Et si on regardait… Popeye

Posté par vincy, le 9 mai 2020

Pendant tout le confinement, MK2 a lancé MK2 Curiosity, de loin l'une des meilleures initiatives durant cette période. Chaque mercredi en partenariat avec Lobster et l'agence du Court-métrage, le groupe propose "des trésors, raretés et bizarreries indispensables de l’histoire du cinéma mondial". Entre Truffaut, Varda, Kiarostami et Salles, il y en a pour tous les curieux.

Cette semaine, jusqu'à mercredi donc, c'est Popeye qui à l'honneur. De quoi redonner goût aux épinards. A plus de 90 ans le marin bien musclé et assez renfrogné est la vedette de plusieurs courts métrages animés de Dave Fleischer, avec Aladdin, Sinbad, Ali Baba... Tout un monde de contes et légendes revisités au goût de l'animation des années 1930.

Popeye était un comic-strip de E. C. Segar, et est apparu pour la première fois en 1929. Véritable héros d'aventures, il est rapidement adapté par les studios Fleischer en dessin animé. Désormais dans le domaine public, Popeye a traversé les décennies aussi bien sous forme de strip (jusqu'en 1992), qu'en transpositions éditoriales (chez Futuropolis en France) et en courts métrages (de 1933 à 1957, 230 films). Robert Altman l'a même adapté au cinéma en 1980, avec un quasi inconnu dans le rôle: Robin Williams.

Et si on regardait… Têtard

Posté par vincy, le 2 mai 2020

Le 26e festival national du film d’animation était dématérialisé. En mode virtuel, le festival était disponible en ligne sur KuB, où il se prolonge jusqu’au 8 mai, et UniversCiné.

Le Grand prix du court métrage professionnel a été décerné à Têtard de Jean-Claude Rozec, produit par A Perte de Vue, et diffusé sur le portail d'Arte depuis novembre. En compétition nationale au dernier festival de Clermont-Ferrand, le film d'animation raconte l'histoire d'une grande soeur, Lola, qui surnomme Gaspard, son petit frère rouquin, Têtard. Elle refuse de s'en occuper, et considère qu'il n'est pas l'enfant de leur parent, mais le fils né de hommes-crapauds, adopté par échange. Dans ce village semi-abandonné, à proximité de marais,

Aux frontières du fantastique, ce conte inquiétant de 14 minutes joue sur la cruauté des enfants. Onirique, il fait alors la jonction entre le rêve et le réel, jusqu'à laisser la soeur désemparée par la force de son imaginaire.

Et si on regardait… des courts fantastiques du BIFFF

Posté par kristofy, le 22 avril 2020

Le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles, le BIFFF, qui devait se tenir ce mois d'avril a été annulé comme tant d'autres événements à cause du coronavirus. Rendez-vous est prix pour une prochaine édition l'année prochaine en 2021...

En attendant durant cette période de confinement les équipe du BIFFF ont régulièrement proposé diverses suggestions de films à regarder chez soi, dont aussi des courts-métrages. Eteignez les lumières, et découvrez par exemple cette sélection :

Synthia : pour ne pas se sentir seul ça serait sympa de parler à un robot, mais une intelligence artificielle ça peut répondre à sa façon...

Occupant : que faire quand on est chez soi et qu'on entend des bruits bizarres dehors ?

Flotando : un astronaute confiné seul reçoit une étrange visite...

Et si on regardait… les courts de Manifest

Posté par kristofy, le 15 avril 2020

Manifest est née de la volonté de trois sociétés de production (Les Fées Productions, Offshore, Filmo), rejoint plus tard par 5A7 Films, Plus de Prod & Méroé Films, de mutualiser leurs compétences afin de valoriser la diffusion en festivals et l’exploitation en France et à l’international de leurs films de courts métrages.

Plus d'une trentaine de courts métrages sont à découvrir gratuitement en ligne.

Voici un programme spécial quarantaine pour les jours à venir (il en reste beaucoup). Pour une durée limitée, le meilleur de leur catalogue est à visionner en ligne gratuitement, sur leur chaîne Vimeo.

Des court-métrages réalisés par nos talentueux réalisateurs tels que Arthur Cahn, Sylvain Robineau, Stéphane Ly-Cuong, Maud Garnier, Axel Courtière, Terence Nance, Sarah Arnold, Manon Coubia, Fabien Ara, Valérie Leroy ou Thomas Petit…

En voici trois à découvrir.

