Trois jours et une vie : Nicolas Boukhrief réunit Sandrine Bonnaire, Charles Berling et Pablo Pauly

Posté par wyzman, le 30 octobre 2018

Après le succès d’Au revoir là-haut réalisé par Albert Dupontel en 2017 (2,1 millions de spectateurs en France), un nouveau roman de Pierre Lemaitre, Trois jours et une vie (Albin Michel, 2016), fait l’objet d’une adaptation par le réalisateur Nicolas Boukhrief pour Gaumont, a annoncé Le Film français.

Un casting de rêve

Le réalisateur et son équipe – le casting réunit, entre autres, Sandrine Bonnaire, Charles Berling et Philippe Torreton – ont entamé le 24 octobre le tournage à Olloy en Belgique, qui s’étendra jusqu’au 22 novembre, précise le journal professionnel. L’écrivain, qui avait remporté le césar de la Meilleure adaptation en 2018 pour sa précédente expérience avec Albert Dupontel, a cosigné le scénario aux côtés de Perrine Margaine.

L’histoire sombre de Trois jours pour une vie marque le retour de Pierre Lemaitre à son amour pour le roman noir avec Robe de mariée (Calmann-Lévy, 2009), Cadres noirs (Calmann-Lévy, 2010) ou encore Alex (Albin Michel, 2011). Le roman retrace la destinée d’un jeune adolescent qui tue l’un des enfants de son village et dissimule le crime alors que la tempête de Noël 1999 frappe la région. Vingt ans plus tard, plusieurs événements font resurgir le meurtre passé.

Pierre Lemaitre vient de faire paraître Couleurs de l’incendie en janvier 2018 chez Albin Michel, deuxième volet d’une trilogie débutée par Au revoir là-haut, prix Goncourt lors de sa parution en 2013.

Les César 2018 vivent à 120 battements par minute

Posté par vincy, le 2 mars 2018

120 battements par minute (6, dont meilleur film et meilleur scénario), Au revoir là-haut (5, dont la réalisation et l'adaptation) et Petit Paysan (3), dont le premier film et le meilleur acteur) dominent le palmarès. Le sens de la fête repart bredouille. Tout comme Grave. Barbara repart avec deux prix dont celui de la meilleure actrice. Un saupoudrage inégal qui, malgré tout, fait apparaître le Festival de Cannes comme le grand vainqueur de la cérémonie avec 12 prix cumulés (120 battements par minute, Barbara, Faute d'amour et Petit paysan) parmi les lauréats.

On reconnaîtra un grand renouveau dans les choix et quelques prix inattendus. Même la vétéran Jeanne Balibar était nommée pour la première fois. Swann Arlaud était le plus jeune des nommés parmi les meilleurs acteurs. Sara Giraudeau et Antoine Reinartz n'étaient clairement pas les plus connus (mais leur prix est amplement mérité). Les multi-casquettes Campillo et Dupontel sont multi-récompensés: c'est aussi la preuve d'un respect pour des cinémas au ton singulier, très personnel, malgré l'aspect opératique de leurs films.

Finalement c'est Jeanne Balibar qui a eu la phrase juste: "Faire un film de barges, et non pas suivre un cahier des charges, c'est-à-dire faire du cinéma!" C'est assez bien résumer la soirée côté primés. Côté cérémonie, on regrettera qu'hormis quelques jolis moments d'humour décalé, ça n'ait pas été assez "barge".

Hommages: Jeanne Moreau (par Vanessa Paradis) ; Jean Rochefort (par Guillaume Canet) ; Johnny Hallyday (par Line Renaud et Dany Boon) ; Danielle Darrieux
César d'honneur (remis par Marion Cotillard): Penélope Cruz
Meilleur film: 120 battements par minute
Meilleure réalisation: Albert Dupontel (Au revoir là-haut)
Meilleure actrice: Jeanne Balibar (Barbara)
Meilleur acteur: Swann Arlaud (Petit paysan)
Meilleur second-rôle féminin: Sara Giraudeau (Petit paysan)
Meilleur second-rôle masculin: Antoine Reinartz (120 battements par minute)
Meilleur espoir féminin: Camélia Jordana (Le brio)
Meilleur espoir masculin: Nahuel Pérez Biscayart (120 battements par minute)
Meilleur film étranger: Faute d'amour (Loveless) d'Andreï Zviaguintsev
Meilleur premier film: Petit paysan de Hubert Charuel
Meilleur documentaire: I am not your Negro de Raoul Peck
Meilleur film d'animation (long métrage): Le grand méchant renard et autres contes de Benjamin Renner et Patrick Imbert
Meilleur film d'animation (court métrage): Pépé le morse de Lucrèce Andreae
Meilleur court-métrage: Les bigorneaux d'Alice Vial
César du public: Raid Dingue de Dany Boon
Meilleur scénario original: Robin Campillo (120 battements par minute)
Meilleure adaptation: Albert Dupontel, Pierre Lemaitre (Au revoir là-haut)
Meilleure musique: Arnaud Rebotini (120 battements par minute)
Meilleure photo: Vincent Mathias (Au revoir là-haut)
Meilleur montage: Robin Campillo (120 battements par minute)
Meilleur son: Olivier Mauvezin, Nicolas Moreau, Stéphane Thiébaut (Barbara)
Meilleurs décors: Pierre Quefféléan (Au revoir là-haut)
Meilleurs costumes: Mimi Lempicka (Au revoir là-haut)

