Venice Days: Kim Nguyen, Sara Forestier, Pen-ek Raranaruang en compétition

Posté par vincy, le 28 juillet 2017

Les Venice Days, l'une des sections parallèles du Festival de Venise avec la Semaine internationale de la critique, a dévoilé la liste de ses films en compétition. La réalisatrice iranienne Samira Makhmalbaf présidera un jury composé de Diego Lerman, Laurent Cantet et Bruce LaBruce.

En plus des films sélectionnés à ces 14èmes Venice Days, la programmation comprendra les trois finalistes du Prix Lux du parlement européen: 120 battements par minute, Sameblod et Western. Par ailleurs, la série de courts-métrages commandée dans le cadre de Miu Miu Women's Tale lancera une nouvelle plateforme déiée sur Instagram.

Du Canada au Maroc, d'Iran à la Thaïlande, de l'Italie à la France, de la Colombie à l'Autriche, les films reflètent une production internationale riche et variée. Sara Forestier fera ses premiers pas de réalisatrices avec M, où elle joue aux côtés de Redouanne Jarjanne. Le canadien Kim Nguyen (révélé avec Rebelle en 2012) présentera Eye on Juliet avec Lina El Arabi, qui fait actuellement sensation à Avignon dans la pièce Mon Ange. Et le thaïlandais Pen-ek Ratanaruang, dont on avait un peu perdu la trace depuis Monrak Transistor, Les vagues invisibles, Ploy et Nang Mai, accompagnera son nouveau film, Samui Song, qui se déroule dans les années 1930.

Notons enfin la projection de Thirst Street, film de Nathan Silver déjà sélectionné au Festival Tribeca, avec au casting américano-français Damien Bonnard, Esther Garrel, Lola Bessis, Françoise Lebrun et Jacques Nolot.

Sélection officielle
Volubilis de Faouzi Bensaïdi
Il contagio de Matteo Botrugno et Daniele Coluccini
M de Sara Forestier
Ga'agua (Longing) de Savi Gabizon
Candelaria de Jhonny Hendrix Hinestroza
Life Guidance de Ruth Mader
L'equilibrio de Vincenzo Marra
Looking for Oum Kulthum de Shirin Neshat
Eye On Juliet de Kim Nguyen
Dove cadono le ombre de Valentina Pedicini
Mi Hua Zhi Wei (The Taste of Rice Flower) de Pengfei
Mai Mee Samui Samrab Ter (Samui Song) de Pen-ek Ratanaruang

Evénements spéciaux
La legge del numero uno de Alessandro D'Alatri
Il risoluto de Giovanni Donfrancesco (documentaire)
Agnelli de Nick Hooker (documentaire)
Getting Naked: A Burlesque Story de James Lester (documentaire)
Il tentato suicidio nell'adolescenza (T.S. Giovanile) de Ermanno Olmi (documentaire)
Thirst Street de Nathan Silver

Miu Miu Women's Tales
#13 Carmen de Chloë Sevigny
#14 (The [End) of History Illusion] de Celia Rowlson-Hall

Séances spéciales
I'm (Endless Like the Space) de Anne-Riitta Ciccone
Raccontare Venezia de Wilma Labate
The Millionairs de Claudio Santamaria

Venise 2017: Aronofsky, Clooney, Del Toro, Guédiguian, Kechiche, Payne en compétition

Posté par vincy, le 27 juillet 2017

Le 74e Festival de Venise (30 août-9 septembre) a ses jurys, ses hommages et désormais ses films en sélection officielle (compétition, hors compétition et section Orizzonti). Outre quelques films événementiels de cinéastes renommés, on constate un fort contingent italien (logique), américain (il y a même du lourd parmi les 7 films en compétition) et français. 6 productions ou coproductions françaises concourent pour le Lion d'or, auxquelles on ajoutera 7 films produits ou coproduits par la France toutes sections confondues. De Guédiguian à Fontaine, en passant par Bourdos et Kechiche, le cinéma hexagonal parie sur la diversité.

