Arras » Le Blog d'Ecran Noir

L’Arras Film festival fait le plein d’avant-premières et de découvertes européennes pour sa 17e édition

Posté par MpM, le 17 octobre 2016

Pour sa 17e édition, l'Arras Film Festival revient avec une ambition claire : proposer des films qui "sont là pour nous aider à mieux comprendre le monde, nourrir notre réflexion, mais aussi nous distraire et nous amuser".

Comme le soulignent Nadia Paschetto et Eric Miot, directrice et délégué général de la manifestation, l'objectif est "plus que jamais" de "défendre un cinéma narratif, avec une dimension humaine qui est prioritaire pour nous".

Pour ce faire, le festival propose cette année encore un savant équilibre entre avant-premières populaires, focus sur les cinémas d'Europe centrale et orientale, découvertes européennes et regard sur le cinéma du monde.

Sans oublier deux rétrospectives thématiques : "la guerre d'Espagne" et "Les films d'évasion", une programmation spéciale "jeune public", plusieurs ciné-concerts et des journées professionnelles, les Arras days, qui accompagnent des réalisateurs et producteurs dans leurs projets de long métrage.

Côté avant-premières, on a déjà repéré Carole Matthieu de Louis-Julien Petit, avec Isabelle Adjani et Corinne Masiero, Louise en hiver de Jean-François Laguionie, La confession de Nicolas Boukhrief avec Romain Duris et Marine Vacht, La fille de Brest d'Emmanuelle Bercot, Ouvert la nuit d'Edouard Baer  ou encore Paris pieds nus de Dominique Abel et Fiona Gordon.

Sont également attendus des films découverts à Cannes, de Loving de Jeff Nichols à Patterson de Jim Jarmusch, en passant par Baccalauréat de Cristian Mungiu, Le client d'Asghar Farhadi ou encore Fais de beaux rêves de Marco Bellocchio, ainsi que l'une des grosses surprises de Berlin, Hedi de Mohammed Ben Attia.

Mais comme chaque année, c'est bien sûr la compétition européenne qui sera l'un des principaux temps forts du festival avec neuf longs métrages inédits venus de Géorgie, Norvège, Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Allemagne, Croatie, Slovénie et des Pays-Bas. C'est le réalisateur Jean-Pierre Améris, grand habitué d'Arras, qui présidera le jury chargé de décerner l'Atlas d'or.

Enfin, Stéphane Brizé, invité d'honneur de cette 17e édition, viendra à la rencontre du public à l'occasion d'une rétrospective de ses films et de la présentation de son nouveau long métrage, Une vie. Il animera par ailleurs une "leçon de cinéma" sur sa carrière et sa méthode de travail.

Avec 114 films sélectionnés, dont 90% sont européens et plus de la moitié sont des inédits ou des avant-premières, l'Arras Film Festival réaffirme donc sa volonté d'être le rendez-vous incontournable de l'automne pour les cinéphiles et professionnels de la région, et bien au-delà. En 2015, cela lui avait permis d'enregistrer plus de 42000 entrées, soit 4000 de plus que l'année précédente. Au vu de la programmation, en forme de promesse cinéphile, aucune raison pour que le succès ne soit pas une nouvelle fois au rendez-vous.

______________

17e Arras Film Festival
Du 4 au 13 novembre 2016
Site de la manifestation

Arras 2015 : Atlas d’or du cœur à Virgin mountain de Dagur Kári

Posté par MpM, le 16 novembre 2015

virgin mountain

Preuve de l'évidente homogénéité de la compétition 2015, les trois jurys de cette 16e édition du Arras Film Festival ont tous distingué des films différents, récompensant en tout six films sur les neuf sélectionnés.

Atlas d'or pour Virgin mountain

Au milieu de cette belle répartition des prix, le seul doublé est celui réalisé par Virgin mountain de Dagur Kári (Islande), à qui le jury international, présidé par la réalisatrice Lætitia Masson et composé des comédiens français Salomé Stévenin et Antoine Chappey et du cinéaste slovène Boris Petkovic, a décerné à la fois l'Atlas d'or, plus haute distinction du festival, et une mention spéciale pour l'interprétation habitée de l'acteur Gunnar Jonsson. Un choix peut-être plus dicté par la sympathie que l'on éprouve pour le personnage principal, un homme de quarante ans obèse, timide et solitaire qui va peu à peu s'éveiller à la vie au contact d'une jeune femme rencontrée dans un cours de danse, que par les qualités cinématographiques du film, certes touchant, mais aussi assez poseur dans sa manière d'être décalé et doux-amer.