Albert Dupontel s’attaque à la Grande Guerre (et à un Goncourt)

Posté par vincy, le 4 août 2014

albert dupontel neuf mois ferme

Presque six mois après son César pour le scénario original de Neuf mois ferme, Albert Dupontel va s'attaquer à l'adaptation d'un roman: Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013 (entre autres). C'est la première fois que le comédien et réalisateur va écrire un film dont il n'est pas à l'origine de l'histoire.

Il co-écrira dès cet automne le scénario avec l'écrivain, comme l'a révélé RTL. A l'AFP, Pierre Lemaitre explique qu'il a eu "plusieurs propositions d'adaptation du roman pour le cinéma et la télévision et c'est celle d'Albert Dupontel qui était la plus séduisante, la plus originale". "Le contrat d'écriture est signé et les producteurs sont réunis. Je participerai au scénario au côté d'Albert", a-t-il précisé. "C'est un projet très lourd, qui demande un gros budget, comme toutes les reconstitutions historiques. Le film ne sera pas sur les écrans avant deux ou trois ans" poursuit-il. Lemaitre promet : "Avec son univers très spécifique, mais proche de celui du livre, à la fois noir et drôle, Dupontel va faire de cette histoire autre chose, mettre des coups de projecteur sur des endroits pas forcément attendus. Et c'est ça que je trouve intéressant, ce qui m'a guidé: ne pas faire une photocopie filmique du roman mais que l'adaptation apporte une plus-value artistique".

"Mon travail sera d'aider Albert Dupontel car je connais la mécanique de l'histoire. Il y aura forcément de grands choix narratifs à faire, beaucoup de changements par rapport au roman" a ajouté l'auteur.

Son roman, qui va également être transposé en bande dessinée, était un changement de cap majeur dans la carrière de cet auteur de polars. Au revoir là-haut, best-seller vendu à plus de 400 000 exemplaires selon les chiffres de Livres Hebdo, est l'histoire de deux hommes ayant survécu à la première guerre mondiale. Exclus d'une France qui préfère glorifier ses morts que de s'occuper des survivants, ils imaginent une énorme arnaque qui va faire sensation dans toute la nation, qui peine à se reconstruire.

Albert Dupontel, qui sera à l'affiche d'En équilibre de Denis Dercourt l'année prochaine, a réalisé cinq long-métrages : Bernie, Le créateur, Enfermés dehors, Le Vilain et Neuf mois ferme, son plus gros succès avec 2 millions d'entrées, mais aussi deux Césars (et 4 autres nominations).

Les Prix Henri-Jeanson, Prix Jacques Prévert et Prix Henri Langlois révélés

Posté par vincy, le 4 février 2014

albert dupontel neuf mois ferme

La SACD a sacré Albert Dupontel, réalisateur, scénariste et comédien en lui remttant le prix Henri-Jeanson 2014. Ce prix distingue un auteur dont "l'insolence, l'humour, la puissance dramatique perpétuent la mémoire de l'un des plus célèbres scénaristes et dialoguistes du cinéma français." Son dernier film, Neuf mois ferme, a séduit plus de 2 millions de téléspectateurs en France.

De son côté, la Guilde française des scénaristes a décerné ses prix Jacques Prévert 2014 : Asghar Farhadi avec Le passé obtient le prix du meilleur scénario original tandis que le prix de la meilleure adaptation revient à Bertrand Tavernier, Christophe Blain et Antonin Baudry pour Quai d'Orsay.

