Trois (bonnes) raisons d’aller voir Drôles de petites bêtes

Posté par MpM, le 13 décembre 2017

En salles ce mercredi 13 décembre, Drôles de petites bêtes est un film d'animation français signé Antoon Krings et Arnaud Bouron. Apollon, un grillon saltimbanque, arrive dans le village des Petites Bêtes où tous les habitants s'apprêtent à célébrer le jubilé de la Reine Marguerite. Mais tout va de travers : la Reine est enlevée par les Nuisibles, les ennemis du royaumes, et Apollon est accusé d'en être responsable. Pire, la terrible Huguette, cousine de la Reine, est bien décidée à s'approprier le trône par tous les moyens...

Voici trois bonnes raisons pour lesquelles vous ne résisterez pas à ce joli conte bourré d'imagination et d'énergie !

C'est l'adaptation des personnages cultes d'Antoon Krings. Cela fait près de 25 ans que l'univers créé par l'auteur et illustrateur français Antoon Krings est un succès d'édition.  Il existe désormais plus d'une soixantaine d'ouvrages qui se déclinent tous autour d'un personnage clef :  Léon le bourdon, Marie la foumi, Siméon le papillon, Mireille l'abeille... En tout, 18 millions d'albums ont été vendus en France, et il existe des traductions dans 19 langues, ainsi qu'une série télévisée. En se déclinant dans un long métrage plutôt ambitieux en terme de scénario comme de réalisation, la série prend une nouvelle ampleur qui lui permet de s'adresser à un public un peu plus âgé, sans trahir le ton de départ.

L'histoire permet d'aborder les notions de loyauté, de résistance et d'entraide. Il est en effet question d'une poignée d'individus qui s'unissent pour sauver leur reine et leur pays au péril de leur vie, mais aussi des "nuisibles" qui sont rejetés par tous, alors qu'ils font partie de l'écosystème du petit jardin et y ont un rôle à jouer, d'individus qui pensent appartenir à une espèce supérieure, ou encore de l'équilibre naturel à respecter (économiser et partager les ressources, ne pas surconsommer ou surproduire...) pour que tous puissent vivre en bonne harmonie. Avec humour et vivacité, le film fustige ainsi à la fois les préjugés et l’autoritarisme, l'exploitation intensive et le racisme, prônant une société où chacun vit en bonne intelligence et a son propre rôle à jouer.

L'animation 3D est une réussite. On adore les effets de matière sur les différents personnages, et notamment sur les "nuisibles" à qui cela apporte une vraie dimension inquiétante, et sur les abeilles, rondes et duveteuses, qui tranchent avec les guêpes filiformes et anguleuses. Le jardin est bucolique à souhait tandis que les extérieurs nocturnes sont tour à tour effrayants et mystérieux, appelant à l'aventure et même à la rêverie. L'univers esthétique reste ainsi très cohérent, tout en ayant recours à une large gamme d'ambiances et de couleurs qui confèrent au film une richesse visuelle impressionnante.

Jennifer Lawrence enrôle le réalisateur Luca Guadagnino (Call Me by Your Name)

Posté par vincy, le 13 décembre 2017

Fort de son palmarès brillant avec Call Me By Your Name, trois fois nommé aux Golden Globes, six fois nommé aux Independent Spirit Awards, cité plusieurs fois dans différents palmarès de fin d'année (avec le titre de meilleur film aux Gotham Awards et aux Los Angeles Film Critics Association Awards), et parmi les favoris pour les Oscars, Luca Guadagnino est désormais très courtisé à Hollywood.

Jennifer Lawrence sera la star de son prochain film, Burial Rites, un polar inspiré d'un fait réel qu'elle produit. Sony Pictures détient les droits de distribution mondiaux.

