Catherine Deneuve lauréate du prestigieux prix Praemium Imperiale

Posté par vincy, le 13 juillet 2018

C'est une première. Jamais un acteur ou une actrice française n'avait jusqu'ici reçu le Praemium Imperiale, considéré comme le "Nobel des Arts". Catherine Deneuve sera donc la première comédienne française à être ainsi honorée.

Dans la catégorie Théâtre et cinéma, ce prix a déjà été remis à un cinéaste français (Marcel Carné) et une danseuse française (Sylvie Guillem). La récompense a aussi été décernée à des personnalités du 7e art tels Federico Fellini, Ingmar Bergman, Akira Kuroswawa, Andrzej Wajda, Richard Attenborough, Jean-Luc Godard, Ken Loach, Abbas Kiarostami, Francis Ford Coppola, Martin Scorsese et seulement deux comédiennes, Sophia Loren et Judi Dench.

Chacun des cinq lauréats recevra la somme de 15 millions de yens (environ 117000 €) lors d'une cérémonie le 23 octobre à Tokyo de la part du prince Hitachi, frère cadet de l'empereur Akihito.

Dans les autres catégories les français Pierre Alechinsky (Peinture), et Christian de Portzamparc (Architecture), le chef d'orchestre italien Riccardo Mutti (Musique), et la japonaise Fujiko Nakaya (Sculpture) complètent le palmarès.

La bourse pour les jeunes artistes, créée en 1997, a, elle, été attribuée à la "Shakespeare Schools Foundation", au Royaume-Uni, qui organise depuis 2000 le plus grand festival de théâtre de jeunesse au monde.

Pas de film français dans la première sélection du Prix LUX 2018

Posté par vincy, le 2 juillet 2018

10 films ont été sélectionnés pour le Prix LUX (Parlement européen). Les trois finalistes seront connus fin juillet et le lauréat sera connu le 14 novembre, à Strasbourg.

On note l'absence de films français (même si trois coproductions françaises se glissent dans la liste). La moitié des sélectionnés étaie au Festival de Cannes. Globalement les films d'Europe du nord et d'Europe de l'Est dominent la sélection. En 2017, Sámi Blood, (coprod scandinave), premier film d'Amanda Kernell avait reçu ce prix désigné par les membres du Parlement européen.

  • Border d'Ali Abbasi (Suède)
  • Donbass de Sergei Loznitsa  (Ukraine)
  • Girl de Lukas Dhont (Belgique, Pays-Bas)
  • Heureux comme Lazzaro d'Alice Rohrwacher (Italie, France, Suisse, Allemagne)
  • Mug de Ma?gorzata Szumowska (Pologne)
  • Styx de Wolfgang Fischer (Allemagne)
  • The Other Side of Everything de Mila Turajli? (Serbie, France, Qatar)
  • The Silence of Others d’Almudena Carracedo et Robert Bahar (États-Unis, Espagne)
  • Utoya, 22 juillet d’Erik Poppe (Norvège)
  • Woman at War de Benedikt Erlingsson (Islande, France, Ukraine)

Hirokazu Kore-eda sera honoré à San Sebastien

Posté par vincy, le 2 juillet 2018

Le Prix Donostia du 66e Festival international du Film de San Sebastian sera décerné au réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda, récemment sacré par une Palme d'or à Cannes pour Une affaire de famille (Shoplifters). La plus haute distinction du festival, honorifique, lui sera remise lors de la projection de ce film. Le film sortira le 12 décembre en France.

San Sebastian a accueilli 9 autres fois les films du cinéaste japonais: Wandafuru raifuAfter Life (1998), Hana yori mo nahoHana (2006), Aruitemo auritemoStill Walking (2008) et KisekiI Wish (2011), prix du meilleur scénario, en sélection officielle, ainsi que Nochi-no-hiThe Days After (2011), Soshite chichi ni naru / Like Father, Like Son (2013), Umimachi DiaryOur Little Sister (2015), Umi yori mo mada fukatuAfter the Storm (2016) er Sandome no satsujinThe Third Murder (2017) en séances spéciales.

Like Father, Like Son et Our Little Sister ont tous deux reçu le prix du public au Festival.

Hirokazu Kore-eda succède à Agnès Varda pour ce prix.