Atlas d'argent pour Thirst

thirstL'Atlas d'argent de la mise en scène est quant à lui allé à Thirst de Svetla Tsotsorkova, un long métrage bulgare contemplatif sur les relations ambiguës qui se tissent entre deux familles au cours d'une terrible sécheresse.

Privilégiant des scènes courtes et peu dialoguées filmées en plans larges, Thirst est l'archétype du film plébiscité en festival qui entend décortiquer, mais à distance, la prodigieuse complexité des relations humaines, amoureuses et sociales.

The culpable, The red spider et Memories of the wind en embuscade

On a le droit de s'interroger sur la présence presque systématique de ce genre de films en tête des palmarès, surtout pour un prix de mise en scène qui aurait pu (dû ?) récompenser au moins trois autres films de la sélection, à commencer par The culpable de Gerd Schneider, incroyable tragédie sur le dilemme d'un prêtre catholique allemand dont l'un des meilleurs amis est accusé de pédophilie, filmé dans un cinémascope éblouissant qui permet au réalisateur de faire passer les émotions du protagoniste principal uniquement par le travail sur l'image et la construction des plans. Heureusement, cet incroyable premier film allemand au sujet brûlant et aux choix formels audacieux a été récompensé par le jury "jeune". Lire le reste de cet article »

Arras 2015 : rencontre avec Laurent Larivière et Jean-Hugues Anglade pour Je suis un soldat

Posté par MpM, le 12 novembre 2015

Présenté en avant-première à Arras après un passage remarqué par la section Un certain Regard de Cannes 2015, Je suis un soldat de Laurent Larivière sort sur les écrans mercredi prochain. Ce film noir et réaliste qui réunit Jean-Hugues Anglade et Louise Bourgoin à contre-emploi explore le monde souterrain, mafieux et immoral des trafics d'animaux domestiques.

Une allégorie transparente d'une société devenue si violente que pour survivre, la seule solution est l'illégalité, l'exploitation d'autrui et l'horreur. Car au-delà du thriller anxiogène qui évoque souvent Bullhead, Je suis un soldat est avant tout un drame social et familial qui renvoie au spectateur l'image de sa propre époque.

Rencontre avec le réalisateur et l'acteur principal dans le cadre de la télé du Festival, réalisée en partenariat avec Ecran Noir.

Arras 2015 : Daniel et Emmanuel Leconte pour L’humour à mort

Posté par MpM, le 11 novembre 2015

Moins d'un an après les événements meurtriers de janvier 2015, le réalisateur Daniel Leconte (C'est dur d'être aimé par des cons) et son fils Emmanuel présentent à Arras un documentaire réalisé dans l'urgence pour donner la parole aux survivants de l'attaque contre Charlie Hebdo et témoigner de la mobilisation populaire qui a suivi.

Mêlant témoignages, reportages et analyses a posteriori, le film n'apprendra pas grand chose à ceux qui connaissaient bien Charlie Hebdo, et notamment la fameuse "affaire" des caricatures danoises. Il offre toutefois une catharsis salutaire et un hommage touchant aux disparus. Les interventions d'Elisabeth Badinter et de Soufiane Zitouni insufflent un début de réflexion sur les conséquences sociétales de cette série d'attentats commis entre le 7 et le 9 janvier 2015.

Réalisé à chaud, et donc en pleine émotion, le film en appelle d'une certaine manière d'autres pour prendre la mesure (encore difficile et douloureuse) de ce qui a changé depuis. Mais, comme le soulignent à raison les réalisateurs, il était nécessaire d'enregistrer en temps réel ces premières semaines ayant suivi la succession de drames, afin d'en immortaliser l'extrême singularité.

