Notre-Dame de Paris: un incendie, trois projets

Posté par vincy, le 1 juillet 2020

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019 commence à inspirer les producteurs. Pathé tout d'abord qui a donné le feu vert à Notre-Dame brûle et commandé le film spectaculaire et réaliste à Jean-Jacques Annaud. Le scénario, coécrit avec Thomas Bidegain, vient d'être finalisé. Le réalisateur annonce un film relativement court (100 mn), sans stars. Le tournage débutera cet automne. Le film intégrera aussi des images d'archives et d'amateurs, en plus de reconstitution en studio et des prises de vues dans d'autres cathédrales repérées depuis le déconfinement.

Dans le même temps, Netflix s'est aussi lancé dans l'aventure avec documentaire de six épisodes d'une heure chacun. Une minisérie écrite avec la collaboration avec la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris et le journaliste Romain Gubert, qui a écrit l'an dernier La Nuit de Notre-Dame, par ceux qui l'ont sauvé.

Enfin, une autre série, cette fois-ci française, et toujours chez Pathé, serait en préparation chez le producteur Philippe Rousselet, qui dit vouloir adapter l'enquête du New York Times sur l'événement dramatique.

Pedro Almodovar change son agenda et retrouve Penelope Cruz

Posté par vincy, le 30 juin 2020

penelope cruz

Pedro Almodóvar retrouve Penelope Cruz pour son prochain film, Madres paralelas, qu'il annonce comme un drame sur la maternité. Ce sera leur huitième collaboration si on prend en compte le caméo de l'actrice dans Les amants passagers et le court-métrage La Conseillère anthropophage.

Le tournage débutera en février pour une sortie en Espagne fin 2021. Autant dire que le film ne sera pas à Cannes l'année prochaine et visera plutôt Venise.

Son frère, Agustin, producteur de ses films, a expliqué à Variety que le cinéaste avait cette histoire en tête depuis longtemps mais que le confinement lui avait permis de finir le scénario. Il raconte en parallèle la vie de deux femmes madrilènes qui accouchent le même jour durant leurs deux premières années de maternité.

Le dernier film de Pedro Almodovar, Douleur et Gloire, a été en compétition à Cannes (avec un prix d'interprétation pour Antonio Banderas) et nommé aux Oscars. Il a remporté 7 Goyas, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur (son 3e dans cette catégorie). Selon Variety le film est sorti dans 64 pays et a cumulé 37M$ au box office international, le rentabilisant largement.

D'ici là, dans deux semaines, avec trois mois de retard du au confinement, Almodovar tournera le court métrage La voix humaine, d'après la pièce de Jean Cocteau, avec Tilda Swinton. Ce sera sa première œuvre entièrement en anglais. Le cinéaste reporte du même coup le tournage de l'adaptation de A Manual for Cleaning Woman (Manuel à l'usage des femmes de ménage), un recueil de nouvelles de Lucia Berlin, qui devait être son premier film en langue anglaise. Mais, selon son frère, le scénario n'est pas encore aboutit (lire notre actualité sur ces deux projets).

Cate Blanchett cumule les contrats

Posté par vincy, le 10 juin 2020

Brillante dans la série Mrs America (actuellement sur Canal plus), future présidente du jury du Festival de Venise, et victime d'un léger accident de tronçonneuse récemment en faisant son jardin, Cate Blanchett a bien profiter du confinement pour remplir un peu plus son agenda de déconfinement.

On retrouvera l'actrice dans le prochain film de James Gray, Armageddon Time, qui se déroule en milieu scolaire, mais aussi dans le nouveau film d'Adam McKay pour Netflix, Don't Look Up, aux côtés de Jennifer Lawrence. Le film est une comédie autour de deux astronomes amateurs qui alertent l'humanité de l'arrivée d'un astéroïde pouvant détruire la Terre.

Elle a aussi dans son planning l'adaptation du jeu vidéo Borderlands, par Eli Roth. Et elle doit reprendre le tournage du prochain Guillermo del Toro, Nightmare Alley, avec Bradley Cooper, suspendu en mars à cause de la crise sanitaire.

Pour l'instant, à cause de la reprise très lente des tournages, aucune date n'a été avancée pour la production de ces trois films.

