Charlotte Gainsbourg chez Benoît Jacquot

Posté par vincy, le 18 janvier 2020

Charlotte Gainsbourg a terminé en fin d'année le court tournage de Suzanna Andler, le nouveau film de Benoît Jacquot. Il s'agit de l'adaptation d'une pièce de Marguerite Duras, écrite en 1968.

L'action de la pièce se situe dans les années 1960. Suzanna Andler a 40 ans. Elle se sent vieille, piégée dans un mariage aisé, et doit visiter une villa pour passer l'été avec son époux et ses enfants. Elle est venue là avec son amant. C'est la première fois qu'elle a un amant, Michel. Ce n'est pas de l'amour, a priori.

L'amant sera incarné par Niels Schneider.

Le tournage a eu lieu en décembre, avec un budget très modeste d'1,2 million d'euros. Les Films du Lendemain l'ont produit et Les Films du Losange le distribueront. On peut imaginer le film à Cannes, à la Quinzaine ou Un certain regard.

[2020 dans le viseur] Nos 30 films les plus attendus (3/3)

Posté par redaction, le 13 janvier 2020

Wendy de Behn Zeitlin

8 ans après Les bêtes du sud sauvage, le réalisateur revient avec cette revisitation de Peter Pan sur fond de dérèglement écologique. Le film sera présenté à Sundance, soit trois ans après le début de son tournage.

Par ce demi-clair matin de Bruno Dumont

Le Dumont de l'année change de genre et de registre, avec une comédie contemporaine autour d'une journaliste star de la TV qui va être précipitée dans sa chute à cause d'un accident de voiture. Avec Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay.

On the Rocks de Sofia Coppola

Après plusieurs projets annoncés, reportés, abandonnés, la cinéaste revient avec son acteur de Lost in Translation, Bill Murray. Dans ce film, l'acteur incarne un playboy extravagant, qui voit débarquer sa fille (Rashida Jones) à New York.

La Traversée de Florence Miaihle

Co-écrit avec Marie Desplechin, ce long-métrage d'animation va sans doute nous émerveiller par son style, malgré son histoire dramatique: Un village pillé, une famille en fuite et deux enfants perdus sur les routes de l’exil. Kyona et Adriel tentent d’échapper à ceux qui les traquent pour rejoindre un pays au régime plus clément...

Mandibules de Quentin Dupieux

Après Au poste! et Le Daim, Dupieux élargira-t-il encore un peu plus son public avec cette nouvelle comédie absurde autour de deux amis « simples d'esprit » qui décident de dresser une mouche pour en faire leur gagne-pain… Le pitch le plus #WTF de l'année.

Soul de Pete Docter

Parce que cela fait 5 ans que Vice-Versa du même Pete Docter nous a mis dessus-dessous, que ce sera le premier Pixar original depuis Coco en 2017 (et seulement le 3e en une décennie) ce projet jazzy entre "body" et "soul" ne peut que nous faire saliver.

Dune

35 ans après l’adaptation de David Lynch, Denis Villeneuve, le cinéaste le plus hot de la décennie, s'attaque au classique de la science-fiction signé Frank Herbert. Dans une année sans Star Wars, ça peut faire mouche, d'autant que le casting est alléchant: Timothée Chalamet, Josh Brolin, Oscar Isaac, Javier Bardem, Rebecca Ferguson, Jason Momoa, David Bautista, Zendaya, Stellan Skarsgård et
Charlotte Rampling.

Last night in Soho d'Edgar Wright

Scénariste réputé (Tintin, Ant-Man), réalisateur culte (Shaun of the Dead, Baby Driver), Edgar Wright revient avec un film d'horreur psychologique, dans la lignée de Repulsion où se croiseront Thomasin McKenzie, Anya Taylor-Joy, Matt Smith, Diana Rigg et Terence Stamp.

Une vie secrète de Aitor Arregi, Jon Garaño et Jose Mari Goenaga

Ce film sur une période sombre de l'histoire espagnole, avec Antonio de la Torre au premier plan, revient sue la montée du franquisme dans les années 1930. 6 fois récompensé à San Sebastien, il est en lice pour 15 Goyas!

