Sharon Stone rejoint le casting du prequel de « Vol au-dessus d’un nid de coucou »

Posté par vincy, le 15 janvier 2019

sharon stone sur le tournage de il ragazzo d'oroRyan Murphy a complété son casting pour Ratched, sa nouvelle série, qui sera diffusée sur Netflix. Rached est présenté comme un prequel du film Vol au dessus d'un nid de coucou. Sorti en 1975, cette adaptation du roman éponyme de Ken Kesey (1962) et de la pièce de théâtre à Broadway (1963), avait reçu les cinq principaux Oscars: Meilleur film pour Michael Douglas et Saul Zaentz, Meilleur réalisateur pour Milos Forman, décédé l'an dernier, Meilleur acteur pour Jack Nicholson, Meilleure actrice pour Louise Fletcher et Meilleur scénario adapté pour Bo Goldman et Lawrence Hauben.

Ryan Murphy, créateur des séries Nip/Tuck, Glee, American Horror Story, Feud et Pose, et réalisateur du film Mange, prie, aime et du téléfilm The Normal Heart, va tourner cette nouvelle série dès février. Deux saisons (au total 18 épisodes) ont été commandés. Ce prequel mettra en vedette Sarah Paulson dans le rôle autrefois tenu par Louise Fletcher, l'infirmière en chef Mildred Ratched.

Le générique comprend Jon Jon Briones (Sons of Anarchy, American Horror Story: Apocalypse), Charlie Carver (Desperate Housewives, Teen Wolf), une fidèle de Woody Allen, Judy Davis (vue aussi dans Marie-Antoinette et Feud), Harriet Samsom Harris (Phantom Thread, Desperate Housewives), Cynthia Nixon (Sex and the City), Hunter Parrish (Weeds, The Good Wife), Amanda Plummer (Pulp Fiction, Battlestar Galactica), Corey Stoll (First Man, House of Cards, Los Angeles police judiciaire), et Finn Wittrock (American Horror Story, Si Beale Street pouvait parler).

Sharon Stone, récemment à l'affiche de The Disaster Artist de James Franco, a été la vedette l'an dernier de la mini-série Mosaic de Steven Soderbergh.

La série remontera le temps en commençant après la seconde guerre mondiale, où on suivra Mildred Ratched, infirmière normale, devenir le monstre que l'on connaît.

« Le cinéma de minuit » passe sur France 5

Posté par vincy, le 14 janvier 2019

Dans une semaine la mythique émission "Le cinéma de minuit" changera de maison. Le rendez-vous cinéphile de France 3, présenté par Patrick Brion tous les dimanches depuis quarante-deux ans, passera sur France 5 à partir du 21 janvier 2019. Le 21 et pas le 20 puisque l'émission change aussi de jour, du dimanche au lundi.

Autant dire que le cinéma de patrimoine, même en troisième partie de soirée, est relégué d'une chaîne nationale à une chaîne de la TNT, de la troisième à la cinquième chaîne. En terme d'audience, en moyenne France 3 est quand même trois fois plus regardée que France 5. La semaine dernière France 5 a terminé 8e chaîne pour sa soirée de lundi avec 3,7% de part d'audience. Pas vraiment un aspirateur à téléspectateurs.

On aurait pu tolérer facilement ce glissement de terrain, qui assurément fera des dégâts, si l'horaire avait été plus acceptable. Certes, il s'améliore: on revient à l'horaire d'origine (avant minuit) alors que ces dernières années il fallait attendre une heure du matin le plus souvent.

Mais le groupe télévisuel public va entraîner avec sa décision une baisse de téléspectateurs assurée. On peut, alors, presque gager que l'émission disparaîtra dans un avenir pas si lointain, "faute d'audience" (on entend déjà l'argument).

Pourtant, le producteur et présentateur Patrick Brion se félicite de ce sursis. Cela fait des années que son émission est sur la sellette.

