Marché du film : Andrew Garfield joue les pianistes pour James Marsh

Posté par wyzman, le 22 mai 2019

La star d'Under the Silver Lake se rapprocherait-elle de l'Oscar ? C'est en tout cas ce que laisse entendre Deadline ce mois-ci. Le média américain a récemment annoncé qu'Andrew Garfield sera prochainement le héros du drame Instrumental, réalisé par James Marsh, l'homme à qui l'on doit Une merveilleuse histoire du temps. Prévu pour un tournage au Royaume-Uni plus tard dans l'année, Instrumental est basé sur les mémoires de James Rhodes.

Dans son best-seller, le pianiste raconte ainsi comment la musique lui a sauvé la vie après les abus sexuels qu'il a subis alors qu'il était l'école primaire. Prodige mais mentalement et physiquement meurtri par ces sévices, James Rhodes a longtemps été atteint de syndrome de stress post-traumatique tandis que son agresseur est mort avant de comparaître... Producteur et diffuseur du film sur le territoire britannique, Lionsgate recherche actuellement un diffuseur pour l'international.

Marché du film : la réalisatrice du spin-off de Suicide Squad adapte « Sour Hearts »

Posté par wyzman, le 21 mai 2019

Selon les informations de Variety, la réalisatrice sino-américaine a déjà trouvé son prochain projet. En effet, le média américain révèle ce mois-ci qu'elle devrait être en charge du de Sour Hearts, le prochain long-métrage du studio A24 (Mise à mort du cerf sacré, Climax, 90's).

Basé sur le roman de Jenny Zhang, Sour Hearts raconte le quotidien d'une jeune fille qui a grandi dans la banlieue new-yorkaise dans les années 1990. Avec ses parents fraîchement arrivés de Shanghaï, elle tente de traverser les épreuves propres à la classe moyenne. Le film qui doit montrer l'humilité et le chagrin d'amour du personnage (entre autres) serait raconté sous différents points de vue, ceux des enfants et de leurs parents.

Producteur du film, A24 pourrait également s'occuper de sa distribution. Et si le nom de Cathy Yan ne vous est pas inconnu, c'est sans doute parce que la cinéaste est à la tête de Birds Of Prey, le spin-off de Suicide Squad centré sur Harley Quinn. Dans celui-ci, Margot Robbie retrouvera le rôle qui en fait une star planétaire. Déjà auteur de Dead Pigs, ce dernier avait fait sensation à Sundance 2018.

Cannes 2019: Nos retrouvailles avec Fernanda Montenegro

Posté par vincy, le 20 mai 2019

C’est une grande dame du cinéma brésilien (et pour le coup du cinéma mondial) qui revient par la grande porte du 7e art. La vie invisible de Euridice Gusmao de Karim Aïnouz, adaptation du roman de Martha Batalha, est sélectionné à Un certain regard, et met en vedette Fernanda Montenegro. Il y a 20 ans, l’actrice était nommée aux Oscars (la seule comédienne lusophone a avoir été nommée), un an après avoir reçu l’Ours d’argent de la meilleure actrice à Berlin pour Central do Brasil de Walter Salles, qui remporte également l'Ours d'or du meilleur film. En France, le film a attiré près de 600000 spectateurs dans les salles, le plus gros succès du cinéma brésilien dans le pays, toujours aujourd’hui.

Fille de la classe ouvrière, Arlete Pinheiro Esteves da Silva, son nom de naissance, approche des 90 ans. Elle est considérée comme la plus grande comédienne de son pays. Honorée d’à peu près toutes les breloques officielles que le Brésil compte, en plus de prix internationaux (y compris un Emmy Award), elle a traversé les décennies depuis ses début dans les années 1950, quand elle a été la première actrice à signer un contrat avec la chaîne Tupi. Vedette de « telenovelas », parmi les plus populaires (parmi lesquelles Danse avec moi, qui a fait les belles heures de TF1 dans les années 1980), Fernanda Montenegro reste l’une des personnalité les plus influentes du pays. C’est notamment elle qui a lu un poème lors de la cérémonie d’ouverture des J.O. de Rio, doublée en anglais pas une autre Lady, Judi Dench.

Grande comédienne de théâtre, cette littéraire n’a jamais cessé de jouer, de la comédie à la tragédie. Au cinéma, elle a débuté en 1965 avec A Falecida, de Leon Hirszman, où elle interprète une jeune femme obsédée par la mort, jusqu’à prévoir le moindre détail de ses funérailles. Occupée par le petit écran et les planches, elle ne tourne pas tant que ça. On la remarque chez Arnaldo Jabor dans Tudo bem, comédie catastrophe de 1978. A noter que Fernanda Torres, sa fille, a remporté le prix d’interprétation au Festival de Cannes pour le film Parle-moi d’amour du même Arnaldo Jabor. En 1985, elle figure au générique en second-rôle dans A Hora da Estrela, de Suzana Amaral, trois fois primé à Berlin et sacré à La Havane.

