Louis Garrel et Vincent Lacoste vont se plaire chez Christophe Honoré

Posté par vincy, le 25 juin 2017

Christophe Honoré va tourner cet été son nouveau film, un an après avoir signé son plus gros succès populaire avec l'adaptation des Malheurs de Sophie (540000 entrées). Plaire, baiser et courir vite est un scénario original du réalisateur, le premier depuis Les bien-aimés en 2011. Louis Garrel et Vincent Lacoste partageront l'affiche.

Comme pour les deux précédents films de Christophe Honoré, Métamorphoses et Les malheurs de Sophie, celui-ci sera produit par Les films Pelléas.

Le film suit Jacques Tondelli, un écrivain de théâtre parisien. "Il n’a pas quarante ans mais il a déjà envers la vie une défiance qui l’empêche d’imaginer que le meilleur est à venir. Plus à l’ouest, du côté de Rennes, il y a Arthur Prigent, étudiant, qui lit et sourit beaucoup et refuse de douter que tous les espoirs lui sont permis. Jacques et Arthur vont se plaire. A travers la rencontre entre cet écrivain interprété par Louis Garrel et ce jeune homme solaire par Vincent Lacoste, Christophe Honoré évoque les sentiments contraires que les années 90 ont fait peser sur la jeunesse". C'est une attraction amoureuse au temps du Sida et de la britpop.

Louis Garrel est un habitué de l'univers d'Honoré. Il a joué dans Ma mère, Dans Paris, Les chansons d'amour, La belle personne, Non ma fille tu n'iras pas danser et Les Bien-aimés. Ce sera donc leur 7e film ensemble. Par ailleurs, Christophe Honoré a coécrit le scénario du film de Louis Garrel, Les deux amis. L'acteur est actuellement à l'affiche des Fantômes d'Ismaël et sera en septembre sur les écrans avec Le redoutable.

Pour Vincent Lacoste, ce sera en revanche une double première fois, aussi bien avec le réalisateur qu'avec le comédien.

Roger Michell enrôle Kate Winslet et Nick Hornby pour une web-série

Posté par wyzman, le 23 juin 2017

De passage à Paris dans le cadre du Champs-Elysées Film Festival son dernier film My Cousin Rachel faisait la clôtureRoger Michell s'est laissé aller à quelques révélations croustillantes.

L'une des plus importantes étant bien évidemment son projet de web-série. Déjà passé par la télévision et le cinéma, le réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill entre autres a choisi le web pour sa prochaine fulgurance. En effet, entre deux expressos, le Sud-africain de 61 ans a confirmé travailler en étroite collaboration avec Nick Hornby. La raison ? Elle est toute simple. Ils ont co-écrit une mini-série de 10 épisodes centrée sur un couple “qui tente de traverser une crise en allant régulièrement voir un conseiller conjugal.”

“La télévision est le lieu où il faut être et le format série permet de raconter de vraies histoires” a-t-il reconnu avant d'ajouter que Kate Winslet et Tom Hollander tiendront les deux rôles principaux de cette web-série.

Auteur de romans à succès tels qu'A propos d'un gamin et Juliet, Naked, Nick Hornby a récemment signé les scénarios d'Une éducation et Wild. De son côté, Kate Winslet sera prochainement à l'affiche de The Mountain Between Us avec Idris Elba. Enfin, déjà aperçu dans The Riot Club et Hanna, Tom Hollander a fait sensation dans la série de FX Taboo avec Tom Hardy.

Alors que le tournage de la web-série de Roger Michell et Nick Hornby débute en septembre, le premier a tenu à préciser qu'il n'avait pas encore trouvé de plateforme pour diffuser son nouveau bébé.

Ron Howard aux commandes du spin-off sur Han Solo

Posté par vincy, le 22 juin 2017

Phil Lord et Chris Miller à peine virés du spin-off de l'univers Star Wars sur la jeunesse d'Han Solo, les producteurs ont misé sur une vieille valeur sûre d'Hollywood, Ron Howard.

La productrice Kathleen Kennedy a assumé l'un des clashs les plus retentissants de ces derniers mois en renvoyant les deux cinéastes en plein tournage du film, toujours prévu dans les salles en mai 2018.

