Emmy Awards 2020 : Succession, Schitt’s Creek et Zendaya créent la surprise

Posté par wyzman, le 21 septembre 2020

L’annonce des nominations pour les Emmy Awards 2020 survenue fin juillet dernier en avait laissé plus d’un perplexes. Sans Game Of Thrones, HBO affichait ainsi un petit coup de mou côté nominations et ne pouvait ainsi que compter que sur quelques programmes (Succession, Watchmen et Westworld). Cela laissait plus de place à Netflix et ses 160 nominations pour notamment Ozark, The Crown, Hollywood et Stranger Things.

Mais parce que les votants des Emmy Awards aiment le changement (quoi que l’on en dise), la cérémonie qui a eu lieu hier aura été l’occasion d’assister à quelques surprises ! Ainsi, Schitt’s Creek a raflé toutes les principales statuettes de la section Comédie. A 24 ans, Zendaya d’Euphoria est devenue la plus jeune actrice à recevoir l’Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique et la deuxième femme de couleur après Viola Davis (How to Get Away with Murder, 2015).

Résultat des courses : Watchmen est la série la plus récompensée de cette édition avec pas moins de 11 statuettes. Suivent ensuite Schitt's Creek (9), Succession (7), The Mandalorian (7) et RuPaul's Drag Race (6).

Voici la liste des nominations :

Meilleure série comique

“Curb Your Enthusiasm” (HBO)

“Dead to Me” (Netflix)

“The Good Place” (NBC)

“Insecure” (HBO)

“The Kominsky Method” (Netflix)

“The Marvelous Mrs. Maisel” (Amazon)

“Schitt’s Creek” (Pop)

“What We Do In The Shadows” (FX)

Meilleure série dramatique

“Better Call Saul” (AMC)

“The Crown” (Netflix)

“The Handmaid’s Tale” (Hulu)

“Killing Eve” (BBC America)

“The Mandalorian” (Disney+)

“Ozark” (Netflix)

“Stranger Things” (Netflix)

“Succession” (HBO)

Meilleure mini-série

“Little Fires Everywhere” (Hulu)

“Mrs. America” (FX)

“Unbelievable” (Netflix)

“Unorthodox” (Netflix)

“Watchmen” (HBO)

Meilleure actrice de série comique

Christina Applegate, “Dead to Me”

Rachel Brosnahan, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Linda Cardellini, “Dead to Me”

Tracee Ellis Ross, “black-ish”

Catherine O’Hara, “Schitt’s Creek”

Issa Rae, “Insecure”

Meilleur acteur de série comique

Anthony Anderson, “black-ish”

Don Cheadle, “Black Monday”

Ted Danson, “The Good Place”

Michael Douglas, “The Kominsky Method”

Eugene Levy, “Schitt’s Creek”

Ramy Youssef, “Ramy”

Meilleure actrice de série dramatique

Jennifer Aniston, “The Morning Show”

Olivia Colman, “The Crown”

Jodie Comer, “Killing Eve”

Laura Linney, “Ozark”

Sandra Oh, “Killing Eve”

Zendaya, “Euphoria”

Meilleur acteur de série dramatique

Jason Bateman, “Ozark”

Sterling K. Brown, “This Is Us”

Steve Carell, “The Morning Show”

Brian Cox, “Succession”

Billy Porter, “Pose”

Jeremy Strong, “Succession”

Meilleure actrice de mini-série ou téléfilm

Cate Blanchett, “Mrs. America”

Shira Haas, “Unorthodox”

Regina King, “Watchmen”

Octavia Spencer, “Self Made”

Kerry Washington, “Little Fires Everywhere”

Meilleur acteur de mini-série ou téléfilm

Jeremy Irons, “Watchmen”

Hugh Jackman, “Bad Education”

Paul Mescal, “Normal People”

Jeremy Pope, “Hollywood”

Mark Ruffalo, “I Know This Much Is True”

Meilleure actrice de série comique (second rôle)

Alex Borstein, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Betty Gilpin, “GLOW”

D’Arcy Carden, “The Good Place”

Marin Hinkle, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Kate McKinnon, “Saturday Night Live”

Annie Murphy, “Schitt’s Creek”

Yvonne Orji, “Insecure”

Cecily Strong, “Saturday Night Live”

Meilleur acteur de série comique (second rôle)

Mahershala Ali, “Ramy”

Alan Arkin, “The Kominsky Method”

Andre Braugher, “Brooklyn Nine-Nine”

Sterling K. Brown, “The Marvelous Mrs. Maisel”

William Jackson Harper, “The Good Place”

Dan Levy, “Schitt’s Creek”

Tony Shalhoub, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Kenan Thompson, “Saturday Night Live”

Meilleure actrice de série dramatique (second rôle)

Helena Bonham Carter, “The Crown”

Laura Dern, “Big Little Lies”

Julia Garner, “Ozark”

Thandie Newton, “Westworld”

Sarah Snook, “Succession”

Fiona Shaw, “Killing Eve”

Meryl Streep, “Big Little Lies”

Samira Wiley, “The Handmaid’s Tale”

Meilleur acteur de série dramatique (second rôle)

Nicholas Braun, “Succession”

Kieran Culkin, “Succession”

Billy Crudup, “The Morning Show”

Mark Duplass, “The Morning Show”

Giancarlo Esposito, “Better Call Saul”

Matthew Macfadyen, “Succession”

Bradley Whitford, “The Handmaid’s Tale”

Jeffrey Wright, “Westworld”

Meilleure actrice de mini-série ou téléfilm  (second rôle)

Uzo Aduba, “Mrs. America”

Toni Collette, “Unbelievable”

Margo Martindale, “Mrs. America”

Jean Smart, “Watchmen”

Holland Taylor, “Hollywood”

Tracey Ullman, “Mrs. America”

Meilleur acteur de mini-série ou téléfilm (second rôle)

Yahya Abdul-Mateen II, “Watchmen”