Une histoire vraie

Le scénario est l'adaptation du premier roman d'Hannah Kent paru en France en 2014, A la grâce des hommes. L'histoire se déroule en 1829, en Islande. Agnes Magnusdottir est condamnée à mort pour le meurtre de son amant. Dans l'attente de son exécution, elle vit dans une ferme en résidence surveillée. Toute la famille la fuit car elle est considérée comme une criminelle. Le révérend Totti fait exception à la règle et essaie de la comprendre. Ce qu'elle révèle est loin de ce que chacun pense.

Jennifer Lawrence, récemment vue dans Mother! de Darren Aronofsky (son premier flop depuis son avènement comme star internationale du box office), sera à l'affiche l'année prochaine du thriller d'espionnage Red Sparrow et du Marvel X-Men: Dark Phoenix. Malgré de nombreux projets lancés, elle n'a rien tourné depuis.

Luca Guadagnino a trois autres films en route: le remake du film d'horreur de Dario Argenta Suspiria, avec Chloë Grace Moretz, Dakota Johnson et Tilda Swinton, prévu pour une sortie en 2018 et le thriller Rio avec Benedict Cumberbatch, Jake Gyllenhaal et Michelle Williams qui doit se tourner l'an prochain. Il est aussi attaché au projet Le Lac des Cygnes avec Felicity Jones.

Tran Anh Hung se lance dans la cuisine française

Posté par vincy, le 27 novembre 2017

Le cinéaste franco-vietnamien Tran Anh Hung a révélé au Festival de Singapour les détails de son prochain film. Dodin-Buffant sera une plongée dans la cuisine française.

Il adaptera le roman de Marcel Rouff, La vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet, plusieurs fois réédité depuis 1924 et adapté en BD par Mathieu Burniat (La passion de Dodin-Bouffant). Le personnage de Dodin-Bouffant est fictif mais s'inspire de la vie de Brillat-Savarin, célèbre gastronome et auteur culinaire (Physiologie du goût) du XVIIIe et XIXe siècles.

Dodin-Bouffant est un vieux magistrat à la retraite, raffiné et délicat, qui a un appétit d'ogre et qui, du fond du Jura, consacre sa vie à son amour de la cuisine. Il règne sur la table des princes et sait qu'un pot-au-feu peut élever les âmes. Las, un jour meurt Eugénie Chatagne, sa fidèle cuisinière, capable de comprendre, suivre et prévenir les désirs du maître. Il commence à chercher la perle des fourneaux qui sera digne de lui succéder et de lui satisfaire son palais...

Tran Anh Hung termine actuellement le scénario et va partir en quête de financements. Son dernier film, Eternité, sorti en 2016, avait été un échec public (130000 entrées en France) et critique. Dans les années 1990, le réalisateur a remporté la Caméra d'or à Cannes pour L'odeur de la papaye verte et le Lion d'or à Venise pour Cyclo.

Roland Emmerich produit une version fantasy de La flute enchantée de Mozart

Posté par vincy, le 26 novembre 2017

On n'attendait certainement pas Roland Emmerich dans ce projet. Le cinéaste qui nous a habitué aux films catastrophes spectaculaires (du genre on détruit tout: Independence Day, Godzilla, Le jour d'après, 2012) va coproduire une adaptation "contemporaine" de l'opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, La flute enchantée.

Le réalisateur, Florian Sigl (photo), plus connu pour ses pubs de voitures allemandes, se lance dans son premier long avec une version moderne de l'histoire, écrite par Andrew Lowery. Un ado autrichien de 15 ans, Tim Walker, est envoyé à Londres dans une école de musique réputée où il découvre un passage secret et oublié menant au royaume du fameux opéra de Mozart. Le scénario mélangerait ainsi sorciers, fantasy et musical.

Le film est prévu pour être en deux ou trois parties. La première histoire est prévue dans les salles pour Noël 2018.

Il y a déjà eu quelques films adaptés de cet opéra: en 1975 par Ingmar Bergman et en 2006 par Kenneth Branagh, notamment.