Il y a cependant quelques surprises. Le cinéma britannique est très bien représenté. A l'inverse les cinémas asiatiques et latino-américains sont étonnement absents. On note bien qu'il y a un Kore-eda en compétition et un Kitano hors compétition mais on remarque surtout que des cinéastes comme Lucrecia Martel, habituées aux compétitions cannoises, se retrouve hors-compet. Il n'y a que deux films argentins et un chilien dans la liste globale de la sélection officielle pour représenter l'Amérique latine.

Venise assure de beaux tapis rouges avec Matt Damon, Julianne Moore, Kirsten Wiig, Jennifer Lawrence, Frances McDormand, Woody Harrelson, Josh Brolin, Judi Dench, l'artiste Ai Xeiwei, Charlotte Rampling, Patrick Bruel, Pipppo Delbono, Amanda Seyfried, Donald Sutherland, Helen Mirren, Kad Merad, Matthias Schoenaerts, Adèle Exarchopoulos ou encore Sienna Miller.

Compétition
Human Flow d'Ai Weiwei
mother! de Darren Aronofsky
Suburbicon de George Clooney (U.S.)
The Shape Of Water de Guillermo Del Toro
L’Insulte de Ziad Doueiri
La Villa de Robert Guediguian
Lean on Pete d'Andrew Haigh
Mektoub, My Love: Chapitre un Abdellatif Kechiche
The Third Murder de Koreada Hirkazu
Jusqu’a La Garde de Xavier Legrand
Amore e Malavita des frères Manetto
Three Billboards Outside Ebbing, Missouri de Martin McDonagh
Hannah d' Andrea Pallaoro
Downsizing d' Alexander Payne (film d'ouverture)
Angels Wear White de Vivian Qu
Una Famiglia de Sebastiano Risio
First Reformed de Paul Schrader
Sweet Country de Warwick Thornton
The Leisure Seeker de Paolo Virzì
Ex Libris – The New York Public Library de Frederick Wiseman

Hors compétition

Séances spéciales
Casa D’Altri de Gianni Amelio
Michael Jackson’s Thriller 3D de John Landis
Making of Michael Jackson’s Thriller de Jerry Kramer

Fictions
Our Souls at Night de Ritesh Batra
Il Signor Rotopeter d'Antonietta De Lillo
Victoria and Abdul de Stephen Frears
La Mélodie de Rachid Hami
Outrage Coda de Takeshi Kitano
Loving Pablo de Fernando Leon De Aranoa
Zama de Lucrecia Martel
Wormwood d'Errol Morris
Diva! de Francesco Patierno
La Fidèle de Michael R. Roskam
The Private Life of a Modern Woman de James Toback
Brawl in Cell Block 99 de S. Craig Zahler

Documentaires
Cuba And The Cameraman de Jon Albert
My Generation de David Batty
The Devil and Father Amorth de William Friedkin
This Is Congo de Daniel McCabe
Ryuichi Sakamoto: Coda de Stephen Nomura Schible
Jim & Andy: The Great Beyond. The Story of Jim Carrey, Andy Kaufman, and Tony Clifton de Chris Smith
Happy Winter de Giovanni Totaro

Horizons
Disappearance d'Ali Asgari
Espèces Menacées de Gilles Bourdos
The Rape of Recy Taylor de Nancy Buirski
Caniba de Lucian Castaing-Taylor & Verena Paravel (France)
Les Bienheureux de Sofia Djama
Marvin d' Anne Fontaine
Invisibile de Pablo Giorgelli
Brutti e Cattivi deCosimo Gomez
The Cousin de Tzahi Grad
The Testament d'Amichai Greenberg
No Date, No Signature de Vahid Jalilvand
Los Versos Del Olvido d'Alireza Khatami
Nico, 1988 de Susanna Nicchiarelli (film d'ouverture)
Krieg de Rick Ostermann & Barbara Auer
West of Sunshine de Jason Raftopoulos (Australia)
La Nuit où J’ai Nagé – Oyogisugita, de Damien Manivel & Igarashi Kohei
Gotta Cenerentola d'Alessandro Rak, Ivan Cappiello, Marino Guarnieri & Dario Sansone
Under The Tree d'Hafsteinn Gunnar Sigurdsson
La Vita in Comune d'Edoardo Winspeare

Venise 2017: Un film français dans la compétition de la Semaine de la critique

Posté par vincy, le 24 juillet 2017

La Semaine internationale de la Critique du Festival de Venise a dévoilé sa sélection. Tous les films seront présentés en avant-première mondiale.