Il faut réellement attendre les années 1990 pour que Fernanda Montenegro prenne le cinéma au sérieux. Elle apparaît dans un court métrage de Carlos Diegues, Veja Esta Cançao, fait face à Alan Arkin dans Quatre jours en septembre, de Bruno Barreto. Le film est nommé aux Oscars et en compétition à Berlin. Puis vint Walter Salles avec Central do Brasil, où elle joue une vieille femme pieuse et revêche qui se prend d’affection pour un gamin qui cherche son père. Une performance unanimement saluée qui lui vaut une myriade de prix.

En 2004, elle frappe de nouveau avec L’autre côté de la rue de Marcos Berstein. Le film va à Berlin et San Sebastian. L’actrice est récompensée à Tribeca (New York). En 2005, dans La maison de sable de son gendre Andrucha Waddington, elle interprète trois rôles. Le film est récompensé à Sundance.

Figure engagée pour la défense de la culture, dans un pays qui est en train de couper dans toutes les aides, elle semble faire un retour. Outre La vie invisible, où elle a un rôle symbolique et qui sortira en décembre en France, elle a aussi tourné pour Claudio Assis (Piedade) et pour son beau-fils (O Juizo).

Marché du film : Joe et Anthony Russo embarquent Tom Holland dans un drame

Posté par wyzman, le 19 mai 2019

Voilà peut-être le meilleur twist que les réalisateurs d'Avengers : Infinity War et Endgame nous auront proposé cette année. Deadline rapporte que Joe et Anthony Russo présentent ces jours-ci et sur la Croisette Cherry, leur prochain film. Présenté comme un drame, Cherry sera porté par un Tom Holland (Spider-Man) dans la peau de Nico Walker, un ancien médecin de l'armée qui est revenu d'Irak avec un syndrome de stress post-traumatique non diagnostiqué et particulièrement extrême. Celui-ci a développé une dépendance aux opioïdes avant de se mettre à braquer des banques.

Ecrit par Jessica Goldberg, Cherry est basé sur le roman que Nico Walker a écrit lui-même de ses méfaits et dont les droits ont coûté la modique somme d'un million de dollars aux frères Russo. Bien plus personnel que leurs récentes réalisations, Cherry serait né du désir de faire un film sur un homme également issu de Cleveland. Mais Joe et Anthony Russo ont d'ores et déjà reconnu le lien à faire avec leurs proches tombés sous l'emprise des opioïdes.

Pour rappel, Avengers : Endgame sorti au mois d'avril continue d'affoler les compteurs et a déjà rapporté plus de 2,5 milliards de dollars au box-office mondial au moment où nous écrivons ces lignes.

Marché du film : Jamie Bell devient un soldat britannique dans Dynamite Room

Posté par wyzman, le 17 mai 2019

D’après les informations de Deadline, Jamie Bell prépare activement l’après-Rocketman. En effet, après Skin, Film Stars Don’t Lie et donc Rocketman, qui est présenté aujourd'hui à Cannes, l’acteur de 33 ans s’apprête à incarner un soldat britannique qui, durant l’été 1940, protège de manière très particulière Lydia, une fillette de 12 ans dont il sait beaucoup de choses.

Basé sur le roman de Jason Hewitt, Dynamite Room sera écrit par le dramaturge EV Crowe dont la première pièce Kin a reçu les honneurs de l’Evening Standard. Le film sera réalisé par Olly Blackburn (Victoria) et produit par Ivana MacKinnon (Jersey Affair) et Oliver Roskill (Under the Shadow).

Présenté au marché du film cannois, Dynamite Room devrait y trouver ses distributeurs à l'international.

Cannes 2019 : Il était une fois… Etre vivant et le savoir, reflet d’un film qui n’a pas pu être tourné

Posté par MpM, le 16 mai 2019

C’est forcément avec une émotion particulière que l’on s’apprête à découvrir Etre vivant et le savoir, le nouveau film d’Alain Cavalier présenté en séance spéciale lors de cette édition 2019 du Festival de Cannes. Pour sa sixième sélection sur la Croisette (trois fois en compétition et deux fois à Un Certain Regard), le réalisateur propose en effet un film qui n’aurait jamais dû voir le jour, mais qui remplace à sa manière celui qui n’a jamais pu être tourné.

