Le vent dans les roseaux : un programme qui exalte la musique et la liberté

Posté par MpM, le 18 octobre 2017

Il n'y a pas d'âge pour faire l'expérience de la liberté et du désir de justice. C'est en tout cas l'idée directrice du Vent dans les roseaux, un très beau programme de cinq courts métrages d'animation qui ont en commun de mettre en scène de jeunes héroïnes (ce qui n'est pas anodin) qui se battent pour ce qui leur semble juste. L'une dépasse ses peurs pour libérer son petit frère, l'autre refuse le rôle social qu'on lui impose, une troisième s'oppose à un tyran...

Avec cette nouvelle production des films du Nord (en association avec La Boite,... productions, Nadasdy Film, PictaNovo...), les enfants sont incités à la désobéissance civique et à la poursuite de leurs rêves, mais aussi au questionnement des codes sociaux et de l'autorité. Un vent de liberté et de rébellion souffle donc dans les roseaux, et pas seulement, tant les cinq films forment un programme cohérent qui tournent tous, à leur manière, autour des mêmes thèmes.

On se régale avec des histoires à la fois malicieuses (ah, cette petite fille qui n'en peux plus des dînettes et des tenues de princesse, se rêvant chevalière pourfendant le dragon !), poétiques (l'allégorie de la liberté à travers le personnage de la licorne qui ne supporte pas d'être enfermée, même dans un palais somptueux), joyeuses (l'amitié naissante entre une petite princesse et un gentil dragon), fantastiques (la rencontre entre la gardienne de buffles et la dame de la nuit) et profondes (la nécessité de se révolter contre l'injustice et l'arbitraire et de se battre pour défendre sa liberté, passant par la force et la puissance de la musique).

Chaque réalisateur propose un univers esthétique personnel où l'animation, simple et délicate, nimbe chaque histoire d'une atmosphère qui en renforce le message ou la portée symbolique. C'est notamment un vrai plaisir visuel que de découvrir le travail effectué par Rémi Durin sur La licorne, adaptation de l'album de Martine Bourre (éditions Pastel), où les personnages ont l'air à peine esquissés dans des décors minimalistes aux grands aplats de couleur. La licorne est comme nimbée de lumière, à la fois irréelle et spectrale, apparition merveilleuse qui est l'apogée du film.

Parfaitement adapté au jeune public qui est captivé par ces aventures à la fois faciles à appréhender et stimulantes pour l'imagination, mais également passionnant pour les plus âgés qui y trouveront la matière à de nombreuses conversations en famille, Le vent dans les roseaux est une très belle proposition cinématographique. De celles qui font pleinement confiance aux enfants et à leur capacité d'émerveillement et de réflexion, sans en faire des tonnes. Une réussite à ne surtout pas laisser passer.

------

Le vent dans les roseaux
Programme de cinq courts métrages d'Anaïs Sorrentino (Dentelles et dragon), Arnaud Demuynck (La chasse au dragon), Madina Iskhakova (La petite fille et la nuit), Rémi Durin (La licorne) et Nicolas Liguori et Arnaud Demuynck (Le vent dans les roseaux).
A partir de 5 ans
Cinéma Public Films
Bande annonce

Domhnall Gleeson, Will Poulter et Charlotte Rampling dans une maison hantée

Posté par vincy, le 12 octobre 2017

Le cinéaste irlandais Lenny Abrahamson, révélé au grand public par le film Room, quatre fois nommé aux Oscars et gagnant celui de la meilleure actrice pour Brie Larson, vient de terminer le tournage de son sixième film, The Little Stranger.

Filmé  à Londres et dans Yorkshire, The Little Stranger sera distribué en France par Pathé l'année prochaine. Actuellement entré en post-production, il pourrait être prêt pour Sundance et Berlin. Il s'agit de l'adaptation du roman de Sarah Waters, L'indésirable (Denoël, 2010). Lucinda Coxon (Petits meurtres à l'anglaise, Danish Girl) a écrit le scénario.