La compétition très européenne sera composée de Il Cratere de Luca Bellino et Silvia Luzi (Italie), Drift d'Helena Wittmann (Allemagne), Körfez (The Gulf) d'Emre Yeksan (Turquie), Sarah joue un loup garou de Katharina Wyss (Suisse), Team Hurricane d'Anika Berg (Danemark), Temporade De Caza de Natalia Garagiola (Argentine) et le film français Les garçons sauvages de Bertrand Mandico, avec Vimela Pons.

A ces films s'ajoutent deux événements: le film d'ouverture, Pin Cushion de Deborah Haywood (Royaume Uni), et le film de clôture, Veleno (Poison) de Diego Olivares (Italie).

A noter que l'affiche de la SIC de Venise a été réalisée par l'illustrateur Carmine Di Giandomenico, collaborateur régulier pour DC Comics et Marvel Comics.

Annette Bening, la présidente anti-Trump du Festival de Venise

Posté par vincy, le 5 juillet 2017

Le choix est audacieux, pour ne pas dire gonflé. Et réjouissant par la même occasion. Une femme. Une actrice respectée et même admirée. Une militante engagée. Bref une Américaine qui symbolise à elle-seule la lutte anti-Trump. Annette Bening sera la présidente du jury du 74e Festival de Venise (30 août-9 septembre). La dernière fois qu'une femme avait été à ce poste c'était en 2006 (Catherine Deneuve). Berlin avait quand même réussi à convaincre Meryl Streep d'être à la tête de son jury en 2016. On ne peut que se féliciter d'avoir été cherché une comédienne qui n'est pas dans la catégorie A des stars bankables, mais dont les choix de films révèlent une exigence que son talent enrichit largement. C'est l'une des plus brillantes actrices américaines, assumant ses rides, et capable de jouer avec naturel tout en nous bouleversant sans effets.

Bafta de la meilleure actrice pour American Beauty de Sam Mendes, deux fois récompensée par les Golden Globes en tant que meilleure actrice dans une comédie (Adorable Julia de Istvan Szabo et Tout va bien ! The Kids are All Right de Lisa Cholodenko), nommée aux Oscars pour Les Arnaqueurs, de Stephen Frears, American Beauty, Adorable Julia et Tout va bien ! The Kids are All Right, Annette Bening va célébrer ses 30 ans de carrière au cinéma l'an prochain.

Des studios aux films indépendants, Annette Bening a aussi brillé chez Milos Forman (Valmont), Mike Nichols (Bons baisers d'Hollywood, A propos d'Henry>), Barry Levinson (Bugsy, où elle a rencontré son mari, Warren Beatty), Rob Reiner (Le Président et Muss Wade), Tim Burton (Mars Attacks!), Neil Jordan (Prémonitions), Rodrigo Garcia (Mother and Child), Sally Potter (Ginger and Rosa), Michel Hazanavicius (The Search)...

Politiquement engagée

A l'affiche de 20th century Women qui lui valu sa 8e nomination aux Golden Globes (et qui fut une des polémiques de cet hiver quand on découvrit son absence aux nominations des Oscars), elle a trois films à venir: La mouette de Michael Mayer, avec Saoirse Ronan, Film Stars Don’t Die in Liverpool de Paul McGuigan, avec Jamie Bell, Life, Itself de Dan Fogelman, avec Olivia Wilde, Oscar Isaac, Samuel L. Jackson et Antonio Banderas.

