Cannes 2014 : six films rejoignent la sélection officielle, dont ceux d’André Téchiné et Tony Gatlif

Posté par MpM, le 2 mai 2014

cannes2014C'est désormais devenu une tradition : la sélection officielle du 67e Festival de Cannes s'est enrichie cette semaine de six nouveaux titres répartis entre séances spéciales, Un Certain Regard et hors compétition. Pas de concurrent supplémentaire dans la course à la Palme d'or, donc, mais des cinéastes qu'on image flattés de faire malgré tout partie de l'aventure.

Parmi eux, deux habitués du Festival : André Téchiné (6 sélections rien qu'en compétition officielle et un prix de mise en scène en 1985 pour Rendez-vous) dont ce sera le grand retour sur la Croisette depuis 2003 (Les égarés) et Tony Gatlif (prix de la mise en scène en 2004 pour Exils) qui n'était pas venu depuis 2006 (Transylvania).

Le premier présente hors compétition L'homme qui aimait trop, inspiré de l'affaire Agnès Le Roux, avec notamment Catherine Deneuve, Adèle Haenel et Guillaume Canet tandis que le second propose en séance spéciale Géronimo avec Céline Sallette et Raphaël Personnaz. Un troisième Français fait également partie de la liste : Laurent Bécue-Renard, pour son documentaire Of men and War (Séance spéciale).

Deux autres films bénéficieront de l'une des ces fameuses "séances spéciales" dont le nombre est ainsi porté à 10 : The Owners du réalisateur kazakh Adilkhan Yerzanov (Realtors) et El Ardor de l'Argentin Pablo Fendrik (L'assaillant et La sangre brota, tous deux sélectionnés à la Semaine de la Critique en 2007 et 2008) avec Gael Garcia Bernal.

Enfin, la section Un Certain Regard accueille Feher Isten du Hongrois Kornel Mundruczo qui eut les honneurs de la compétition officielle en 2008 (Delta ) et 2010 (Un garçon fragile - le projet Frankenstein).

De quoi ajouter un peu de stress et de dilemmes aux festivaliers cannois qui devront essayer de caler ces nouveaux films dans leur emploi du temps déjà surchargé... On ne peut d'ailleurs s'empêcher de s'interroger sur  cette surenchère de films qui touche chaque année les grands festivals internationaux. Comme si, pour être une manifestation de premier plan, il fallait proposer le plus de films possibles, dans une logique plus quantitative que qualitative, et surtout avec le risque que certains passent relativement inaperçus au milieu des "incontournables" de la compétition et des stars internationales.

Quoi qu'il en soit, un ou plusieurs nouveaux films pourraient encore être ajoutés : on attend notamment toujours le titre du film de clôture.

Le complément de sélection

L'homme qui aimait trop d'André Téchiné (Hors Compétition)
Of men and War de Laurent Bécue-Renard (Séance spéciale)
El Ardor de l'Argentin Pablo Fendrik (Séance spéciale)
Géronimo de Tony Gatlif (Séance spéciale)
The Owners d'Adilkhan Yerzanov (Séance spéciale)
Feher Isten du Hongrois Kornel Mundruczo (Un Certain Regard)

Cannes 2013 / Un film, une ville : Tanger

Posté par vincy, le 23 mai 2013

tom hiddleston tilda winton jim jarmusch tanger tangiers only lovers left alive

Jim Jarmusch à Tanger (et à Detroit). La vampire Tilda Swinton profite de cette ville mythique de la littérature et de la peinture, sillonnant les ruelles, profitant d'un café, mordant dans les veines de jeunes marocains quand elle n'a pas sa dose d'hémoglobine. De Peter Bowles à Henri Matisse, la lumière de Tanger, ville africaine qui fait face à l'Espagne, a attiré de nombreux grands artistes. Et il était logique que le cinéma s'en empare aussi. Jarmusch filme Tanger essentiellement la nuit dans Only Lovers Left Alive. Il la rend envoûtante et mystérieuse.

