Angelina Jolie, sage-femme et veuve vengeresse

Posté par vincy, le 18 septembre 2018

Alors qu'elle vient de terminer Maléfique 2, d'enchaîner avec Come Away, prequel et crossover à la fois de Peter Pan et Alice au pays des merveilles (avec Michael Caine, Gugu Mbatha-Raw et Gugu Mbatha-Raw), Angelina Jolie semble avoir repris le goût des plateaux (rappelons qu'elle n'a pas eu un film en prises de vues réelles à l'affiche depuis 2015).

La presse professionnelle américaine a annoncé cette nuit que la star s'était engagée sur un nouveau film, l'adaptation du premier roman The Kept de James Scott (2014). En France, le polar a été publié un an après sous le titre de Retour à Watersbridge.

Alice Birch (scénariste de The Young Lady) en assure l'écriture. L'action se déroule en 1897. C'est l'histoire d'une sage-femme qui retourne en plein hiver dans sa ferme dans le nord de l'Etat de New York. Son mari et quatre de ses enfants sont morts. Seul Caleb, 12 ans, qui s'était réfugié et a assisté au drame, a survécu. La mère et le fils traquent alors les trois tueurs, reconnaissables à leurs foulards rouges.

Jolie sera aussi productrice. Le tournage ne devrait pas débuter avant cet hiver.

Amy Adams va espionner Julianne Moore et Gary Oldman

Posté par vincy, le 16 septembre 2018

Joe Wright semble avoir trouvé son trio de comédiens pour l'adaptation du best-seller d'A.J.Finn, La femme à la fenêtre (The Woman in the Window) (un million d'exemplaires aux Etats-Unis). Le réalisateur des Heures sombres (Oscar du meilleur acteur pour Gary Oldman cette année) a choisi Amy Adams pour incarner Anna, docteur de profession, qui vit recluse dans sa maison de Harlem depuis le départ de son mari et de sa fille, sombrant dans l'alcool, l'ordinateur, les médicaments et la lecture, mais surtout l'espionnage de ses voisins.

Les voisins, justement. Les Russell, qui viennent tout juste d'emménager, seront incarnés par Gary Oldman et Julianne Moore. Le générique affiche aussi Wyatt Russell (qui n'a rien à voir avec la famille fictive dont on vient de parler), Brian Tyree Henry, Fred Hechinger et Jeanine Serralles. Anthony Mackie (le Faucon dans Captain America et les Avengers) est entré en négociations récemment pour compléter le casting. Une fois terminé le remake américain de A bout portant pour Netflix, il devrait rejoindre le tournage du film, prévu cet automne.

Le scénario a été écrit par l'acteur Tracy Letts (scénariste notamment d'Un été à Osage County). Pour Fox 2000, il s'agit que le film soit prêt dans un an. La sortie est déjà calée au 4 octobre 2019 aux Etats-Unis.

Joe Wright, avait enclenché un autre projet cet hiver, Stoner, avec Tommy Lee Jones et Casey Affleck, projet pour l'instant reporté.

Penelope Cruz, Edgar Ramirez et Gael Garcia Bernal chez Olivier Assayas

Posté par vincy, le 7 septembre 2018

Edgar Ramirez, Penelope Cruz, Wagner Moura et Gael Garcia Bernal seront à l'affiche du film d'espionnage Wasp Network.

Olivier Assayas réalisera ce film, qu'il a écrit à partir du livre de l'écrivain brésilien Fernando Morais, Os Últimos Soldados da guerra fria (inédit en France).

Le réseau Wasp a été constitué par le gouvernement cubain dans les années 1980 et 1990 pour infiltrer les organisations opposées à Fidel Castro aux Etats-Unis. Le livre, paru en 2011, raconte notamment l'histoire de 14 espions cubains, et la traque des autorités américaines pour les mettre à jour. Cinq d'entre eux ont été jugées et emprisonnées pour espionnage et meurtre.