Arras 2015 : rencontre avec Nicolas Saada pour Taj Mahal

Posté par MpM, le 10 novembre 2015

Parmi les belles avant-premières du Arras Film Festival, on a pu découvrir le très étonnant nouveau film de Nicolas Saada, Taj Mahal, qui évoque la vague d'attentats qui a touché Bombay en novembre 2008. Inspiré de faits réels, il suit Louise, une jeune Française coincée dans l'enfer du Taj Mahal, un hôtel international en proie à une attaque terroriste.

Construit comme un triptyque, le film évoque d'abord l'arrivée du personnage en Inde, avec des bribes de scènes mêlant errance dans Bombay et ennui dans le luxe standardisé de l'hôtel. Il s'achève avec une nouvelle forme d'errance, celle de la jeune femme après le drame. Au milieu, le réalisateur raconte l'attaque en elle-même avec une grande économie de moyens, et toujours du point de vue de son héroïne.

Puisqu'il fait le pari de ne rien montrer, Nicolas Saada a réalisé un étonnant travail de son (allant jusqu'à tourner une véritable séquence de fusillade, d'explosion et d'attaque, dont il utilise seulement la bande son) et de mise en scène. Jamais on aura entendu une telle qualité de silence au cinéma, troublée à intervalles réguliers par les manifestations lointaines et fantomatiques des exécutions sommaires. Jamais on aura autant tremblé face à l'enjeu minuscule de réussir à trouver un chargeur de téléphone portable. Jamais, enfin, un bas de porte laissant filtrer une lumière et des ombres n'aura été aussi angoissant.

Une véritable leçon de mise en scène en huis clos, dénuée de toute tentation spectaculaire, qui utilise des moyens purement cinématographiques (espace, durée, hors champ) pour recréer l'ambiance terrifiante de cette attaque à la fois invisible et omniprésente.

De passage à Arras, Nicolas Saada s'est confié à la télé du Festival, en partenariat avec Ecran Noir, pour revenir sur la genèse de ce film envoûtant.

Arras 2015 : Rencontre avec Michèle Mercier

Posté par MpM, le 9 novembre 2015

Invitée d'honneur de cette 16e édition du Arras Film Festival, la comédienne Michèle Mercier a charmé les spectateurs par sa gentillesse et sa disponibilité.

L"inoubliable interprète de la fameuse Angélique dans la série de films la plus populaire du cinéma français a tourné avec les plus grands, de François Truffaut à Jean-Pierre Melville, en passant par Dino Risi, Mario Bava ou Mario Monicelli lors de sa période italienne.

Une époque pleine de souvenirs et d'anecdotes qu'elle a accepté de partager avec l'équipe de la télé du Festival, en partenariat avec Ecran Noir.

Arras 2015 nous emmène Tout en haut du monde

Posté par MpM, le 8 novembre 2015

Tout en haut du mondeFruit de la collaboration entre la scénariste Claire Paoletti, accompagnée de Patricia Valeix et Fabrice de Costil, et le réalisateur Rémi Chayé, Tout en haut du monde est un film d'animation exigeant et subtil qui confirme la bonne santé actuelle de l'animation française. Après avoir fait l'ouverture du festival d'Annecy, où il a également reçu le prix du public, il est présenté à Arras dans le cadre du Festival des enfants, ce qui ne l'empêche nullement de séduire un public adulte. Il faudra d'ailleurs en finir, un jour, avec ce raccourci systématique entre cinéma d'animation et cinéma pour enfants.

Tout en haut du monde raconte la quête mouvementée de Sasha, jeune aristocrate russe de la fin du XIXe siècle, pour retrouver contre l'avis de tous le bateau de son grand-père disparu lors d'une expédition au Pôle Nord. Volontaire, courageuse et déterminée, l'adolescente (doublée par l'actrice Christa Théret) entraîne équipage comme spectateur dans les eaux glaciales de l'océan arctique, et jusqu'aux confins de la banquise hostile.

Au-delà d'un récit plus dur qu'on pourrait l'imaginer, allant parfois jusqu'à être inquiétant, on est ébloui par les choix formels du film qui a fait le pari d'un dessin épuré à l'extrême, sans contours, donnant l'impression de vastes aplats de couleurs dont les teintes évoluent au gré des émotions et des lieux traversés par l'héroïne. Un style singulier que le réalisateur a accepté de nous détailler.

Ecran Noir : Pouvez-vous nous décrire les choix esthétiques qui ont déterminé formellement le film ?