Il était une fois mon prince viendra de Lola Naymark
avec Nina Meurisse, Bastien Bouillon, Jacques Boudet
Luna, 27 ans, rêve du prince charmant et de la vie de château depuis l’arrière boutique de la boulangerie où elle travaille. Dans la même journée, son chemin va croiser une poubelle plein de billets et un jeune homme qui bégaie. Que faire de nos rêves d’enfants quand on a bientôt trente ans ?

Laissez-moi danser de Valérie Leroy
Nomination au César du meilleur court métrage
Mylène, 45 ans, est femme de ménage sur un ferry. Ce soir ses collègues lui ont organisée une fête surprise pour son anniversaire. Mais sur l’enveloppe qu’on lui tend, il y a l’ancien prénom de Mylène, son prénom d’homme, son ancienne vie. Qui peut vouloir trahir sa transidentité? Dans la clameur de la fête où commence à gronder les revendications sociales de ces femmes exploitées, Mylène va devoir enquêter

Solo Rex de François Bierry
Festival International du Film d’Amour de Mons - Prix du Meilleur Court Métrage International
avec Wim Willaert, Lucas Moreau, Garance Marillier
Érik est un bûcheron solitaire. Kevin est un jeune conducteur de la fanfare cycliste du village. Érik ne sort jamais sans sa vieille jument. Kevin a le béguin pour la clarinettiste. Ils devront apprendre à deux.

Isild Le Besco réalise un clip contre les violences conjugales

Posté par kristofy, le 6 avril 2020

La Fondation Des Femmes alerte à propos des violences conjugales : "Pendant cette période de confinement, les violences conjugales ne cessent pas. Pire encore, elles peuvent s’accentuer et il peut être difficile pour les femmes d’appeler à l’aide lorsqu’elles sont confinées avec leur agresseur. Agissez, faites un don." Parce qu’il peut être vital de fuir un conjoint violent, des associations s'engagent par exemple à assurer une aide par téléphone et à trouver des chambres où se réfugier...

Pour soutenir cette cause l'actrice/réalisatrice Isild Le Besco partage une chanson  de sensibilisation inciter à faire un don à la Fondation des Femmes (sur leur site), avec le soutien de Kering.

  • Quelques numéros de téléphone utiles:
    39 19 (Violences Femmes Info)
    0800 059595 (SOS Viols Femmes Informations)
    119 (Allô Enfance en Danger)

Les paroles de cette chanson « En Mon Cœur » sont de Isild Le Besco, et elle a réalisé sa mise en image avec une chorégraphie dansée par une dizaine de femmes, dont celles qui ont prêtée leur voix à l'enregistrement de la chanson : Isild Le Besco donc, les actrices Julie Gayet, Caroline Ducey, Rachel Khan, l'humoriste Kee-Yoon Kim, et la chanteuse de Sylvie Hoarau (moitié de Brigitte).

Le Coronavirus raconté avec des extraits de films

Posté par kristofy, le 5 avril 2020

Cette longue période de confinement, qui s'allonge, est propice à des nombreuses blagues et à divers détournements d'images. L'humour est bienvenu en cette période difficile, qu'il s'agisse de second degré parfois idiot ou d'une délicieuse ironie qui vise juste, rions un peu.

Les réseaux sociaux explosent de nouveaux rendez-vous tels que apéro virtuel, coaching de gym, recettes de cuisines, challenges divers... Un compte Instagram a été initié par deux comédiens (instagram.com/creustel) pour y faire des pastiches de doublage d'extraits de films, soit autant de pastilles amusantes.En voici une sélection de 4 particulièrement savoureuses :

Jessica Chastain dans Interstellar : restez chez vous, le plus possible

Macaulay Culkin dans Maman j'ai raté l'avion : la communication de l'Etat français est confuse avec des mesures prises en retard sur les événements et même désastreuse sur la pénurie des moyens nécessaires à se protéger, comme l'absence de masques...

Kate Winslet dans Les noces rebelles : soutien aux soignant(e)s, et pas qu'avec des applaudissements aux fenêtres à 20h et des respirateurs bricolés avec des masques de plongée Decathlon sans parler du manque de masques et de lits (et de chloroquine)...

Laura Dern et Sam Neill dans Jurassic Park : des dauphins ont été aperçus dans l'eau de Venise redevenue transparente, la pollution de l'air au dessus de Paris a rarement été aussi basse (aussi ailleurs en Europe, et en Chine), le ralentissement des activité humaines durant le confinement permet aussi à la nature de soigner un peu notre planète : (sans l'Homme) la vie trouve toujours un chemin

Et si on regardait… Thee Wreckers Tetralogy

Posté par MpM, le 27 mars 2020

Sorti en salles le 4 mars dernier, le programme Thee Wreckers Tetralogy regroupant 4 courts métrages du réalisateur Rosto a vu comme beaucoup d'autres son exploitation stoppée net par la fermeture des salles de cinémas dix jours plus tard. Excellente nouvelle : à l'occasion de la fête du court métrage, son producteur Autour de Minuit le propose exceptionnellement en vidéo à la demande jusqu'au 31 mars !