Olivier Assayas vient de présenter Doubles vies à Venise, en compétition, avec Juliette Binoche, Guillaume Canet, Pascal Greggory, Nora Hamzawi, Vncent Macaigne et Christa Théret. Le film sortira le 16 janvier 2019 en France.

Le casting hispanophone est sans aucun doute l'un des plus hype du moment. Penelope Cruz, récemment à l'affiche de Everybody Knows de Asghar Farhadi et du Crime de l'Orient-express de Kenneth Branagh, vient de tourner Dolor y Gloria de Pedro Almodovar.

Edgar Ramirez est attendu dans La quietud de Pablo Trapero et Love Child de Todd Solondz. Il a déjà eu Penelope Cruz comme partenaire dans le téléfilm Versace, diffusé au printemps.

De son côté, Wagner Moura, qui incarnait Pablo Escobar dans les deux premières saisons de Narcos, a été vu dans Troupe d'élite, Avril brisé, Elysium, Favelas et Carandiru. Il vient de réaliser son premier

Enfin, Gael Garcia Bernal était à l'affiche en janvier de Si tu voyais son coeur et a fait sensation à Berlin avec Museum. Il vient de finir de tourner la dernière saison de la série Mozart in the Jungle. Il tourne actuellement Ema, le nouveau film de Pablo Larrain.

Venise 2018 – Jacques Audiard: « The Sisters Brothers est moins un western qu’un conte »

Posté par kristofy, le 3 septembre 2018

jacques audiard venise 2018 © ecrannoir.frJacques Audiard, c'était jusqu'ici le cinéaste français le plus cannois dans son ADN: Grand prix du jury pour Un prophète, Palme d'or pour Dheepan. Mais pour des raisons de calendrier et de stratégie marketing (comprendre campagne pour les Oscars), son nouveau film The Sisters Brothers, est en compétition à Venise. Son cinéma prend un nouveau virage avec un western américain (bien que tourné en Europe), adapté d'un roman américain, avec un casting anglosaxon prestigieux : John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed.

Dans les années 1850, d'Oregon à la Californie, en pleine ruée vers l'or, des coups de feu éclatent et la grange brûle : c'est l'œuvre des deux frères Sisters. Leur mission est de trouver et de tuer un prospecteur d'or : ils ont plusieurs journées de cheval à faire et ils vont autant se parler que faire parler leurs armes... Car c'est un film bavard, psychologique, parfois ponctué d'action ou de séquences brutales (jusqu'à une amputation pas très agréable). Il y traine une mélancolie surprenante, avec quatre personnages, tous frustrés, qui glissent vers la désillusion et même le désenchantement au fur et à mesure que leur idéal s'éloigne. Le film sera en salles en France le 19 septembre, mais fera d'abord un passage à Deauville.

Venu à Venise, Audiard est accompagné de ses fidèles collaborateurs: Thomas Bidegain pour son scénario où violence et cupidité font mauvais ménage, Alexandre Desplat pour sa musique parfois free-jazz, et l'acteur (et producteur) John C. Reilly, l'aîné des frères Sisters, ont évoqué l'origine de ce film :

john c. reilly venise 2018 © ecrannoir.frJacques Audiard : J'ai été contacté au festival de Toronto par John C. Reilly et sa femme Alison Dickey qui voulaient me faire lire ce livre écrit par Patrick deWitt. Je l'ai lu et ça m'a beaucoup plu pour envisager d'en faire un film. Peut-être que si j'avais découvert cette histoire autrement je n'aurais pas eu ce déclic, mais la ça venait comme une recommandation d'un ami et je m'y suis particulièrement intéressé.

John C. Reilly : J'avais reçu en fait ce récit de The Sisters Brothers avant que le livre ne soit publié, pour une éventuelle production. J'ai pensé que si on en faisait un film, Jacques et son équipe serait le meilleur choix pour que ça devienne un bon film.