Soucieuse de son indépendance, elle sait attaquer, y compris politiquement. Elle veut défendre le système de sécurité sociale américain et l'IVG, est soucieuse des plus fragiles, des minorités ou des familles monoparentales. "C’est un moment historique dans la vie de notre pays. La plupart d’entre nous a honte de ce qui est train de se passer. Cette politique est honteuse, elle est anti-américaine" expliquait-elle cet hiver. Mais elle profite de ses interviews pour marteler sa façon de penser et sur le féminisme. "S'il est plus facile d'être une femme en 2017 qu'il y a quarante ans, grâce aux progrès de l'éducation, il existe aujourd'hui une autre pression : on attend de nous que nous réussissions nos études, que nous ayons un bon travail, mais aussi que nous soyons de bonnes mères, de bonnes épouses, sexy et tout le temps heureuses. C'est trop !" affirmait-elle cet hiver dans Télérama.

120 battements par minute et L’autre côté de l’espoir parmi les 10 films en lice pour le Prix LUX 2017

Posté par vincy, le 3 juillet 2017

Comme chaque année, au Festival de Karlovy-Vary, le Parlement européen a révélé sa première liste de films sélectionnés en vu du Prix LUX du cinéma européen. Pour son dixième prix, le comité de sélection a choisi 4 premiers films, cinq films réalisés par des femmes et pas mal de films sélectionnés à Venise, Berlin et Cannes.

Les trois finalistes seront dévoilés lors de la conférence des Venice Days fin juillet.

A Cambra de Jonas Carpignano (Italie) - Quinzaine des réalisateurs 2017
120 battements par minute de Robin Campillo (France) - Grand prix du jury à Cannes 2017
Glory (Slava) de Kristina Grozeva & Petar Valchanov (Bulgarie) - Flèche de cristal et prix de la critique au Festival des Arcs 2016
Heartstone de Gudmundur Arnar Gudmundsson (Islande) - Queer Lion à Venise 2016, Grand prix du jury et prix du public à Angers 2017
King of the Belgians de Peeter Brosens et Jessica Woodworth (Belgique) - sélectionné à Venise 2016 (section Horizons)
Sami Blood d'Amanda Kernell (Suède) - Prix Label Europa à Venise 2016
Eté 1993 de Carla Simón (Espagne) - Prix du meilleur premier film à Berlin 2017
The Last Family de Jan P. Matuszynski (Pologne) - Prix du meilleur acteur à Locarno 2016
L'autre côté de l'espoir d'Aki Kaurismäki (Finlande) - Prix de la mise en scène à Berlin 2017
Western de Valeska Grisebach (Allemagne) - sélectionné à Un certain regard (Cannes) 2017

Le Festival de Venise succombe à la Réalité virtuelle

Posté par vincy, le 29 mars 2017

La Mostra de Venise ne veut pas avoir l'air d'être ringarde: elle va lancer une section compétitive dédiée aux films en Réalité virtuelle, alors que la création dans le domaine reste émergente.

La section de Venice Virtual Reality comprendra un maximum de 18 films. Si les grands festivals ont accueilli diverses expérimentations ou présentations sur ce sujet, c'est la première fois que la VR se fait une telle place sous les spotlights. Trois prix seront décernés par un jury (meilleur film, grand prix du jury, prix de la créativité).

Il y a cependant une certaine logique à ce que Venise soit initiateur dans ce format. L'an dernier, le festival avait accueilli une démonstration dans une salle dédiée à la VR et avait projeté un film en Réalité virtuelle. En janvier, la Biennale de Venise a lancé sa première édition du Laboratoire de Réalité Virtuelle (aka le Biennale College Cinema – Virtual Reality), qui suit un projet de son développement à sa distribution. 9 projets avaient été sélectionnés dont deux français: Dilemma de Camille Duvelleroy et Laurent Duret et The Little Black Pawn de Quentin de Cagny et François Bouille. Deux de ces neuf projets recevront une aide à la production de 30000€ chacun et seront présentés, aux côtés des films en compétition, dans le VR Theatre, au premier étage du Palazzo del Casinò,

BAFTA 2017: La La Land et le cinéma américain font une OPA sur les « Oscars » britanniques

Posté par cynthia, le 13 février 2017

Dans la soirée du 12 février, la cérémonie des BAFTA ou les Oscars britanniques s'est déroulée dans le froid, sous la pluie et sous le signe du glamour et de La La Land.