La flute enchantée est le dernier opéra de Mozart, créé en 1791. Un prince courageux d'un pays lointain, une princesses légèrement suicidaire kidnappée, un serpent géant, une Reine de la Nuit, un grand prêtre, des sociétés secrètes, des rites maçonniques et une flûte de pan de l'oiseleur-bouffon de l'opéra se croisent dans ce conte à la fois féérique et dramatique, connu notamment pour son "air de la Reine de la Nuit".

Hercule Poirot embarque sur le Nil

Posté par vincy, le 24 novembre 2017

Le crime de l'Orient-Express (Lire notre critique) à peine sorti sur les écrans (en France, ce sera pour le 13 décembre), la Fox confirme que le détective belge d'Agatha Christie Hercule (sans s) Poirot reprendra du service. C'était attendu, et pour une fois on se réjouira d'une suite. D'une part, le film a déjà rapporté 160M$ au box office mondial, soit trois fois son budget, faisant un joli carton en Chine, au Royaume Uni et en Australie. D'autre part, le polar de Kenneth Branagh se termine sur un Poirot appelé en urgence du côté du Nil pour résoudre un meurtre crapuleux d'une jeune épouse, aussi belle que riche.

Mort sur le Nil sera ainsi, logiquement, le prochain film que vient de confirmer la 20th Century Fox. Le livre d'Agatha Christie a été publié en 1937, trois ans après Le Crime de l'Orient-Express. C'est l'une des 33 aventures du détective Poirot. Il a déjà été adapté au cinéma. Si Albert Finney incarnait Poirot dans Le crime de l'Orient-Express de Sidney Lumet en 1974, c'est Peter Ustinov qui a repris le rôle quatre ans plus tard, pour Mort sur le Nil, réalisé par John Guillermin, avec Bette Davis, Mia Farrow, Maggie Smith, Angela Lansbury, George Kennedy, Jane Birkin, Jack Warden et David Niven. Ustinov a d'ailleurs endosser le costume du détective deux autres fois, dans Meurtre au soleil en 1982 et dans Rendez-vous avec la mort en 1988.

La Fox tiendrait peut-être là une nouvelle franchise. Le studio a engagé le scénariste du Crime de l'Orient-Express, Michael Green, et a commencé à négocier avec Kenneth Branagh pour qu'il reprenne son personnage et la réalisation.

Mort sur le Nil tourne autour du meurtre de Linnet Ridgeway. Cette héritière tombe amoureuse de Simon Doyle, le fiancé de sa meilleure amie, Jacqueline de Bellefort. Elle l'épouse et les jeunes mariés partent en voyage de noces, poursuivis par la jeune femme délaissée jusqu'en Égypte, où ils séjournent dans un hôtel où se trouve également Hercule Poirot. Le détective, les jeunes mariés et leur harceleuse, ainsi que divers clients de l'hôtel seembarquent tous pour une croisière à bord du vapeur S.S. Karnak, où Linnet se fait assassiner.

Claes Bang, de The Square à Hollywood

Posté par vincy, le 20 novembre 2017

Vous ne connaissez pas forcément son nom. Pourtant Claes Bang est l'acteur principal du film qui a reçu la Palme d'or cette année, The Square, qui a séduit plus de 300000 spectateurs en France (ce qui reste le plus mauvais score pour une Palme depuis Oncle Boonmee en 2010).

Les acteurs scandinaves, souvent bilingues, ont toujours séduit Hollywood, et récemment c'est même une invasion: de Noomi Rapace à Michael Nyqvist, des Skarsgard (Stellan père, Alexander, Gustaf et Bill fils) à Mads Mikkelsen (et son frère Lars), de Alicia Vikander à Viggo Mortensen ou encore Peter Stormare ou Lena Olin. Et il ne faudrait pas oublier quelques légendes: Greta Garbo, Ingrid Bergman, Max von Sydow, Anita Ekberg, Liv Ullmann qui ont rayonné sur le cinéma mondial.