Where is Anne Frank d’Ari Folman

Encore un film dont la gestation fut très longue. Calé pour Venise a priori, ce film d'animation met en vedette Kitty, l'amie imaginaire d'Anne Frank dans son fameux journal, qui vient vivre dans la maison de la jeune déportée, à Amsterdam.

[2020 dans le viseur] Nos 30 films les plus attendus (2/3)

Posté par redaction, le 12 janvier 2020

Black Widow de Cate Shortland

Reset. L'univers Avengers est achevé. Et Natasha Romanoff aka Black Widow s'était sacrifiée. Pourtant, nous la retrouvons dans ce premier film du nouveau cycle Marvel. Une manière de tester la "vista" de Kevin Feige avec une super-héroïne qui méritait son film depuis longtemps.

Druk de Thomas Vinterberg

Ce sont les retrouvailles du réalisateur danois avec Mads Mikkelsen, huit ans après La chasse. Ce drame autour de l'alcool, et de ses conséquences, s'il devait être présenté dans un grand festival, devrait décourager certains de finir la soirée bourrés.

Annette de Leos Carax

Un projet forcément excitant sur le papier. D'abord parce Leos Carax est l'un des cinéastes les plus singuliers et audacieux. Ensuite parce qu'il réunit Adam Driver et Marion Cotillard. Enfin, pour son premier film en anglais, il réalise un musical autour du couple, sur des chansons des Sparks.

Nomadland de Chloe Zhao

Bien sûr, la réalisatrice de The Rider est attendue pour un gros blockbuster, Les Eternels, made in Marvel. Mais c'est son autre film, Nomadland que l'on attend le plus, avec Frances McDormand. Un drame entre road-movie et crise économique, bref une autre facette de l'Amérique.

Eté 84 de François Ozon

Ozon nostalgique? Le voici qui livre un teen-movie dans une station balnéaire en Normandie durant les années 1980, où un ado se révèle à lui-même. Melvil Poupaud, Valeria Bruni Tedeschi, Benjamin Voisin, Philippine Velge et celui qui sera le centre du film, Félix Lefebvre sont au générique.

Stillwater de Tom McCarthy

Après l'Oscar du meilleur film pour Spotlight, le réalisateur s'oriente vers une nouvelle aventure, qu'il a scénarisé par Jacques Audiard, Thomas Bidegain et Noé Debré. Matt Damon incarnera un père qui doit aller en France pour aider sa fille, arrêtée pour meurtre.

Peninsula de Yeon Sang-ho

Quatre ans après avoir pris le Dernier train pour Busan, le virus zombie s'est répandu à travers la Corée. Yeon Sang-ho veut faire de cette suite surprise une extension de l'univers. Cela se passe après les événements de Busan, mais pas avec les mêmes personnages.

The French Dispatch de Wes Anderson

Autant dire qu'on est un peu surexcité à l'idée de cette histoire française par le plus stylé des cinéastes américains. Surtout que le casting de ce scénario-puzzle réunit Timothée Chalamet, Léa Seydoux (qui avec le James Bond et le Dumont s'offre une belle année), Tilda Swinton, Saoirse Ronan, Benicio Del Toro, Frances McDormand, Kate Winslet et Bill Murray.

#Jesuislà d'Eric Lartigau

Si on devait retenir une comédie populaire françaie, ce serait celle-là. Parce q'Alain Chabat (et Blanche Gardin). Parce que la Corée du sud. Parce que Lartigau, comme Nakache/Toledano, maîtrise généralement bien ses scénarios.

Mort sur le Nil de Kenneth Branagh

Le film d'énigme redevient à la mode. En reprenant la moustache et l'accent belge d'Hercule Poirot, Branagh (qui réalise aussi Artemis Fowl cette année), s'offre de nouveau Agatha Christie et un casting chic (Gal Gadot, Armie Hammer, Annette Bening, Tom Bateman, Letitia Wright , Sophie Okonedo, Jennifer Saunders, Ali Fazal...) pour rebooter ce classique policier.