Sans surprise, c'est le film de Damien Chazelle qui repart en effet grand gagnant avec 5 prix dont les prestigieux meilleur film, meilleur réalisateur pour Damien Chazelle et meilleure actrice pour Emma Stone. Le film est aussi sacré pour sa musique et sa photographie. Annonciateur pour les prochains Oscars, il est sûr que La La Land n'a pas fini de faire chanter son réalisateur et l'industrie, quitte à trouver ses seuls détracteurs en France, pays de Jacques Demy.

Côté acteur, c'est Casey Affleck qui est sacré pour son rôle dans Manchester by the Sea qui est aussi récompensé pour son scénario original.

Lion, production Weinstein, remporte 2 baftas (meilleure adaptation et meilleur second rôle masculin pour Dev Patel. Viola Davis ne repart pas bredouille puisque elle emporte le prix du meilleur second rôle féminin pour Fences.

Tandis que ceux qui s'interrogent sur ce palmarès américain, la Palme d'or de 2016, Moi Daniel Blake de Ken Loach, repart avec le prix du meilleur film britannique.

Notons que Moonlight et Noctural Animals ont été boudés par cette 70e cérémonie colonisée par Hollywood. En soi le scandale est là et on se demande toujours pourquoi les artistes britanniques ne se révoltent pas conte cette cérémonie qui a plus l'allure d'une copie des Oscars, avec en bonus une soumission idéologique.

Le palmarès complet:
Meilleur film: La La Land
Meilleur film britannique: Moi, Daniel Blake
Meilleur réalisateur: Damien Chazelle ( La La Land)
Meilleure actrice: Emma Stone ( La La Land)
Meilleur acteur: Casey Affleck (Manchester by the Sea)
Meilleur second rôle masculin: Dev Patel (Lion)
Meilleur second rôle féminin: Viola Davis (Fences)
EE Rising Star (meilleur espoir): Tom Holland
Meilleur scénario adapté: Lion
Meilleur scénario original: Manchester by the Sea
Meilleur premier film: Babak Anvari, Emily Leo, Oliver Roskill, Lucan Toh (Under the Shadow)
Meilleur film étranger: Le Fils de Saul
Meilleur documentaire: 13th
Meilleur film d’animation: Kubo et l’armoire magique
Meilleure photographie: La La Land
Meilleur montage: Tu ne tueras point
Meilleur maquillage et coiffure: Florence Foster Jenkins
Meilleurs costumes: Jackie
Meilleurs décors: Les Animaux fantastiques
Meilleurs effets spéciaux: Le Livre de la Jungle
Meilleure musique: La La Land
Meilleur son: Premier Contact (Arrival)
Meilleur court métrage britannique: Home
Meilleur court d’animation britannique: A Love Story

« Une vie » de Stéphane Brizé reçoit le Prix Louis-Delluc 2016

Posté par vincy, le 14 décembre 2016

L'adaptation de Maupassant Une vie, réalisée par Stéphane Brizé, a été couronné par le jury du Prix Louis Delluc ce mercredi 14 décembre. C'est une surprise puisque le film n'était pas dans la liste des finalistes révélée le 10 novembre dernier et qui comprenait, les derniers films de Bertrand Bonello, Eugène Green, Alain Guiraudie, Mia Hansen-Love, François Ozon et de Claire Simon.

Stéphane Brizé, qui reçoit ici sa première grande récompense française, avait déjà reçu le Prix Fipresci de la critique internationale au dernier festival de Venise pour ce film. Déjà césarisé pour son scénario de Mademoiselle Chambon, il a été deux fois nommé comme meilleur réalisateur aux César. Le film a été un échec au box office puisque depuis sa sortie le 23 novembre il n'a attiré que 75000 spectateurs.