Claes Bang est le dernier en date. L'acteur danois qui vient de fêter ses 50 ans et fêtera en 2018 ses 20 ans de carrière au cinéma et à la télévision, n'avait jusque là jamais été approché pour jouer dans une production hollywoodienne. Une Palme ça peut aider, la preuve. Il vient d'être enrôlé pour être l'un des "méchants" de The Girl in the Spider’s Web (Ce qui ne me tue pas), la suite de The Girl With the Dragon Tattoo (Millénium: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes), issu de la franchise Millenium. Le studio américain Sony, qui a les droits sur la franchise, a donc décidé de zapper deux tomes.

Dans cette nouvelle enquête conjointe entre un journaliste d'investigation et une hackeuse névrosée géniale, un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle détient peut-être des informations explosives sur les services de renseignements américains.,Mikael Blomkvist se dit qu’il tient le scoop dont son journal Millénium et sa carrière ont tant besoin. Au même moment, Lisbeth Salander tente de pénétrer les serveurs de la NSA…

La britannique Claire Foy incarnera Lisbeth Salander et la néerlandaise Sylvia Hoeks (Blade Runner 2049) sa sœur jumelle. On ne sait toujours pas qui interprètera le journaliste Mikael Blomkvist. Dans le premier film américain, le personnage était incarné par Daniel Craig tandis que la trilogie suédoise il avait starisé Michael Nyqvist, qui est mort en juin dernier.

Sony a prévu une sortie du film, réalisé par Fede Alvarez et co-scénarisé par Steven Knight d'après le best-seller de David Lagercrantz, en octobre prochain. Le tournage doit démarrer en janvier entre Berlin et Stockholm.

4 questions à Brian Selznick, auteur et scénariste du Musée des merveilles

Posté par vincy, le 15 novembre 2017

Présenté en compétition à Cannes, Le Musée des merveilles (Wonderstruck) est l'adaptation du roman jeunesse éponyme de Brian Selznick (paru chez Bayard jeunesse), l'auteur de Hugo Cabret.

Au sommet du Palais, sur la terrasse du Mouton-Cadet Wine Bar, sous un soleil tapant du mois de mai, nous avions rencontré l'auteur et scénariste du film. Car pour la première fois, il a écrit pour le cinéma. L'homme ne fait pas son âge, tout juste quinquagénaire, a le physique californien, la parole aisée, la séduction facile. Professionnel et sympathique, élégant et souriant, l'écrivain et primo-scénariste répond à nos questions.

Ecran Noir: quand avez-vous eu l'idée d'adapter votre roman Le musée des merveilles?
Brian Selznick: Après la cérémonie des Oscars de 2012, quand Hugo Cabret était nommé, Sandy Powell, la costumière de Hugo, est venue à San Diego, chez nous, et m’a fait rencontré le scénariste du film John Logan. Sandy travaille pour Martin Scorsese et pour Todd Haynes, c'est elle qui a fait les costumes de Carol. Ce soir-là, John Logan m'a lancé l'idée d'adapter mon livre, et il m'a d'ailleurs accompagné durant tout le processus. Quand j’ai revu Sandy Powell, elle était avec Todd Haynes. Ils étaient à Chicago, pour une exposition sur David Bowie. Todd y présentait son film Velvet Goldmine. Il a immédiatement connecté avec l'histoire. Ça lui parlait personnellement. Il a du coup annulé et retardé des projets sur lesquels il s’était engagé juste après Carol.

Ecran Noir: En tant qu'auteur et scénariste, avez-vous du faire des choix , des sacrifices?
Brian Selznick: C’est très fidèle au livre mais le producteur m’avait prévenu qu’à cause du budget, il fallait trouver des moyens pour contourner les problèmes. Un scénario doit avancer. Ainsi la semaine au musée, dans le livre, devient un seule nuit dans l’établissement, dans le film. La séquence où Rose donne la lettre à Ben, où elle lui raconte son histoire, aurait du être filmée avec des décors, des acteurs, comme une vraie longue séquence de flashbacks. Pour palier à ça, Todd Haynes a repris l’idée du Diorama, qui fait écho à Babydolls son premier film, avec des marionnettes qui résument les situations. Franchement, je trouve que c’est une idée brillante.