Enfin, les (très nombreux) prix Henri Langlois ont été remis hier.
- Prix Henri Langlois d’honneur Comédien : Robert Hossein pour l’ensemble de sa carrière
- Prix Henri Langlois d’Honneur Comédienne : Anna Karina pour l’ensemble de sa carrière
- Prix Henri Langlois d’Honneur Réalisateur : Alexandre Arcady pour l’ensemble de sa carrière
- Prix Henri Langlois d’Honneur Scénario & Ecriture pour l’image : Jean-Claude Carrière
- Prix Henri Langlois d’Honneur - Promotion et défense du cinéma : la productrice Agnès B.
- Prix Henri Langlois 2014 - Arts & Techniques du Cinéma : Jean-Marie Lavalou et Alain Masseron, oscarisés en 2005 et co-créateurs de la Louma
- Prix Henri langlois 2014 – Arts & Techniques de la cascade : Rémy Julienne
- Prix Henri Langlois 2014 - Arts & Techniques du Cinéma – Direction de la Photo : Ricardo Aronovich

- Prix Henri Langlois - réalisateur 2014 : Olivier Marchal
- Prix Henri Langlois - comédien 2014 : Tcheky Karyo
- Prix Henri Langlois - compositeur de Musique pour l’image 2014 : Eric Serra
- Prix Henri Langlois Humanisme & Engagement 2014 : Yves Boisset pour l’ensemble de sa carrière
- Prix Henri Langlois- Film d’animation 2014 : Laurent Witz
- Prix Henri Langlois Trophée du Cinéma Francophone 2014 : Férid Boughedir
- Prix Henri Langlois - Film Documentaire 2014 : Pascal Plisson (Sur le chemin de l’école)
- Prix Henri Langlois - Promotion et défense du cinéma - Affiche : Benjamin Baltimore
- Prix Henri Langlois « cinémathèque et restaurations » 2014 : Centre National de l’Audiovisuel et la Cinémathèque du Luxembourg
- Prix Henri Langlois – Révélation 2014 réalisateur : Serge Avedikian
- Prix de l’Association des amis d’Henri Langlois : François Dupeyron

- Trophée Coup de Cœur de la Presse Etrangère: Only in New-York
- Trophée Coup de Cœur des étudiants de cinéma: Un p’tit gars de Ménilmontant
- Prix du public : Ceci est mon corps

Albert Dupontel filme Sandrine Kiberlain

Posté par vincy, le 29 octobre 2012

Depuis une semaine Albert Dupontel tourne son nouveau long métrage, La juge et l'homme. La juge c'est Sandrine Kiberlain, qu'on n'attendait pas forcément dans l'univers déjanté de Dupontel. Le film doit sortir fin 2013.

Kiberlain interprétera une juge, Ariane Felder, célibataire pure et dure, aux moeurs strictes, qui tombe enceinte d'un affreux criminel (Dupontel évidemment). Ne se souvenant de rien, elle cherche comment elle a pu en arriver là.

C'est le cinquième film de Dupontel en tant que réalisateur, après Bernie (1996, nommé au César du meilleur premier film, 850 000 entrées), Le Créateur (1999, 190 000 entrées), Enfermés dehors (2006, 580 000 entrées) et Le Vilain (2009, 930 000 entrées).

Sandrine Kiberlain, après une jolie vague en 2009-2011 (Le Petit Nicolas, Mademoiselle Chambon, Un balcon sur la mer, Les Femmes du 6ème étage, Polisse) a enchaîné les contre-performances depuis (Beur sur la ville, L'Oiseau, Pauline détective). Elle est aussi attendue dans 13 rue Mandar de Idit Cebula, Tip Top de Serge Bozon et Les Gamins d'Anthony Marciano.

Cannes 2012 : I???V??SIBL? – 10 ans après le choc

Posté par matthieu, le 23 mai 2012

Film que l'on ne présente plus et dont le scandale autour a largement contribué à son succès (plus de 500 000 entrées en France tout de même), Irréversible est ce long-métrage français réalisé par le sulfureux Gaspard Noé et qui a bousculé (choqué même) le festival de Cannes en 2002. C'est l'un des rares films à avoir divisé la rédaction d'Ecran Noir au point de publier deux critiques (l'une emballée, l'autre très réticente).