Pour essayer de ne pas couler l'un des plus beaux programmes de la télévision française, France 5 prévoit une émission - "Place au cinéma" -  à 20h50, dédiée principalement aux films des années 70 et 80 et présentée par Dominique Besnehard. Pourtant ce n'est pas ce qui est annoncé dans l'immédiat Pour sa première sur France 5, on enchaînera ainsi un téléfilm, La nourrice, de Renaud Bertrand, une série animée, une rediff d'une émission d'actualité avant de revoir M le Maudit de Fritz Lang. Idem la semaine suivante côté cohérence: un téléfilm Le temps de la désobéissance de Patrick Volson, la série animée, la rediff d'une émission d'actualité avant de découvrir Fury de Fritz Lang.

Le générique restera le même, tout comme sa musique composée par feu Francis Lai.

Velvet Buzzsaw : Jake Gyllenhaal, Rene Russo et Toni Collette frôlent la mort dans le thriller horrifique de Netflix

Posté par wyzman, le 12 janvier 2019

Si vous n'avez pas encore vu la bande-annonce de Velvet Buzzsaw, le nouveau film de Dan Gilroy, une séance de rattrapage s'impose !

Du grand cinéma pour petits écrans

Après avoir fait des étincelles dans Night Call, Jake Gyllenhaal retrouve Dan Gilroy dans un nouveau thriller à couper le souffle. En effet, Velvet Buzzsaw s"intéresse au milieu de l'art contemporain à Los Angeles. Artistes et collectionneurs y sont prêts à dépenser des fortunes dans des pièces qui peuvent leur rapporter gros. Tout semble aller pour le mieux pour Morf Vanderlwat (Jake Gyllenhaal) lorsqu'il décide d’exposer les œuvres d’un artiste mort dans des circonstances étranges. Cette idée pourtant synonyme de grosse recettes semble finalement le rendre cinglé dès lors que les personnages des tableaux commencent à se mouvoir et à sortir de leurs toiles pour l’attaquer. En parallèle, de vrais crimes se déroulant dans sa galerie finissent par être confondus avec des oeuvres artistiques.

Au casting, outre un Jake Gyllenhaal aussi fascinant que dans Prisoners de Denis Villeneuve, on retrouve Rene Russo et Toni Collette. Les deux figures féminines principales de ce thriller sont entourées par John Malkovich, Zawe Ashton, Billy Magnussen, Tom Sturridge, Natalia Dyer (Stranger Things), Daveed Diggs (Unbreakable Kimmy Schmidt) et Peter Gadiot (Supergirl).

Ecrit et réalisé par Dan Gilroy, Velvet Buzzsaw sera disponible sur Netflix dès le vendredi 1er février. Pour rappel, le géant du streaming a fait du bruit au début du mois après avoir annoncé que 45 millions de ses abonnés (soit le tiers) ont regardé le film d'horreur Bird Box avec Sandra Bullock.

Outre Night Call, Dan Gilroy a également écrit les scénarios de Chasers de Dennis Hoper, Jason Bourne : L'Héritage de son frère jumeau Tony Gilroy et Kong: Skull Island de Jordan Vogt-Roberts. L'an dernier, il nous est revenu en petite forme avec L'Affaire Roman J. qui a tout de même valu une nomination aux Oscars à Denzel Washington.

Bird Box : 45 millions d’abonnés Netflix ont regardé le film de Susanne Bier

Posté par wyzman, le 30 décembre 2018

Si l'on en croit le géant du streaming, un tiers de ses abonnés a donné une chance au thriller d'épouvante porté par Sandra Bullock.

Des chiffres impressionnants

Ce vendredi, le compte Twitter @NetflixFilm s'est empressé d'annoncer : "J'ai retiré mon bandeau ce matin pour découvrir que 45 037 125 comptes Netflix ont déjà regardé Bird Box, les sept meilleurs premiers jours pour un film Netflix !" Bien qu'aucun institut ne soit actuellement capable de mesurer l'audience des programmes de Netflix — qui les communique rarement —, si ces chiffres s'avéraient exacts, cela signifierait qu'un tiers des 137,1 d'abonnés s'est laissé tenté par le film de Susanne Bier.

Disponible depuis le 21 décembre, Bird Box a rapidement trouvé son public. Dans ce film, Sandra Bullock incarne une mère de famille qui prend la fuite avec ses deux enfants alors qu'une force mystérieuse décime la population mondiale. Pour y échapper, une seule solution : se bander les yeux — et ne pas l'affronter de visu. Cela étant, le service de streaming n'a pas tenu à préciser si ces chiffres correspondent à des visionnages complets de Bird Box.