Jacques Audiard : J'aime certains films de western des années 70 ou contemporains que j'ai pu voir mais je ne sais pas si je suis un fan de western en tant que genre, pas vraiment. Le livre contenait beaucoup d'éléments irrésistibles qui pouvaient en faire un western original. Je n'avais pas spécialement de références de western pour ce tournage, et si référence il y a eu c'est peut-être plus La nuit du chasseur ou des films de Arthur Penn comme Missouri Breaks et Little big man. The Sisters brothers est moins un western qu'un conte en forme de western. Pour moi c'est un roman de formation, avec deux grands adultes qui sont encore un peu des enfants.

Alexandre Desplat : Il y avait aussi pour la musique cette difficulté de faire un genre de western sans en faire un western classique, car ça a déjà été fait. Comment trouver une voie différente c' était ça la difficulté. Penser clichés de musique de western avec violon et harmonica c'était un piège à éviter. Alors pour cette musique j'ai choisi de prendre une toute autre direction.

Thomas Bidegain : Entre ce film et mon film Les Cowboys, la seule chose chose vraiment commune est la présence de John C. Reilly à l'écran. Je suis plus un fan de western que Jacques. Ce qui est intéressant dans un western c' est de faire un état de la nation à un certain moment.

John C. Reilly : L' histoire des Etats-Unis s'est faite de brutalité et de génocide, on a tué les indiens et les buffles. Vers où on va après la violence ?

Neil Simon (1927-2018): le prince de Broadway nous quitte

Posté par vincy, le 27 août 2018

C'était assurément l'un des plus grands auteurs de Broadway. Neil Simon est mort à l'âge de 91 ans dimanche 26 août. On lui doit des pièces aussi célèbres (et traduites dans le monde entier) que Pieds nus dans le Parc, Drôle de Couple, Brighton Beach Memoirs, Biloxi Blues...

Neil Simon a un théâtre à son nom sur Broadway, à New York. Il a aussi remporté un Tony Award de la meilleure pièce, un Tony Award du meilleur auteur, 4 Writers Guild of America Awards, un Golden Globe du meilleur scénario, un Prix Pulitzer de la meilleure pièce et plusieurs prix honorifiques. Il a été cité quatre fois aux Oscars comme scénariste.

Outre son immense contribution pour le théâtre, il a été un grand scénariste et pourvoyeur d'histoires pour le cinéma. Il a même souvent adapté ses propres pièces: Pieds nus dans le parc de Gene Sacks, avec Robert Redford, Jane Fonda et Charles Boyer (1967), Drôle de couple, du même réalisateur, avec Jack Lemmon et Walter Matthau (1968), énorme carton cette année-là, Plaza Suite d'Arthur Hiller, avec Walter Matthau et Maureen Stapleton, Le prisonnier de la seconde avenue de Melvin Frank, avec Jack Lemmon et Anne Bancroft (1975), Chapitre deux (Chapter Two) de Robert Moore, avec James Caan (1979), I Ought to be in Pictures d'Herbert Ross, avec Walter Matthau (1982), Brighton beach memoirs de Gene Saks, avec Jonathan Silverman (1986), Biloxi Blues de Mike Nichols, avec Matthew Broderick et Christopher Walken (1988) et Lost in Yonkers de Martha Coolidge, avec Richard Dreyfuss (1993)

Ces pièces ont été de multiples fois adaptées pour la télévision en séries ou en téléfilms.

Il a aussi écrit des scénarios directement pour le cinéma, même s'ils sont dans l'ensemble moins bons, comme Le brise cœur (The Heartbreak Kid), d'Elaine May, avec Cybille Shperd (1972), Un cadavre au dessert (Murder by Death) de Robert Moore, avec Peter Falk, Peter Sellers, Alec Guiness, David Niven, Maggie Smith et Truman Capote (1976), Adieu je reste (The Goodbye Girl) d'Herbert Ross, avec Richard Dreyfuss (1977), Le chéri de ses dames de Robert Moore, avec Peter Falk (1978), California Hôtel (California Suite) d'Herbert Ross, avec Jane Fonda, Michael Caine, Walter Matthau, Alan Alda et Maggie Smith (1978), Comme au bon vieux temps (Seems like Old Times) de Jay Sandrich, avec Goldie Hawn (1980), The Slugger's Wife d'Hal Ashby avec Rebecca de Mornay (1985).