[2020 dans le viseur] Nos 30 films les plus attendus (1/3)

Posté par redaction, le 11 janvier 2020

Mourir peut attendre de Cary Joji Fukunaga
Maintes fois reporté, des pépins avant et pendant la production, ce James Bond sera l'événement du printemps côté blockbusters. Daniel Craig fera ses adieux au personnage. Et on est curieux de voir ce que va devenir 007, esthétiquement, sans Sam Mendès derrière la caméra.

Benedetta

On l'attendait aussi en 2018. Mais les problèmes de santé de Paul Verhoeven ont retardé sa révélation. Calé désormais pour le prochain festival de Cannes, le film d'époque devrait confirmer Virginie Efira au rang d'actrice majeure dans ce rôle de nonne sulfureuse et lesbienne.

Memoria d'Apichatpong Weerasethakul

Pour la première fois le réalisateur Apichatpong Weerasethakul tourne avec un casting international, à l'étranger. 10 ans après sa Palme d'or à Cannes, son nouveau film met en scène Tilda Swinton à Bogota en Colombie. Forcément intriguant.

Trois étages de Nanni Moretti

Cinq ans après Mia Madre, le cinéaste romain revient enfin derrière et devant la caméra pour une fiction, adaptée d'un roman d'Eshkol Nevo. Et il s'est entouré d'un casting italien de haute volée avec Riccardo Scamarcio, Alba Rohrwacher et Margherita Buy.

West Side Story de Steven Spielberg

Sur le papier, le film est aussi tentant que risqué. Un grand classique des "musicals" sur scène comme au cinéma, par l'un des derniers grands maîtres d'Hollywood. Spielberg devra justifier pourquoi il s'attaque à un tel monument. Excitant.

Le quai de Ouestreham d'Emmanuel Carrère

15 ans après son dernier film, La Moustache, le romancier Emmanuel Carrère adapte le best-seller de Florence Aubenas, qui donnait la parole aux oubliés de la mondialisation. Avec Juliette Binoche en porte-voix, entourée de comédiens non professionnels.

TENET de Christopher Nolan

Forcément, un blockbuster de Nolan est un événement. C'est l'un des rares à proposer du spectacle avec un vrai sens du scénario, sans super-héros et avec de sacrés effets spéciaux. Dans la lignée d'Inception si on en croit la bande annonce, celui-ci buzze déjà un maximum.

Ammonite de Francis Lee

Après le magnifique Seule la terre, Francis Lee revient, avec plus de moyens, et deux actrices de premier plan: Kate Winslet en chasseuse de fossiles et Saoirse Ronan en jeune femme convalescente. Les deux tissent une relation amoureuse. On en parle déjà pour Cannes.

Le 20e siècle de Matthew Rankin

Chouchou de Sundance et vu à la Semaine de la critique, le canadien Matthew Rankin a dévoilé son premier long métrage cet automne, en attendant une sortie française. Ce film historique sur William Lyon Mackenzie King promet d'être aussi drôle que déjanté.

Petit Pays d'Eric Barbier

Premier roman et best-seller de Gaël Faye, ce film tourné au Burundi et au Rwanda, avec Jean-Pierre Rouve comme seule vedette, pourrait être un beau succès public tant l'histoire est touchante. Il réveillera aussi quelques blessures toujours pas cicatrisées.

Netflix s’engage sur le prochain film de Jean-Pierre Jeunet

Posté par vincy, le 21 décembre 2019

jean pierre jeunet © ecran noirDans une interview à Deadline, David Kosse, Vice-Président cinéma à l'international pour Netflix depuis avril, a annoncé quatre nouvelles productions pour la plateforme.

Quatre films qu'on ne verra pas sur les grands écrans en France, puisqu'il confirme que la stratégie de Netflix ne changera pas, ni pour les festival, ni pour les sorties en salles.