Un nouveau remake pour Luca Guadagnino

Posté par vincy, le 31 mai 2020

En attendant l'éventuelle suite de Call Me by Your Name, le réalisateur italien Luca Guadagnino va réaliser le reboot de Scarface pour Universal Pictures. Le cinéaste avait déjà réalisé un remake, celui de Suspiria. Pablo Larrain était jusque là attaché au projet, qui est en développement depuis plus de cinq ans.

Particularité notable: la dernière version du scénario de ce nouveau Scarface a été écrite par les frères Coen. Un défi quand on sait que les deux précédentes versions au cinéma sont considérées comme des classiques. Celle de 1932 tout d'abord, réalisée par Howard Hawks, avec Paul Muni, Ann Dvorak et George Raft. Œuvre culte et modèle du genre (le film de gangster), il avait pourtant été un flop monumental., jugé trop violent et sulfureux (la censure a été sans pitié). Le film se passe alors à Chicago, inspiré par les crimes d'Al Capone.

Et puis il y a le film de Brian de Palma, scénarisé par Oliver Stone, en 1983, avec Al Pacino et Michelle Pfeiffer, et se déroulant cette fois-ci à Miami. Un beau succès au box office pourtant éreinté par la critique à l'époque.

La nouvelle version reprendra la trame principale en étant transposée à Los Angeles.

Luca Guadagnino termine actuellement la série pour HBO We Are Who We Are et a commencé à travailler sur un autre remake, pour la Warner, Lord of the Flies (Sa majesté des mouches), d'après le roman éponyme de l'auteur britannique William Golding, déjà deux fois adapté au cinéma: en 1963 par Peter Brook et en 1990 par Harry Hook. Dans les deux cas, ce grand classique de la littérature n'a jamais vraiment convaincu sur grand écran.

Claire Denis réunit Robert Pattinson et Margaret Qualley

Posté par vincy, le 30 mai 2020

Claire Denis adapte le roman The Stars at Noon de Denis Johnson. Elle a coécrit le scénario avec Léa Mysius. Le film, qui reprend le titre de la traduction française, Des étoiles à midi, sera produit par Curiosa films et soutenu par Arte France Cinéma.

Une fois de plus, elle retrouvera Robert Pattinson, qu'elle a dirigé dans son dernier film, High Life. Le futur Batman donnera la réplique à Margaret Qualley, repérée chez Quentin Tarantino dans Once Upon a Time... in Hollywood.

Le roman noir se déroule dans le Nicaragua de 1984 en pleine révolution sandiniste. Dans cette Amérique centrale, une jeune journaliste Américaine énigmatique a une relation passionnelle avec un homme d’affaires anglais surveillé par la CIA, dans un contexte de corruption, d'intrigues politiques et de relations funestes.

Sortie prévue en 2021.

Tom Cruise: toujours plus haut avec SpaceX

Posté par vincy, le 29 mai 2020

On l'attend en décembre pour Top Gun:Maverick. Avec la crise liée au coronavirus, le blockbuster attendu cet été a été retardé à la fin de l'année. Tom Cruise a du aussi reporter le tournage de Mission:Impossible 7 (et 8, puisque selon le réalisateur Christopher McQuarrie, il s'agira d'un diptyque), bousculant le casting (Nicholas Hoult n'étant plus disponible, c'est Esai Morales qui jouera le vilain) et le plan de travail entre Venise et Londres. Le film est toujours prévu pour une sortie fin 2021.

La star continue de profiter de son éternelle jeunesse - il va avoir 58 ans cette année - pour essayer de conforter son statut et se défier physiquement (certaines de ses cascades lui coûtent d'ailleurs chères). Il sera ainsi le premier acteur à tourner dans l'espace, grâce à l'appui de la NASA et du SpaceX d'Elon Musk (Tesla), la navette de fret qui alimente la station spatiale internationale.

Doug Liman, avec qui Cruise a déjà travaillé sur Edge of Tomorrow et Barry Seal, a été choisi comme réalisateur pour ce thriller stratosphérique, dont l'argument marketing est tout trouvé.

Si on ne connait rien du sujet - Liman écrira le scénario -, on ignore aussi la date de tournage: nul ne doute que la préparation de séquences dans l'espace va prendre du temps. Surtout Cruise va être occupé les prochains mois par Mission:Impossible et Liman est en post-production de son prochain film, Chaos Walking, prévu début 2021. De plus Cruise et Liman préparaient ensemble, avant cette annonce, Live Die Repeat and Repeat, la suite d'Edge of Tomorrow.