Prolifique, doué avec l'humour et les contradictions humaines, palpant l'air du temps ou s'intéressant à une société rétive à l'autorité, Neil Simon se délectait des faiblesses et des excentricités de l'humain tandis qu'il se régalait des situations absurdes dans lesquelles ses personnages s'ébrouaient. Il aura écrit pour la scène de 1961 à 2010, omniprésent grâce aux multiples reprises de ses grands succès. Il expliquait qu'il était fasciné par cette vie aussi triste que joyeuse: "Je ne peux m'empêcher de penser qu'une situation drôle implique toujours une dose de douleur." Il avait un talent particulier pour tout rendre drôle, même le triste. Un mécanisme de protection face à la tragédie de l'existence.

Une série issue de l’univers Jason Bourne

Posté par vincy, le 20 août 2018

Depuis le troisième épisode de la franchise Jason Bourne, Universal a toujours eu en tête de décliner l'univers de l'assassin-soldat amnésique créé par Robert Ludlum. Une bible avait été élaborée afin d'étendre la marque. Cela avait permis la production d'un film sans Matt Damon, Jason Bourne : L'héritage avec Jeremy Renner. Une nouvelle étape vient d'être franchie avec le développement d'une série pour USA Network, Treadstone.

Treadstone, on le rappelle est l'un des projets de la CIA pour constituer une armée d'agents spéciaux, des tueurs d'élite dont le cerveau est lavé et leur détermination à tuer sans failles. On découvre au fil des épisodes que d'autres opérations toutes aussi opaques et peu déontologiques ont été lancées par l'agence d'espionnage américaine, comme Blackbriar, Outcome et LARX.

La première saison suivra une myriade d'agentes dormantes autour de la planète, qui sont mystérieusement remis en service pour se lancer dans des missions fatales. La production, assurée par Universal Cable, débutera en 2019. L'écriture a été confiée à Tim Kring (créateur des séries Strange World, Heroes et Touch) et le pilote sera réalisé par Ramin Bahrani (99 homes, Fahrenheit 451).

La franchise a rapporté 1,6 milliard de dollars dans le monde. Si Universal rêve toujours d'un sixième film, Matt Damon a confié qu'il ne reprendrait sans doute pas du service, considérant que le public allait se lasser de son personnage.

Un blockbuster avec Chris Pratt dans la tourmente

Posté par vincy, le 9 août 2018

Universal a retiré Cowboy Ninja Viking de son calendrier. Prévu pour une sortie le 28 juin 2019, ce blockbuster est en panne.

Il y a 8 ans, Disney avait acquis les droits de la bande dessinée éponyme de A.J. Lieberman et Riley Rossmo, lancée en 2009 (inédite en France). Mais Disney abandonne après une première version d'un scénario a priori trop coûteuse. Universal reprend les droits en 2012 et enrôle Marc Forster (World War Z). Deux ans plus tard, Chris Pratt est rattaché au projet. Les Gardiens de la Galaxie cartonne au box office et il a déjà tourné Jurassic World, dont on devine déjà le triomphe en salles. En 2015, Forster laisse sa place. Il faut attendre janvier 2018 pour que le studio choisisse sa remplaçante, Michelle MacLaren (Game of Thrones, Westworld, The Walking Dead, Better Call Saul. Deux scénaristes, Ryan Engle et Dan Mazeau, sont engagés en mai. La pré-production commence un mois plus tard. Autant dire que tout va trop vite. Le tournage débute en juillet. Priyanka Chopra est d'ailleurs recrutée pour jouer le rôle principal féminin.

C'est l'histoire d'un homme atteint de multiples troubles de la personnalité qui, grâce à un programme gouvernemental, est transformé en un super-soldat ayant les attributs d'un cowboy, d'un ninja et d'un Viking.