Domhnall Gleeson (The Revenant, Barry Seal, Star Wars: Episode VII et Star Wars: Episode VIII), Ruth Wilson (How to Talk to Girls at Parties, Lone Ranger), Will Poulter (Detroit, The Revenant) et Charlotte Rampling (récemment récompensée à Venise pour Hannah) tiennent les rôles principaux. Ils sont entourés de Kate Phillips (The Crown), Josh Dylan (Mamma Mia! Here We Go Again, Alliés) et Lorne MacFadyen (Grantchester).

Un quintuplé unique aux Irish Film & Television Awards

Se déroulant dans l'après guerre, l'histoire est celle du docteur Faraday, qui revient, à l'occasion d'un remplacement à Hundreds Hall, demeure des Ayres, membres de la gentry ayant subi des revers de fortune. Au fil de ses visites dans ce lieu qu'il admirait enfant, des événements étranges et des accidents se produisent. La maison, où sa propre mère a naguère travaillé comme gouvernante, semble hantée par des fantômes.

Outre Room, Lenny Abrahamson a réalisé Adam & Paul, Grand prix et prix de la Critique à Sofia en 2004, Garage, prix de la Cicae à Cannes et coup de cœur à Dinard en 2007, What Richard Did (2012) et Frank, lauréat d'une mention spéciale à Dinard en 2014, où Domhnall Gleeson jouait déjà le rôle principal. Les "César" irlandais, les IFTA Awards lui ont décerné le prix du meilleur réalisateur pour chacun de ses films, un record.

Matt Damon dans la peau d’un charlatan

Posté par vincy, le 26 septembre 2017

Matt Damon, qui sera bientôt à l'affiche de Downsizing de Alexander Payne et de Suburbicon de George Clooney, tous deux en compétition au dernier festival de Venise, va incarner John R. Brinkley dans un film inspiré d'une histoire vraie. Charlatan, est l'histoire d'un médecin qui escroquait ses patient en leur faisant croire qu'il avait trouvé un remède contre l'impuissance.

Le film sera produit par Matt Damon et Kimberly Steward, duo déjà derrière Manchester by the Sea.

Charlatan est l'adaptation d'une biographie parue en 2007, America’s Most Dangerous Huckster, the Man Who Pursued Him, and the Age of Flimflam, écrite par Pope Brock (inédit en France). Il raconte la vie du Dr. John Romulus Brinkley (1885-1942), qui s'est enrichi en insérant des testicules de boucs dans le scrotum (les bourses) d'hommes impuissants. Evidemment plusieurs patients sont morts de cette transplantation artisanale, ce qui lui valu des poursuites judiciaires. Une fois les autorités alertées, il s'est exilé au Mexique. Brinkley a aussi créé plusieurs stations de radio. Il s'essaya même à la politique, par deux fois. Mais c'est en s'exilant au Mexique qu'il réussira à relancer ses radios et ses cliniques. Sur la fin de sa vie, en pleine seconde guerre mondiale, il devra se déclarer en faillite et faire face à un procès. Il est mort quelques temps plus tard.

Brian Koppelman et David Levien (Ocean’s Thirteen) écriront le scénario.

Tom Hanks va jouer le vieux grincheux Mr. Ove

Posté par vincy, le 24 septembre 2017

A l'origine c'était un livre de l'écrivain suédois Fredrik Backman traduit en France en 2014 sous le titre Vieux, râleur et suicidaire: la vie selon Ove. Puis ce fut un film suédois, Mr. Ove (A Man called Ove), réalisé par Hannes Holm, nommé deux fois aux Oscars cette année (film en langue étrangère, maquillages), prix du public à Cabourg, prix de la meilleure comédie aux European Film Awards, prix du public, du meilleur acteur et du meilleur maquillage aux Guldbagge Awards (les César suédois) et enfin prix d'interprétation masculine au Festival de Seattle.