Rémi Chayé : Avant tout, c'est une recherche de simplicité. Pour un spectateur, ce qu'il faut expliquer, c'est que c'est un film d'animation en dessin animé, tous les personnages sont dessinés, et il n'y a pas de 3D, à part un tout petit peu sur le bateau. Ca fait 56000 dessins réalisés par 40 personnes à Paris et une vingtaine au Danemark. C'est un dessins sans ligne de contour, ça fait partie de son originalité par rapport aux dessins animés qu'on voit souvent, où il y a des lignes de contour qu'on remplit de couleur. C'est aussi très coloré et il y a un gros travail de recherche sur la lumière, sur les ambiances lumineuses. Cela va avec le sujet puisque Sasha va jusqu'au Pôle Nord et les lumières là-bas sont fantastiques. L'idée, c'est que les rayons du soleil arrivent de manière très oblique sur la surface de la terre et donc cela diffracte la lumière comme un prisme et la palette des couleurs est extrême et très riche. L'idée c'était de travailler là-dessus, et aussi sur Saint-Pétersbourg qui est une ville très colorée, avec du rose, du vert, des dorures... Et le fait de ne pas avoir de trait noir autour des personnages permet à la lumière d'exploser. Elle réagit beaucoup plus fortement que si les contours l'empêchent d'exister.

EN: Vous vous êtes basé sur quelque chose de réel pour recréer l'atmosphère des différentes séquences.

RC : Dans un certain sens, c'est une interprétation de la réalité. C'est ça l'avantage de l'animation. On peut donner des émotions au paysage. On peut faire un ciel vert ou rose. On peut pas dire que c'est réaliste, parce que c'est simplifié mais ça donne une certaine idée de la réalité. On a essayé d'aller à l'extrême de tout ce qu'on pouvait dans le côté sombre, quand c'est la nuit polaire et quand ils sont au dernier degré de la catastrophe, quand elle lutte contre les éléments. Et au contraire, à certains moments, on fait exploser la couleur. L'animation permet cette liberté-là. On s'est aussi basé en partie sur les affiches des compagnies ferroviaires des années 40-50 qui vantent par exemple des voyages pour les Rocheuses. Ce sont des partis pris très forts, avec des couleurs très saturées. Le directeur artistique Patrice Suau est reparti de ça pour donner le style final au film.

EN : Comment s'est passée concrètement la réalisation ?

RC : On utilise des palettes qui sont à la fois des écrans d'ordinateur et des palettes graphiques, sur lesquelles on dessine directement. On voit le dessin qu'on fait, on peut tracer comme sur un papier, et on utilise un soft qui s'appelle flash et qui permet en appuyant sur un bouton l'animation qu'on vient de faire défiler. On gagne un temps fou. Et si on a besoin de réduire la tête, on n'a pas besoin de gommer et de redessiner entièrement... Mais attention, la machine est là pour nous aider, mais il a quand même fallu les dessiner et les peindre, ces décors ! Ca reste une combinaison entre la tradition et la modernité.

EN : L'un des vecteurs d'émotion, c'est la musique, écrite par Jonathan Morali du groupe Syd Matters. Il y a également une chanson du groupe dans le film. Comment s'est faite la rencontre ?

RC : Je connaissais quelques-uns de leurs disques. J'aimais beaucoup, notamment leurs parties musicales qui sonnent incroyablement riches, et puis les chansons, j'adore ! Je cherchais à savoir si c'était possible de travailler avec lui, et j'ai découvert qu'il faisait déjà des musiques de film. Il avait déjà pris ce cap. C'était aussi une évidence de travailler avec lui car stylistiquement, Jonathan travaille de manière très simple comme nous au dessin. Il a une grosse caisse, un petit clavier des années 70, une guitare, et quand il a besoin il fait venir un copain violoncelliste. Il fait une maquette et après il la pousse, mais jamais beaucoup plus loin. C'est hyper délicat, c'est très précis. Il ne va jamais chercher un orchestre. Ca se mariait très bien avec le film, sachant que l'idée depuis le départ, c'était le contrepied musical. Ne pas être dans la musique d'aventures comme on entend beaucoup d'habitude, et ne pas être dans la caricature de la Russie. On voulait une musique pop d'aujourd'hui, pour un film en costumes. J'avais adoré Marie-Antoinette de Sofia Coppola ou Deadman de Jarmush, c'était ce genre de contrepied-là que je trouvais intéressant aussi en dessin animé.