Le CNC fait sa Fête du cinéma dans toute la France

Posté par MpM, le 28 juin 2018

Avec le début de l'été, c'est aussi le retour de la Fête du cinéma, qui se déroule dans toutes les salles de cinéma françaises du 1er au 4 juillet, et propose chaque séance au tarif exceptionnel de 4 euros. Soit une occasion unique de faire le plein de films sur grand écran et de découvrir tous ceux que nous vous conseillions ces dernières semaines, d'Un couteau dans le coeur à Have a nice day, de JSA à Love, Simon, de Parvana à Sans un bruit.

En parallèle, le Centre national du cinéma et de l’image animée organise une série d’événements ouverts à tous les publics, afin de prolonger la fête. Dès ce soir, jeudi 28 juin à 19h, une grande vente aux enchères d’objets de cinéma au profit de l’association Rêve de Cinéma et en présence de Lambert Wilson, Président d’honneur de l’association, ouvrira les festivités.

Parmi les objets mis en vente, on retrouve un portrait de Maria Callas, tirage argentique original et inédit utilisé pour l’affiche du film, des planches originales d’une histoire inédite du Grand Méchant renard et autres contes de Benjamin Renner, le scénario de La Loi du Marché dédicacé par Stéphane Brizé et Vincent Lindon, le parapluie de Bécassine utilisé dans le film de Bruno Podalydès et des costumes des films Le Sens de la fête, 120 Battements par minute et Gaston Lagaffe. A noter que la vente se poursuivra sur le site de Drouot jusqu'au 5 juillet.

Demandez le programme !

On vous recommande également, au gré des lieux et des envies :

- Accès gratuit au Musée du Cinéma, ainsi qu’à l’exposition Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste, à La Cinémathèque française (Paris XIIe).

Du 1er au 4 juillet / gratuit

- Plongée en apnée à l’Aquarium de Paris (Paris XVIe) en présence de Guillaume Néry et de Julie Gautier, qui plongeront dans le bassin des requins. Cette plongée inédite sera suivie d’une projection du documentaire L’Homme Dauphin, sur les traces de Jacques Mayol de Lefteris Charitos et d’une mini-masterclass.

Samedi 30 juin, 19h / 37,90 € tarif unique

- Portes ouvertes au Studios VOA de Montreuil : l'occasion de rejouer des scènes mythiques du cinéma et incarner des acteurs célèbres dans des scènes mythiques du cinéma en conditions réelles d’enregistrement.

Samedi 30 juin, 14h30 / accès gratuit dans la limite des places disponibles (réservation obligatoire en ligne)

- Un dimanche au cinéma : la projection en plein air, sur l'Avenue des Champs-Elysées, du film Les Visiteurs.

Dimanche 1er juillet à 20 h / accès gratuit, sur inscription et tirage au sort

- Soirée ciné-concert consacrée à Alice Guy, première femme cinéaste au monde, avec la projection de courts métrages accompagnés au piano, suivie d’une rencontre avec Emmanuelle Gaume, auteur de Alice Guy, première femme cinéaste de l’histoire (éd. Plon). Au Musée national Jean-Jacques Henner (Paris XVIIe).

Mardi 3 juillet, 19h30 / 10€ tarif unique

- Soirée films de fin d'étude à La Fémis (Paris XVIIIe) avec Trucs de gosses d’Émilie Noblet (promotion 2013), Hotaru de William Laboury (promotion 2015) et Un homme mon fils de Florent Gouëlou (promotion 2017).

Mercredi 4 juillet, à partir de 16h30 / accès gratuit

- Des grandes chasses au trésor à Bordeaux, Marseille et Rennes, durant lesquels les participants devront identifier des lieux mythiques du cinéma grâce à des mini-jeux (quiz, énigmes, jeux de logique, etc.) et des indices cachés dans des quartiers emblématiques du centre-ville. Deux parcours pédestres : un niveau de jeu «famille» et un niveau de jeu «adultes».

- L’exposition L’Envers du décor, dédiée au tournage du film Dunkerque de Christopher Nolan proposée par la Ville de Dunkerque et l’Office du Tourisme de Dunkerque.

1er au 4 juillet

- Un cycle de projection dédié à Henri-Georges Clouzot au Lux Scène nationale (Valence).

2, 3 et 4 juillet / 4€ tarif unique

- Ciné-concert en plein-air à Porto-Vecchio, sur le parvis du Bastion, proposé Corsica Pôle Tournages.