Jovan Adepo, “Watchmen”

Tituss Burgess, “Unbreakable Kimmy Schmidt: Kimmy vs. The Reverend”

Louis Gossett Jr., “Watchmen”

Dylan McDermott, “Hollywood”

Jim Parsons, “Hollywood”

Meilleur téléfilm

“American Son” (Netflix)

“Bad Education” (HBO)

“Dolly Parton’s Heartstrings” (Netflix)

“El Camino: A Breaking Bad Movie” (Netflix)

“Unbreakable Kimmy Schmidt: Kimmy vs. The Reverend” (Netflix)

Meilleure émission de divertissement

“A Black Lady Sketch Show” (HBO)

“Drunk History” (Comedy Central)

“Saturday Night Live” (NBC)

Meilleur talk-show

“The Daily Show With Trevor Noah” (Comedy Central)

“Full Frontal With Samantha Bee” (TBS)

“Jimmy Kimmel Live!” (ABC)

“Last Week Tonight With John Oliver” (HBO)

“The Late Show With Stephen Colbert” (CBS)

Meilleure émission de compétition

“The Masked Singer” (Fox)

“Nailed It!” (Netflix)

“RuPaul’s Drag Race” (VH1)

“Top Chef” (Bravo)

“The Voice” (NBC)

Meilleure présentation d’emission de compétition

Bobby Berk, Karamo Brown, Tan France, Antoni Porowski and Jonathan Van Ness, “Queer Eye”

Nicole Byer, “Nailed It!”

Barbara Corcoran, Mark Cuban, Lori Greiner, Daymond John, Robert Herjavec and Kevin O’Leary, “Shark Tank”

Padma Lakshmi, and Tom Colicchio, “Top Chef”

Amy Poehler and Nick Offerman, “Making It”

RuPaul, “Drag Race”

Meilleure télé-réalité structurée

“Antiques Roadshow” (PBS)

“Love Is Blind” (Netflix)

“Queer Eye” (Netflix)

“Shark Tank” (ABC)

“A Very Brady Renovation” (HGTV)

Meilleure télé-réalité (non-structurée)

“Amy Schumer Learns To Cook: Lunch Break And Pasta Night” (Food Network)

“Cheer” (Netflix)

“Kevin Hart: Don’t F**k This Up” (Netflix)

“RuPaul’s Drag Race: Untucked” (VH1)

“We’re Here” (HBO)

Meilleure guest-star de série comique

Angela Bassett, “A Black Lady Sketch Show”

Bette Midler, “The Politician”

Maya Rudolph, “The Good Place”

Maya Rudolph, “Saturday Night Live”

Wanda Sykes, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Phoebe Waller-Bridge, “Saturday Night Live”

Meilleur guest-star de série comique

Brad Pitt, “Saturday Night Live”

Adam Driver, “Saturday Night Live”

Luke Kirby, “The Marvelous Mrs. Maisel”

Eddie Murphy, “Saturday Night Live”

Dev Patel, “Modern Love”

Fred Willard, “Modern Family”

Meilleure guest-star de série dramatique

Alexis Bledel, “The Handmaid’s Tale”

Laverne Cox, “Orange Is The New Black”

Cherry Jones, “Succession”

Phylicia Rashad, “This Is Us”

Cicely Tyson, “How To Get Away With Murder”

Harriet Walter, “Succession”

Meilleur guest-star de série dramatique

Jason Bateman, “The Outsider”

Ron Cephas Jones, “This Is Us”

James Cromwell, “Succession”

Giancarlo Esposito, “The Mandalorian”

Andrew Scott, “Black Mirror”

Martin Short, “The Morning Show”

Meilleure série documentaire

“American Masters” (PBS)

“Hillary” (Hulu)

“McMillion$” (HBO)

“The Last Dance” (ESPN)

“Tiger King: Murder, Mayhem And Madness” (Netflix)

Meilleur programme documentaire

“The Apollo” (HBO)

“Beastie Boys Story” (AppleTV+)

“Becoming” (Netflix)

“The Great Hack” (Netflix)

“Laurel Canyon: A Place In Time” (EPIX)

Meilleur programme animé

“Big Mouth” (Netflix)

“Bob’s Burgers” (Fox)

“BoJack Horseman” (Netflix)

“Rick And Morty” (Adult Swim)

“The Simpsons” (Fox)

Meilleur scénario de série comique

Dan Levy, “Schitt’s Creek” (“Happy Ending”)

Sam Johnson and Chris Marcil, “What We Do In The Shadows” (“Collaboration”)

Tony McNamara, ”The Great” (“The Great”)

Stefani Robinson, “What We Do In The Shadows” (“On The Run”)

Michael Schur, “The Good Place” (“Whenever You’re Ready”)

Paul Simms, “What We Do In The Shadows” (“Ghosts”)

David West Read, “Schitt’s Creek” (“The Presidential Suite”)

Meilleur scénario de série dramatique, mini-série ou téléfilm

Jesse Armstrong, “Succession” (“This Is Not For Tears”)

Miki Johnson, “Ozark” (“Fire Pink”)

Peter Morgan, “The Crown” (“Aberfan”)

Chris Mundy, “Ozark” (“All In”)

Thomas Schnauz, “Better Call Saul” (“Bad Choice Road”)

John Shiban, “Ozark” (“Boss Fight”)

Gordon Smith, “Better Call Saul” (“Bagman”)

Meilleure réalisation de série comique

James Burrows, “Will & Grace” (“We Love Lucy”)

Andrew Cividino and Daniel Levy, “Schitt’s Creek” (“Happy Ending”)

Gail Mancuso, “Modern Family” (“Finale Part 2”)

Daniel Palladino, “The Marvelous Mrs. Maisel” (“Marvelous Radio”)

Matt Shakman, “The Great” (“The Great”)

Amy Sherman-Palladino, “The Marvelous Mrs. Maisel” (“It’s Comedy Or Cabbage”)