Un projet pas comme les autres

Comme le précise Variety, Bird Box a bénéficié d'une sortie en salle une semaine avant sa mise en ligne. Le film était en effet visible dans quelques salles de Los Angeles, New York, San Francisco et Londres dès le 13 décembre, à l'instar de Roma d’Alfonso Cuarón et La Ballade de Buster Scruggs des frères Coen.

Expérience traumatisante pour certains, Bird Box a également su tirer avantage de Noël puisque les réunions de famille auraient été propices à des visionnages massifs du film de Susanne Bier. Déjà derrière la caméra pour la mini-série de The Night Manager (10 millions de téléspectateurs outre-Manche), Susanne Bier connaît sans doute ici le plus gros succès critique et public de sa carrière.

Pour rappel, Bird Box dispose d'un casting très impressionnant. Trevante Rhodes (Moonlight), Sarah Paulson (Ocean's 8), ainsi que John Malkovich (Deepwater Horizon), Jacki Weaver (Les Veuves), BD Wong (Jurassic World : Fallen Kingdom), Tom Hollander (Bohemian Rhapsody) et le rappeur Machine Gun Kelly accompagnent Sandra Bullock.

Black Mirror : Netflix dégaine l’épisode interactif Bandersnatch

Posté par wyzman, le 28 décembre 2018

Après des semaines de spéculation concernant la cinquième saison de la série d’anthologie de Charlie Brooker, le géant du streaming met en ligne aujourd’hui un épisode de Noël qui pourrait bien bouleverser le monde des séries.

"Change ton passé. Ton présent. Ton futur."

Hier, Netflix a dévoilé la bande-annonce de Bandersnatch, nouvel épisode de Black Mirror — indépendant de la saison 5. Le synopsis est simple : en 1984, un jeune programmeur adapte un roman fantastique pour en faire un jeu vidéo et se met à douter de la réalité. L’histoire tentaculaire devient un labyrinthe hallucinant.

Alors que la cinquième saison de cette série qui mêle science-fiction, horreur, drame et thriller est toujours attendue, Bandersnatch devrait changer la manière dont les séries sont consommées. En effet, Charlie Brooker et Netflix vont permettre au spectateur de faire des choix en lieu et place des personnages. Cela doit faire évoluer l’histoire de manière presque unique. A chaque visionnage, le spectateur aura ainsi la possibilité de faire varier les intrigues.

Tandis que Quartz précise qu’il s’agit d’une première "pour ce format de narration", IndieWire assure que 312 minutes d’épisode ont été tournées. La durée classique de Bandersnatch serait de 90 minutes. Cet épisode spécial tire par ailleurs son nom d’une créature fictive déjà présente dans le roman De l’autre côte du miroir de Lewis Carroll.

Réalisé par David Slade, déjà à l’oeuvre sur l’épisode "Metalhead" de la saison 4, Bandersnatch dispose d’un joli casting. Révélé par Dunkerque, Fionn Whitehead incarne le rôle principal et est entouré de Will Poulter, Craig Parkinson, Alice Lowe et Asim Chaudhry. Seule inconnue dans cette équation : savoir si la version interactive de l’épisode sera disponible sur tous les appareils ou seulement sur ceux compatibles (Android 6.1 et ultérieur, iPhone, iPad, PS4, ordinateurs portables et Smart TV disposant de la dernière version de Netflix).

Une grande série

A l’origine diffusée par Channel 4, Black Mirror est devenue une série Netflix en 2015. Depuis, elle a reçu 6 Emmy Awards et un International Emmy Award. Satire de notre société moderne et accro aux technologies, Black Mirror a d’ores et déjà été applaudie par la critique et le public pour sa capacité à présenter un présent alternatif se déroulant dans un futur loin d’être lointain.

Parfois définie comme "expérimentale", Black Mirror a déjà fait se croiser Rory Kinnear, Daniel Kaluuya, Jodie Whittaker, Hayley Atwell, Domhall Gleeson, Jon Hamm, Bryce Dallas Howard, Hannah John-Kamen, Gugu Mbatha-Raw, Jesse Plemons et Letitia Wright au fil des saisons.