Pour les amateurs du cinéma si singulier de celui qui nous a quittés prématurément en mars 2019, comme pour ceux qui le découvriront à cette occasion, c'est une chance inestimable de se plonger dans l’univers si cohérent et foisonnant de l’artiste, peuplé de créatures à la fois humaines et monstrueuses. L’occasion rêvée d’entrer dans son oeuvre tentaculaire composée de films sélectionnés dans les plus grands festivals internationaux (Cannes, Ottawa, Clermont-Ferrand), mais aussi du roman graphique Mind my Gap et de la musique de son groupe The Wreckers, elle aussi disponible en ligne.

La tétralogie réunit quatre films tournés entre 2008 et 2018 (No place like Home, Lonely bones, Splintertime, Reruns, auxquels s’ajoute le documentaire Everything is different Nothing has changed)) qui mettent en scène les membres de The Wreckers dans un trip rock halluciné racontant la mort du groupe originel puis sa renaissance sous une forme virtuelle, Thee Wreckers. Chaque film commence où se termine le précédent, dans un esprit de cadavre exquis mental qui mêle cauchemars éveillés, fantômes, illusions, souvenirs et regrets.

On est ainsi face à une introspection intime dans les méandres d’un passé foisonnant, doublée d'un voyage hypnotique aux confins des “mondes rêvés” de Rosto, cet ailleurs fantomatique et punk où se projette son inconscient, et auxquels la combinaison de différentes techniques (prise de vues réelles, animation en volume, animation 3D) confère une esthétique reconnaissable entre mille. C’est tout simplement passionnant, brutal et sidérant, conduisant le spectateur à cesser de s’interroger sur ce qu’il voit pour profiter pleinement de l’intensité d’une expérience unique. Et pour prolonger la découverte, Autour de Minuit propose d'autres films de Rosto ainsi que des bonus sur sa chaîne youtube.

Et si on regardait… Un chant d’amour

Posté par vincy, le 25 mars 2020

Pour public averti.

Objet rare et donc précieux. Un chant d'amour est l'unique film de Jean Genet (1910-1986), écrivain, poète et dramaturge . Et cinéaste. En 1950, il réalise un court métrage, qui rassemble toutes ses obsessions et tous ses fantasmes, sa poésie et son érotisme.

Le film est visible à partir du portail Open Culture et via You Tube.

Il s'agit d'un film de voyeur. Une prison. Des hommes enfermés dans leur solitude et leurs désirs. Un gardien qui joue de son statut, un brin sadomasochiste sur les bords. La sexualité est à la fois frontale - osée même -, et florale. Phallique et onirique.

La photo noir et blanc sublime cette atmosphère mystérieuse, virile, sensuelle. Un homme danse bite à l'air. Un autre fouraille un slip avec sa main. On inhale de la fumée par un trou entre deux murs. On fait ouvrir la bouche en grand pour y placer un pistolet. Les métaphores psychanalytiques, de la masturbation à la domination, se mélangent aux images de sexes ardents masculins et de rêves évanescents romantiques. Autant de chimères qui se marient aux pulsions.

Car, aussi tendre que désespéré, Un chant d'amour dévoile surtout la souffrance de ces hommes, dans une poésie visuelle qui ne cache rien de leurs tourments. Genet magnifie le mâle dans ce lyrisme brut, avec un montage très découpé et des visages expressifs, hérités du cinéma muet. Il s'agit d'un film sans paroles. Ponctué par des séquences chorégraphiques contemporaines. Passant de la réalité à l'illusion. L'image est l'écrit.

C'est sans aucun doute pour cela qu'il est réussit. La beauté des corps et le sordide du décor ne font qu'un, renvoyant l'homosexualité dans une forme de clandestinité, de secret assumé, de consentement tacite mais inavouable.

Cette passion entre voyous, tendue comme une érection sous un jean, attirante comme des lèvres entrouvertes, douloureuse comme la sentence que l'on craint, est en effet un chant d'amour aux jeux interdits et à l'homoérotisme. Mais pas seulement: à la liberté. Car derrière l'envie de baiser, il y a aussi l'espoir de le faire à l'air libre, dans la forêt, loin des barreaux qui condamnent les invertis.