Tanger est une ville de tournage qui rassure : comme souvent, le Maroc sert d'alibi à des grosses productions qui cherchent un pays arabe pour des scènes qui ne se passent pas dans ce pays : ce fut le cas d'Inception, d'un James Bond comme Tuer n'est pas jouer, mais aussi de Cloclo (pourtant l'Egypte n'est pas si loin).

Le cinéma français a souvent planté ses caméras dans la ville. Dans quelques mois, Gibraltar va s'y dérouler. Normal, Tanger est face à la colonie anglaise de Gibraltar. C'est le carrefour des drogues et des migrations clandestines. André Téchiné a préféré donner une vision plus romanesque de la ville dans Les temps qui changent, avec Deneuve et Depardieu qui y retombent amoureux, et une vision plus réaliste et sociale dans Loin, avec Stéphane Rideau et Lubna Azabal. Un écrivain anglais, James, rappelle d'ailleurs l'ombre de Peter Bowles.

Pour adapter Bowles justement, Bernardo Bertolucci a servit Un thé au Sahara sur place, avant que ses personnages ne partent dans le désert. Tanger c'est le mythe de l'exotisme avant que la modernité et les voyages de masse ne réduisent le monde à quelques heures d'avion.

Mais la ville n'a jamais été aussi bien filmée que par Paul Greengrass dans le troisième épisode de Jason Bourne, La vengeance dans la peau. Moment crucial du film, Bourne (incarné par Matt Damon) ne flâne pas vraiment, mais on a le temps de profiter des quartiers populaires, des belles places ombragées, du souk et des toits de la ville à travers une périlleuse et très longue course-poursuite, qui se terminera avec une baston brutale dans une salle de bain. On est loin de la vision évaporée et romantique de Jarmusch.

Cannes 2013 : Catherine Deneuve ne sera pas là pour l’hommage aux Parapluies de Cherbourg

Posté par vincy, le 14 mai 2013

Catherine Deneuve sera la grande absente jeudi au Festival de Cannes lorsque Agnès Varda, Michel Legrand, Rosalie Varda et Mathieu Demy monteront les marches de la salle du Soixantième pour découvrir la version restaurée des Parapluies de Cherbourg, Palme d'or 1964, qui fera l'ouverture prestigieuse de Cannes Classics.

Mais la star a une bonne raison : elle tourne son septième film avec André Téchiné, L'homme que l'on aimait trop, avec Guillaume Canet. Téchiné et elle c'est évidemment Hôtel des Amériques, Le Lieu du crime, Ma saison préférée, Les Voleurs, Les Temps qui changent, La Fille du RER. Une liaison unique dans le cinéma français. Le Lieu du crime et Ma saison préférée avaient d'ailleurs été en sélection officielle à Cannes.

Le film est inspiré d’un fait divers des années 1970, l’affaire Le Roux, l'histoire d'une héritière mystérieusement disparue. Les soupçons se tournent alors vers son amant, Jean-Maurice Agnele, qui fut condamné à vingt de prison en 2006 alors qu'il clamait son innocence…

Ironiquement, le tournage a lieu à quelques kilomètres de Cannes, où Deneuve fut révélée au monde avec le film de Demy il y a bientôt 50 ans. Canet, de son côté, est attendu, hors-compétition pour son film Blood Ties, présenté lundi.

André Téchiné, Todd Haynes et David Byrne au jury de Venise

Posté par vincy, le 8 juillet 2011

Ils seront les hommes et femmes du réalisateur américain Darren Aronofsky, président du jury du 68ème Festival de Venise. 6 artistes venus du monde entier qui se retrouveront du 31 août au 10 septembre ^pour choisir un palmarès et le successeur de Somewhere, Lion d'or contesté l'an dernier..
Par ordre alphabétique :