Le 3 juillet à 21h / accès gratuit

---

Programme complet sur le site du CNC

Oscars: toujours plus de femmes et de minorités

Posté par vincy, le 26 juin 2018

Chaque année, les nouveaux membres sont plus nombreux. L'Académie des Oscars continue de bouleverser son collège de votants en ajoutant plus de femmes, plus de jeunes, et plus de personnalités issues des minorités (et plus d'étrangers aussi, devenant chaque année plus globale). Cette année ce sont 928 nouveaux électeurs qui ont été invités (contre 774 l'an dernier et 683 en 2016), de 14 à 86 ans. Parmi les invités, 92 ont été nommés à l'Oscar et deux ont reçu la Palme d'or.

Cela influencera forcément les votes futurs. Les (désormais) 9226 membres (s'ils acceptent tous l'invitation) ne son plus si mâles, vieux et blancs. On compte dorénavant 16% de "personnes de couleur" (expression américaine pour toute personne non-caucasienne) contre 13% l'an dernier, 31% de femmes (contre 28% l'an dernier). 9 branches de l'Académie (interprétation, costumes, montage, production, ...) sont majoritairement féminines.

On notera la présence de nombreux européens (français et espagnols notamment) mais aussi l'influence du Festival de Cannes dans certains collèges où de nombreux cinéastes et techniciens sélectionnés font partie de la liste, et particulièrement du côté asiatique et français. Et si Polanski a été évincé de l'Académie malgré son Oscar, son épouse arrive parmi les membres invités.

Acteurs/Actrices: Hiam Abbass, Gemma Arterton, Eileen Atkins, Sofia Boutella, Alison Brie, Timothée Chalamet, Aurore Clément, Rossy De Palma, Taron Egerton, Isla Fisher, Eva Green, Jennifer Grey, Toby Jones, Daniel Kaluuya, Anil Kapoor, Shah Rukh Khan, Kim Min-hee, Diane Kruger, Andy Lau, Blake Lively, Jena Malone, Carmen Maura, Angela Molina, Eduardo Noriega, Tahar Rahim, Alba Rohrwacher, Amy Schumer, Emmanuelle Seigner, Léa Seydoux, Jada Pinkett Smith, Emma Suarez, Saïd Taghmaoui, Miles Teller, Juno Temple, Liv Tyler, Daniela Vega, Quvenzhané Wallis, Damon Wayans, Ben Whishaw, Evan Rachel Wood...

Directeurs/Directrices de la photo: Thimios Bakatakis, Christophe Beaucarne, Céline Bozon, Benjamín Echazarretta, Hossein Jafarian, Irina Lubtchansky, Claire Mathon, Sayombhu Mukdeeprom, Fredrik Wenzel, Alexis Zabé...

Costumes: Gabriela Diaque, Caroline Eselin, Jo Sang-gyeong, Fabienne Katany, Pierre-Jean Larroque, Virginie Montel, Isabelle Pannetier, Anaïs Romand, Luis Sequeira...

Décors: Paul Denham Austerberry, Aline Bonetto, James Chinlund, Douglas Harlocker, Hwarng Wern Ying, Deborah Jensen, Ilt Jones, Véronique Melery, Cecilia Montiel, Ryu Seong-hie...

Cinéastes: Sean Baker, Laurent Cantet, Ziad Doueiri, Michel Gondry, Luca Guadagnino, Hong Sang-soo, Jean-Pierre Jeunet, Wanuri Kahiu, Nadine Labaki, Lee Chang-dong, Lou Ye, Ruben Östlunf, Alice Rohrwacher, Béla Tarr, Chloé Zhao, Rebecca Zlotowski...

Montage: Laurence Bawedin, Valerio Bonelli, Walter Fasano, Jon Gregory, Anna Mass, Marion Monnier, Nelly Quettier, Elísabet Ronaldsdóttir, Hervé Schneid, Cristiano Travaglioli...

Musique: Joe Bonn, Ted Caplan, Benoît Charest, Sneha Khanwalkar, Kendrick Lamar, Lee Byung-woo, Lim Giong, Daniel Pemberton, Eric Serra, Rob Simonsen, Sufjan Stevens...