Mais avec un budget conséquent mais pas astronomique (65M$) et un scénario toujours en écriture et toujours peu satisfaisant, Universal a appuyé sur pause pour éviter le carnage. Le tournage devait commencer en septembre à Londres. Officiellement, le studio a retardé indéfiniment ce projet. Il reste en développement, mais n'est plus d'actualité, libérant ainsi les acteurs de leurs engagements.

S'il était urgent pour Pratt de le tourner rapidement, pour cause d'agenda bien rempli, son calendrier s'est pour l'instant aéré puisque le tournage du troisième opus des Gardiens de la Galaxie est en suspens, alors qu'il devait être tourné en février prochain. Il vient de terminer The Kid de Vincent D'Onofrio, avec Ethan Hawke et Dane DeHaan. Le prochain Jurassic World ne se tournera pas avant la fin 2019 pour une sortie en 2021.

Mowgli passe de Warner à Netflix

Posté par vincy, le 28 juillet 2018

C'est un transfert inattendu. Le Mowgli d'Andy Serkis pour la Warner passe chez Netflix! La sortie est désormais prévue en 2019, mais sur le petit écran, dans le monde entier. C'est aussi une révolution : alors que Netflix commence à accepter l'idée de diffuser certains de ses films dans les salles, c'est la première fois qu'il récupère un film prévu pour les cinémas.

Netflix a donc obtenu les droits mondiaux de cette version du Livre de la jungle, adapté des histoires de Rudyard Kipling. Il y a un sacré casting : Christian Bale pour la voix de la panthère Bagheera, Cate Blanchett pour celle du serpent Kaa, Benedict Cumberbatch pour celle du tigre Shere Khan, Naomie Harris pour la louve Nisha et Andy Serkis lui-même pour l'ours Baloo. Sans oublier Peter Mullan, Jack Reynor, Eddie Marsan et Tom Hollander. Pour les personnages réels, le générique se complète de Matthew Rhys, Freida Pinto et Rohan Chand qui incarne Mowgli.

La seule hypothèse valable sur ce transfert insolite est la peur d'être comparé au carton de Disney récent autour de la même histoire. Sorti en 2016, Le Livre de la jungle avait rapporté 966M$ dans le monde. Le film, prévu à l'origine le 19 octobre prochain dans les salles, disparaît donc du "line-up" de la Warner pour devenir un événement Netflix en 2019, sans doute reformaté.

Serkis a toujours évoqué un film plus sombre, plus adulte et plus réaliste, plus fidèle à Kipling finalement. Possible que le studio Warner n'ait pas voulu prendre de risques en ratant la cible familiale. Mowgli promettait de ne pas être un conte de fée fantaisiste mais bien un film sur un enfant marginal en quête d'identité dans un monde cruel.

A l'origine, en 2013, les deux studios - Disney et Warner - ont lancé le projet d'adaptation en parallèle. Disney était dans sa logique de transposer en prises de vues réelles ses classiques animés tandis que Warner était dans la stratégie de "rebooter" pour un public plus actuel les classiques comme King Kong. Disney a été le plus rapide à dégainer le film. Le projet de Serkis nécessitait plus de travail technique, notamment en post-prod. D'abord programmé pour 2016, le film fut décalé rapidement à 2018.

Andy Serkis assume ses choix artistiques et techniques. Et affirme que Netflix est le bon partenaire. "Ce n'est vraiment pas un film pour les enfants. En salles, il aurait été interdit aux moins de 13 ans non accompagnés" explique-t-il. Comme pour Okja, il est persuadé que le diffuseur sait "vendre" ce genre de fables noires. Implicitement, il confirme qu'il va aller plus loin: "Cela va nous permettre d'aller encore plus profondément dans ce récit, avec des thèmes plus sombres, des sensations plus fortes et des moments plus effrayants. La violence entre les animaux n'est pas gratuite, mais elle existe. Cela va nous permettre de faire un film sans compromis."