Ramy Youssef, “Ramy” (“Miakhalifa.mov”)

Meilleure réalisation de série dramatique

Benjamin Caron, “The Crown” (“Aberfan”)

Jessica Hobbs, “The Crown” (“Cri de Coeur”)

Mimi Leder, “The Morning Show” (“The Interview”)

Lesli Linka Glatter, “Homeland” (“Prisoners Of War”)

Mark Mylod, “Succession” (“This Is Not For Tears”)

Andrij Parekh, “Succession” (“Hunting”)

Alik Sakharov, “Ozark” (“Fire Pink”)

Ben Semanoff, “Ozark” (“Su Casa Es Mi Casa”)

Meilleure réalisation de série mini-série

Lenny Abrahamson, “Normal People” (“Episode 5”)

Steph Green, “Watchmen” “Little Fear Of Lightning”)

Nicole Kassell, “Watchmen” (“It’s Summer And We’re Running Out Of Ice”)

Lynn Shelton, “Little Fires Everywhere” (“Find A Way”)

Stephen Williams, “Watchmen” (“This Extraordinary Being”)

Maria Schrader, “Unorthodox”

Meilleure réalisation d’émission de divertissement

Dime Davis, “A Black Lady Sketch Show,” (“Born At Night, But Not Last Night”)

Jim Hoskinson, “The Late Show With Stephen Colbert” (“Live Show; Chris Christie; Nathaniel Rateliff”)

Linda Mendoza, “Tiffany Haddish Presents: They Ready” (“Flame Monroe”)

David Paul Meyer, “The Daily Show With Trevor Noah” (“Dr. Fauci Answers Trevor’s Questions About Coronavirus”)

Paul Pennolino and Christopher Werner, “Last Week Tonight With John Oliver” (“Episode 629”)

Don Roy King, “Saturday Night Live” (“Host: Eddie Murphy”)

Deauville 2020 : The Nest trois fois primé

Posté par kristofy, le 13 septembre 2020

Ce 46ème Festival du cinéma américain de Deauville a connu des salles "pleines de monde et belles de monde". La menace du coronavirus a provoqué une diminution logique du nombre de festivaliers pendant cette dizaine de jours, soit une fréquentation en baisse de 37%. Avec l'invitation à y découvrir aussi des films qui avaient été sélectionnés par les festivals de Cannes et Annecy qui n'avaient pas pu se tenir, le message symbolique était d'aller voir des films, collectivement , sur grand écran, après un été catastrophiques pour les exploitants : "le cinéma nous y retournons, et nous y retournerons". Pour l'instant, la fréquentation est en baisse 65% cette année en France.

Le cœur du Festival de Deauville reste sa compétition, avec, cette année 15 films (dont 7 premiers films et 8 films de réalisatrices). On y comptait quelques grands noms de cinéastes (Kelly Reichardt, Miranda July, Jonathan Nossiter, Alan Ball, Sean Durkin). "La sélection que nous avions a juger était riche, varié, et d'un très bon niveau", et pour tous, ce sont les mêmes films qui étaient favoris : First Cow, Lorelei, The Assistant, Holler, Uncle Franck...

Les jurys ayant la mission de remettre un prix devaient forcément faire un choix difficile. On comprend mieux que certains prix se soient dédoublés avec des mentions.  Malgré leurs différences de production (des premiers films avec des amis débutants, d'autres films avec des gros budgets et des célébrités, chaque œuvre méritait un prix d'interprétation. S'il y avait eu des prix d'interprétation Carrie Coon dans The Nest et Pablo Schreiber dans Lorelei auraient été au palmarès. D'ailleurs, plus que des intentions de mises en scène ou des sujets de scénario, un critère influençant l'arbitrage semble avoir été l'interprétation.

The Nest de Sean Durkin cumule trois récompenses. Le réalisateur avait été révélé avec Martha Marcy May Marlene primé à Sundance et à Cannes,  sorti début 2012. En fait hormis un court prologue, tout le film The Nest se passe à Londres : un entrepreneur dans la finance (Jude Law) vient de déménager avec sa femme (Carrie Coon) et ses deux enfants dans une immense et antique maison avec un grand parc où va se construire une écurie; mais sa femme découvre que leur compte en banque est vide et que ses mensonges et leur vie luxueuse ne sont plus tenables. L'unité familiale s'en trouve ébranlée.

Grand prix : The Nest de Sean Durkin
Prix du jury ex-aequo : First Cow de Kelly Reichardt et Lorelei de Sabrina Doyle

Prix de la Révélation : The Nest de Sean Durkin
Mention Prix de la Révélation pour sa mise en scène : The Assistant de Kitty Green

Prix du Public : Uncle Franck d’Alan Ball
Prix de la critique : The Nest de Sean Durkin

A noter que la grande majorité des 15 films en compétition (et les meilleurs) n'ont pas encore de date de sortie déterminée en France. Uncle Franck d’Alan Ball (scénariste de American Beauty, et des séries Six Feet Under et True Blood!) sera visible sur la plateforme Amazon Prime Video, et curieusement, ce sont les plus déroutants qui sont prévus en salles: Kajillionaire de Miranda July le 30 septembre et Last Words de Jonathan Nossiter le 21 octobre.

Venise 2020: Le Lion d’or pour Nomadland de Chloé Zhao

Posté par vincy, le 12 septembre 2020

Cette édition si spéciale du festival de Venise, la 77e, n'aura pas brillé d'un point de vue médiatique. Les Américains étaient relativement absents. Le tapis rouge était cloîtré. Les spectateurs masqués. Ambiance de confinement. Pourtant, de l'avis général, tout s'est bien passé. Si le festival manquait sans doute d'un film dont le good buzz fasse le tour de la planète, il a réussi à exister malgré la covid. Mieux, avec le court métrage de Pedro Almodovar, La voix humaine, unanimement apprécié, il s'est offert un petit gâteau surprise en guise de cadeau.