En 2013, la romancière et scénariste Emmanuèle Bernheim publie Tout s’est bien passé, dans lequel elle raconte le suicide assisté de son père, le collectionneur d'art André Bernheim, qui avait choisi de mourir après qu’un accident vasculaire cérébral l'avait laissé diminué. Alain Cavalier, avec lequel elle partage alors une amitié de près de trente ans, décide d’adapter le livre en film, et d’interpréter lui-même ce père disparu qui avait, au moment de sa mort, exactement son âge. Il propose à l’auteure de jouer son propre rôle, à ses côtés. D'abord réticente, elle finit par se prendre au jeu. "L’acceptation vient avec le plaisir du travail", explique Alain Cavalier. "Adapter tous les deux son livre, choisir ceux qui vont nous accompagner."

Le projet, malheureusement, ne verra jamais le jour. Un matin d’hiver, Emmanuèle Bernheim appelle Alain Cavalier et lui annonce que "le tournage devra être retardé jusqu’au printemps. Elle va être opérée d’urgence." Ainsi le film ne se fera pas. En tout cas pas sous la forme qu’ils avaient imaginée ensemble. Car hors de question pour le cinéaste de laisser mourir son amie une seconde fois. Il reprend le projet, retravaille des images de son fameux journal vidéo, témoin à sa façon de leur amitié, et ajoute de nouvelles séquences.

Une nouvelle fois, il se fixe comme mission d’empêcher les êtres disparus de disparaître tout à fait, en les évoquant intensément par le biais des images et du souvenir filmé. "Je souhaite aboutir à un récit aussi fort que celui préparé par Emmanuèle et moi" explique-t-il. "Nos joies et nos peines ont la présence vitale d’avoir été enregistrées en direct. Mon acceptation de l’ordre des choses, affermie par le courage d’Emmanuèle et de son père, éclaire d’une lumière apaisante ce que je propose au spectateur."

Ce que l’on découvrira sur grand écran à Cannes, puis dans les salles de cinéma à partir du 5 juin, ne sera ainsi pas tout à fait un hommage, pas tout à fait une adaptation, pas tout à fait un récit intime, pas tout à fait une conjuration de la mort, mais un peu tout cela à la fois.

Marché du film : Le réalisateur de Green Book s’intéresse à la guerre du Vietnam

Posté par wyzman, le 16 mai 2019

Si l’on en croit les informations de Variety, Peter Farrelly a trouvé son prochain projet. En effet, le réalisateur devrait adapter The Greatest Beer Ever Run: A True Story of Friendship Stronger than War de Joanna Molloy et Jon « Chickie » Donohu. Basé sur le parcours de ce dernier, l’ouvrage raconte comment Donohue quitta New York en 1967 pour pouvoir partager quelques bières avec des amis d’enfance alors qu’ils avaient été envoyés au front durant la guerre du Vietnam.

Ecrit par Brian Currie, Peter Jones et Peter Farrelly, le film devrait être produit par Skydance. Sans date de sortie pour le moment, ce projet fera suite à Green Book, la comédie dramatique inspirée de faits réels qui a récolté pas moins de cinq Oscars cette année dont celui du meilleur film et un autre pour Mahershala Ali, meilleur acteur dans un second rôle. Produit pour 23 millions de dollars, le film a amassé plus de 318M$ au box-office mondial.

Jane Campion enrôle Benedict Cumberbatch et Elisabeth Moss

Posté par vincy, le 7 mai 2019

Avant Cannes, il y a toujours des bonnes nouvelles... dont on parlera à Cannes l'année suivante. La cinéaste Jane Campion, seule réalisatrice à avoir obtenu une Palme d'or, va adapter le roman de Thomas Savage, The Power of Dog (en France: Le pouvoir du chien, paru en 2014).

Le récit se déroule dans les années 1920, dans le Montana aux Etats-Unis. Il relate la dégradation des relations entre deux frères, George et Phil, issus d'une riche famille d'éleveurs. Leur quotidien rude et laborieux est bouleversé lorsque George épouse secrètement une veuve du coin, Rose. De là, Phil va tout faire pour la détruire.

Pour Campion, ce magnifique roman aborde les thèmes de la masculinité, de la nostalgie et de la trahison, dans un mélange empoisonné. Un film de tension qui sera porté par Benedict Cumberbatch dans le rôle de Phil, homme aussi brillant que cruel, et Elisabeth Moss dans celui de Rose.