Le film avait été de très loin le leader du box office suédois en 2016 avec 1,7 million d'entrées (deux fois plus que Le livre de la jungle, 2e de l'année), en plus d'être le seul film nordique finissant dans le Top 10. Au final, cette comédie grinçante a récolté 26,5M$ dans le monde: si aux USA, il s'agissait du film en langue étrangère le plus vu, en France, il a connu un bide retentissant avec à peine 12000 entrées. Son succès mondial en fait l'un des plus gros succès suédois après Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (51M$).

Il faudra maintenant compter sur le remake hollywoodien (après tout Millénium était aussi suédois d'origine). Tom Hanks incarnera le grincheux, associable et aigri Monsieur Ove. L'acteur, récemment vu dans Le cercle, co-produira le film avec sa femme Rita Wilson. Le livre avait été un énorme succès en librairie même aux Etats-Unis (77 semaines dans la liste des best-sellers du New York Times) et a été traduit en 43 langues.

Du film, on écrivait: "Il y a bien tous les ingrédients d’un « feel good movie », doublé d’un portrait de contemporains, entre ceux qui se replient sur eux-mêmes et ceux qui croient encore à l’ouverture sur les autres."

Tom Hanks sera à l'affiche cet hiver de The Post, de Steven Spielberg. Pour l'instant aucune date de tournage ni de nom de réalisateur n'ont été annoncés. Il devrait aussi être à l'affiche de Greyhound l'an prochain.

Deux projets en cours pour Maïwenn

Posté par vincy, le 22 septembre 2017

On savait depuis le printemps que Maïwenn voulait adapter Chanson douce, le roman de Leïla Slimani paru l'an dernier et lauréat du Goncourt. Mais la réalisatrice de Polisse et Mon roi a confié récemment que ce ne serait pas son prochain film. Elle écrit actuellement La favorite, l'histoire de Jeanne Du Barry, dernier amour de Louis XV, plus connue sous le nom de Comtesse du Barry. La compagne royale fut guillotinée à l'âge de 50 ans, 19 ans après le décès du Roi. Ce sera le premier film historique de la cinéaste, qui a trouvé dans cette histoire un écho à la sienne: le complexe d'infériorité, l'envie de devenir intelligente, érudite et bourgeoise.

On est loin de Chanson douce. Le roman de Leïla Slimani est l'histoire d'une famille bobo parisienne qui ne parvient pas à équilibrer leur vie professionnelle, amicale et familiale. Pour maintenir leur niveau de vie et leur confort, ils engagent une dame qui va jouer les nounous. Malheureusement, la nounou, se croyant de la famille, prend vite la place des parents. Cette histoire oppressante et meurtrière est écrite de manière très cinématographique, avec un découpage proche du thriller psychologique.

Le premier roman de Leïla Slimani, Dans le jardin de l'ogre, sorte de Madame Bovary plutôt trash, devrait être adapté par Jacques Fieschi.

Maïwenn est actuellement à l'affiche du film Le prix du succès, aux côtés de Tahar Rahim. Le film a attiré un peu moins de 10000 spectateurs.

Cartoon Forum 2017 : une 28e édition qui a tenu ses promesses

Posté par MpM, le 17 septembre 2017

Beau succès pour la 28e édition du Cartoon Forum, rencontres professionnelles consacrées aux projets de séries animées pour la télévision, qui se tenait du 11 au 14 septembre à Toulouse. Marc Vandeweyer l'a confirmé lors de la conférence de presse de clôture, si le nombre de participants était stable par rapport à l'année précédente (environ 950 producteurs, investisseurs, diffuseurs, acheteurs et plateformes SVoD/VoD), les salles où étaient présentés les projets étaient elles plus remplies que d'habitude.

