste et politique nous ont touchés" a déclaré le compositeur Alexandre Desplat, président du jury cette année.

En couronnant des fables esthétiques, atemporelles et sans références réelles au présent, le jury de cette année a semble-t-il préféré la forme au fond, oubliant volontairement les films massacrés par la critique (Fatih Akin, Shinya Tsukamoto, Andrew Niccol...). Mais il a surtout choisi d'occulter les oeuvres romanesques et émouvantes de la sélection (Abel Ferrara, Alejandro Gonzalez Inarritu, pourtant parti favori, Benoît Jacquot, Ramin Bahrani...).

Au-delà du palmarès, le Festival de Venise n'a jamais réussi a créé le "buzz", l'évènement qui pourrait le remettre dans la course face à Cannes. Certes, Toronto semble souffrir de la même déconvenue. Mais plus généralement, ce sont les déceptions qui ont dominé les commentaires et les conversations, alors que peu de films ont été réellement "descendus" par la critique. Sans flamme, cette édition de la Mostra aura quand même eu le mérite de célébrer des jeunes cinéastes (le documentariste Joshua Oppenheimer notamment) qui ont mis leurs pas dans les pas de leurs pairs...

affiche venise 2014PALMARÈS

Compétition
Lion d'or : A Pigeon Sat on a Branch reflecting on Existence, de Roy Andersson
Lion d'argent du meilleur réalisateur : Andreï Konchalovski pour The Postman's White Nights
Grand prix du jury : The Look of Silence, de Joshua Oppenheimer
Coupe Volpi du meilleur acteur : Adam Driver dans Hungry Hearts de Saverio Costanzo
Coupe Volpi de la meilleur actrice : Alba Rohrwacher dans Hungry Hearts de Saverio Costanzo
Prix Marcello Mastroianni de la meilleure révélation : Romain Paul dans Le dernier coup de marteau d'Alix Delaporte
Meilleur scénario : Rakhshan Banietemad et Farid Mostafavi pour Tales (Ghesseha)
Prix spécial du jury : Sivas de Kaan Müjdeci

Autres prix de la sélection officielle
Prix Luigi de Laurentiis pour un premier film : Court de Chaitanya Tamhane
Prix Orizzonti du meilleur film : Court de Chaitanya Tamhane
Prix Orizzonti du meilleur réalisateur : Naji Abu Nowar pour Theeb
Prix spécial du jury Orizzonti : Belluscone. Une storia siciliana de Franco Maresco
Prix spécial Orizzonti du meilleur interprète : Emir Hadžihafizbegovic dans These are the Rules d'Ognjen Svilicic.
Prix Orizzonti du meilleur court métrage : Maryam de Sidi Saleh

Lion d'or pour l'ensemble de leur carrière : Thelma Schoonmaker et Frederick Wiseman
Prix Jaeger-Lecoultre "Glory to the Filmmaker" : James Franco
Prix Persol hommage pour le talent visionnaire : France McDormand
Prix L'Oréal Paris pour le cinéma : Valentina Corti

Autres prix

Prix Europa Cinemas Label : I nostri ragazzi d'Ivano de Matteo
Future Film Festival Digital Award : Birdman Alejandro González Iñárritu ; mention spéciale à Italy in a day de Gabriele Salvatores
Prix CICAE - Cinema d’Arte et d’Essai : Heaven Knows What de Josh & Ben Safdie
Queer Lion Award : Les Nuits d’été de Mario Fanfani
Prix Signis : Loin des hommes de David Oelhoffen ; mention spéciale à 99 Homes de Ramin Bahrani

Prix FIPRESCI de la critique internationale
Meilleur film de la compétition : The Look of Silence de Joshua Oppenheimer
Meilleur film des autres sélections : Nicije dete de Vuk Ršumovic

Prix Fedeora du meilleur film (Venice Days) : One on One de Kim Ki-duk
Prix Fedeora du meilleur réalisateur pour un premier film (Venice Days) : Aditya Vikram Sengupta pour Labour of Love

Prix du meilleur film à la Semaine internationale de la critique : Flapping in the Middle of Nowhere by Nguy'n Hoàng Ðiep
Prix du meilleur scénario à la Semaine internationale de la critique : Vuk Ršumovic pour No One’s Child

Meilleur film Venice Days : Retour à Ithaque de Laurent Cantet

Clap de fin pour Menahem Golan (1929-2014)

Posté par vincy, le 9 août 2014

menahem golan locarno 2010

Menahem Golan est mort le 8 août à Jaffa, près de Tel Aviv en Israël, à l'âge de 85 ans. Producteur légendaire, mais aussi réalisateur, scénariste et un peu acteur, il était l'un des derniers nababs d'Hollywood, caractère épouvantable inclus, avec sa société Cannon Films, même s'il avait quitté les Etats-Unis depuis des années pour revenir dans son pays de naissance.