Les "différences créatives" n'ont pas pu être résolues, alors que le film avait déjà bien amorcé sa phase de production. Auteurs de Tempête de boulettes géantes, 21 Jump Street (et sa suite) et de La Grande aventure Lego, ils ont insufflé un ton frais, décalé, parfois provocateur à des films qui ont su être largement rentables. On imagine qu'ils avaient été choisis pour ça: leur insolence et leur sens de l'ironie collaient parfaitement au personnage créé par Harrison Ford dans la trilogie originelle de George Lucas.

Malheureusement, l'alchimie n'a pas fonctionné entre la productrice issue de l'écurie Spielberg et les deux jeunes cinéastes. Les personnalités ne s'accordaient pas. Kathleen Kennedy ne comprenaient pas leur manière de réaliser le film, tout simplement. Et eux ne comprenaient pas pourquoi ils n'étaient pas libres de faire du cinéma comme à leur habitude, sans le contrôle permanent de la productrice.

C'est assez rare, en tout cas depuis que les cinéastes ne sont plus des employés de studios, qu'un réalisateur (et ici une paire de cinéastes même) soit viré en plein milieu du tournage.

Ron Howard a donc du pain sur la planche. La presse professionnelle s'inquiète de dépassements budgétaires (réécritures, scènes à refaire). Car, il reste plusieurs semaines de tournage, et quelques semaines devraient être ajoutées pour refaire des prises plus tard dans l'année. Et qui, au final, sera crédité au générique? Les réalisateurs initiaux ou / et le remplaçant? La décision pourrait revenir à la Director's Guild of America.

Ron Howard a déjà travaillé pour LucasFilm (Willow, 1988). Mais son dernier succès date de 2009... Aux commandes d'un film qu'il réalise sur commande, le réalisateur devrait être un simple chef de projet chargé de mettre en images le scénario de Lawrence Kasdan. Ce qui conviendra parfaitement à Kathleen Kennedy qui veut être seule à décider.

Dans ce film, Alden Ehrenreich incarne le personnage, jeune, créé par Harrison Ford il y a 40 ans. Donald Glover, Thandie Newton, Woody Harrelson, Michael K. Williams et Emilia Clarke complètent le casting.

Jean Dujardin et Yolande Moreau au milieu des compagnons d’Emmaüs

Posté par vincy, le 21 juin 2017

Un drôle de tandem et même un duo inédit. Gustave Kervern et Benoît Delépine ont enrôlé leur fidèle amie Yolande Moreau, avec qui ce sera leur sixième collaboration, et Jean Dujardin, nouveau venu dans l'équipe. I Feel Good, en anglais dans le texte, 8e films des réalisateurs, est une comédie qui se déroulera dans le milieu des compagnons d'Emmaüs.

Yolande Moreau sera la sœur de Jean Dujardin, également coproducteur du film. Il y incarne Jacques, un homme ambitieux. Il vivait encore chez ses parents quand ceux-ci l'ont poussé dehors. Voulant devenir riche, il veut se lancer dans la chirurgie esthétique low cost. Réfugié chez sa sœur, il réussit à convaincre des compagnons du village Emmaüs qu'elle dirige d'aller se faire refaire la gueule en Roumanie.

Le tournage est prévu cet été à Pau pour une sortie en 2018.

Yolande Moreau est actuellement à l'affiche de De toutes mes forces. Jean Dujardin vient de tourner Le retour du héros de Laurent Tirard.

Laurent Lafitte en vedette dans le 2e film de Sébastien Marnier

Posté par vincy, le 12 juin 2017

Le Film Français annonce en exclusivité que Sébastien Marnier, le réalisateur d'Irréprochable, tourne depuis aujourd'hui un nouveau thriller psychologique, L’heure de la sortie. Le film est l'adaptation du roman de Christophe Dufossé, paru chez Denoël et Prix du premier roman en 2002.