Quatre comédies françaises parmi les 100 meilleures audiences de l’année

Posté par vincy, le 20 décembre 2018

qqu'est-ce qu'on a fait au bon dieu?2018 aura été avant tout sportive pour les téléspectateurs. Le football a squatté l'essentiel des audiences les plus importantes sur le petit écran : le Mondial a ainsi réalisé un quart des plus grosses audiences de l'année, dont les 9 plus importantes. Et TF1 s'avère la grande gagnante avec 91 des 100 meilleures audiences de l'année.

Le cinéma apparaît comme l grand perdant avec seulement 4 films parmi les 100 meilleures audiences de l'année, contre 8 l'an dernier. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? (8,5 M - 34,6% Part d'audience, 9 décembre), dont la suite est attendue en janvier, devance Les Tuche (7,7 M - 28,8% PDA, 4 février),  diffusé au moment de la sortie des Tuche 3 au cinéma, et Rien à déclarer (7,1 M - 28,8% PDA, 11 mars), diffusé quand le nouveau Dany Boon, La Ch'tite famille, sortait en salles.

Finalement le seul film inédit sur une chaîne nationale non payante à avoir cartonné est Retour chez ma mère, qui en 2016 avait séduit 2,2 millions de spectateurs dans les salles, et qui a réunit le 7 octobre 6,8 millions de téléspectateurs (soit 27,3% PDA).

Les quatre films, quatre comédies françaises, ont été programmés sur TF1.

A côté les séries cartonnent avec 25 fictions françaises et 18 fictions étrangères (Good Doctor étant largement dominante). Et c'est souvent un bon pari pour les comédiens parfois oubliés par le 7e art comme Muriel Robin a attiré 8,3M de téléspectateurs avec Jacqueline Sauvage, c’était lui ou moi, ou Tomer Sisley a cartonné avec Balthazar (6M de téléspectateurs en moyenne, 7,3M au plus haut). La vérité sur l’affaire Harry Quebert permet au cinéaste Jean-Jacques Annaud de retrouver le succès, après quelques échecs au cinéma.

Une suite et une série pour Quatre mariages et un enterrement

Posté par vincy, le 9 décembre 2018

Quatre mariages et un enterrement est resté l'un des plus grands succès de la comédie britannique. En 1994, il avait rapporté 245M$ dans le monde (alors qu'il n'avait coûté que 5M$ à produire).

Le film va avoir une (courte) suite, qui sera diffusée le 15 mars prochain sur la BBC lors du Rose Nose Day (une sorte de Téléthon au Royaume Uni).

On retrouvera ainsi Hugh Grant, Andie MacDowell, Kristin Scott Thomas, Rowan Atkinson and co pour un nouveau mariage. Seule Charlotte Coleman qui incarnait la délurée Scarlett, décédée en 2011, ne sera pas au générique. Depuis ce film, Grant, Atkinson et Scott Thomas ont multiplié les succès populaires et parfois les récompenses. A l'inverse, enchaînant les échecs, Andie MacDowell a surtout brillé dans la publicité et le mannequinat.

Le scénariste Richard Curtis et le réalisateur Mike Newell reprendront aussi leur rôle respectif. 25 ans plus tard, que sont-ils devenus? Un cinquième mariage nous le dira.

Notons enfin que Hulu a commandé une série adaptée du film. La production débutera en 2019. On y retrouvera Andie MacDowell, mais elle n'interprétera pas le même personnage que dans le film. Le casting comprend aussi Tom Mison, Tommy Dewey, Ashley Madekwe, Nathalie Emmanuel, Rebecca Rittenhouse et Brandon Mychal Smith.

Love actually, autre comédie culte britannique, avait déjà fait l'objet d'un projet similaire, sous le titre Red Nose Day Actually en 2017.

Musique de film : un livre explore le processus complexe de la création d’une bande originale

Posté par MpM, le 19 novembre 2018

Entre « tubes » survitaminés qui cachent la forêt de bandes originales moins clinquantes et idée reçue voulant qu’une musique de films réussie ne se remarque pas, pas toujours facile pour un.e compositeur.trice de voir son travail reconnu au cinéma, ou même remarqué. Depuis plus de dix ans, Benoit Basirico, fondateur du site cinezik.fr, œuvre pour redonner sa juste place à la musique de films et à ceux/celles qui la créent. Il met régulièrement en lumière le travail des compositeurs.trices et anime des conférences et des rencontres autour de la musique à l’écran.