Arras 2015 : Demain, et si tout changeait ?

Posté par MpM, le 7 novembre 2015

Demain

Vous en avez marre des films qui essayent de vous culpabiliser sur l'épuisement des ressources naturelles et le réchauffement climatique ? Vous aimeriez agir pour l'environnement sans avoir la moindre idée de comment vous y prendre ? Vous avez un grand besoin, par les temps qui courent, d'un peu d'optimisme et d'espoir ?

Dès le 2 décembre, foncez en salles pour voir Demain, un documentaire coréalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui offre un panorama aussi captivant que réjouissant des initiatives citoyennes à travers le monde pour proposer une agriculture responsable, apprendre à se passer du pétrole et du charbon, réinventer une économie parallèle au niveau local ou encore mettre en pratique une démocratie vraiment participative.  Des expériences qui fonctionnent à grande échelle (Détroit, Copenhague, Bâle...) et ont d'ores et déjà prouvé qu'elles pouvaient faire la différence.

A San Francisco, une politique volontariste de recyclage des déchets verts permet par exemple à la ville d'atteindre un objectif de "zéro déchet" tout en vendant le compost ainsi obtenu aux agriculteurs de la région. A Bristol, 600 commerces ont adopté la monnaie locale (le Bristol Pound) et certaines entreprises l'utilisent pour une partie des salaires qu'elles versent. L'Islande est déjà 100% autonome d'un point de vue énergétique. Et ainsi de suite : le film présente tant d'initiatives réussies qu'il est impossible de les citer toutes !

Résultat, non seulement Demain est un manifeste formidable qui ne prêche pas seulement les déjà convertis aux problématiques écologiques contemporaines, non seulement il propose une foule d'idées pour agir concrètement dans son quartier ou son entreprise, mais surtout, il donne envie de s'y mettre !

D'ailleurs, il sera présenté à 100 délégués lors de la COP 21, comme pour montrer aux dirigeants que des solutions existent, et que les citoyens ont commencé à se les approprier avant même que les Etats ne se soient décidés à agir. C'est aussi un excellent moyen de résumer les principaux enjeux de cette conférence et, au-delà, de notre époque, afin de sensibiliser largement le grand public.

"C'était un peu comme des héros"

Présent au Arras Film Festival pour accompagner l'avant-première du film ainsi qu'un débat sur "les acteurs du territoire qui fabriquent le monde de Demain", Cyril Dion est revenu sur l'inutilité de faire la morale aux gens et la nécessité de simplement leur montrer des exemples qui peuvent déclencher l'envie d'agir à son tour.

Ecran Noir : Au début de Demain, vous expliquez qu'à l'origine du film, il y avait une volonté d'action de la part de toute l'équipe, suite notamment à la parution d'une étude très alarmante dans la revue Nature.

Cyril Dion : Oui, il y avait une volonté d'action de notre part en tant que professionnels du cinéma de pouvoir mettre nos compétences au service de quelque chose, mais surtout de faire un film qui donne envie aux gens d'agir. Qui leur donne de leur énergie. Car la plupart des films qu'on voit sur le sujet sont extrêmement catastrophistes. Ils montrent des situations qui sont dramatiques, et c'est utile de savoir que ça existe. Mais quand on sort de là, on est plutôt écrasé que plein d'énergie et d'envie de changer le monde. C'était notre objectif de rompre avec ça. Et pour l'instant, avec les gens qu'on rencontre dans les salles, ça marche.

EN : Le film est intégré dans le COP 21, la grande conférence sur le climat qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre...

CD : C'était le point de départ du film : on avait rencontré Philippe Martin, qui était ministre de l'Ecologie à l'époque, et qui nous avait demandé de faire en sorte que le film soit prêt pour la COP 21 pour que ça participe à mobiliser les gens dans ce contexte. Depuis, Laurent Fabius l'a vu, et on le projette le 1er décembre sur les Champs-Elysées avec une centaine de délégués de la COP qui viennent négocier l'accord, et le 2 décembre au Bourget.