Production: Caroline Benjo, Saïd Ben Saïd, Graham Broadbent, Hugues Charbonneau, J. Miles Dale, Jeremy Dawson, Charles Gillibert, Marie-Ange Luciani, Sean McKittrick, Rebecca O’Brien, Oh Jung-wan, Jacky Pang Yee Wah, Sylvie Pialat, Carole Scotta, Antoun Sehnaoui, Vibeke Windelov...

Scénario: Roy Andersson, Sean Baker, Marco Bellocchio, Pablo Berger, Bertrand Bonello, Emmanuel Bourdieu, Robin Campillo, Stephen Chbosky, Arnaud Desplechin, Ziad Doueiri, Michael Green, Alain Guiraudie, Hong Sang-soo, Jeong Seo-kyeong, Guillaume Laurant, Rebecca Lenkiewicz, Gonzalo Maza, Valérie Müller, Jonathan Nolan, Ruben Östlund, Christian Petzold, J.K. Rowling, Fernando Solanas, Béla Tarr, Vanessa Taylor, Joachim Trier, Pierre Uytterhoeven, Chloé Zhao...

La liste complète

Le Champo fête ses 80 ans

Posté par vincy, le 24 juin 2018

Le cinéma Le Champo -Espace Jacques Tati célèbre ses 80 ans à partir du 26 juin et ce pendant une semaine. Cet anniversaire, sous le parrainage d'Isabelle Huppert et de Bertrand Tavernier, sera l'occasion de festivités spéciales avec près de 50 films, des avant-premières, des soirées-rencontres et une "master class" avec Juliette Binoche le 1er juillet !

Les invités des soirées-rencontres honorées seront Alexandra Stewart, Justine Malle, Claduia Vardinale, Margarethe von Trotta, Pierre Arditi, Jérôme Deschamps, Philippe Garrel, Louis Garrel, Francis Huster, Marin Karmitz ou encore Bertrand Tavernier,... Une programmation jeune public avec Michel Ocelot et Serge Bromberg est également à l'agenda. Sans passer à coté d'une Nuit Tarantino samedi 30 juin de minuit à l’aube, avec trois films (Kill Bill 1 et 2, Django Unchained en salle 1 ; Jackie Brown, Pulp Fiction, Inglourious Basterds en salle 2) et un petit déjeuner offert.

Les films proposés sont éclectiques: Chabrol, Losey, Kaurismäki, Guitry, Jacquot, Bertolucci, Rohmer, Renoir, Hitchcock, Visconti, Pialat, Ophuls, Carné, Burton, Godard, Antonioni, Fellini... de quoi réviser son histoire du 7e art.

Situé en plein Quartier Latin, à deux pas de la Sorbonne, le Champollion est devenu Le Champo en 1988 et a été inscrit aux monuments historiques en 2000. Sa première séance s'est tenue le 22 juin 1938. Il possède deux salles qui ont une capacité totale de 250 places.

Champs-Elysées Film Festival 2018 : Sollers Point et 68, mon père et les clous raflent la mise

Posté par wyzman, le 21 juin 2018

Depuis 2012, le Champs-Elysées Film Festival est l'événement de juin que les cinéphiles (qu'ils soient parisiens ou pas) ne veulent surtout pas manquer. Et à voir le palmarès de la 7e édition qui se tenait du 12 au 19 juin, il y a de quoi !

Un festival éclectique et incontournable

Fondé par Sophie Dulac, le CEFF comme l'appellent ses initiés a pour vocation de "devenir pour le public un révélateur de talents du cinéma indépendant français et américain". Et il faut bien admettre que depuis son lancement, le CEFF n'a eu de cesse de nous apporter des pépites de cinéma indépendant.

Ses adeptes le savent, c'est au CEFF que l'on découvre des bijoux tels que Fort Bliss de Claudia Myers, American Promise de Michèle Stephenson & Joe Brewster, The Road Within de Gren Wells, Weiner de Josh Kriegman et Elyse Steinberg ou encore From Nowhere de Matthew Newton.

Conçu autour de la notion de découverte, le CEFF a d'ores et déjà accueilli des invités de prestige : Donald Sutherland (2012), Halle Berry (2013), Keanu Reeves et Agnès Varda (2014), les frères Safdie (2015), Mia Hansen-Love et Brady Corbet (2016). Cette année, les festivaliers ont eu la possibilité de croiser et d'échanger avec Tim Roth, Jennifer Jason Leigh, John Cameron Mitchell et les frères Zellner (Nathan et David) lors de masterclass, d'avant-premières et de rétrospectives.