Et si on regardait… les courts primés du 10e Nikon Film Festival

Posté par kristofy, le 22 mars 2020

En attendant de pouvoir se retrouver devant les grands écrans des salles de cinéma, certains films sont à voir sur le petit écran de chez soi.

Il y avait eu plus de 1200 courts-métrages réalisés pour la 10e édition du Nikon Film Festival. La cérémonie de clôture justement prévue dans une salle (Le Grand Rex) n'a donc pas pu se tenir à cause des mesures adoptées pour l lutte contre la pandémie du coronavirus, mais le palmarès a tout de même eu lieu à distance via internet.

Pour rappel, avec la contrainte d'une durée inférieure à 2 minutes et 20 secondes, il fallait réaliser un court illustrant un thème imposé qui était cette année celui de "génération". C'est l'occasion de (re)voir certains de ces courts-métrages, et en particulier ceux qui ont été récompensés par le jury présidé par Cédric Klapisch, entouré des actrices Ana Girardot et Eye Haïdara, des acteurs Jonathan Cohen et Rod Paradot, des journalistes Guillemette Odiccino et Thierry Chèze, et divers professionnels ciné.

Grand prix du jury, et Prix des médias, Yiorgos : 1967, Yiórgos, 7 ans, vit près d'Athènes et fait parti de ceux dont le rêve est de rejoindre Paris, de faire de grandes études et de voyager. Sans le savoir, il partage le récit d’une génération entière.

Mention spéciale, Je suis désiré : Quand une assistante sociale s’invite à la maison, un couple d’hommes magnifie leur histoire d’amour pour obtenir ce qu’il désire le plus au monde… Ce film met en lumière le désir entre deux garçons avant de progressivement muer vers un tout autre désir. Il porte un regard positif sur la prochaine génération.

Prix Canal+, Pussy Boo : Quand les oreilles attentionnées de Paulette et Roger rencontrent la musique qu'écoute leur petite fille.

Prix de la mise en scène, Black Blanc Beur : "Oh mon frère tu vois pas que j'y suis pas dans Black Blanc Beur ?"

Prix de la meilleure photographie, Lovers : À travers les mots de Roméo et Juliette, amants intemporels, cinq couples de génération et d’origine différentes se disent leur amour au bord de la mer.

Prix meilleure actrice, et Prix meilleur acteur, Spooning : Laure a un coup de blues. Alors, d’un glissement de doigts expert sur son portable, elle se case un cent unième rendez-vous sur une application de rencontres pour ce soir même. Fred, lui, prépare depuis des mois son entrée fracassante sur le marché de la rencontre virtuelle... Le choc s’annonce de taille.

Prix du meilleur son, Nomophobia : Une ado. Une addiction... Une punition. Tiré d'un fait réel survenu en décembre 2019.

Prix des écoles, Les temps modernes : Edouard semble être le parfait stéréotype de sa génération : un jeune homme aux moeurs légères, une dépendance au sexe, et une facilité à ne jamais créer de lien. Mais est-il vraiment ce genre de personnage ?

Prix du public, Je suis une berçeuse : De génération en génération, les violences conjugales restent une réalité au sein de nombreux foyers. Je vous raconte l'histoire vraie d'une femme prête à tout pour préserver son enfant.

Cécile de France et Daisy Ridley vous accompagnent dans la grotte Chauvet en réalité virtuelle

Posté par vincy, le 2 mars 2020

Cécile de France en français et Daisy Ridley en anglais. Les deux comédiennes prêtent leur voix à une expérience immersive en réalité virtuelle. Avec un casque VR, vous découvrez ainsi la grotte Chauvet dans un film de 10 minutes. La grotte, qui se situe en Ardèche, et dispose, comme Lascaux, d'une réplique, est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Fermée au public depuis sa découverte en 1994, elle est remarquablement conservée et on peut y admirer des fresques, dessins et gravures datant de 36000 ans. C'est la plus ancienne trace artistique de l'humanité.

Cette exploration en réalité virtuelle a été rendue possible grâce à Google Arts & Culture. Dans un premier temps, le spectateur découvre les chefs d'œuvres pariétaux à la lueur d'une torche enflammée. Puis il découvre la grotte à travers une visite libre et commentée.

On peut aussi partir à la découverte de cette grotte grâce à la Pocket Gallery (Android et OS), une fonctionnalité d'exposition immersive accessible sur l’application mobile de Google Arts & Culture, qui est aussi intégrée dans le moteur de recherche dans le monde entier : dès que vous effectuez une recherche sur la grotte Chauvet sur Google, vous avez la possibilité de voir les fresques de la grotte Chauvet en 3D. On trouve enfin 21 expositions thématiques sur la plateforme Google Arts & Culture et un quiz.