- Eija-Liisa Ahtila, artiste multimédia finlandaise. Son moyen métrage, Consolation service fut présenté à la Biennale de Venise en 1999.
- David Byrne, musicien américain, ex-membre des Talking Heads, Oscar pour la BOF du Dernier empereur de Bernardo Bertolucci ; il a aussi joué son propre rôle dans le récent Paolo Sorrentino, This must be the Place (présenté à Cannes).
- Todd Haynes, scénariste et réalisateur américain, primé à Venise pour Loin du paradis (actrice, photo) et I'm Not There (prix spécial du jury).
- Mario Martone, cinéaste italien, primé à Venise (Mort d'un mathématicien napolitain, Grand Prix spécial du jury) et récent David di Donatello du meilleur film (Noi credevamo).
- Alba Rohrwacher, actrice italienne, Prix d'interprétation féminine à Venise l'an dernier (La solitude des nombres premiers)
- André Téchiné, scénariste et réalisateur français dont le dernier film, Impardonnables, a été tourné à Venise. Il n'a été sélectionné qu'une fois sur la Lagune, en 2001, avec Loin.

Marie-France Pisier (1944-2011) : un fantôme en liberté

Posté par vincy, le 26 avril 2011

Marie-France Pisier, la promeneuse du Jardin du Luxembourg, n'était pas que cette voix si distinguée, qui l'avait rendue si singulière dans le cinéma français. Cette voix, qui lui donnait un ton si particulier dans les films de Truffaut et ses héritiers de la Nouvelle Vague, était aussi celle des femmes. Féministe engagée depuis la première heure, signataire du fameux manifeste des 342 salopes, diplômée en droit et fréquentant les cercles intellectuels et les milieux politiques, Pisier était une actrice par accident et une politicienne contrariée.

Si j'osais un aparté personnel, je voudrais écrire à quel point sa voix me ravissait, mais, encore plus, sa contemplation. Jeune cinéphile (gamin, quoi), elle faisait partie de mon panthéon de l'idéal féminin. Brune, gracieuse, élégante, égalitariste et intelligente : son féminisme et sa féminité me séduisaient bien plus que les cérébrales froides ou les géniales tragiques qui émergeaient alors dans le cinéma français.

L'absente de la Croisette

Quelle tristesse d'apprendre, à distance, sa mort, à 68 ans. Retrouvée morte dans sa piscine, une nuit de week-end pascal. L'autopsie est en cours.  Une fin précoce, inattendue, "choquante" selon l'expression de son amie Kristin Scott-Thomas, que Pisier avait dirigée dans sa première réalisation. On devait la voir au prochain Festival de Cannes (voir l'actualité du 30 mars dernier). Elle avait été récemment interviewée dans le cadre du documentaire Belmondo, Itinéraire... qui sera présenté à l'occasion de l'hommage à Jean-Paul Belmondo.

Pisier a joué deux fois avec l'acteur le plus populaire de France. Une première fois en 1976, au sommet de sa gloire cinématographique, dans Le corps de mon ennemi (1,8 million d'entrées), d'Henri Verneuil. Film noir sur la corruption, elle incarnait une bourgeoise raffinée qui s'encanaillait avec le voyou Bébel. Elle retrouvera le comédien dans la comédie L'As des As (5,5 millions d'entrées), où elle joue une journaliste qui s'apprête à interviewer Hitler et pousse Belmondo à jouer les sauveurs d'un enfant juif.

La Colette de Truffaut

Mais Marie-France Pisier a surtout été la muse de deux cinéastes, que tout relie. François Truffaut qui l'a découverte, et André Téchiné, qui l'a consacrée. Le premier en a fait le pendant féminin de Jean-Pierre Léaud dans la série des Antoine Doinel. Elle répond à une petite annonce, alors qu'elle n'a aucune information, pour devenir le rôle principal féminin d'Antoine et Colette (1963). Sa désinvolture, son chic naturel, sa vivacité conquièrent le cinéaste, qui, parlant de sa voix, disait qu'elle était son meilleur atout et son pire handicap. Cette voix qui pouvait être à la fois distante, snob, moqueuse, cinglante, ironique, indifférente, blessante...