60% des abonnés hors Amérique du nord

David Kosse a la lourde responsabilité de développer le contenu international. Car désormais, la croissance des abonnements est hors Amérique du nord. Les chiffres dévoilés cette semaine montre que la zone Asie-Pacifique compte désormais 14,49 millions d'abonnés et une croissance de 153% en deux ans. L'Europe-Afrique-Moyen-Orient est un solide marché avec 47,4 millions d'abonnés, soit une hausse de 105% en deux ans. En Amérique latine, les abonnements ont connu une augmentation moindre +61%) pour atteindre 29,4 millions d'abonnés. A l'inverse les USA et le Canada sont en stagnation.  Et même si le marché principal avec plus de 60 millions d'abonnés, on constate qu'il y a désormais plus de "netflixiens" à l'étranger.

Il faut donc remplir de contenus locaux, exportables.

Premier projet d'ampleur: le nouveau film de Jean-Pierre Jeunet, Bigbug. Soit le retour derrière la caméra, après plusieurs projets avortés, du réalisateur d'Amélie Poulain. Il n'a rien tourné depuis 2013 (L'Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet). Pour le cinéaste, c'est l'occasion de faire le film qu'il veut et de le montrer au plus grand nombre. Le film sera tourné en français, scénarisé par Guillaume Laurant et produit par Eskwad.
Ce sera l'histoire d'un groupe de banlieusards chamailleurs qui se retrouvent coincés ensemble quand un soulèvement androïde amène leurs robots domestiques bien intentionnés à les enfermer pour leur propre sécurité.

Autre projet ambitieux, Munich, d'après le best-seller de Robert Harris, auteur et scénariste de The Ghost Writer et de J'accuse signés Roman Polanski. Ici, rein à voir avec le film éponyme de Steven Spielberg. On est en septembre 1938, lorsqu'Hitler est prêt à déclarer la guerre.Le premier ministre britannique Chamberlain veut tout faire pour sauvegarder la paix. Les deux hommes se rencontrent à Munich. Le secrétaire privé du chef de gouvernement britannique Hugh Legat et le diplomate allemand Paul Hartmann, anciens amis perdus de vue, se croisent à nouveau, prêts à trahir leur pays. Avec le français Édouard Daladier et l'italien Benito Mussolini, cela a donné les accords de Munich, démembrant la Tchécoslovaquie et ne reculant que d'une année l'entrée en guerre. Le dramaturge Ben Power est au scénario.

Transatlantic 473 (anciennement Blood Red Sky) sera une production en allemand et en anglais, réalisée par Peter Thorwarth. Le récit prend place à bord d'un vol de nuit entre Berlin et New York. Mais l'avion se fait pirater. Mais, ça se corse, une mère désespérée, aux pouvoirs surnaturels et aux réflexes inimaginables, ne cherche qu'à protéger son fils...

The Last est une autre adaptation, celle du livre d'Hanna Jameson, inédit en France. Le film sera tourné en quatre langues - français, allemand, anglais et japonais. Un thriller post-apocalyptique à suspens où des survivants à une guerre nucléaire globale découvrent dans un ho^tel suisse le corps assassiné d'une jeune fille.

Baz Luhrmann veut adapter un roman russe culte

Posté par vincy, le 12 décembre 2019

Alors qu'il s'apprête à tourner un film sur Elvis Presley pour la Warner Bros, Baz Luhrmann a sécurisé les droits pour adapter Le Maître et Marguerite, un roman de l'écrivain soviétique Mikhaïl Boulgakov écrit entre 1927 et 1939.

Le cinéaste australien a longtemps convoité ce livre pour le transposer au cinéma, lui vouant une véritable passion. Cette satire fantastique et désespérée, publiée dans une version censurée dans les années 1960, est une revisitation de la crucifixion du Christ et du pacte de Faust. Boulgakov a écrit plusieurs manuscrits avant son décès en prison en 1940. Son épouse a achevé l'œuvre. Il faudra attendre 1973 pour qu'une version complète du livre soit publiée. Et 1989 pour que la version intégrale paraisse.