Enfin, indissociables, les deux hommes avaient en vue un autre film porté par le réalisateur pour la Paramount, Luna Park. Un thriller SF autour d'employés rebelles qui s'en vont sur la lune pour voler une source d'énergie. Ce qui pourrait être finalement le point de départ du projet "spatial" initié par Cruise, pour qui ça n'a sans doute pas suffit d'escalader le plus haut gratte ciel du monde ou de décoller en étant accroché à un énorme Airbus militaire.

Coronavirus: Les plateaux de cinéma à l’arrêt

Posté par vincy, le 15 mars 2020

Il n'y aura plus de sorties de film avant le 15 avril en France. Le box office a plongé ce week-end aux Etats-Unis. Le cinéma traverse désormais une longue période creuse. L'agenda des sorties est bousculé depuis quelques semaines, reléguant des films attendus et des blockbusters à l'automne, ou plus tard. Car, désormais, les studios et distributeurs doivent réorganiser les plannings. Pas seulement avec ces films prévus au début du printemps, mais aussi parce que les tournages sont suspendus. Ce qui signifie que certains films calés entre fin 2020 et 2021, pourraient être décaler.

Ce grand chambardement annoncé impacte plus ou moins certains films. Un film prévu au delà du premier trimestre de 2021 peut encore rattraper son retard de production si les mesures de confinement ou de restrictions des divers gouvernementaux ne s'étendent pas après mai. Cela touche surtout les sorties en salles. Les productions Netflix - comme Red Notice, avec Dwayne Johnson, Gal Gadot et Ryan Reynolds - sont moins impactées.

Jurassic World Dominion et The Batman, prévus pour l'été 2021, pourraient voir leur date de sortie rapidement reportée. Idem pour la version en prises de vies réelles de La Petite sirène et le nouveau Marvel Shang-chi, ou encore le film de Guillermo del Toro, Nightmare Alley. Disney a aussi interrompu Peter Pan & Wendy, et The Last Duel, le film que Ridley Scott tourne en Irlande. Ce dernier, prévu pour Noël, pourrait ne jamais être prêt à temps pour les prochains Oscars.

Parmi les autres tournages arrêtés ou indéfiniment retardés, il y a l'adaptation du musical The Prom, le nouveau film "queer" de Judd Apatow, et le film de Baz Luhrman sur Elvis Presley, en Australie, où Tom Hanks, qui fait partie du casting a été diagnostiqué positif au COVID-19.

Mission Impossible 7 a été mis à l'arrêt le premier, puisque le tournage avait commencé à Venise, quelques jours avant le confinement de l'Italie. La sortie en août 2021 est compromise. Competencia Oficial, en Espagne, a aussi été suspendu, tout comme les films La Caza, El Internado, The Nightingale et The Wheel of Time.

Pour les tournages TV, c'est la même rengaine: Loki, Falcon and the Winter Solider, Supernatural, Snowpiercer, Stranger Things, The Walking dead, Atlanta, Snowfall, Euphoria, Grey’s Anatomy, Riverdale, The Morning Show, Grace and Frankie, NCIS et ses déclinaisons, Carnival Row et The Crown ont tous abandonnés les plateaux. Le plus grave pour les productions télévisuelles américaines est ailleurs: tous les pilotes de la saison 2020-2021 ont été mis sur pause. Sans eux, pas sûr qu'il y ait beaucoup de nouveautés à la rentrée.

Etrangement, Matrix 4 est toujours en tournage à Berlin. Mais l'Allemagne annonce des mesures de plus en plus drastiques et la production pourrait elle aussi être contrainte à s'interrompre.

Enfin, en France, si le confinement est déclaré, plusieurs tournages seront menacés d'interruption: Les Tuche 4n Eiffel, Adieu Monsieur Haffmabbn De son vivant, Eugénie Grandet, Viens je t'emmène...

Cannes 2020: 15 projets retenus pour l’Atelier de la Cinéfondation

Posté par vincy, le 9 mars 2020

La 16e édition de l’Atelier de la Cinéfondation accueille 16 réalisatrices et réalisateurs. Les 15 projets de film sélectionnés, de 15 pays différents (dont certains assez rares sur les écrans) ont été jugés particulièrement prometteurs. Les cinéastes et leurs producteurs pourront rencontrer du 14 au 21 mai des partenaires potentiels, indispensables pour finaliser leur projet et passer à la réalisation de leur film. L’Atelier ouvre également à ses participants les portes des coproductions internationales, accélérant ainsi le processus de finition du film.