Avec La musique de film, compositeurs et réalisateurs au travail (publié par Hémisphères éditions), il franchit une étape supplémentaire et propose un véritable manuel à destination des amateurs comme du grand public qui aborde la question de la musique de films par le prisme du processus complexe de la création d’une bande originale : comment s’élabore la relation entre le compositeur ou la compositrice et la ou le cinéaste ? Quel langage commun trouvent-ils ? Comment parvenir à mettre sa sensibilité créative au service de l’œuvre d’un autre ?

La grande richesse du livre, au-delà des nombreux thèmes qu’il aborde, et des informations pratiques qu’il distille, est de regorger de citations. L’auteur a en effet pioché dans plus de dix années d’entretiens avec des musicien.nes et des cinéastes pour enrichir son propos avec leurs points de vue et leurs expériences. Cela donne des anecdotes amusantes, étonnantes et parfois même édifiantes, comme lorsque Maurice Jarre raconte comment sa musique a été remplacée par celle de Jerry Goldsmith sur La rivière sauvage de Curtis Hanson parce que « le directeur du studio Universal a décrété ne pas aimer [sa] musique et vouloir quelqu'un d’autre ». Il était arrivé la même chose, en pire, à Alex North sur 2001 Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick : c’est seulement lors de la projection en avant-première à New York qu’il a appris le rejet pur et simple de sa partition…

Au fil des pages, on apprend également que « le mixeur français est l’ennemi du musicien » (Laurent Petitgirard, remonté contre les mixeurs qui font trop systématiquement passer les bruits du réel au premier plan, au détriment de sa musique), que « demander à un interprète d’écrire une musique de film, c’est aberrant (…) et en général totalement raté » (pour Philippe Sarde) ou encore que pour Vladimir Cosma « presque chaque film était une bagarre » car il refusait de faire une musique « simplement illustrative, banale ou attendue » mais cherchait au contraire toujours « une idée insolite qui pouvait choquer le réalisateur ».

Benoit Basirico rend ainsi palpable l’alchimie qui se crée (ou non) entre réalisateur.trice et compositeur.trice, et le nécessaire cheminement pour trouver la musique qui serve au mieux le film (quitte à la réduire à quelques notes, ou même l’enlever totalement). Il nous invite à prêter une attention accrue aux bandes-sons des films que nous aimons, à comprendre pourquoi certaines nous dérangent, et à ne pas prendre pour acquis, ou évidents, les choix qui président à la construction d'une bande-originale.

A la lecture de ce livre vivant et foisonnant, on a alors forcément envie de réécouter les musiques dont il est question, et bien sûr de revoir les films. Mais surtout, on attend avec impatience un incontournable tome 2 qui pourrait cette fois explorer plus frontalement certaines musiques et leurs interactions avec leurs films respectifs. Le tout accompagné d’un CD à écouter tout en lisant, histoire de prolonger l'expérience.

-----

La musique de film, compositeurs et réalisateurs au travail
Benoit Basirico
hémisphères éditions

Chronologie des médias et Netflix: la France et l’Italie divergent sur la stratégie

Posté par vincy, le 15 novembre 2018

Le Festival de Venise n'en finit pas de déclencher des répercussions sur la chronologie des médias. Les différents prix, dont le Lion d'or, obtenus par les productions Netflix, ont contraint la plateforme de streaming à revoir sa stratégie de distribution afin de pouvoir concourir aux Oscars.

Un décret italien souple

Mais cette fois-ci c'est un pays qui change ses règles. Le ministre de la Culture italien Alberto Bonisoli vient de signer un décret pour les œuvres cinématographiques de nationalité italienne bouleversant la chronologie des médias. Le délai de la fenêtre d'exclusivité de la salle est actée à 105 jours. Après ces trois mois et demi, un film peut-être diffusé sur n'importe quel autre support. Il y aura une exception: 60 jours pour la diffusion sur un autre support pour les films distribués sur moins de 80 copies ou ceux ayant récolté moins de 50000 entrées en 21 jours. Si un film tient l'affiche seulement rois jours, il pourra être diffusé ailleurs dix jours plus tard: une clause visiblement faite pour Netflix qui souhaite distribuer en salles certains de ses films seulement pour pouvoir concourir aux prix nationaux comme les Oscars. Cette fois-ci, l'ANICA, le syndicat des distributeurs, s'est félicité de cet accord.