Traduit en plus de 40 langues et vendu à 100 millions d'exemplaires, le roman se déroule dans les années 1930. Un magicien, Woland, qui n'est en fait que Satan, et sa bande vise les écrivains, les élites et les rebelles. Les écrivains, poètes et autres auteurs sont les victimes d'un système et finissent morts ou à l'asile. Mais le livre se découpe en trois parties distinctes et ce n'est qu'à la fin que Woland, le Maître (un écrivian aigri), le procureur antique Ponce Pilate et la sorcière Marguerite vont se retrouver dans un grand bal de Satan.

Le roman a souvent inspiré musicien, écrivains et évidemment réalisateurs, qui n'ont souvent pris qu'une des trois parties, et souvent celle de Ponce Pilate, biblique. Andrzej Wajda a ainsi réalisé Pilatus und Andere pour la télévision allemande. Les cinéastes d'Europe de l'Est ont été nombreux à transposer l'histoire.En 2013, le producteur américain Scott Steindorff avait annoncé un projet américain. Caroline Thompson en avait écrit le scénario. Le producteur jeta l'éponge en 2017 et les droits d’auteur du roman Le maître et Marguerite ont alors été attribués à Svetlana Migunova-Dali, co-propriétaire de la maison de production Logos Film Company à Moscou, et Grace Loh, chef de la société de production New Crime Productions à Hollywood. C'est avec elles que Baz Luhrmann a négocié. D'ici la mise en production du projet, on verra peut-être la version du réalisateur russe Nikolaï Lebedev, qui a profité d'un gros budget (11,5 millions d'euros), et qui devrait sortir en 2021.

Le film sur Elvis de Baz Luhrmann sortira lui aussi en 2021, avec Austin Butler, Tom Hanks et Olivia DeJonge.

Les premières images du Pinocchio de Matteo Garrone

Posté par vincy, le 11 décembre 2019

Une nouvelle version de Pinocchio sera dans les salles françaises le 18 mars 2020. Cette fois-ci, c'est Matteo Garrone qui en est le réalisateur. Le film pourrait être l'un des événements de la Berlinale, mais avant cela il testera son succès auprès des spectateurs italiens dès le 19 décembre.

Selon la note d'intention, il s'agira de l'adaptation fidèle du conte de Carlo Collodi, paru en 1883, en utilisant l'art des maquillages et des trucages plutôt que les technologies numériques. "Quiconque s'est approché de Pinocchio a toujours pris la liberté de réinventer, d'actualiser. Chaque époque a cherché à se l'approprier. De sorte qu'en relisant l'original, presque tout y paraît inédit" explique le réalisateur.

Matteo Garrone, Grand prix du jury à Cannes pour Gomorra en 2008 et Reality en 2012, renoue avec son amour des fables, quatre ans après Tale of Tales, présenté lui aussi à Cannes, tout comme son dernier film, Dogman (2018).

Le rôle de Gepetto sera interprété par Roberto Benigni. C'est son premier film depuis 2012 (To Rome with love de Woody Allen). Benigni, Grand prix du jury à Cannes pour La vie est belle en 1997, avait lui-même réalisé une version de Pinocchio en 2002, où il incarnait le pantin au nez qui s'allonge quand il ment.

Federico Ielapi (Pinocchio), Rocco Papaleo (Gatto), Marine Vacth (Fata Turchina) et Massimo Ceccherini (Volpe) complètent le casting.

Outre la version de Walt Disney en 1940, Pinocchio a été le héros de nombreux films et variations cinématographiques comme A.I. Intelligence artificielle de Steven Spielberg. Guillermo del Toro prépare lui-même une adaptation pour 2021 pour Netflix.

Dexter Fletcher dans l’univers de Dracula

Posté par vincy, le 6 décembre 2019

Dexter Fletcher, actuellement en campagne pour que Rocketman ne soit pas oublié par les Oscars, est désormais rattaché à une nouvelle version de Dracula, Renfield.

C'est un revirement pour Universal, qui avait lancé la franchise Dark Universe, inspirée de la célèbre série de films d'horreurs du studio, Universal Monsters. A l'origine c'était d'ailleurs le vampire qui devait démarrer cet univers, en 2014, avec Dracula Untold de Gary Shore. Finalement, l'univers est créé en 2017 avec La Momie d'Alex Kurtzman, avec Tom Cruise. Un tel navet, et un échec financier (environ 70M$ de pertes). Au début de l'année 2019, malgré de nombreux projets dans les cartons, Universal met son Dark Universe au placard.