"Netflix me permet de faire le film que je veux faire"

On comprend que Warner Bros risquait gros sur ce coup là, même si selon le réalisateur c'est un blockbuster dans la veine de l'Odyssée de Pi ou de La Planète des singes. Mais on saisit aussi que Serkis aurait du faire des concessions artistiques, ce que Netflix, apparemment, n'exige pas. "Netflix me permet de faire le film que je veux faire".

Jusque là Netflix avait acquis les droits pour des suites (Cloverfield) ou les droits internationaux pour les marchés étrangers (le reboot de Shaft, Annihilation d'Alex Garland).

Là, on entre dans un autre univers... Warner Bros peut toujours compter sur A Star is Born, Les Animaux fantastiques 2 et Aquaman cet automne. Mais dans l'histoire, c'est bien Netflix et autres Amazon qui deviennent le refuge pour des cinéastes qui veulent garder la maîtrise de leurs projets.

Le réalisateur d’Amy s’attaque au best-seller « Sapiens, une brève histoire de l’humanité »

Posté par vincy, le 22 juillet 2018

Le réalisateur du documentaire Amy sur la chanteuse Amy Winehouse, Asif Kapadia, va réaliser l'adaptation du best-seller mondial Sapiens, une brève histoire de l’humanité.

Asif Kapadia, qui a réalisé Amy, Oscar du meilleur film documentaire, Senna, et récemment quelques épisodes de la série Mindhunter, et actuellement en train de finaliser un documentaire sur Maradona, s'appuiera sur Ridley Scott, qui assure la production.

Vendu à plus de 8 millions d'exemplaires dans le monde, dont 400000 en France, le livre de Yuval Noah Harari décrit comment l'espèce Homo sapiens a réussi à survivre et à dominer la planète. Il explique également la naissance des religions, du concept de la nation ou encore celui des droits de l'homme, pour aboutir à notre époque à travers l'administration et la consommation de masse.

L'auteur explique que le projet "espère pouvoir mélanger la science, la fiction, le drame et le génie pour donner vie à l’incroyable voyage de notre espèce, qui a commencé en tant qu’animal insignifiant et qui est maintenant en passe de devenir un dieu."

Selon The Hollywood Reporter, le format n'est pas encore décidé. Sapiens pourrait être une œuvre transmédia, diffusée sur plusieurs supports.

Un scénario de Stanley Kubrick retrouvé

Posté par vincy, le 16 juillet 2018

Un scénario co-écrit par Stanley Kubrick a été retrouvé par un professeur de l'Université Bangor (Pays-de-Galles), qui faisait des recherches documentaires sur le film Eyes Wide Shut. Burning Secret est une adaptation de la nouvelle éponyme de Stefan Zweig, écrite en 1913 par l'écrivain autrichien, traduite en Français en 1945 sous le titre de Brûlant secret. Cette nouvelle a déjà fait l'objet d'une adaptation en 1933 par Robert Siodmack et par Andrew Birkin (ancien assistant de Kubrick) en 1989.

Le scénario retrouvé, écrit avec Calder Willingham (Le Lauréat), date de 1956. Un an avant leur collaboration sur les Sentiers de la Gloire. L'histoire suit une mère et son fils en vacances, quand un mystérieux homme se lie d'amitié avec le garçon pour mieux séduire la mère. L'universitaire l'a retrouvé chez le fils d'un ancien collaborateur de Kubrick.

S'il était connu que Kubrick avait cette histoire parmi ses multiples projets, on ignorait qu'il y avait un scénario achevé. Le document fait plus de 100 pages révèle The Guardian. En revanche rien n'indique que c'est un scénario finalisé, même s'il est complet. Il a quand même le tampon du département du scénario de la MGM, en date du 24 octobre 1956.

Deux hypothèses prévalent : la MGM aurait considéré que son contrat était rompu avec Kubrick quand celui-ci a commencé à travaillé sur les Sentiers de la Gloire ou l'associé de Kubrick, le producteur James B. Harris a considéré qu'il n'y avait pas la matière nécessaire à en faire un film, ou qu'il était moralement trop risqué.