Avec son cousin Yoram Globus, qui tenait les finances, il a été l'instigateur d'un certain cinéma de genre, avec des acteurs bodybuildés, des armes à foison et des réalisations approximatives mais efficaces. Un cinéma typique des années Reagan, où la puissance de l'Amérique était glorifiée à travers des stars comme Sylvester Stallone, Chuck Norris, Dolph Lundgren, Jean-Claude Van Damme, qu'il révèle, ou Charles Bronson. Mais pas seulement.

Cannon Films, créée en 1979, était une société à l'image de son fondateur : schizophrène. Au Festival de Cannes, les magazines professionnels étaient envahis de ses publicités pour des films d'auteur et des films d'action, promus au même niveau, de la même manière. Des films low-cost aux allures de blockbusters et des grands noms du cinéma qui trouvaient là du cash pour des films ambitieux.

Mais le modèle économique devenait fragile, à trop jouer la surenchère : en surpayant ses stars, en dépensant de l'argent pour insuffler davantage d'adrénaline à l'écran, les budgets explosaient, sans que la qualité ne suivent forcément. Cannon Films crashe logiquement à la fin des années 80 et conduira Golan, après deux autres grosses faillites, à retourner en Israël pour produire, entre autres, des comédies musicales et des films qu'il réalisait, dans l'indifférence critique et publique.

Roger Corman

C'est en Israël que tout avait aussi commencé pour lui avec sa première société, Noah Films. Il avait d'ailleurs produit Sallah Shabati, nominé aux Oscars et primé aux Golden Globes en 1964, et d'autres films qui ont connu des succès critique à l'étranger (notamment en 1976, Lemon Popsicle). En 1979, il produit et réalise son meilleur film, Opération Thunderbolt, qui retrace le raid des commandos de Tsahal sur l'aéroport ougandais où un commando palestinien retenait des civils en otage.

Quand Globus l'a rejoint, Golan a opéré un virage du film d'auteur vers le film de genre, tout en conservant parfois l'envie de produire des films d'art et d'essai.

En travaillant aux côtés de Roger Corman, à son arrivée aux Etats-Unis, il a adopté le mode de fonctionnement de son mentor : des films produits rapidement, avec des budgets faibles et des histoires simples. N'hésitant pas tout au long de sa carrière à faire des coups, pour opportunément gagner beaucoup d'argent. Il signait ainsi des contrats pharamineux et se retrouvait souvent dans des imbroglios judiciaires polémiques.

De Cassavetes à Godard, de Tobe Hooper à Meryl Streep

Cela ne l'empêche pas de produire de grands cinéastes : John Cassavetes en 1984 avec Love streams, alors que le réalisateur était snobé par Hollywood, Andreï Konchalovsky avec Maria's Lovers puis Runaway Train et Le Bayou, Robert Altman avec Fool For Love, Jean-Luc Godard et son King Lear, Franco Zeffirelli et son Othello, Barbet Schroeder avec Barfly... Mais à vouloir trop être présent sur les tournages et dans les salles de montage, Golan se fâche à chaque fois avec eux.

A son actif, on retiendra une version médiocre de L'Amant de lady Chatterley, des Ninjas, un Bolero très érotique, des tas de films de guerre (Portés disparus, The Delta Force, Cobra) et de flics (Le justicier de minuit, Un justicier dans la ville II, Le Justicier de New York), de l'aventure et de l'action de série B (Allan Quatermain et les Mines du roi Salomon, Over the Top), des Tobe Hooper (L'invasion vient de Mars, Massacre à la tronçonneuse 2) et un Romero (La nuit des morts vivants), un Ovni écolo-musical (Powaqqatsi), des adaptations (Captain America, Hansel et Gretel, Le fantôme de l'opéra), des films mythologiques (Hercule, Aladin, Sinbad) et même un film avec Meryl Streep (Un cri dans la nuit).

Le culte après la déchéance

Depuis Final Combat en 2003, dernier film exploité à l'étranger, il réalisait des films en Israël, à l'écart du monde. Hollywood l'avait oublié. On ne retenait souvent que les scandales financiers ou judiciaires qui avaient pollué sa carrière. En 2010, le Festival de Locarno lui décernait le Prix Raimondo Rezzonico, honorant un producteur et la prestigieuse Film Society of Lincoln Center lui rendait hommage à travers une rétrospective, “The Cannon Films Canon."

En mai dernier au Festival de Cannes, le documentaire The Go-Go Boy, retraçant la carrière de Golan et Globus était présenté hors-compétition, en présence du producteur, qui savourait son triomphe. Il était devenu culte. Un autre documentaire Electric Boogaloo : The Wild, Untold Story of Cannon Films sera à l'affiche du Festival de Toronto en septembre.