Suscitant indignations et abandons multiples pendant les séances, mais aussi acclamations et étonnements, le film, provocateur et troublant, ne laissa donc personne indifférent. À en croire cette vidéo, l'ambiance de la séance cannoise fut explosive, plaçant Noé tantôt comme un preux chevalier du 7ème art, tantôt comme une monstre anti-artistique à abattre. Si au départ Irréversible ne devait être qu'un projet mineur, celui-ci évolua progressivement vers une oeuvre plus ambitieuse au budget plus conséquent, avant de devenir ce que l'on en garde aujourd'hui... Et justement, quel souvenir dix ans après ? Oeuvre marquante et toujours controversée ?

Dès le début du film, on est happé par ce générique à l'envers qui bascule. L'aura et la réputation toujours intacts précédant le film donne l'impression au spectateur d'assister à quelque chose d'unique qui a autrefois affolé les cinéphiles. Et ce n'est pas la caméra virevoltante durant les vingt premières longues minutes qui vont nous faire dire le contraire. Le rendu est déjà indescriptible, sorte de manège sordide qui slalome entre les corps, sillonnant dans l'obscurité ce baisodrome, pour mieux en dévoiler les tréfonds sexuels de l'espèce humaine.  Ou plutôt d'homosexuels dont la présence relève de l'animal de foire et de vitrine à dégoût (ça se brûle les tétons à la bougie, ça se doigte, ça se masturbe, ça se sodomise dans tous les coins, il ne manque que les "fists" auxquels on échappe de justesse). Vingt premières minutes de mascarade expérimentale autour de sexualités débridées, le tout sur une bande son agressive qui nous oppresse voire nous enferme dans ces couloirs érotiques aux lumières folles où se pavanent des monstres. Un résultat inouï  qui se conclut par une défiguration à couper le souffle. Même dix ans après, l'ultra-violence du film n'a pas prit une ride et les effets visuels n'ont pas perdu de leur vigueur.

"Le temps détruit tout"

Lorsque l'histoire se lance enfin - certainement après que la moitié des salles se soient vidées en 2002 : la ménagère égarée comme l'homosexuel blessé ou encore l'hétérosexuel dégoûté, peu importe, ils auront participé au buzz du film en courant vers un échappatoire - on comprend comment vont s'organiser les scènes selon un ordre antéchronologique. Les mouvements fous de caméras orchestrent cette succession d'histoires qui s'emboitent pour former un récit à l'envers, ça pivote vers le ciel noir à chaque fin de scénettes pour passer à une autre sans coupure. La scène la plus marquante du film est bien évidemment l'interminable et éprouvante scène de viol de Monicca Bellucci aux formes érotisantes dans un décor électrique rouge pétant. Voyeurisme jusqu'au-boutiste. Mais c'est aussi le moment où le récit commence à prendre de la consistance et les personnages gagner en intérêt, à partir de là, on comprend ce qui se trame depuis le début : simple histoire de vengeance en milieu urbain. De même, l'ordre antéchronologique parvient enfin à toucher lorsque l'on sait ce qui va arriver à Bellucci si elle quitte la fête. Irréversible affiche l'horreur de certains faits divers qu'on préfèrerait ne jamais voir.

"Le temps détruit tout" annonce l'un des personnages au tout début, le comble d'Irréversible est alors de parcourir une temporalité inversée pour en appuyer la transgression des repères originaux : ceux de l'amour, de la vie, de l'harmonie. Sorte de fausse catharsis, on va vers le bonheur et le folie disparait au fil des minutes : ce choix artistique du réalisateur d'inverser les évènements. On va de la barbarie vers un état nature, où l'homme et la femme en tant que couple sont complètement nus et ne répondent qu'à la passion qui les unit. L'apothéose finale fait que l'on en ressort épuisé, aveuglé, avec cette sensation de vertige.

Exercices techniques ingénieux, plans séquences de longues durées et réussis avec Cassel, Dupontel et Belluci qui prouvent l'étendue de leur talent, voilà ce que l'on garde encore dix ans d'après d'Irréversible. Alors oui, le long-métrage met toujours une claque au spectateur avec sa violence très dérangeante, un sommet dans son genre, et qui ne laissait en rien présager autant d'entrées en France. Le succès est certainement dû au bouche-à-oreille, à l'entreprise cannoise, aux réactions disproportionnées et aux sélections et quelques prix engrangés par le film (meilleur réalisateur Gaspard Noé au Stockholm film festival et meilleur film étranger au San Diego Film Critics Society Awards). Irréversible s'est également bien exporté à l'étranger puisqu'une quarantaine de pays l'ont distribué - dans un cercle de salles sûrement réduit - et le réalisateur peut remercier le Festival de Cannes, facilitant l'exportation d'oeuvres aussi viscérales. À titre de comparaison, son film précédent, Seul contre tous, était distribué dans une dizaine de pays ; et son tout dernier nommé Enter The Void, dans lequel il continuait l'exploration visuelle, une petite trentaine seulement.