En tout, 82 projets provenant de 23 pays ont été présentés aux participants venant de 40 pays. D'après un communiqué officiel, les diffuseurs et investisseurs ont évalué le cartoon Forum 2017 comme "la meilleure édition en termes de qualité de projets avec une grande diversité de genres, contenus, graphismes et de publics". Et c'est vrai qu'on a vu tous les styles : animation adulte trash avec Chicken of the dead et La survie de l'espèce (adaptation de la bande dessinée chez Futuropolis), projets artistiques ambitieux avec Romantismes et Mr Passenger, séries classiques pour pré-ados avec Les quatre de Baker street (par Folivari, d'après la bande dessinée éditée par Vents d'Ouest) et Sol & Liv (un projet polonais inspiré de mythes et légendes slaves et scandinaves), mignonneries charmantes avec Botos Family (un projet sud-coréen d'animation de marionnettes de petits chats, ) et Zibilla (un spécial de 26 minutes autour d'une petite zébrelle ostracisée, par la réalisatrice Isabelle Favez)...

Au petit jeu des statistiques, on constate que c'est le projet Stinky dogs proposé par Dandeloo, Folivari et PANIQUE! qui a eu, de loin, le plus de succès auprès des professionnels. Il s'agit d'une adaptation des livres jeunesses de Colas Gutman et Marc Boutavant à l'Ecole des loisirs portée par les réalisateurs Vincent Patar et Stéphane Aubier. Il est suivi de près par L'odyssée de Shooom (dont nous vous parlions mercredi) de Picolo Pictures et Les culottées d'Agat Films & cie, l'adaptation par Sarah Saidan des livres de Pénélope Bagieu chez Gallimard (voir notre article).

Parmi les grandes tendances de cette 28e édition, on peut ainsi noter la prépondérance des projets d'adaptation (à ceux déjà cités, il faut notamment ajouter Akissi, d'après l'ouvrage de Marguerite Abouet et Mathieu Sapin chez Gallimard ainsi que Mister paper et Tatsu Nagata's weird and wonderful world dont nous vous parlions ici) et la maigre représentation des projets à destination d'un public adulte (seulement 6 projets cette année). Enfin, on a pu constater que très peu de séries jouaient la carte de récits feuilletonnants, les épisodes autonomes et indépendants étant majoritairement privilégiés, de même que les formats plutôt courts (autour de 10 minutes).

La grande question est désormais de savoir combien de ces projets verront effectivement le jour. En 27 éditions, 711 ont été financés pour un montant total de 2,5 milliards d’euros. Ce qui correspond à 37% des projets présentés, et 42% si l'on se focalise seulement sur les dix dernières années. Autant dire qu'on risque d'être déçus, et frustrés, de ne jamais découvrir sur petit écran certains de ces concepts, de ces personnages et de ces univers qui nous avaient charmés.

Claire Foy (« The Crown ») sera Lisbeth Salander dans la suite de Millénium

Posté par vincy, le 16 septembre 2017

Claire Foy est sans aucun doute la Reine du moment. Avec la série Netflix The Crown, "classe et intense" comme nous l'écrivions, l'actrice, qui y incarne la jeune Elisabeth II avec grâce et subtilité, a remporté une nomination comme meilleure actrice dans une série dramatique aux Emmy Awards cette semaine, après avoir été couronnée du Britannia British Artist of the Year Award. Elle avait déjà emporté un Golden Globe et un Screen Actors Guild Award pour ce rôle. La deuxième saison est prévue pour décembre.

Vendredi 15 septembre, Claire Foy a été confirmée pour reprendre le personnage de Lisbeth Salander dans The Girl in the Spider’s Web (Ce qui ne me tue pas).