Elle prolongera l'aventure avec Truffaut dans Baisers volés (1968) et surtout L'amour en fuite (1979), qu'elle co-scénarise avec le cinéaste, Jean Aurel et Suzanne Schiffman. Elle revient en ex-amour et brillante avocate.

Après Truffaut, Marie-France Pisier trouve un deuxième mentor, Robert Hossein qui l'emploie pour trois polars (La mort d'un tueur, Les yeux cernés, Le Vampire de Düselldorf). Pisier prend alors son envol et tourne avec Alain Robbe-Grillet (Trans-Europe Express), Charles Belmont (L'écume des jours, d'après le best-seller de Boris Vian), Stanislas Stanojevic (Le journal d'un suicidé, mésestimé), Luis Bunuel (Le fantôme de la liberté, avant-dernier film du maître espagnol) et Jacques Rivette (Céline et Julie vont en bateau, qu'elle co-scénarise aussi). Ce ne sont pas forcément des rôles principaux, mais à l'époque sa vie est un peu ailleurs : étudiante politiquement impliquée, ex-fiancée de Daniel Cohen Bendit qu'elle fait revenir en France, au premier rang pour la légalisation de l'avortement... Et à la télévision elle est l'une des héroïne du feuilleton populaire Les gens de Mogador.

Sans compromis chez Téchiné

En 1969, elle avait rencontré le deuxième cinéaste marquant de sa carrière. Avant Catherine Deneuve, le jeune André Téchiné en a fait son égérie : Pauline s'en va, Souvenirs d'en France, Barrocco, Les Soeurs Brontë. Dans Souvenirs d'en France, avec Jeanne Moreau, Pisier est sophistiquée et donne à quelques séquences des moments cultes de cinéma. "Foutaises!" aurait-elle clamé... Avec Barrocco, en second rôle face à la jeune Isabelle Adjani, elle gagne ses gallons : un an après son César dans Cousin, cousine, elle en remporte un second. Dans Les soeurs Brontë, entre Adjani la tragédienne et Huppert la cérébrale, elle trouve sa place en soeur aînée dont le destin sera le moins malheureux de tous. Le film est sélectionné à Cannes. Elle y retournera pour L'oeuvre au noir, d'André Delvaux (d'après Marguerite Yourcenar), en 1988 et pour Le temps retrouvé, de Raoul Ruiz, en 1999. Parfaite dans l'univers de Proust en madame Verdurin

Auparavant, en 1975, Cousin, Cousine de jean-Charles Tacchella, aura connu un joli succès, avec un prix Louis-Delluc et trois nominations aux Oscars. Parfaite pour donner la réplique aux monstres sacrés et aux stars, elle sait leur voler la vedette et habiter un personnage en un geste, un mot, un regard. Elle tourne à l'étranger (La montagne magique, d'après Thomas Mann) et dans des productions de grands auteurs français comme Le prix du Danger (Boisset), La banquière (Girod), Parking (Demy). On l'emploie aussi pour incarner les géantes : Coco Chanel dans Chanel solitaire en 1981, George Sand dans La note bleue en 1991. Elle accepte des rôles plus populaires comme Les Nanas (l'un des premiers films avec Juliette Binoche) et puis récemment Il reste du jambon? d'Anne de Petrini.

La mère d'une nouvelle génération

Son destin est ailleurs. Car, certes, elle a récemment tourné pour une nouvelle génération, sans doute respectable de l'héritage des Truffaut et Téchiné : Maïwenn (Pardonnez-moi), Yamina Benguigui (Incha'Allah Dimanche), Stéphane Giusti (en mère perturbée dans la comédie gay Pourquoi pas moi ?) ou encore Manuel Poirier (Marion). Le plus bel exemple est ce personnage magnifique dans le film de Christophe Honoré, Dans Paris, où elle était la mère, au visage encore sublime, de Romain Duris et Louis Garrel.