Benedict Cumberbatch est actuellement à l'affiche de Avengers:Endgame. Il vient de tourner 1917, de Sam Mendes. Il doit se préparer actuellement au tournage de la suite de Doctor Strange. Elisabeth Moss, actuellement au cinéma dans Us, connue pour la série La servante écarlate, sera dans les salles cette année avec Her Smell et The Kitchen. L'actrice avait déjà été dirigée par Jane Campion dans les deux saisons de la série Top of the Lake.

Dustin Hoffman et Toni Servillo dans un polar italien

Posté par vincy, le 5 mai 2019

Un thriller va réunir Dustin Hoffman et Tony Servillo. Le tournage à Rome de Into The Labyrinth (L’uomo del Labirinto) vient de s'achever sous la direction de Donato Carrisi, journaliste, écrivain de polar, dramaturge et cinéaste italien.

Le film, tourné en italien et en anglais, raconte l'histoire d'une femme qui essaie de se souvenir pourquoi elle s'est retrouvée dans les bois, nue avec une jambe cassée. Samantha a en fait été enlevée quinze ans plus tôt. Bruno Genko, qui avait enquêté sur sa disparition à l'époque, décide de reprendre l'enquête pour retrouver son ravisseur. Le scénario est adaptée du roman du réalisateur, L'égarée.

Valentina Bellè (Les Médicis), Katsiaryna Shulha (J'arrête quand je veux), Vinicio Marchioni (Miele) et Riccardo Cicogna (Pasolini, la verità nascosta) complètent le casting.

C'est le premier film pour Dustin Hoffman, oscarisé deux fois et lauréat de 6 Golden Globes, depuis The Meyerowitz Stories (en compétition à Cannes en 2017) et la série Les Médicis en 2016. C'est également la troisième fois qu'il tourne en Europe avec un cinéaste non-anglophone, après Luc Besson (The Messenger: The Story of Joan of Arc) et Tom Tykwer (Le Parfum).

Toni Servillo, fidèle de Paolo Sorrentino (La Grande Bellezza), et vu aussi chez Mario Martone, Matteo Garrone, Nicole Garcia, Marco Bellocchio, quatre fois lauréat d'un David du Donatello du meilleur acteur, avait déjà été mis en scène par Donato Carrisi, dans son premier film, La fille dans le brouillard (2017), polar adapté d'un roman du réalisateur, avec Jean Reno et Greta Scacchi.

Julianne Moore dans une série écrite par Stephen King

Posté par vincy, le 1 mai 2019

A l'affiche aujourd'hui de Gloria Bell, Julianne Moore est attendue sur la Croisette avec The Staggering Girl, moyen-métrage de Luca Guadagnino en clôture de la Quinzaine des réalisateurs. En attendant la sortie éventuelle de Bel Canto, elle sera aussi à l'affiche cet automne de La femme à la fenêtre, thriller de Joe Wright, adapté du best-seller éponyme, avec Amy Adams et de The Glorias: A Life on the Road, de Julie Taymor, où elle incarne, avec Alicia Vikander, la féministe Gloria Steinem.

L'actrice, récompensée aux Oscars, à Berlin, Venise et Cannes (grand chelem qu'elle partage avec Juliette Binoche, Jack Lemmon et Sean Penn), vient de signer pour produire, avec J.J. Abrams, et interpréter la série dramatique Lisey's Story, qui sera diffusée sur Apple.

Cette série en 8 épisodes est adaptée du livre de Stephen King, traduit en français sous le titre Histoire de Lisey (publié en 2007 et vendu à 150000 exemplaires dans l'Hexagone). L'auteur écrira la série, ce qui est assez rare.

L'histoire raconte celle de Lisey, qui, pendant 25 ans, a partagé les secrets et les angoisses de son mari Scott, un célèbre romancier, extrêmement complexe et tourmenté. Deux ans après sa mort, elle se décide à fouiller ses archives et à explorer le lieu terrifiant où il puisait son inspiration. C'est un monde ténébreux qu'elle va découvrir, en faisant face à des réalités sur son mari défunt, tout ce qu'elle avait enfoui et oublié...

Ce sera la première série où Julianne Moore tiendra la vedette. Elle a pourtant débuté sur le petit écran, en jouant dans une vingtaine d'épisodes du soap As the World Turns ou dans des téléfilms avant que sa carrière cinématographique n'explose en 1993-1995. Elle a aussi participé en guest à la sitcom 30 Rock durant 7 épisodes. En 2012, elle avait interprété la politicienne Sarah Palin dans Game Change de Jay Roach (pour HBO aux USA). Moore avait remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans un téléfilm ou une minisérie, le Emmy Award et le Screen Actors Guild Award dans cette même catégorie