Hackeuse abusée sexuellement par son tuteur, incorruptible, la génie de l'informatique suédoise va donc revenir sur les écrans. Lisbeth Salander est l'un des deux personnages principaux de la saga littéraire Millenium, dont le cinquième tome, La Fille qui rendait coup pour coup, vient de sortir en librairie (et cartonne en France, en tête des ventes). la trilogie originelle de Millenium a été adaptée en trois films (le premier film a quand même rapporté 104M$ dans le monde) et une mini-série de six épisodes en Scandinavie, avec le récemment disparu Michael Nyqvist et Noomi Rapace, qui, par la suite, est devenue la tête d'affiche de productions hollywoodiennes. Rapace incarnait Salander, rôle repris par Rooney Mara dans la version hollywoodienne de David Fincher, avec Daniel Craig, The Girl With the Dragon Tattoo (Millénium: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes) sorti en 2011. Le film avait récolté 232M$ dans le monde.

Ce nouveau film issu de l'univers inventé par Stieg Larsson se tournera en janvier entre Berlin et Stockholm, pour une sortie calée par Sony en octobre 2018. Fede Alvarez (Don't Breathe - la maison des ténèbres) a été choisi comme réalisateur. Le film est scénarisé par Steven Knight, adaptant ainsi le quatrième livre, écrit en 2015 par David Lagercrantz (qui a repris le feuilleton laissé en suspens après la mort de Stieg Larsson en 2004). Autrement dit, Sony zappe deux des tomes de la série, afin de ne plus avoir à faire au journaliste Mikael Blomkvist (Daniel Craig n'était de toute façon pas disponible). Sony a acquis tous les droits des futurs livres.

Entre temps Claire Foy, 33 ans, a retrouvé la royauté britannique en jouant Anne Boleyn dans la série anglaise Wolf Hall (Dans l'ombre des Tudors). Elle était présente à Toronto avec Andrew Garfield pour l'avant-première du mélo inspiré d'une histoire vraie Breathe, réalisé par Andy Serkis, premier film du comédien connu pour ses performances anthropormophiques (Gollum, César...). On l'annonce aussi dans Unsane, le prochain Steven Soderbergh, et dans First Man, le nouveau Damien Chazelle.

Benedict Cumberbatch trouve le temps d’être gitan

Posté par vincy, le 11 septembre 2017

benedict cumberbatchBenedict Cumberbatch va jouer les gitans. A Toronto, le projet d'adaptation des Mémoires de Mikey Walsh (livre inédit en France), Gipsy Boy a été confirmé.

Atteint de phobie sociale, incapable d'apparaître en public, Mikey Walsh, 37 ans aujourd'hui, est un auteur, éditorialiste et militant LGBT. Eduqué pour devenir un boxeur à poings nus, véritable religion de son clan, Walsh a subit l'exigence et l'ambition de son père, et la pression familiale qui pesait sur ses seuls poings. Il a du quitter sa famille et sa communauté Rom à l'âge de 16 ans parce qu'il était gay, entraînant l'éclatement de sa famille.

Benedict Cumberbatch incarnera le père de Mikey, Frank, confronté à un fils qui remet en cause toute sa culture et son éducation. Les producteurs cherchent actuellement le jeune acteur qui interprétera Mikey.

Le tournage est prévu pour l'été prochain. Le film sera réalisé par Morgan Matthews et scénarisé par James Graham, qui ont collaboré ensemble sur Le monde de Nathan.

Xavier Dolan rejoint Kidman, Crowe et Hedges dans Boy Erased

Posté par vincy, le 10 septembre 2017

xavier dolanSes Instastories sont aussi amateures et anodines que celles des autres. Ses films ont été récompensés par de multiples prix dans les grands festivals ou les palmarès de la profession. Mais Xavier Dolan n'oublie pas qu'il est aussi comédien depuis maintenant vingt ans (J'en suis! de Claude Fournier). Avant de devenir le cinéaste prodigue, on l'a vu dans La Forteresse suspendue de Roger Cantin, Suzie de Micheline Lanctôt et Martyrs de Pascal Laugier. Il s'est ensuite offert des rôles dans ses propres films (J'ai tué ma mère, Les Amours imaginaires, Tom à la ferme). On l'a aussi vu jouer dans Good Neighbours de Jacob Tierney, Miraculum de Podz et il y a trois ans dans La Chanson de l'éléphant de Charles Binamé, où il était un jeune homme déséquilibré et interné, qui lui valu une nomination aux prix Jutra (les César québécois), sa deuxième en tant qu'acteur.