L'objectif de l'Atelier de la Cinéfondation du Festival de Cannes est d'encourager le cinéma de création et favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes dans le monde,  233 projets, dont 171 sont sortis sur les écrans et 14 sont actuellement en pré-production

  • Dayao Swims Against the Flow , Zhang Tao, Chine
  • A Male, Fabian Hernández, Colombie
  • Carnaval, Mohamed Siam, Egypte
  • Animal, Sofia Exarchou, Grèce
  • Marichjhapi, Bauddhayan Mukherji, Inde
  • The Happiest Man in The World, Teona Strugar Mitevska, Macédoine du nord
  • Tiger Stripes, Amanda Nell Eu, Malaysie
  • A Fucked up Tribute to Motherly Love, Esther Rots & Dan Geesin, Pays-Bas
  • Some Nights I Feel Like Walking, Petersen Vargas, Philippines
  • Le serviteur, Marian Crisan, Roumanie
  • Birchanger Green, Moin Hussain, Royaume-Uni
  • Frost, Pavle Vuckovic, Serbie
  • The Store, Hanna Sköld, Suède
  • Balkaya, Emin Alper, Turquie
  • The Station, Sara Ishaq, Yemen

Cartoon movie 2020 : deux longs métrages à découvrir en salles dès la rentrée

Posté par MpM, le 9 mars 2020

C'est l'un des petits bonheurs du Cartoon movie, dont la 22e édition se tenait du 3 au 5 mars à Bordeaux : découvrir en grande avant-première les images des longs métrages d'animation attendus sur nos écrans dans les mois à venir. Car si la majorité des présentations est consacrée à des projets qui n'en sont parfois qu'au stade de concept, quelques films terminés sont toujours de la partie, annonçant les grands temps forts de l'année.

Et quels temps forts !, puisque l'on a pu découvrir des extraits de La Traversée, le premier long métrage de la réalisatrice Florence Miailhe, connue pour ses courts métrages récompensée notamment d'un César (Au premier dimanche d'août en 2002), et d'une mention spéciale à Cannes (Conte de quartier en 2006), ainsi que  les vingt premières minutes de Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé, à qui l'on doit le très beau et poétique Tout en haut du monde, qui mettait déjà en scène une héroïne libre et débrouillarde dans un monde d'hommes, celui des explorateurs.

La Traversée de Florence Miailhe (sortie le 9 septembre 2020)


Après plus de douze ans de travail, Florence Miailhe et sa productrice Dora Benousilio (Les Films de l'Arlequin) étaient passablement émues de nous annoncer que, ça y est, La Traversée est terminé, prêt à commencer une belle carrière en festival, avant d'être dévoilé au grand public début septembre.

Situé dans un pays imaginaire et dans un contexte atemporel, mais faisant évidemment écho à l'Histoire du XXe siècle comme à l'époque contemporaine, le film suit Kyona et Adriel, deux enfants jetés sur les routes de l'exil, à la recherche d'un pays plus clément où vivre libres. On a pu découvrir des extraits de quelques séquences emblématiques, comme le moment où ils assistent, impuissants, à l'arrestation de leurs parents, ou leur traversée clandestine dans une barque de fortune qui les amène vers un inconnu bien incertain, à la merci de trafiquants d'êtres humains.

Visuellement, on est une nouvelle frappé de stupeur devant la profusion de couleurs vives qui donnent une tonalité très picturale aux premières scènes. Qu'il s'agisse du corsage jaune de Kyona ou des feuilles orangées des arbres au début de l'automne, tout semble étinceler de lumière et de vie. Au fil du périple, bien sûr, l'esthétique se modifie, comme lors de ce passage plus hivernal, dans une forêt recouverte de neige, qui joue au contraire sur le contraste entre le noir et le blanc, et nous offre un passage quasi abstrait pour représenter la tempête qui fait rage. Un autre plan magnifique montre le souffle chaud d'un chien qui fait tout à coup apparaître le visage de la jeune fille ensevelie sous la neige. Il faut enfin dire un mot des séquences nocturnes, qui jouent sur un camaïeu de teintes plus bleutées, comme voilées par l'obscurité.