Rappelons que la crise a été provoquée lors du Festival de Venise avec la projection dans la section Orizzonti de Sulla mia pelle (Sur ma peau) d'Alession Cremonini, film directement concerné par ces nouvelles règles. Le film a été distribué simultanément dans les salles par Lucky Red et sur Netflix. Les exploitants se sont alors insurgés de la concurrence déloyale de Netflix d'un côté et de la vitrine offerte à Netflix par le Festival de l'autre. Le président de Lucky Red avait d'ailleurs démissionné de l'ANICA. Lucky red a aussi distribué un autre film Netflix, 22 July de Paul Greengrass, durant quelques jours. Et Netflix annonce une sortie en décembre dans quelques cinémas de Roma, d'Alfonso Cuaron, Lion d'or à Venise.

C'est la première fois que l'Italie légifère sur la chronologie des médias.

Canal + plutôt que Netflix

A l'inverse, en France, le récent accord, il y a une semaine, entre Canal + et les organismes du cinéma (Blic, Bloc et L'ARP) ont modifié la chronologie des médias, sans résoudre le problème Netflix. Ce nouveau texte, qui rend pérenne le financement du cinéma français par Canal +, modifie à la marge les fenêtres d'exclusivité.

Toutes les fenêtres de diffusion sont avancées: 6 à 8 mois pour Canal + (ou OCS) au lieu de 10 par exemple. Une chaîne gratuite pourra diffuser les films à partir de 19 ou 22 mois au lieu de 30. Un service de streaming comme Amazon ou Netflix devront attendre 28 ou 30 mois après la diffusion en salles, au lieu de 36 actuellement. Un comble si le film est produit par une plateforme de SVàD. Pour la vidéo et la vidéo à la demande, le délai est de 4 mois sauf pour les films ayant réalisé moins de 10000 entrées (3 mois après la sortie en salles). Il y a aussi quelques dérogations et exceptions, notamment pour les documentaires et les fictions au budget inférieur à 1,5M€.

Des séries Star Wars, Marvel et Pixar pour vendre la plateforme Disney +

Posté par vincy, le 11 novembre 2018

Disney lancera fin 2019 sa plateforme de streaming Disney+. Ce nouveau venu dans l'univers déjà chargé du streaming (Amazon, Netflix, Apple, etc...) va devoir convaincre qu'il est plus intéressant que les autres. Car les portefeuilles ne sont pas extensibles. Difficile pour un foyer de s'abonner à plus de deux services de streaming. Or, avec les plateformes nationales (en France celle de Canal + et celle à venir Salto), le marché se sature tout seul...

Mais Disney a de bons arguments. Disney + sera la marque familiale du groupe en SVàD, fédérant ainsi les contenus estampillés Disney, Star Wars, Marvel, Pixar et National Geographic (que Disney récupère en fusionnant avec la Fox). Cela comprendra aussi bien du contenu des catalogues de ces marques que des créations liées à ces labels.

Dès le début 2019, le groupe lancera la production d'une série tirée du long métrage Rogue One: A Star Wars Story. Dans ce prequel, le comédien Diego Luna reprendra son personnage de Cassian Andor. Une autre série issue de l'univers Star Wars, The Mandalorian, sera réalisée par Jon Favreau. La série aura pour héros un guerrier solitaire, un Mandalorien, appartenant à un clan de combattants ancestral (Boba Fett et Jango Fett portent une armure mandalorienne, et se déroulera entre les Épisodes VI et VII.

Loki, le frère de Thor chez Marvel, aura sa série. Tom Hiddleston reprendra son rôle (même s'il est officiellement décédé dans le dernier Avengers). Idem pour les héros Pixar de  Monstres et Cie qui auront le droit à leur série animée, après deux longs métrages, en 2001 et 2013.