Xavier Dolan sera la tête d’affiche de Boy Erased, réalisé par le comédien Joel Edgerton (Loving), aux côtés de Lucas Hedges (Manchester by the Sea), Nicole Kidman et Russell Crowe. C'est le deuxième long de Joel Edgerton après The Gift.

Adapté du livre autobiographique de Garrard Conley, Boy Erased: A Memoir of Identity, Faith and Family (inédit en France), le film raconte la vie d'un adolescent d’un petit village de l'Amérique profonde qui doit faire un choix: suivre une thérapie de conversion visant à réprimer son orientation homosexuelle ou quitter sa famille, ses amis et sa foi sans espoir de retour. Ses parents sont de fervents croyants, le père étant un pasteur baptiste.

Lucas Hedges interprétera Garrard Conley. Au générique on retrouvera aussi Joe Alwyn, Cherry Jones, Michael "Flea" Balzary, le bassiste du groupe Red Hot Chili Peppers, Jesse Malinowski et Joel Edgerton, qui se mettra dans la peau d'un thérapeute, en plus d'être scénariste et réalisateur du film.

Le film sera tourné l'an prochain.

D'ici là, Dolan finalisera son prochain long métrage, The Death and Life of John F. Donovan, son premier en anglais. Rappelons que le casting est l'un des plus excitants du moment: Kit Harington, Natalie Portman, Jessica Chastain, Bella Thorne, Kathy Bates, Thandie Newton, Susan Sarandon, Jacob Tremblay, Michael Gambon, Ben Schnetzer et Chris Zylka. Le film sera prêt pour 2018: Berlin? Cannes? Venise? Toronto? Inutile de dire que tout le monde va vouloir se l'arracher...

Venise 2017 : Abdellatif Kechiche, amours et marivaudage avec « Mektoub, my love »

Posté par kristofy, le 8 septembre 2017

C’était en mai 2013 : Abdellatif Kechiche gagne une Palme d’or au festival de Cannes avec La Vie d'Adèle - Chapitres 1 et 2, d’ailleurs presque une triple palme puisque les actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos remportent aussi chacune ce prix. Puis quelques semaines avant la sortie du film en octobre un curieuse polémique survient au travers d'une interview des actrices: Léa Seydoux aurait dit que le tournage a été horrible et qu’elle ne souhaitait pas refaire un film avec lui. Kechiche piqué dans son ego réplique en disant que Seydoux est une privilégiée d’un système, bref le genre de clash ridicule qui fait le sel des news sur le web, avide de répercuter une polémique. Sachant qu’il filme des longues prises à répétition et qu’il y avait du sexe et des larmes, c’est pourtant assez compréhensible d'imaginer que le tournage était peut-être pénible…

L’orgueil de Kéchiche qui ne supporte peu la critique à propos de son tournage (accompagné des protestations de techniciens…) est blessé. Il va même estimer le film sali, alors que personne n’a désavoué la qualité de cette Palme amplement méritée. Mais le mal est fait. Un seul César (pour Exarchopoulos): sa grande œuvre va se faire humilier à la cérémonie glorifiante du cinéma français par Les garçons et Guillaume à table!, pas vraiment du même niveau.

Mai 2017 : Le nouveau film de Abdellatif Kechiche ne sera pas sélectionné à Cannes, pour cause de problème juridique avec un partenaire financier. Le contrat était de livrer un film mais au final, le cinéaste décide en salle de montage d'en faire plusieurs.

Mektoub, my love (chant 1) vient donc d’être présenté en compétition à Venise.