Côté palmarès, aucun film ne se détache non plus même si Quo Vadis, Aida? de Jasmila Zbanic, Nomadland de Chloé Zhao, Notturno de Gianfranco Rosi et Miss Marx de Susanna Nicchiarell glanent quelques prix mineurs en marge du festival. Nomadland a été couronné par le Lion d'or, qui récompense une réalisatrice singulière dans l'Hollywood d'aujourd'hui, Chloé Zhao. Adulée pour ses films d'auteurs (The Rider, Les Chansons que mes frères m'ont apprises), cette américaine née en Chine a été choisie pour une superproduction Marvel (Eternals, 2021). Avec Nomadland, elle reste dans son territoire. Le film interprété par Frances McDormand et David Strathairn nous renvoie dans le passé et dans les horizons immenses: Après avoir tout perdu pendant la Grande Récession, une sexagénaire se lance dans un voyage à travers l'Ouest américain, vivant comme un nomade des temps modernes. Ironiquement, alors que les Américains sont absent de Venise, c'est une production Fox Searchlight distribuée par Disney qui est sacrée par le deuxième plus grand festival du monde.

Le prix FIPRESCI de la critique a été décerné à The Disciple de l'indien Chaitanya Tamhane pour la compétition (par ailleurs distingué par le jury de Cate Blanchett pour son scénario) et à Dashte Khamoush (The Wasteland) de l'iranien Ahmad Bahrami (Orizzonti) pour les autres sélections. Le film a d'ailleurs été couronné par le jury d'Orizzonti. Le cinéma iranien a aussi été distingué avec le prix Marcello Mastroianni pour le jeune Rouhollah Zamani.

Du côté des Giornate degli autori (Venice Days), le palmarès a couronné The Whaler Boy du russe Philipp Yuryev (meilleur réalisateur), 200 Meters du palestinien Ameen Nayfeh (prix du public), et Oasis du serbe Ivan Ikic (prix Label Europa). Le Grand prix de la Semaine internationale de la Critique a distingué Hayaletler (Ghosts) d'Azra Deniz Okyay (Turquie). Enfin, The World to come de l'américaine Mona Fastvold a remporté le Queer Lion Award.

Côté hommages, deux Lions d'or d'honneur ont été remis à l'actrice écossaise Tilda Swinton et la cinéaste de Hong Kong Ann Hui. Abel Ferrara a reçu le prix Jaeger-LeCoultre Glory to the Filmmaker.

Il restait aux deux jurys principaux de révéler leurs choix: celui de la compétition (Cate Blanchett, présidente, Matt Dillon, Veronika Franz, Joanna Hogg, Nicola Lagioia : écrivain Drapeau de l'Italie Italie, Christian Petzold et Ludivine Sagnier) et celui de la section Orizzonti (Claire Denis, présidente, Oscar Alegria, Francesca Comencini, Katriel Schory et Christine Vachon).

Globalement, l'Europe et l'Asie se sont partagés la pièce montée.

On a déjà parlé du Lion d'or, mais le palmarès est aussi cosmopolite que divers. Le jury de Cate Blanchett n'a pas manqué de donner enfin un prix d'interprétation masculine à Pierfrancesco Favino pour Padrenostro, lui qui l'avait manqué l'an dernier à Cannes pour Le traître (qui lui a valu son premier Donatello du meilleur acteur cette année). De même côté actrice, Vanessa Kirby (The Crown) pouvait difficilement être snobée avec deux films en compétition : The World to Come et celui pour lequel elle a ce prestigieux prix, Pieces of a Woman, premier film anglophone du hongrois Kornél Mundruczó. Kiyoshi Kurosawa reçoit avec le prix du meilleur réalisateur sa plus importante récompense dans sa carrière, faiblement honorée (hormis à Cannes avec un prix en 2015). Initialement choisi par Cannes, le nouveau film du mexicain Michel Franco repart de son côté avec le Grand prix du jury (cinq ans après son prix du scénario à Cannes).

Listen d'Anna Rocha de Sousa est parmi les vainqueurs de la soirée avec un prix spécial du jury Orizzonti et le prix du meilleur premier film toutes sélections confondues. On notera dans la sélection Orizzonti les deux prix d'interprétation pour un acteur tunisien et une actrice marocaine, confirmant année après année la pleine forme du cinéma maghrébin sur le Lido. Quant à Lav Diaz, Lion d'or en 2016, son cinéma si singulier est une nouvelle fois récompensé avec le prix du meilleur réalisateur.

LE PALMARÈS

Compétitition
Lion d'or: Nomadland de Chloé Zhao
Grand prix du jury: Nuevo Orden (New Ordre) de Michel Franco
Lion d'argent du meilleur réalisateur: Kiyoshi Kurosawa pour Les amants sacrifiés
Coupe Volpi de la meilleure actrice: Vanessa Kirby (Pieces of a Woman de Kornél Mundruczó).
Coupe Volpi du meilleur acteur: Pierfrancesco Favino (Padrenostro de Claudio Noce)
Meilleur scénario: The Disciple de Chaitanya Tamhane
Prix spécial du jury: Dear Comrades d'Andreï Konchalovsky

Sélection Orizzonti
Meilleur film: Dashte Khamoush (The Wasteland) d'Ahmad Bahrami
Meilleur réalisateur: Lav Diaz (Genus Pan (Lahi, Hayop))
Prix spécial du jury: Listen d'Anna Rocha de Sousa (Orizzonti)
Meilleure actrice: Khansa Batma (Zanka Contact de Ismaël El Iraki)
Meilleur acteur: Yahya Mahayni (L'Homme qui avait vendu sa peau de Kaouther Ben Hania)
Meilleur scénario: I predatori de Pietro Castellitto
Meilleur court métrage: Entre tu y milagros de Mariana Saffon

Prix Luigi de Laurentiis (premier film): Listen d'Anna Rocha de Sousa (Orizzonti)
Prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir: Rouhollah Zamani (Sun Children de Majid Majidi, compétitition)

Ibrahim et Un triomphe couronnés à Angoulême

Posté par vincy, le 2 septembre 2020

Le Festival du film francophone d’Angoulême a décerné le premier palmarès cinématographique d'importance en Europe depuis... la Berlinale en février et Annecy en juin. Des salles quasiment pleines ont sans doute rassuré le secteur. Reste à savoir si le coup de projecteur suffira à faire revenir le public dans les cinémas français.