Cet aperçu nous a par ailleurs permis de se faire une idée des différentes épreuves traversées par les deux enfants, mais aussi des moments de douceur qui malgré tout s'offrent à eux, et du mélange de solidarité et de compassion qui, parfois, les accompagne. On sent ainsi que le film ne se veut pas un drame larmoyant, mais plutôt une fresque flamboyante et vibrante qui réunisse en un même mouvement humaniste tous les migrants, exilés et autre réfugiés de l'Histoire, laissant le spectateur libre de dresser les parallèles qui s'imposent avec la situation actuelle.

Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé (sortie le 15 octobre)


Voilà peut-être le cadeau le plus frustrant de cette édition du Cartoon movie : nous montrer les 20 premières minutes de Calamity, puis interrompre la projection en nous demandant d'attendre octobre pour connaître la suite des aventures de sa jeune héroïne ! On en a en tout cas vu assez pour savoir que le film réunit tous les ingrédients pour séduire largement au-delà du cadre purement familial.

Rémi Chayé s'attache en effet à l'enfance de celle qui deviendra "Calamity Jane", et plus précisément à ce moment de bascule qui l'amène à prendre conscience de sa condition de femme. Les séquences d'exposition la montrent ainsi en compagnie des autres enfants du convoi qui travers l'Ouest sauvage pour rejoindre l'Oregon. Pendant que les garçons chevauchent parmi les chariots et surveillent le troupeau, elle marche durant des heures, et met ce temps à profit pour imaginer la vie de rêve qui les attend à destination. Mais voyant qu'il lui à la fois impossible d'aider son père blessé, et qu'en plus personne ne la prend au sérieux, la jeune adolescente s'impose en secret un entraînement intensif pour être capable de monter à cheval et de manier le lasso comme un homme.

Si le début du film semble aller à cent à l'heure, détaillant de manière assez classique la rivalité entre la jeune fille et le fils du chef, net écho de la rivalité de classe qui existe entre leurs pères, la suite du récit devrait se resserrer principalement sur elle, et sur le parcours initiatique qui l'amènera à se révéler. On est bien sûr curieux de voir si la narration trouvera alors un rythme moins précipité, mais quoi qu'il en soit on est déjà convaincu par les choix formels de Rémi Chayé et de son équipe.

Le réalisateur reprend en effet une partie de l'esthétique au coeur de Tout en haut du monde (vastes aplats de couleurs et absence de traits de contours) qui donne aux paysages l'aspect quasi impressionniste de vastes tâches de couleurs. Les plans rapprochés sur le visage décidé de la petite héroïne alternent également avec les plans larges et les amples mouvements de caméra sur les grands espaces que traversent les personnages. De quoi assurer la personnalité visuelle du film, entre simplicité de représentation et incitation à l'imaginaire, et assumer son héritage cinématographiques forcément mâtiné de westerns et de films d'aventures.

Jodie Foster et le vol de la Joconde

Posté par redaction, le 8 mars 2020

jodie fosterElle sera la narratrice du documentaire Be Natural, l'histoire cachée d'Alice Guy-Blaché, réalisé par Pamela B. Green, en salles le 18 mars. Jodie Foster tourne actuellement Prisoner 760 de Kevin Macdonald, avec Bendedict Cumberbatch, Shailene Woodley, Tahar Rahim et Zachary Levi. Jamais deux sans trois, l'actrice-productrice-réalisatrice va faire son retour derrière la caméra. Son dernier film, Money Monster (216) avait eu les honneurs de la sélection officielle au Festival de cannes. Pour son cinquième long métrage, elle filmera l'adaptation du livre de Seymour Reit, The Day They Stole the Mona Lisa (Le jour où ils ont volé la Joconde). Ce livre est inédit en France. l'auteur l'a écrit en 1981.

The Day They Stole the Mona Lisa est un roman autour du vol (réel) de la Joconde au Louvre en 1911. Cela fait plus de dix ans que l'adaptation au cinéma est en préparation. Les producteurs ont confirmé la présence de Jodie Foster au générique lors du festival de Sundance en janvier. Le film sera dans la veine de L'Affaire Thomas Crown, entre arnaque et comédie, mélangeant faits réels et fiction.

Aucune date de tournage n'a été annoncée.