EN : Comment avez-vous collecté toutes les initiatives présentées dans le film ?

CD : C'était mon métier pendant plusieurs années puisque j'ai créé une ONG avec Pierre Rabhi qui s'appelle Colibris, je m'occupe d'une collection chez Actes Sud qui s'appelle le domaine du possible, j'ai créé un magazine qui s'appelle Kaise qui traite de ces sujets-là... Donc le problème a plutôt été de choisir parmi toutes les initiatives qu'on connaissait et qui étaient formidables. On a choisi en essayant d'avoir des choses qui soient à une échelle suffisante pour que ce soit représentatif et que ça puisse convaincre même des gens qui sont sceptiques et qui ne connaissent pas. On voulait aussi que ce soit des gens qui nous ressemblent, pas que ce soit des gens marginaux. On a pris à la fois des élus, des citoyens, des entrepreneurs. On voulait qu'ils soient suffisamment charismatiques pour nous toucher et qu'on ait envie de leur ressembler. C'était un peu comme des héros.

EN : Vous avez un exemple d'initiatives dont vous regrettez de ne pas avoir pu parler ?

CD : Il y a plein de choses... On n'a pas du tout parlé de la santé alors qu'il y a plein de choses formidables qui se font. On a très peu parlé de l'habitat. On avait filmé notamment un éco-quartier formidable en Suède et il y a des éco-villages formidables qui se font un peu partout. Et puis on n'a malheureusement pas pu intégrer tous les gens qu'on a filmés et qui avaient de choses passionnantes à nous dire. Par exemple, on avait interviewé la romancière Nancy Huston qui nous parlait de son livre L'espèce fabulatrice et qui nous expliquait que l'être humain fonctionne en se racontant des histoires et que les histoires sont sans doute la chose la plus puissante pour faire changer notre imaginaire et nous donner envie de construire le monde. Que ça a été comme ça de tout temps et que c'est sans doute pour ça que le cinéma a autant d'impact et que les stars de cinéma sont connues comme des sortes de demi-dieux dans un nouveau panthéon. Parce qu'elles expriment tout ce que nous on voudrait exprimer, dans des histoires qui ont une puissance considérable dans l'imaginaire collectif. Et c'est justement une des raisons pour lesquelles on a fait ce film.

Arras 2015 sort Le grand jeu pour sa 16e édition

Posté par MpM, le 6 novembre 2015

le grand jeu

La 16e édition du Arras Film Festival s'est ouverte avec un premier film envoûtant, Le grand jeu de Nicolas Pariser, qui s'avère la grande révélation de cet automne, présenté à Locarno dans la section "Cinéaste du présent" et sélectionné également au Festival international du Film de la Roche-sur-Yon, au Poitiers Film Festival (ouverture) et au Festival des Arcs.

Thriller politique qui prend le temps, Le grand jeu raconte la rencontre en apparence fortuite entre Pierre Blum (Melvil Poupaud), ancien écrivain prometteur désormais complètement désœuvré, et Joseph Paskin (André Dussollier), un homme mystérieux qui "rend des services" à des hommes importants et évolue dans les hautes sphères du pouvoir. Leur collaboration replonge Pierre dans son passé de militant gauchiste et met surtout sa vie à la fois en danger et en perspective.

C'est rien de dire qu'on a été totalement bluffé par la maîtrise formelle du film qui prend le contre-pied des tics propres aux films de genre contemporains. Ses scènes sont longues, parfois statiques, toujours très écrites, mais jamais ennuyeuses ou poussives. L'action se niche plus au cœur des dialogues (presque toujours savoureux) et des ellipses entre deux séquences qu'à l'écran, et pourtant la tension est communicative. Les personnages existent tous, même les seconds rôles, et tiennent le récit, malgré leur fonction parfois un peu archétypale. On est face à un film certes exigeant, mais éminemment romanesque, et très brillamment ancré dans son époque.