Gaspar Noé est de retour cette année sur la Croisette, dans un film collectif, 7 jours à La Havane, présenté à Un certain regard. Le film est présenté ce 23 mai. Irréversible avait été projeté le 24 mai 2002.

Poelvoorde, Dupontel et Brigitte Fontaine dans le nouveau délire de Kervern et Delépine

Posté par vincy, le 10 juin 2011

Le grand soir. Rien que le titre, ça promet. Du brutal. Ce sera le nouvel opus du duo Gustave Kervern et Benoît Delépine (Groland sur Canal +), après les succès du social-cynique Louise-Michel (prix spécial du jury à Sundance) et du social-sentimental Mammuth (en compétition à Berlin). Ils ont aussi réalisé Aaltra et Avida (hors-compétition à Cannes en 2004).

Là encore on nous promet une comédie à l'humour grinçant. Une famille va faire la révolution à sa manière... Le tournage débutera le 4 juillet prochain, pour un mois en Poitou-Charentes et en Aquitaine.

Côté casting, Kervern et Delépine frappent aussi très forts. Le clown dépressif Benoît Poelvoorde, le trash-tous-genres-confondus Albert Dupontel, et le tandem artistique à la ville, sur scène et maintenant à l'écran : Brigitte Fontaine et Areski Belkacem. La chanteuse pop-funk-jazz vient de signer un nouvel album avec son complice, L'un n'empêche pas l'autre (avec des duos : Emmanuelle Seigner, Alain Souchon, Grace Jones...) et sera en concert unique le 29 juin au Bataclan à Paris.

_________

Le synopsis

Une zone commerciale de province… Un vieux couple tient le restaurant La Patateraie et y convie ses deux quadras de fils que plus rien ne réunit : Jean-Pierre, commercial dans un magasin de literie voisin, et Ben, le plus vieux Punk à chiens d’Europe. Peu de temps après, la perte de son emploi et un divorce agité précipitent Jean-Pierre au cœur d’un mode de vie jusque-là inconnu. Il commence à zoner avec son frère provoquant catastrophes en cascades. Les parents décident donc d’éloigner leurs fils en leur révélant que le vrai père de Ben est un riche propriétaire de vignobles. Débute alors une aventure où les deux frères croiseront des personnages hauts en couleurs pour aboutir à leur apothéose, leur Grand soir, à la lumière des néons dépareillés de la zone commerciale.

Bilan 2009 : Kad Merad et Jean Dujardin, premiers de la classe

Posté par vincy, le 2 janvier 2010

merad-dujardin.jpgDeux hommes ont su conquérir à la fois les médias et les salles de cinéma cette année. Issus sensiblement de la même génération, étiquetés comiques, alors qu'ils ont aussi brillé dans le dramatique, Kad Merad et Jean Dujardin sont les deux comédiens les plus populaires en France, cette année encore.

Kad Merad a une longueur d'avance cependant. D'une part, comme Sophie Marceau chez les femmes, son capital sympathie est au plus haut chez les Français. Ensuite, il est le père du Petit Nicolas,  qui, avec ses 5,5 millions d'entrées sera le plus gros succès français de l'année. Pour l'acteur c'est un remake de 2008, puisqu'il était aussi à l'affiche du carton de cette année-là (et de la décennie), Bienvenue chez les Ch'tis. Tandis que son collègue Dany Boon n'a jamais pu dépasser les 2 millions de spectateurs par film (De l'autre côté du lit : 1,8 millions ; Le code a changé : 1,6 millions ; Micmacs à tire-larigot : 1,3 millions), Merad cumulait avec Safari (près de 2 millions de touristes), qu'il portait seul sur ses épaules. Et RTT est la comédie française de cette fin d'année (avec déjà plus de 800 000 glandeurs). Champion du rire.