Ecran Noir: Entre Scorsese et Haynes, ce sont deux styles très opposés. Comment avez-vous perçu cette différence?
Brian Selznick: Martin Scorsese avait changé l’intention du livre Hugo Cabret, qui était un hommage au cinéma à travers un livre. Il en a fait un hommage au livre avec le cinéma. Il a juste utilisé mes dessins pour faire le storyboard. Sur ce film, je n’étais qu’observateur, un observateur privilégié. Tout y était à grande échelle. Un énorme studio réunissait chaque métier, qui disposait chacun de sa propre pièce. Il y avait un accessoiriste pour reproduire une boite d’allumettes française, une équipe de recherche, les costumiers, les décorateurs. Chez Todd Haynes, tout était sur un même étage avec un atelier de costumes qui se replissait chaque jour, les services de la production, le directeur artistique. Et cette fois-ci j’étais sur le tournage. Je pouvais m'impliquer davantage.

Ecran Noir: puisque nous sommes dans les différences, le film repose sur une différence majeure, que certains voient comme un handicap, la surdité. Pourquoi ce sujet?
Brian Selznick: Tout s’est déclenché quand j’ai vu un documentaire sur les malentendants, Through Deaf Eyes, diffusé sur PBS. C'est à partir de là que j'ai trouvé la matière de mon livre. Mais, concernant la surdité, vous avez raison : il faut parler de différence et pas de handicap. En tant qu’homosexuel, je me suis retrouvé dans leur situation. Comme quelqu’un qui veut être peintre dans une famille de médecin ou un Juif se marie avec une goy. Moi j’étais un enfant différent, dans une famille hétérosexuelle. J’ai découvert qu’il y avait d’autres gens comme moi quand je suis arrivé à New York, puis j’ai découvert la culture queer après la fac. Je ne savais pas que Boy George ou Village People étaient gays. J'étais comme un sourd au milieu de personnes entendantes. Chez les malentendants tout est visuel. Tous les messages passent par les yeux, y compris la langue des signes. Mais l’important c’est comment on vit en étant différent. Todd Haynes s’est toujours intéressé à ça. Certes, il est queer, mais ses films ne parlent pas que de ça. Il a cette sensibilité qui se traduit très bien, par exemple, quand il filme la rencontre de Ben et Jaimie. Il y a une connexion. Une amitié immédiate. Ils se reconnaissent. Et il sait filmer ça. Et puis, pour la partie muette, il y avait des acteurs sourds. C’était important de les intégrer à ce film. Au total, on parlait six langues sur le tournage : anglais, espagnole, langue écrite, langue des signes… C'est ce qui le rend universel, à mon avis.

Julianne Moore dans un biopic sur la féministe Gloria Steinem

Posté par vincy, le 12 novembre 2017

julianne mooreJulianne Moore incarnera la militante féministe Gloria Steinem dans My Life on the Road. Le film, réalisé par Julie Taymor et écrit par la dramaturge Sarah Ruhl, est adapté de l'autobiographie de l'activiste, parue il y a deux ans aux Etats-Unis.

La réalisatrice de Frida et metteur en scène du Roi Lion à Broadway n'a rien tourné depuis The Tempest en 2010. L'histoire se concentrera sur les premières années de la féministe, passée de porte-parole peu à l'aise dans son rôle d'un mouvement dénigré à un symbole national et médiatique pour l'égalité.

Julianne Moore est actuellement à l'affiche de trois films: Suburbicon (aux Etats-Unis, en compétition à Venise), Le musée des merveilles (sortie le 15 novembre, en compétition à Cannes) et Kingsman: The Golden Circle, hit international sorti en octobre. Elle doit tourner le remake de Gloria, de Sebastian Lelio, et a terminé le tournage de Bel Canto, de Paul Weitz.