Laurent Lafitte incarnera un professeur de collège, qui n'en finit pas d'écrire sa thèse, venu remplacer un jeune collègue. Ce dernier vient de se suicider devant une classe de troisième, dont les élèves sont particulièrement précoces et brillants. Il s'aperçoit que les élèves dégagent une violence sourde, une hostilité et prend la mesure de l'ascendant des enfants, trop disciplinés, et de leur savoir-faire manipulateur... C'est un groupe indéboulonnable, soudé. Dangereux?
Lafitte, qui sera à l'affiche le 21 juin de K.O., autre thriller paranoïaque, sera entouré de Emmanuelle Bercot, du rappeur et comédien Gringe, de Pascal Greggory et de Grégory Montel ("Dix pour cent"), en plus d'une demi-douzaine d'ados.

Le tournage s'achèvera débute août pour une sortie l'année prochaine, avec Haut et Court.

Le saisissant et intrigant Irréprochable, sorti en juillet dernier, avait valu une nomination à Marina Foïs pour le César de la meilleure actrice. Le film avait attiré 165000 spectateurs.

Ruben Östlund, Palme d’or 2017, révèle son prochain film

Posté par vincy, le 9 juin 2017

A peine sa Palme d'or en poche, le réalisateur suédois de The Square, Ruben Östlund, prépare déjà son prochain film. Triangle of Sadness sera une satire dans le milieu de la mode.

Le "triangle de tristesse" est un terme utilisé par les chirurgiens esthétiques pour combler une ride entre les yeux avec du Botox. Le film suivre deux top modèles proches de la fin de carrière et cherchant à sortir de ce milieu. Le mannequin masculin doit affronter un début de calvitie et la diminution du nombre de contrats tandis que le mannequin féminin, lesbienne, refuse toutes les avances de riches mâles.

Ruben Östlund n'a pas été loin pour chercher le sujet de son nouveau film puisqu'il lui a été inspiré par les discussions avec sa compagne, photographe de mode.

Au magazine Variety, le cinéaste confie qu'il veut humaniser ses deux protagonistes tout en dressant le portrait d'une industrie cynique et en montrant à quel point l'économie et l'apparence sont reliées dans nos sociétés.

The Square sortira en France le 18 octobre (Bac films). Ostlund vient, par ailleurs, de terminer l'écriture d'un épisode pilote d'une série TV, “You Know That Weekend You Were Away With The Kids?”, une comédie sur l'infidélité.

La Palme d’or de « La Vie d’Adèle » à vendre

Posté par vincy, le 8 juin 2017

abdellatif kechiche adele exarchopoulos lea seydouxAbdellatif Kechiche va vendre aux enchères sa Palme d’or de La vie d’Adèle – chapitre 1 et 2. Il a révélé l'information à The Hollywood Reporter. Il mettra également en vente les toiles exposées dans le film et d'autres souvenirs liés au tournage. Le cinéaste doit en effet trouver un financement indépendant pour finir le montage de son prochain film, Mektoub is Mektoub devenu Mektoub, My Love.

Au début de printemps, il avait annoncé vouloir scinder son film en deux parties. Mais les contrats avec ses partenaires financiers (France Télévisions, Pathé, Canal +) ne prévoyaient pas deux films (lire aussi notre actualité du 7 avril). Il se disait aussi "privé de Cannes" à cause de cette histoire, créant, une fois de plus, une polémique dont il a le secret.

Alors qu'il était en post-production, "la banque (Cofiloisirs) a bloqué sa ligne de crédit" et ainsi laissé le projet "dans les limbes". La société de production Quat'Sous (celle de Kechiche) va donc financer la post-prod en cédant les bijoux de famille.

Librement adapté du roman de François Bégaudeau La blessure, la vraie, Mektoub, My Love, avec Lou Luttiau, Shain Boumedienne et Ophelie Bau, sera à l'écran une saga romanesque et familiale, dont les épisodes seront intitulés Les dés sont jetés et Pray for Jack.

Le Don Quichotte de Terry Gilliam devrait sortir en France en 2018

Posté par vincy, le 7 juin 2017

C'est une saga ce film. Le tournage de Don Quichotte est enfin terminé. "Après 17 ans, nous avons terminé le tournage de L'homme qui a tué Don Quichotte. Merci beaucoup à toute l'équipe et aux fidèles. Don Quichotte est vivant!" a annoncé son réalisateur Terry Gilliam sur sa page Facebook. Manière d'exorciser une malédiction?