Deux films ont dominé cette édition post-Covid pour le jury présidé par Gustave Kervern et Benoît Delépine.

Ibrahim, premier long métrage du comédien Samir Guesmi, remporte quatre prix du jury, dont celui du meilleur film attribué à l'unanimité, mais aussi ceux de la mise en scène et du scénario.

Un triomphe, deuxième long métrage d'Emmanuel Courcol, avec Kad Merad notamment. Il reçoit le prix du public etun double prix d'interprétation masculine pour Sofian Khammes et Pierre Lottin, qui incarnent deux des prisonniers.

Les deux films ont reçu le label Sélection officielle Cannes 2020, tout comme Slalom, primé par les étudiants.

Notons que Petit pays d'Éric Barbier, déjà en salle a été distingué pour la très juste interprétation d'Isabelle Kabano.

Valois de diamant
Ibrahim de Samir Guesmi

Valois du public
Un triomphe d’Emmanuel Courcol (sortie 6 janvier 2021, Memento)

Valois de l’acteur
ex aequo :
Sofian Khammes dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol
Pierre Lottin dans Un triomphe d’Emmanuel Courcol

Valois de l’actrice
Isabelle Kabano dans Petit pays d’Éric Barbier (sortie le 28 août)

Valois de la mise en scène
Samir Guesmi pour Ibrahim

Valois Magelis des étudiants francophones
Slalom de Charlène Favier (sortie 4 novembre 2020, Jour2Fête)

Valois René-Laloux décerné au meilleur court métrage d’animation
ex aequo :
Machini de Tétshim et Frank Mukunday
Le mal du siècle de Catherine Lepage

Valois du scénario
Samir Guesmi pour Ibrahim (sortie 9 décembre 2020 Le Pacte)

Valois de la musique
Raphaël Eligoulachvili pour Ibrahim

GLAAD Media Awards 2020 : Pose, Booksmart et Lil Nas X parmi les gagnants

Posté par wyzman, le 31 juillet 2020

Sans surprise, l’Alliance des Gays et Lesbiennes contre la Diffamation (GLAAD) a tenu sa première édition virtuelle de ses Media Awards jeudi soir, toujours dans le but d’honorer les médias et les représentations justes et inclusives des personnes LGBTQ. Avant d’être diffusée sur la chaine américaine Logo le lundi 3 août, voici ce qu’il faut retenir de cette 31e édition.

Animée au bord d’une piscine et en plein air par les humoristes Fortune Feimster et Gina Yashere, la cérémonie était ponctuée de performances signées Ben Platt, la star de The Politician, la comédie de Ryan Murphy dont les deux premières saison sont déjà disponibles sur Netflix et l’activiste Shea Diamond. Mais il ne fallait surtout pas manquer le live de clôture de Chloe x Halle (les protégées de Beyoncé), accompagnées sur leur titre « Do It » par les stars de RuPaul’s Drag Race Vanessa Vanjie Mateo, Mayhem Miller et Naomi Smalls.

On notera bien évidemment que le prix de la meilleure série dramatique est revenu à l’incontournable Pose. Les comédiens Mj Rodriguez, Billy Porter, Dominique Jackson, Angelica Ross, Indya Moore, Ryan Jamaal Swain, Hailie Sahar, Angel Bismark Curiel et Dyllón Burnside ont accepté le prix, remerciant au passage les membres des communautés noire et hispanique, devenus leurs « propres héros »

Le prix de la meilleure série comique est revenu à Schitt’s Creek tandis que Booksmart d’Olivia Wilde a remporté le prix du meilleur film sorti sur tout le territoire américain. Dolly Parton, Lena Waithe, Cara Delevingne, Lil Nas X, Dwayne Wade et Gabrielle Union font partie des personnalités visibles au cours de cette cérémonie si particulière en raison de son contexte de diffusion.

La liste des gagnants :

Meilleur film - Grande diffusion

Booksmart (United Artists Releasing)

Meilleur film - Sortie limitée

Rafiki (Film Movement)

Meilleure série dramatique

Pose (FX)

Meilleure série comique

Schitt's Creek (Pop)

Meilleur épisode (dans une série sans personnage LGBTQ régulier)

"Two Doors Down", Dolly Parton’s Heartstrings (Netflix)

Meilleur téléfilm

Transparent : Musicale Finale (Amazon)

Meilleure série limitée

Tales of the City (Netflix)

Meilleur documentaire

State of Pride (YouTube)

Meilleurs programmes pour les enfants et les familles [ex-aequo]

The Bravest Knight (Hulu) et High School Musical : The Musical : The Series (Disney+)

Meilleur programme de télé-réalité

Are You the One? (MTV)

Meilleur artiste musical

Lil Nas X, 7 (Colombia)

Meilleure bande dessinée

Star Wars : Doctor Aphra, de Simon Spurrier, Emilio Laiso, Andrea Broccardo, Wilton Santos, Caspar Wijngaard, Marc Deering, Don Ho, Walden Wong, Chris Bolson, Scott Hanna, Elsa Charretier, Rachelle Rosenberg, Chris O'Halloran, Stephane Paitreau, Lee Loughridge, Edgar Delgado, Jim Campbell, Joe Caramagna (Marvel Comics)

Meilleur jeu vidéo

The Outer Worlds (Private Division)

Meilleure production à Broadway

The Inheritance, par Matthew Lopez

Meilleure émission de variété ou épisode d'un talk-show

"Jonathan Van Ness : Honey, She's An Onion With All Sorts of Layers", The Late Show with Stephen Colbert (CBS)