A partir des années 80, elle commence à écrire, notamment Le bal du gouverneur, évocation de son enfance en Nouvelle-Calédonie, qu'elle adaptera elle-même au cinéma en 1990. Elle réalisera une suite, Comme un avion, autour du suicide de ses parents. Dans les années 90, elle monte sur les planches. Elle jouera souvent du Guitry. On la croisera aussi sur le petit écran.

Et puis finalement on ne la verra plus. Coincée dans une chaise, dans une piscine, une nuit d'avril, Marie-France Pisier a disparu... A 66 ans, cette native de la ville des fraises des montagnes du centre sud du Vietnam (à l'époque, l'Indochine) a rejoint ses fantômes, ceux de ses parents et d'autres tout aussi intimes. Pour elle, on ne peut que croire à une libération. Il faudra quand même attendre l'élucidation des circonstances de son décès. Cette discrète n'avait sans doute pas prévue le battage médiatique qu'elle susciterait en s'en allant si soudainement...

Cannes 2011 : Bouli Lanners, Abel / Romy / Gordon et Téchiné à la Quinzaine des réalisateurs

Posté par vincy, le 19 avril 2011

21 longs métrages, une grande signature, des talents qu'on aime bien, des genres différents, et une ouverture à des cinéphilies rares à Cannes comme l'Inde, l'Islande, la Bulgarie ou le Maroc. L'Europe reste sur-représentée et les Etats-Unis quasiment absents. Bref pas grand chose d'excitant. On sent que le départ d'Olivier Père a porté un coup à cette sélection devenue trop française et, sur le papier, assez austère.

Longs métrages :
- Après le sud, Jean-Jacques Jauffret
- Atmen, Karl Markovics
- Blue Bird, Gust Van den Berghe
- Busong (Palawan Destin), Auraeus Solito
- Chatrak, Vimukthi Jayasundara
- Code Blue, Urszula Antoniak
- Corpo celeste, Alice Rohrwacher
- Eldfjall, Runar Runarsson
- En ville, Bertrand Schefer et Valérie Mréjen
- Impardonnables, André Téchiné
- Jeanne captive, Philippe Ramos
- La fée, Dominique Abel & Bruno Romy & Fiona Gordon
- La fin du silence, Roland Edzard
- Les géants, Bouli Lanners
- O Abismo prateado (Le gouffre argenté), Karim Aïnouz
- Play, Ruben Östlund
- Porfirio, Alejandro Landes
- Return, Liza Johnson
- Sur la planche, Leïla Kilani
- The Island, Kamen Kalev
- The Other Side of Sleep, Rebecca Daly

Séances spéciales :
- Des jeunes gens modernes, Jérôme de Missolz
- El Velador (Le veilleur de nuit), Natalia Almada
- Koi no Tsumi, Sion Sono
- La nuit elles dansent, Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault

Emergence : André Téchiné préside une session ouverte aux compositeurs

Posté par vincy, le 20 novembre 2010

André Téchiné présidera la 13e session d'Emergence (voir notre reportage de l'édition 2006). Il succède ainsi à René Cleitman, Maurice Bernart, Claude Chabrol, Philippe Carcassonne, Gérard Depardieu, Fabienne Vonier, Denise de Casabianca, Charlotte Rampling, Nicole Garcia, Margaret Ménégoz, Olivier Marchal et Laurent Cantet. Avec son jury, composé de Dominique Besnehard, Christophe Blanc, Bénédicte Couvreur, Elisabeth Depardieu, Jacques Fieschi, Sandra Mirimanoff, Jean-Claude Petit, Ludivine Sagnier, et Olivier Thomas, il auditionnera les 9 et 10 décembre les réalisateurs préselectionnés.

Les six lauréats seront dévoilés le soir du 10 décembre et participeront à la 13e session. Les tournages auront lieu au printemps prochain, à Marcoussis dans l'Essonne. Il s'agit d'aider de jeunes auteurs réalisateurs à développer leur projet de premier long métrage, en film des séquences, accompagnés de leur "parrain/marraine" artistique.