Nicolas Pariser esquisse en effet le portrait d'une époque où le cynisme semble avoir contaminé tous les camps : cynisme envers le monde politique, cynisme envers les idéologies gauchistes qui rêvent de changer le monde, cynisme envers les valeurs démocratiques... L'écrivain est blasé et revenu de tout, dégoûté par le succès rencontré dans sa jeunesse comme par l'échec qui lui a succédé. Le conseiller occulte ne croit plus en rien, à part en sa propre capacité de nuisance. La clef du film est sans doute dans les premières scènes du film, lorsqu'il avoue être joueur. Un joueur qui ne sait pas s'arrêter...

Il y a aussi le constat d'un monde qui a profondément changé, entre les trois générations de militants de gauche : celle de mai 68 qui croyait en l'action politique, celle des années 90 qui n'a pas réussi à produire quoi que ce soit, et celle d'aujourd'hui qui est persuadée que le système s'est déjà effondré et qu'il n'y a juste plus besoin de s'en préoccuper. Comme l'explique le réalisateur, on est après la perte de l'innocence, lorsque toutes les illusions ont été perdues et qu'il faut retrousser ses manches pour continuer à avancer malgré tout.

"Politiquement, il ne reste pas grand chose de la décennie de nos 20 ans..."

Quelques heures avant la présentation du film devant une salle archi-comble, à l'issue de la traditionnelle soirée d'ouverture qui a donné le ton de cette 16e édition, Nicolas Pariser est revenu sur cet aspect très personnel de son film.

Ecran Noir : Qu'est-ce qu'y est venu au départ ? L'envie de faire un film de genre, ou celle de parler de notre époque... à travers un film de genre ?

Nicolas Pariser : Bonne question ! Je ne dirais pas que la question du film de genre se soit posée en premier parce que ce qui est venu en premier c'est plutôt le rapport du film à la littérature. C'est-à-dire d'abord au roman de Conrad Sous les yeux de l'occident puis aussi à certains romans de Balzac, voire d'Alexandre Dumas. S'il y a une référence directe, ce n'est pas le cinéma de genre, ce n'est pas le cinéma d'espionnage, c'est plutôt mon rapport à la littérature. Et ensuite, le cinéma de genre est venu plutôt au moment de l'écriture précise des scènes, du scénario, où là j'ai revu des années 70 de type Conversation secrète, A cause d'un assassinat, Les hommes du président... Ce type de films. Très vite, avant l'écriture du scénario, j'ai eu envie de profiter d'un récit un peu policier pour parler effectivement des gens de ma génération, en gros des gens qui ont eu vingt ans dans les années 90. Il y a dans le film un aspect important qui est l'aspect générationnel, et le fait de parler des années 2010.

EN : Avec un constat un peu amer...

NP : Le constat est un peu désabusé sur un point qui est l'empreinte que la génération des gens qui ont 40 ans aujourd'hui a laissé dans sa jeunesse. Qu'est-ce qui reste aujourd'hui de la décennie où on a eu vingt ans ? L'impression que j'ai c'est que politiquement, il n'en reste pas grand chose. On ne peut pas se référer à nos 20 ans en se disant on a vécu quelque chose de commun quand tous les autres ont eu 20 ans. Dans les années 60, il y a à la fois une culture populaire commune à tous (le rock, les Beatles, même Johnny Haliday) et puis il y avait la politique. Un rapport des gens à la gauche. Mai 68... Nous, dans les années 90, on a l'impression qu'il y avait eu un engagement mais qui s'est complétement délitté et dont il ne reste rien. Même d'un point de vue de références communes, c'est très compliqué. Il y a comme une sorte de trou noir. On a eu 18 ans, on est sorti de l'école, et bim, on a 40 ans, et entre, on a vécu une vie privée, par contre en terme de rapport à l'époque, en terme d'histoire, rien.

EN : Dans le film, c'est mis en perspective avec la génération de 68 et celle de maintenant.

NP : On est un peu un entre-deux. Evidemment, les gens qui ont fait mai 68 ont une espèce de jeunesse mythologique gravée dans le marbre. Aujourd'hui, il y a un engagement nouveau possible. Pour ma génération, si on me demandait ce qu'était l'altermondialisme dans les années 90 et ce qui est en reste 20 ans plus tard, je serais incapable de le dire. Par contre, je pourrais parler de ce qui se passe aujourd'hui et de ce qui s'est passé en mai 68, mais de mes 20 ans, c'est très difficile. Après c'est très personnel. Peut-être que personne ne le partage, mais c'était un des constats que je voulais faire dans le film, même si ce n'est pas le sujet du film. C'est un film d'espionnage, un film d'amour...