En parallèle des projections, l'organisation du CEFF propose chaque année de nouvelles expériences. Cette année, les plus chanceux ont pu profiter des showcases de Vendredi sur mer, Aloise Sauvage, Tim Dup, Raphele Lanna-dère, Pépite et des DJ Sets de Piège à Garçon sur le Rooftop. La soirée d’ouverture a accueilli le groupe FAIRE tandis que la clôture a été marquée par Arnaud Rebotini et French 79.

Un palmarès impressionnant

Cette année, le CEFF s'est justement ouvert sur une projection en avant-première de How to Talk to Girls at Parties de John Cameron Mitchell - qui est visible en salle depuis hier. Le jury des longs métrages était composé des réalisateurs Serge Bozon (président) et Sébastien Betbeder et des acteurs Naidra Ayadi, Damien Bonnard, Judith Chemla, Pierre Deladonchamps et Ana Girardot. Côté courts métrages, il fallait compter sur les yeux avisés des réalisateurs Katell Quillévéré (présidente) et Hubert Charuel, des acteurs Esther Garrel et Arnaud Valois et du responsable Pôle Court Métrage à France Télévision Christophe Taudière.

Longs métrages français

Prix étudiant : 68, mon père et les clous de Samuel Bigiaoui

Prix du public  : La Trajectoire du homard de Vincent Giovanni et Igor Mendjisky

Prix du jury : Contes de juillet de Guillaume Brac ex-aequo avec 68, Mon père et les clous de Samuel Bigiaoui

Longs métrages américains

Prix étudiant : 1985 de Yen Tan / Mention spéciale pour Madeline's Madeline de Josephine Decker

Prix du public : 1985 de Yen Tan

Prix du jury : Sollers Point - Baltimore de Matt Porterfield

Courts métrages français

Prix du public : But You Look So Good de Marina Ziolkowki

Prix du jury : Plus fort que moi de Hania Ourabah

Prix France Télévisions : Ordalie de Sacha Barbin

Courts métrages américains

Prix du public : Absent de Sudarshan Suresh

Prix du jury : The Shivering Truth de Vernon Chatman et Cat Solen

Prix France Télévisions : Ready For Love de Dylan Pasture et Lauren McCune

Prix Jean Vigo 2018 : Yann Gonzalez et Jean-Bernard Marlin lauréats ex æquo

Posté par wyzman, le 15 juin 2018

Créés en 1951, les Prix Jean Vigo ont pour but de récompenser l’indépendance d’esprit, la qualité et l'originalité des cinéastes de court et long métrages. Sans jamais prétendre saluer l’excellence d’un film, le Prix Jean Vigo est régulièrement remis à un auteur d'avenir, un homme ou une femme qui mérite d'être découvert.e à travers sa passion et son don. Les organisateurs le rappellent tous les ans, le "Vigo" n'est pas un prix de consécration mais un prix d'encouragement.

Cette année, le jury était composé de : Marie Desplechin, Leïla Férault, Sophie Fillières, Charlotte Garson, Alain Keit, Jacques Kermabon, Quentin Mével, José María Riba, Nicolas Sand, Marcos Uzal et Gérard Vaugeois. Ils ont eu pour mission de visionner tous les films français datant de juillet 2018 à mai 2018. Annoncés lundi au Centre Pompidou et par Agnès Varda herself, les lauréats étaient on ne peut plus méritants. La surprise venant bien évidemment de Jean-Bernard Marlin et Yann Gonzalez, ex æquo face au Graal.

Le Vigo d'honneur : Jean-François Stévenin

Le Prix Jean Vigo du court-métrage : Guillaume Brac (L'Amie du dimanche)

Le Prix Jean Vigo du long métrage : Jean-Bernard Marlin (Shéhérazade) ex æquo avec Yann Gonzalez (Un couteau dans le cœur)

Cannes 2018 : le prix Cannes Soundtrack décerné à Roma Zver et German Osipov pour L’été

Posté par MpM, le 30 mai 2018

Remis chaque année au compositeur d'un film en compétition officielle au Festival de Cannes, le prix Cannes Soundtrack 2018 a été décerné à Roma Zver et German Osipov pour le film Leto (L'été) de Kirill Serebrennikov. Les deux musiciens, membres du groupe russe Zveri fondé en 2001, sont partie prenante du film en tant que producteurs musicaux. En outre, Roma Zver interprète l'un des rôles principaux, celui de Mike Naumenko, leader du groupe de rock'n roll russe Zoopark dans les années 80.