Mais, parallèlement, le studio continue de plancher sur des films de monstres. Renfield, que pourrait réaliser Dexter Fletcher, est centré sur l'acolyte de Dracula, à partir d'une idée originale de Robert Kirkman, scénarisé par Ryan Ridley..

Dans le roman original de Bram Stocker, R.M. Renfield était un détenu dans un asile d'aliénés victime d'hallucinations. Il se révèle être un serviteur de Dracula, partagé entre sa soumission et une envie de rébellion contre le vampire. Le docteur John Seward qui le soigne: "Renfield est un maniaque homicide d'une espèce particulière. Je vais devoir inventer une nouvelle classification pour son cas – je l’appellerai un maniaque zoophage. Il ne désire rien que d'absorber le plus de vie possible."

Le changement de stratégie pour Universal est en fait de demander à des cinéastes reconnus de réaliser des films dont les personnages sont issus de son catalogue. A la manière du Joker ou du futur Batman de Warner, le studio veut des histoires centrés sur des personnages et leur souffrance. Paul Feig serait en discussion pour un film de (ce) genre. En attendant c'est Leigh Whannell, spécialiste des films d'épouvante, qui s'est attaqué à L'homme invisible, dont la sortie est prévue le 28 février 2020.

Yorgos Lanthimos se lance dans une mini-série

Posté par vincy, le 24 novembre 2019

Chouchou des festivals et des récompenses, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos (La Favorite), va produire et réaliser The Man in the Rockfeller Suit, adaptation d'un essai de Mark Seal (2011) inédit en France.

L'auteur, après avoir enquêté sur Bernard Madoff, avait écrit The Man In The Rockefeller Suit: The Astonishing Rise and Spectacular Fall of a Serial Impostor, l'histoire de Clark Rockfeller, a priori héritier du clan milliardaire. Mais sa femme découvre finalement qui est son mari. En fait, il s'agissait de Christian Karl Gerhartsreiter, imposteur et meurtrier. Il est actuellement emprisonné pour une peine de 27 ans. Outre un meurtre au premier degré dans les années 1980, il a été accusé du kidnapping de sa fille.

La série sera produite par Fox Searchlight, à travers sa nouvelle filiale, Searchlight Television.  A l'origine, la série devait être réalisée par Pablo Trapero avec Benedict Cumberbatch pour le rôle principal. L'histoire avait déjà été adaptée pour un téléfilm, en 2010, avec Eric McCormack dans le rôle de Clark Rockfeller (Who is Clark Rockfeller?). Plusieurs livres ont été publiés sur le sujet, et deux documentaires britanniques sont revenus sur le sujet.

Marina Fois au Brésil

Posté par vincy, le 17 novembre 2019

Marina Fois a annoncé sur son (fabuleux) compte Instagram qu'elle était en tournage au Brésil (ce qui explique son absence dans la nouvelle salve de Burger Quizz sur TCM). Elle tourne sous la direction du cinéaste brésilien Alex Carvalho La salamandre, avec Maicon Rodrigues, star de la TV brésilienne.

Le scénario a été coécrit par le réalisateur, dont ce sera le premier long métrage, Thomas Bidegain (collaborateur de Jacques Audiard) et Alix Delaporte (Angèle et Tony), d'après le roman éponyme de Jean-Christophe Rufin, qui s'était inspiré de faits réels. Paru en 2005, le best-seller raconte l'histoire de Catherine, quinquagénaire restée célibataire, cadre supérieur, qui décide de quitter Paris pour s'installer au Brésil, séduite par le pays et par un jeune gigolo dont elle est tombée amoureuse. Mais en vivant sur place, elle découvrira un autre Brésil. Ce sera le début de sa descente aux enfers ...

Coproduit par High Sea Production (Papicha, L'échange des princesses), Cinenovo, N Filmes, San Cinema et Primo Filmes, le film, qui se tourne à Récife actuellement, sortira l'an prochain.