Meilleur journalisme de télévision ou newsmagazine

“Am I Next? Trans and Targeted”, Nightline (ABC)

Meilleur segment de journalisme télévisuel

"One-on-One with Mayor Pete Buttigieg", The Rachel Maddow Show (MSNBC)

Meilleur article de journal

"Military Reports No Discharges Under Trans Ban - But Advocates Have Doubts" par Chris Johnson (Washington Blade)

Meilleur article de magazine

“The Trans Obituaries Project” par Raquel Willis (OUT)

Meilleure couverture globale d’un magazine

The Advocate

Meilleur article sur le Web

“Trump Administration to LGBT Couples: Your ‘Out of Wedlock’ Kids Aren’t Citizens” par Scott Bixby (TheDailyBeast.com)

Meilleur journalisme numérique - vidéo ou multimédia

"Stonewall 50 : The Revolution" produit par Sekiya Dorsett, Brooke Sopelsa, Elizabeth Kuhr, Shahrzad Elghanayan, Wesley Oliver, Tim Fitzsimons, Victor Limjoco (NBC OUT et Nightly Films)

Meilleur blog

My Fabulous Disease

Reconnaissance spéciale

Special (Netflix)

Reconnaissance spéciale

Karen Ocamb, ancienne rédactrice en chef du Los Angeles Blade

Reconnaissance spéciale

Mark Segal, fondateur et éditeur du Philadelphia Gay News

Meilleure série télévisée à scénario en langue espagnole

El Corazón Nunca Se Equivoca (Univision)

Meilleur journalisme télévisuel hispanophone ou newsmagazine [ex-aequo]

"Después de Stonewall" (CNN en Español) et "Orgullo" Despierta América (Univision)

Venise 2020: Tilda Swinton et Ann Hui à l’honneur

Posté par vincy, le 20 juillet 2020

Venise fait comme si de rien n'était. Les festivals sont de plus en plus virtuels voire annulés (Telluride par exemple). les grosses sorties reportées (dernière en date, Tenet, désormais hors calendrier). Mais la Mostra continue d'y croire malgré une pandémie de Covid-19 toujours intense sur la planète.

Toujours est-il que pour cette 77e Mostra, Alberto Barbera a choisi ses deux Lions d'or d'honneur pour l'ensemble de leur carrière: l'actrice britannique Tilda Swinton, actuellement en tournage à Madrid avec Pedro Almodovar (photo), et la réalisatrice hongkongaise Ann Hui.

Tilda Swinton, 59 ans, est "unanimement reconnue comme une des interprètes les plus originales et les plus intenses à s'être fait connaître à la fin du siècle dernier", a expliqué dans son communiqué le directeur de la Mostra, Alberto Barbera. Oscarisée pour Michael Clayton, deux fois Teddy Award à Berlin, meilleure actrice européen pour We need to talk about Kevin, et prix d'interprétation à Venise pour Edward II en 1991, Tilda Swinton est l'un des actrices les plus éclectiques dans les genres, mais aussi les plus fidèles à ses cinéastes (Jarmusch, Anderson, Guadagnino...). Elle sera à l'affiche cet automne de The French Dispatch et de The Personal History of David Copperfield.

"Ann Hui est une des réalisatrices les plus appréciées, prolifiques et polyvalentes du continent asiatique", a rappelé Alberto Barbera. Elle a commencé comme assistante de réalisation auprès du maître du cinéma d'arts martiaux King Hu. Figure fondatrice de la Nouvelle vague hongkongaise, elle a déjà réalisé 26 longs métrages de fiction (notamment Nu ren si shi, son plus grand film) et deux documentaires. Lauréates des principaux prix majeurs en Asie (dont 7 fois le prix du meilleur cinéaste aux oscars hongkongais), elle aussi obtenu deux prix à Berlin (dont une Berlinale Camera pour son œuvre) et quatre prix parallèles à Venise pour Une vie simple en 2011

Jean-Pierre et Luc Dardenne, Prix Lumière 2020

Posté par vincy, le 16 juillet 2020

Il fallait s'y attendre un jour: les frères Dardenne, deux fois Palme d'or à Cannes, pour Rosetta et L'enfant, recevront le prestigieux prix Lumière 2020. C'est la première fois que des cinéastes francophones reçoivent la distinction créée en 2009. Ils succèdent à Francis Ford Coppola.

La 12e édition du festival Lumière se déroulera à Lyon du samedi 10 au dimanche 18 octobre 2020.

Réalisateurs de 11 longs métrages de fiction, de six documentaires et producteurs d'une trentaine de films (dont Le couperet de Costa-Gavras, L'exercice de l'Etat de Pierre Schoeller, La Part des anges de Ken Loach, Au-delà des collines de Cristian Mungiu et De rouille et d'os de Jacques Audiard), Jean-Pierre et Luc Dardenne ont été de multiples fois distingués en Europe, notamment avec David di Donatello, un European Award, un prix Robert Bresson à Venise et surtout deux Palmes d'or, un grand prix du jury, un prix de la mise en scène et un prix du scénario à Cannes.

Humanisme et néo-réalisme

"Les frères Dardenne ont empreint le cinéma contemporain de leur regard puissant et immédiatement reconnaissable. Une poétique de la réalité poussée à son paroxysme, qui fait écho à leur origine de cinéastes-documentaristes. Ils viennent d’un pays, la Belgique, extraordinairement actif et productif dans l’histoire du cinéma, ils sont célébrés sur la scène internationale et admirés par leurs collègues (...), il est temps de célébrer l’œuvre de Jean-Pierre et Luc Dardenne pour ce qu’elle est : humaine, forte, engagée, tournée vers la jeune génération et criante de vérité" explique le festival lyonnais.