Une vie se déroule en Normandie en 1819: à peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler.

Le prix Louis Delluc du premier film a été décerné à Gorge coeur ventre de Maud Alpi qui met en scène un jeune homme en marge de la société, ayant pour seul compagnon un chien, qui travaille dans un abattoir.

Sept films dans la course pour le Prix Louis-Delluc 2016

Posté par vincy, le 10 novembre 2016

Nocturama de Bertrand Bonello (San Sebastian, compétition), Le fils de Joseph d'Eugène Green (Berlin, Forum), Rester vertical d'Alain Guiraudie (Cannes, compétition), L'avenir de Mia Hansen-Love (prix de la mise en scène à Berlin), Frantz de François Ozon (Venise, compétition), La mort de Louis XIV d'Albert Serra (Cannes, hors compétition), Le bois dont les rêves sont faits documentaire de Claire Simon (Locarno, hors compétition) sont les films nommés au prix Louis-Delluc 2016. Une sélection pour le moins radicale et très "auteuriste", pointue et exigeante.

Qui succédera à Fatima, de Philippe Faucon, qui avait réussi le doublé avec le César du meilleur film? Le lauréat sera connu le 14 décembre. En tout cas, aucun des cinéastes sélectionnés n'a été récompensé par le Delluc dans le passé. En revanche, Eugène Green en 2001 et Mia Hansen-Love en 2007 ont reçu le Prix Louis-Delluc du premier film.

Quatre films de la compétition cannoise en tête des nominations des European Film Awards 2016

Posté par vincy, le 5 novembre 2016

Le 29e European Film Awards ont révélé leurs nominations au Festival du film européen de Séville en Espagne. Notons que l'écrivain et scénariste français Jean-Claude Carrière recevra un prix en l'honneur de toute sa carrière et que l'acteur et producteur Pierce Brosnan sera distingué par un prix honorifique européen pour sa contribution au cinéma mondial.

La cérémonie aura le 10 décembre à Wroclaw en Pologne, capitale européenne de la Culture, dans un pays qui, néanmoins, n'est pas un modèle concernant la liberté d'expression des médias et le soutien à son cinéma.

Le film allemand Toni Erdmann, en compétition à Cannes, domine la liste des nominations avec 5 citations, suivi de la Palme d'or britannique, Moi, Daniel Blake, de Ken Loach (4 nominations), l'espagnol Julieta, de Pedro Almodovar et le français Elle de Paul Verhoeven, tous deux également en compétition à Cannes (3 nominations).

Le Festival de Cannes fait d'ailleurs une razzia sur cette liste avec des films venus d'Un Certain regard et de la Quinzaine des réalisateurs dans différentes catégories.

Meilleur film: Elle, Moi Daniel Blake, Julieta, Room, Toni Erdmann
Meilleure comédie européenne: Mr. Ove, Look who's Back, La vache
Meilleur nouveau talent (Prix Fipresci): Dogs, Liebmann, Sand Storm, Olli Mäki, Thirst (Jajda)
Meilleur documentaire: 21 x New York, A Family Affair, Fuocoammare, Mr Gaga, S is For Stanley, Land of the Enlightened
Meilleur film d'animation: Ma vie de Courgette, Psiconautas los ninos olvidados, La tortue rouge

Meilleur réalisateur: Paul Verhoeven, Cristian Mungiu (Baccalauréat), Ken Loach, Pedro Almodovar, Maren Ade
Meilleure actrice: Isabelle Huppert, Emma Suarez & Adriana Ugarte, Valeria Bruni Tedeschi (Folles de joie), Trine Dyrholm (La Commune), Sandra Huller
Meilleur acteur: Rolf Lassgard, Hugh Grant (Florence Foster Jenkins), Dave Johns, Burghart Klaussner (Fritz Bauer, un héros allemand), Peter Simonischek, Javier Camara (Truman)
Meilleur scénario: Baccalauréat, Moi Daniel Blake, Room, Toni Erdmann, United States of Love