EN : Vous dites quelque chose de très juste dans le dossier de presse du film... Vous dites : "Ce n'est pas un film sur des gens qui n'y croient plus, c'est un film sur l'étape d'après."
NP : Oui, en fait, les sujets classiques c'est l'idéaliste qui se retrouve confronté au réel et qui a une descente, voilà, sauf que là, elle arrive très vite, très tôt, chez des gens qui ont 40 ans. Qu'es-ce qu'on fait à 40 ans quand on a dépassé le moment où on a perdu ses illusions ? Qu'est-ce qu'on peut construire sur ces décombres-là ? Je pense que le sujet intéressant c'est qu'est-ce qu'on fait quand on a perdu ses illusions, et pas la perte des illusions.

Crédit photo : Jovani Vasseur pour l'Arras Film Festival

Arras 2015 : Michèle Mercier, Jim Sheridan et 120 longs métrages venus du monde entier

Posté par MpM, le 4 novembre 2015

Arras 2015

Chaque automne, la tradition est désormais bien ancrée, et le public (parfois venu de loin) se presse en masse au Arras Film Festival pour découvrir des films venus du monde entier, proposant un joli panorama de la jeune création internationale, et notamment du cinéma européen. En 2014, plus de 38000 spectateurs avaient ainsi répondu présents à l'appel de la 15e édition qui avait couronné le film tchèque Fair Play (Sur la ligne) d'Andrea Sedlackova.

Cette année, plus de cent vingt longs métrages attendent les festivaliers et professionnels présents, parmi lesquels de nombreuses avant-premières françaises et européennes ainsi que deux rétrospectives thématiques : "l'Irlande, d'un conflit à l'autre" et "Braquages en tous genres". En ouverture, c'est Le grand jeu de Nicolas Pariser qui succède à La famille Bélier (avec le même succès à la clef ?) tandis que La vie est belge de Vincent Bal fera le clôture.

Côté avant-premières, on peut noter la présence de Je ne suis pas un salaud d'Emmanuel Finkiel, Je vous souhaite d'être follement aimée d'Ounie Lecomte, Argentina de Carlos Saura, Les chevaliers blancs de Joachim Lafosse, Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, Francofonia d'Alexandre Sokourov ou encore de "grosses pointures" américaines comme Legend de Brian Helgeland et même 007 Spectre de Sam Mendès.

Des films remarqués au dernier Festival de Cannes seront également de la partie, à commencer par Mia Madre de Nanni Moretti, Une histoire de fou de Robert Guédiguian, Je suis un soldat de Laurent Larivière, Le trésor de Corneliu Porumboiu, Soleil de plomb de Dalibor Matanic et Mountains may depart de Jia Zhang-ke.

Bien sûr, la compétition européenne sera l'un des principaux temps forts du festival, avec neuf longs métrages en lice pour l'Atlas d'or, qui sera remis par le jury présidé par la réalisatrice Laetitia Masson et composé des comédiens Antoine Chappey, Salomé Stévenin, Malik Zidi et du réalisateur slovène Boris Petkovic. Parmi les pays représentés, on retrouve l'Islande, l'Estonie, la Turquie, la Bulgarie et la Suisse. Par ailleurs, plusieurs focus géographiques permettront aux spectateurs de découvrir des inédits et avant-premières venus d'Europe de l'est et centrale (dont un focus sur les cinémas roumain et slovène).

Enfin, deux invités d'honneur viendront à la rencontre du public : le réalisateur, scénariste et acteur irlandais Jim Sheridan et la comédienne française Michèle Mercier. Des rétrospectives de leur oeuvre seront également présentées tout au long du festival.

En parallèle, ce 16e Arras Film Festival proposera un festival des enfants, des ciné-concerts ainsi que la suite de la rétrospective sur "La grande guerre" commencée en 2014. Et comme chaque année depuis 2008, Ecran Noir sera présent pour vous en faire vivre au quotidien les meilleurs moments, rencontres et découvertes !

______________

16e Arras Film Festival
Du 6 au 15 novembre 2015
Site de la manifestation