Est-ce qu’il y a matière à une quelconque polémique? Non, comme pour le film précédent.

Est-ce que Abdellatif Kechiche a toujours le même défaut de parfois trop étirer des séquences sans couper et d’être toujours un excellent directeur d’acteurs ? Oui, le film dure 180 minutes (!) et il aurait sans doute gagné à être raccourci, peut-être d’une vingtaine de minutes. Mais il lui faut vraiment cette longue durée de trois heures pour dérouler toute son amplitude.

Les acteurs, et surtout les actrices, sont encore une fois formidables : en particulier les nouvelles têtes de Shaïn Boumedine, Ophélie Bau, Lou Luttiau, Alexia Chardard, et aussi les déjà connus Salim Kechiouche et Hafsia Herzi (leur deuxième film avec lui).

Est-ce que ce film peut prétendre à un Lion d’or où une autre récompense ? Oui, la fin ouverte de Mektoub, my love (chant 1) constitue bien un film entier et solide, sans suite. Une nouvelle fois Abdellatif Kechiche s’inspire d’un livre, La Blessure, la vraie de François Bégaudeau, qu’il a adapté très librement en changeant les âges, les lieux, l’époque.

Ici, le film débute en 1994 dans la ville de Sète le temps d’un été. Amine arrive de Paris pour des vacances avec sa famille, il surprend Ophélie et Tony en train de faire l’amour, il reste derrière une fenêtre à les regarder avant de sonner pour parler à Ophélie, après le départ de Tony. Alors qu’il y a éventuel projet de mariage avec un militaire, celle-ci avoue qu’elle le voit depuis longtemps. Puis Tony et Amine iront à la plage, ils draguent Charlotte et Céline. Celles-ci vont alors sortir avec eux et leurs amis, Charlotte s’amourache de Tony qui lui va de fille en fille, Céline papillonne entre plusieurs garçons et filles, Amine attire plusieurs filles sans rien faire car il semble aimer quelqu'un en secret… Le film se déroule principalement entre plage, restaurant et boite de nuit. A la bande de jeunes se mélange la génération précédente (mère, oncle, tante…). Abdellatif Kechiche reprend quelques motifs typiques de ses films précédents, par exemple une longue scène de sexe, certains corps sont filmés de manière érotisée (en particulier Ophélie Bau et Lou Luttiau). Comme souvent dans son cinéma, il filme aussi une très longue séquence où les jeunes dansent. Mektoub, my love (chant 1) se révèle être autant un marivaudage de dialogues et de corps qu’un épisode de la chronique d’une famille.

Abdellatif Kechiche laisse paraître une certaine sérénité pour ce nouveau chapitre de sa filmographie : "On a tourné 2 volets, et j’envisage de tourner une 3ème partie après Venise. Dans le prochain film des nœuds dramatiques noués dans celui-ci vont se dénouer. Je suis le producteur de mon film, c’est moi qui décide de sa durée. Mektoub c’est le destin, le destin est souvent lié à l’amour. A part Hafsia et Salim, pour les autres acteurs c’est leur première fois à l’écran. Il y a eu un long processus pour chercher les meilleures actrices pour ce film, et je suis fasciné par leur don. Le tournage a été agréable, fluide, léger. Pour ce qui est de la représentation du corps féminin il n’y a rien de machiste dans mon approche, je montre des femmes fortes, puissantes et libres. Le roman a été une source d’inspiration, et le processus d’écriture a duré très longtemps, j’ai changé des choses mais il n’y a rien d’autobiographique. Les années 90 représentent la fin d’un siècle, pour comprendre le présent c’est important de comprendre le passé. Dans les années 80 et 90 je crois que les gens vivaient de manière plus harmonieuse. J’ai essayé de diluer le discours, si discours il y a. Le film se déroule de manière impressionniste, je préfère qu’on reçoive ce film plutôt que le raisonner."