Gloria Steinem a écrit de nombreux essais, dont l'un sur Marilyn Monroe et un autre sur le bien-être des femmes. On l'a aussi vue dans son propre rôle dans des séries comme The L Word et The Good Wife. Avec Jane Fonda, elle a co-fondé le Women's Media Center. Elle a aussi créé le magazine Ms.. Née en 1934, elle a commencé à s'engager dès les années 1960, à la fois dans le combat pour l'émancipation des femmes, contre différentes guerres impérialistes et pour l'égalité des sexes. Pour l'anecdote, elle s'est aussi mariée au père de l'acteur Christian Bale.

Scarlett Johansson dans un premier film

Posté par vincy, le 11 novembre 2017

scarlett johansson under the skin

A jouer les super-héroïnes, Scarlett Johansson semble se lasser. L'actrice des Avengers, Lucy et autre Ghost in the Shell cherche des films davantage "arty". Après ces méga-productions, le flop de la comédie # Pire soirée, un second-rôle flamboyant chez les Coen dans le moyen Ave, César, la star aurait jeté son dévolu sur un drame, Reflective Light.

Pour l'instant, selon Deadline, elle n'est qu'en discussions pour le rôle principal de ce premier film du photographe Gregory Crewdon. Il s'agit de l'adaptation du roman de Carla Buckley, inédit en France, The Deepest Secret. Le roman raconte l'histoire d'un adolescent qui souffre d'une grave allergie à la lumière du soleil. Sa mère, si dévouée à son pauvre fils, s'est aliénée le reste de sa famille, notamment en créant un quotidien entièrement nocturne, quitte à se mettre en danger elle-même.

Le tournage est prévu l'an prochain.

La dernière fois que Scarlett Johansson a tourné dans des films d'auteur remontent à 2013 avec Her, où son interprétation vocale de Samantha avait fait sensation, et Under the Skin, en extra-terrestre saisissante. Elle a un autre projet en cours, qui n'est toujours pas en production, un des biopics sur Zelda Fitzgerald que doit réaliser Hanna Weg. On la retrouvera l'en prochain dans le casting vocal du film d'animation de Wes Anderson, L'île aux chiens, et en Veuve noire (aka Natasha Romanoff) dans Avengers: Infinity War.

Downton Abbey en format grand écran

Posté par vincy, le 27 octobre 2017

Le tournage commencera en septembre 2018. On a le temps de voir venir. Mais une chose est certaine, la série télévisée culte Downton Abbey sera adaptée pour le cinéma. Après six saisons de 2010 à 2015, 4 Golden Globes et 14 Emmy Awards, NBCUniversal a donné son feu vert.

Le créateur de la série Julian Fellowes a confirmé que le budget était bouclé, et qu'il avait finalisé le scénario bien avant d'avoir l'accord des producteurs. L'histoire devrait se dérouler avant la seconde Guerre mondiale, bien après le dernier épisode de la série, qui finissait en 1925.

Downton Abbey suit la vie de la famille Crawley et de leurs domestiques entre le 15 avril 1912, date du naufrage du Titanic, et le 31 décembre 1925 à Downton Abbey, demeure anglaise située dans le Yorkshire.

Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve face à un dilemme : le domaine doit intégralement être transmis à un héritier mâle, puisque le titre de Comte de Grantham, le domaine et la fortune de la famille étant indissociables. Les trois filles ne peuvent donc pas prétendre au titre et à l'héritage. Matthew Crawley, un lointain cousin, se retrouve ainsi choisi comme nouvel héritier.

Le casting était composé, entre autres de Hugh Bonneville, Elizabeth McGovern, Dan Stevens, Laura Carmichael, Maggie Smith, Samantha Bond, Shirley MacLaine, Paul Giamatti, Jim Carter ou encore Phyllis Logan.