"Nous sommes très honorés de recevoir ce Prix Lumière 2020, ont déclaré Jean-Pierre et Luc Dardenne. Pour nous, deux frères cinéastes, ce prix recèle une émotion particulière. Il nous met en contact avec la fraternité originelle du cinéma, avec les deux frères qui ont filmé pour la première fois des corps, des visages d’hommes et de femmes, d’ouvriers et d’ouvrières sortant de leurs ateliers. Plus d’un siècle après, nous filmons des corps, des visages qui sont les descendants de ceux filmés par les frères Lumière et nous essayons chaque fois de les filmer comme si c’était la première fois. Ce sera magnifique de recevoir ce Prix dans le cadre du festival qui fait dialoguer, comme nulle part ailleurs, le patrimoine mondial du cinéma et le public d’aujourd’hui."

Morale et misérables

Emilie Dequenne, Olivier Gourmet, Jérémie Renier, Fabrizio Rongione, Déborah François, Arta Dobroshi, Idir Ben Addi, Cécile de France, Marion Cotillard, Adèle Haenel: le cinéma des Dardenne est un cinéma de corps et de visages, de précision théâtrale et de regard social. Il y a chez eux une volonté de montrer les marginaux, les déclassés, les éclopés, les misérables de notre temps. Ils "résistent à leur manière, violemment, maladroitement, tendrement. Les deux frères cinéastes le font avec brio, avec talent, avec une attention à la morale des choses, nous faisant découvrir d’immenses acteurs et nous prouver que ce que l’on regarde, surtout si on le fait avec cette humanité, compte autant que le regard lui-même" a souligné Bertrand Tavernier.

Rosetta (1999) reste leur plus grand succès en France avec plus de 700000 entrées, devant Le gamin au vélo (2011) et Deux jours, une nuit (2014), tous deux au-dessus des 500000 spectateurs.

Les César veulent « une plus grande parité, diversité et représentativité parmi les votants »

Posté par vincy, le 9 juillet 2020

Les nouveaux statuts des César ont été adoptés au CNC ce jeudi 9 juillet 2020. Il s'agit maintenant pour les 4313 membres de faire acte de candidature puis de désigner au plus tard le 30 septembre leurs 170 représentants (21 branches) au sein de la nouvelle Assemblée Générale de l'Association. Cinq branches sont représentés par plus de 10 représentants dans cette AG: production, réalisation, interprétation, composition musicale et scénario. Toutes les autres auront entre 6 et 8 représentants. L'Assemblée Générale sera élue pour quatre ans, et élira pour un mandat de deux ans renouvelable une seule fois le nouveau Conseil d'Administration de l’Association (45 membres), dont un tandem paritaire pour sa Présidence et Vice-Présidence.

Ces nouveaux statuts vont permettre de réaliser la parité intégrale au niveau des membres élus de l'AG, du CA, du Bureau et de la Présidence de l’Association. Il s'agira ensuite d'atteindre "une plus grande parité, diversité et représentativité parmi les votants, en augmenter le nombre, et prendre toutes les décisions nécessaires pour organiser l’édition 2021 des César." Ce que font les César depuis une dizaine d'années.

Les nouveaux statuts de l'Académie des César sont disponibles sur son site.

Cette refonte totale des statuts de l'Académie des Césars intervient après l'hiver mouvementé de l'association qui a vu ses secrets de famille dévoilés en plein jour: une gestion opaque, des pressions sur les listes de nominations, des nominations contestées, un certain sexisme, des parrainages refusés pour les espoirs, un bureau dans l'ignorance, un collège électoral pas assez diversifié et pas très mixte.

Pas étonnant alors que la parité soit le nouvel axe central de cette réforme qui cherche à réparer les dysfonctionnements et à améliorer la gouvernance des César. La cérémonie fut tendue et fraîche. Il faut dire que la crise était à son paroxysme et, comme dans Festen, le carnage au sein de la famille du cinéma, a eu lieu.

Alain Terzian, contraint à démissionner face à tous ces scandales a laissé la place à une présidente par intérim, la productrice et distributrice Margaret Menegoz. Avec un ministre soucieux de calmer la tempête, le CNC et l'Association pour la promotion du Cinéma (qui gère les César) ont donc pu finaliser en quatre mois un document qui doit transformer l'organisation.

Les César auront alors seulement quelques mois pour montrer comment leur mue opère.

Oscars: 819 votants de plus, dont la moitié non américains

Posté par vincy, le 4 juillet 2020

819 personnalités ont été invités par l'Académie des Oscars. Au total, le nombre de votants atteint les 9 300 membres. Toujours dans sa logique d'ouverture internationale et de diversification de son collège électoral, les nouveaux membres sont à 45% des femmes, 36 % issus des minorités et surtout 49 % ne sont pas américains. Les nouveaux membres proviennent de 68 nationalités différentes, dont la France qui envoie un contingent de 35 personnes de tous métiers.

Désormais, avec 3179 membres, il y a un tiers de femmes votantes dans les 17 catégories, contre un quart il y a cinq ans. Les non-blancs ont triplé passant de 554 en 2015 à 1787 en 2020, soit près d'un votant sur cinq. Quant aux non-américains, ils sont désormais 2100 étrangers, soit trois fois plus en cinq ans.

Cela amènera forcément à des changements structurels sur les nominations, avec davantage de films internationaux nommés dans diverses catégories, et des choix sans doute moins grand public.