Le film sortira en salles en 2018. Océan films le distribuera en France et Amazon Studios aux Etats-Unis. On peut même imaginer une projection cannoise pour l'honneur?

Car c'est une sacré aventure que celle de ce film. Cela va bientôt faire 20 ans que  Terry Gilliam est obsédé par ce projet. Son adaptation de Don Quichotte, le roman mythique de Miguel Cervantes.

20 ans après le lancement du projet

Ce n'était jamais que la troisième tentative. Le premier tournage, en 1998-2001, avait enchaîné les bévues et les mauvais choix. Terry Gilliam s'obstina pendant trois ans. L'accident de cheval de son acteur principal, Jean Rochefort, scella définitivement son destin. Johnny Depp et Vanessa Paradis pouvaient rentrer chez eux. Avec le (formidable) documentaire Lost in La Mancha, le cinéaste avait voulu de garder une trace de cette première tentative. Il a réessayé en 2009 (lire notre actualité du 15 mai 2009), avec Robert Duvall et Ewan McGregor en têtes d'affiche, sans plus de réussite.

Ce film est selon ses propres termes une "obsession désespérée, pathétique, idiote. Comme un tumeur qui est en moi et que je dois absolument évacuer si je veux survivre" disait-il. Comme pour se décrire lui-même ou jouer de la métaphore sur ce projet, Gilliam a récemment expliqué que "Don Quixote est est un rêveur, un idéaliste et un romantique, déterminé à ne pas accepter les limites de la réalité, sans se soucier des revers."

En 2014, le troisième essai tombe aussi à l'eau. On croyait que c'était la bonne: il avait annoncé le projet au Festival de Cannes et enfin bouclé le financement du film, espérant pour voir lancer la production au début 2015. A l'époque, Jack O'Connell et feu John Hurt avaient été choisis pour les deux rôles principaux. Cependant, le producteur espagnol Adrián Guerra échoue à trouver les fonds nécessaires et John Hurt est diagnostiqué d'un cancer. Le tournage est reporté.

Un producteur mécontent

En 2016, le projet revient à la surface, avec un autre producteur et une grosse annonce dans les journaux professionnels cannois. Las, le producteur Paulo Branco a jeté l'éponge quelques mois plus tard. "Ça a été légèrement repoussé. J’avais ce producteur, un type portugais, qui prétendait qu’il aurait rassemblé l’argent à temps. Et puis il y a quelques semaines, il s’est avéré qu’il n’avait pas l’argent. Donc nous sommes encore en train de chercher des fonds” rappelait alors le réalisateur, ajoutant “Le projet n’est pas mort. Je mourrai avant que le film existe!" Terry Gilliam, finalement, parvient à monter une coproduction franco-espagnolo-britannique, avec Amazon Studios pour les droits internationaux. Exit Branco. Le cinéaste accélère le calendrier.

Tourné en vitesse ce printemps, en Espagne, L'homme qui a tué Don Quichotte réunit Adam Driver et Jonathan Pryce, son héros dans Brazil, aux côtés d'Olga Kurylenko, Stellan Skarsgard, Jordi Molla, Sergi Lopez et Rossy de Palma.

Il reste cependant un obstacle. Le producteur Paulo Branco revient dans le jeu. Sa société Alfama a déclaré le film "illégal", affirmant que Gilliam avait tourné son film "clandestinement" dans son dos. Il considère qu'il a la propriété de ce film. Les actuels producteurs (dont Tornasol films, Recorded Picture Company et Entre chien et loup) ont qualifié la plainte d'absurde. Cela les contraint quand même à porter l'affaire au tribunal dans plusieurs pays pour sécuriser leur investissement et permettre au film de sortir, selon The Hollywood Reporter. Selon eux, Paolo Branco n'a absolument aucun droits sur ce film. Ce n'est jamais que la énième péripétie de ce projet dément.