Il s'agit de la 8e édition de Cannes Soundtrack, créé dans le but de mettre en lumière la musique de film qui n'est actuellement pas récompensée par les jurys des différentes sections.  Parmi les lauréats des dernières années, on retrouve Mark Snow pour Vous n’avez encore rien vu, Lim Giong pour The Assassin, Cliff Martinez pour The Neon Demon et Daniel Lopatin, alias Oneohtrix Point Never, pour Good Time.

Il sera possible de découvrir le film de Kirill Serebrennikov le 5 décembre prochain sur les écrans français. Le réalisateur russe, lui, est toujours assigné à résidence, officiellement accusé d'avoir détourné des fonds publics, mais payant surtout pour ses nombreuses critiques à l’égard du régime et ses œuvres n’ayant pas l’heur de plaire au régime.

Cannes 2018: 10 choses à retenir d’un Festival pas comme les autres

Posté par vincy, le 21 mai 2018


Moins de monde et pourtant...

Aucune projection pour la presse n'affichait complet, pas même celle de Solo, A Star Wars Story. Aux projections officielles auxquelles nous avons assisté, y compris sur des films-événements, il restait pas mal de fauteuils vides. Des hôteliers se plaignaient du nombre de chambres pas occupées. Trois semaines avant le début du Festival, des dizaines d'appartement étaient encore disponibles. Hormis quelques soirs dans quelques restaurants, il était facile de trouver une table en soirée. Bref, on a eu l'impression qu'il y avait moins de monde, malgré deux jours fériés.

Et pourtant, le nombre d'accrédités a augmenté au marché comme au Festival. Beaucoup, cependant, restait moins longtemps (une partie notable des journalistes n'était plus là dès le deuxième mercredi). L'ajout de projections pour la presse a été une excellente idée, permettant à tous de voir tous les films. L'accès à Lumière, même en projection officielle, a été sous-exploitée, question d'habitudes pas encore prises. Il y avait moins de foule, mais il y avait aussi moins de temps perdu pour chacun.

Trop d'abus et pourtant...

Une des raisons à cette fréquentation perçue comme moins importante reste le coût d'un séjour cannois. De Gilles Jacob aux journaux professionnels américains, tous s'accordent à dire que la poule aux œufs d'or de l'hôtellerie est en train de se suicider: inflation des prix quand toutes les entreprises (des médias aux producteurs) contrôlent de plus en plus leurs budgets (quand elles ne licencient pas), réservation obligatoire sur la quinzaine dans certains hôtels, tarif de location exponentiel pour des petits appartements pas vraiment luxueux, un billet d'avion à 300€ minimum, un billet de train qui augmente chaque année... tous profitent de Cannes. Et à force, beaucoup se résignent à ne pas venir, ou quelques jours seulement, ou en faisant des sacrifices. Les supermarchés font ainsi le plein tandis que les restaurants font grise mine. Mais que dire quand un cocktail qui vaut 10-12€ dans une métropole européenne est facturé 16€ à Cannes? Ou trois déjeuners (avec un seul verre de vin et un café par personne) au Californie, en face du Palais, totalisent un montant astronomique de 190€ (sans que la nourriture et les portions soit exceptionnelles). Même à Paris, personne n'ose.

Et pourtant, on revient chaque année. Et tout le monde se débrouille pour faire Cannes. Pour l'instant. S'il est urgent que l'industrie touristique cannoise prenne conscience de ses excès néfastes pour eux-mêmes, on peut au moins se féliciter de voir que dans les soirées, l'alcool coule toujours à flot. Même si ça ne nourrit pas son festivalier.

Pas assez de stars et pourtant...

Oui le tapis rouge manquait peut-être de glamour, hormis le jury. Or, même si on est indifférent à ce défilé haute couture, le red carpet est un élément essentiel de Cannes (comparé aux autres festivals). Cela permet d'élargir le public d'intéressés. De faire de Cannes un événement "people" et populaire. Il est vital pour le Festival d'équilibrer la présence entre "stars" du moment, icônes du 7e art et vedettes du cinéma.