Le cru cannes 2019 en vedette

Côté français, on notera les récents nommés aux Oscars comme Jérémy Clapin et Ladj Ly. Mais aussi l'arrivée de Thierry Frémaux, directeur général de Cannes, et de nombreuses personnalités fidèles, révélées ou sacrées à Cannes comme Mati Diop et Adèle Hanel, ou encore Rosalie Varda. De nombreux producteurs ont aussi été conviés: Toufik Ayadi, Christophe Barral, Bénédicte Couvreur, Jean Labadie, Jean-François Le Corre, Damien Megherbi, Justin Pechberty et Marc du Pontavice.
C'est la catégorie réalisateur qui accueille le plus de français: outre Ly, Diop et Clapin, il y a Bruno Collet, Jean-Loup Felicioli, Alain Gagnol, Delphine Girard, Yves Piat, Nicolas Philibert, et Yolande Zauberman, césarisé cette année avec son documentaire M.
Les autres invités sont scénaristes (Giordano Gederlini, Alexis Manenti), monteurs son (Katia Boutin, Julien Lacheray, Anne Le Campion), ingénieurs du son (Cyril Holtz, Jean Umansky), monteur (Benjamin Massoubre), costumière (Caroline de Vivaise), cascadeur (Dominique Fouassier), directrice de casting (Leïla Fournier), ou dans le marketing (Emmanuelle Castro, Olivier Mouroux, Béatrice Wechsberger).

Cosmopolite et éclectique

Sinon, on soulignera les arrivées (et la confirmation de Venise et Cannes comme pourvoyeurs de talents) de Yalitza Aparicio (Roma), Awkwafina, Lee Jung-Eun, Choi Woo-Shik, Park So-Dam et Jang Hye-Jin (Parasite), Ana de Armas, Pierfrancesco Favino (Le traitre), Eva Longoria, George MacKay, Ben Mendelsohn, Florence Pugh, John David Washington, Olivia Wilde, Constance Wu, Zhao Tao, Levan Akin, Ari Aster, Ici?ar Bolla?in, Cristina Comencini, Terence Davies, Robert Eggers, Samira Makhmalbaf, Matt Reeves, Michael Nyman, Bernie Taupin, Zeynep O?zbatur Atakan (producteur des films de Nuri Bilge Ceylan), Michel Franco, ou de Luis Urbano (producteur des films de Miguel Gomes).

Cabourg 2020 : Guillaume Brac couronné, Robert Guédiguian sacré

Posté par kristofy, le 3 juillet 2020

Le 34e Festival du Film de Cabourg est le premier festival de cinéma en France a voir pu s'organiser avec le récent déconfinement. Il y a donc eu des projections dans les salles pour le public,t en présence de certaines équipes, des jurys, et aussi un tapis-rouge en bord de mer avec de nombreuses stars pour la cérémonie de remise des prix. Cette année reste spéciale avec une édition de Cabourg réduite à 3 jours (au lieu de 5  habituellement) du 29 juin au 1er juillet, mais avec un concentré de films en avant-première.

Le palmarès :

- Grand Prix du Jury : A l’abordage de Guillaume Brac

Guillaume Brac a révélé au cinéma deux interprètes de théâtre ,Vincent Macaigne et Laure Calamy (depuis devenus des noms de plusieurs gros films) avec son moyen-métrage Un monde sans femme sorti en 2012. Son court-métrage précédent, Le Naufragé , avec Vincent Macaigne (déjà), était d'ailleurs à Cabourg en 2010. Ce nouveau film A l’abordage, déjà présenté à Berlin, flirte en apparence avec le cinéma d'Éric Rohmer. mais il se révèle progressivement plein d'audace autant en traits d'humour qu'en petites observations de la société. C'est un grand film romantique (joué par  des jeunes du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris), déjà l'un des meilleur film français de l'année ...

- Mention Spéciale du Jury : Balloon de Pema Tseden (sortie le 18 novembre 2020)

Les films de Pema Tseden sont à chaque des invitations à la poésie et au voyages dans diverses régions du Tibet, et on a la chance que certains sortent en salles en France : Tharlo en 2018 et Jinpa en 2020 après être sélectionnés aux festivals de Venise et de Vesoul (en remportant d'ailleurs 2 Cyclo d'or), ce dernier Balloon va suivre la même trajectoire (Venise, puis Vesoul) avec une sortie à venir prévue au 18 novembre 2020. Balloon est son film peut-être le plus 'accessible' avec en particulier une histoire d'amour contrariée (et aussi derrière le sujet de l'accès à des moyens de contraception) : cette mention spéciale du Festival Romantique de Cabourg est logique.

- Meilleur court-métrage : La Grande nuit de Sharon Hakim
- Prix du Jury court-métrage : Aline de Simon Guélat
- Mention Spéciale du Jury Court-Métrage : Shakira de Noémie Merlant
- Meilleure actrice court-métrage ex-aequo : Catalina Danca dans Shakira et Tamara Saade dans La Grande nuit
- Meilleur acteur court-métrage ex-aequo : Paulin Jaccoud et Schemci Lauth dans Aline

La spécificité du Festival de Cabourg est aussi de décerner des prix, le romantique Swann d'Or, qui viennent saluer les talents des films français de l'année entre chaque été. L'un de ces films est d'ailleurs de nouveau distribué en salles depuis leur réouverture : De Gaulle avec Lambert Wilson

- Swann d’Or du meilleur film : Gloria Mundi de Robert Guédiguian
- Swann d’Or de la meilleure réalisation : Nicolas Bedos pour La Belle Époque
- Prix Gonzague Saint-Bris du scénario adapté d'une oeuvre littéraire : Seules les bêtes par Dominik Moll et Gilles Marchand (d’après le roman de Colin Niel)
- Swann d’Or de la meilleure actrice : Chiara Mastroianni dans Chambre 212 de Christophe Honoré
- Swann d’Or du meilleur acteur : Lambert Wilson dans De Gaulle de Gabriel Le Bomin
- Swann d’Or de la révélation féminine : Luàna Bajrami dans Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma
- Swann d’Or de la révélation masculine : Benjamin Voisin dans Un vrai bonhomme de Benjamin Parent
- Swann d’Or du meilleur premier film : Tu mérites un amour de Hafsia Herzi

Par ailleurs les Prix Premiers Rendez-Vous qui récompensent les débuts à l’écran d’une actrice et d’un acteur dans un premier grand rôle ont été donné à Zahia Dehar dans Une Fille facile de Rebecca Zlotowski et à Alexandre Wetter dans Miss de Ruben Alves