Bien sûr il n'est pas le seul. Et Jean Dujardin n'a pas démérité cette année, une fois de plus. Loin de Un gars, une fille, définitivement détaché de son image de Brice de Nice, il parvient à séduire petits et grands sur des projets aussi différents que OSS 117, Rio ne répond plus et Lucky Luke. Dans le premier (2,5 millions de fans), il confirme son sens de la dérision, sa classe et un talent incontestable pour se glisser dans le costume d'un agent secret nullissime. Dans le second, malgré la très grande faiblesse du script, il incarne un Lucky Luke (1,9 millions de curieux) crédible à l'écran. Ses anciens films cartonnent à la télé. Et son mariage avec Alexandra Lamy fut un événement de la presse people cet été.

A ces deux beaux gosses, il faut ajouter Gad Elmaleh pour compléter le podium. Coco, qu'il a écrit, réalisé et interprété, est l'un des quatre films français à avoir dépassé les 3 millions de tickets gold. Un exploit pour une comédie très faiblardre, qui prouve l'immense popularité du comédien, sur scène comme à l'écran. Car pour le reste, le bilan est contrasté.

Parmi les acteurs qui ont marqué l'année, on retiendra quand même Denis Podalydès. Son Bancs Publics a été un flop, mais en second rôle masculin dans Neuilly sa Mère!, La journée de la jupe et Rien de personnel, omniprésent sur les planches, il reste l'un des comédiens les plus intéressants et éclectiques de sa génération. Vincent Lindon, quant à lui, est proche de son premier César (il a déjà été nommé trois fois) grâce à Welcome (1,2 millions de généreux), l'un des meilleurs films européens de l'année, et Mademoiselle Chambon (presque 500 000 amoureux). En plus d'être attachant, ses prises de position citoyennes l'ont aussi rendu plus visible dans les médias.

Soulignons aussi les succès personnels avec des films au genre prononcé de Guillaume Canet (le thriller L'affaire Farewell), Daniel Auteuil (le mélo Je l'aimais), Albert Dupontel (la comédie décalée Le vilain). Tous ont su capter le public. Ce qui n'est pas le cas, par exemple, de François Cluzet, pourtant impeccable dans A l'origine, et d'une justesse impressionnante dans Le dernier pour la route, ou encore de Jean-Hugues Anglade, dont c'est le retour en grâce avec le beau Villa Amélia, le troublant Persécution et la série TV de Canal +, Braquo. Côté comiques, Franck Dubosc (Incognito) l'a emporté sur Elie Seimoun (Cyprien), mais les deux prouvent surtout l'impact du petit écran sur les entrées : soyez partout, dans n'importe quelle émission, un jour ça paiera.

Le bilan s'achèvera en fait sur un nouveau talent. Meilleur acteur européen, favori pour le César du meilleur espoir, en course pour tous les prix de l'hiver, Tahar Rahim, alias Un prophète (1,2 millions de spectateurs), a surgit de nulle part. Et emporté tout avec lui ...

Les Globes de cristal lancent leur campagne électorale

Posté par vincy, le 1 décembre 2008

Le vote débutera ce lundi 1er décembre. Cette année 5 000 journalistes des rubriques culturelles (contre 4 600 l'an dernier) pourront participer aux Globes de cristal 2009. Ces prix, qui existent depuis 2006, sont ceux de la presse française pour les arts et la culture. Un jury présidé par Jacques Attali a choisi les sélectionnés dans plusieurs arts (théâtre musique, expositions, design et architecture, littérature...).

Côté cinéma, Mesrine l'instinct de mort, Un conte de Noël, Entre les murs, Deux jours à tuer et Le premier jour du reste de ta vie concourent pour le meilleur film.

La liste des comédiens semble assez proche de ce que pourrait donner les nominations aux César.

Nathalie Baye (Cliente), Catherine Deneuve (Un conte de Noël), Catherine Frot (L'empreinte de l'ange), Yolande Moreau (Séraphine) et Sylvie Testud (Sagan) sont en compétition côté femmes.

Vincent Cassel (Mesrine), Albert Dupontel (Deux jours à tuer), Mathieu Amalric (Mesrine),  Roschdy Zem (La fille de Monaco) et Kad Merad (Bienvenue chez les Ch'tis) rivalisent côté hommes.

Dans les autres catégories, on peut remarquer Valérie Lemercier et Gad Elmaleh (One Man Show), "Le Roi Lion", "Edward aux mains d'argent" et "Grease" (Comédie musicale), Largo Winch et Titeuf (BD), Vanessa Paradis, Bénabar et Alain Bashung (Musique), Agnès b. et Jean-Paul Gaultier (Mode) et Sagan (Téléfilm).