Pour la première fois cette année, Emergence s'ouvre aussi aux musiques de films. Avec la Sacem, l'association invite six compositeurs de musique pour participer aux ateliers de production, lors des tournages. Ils travailleront avec les six réalisateurs élus. La musique sera composée et enregistrée durant la sessions, sous le parrainage de Jean-Claude Petit (Jean de Florette, Cyrano de Bergerac).

Cette année, trois anciens lauréats issus des ateliers d'Emergence ont sortis des films en salles : L'arbre, de Julie Bertucelli (clôture du festival de Cannes) et Copacabana, de Marc Fitoussi (sélectionné à la Semaine de la critique). Tous deux ont été à la une d'EcranNoir.fr

_________

Informations et appel à candidatures : Site internet d'Emergence

Deneuve récompensée en Roumanie

Posté par vincy, le 8 juin 2008

Au 7e Festival International du film de Transylvanie (TIFF) à Cluj (dans le pays de Dracula), l'actrice des Prédateurs, Catherine Deneuve, a été récompensée d'un prix honorifique, décerné chaque année à une personnalité européenne du cinéma.

La comédienne, actuellement en tournage avec André Téchiné et à l'affiche grâce à Arnaud Desplechin, a reçu le prix des mains de l'actrice roumaine Maia Morgenstern (elle a tourné avec Lucian Pinitilie, Theo Angelopoulos, Mel Gibson...). "J'accepte ce prix avec beaucoup de plaisir. Je n'ai pas eu beaucoup de prix à l'école et maintenant j'arrive à un âge où on me remet des prix pour ma carrière..." a expliqué celle qui a commencé à tourner en 1957.

Pour l'occasion, le Festival avait décidé de programmer Les temps qui changent, d'André Téchiné, avec Gérard Depardieu. "Un film sur l'amour ancien, l'amour nouveau, l'amour qui nous change", explique-t-elle.

Ce jeune festival qui fait une concurrence de plus en plus ouverte au très respecté festival de Karlovy Vary (République Tchèque) avait révélé un certain Cristian Mingiu (4 mois, 3 semaines, 2 jours) en récompensant son film Occident dès sa première édition.

Deneuve succède à des actrices comme Annie Girardot et Vanessa Redgrave.

Téchiné retrouve Deneuve et Blanc

Posté par vincy, le 28 avril 2008

Comme réconforté par le succès public des Témoins (376 000 entrées sans fanfare marketing), André Téchiné, snobé par les César, prolonge son exploration des temps modernes et de ses vices de formes. Après l'émergence du SIDA dans les années 80, le cinéaste se penche sur le cas de cette jeune femme qui avait "inventé" une agression antisémite lors d'un voyage en RER, en banlieue parisienne. Le fait divers avait enflammé les médias, qui n'avaient pas vérifié grand chose, et avait ému jusqu'au Président de la République.

A partir de la pièce de théâtre "RER" de Jean-Marie Besset, Téchiné, l'auteur de la pièce et Odile Barski ont imaginé La fille du RER, dont le tournage débute le 19 mai. Cette production médiane de 7 millions d'euros devrait être prête pour le premier semestre 2009. Sur la forme, Téchiné est prêt à mélanger reportage télévisuel, webcam internet et journaux audiovisuels. La jeune femme mythomane sera incarnée par Emilie Dequenne (Rosetta, Le pacte des loups), sa mère par Catherine Deneuve. On y retrouvera aussi Michel Blanc (déjà de l'aventure des Témoins), Mathieu Demy, Nicolas Duvauchelle et l'actrice somptueuse de La visite de la fanfare, Roni El Kabetz.

Pour Deneuve, il s'agit surtout de la sixième fois avec Téchiné. Les deux amis du parc du Luxembourg sont aussi dans l'actualité avec la sortie en DVD du Lieu du Crime (Cannes 1986).