Un remake britannique pour Babysitting

Posté par vincy, le 5 juin 2017

Avec 2,36 millions d'entrées en 2014 (et une suite encore plus populaire) et un concept transposable à peu près partout, Babysitting ne pouvait que séduire des producteurs étrangers en vue d'un remake. D'Intouchables aux Ch'tis, on ne compte plus les versions européennes, sud-américaines ou indiennes de comédies françaises.

Mais Hollywood comme les britanniques ont été assez timides vis-à-vis des remakes de comédies françaises ces dernières années, si on compare avec la vague des années 1980-1990. Il y a bien eu un LOL USA et un The Dinner (Le dîner). Mais avec ces échecs, en plus de ceux de New York Taxi (Taxi), Un indien à New York (Un indien dans la ville) et Drôles de pères (Les compères), on comprend les réticences des producteurs anglo-saxons à transposer l'humour "frenchy" outre-Atlantique.

Babysitting version US sera réalisé par Iain Morris (The Inbetweeners) et scénarisé par Peter Hoare (Killing Hasselhoff) selon Deadline. Le tournage est prévu pour la fin de l'année à New York. Désormais, on attend de savoir qui sera au casting de cette soirée d'enfer où un pauvre babysitter se retrouve entraîné dans une fête mettant en péril le gamin qu'il garde.

Le carton de Wonder Woman pourrait ouvrir la voie aux super-héroïnes

Posté par vincy, le 4 juin 2017

Il était temps qu'Hollywood mette une super-héroïne en tête d'affiche. Après des années de beaux mâles, muscles saillants et collants moule-burnes (aplaties le plus souvent), Wonder Woman et son lasso s'emparent du box office. Plus de 100 millions de $ de recettes aux Etats-Unis ce week-end selon les premières estimations, 125 millions de $ dans le reste du monde (dont un gros carton en Asie de l'est). Preuve qu'une femme, même si le nom de l'actrice (Gal Gadot) n'apparaît pas sur l'affiche, peut porter un blockbuster. Mieux un film avec une femme comme héroïne et réalisé par une femme (c'est seulement la 4e fois qu'un film réalisé par une femme dépasse les 100M$ au B.O. nord américain). Le sexisme habituel du 7e art en prend un coup: le succès n'est pas réservé aux mecs.

Pourtant, dans le genre action/aventures/super pouvoirs, on savait qu'un personnage féminin pouvait cartonner. Il suffit de voir la filmographie de Angelina Jolie, les récents gros succès de Star Wars (Le Réveil de la Force, Rogue One), Hunger Games, Divergente ou Lucy. Une femme, avec des "guns", peut faire plier n'importe quel méchant, en plus de rapporter beaucoup d'argent.

Finalement, Marvel comme DC Comics ont mis du temps à le comprendre. Même si dans les Avengers ou les Batman, avec respectivement Black Widow et Catwoman, il y a un personnage féminin qui vole presque la vedette aux héros du film, c'est bien la première fois avec Wonder Woman qu'une super-héroïne a le droit de s'affranchir et de sortir de l'ombre des super-héros.

Une bonne dizaine de super-héroïnes en stock

Pourtant, il y a du potentiel dans les comics: Miss Hulk, Sorcière rouge (actuellement incarnée par Elisabeth Olsen dans les Avengers), Raven / Mystique (jouée par Rebecca Romjin puis Jennifer Lawrence dans les X-Men), Phantom Lady, Natasha Irons, Poison Ivy bien entendu (autrefois interprétée par Uma Thurman), Thor Girl, Super Girl, Catwoman (pour oublier Halle Berry) et Elektra (pour zapper Jennifer Garner), Malice (qui sera incarnée par Lupita Nyong'o dans Black Panther), Elsa Bloodstone, Power Girl, ou encore Harley Quinn (Margot Robbie dans Suicide Squad).

Avec une douzaine de films de super-héros dans les tuyaux, Disney/Marvel et Warner Bros/DC Comics pourraient être tenté de donner une chance à l'une de ces héroïnes. Depuis décembre, un projet avec Poison Ivy, Harley Quinn et Catwoman est dans les cartons. Pour l'instant, seul Captain Marvel (avec Brie Larson) est confirmé et programmé pour mars 2019.

Et il est probable que Warner annonce une suite à Wonder Woman dès cette semaine.