Et pourtant, on a au moins éviter les abus des années passées (télé réalité, sport, mode) où ce n'était plus le cinéma qui était sous les projecteurs. Et rappelons que les vraies stars restent quand même les films sélectionnés. Mais pour qu'un acteur russe ou qu'une jeune cinéaste française inconnus brillent il est vital que la montée des marches fasse l'événement, avec des personnalités que tout le monde reconnaît. L'impression de s'inviter à une grande réception demeure importante. Cette année, ce n'était pas les Oscars.

Trop de sécurité et pourtant...

Il était difficile de circuler sur la Croisette. Le préfet avait encerclé la Croisette de barrières du Majestic au casino. Autrement dit, impossible à cause des barrières, de traverser le boulevard sur 500 mètres. Une perte de temps considérable pour le festivalier. Mais surtout une grosse angoisse en cas de mouvement de foule: finir en compote écrasée sur ces barrières blanches.

Et pourtant il n'y a eu aucune alerte, aucune panique. Surtout, de l'accueil à la sécurité, le personnel était aimable, conciliant (les règles sur les objets tolérés en salles étaient claires) et l'entrée dans le Palais facilité et fluide. Une organisation en nette amélioration.

Pas assez d'éclats et pourtant...

Il n'y a pas eu d'emballements sur un ou deux films. Tout juste quelques coups de cœur, poussées d'adrénaline. Mais rien qui enthousiaste ou qui fasse débat. Chacun avec ses chouchous. On le sait depuis des années: les débats cinéphiliques se raréfient. Pire, on ne voyait plus les festivaliers lire les quotidiens print divers et variés dans Lumière avant la projection du matin.

Et pourtant, on parle toujours de cinéma le matin, le midi, le soir. On croise un ami, un confrère? On parle de films. On échange les impressions. On nuance le propos ou on accentue la qualité ou la médiocrité de l'œuvre. Il n'y avait pas de sensations cette année, mais il y avait ce sentiment que le cinéma était toujours important. Le reste du monde n'existe toujours pas dans la bulle cannoise.

Des fêtes moins fun et pourtant...

Cela fait longtemps que l'extravagance des fêtes cannoises a disparu. Ce qui distingue Cannes des autres festivals c'est justement la fête. Or celles-ci sont de plus en plus banales. Entre la Villa Schweppes qui a les allures d'une boîte de nuit élitiste, queue comprise, et les fêtes sur la plage, qui passent toutes la même musique, on a du mal à distinguer les soirées selon si elles sont celles d'un film, d'une sélection ou d'un distributeur. Les listes d'invités n'étant pas mises à jour : on y retrouve toujours les mêmes professionnels, se mélangeant peu entre français et étrangers.

Et pourtant, cette année, il était assez facile de rentrer un peu partout, l'alcool coulait à flots, et peu d'incidents ont été notés. Trop sages les festivaliers?

Pas de Netflix et pourtant...

L'absence de Netflix et dans une moindre mesure le désintérêt des plateformes de streaming pour les films cannois était palpable. On peut blâmer les exploitants français, qui pèse au conseil d'administration de Cannes. On peut regretter que le Festival ait une position rigide à l'encontre de ces nouveaux modes de diffusion. On peut souligner la contradiction du Festival de projeter un film de HBO, et d'avoir dans le passé diffusé des films produits pour le petit écran (Elephant, Ma vie avec Liberace, Le P'tit Quinquin, La chambre bleue...). Il est certain qu'en se coupant de ces nouveaux producteurs sous prétexte que leurs films ne sortent pas en salles, alors que les plus grands auteurs (Cuaron, Scoresese, etc...) n'ont pas d'autres choix pour financer leurs projets, le Festival passe à côté d'une mutation des usages. Pire, on sait que les films d'auteurs cannois, berlinois, vénitiens ont de moins en moins de publics en salles. Face à cette tendance, il devient vital de trouver ceux qui leur donneront une exposition nécessaire pour qu'ils puissent continuer d'exister.

Et pourtant, nombreux sont les films vus à Cannes qui trouveront, selon nous, leur public en salles. Cannes n'est plus un refuge pour des films pointus ou radicaux (il y en a même de moins en moins). De Capharnaüm (qui s'est arraché à prix d'or au marché) à En liberté, de Girl à BlacKkKlansman, de Climax à Cold War, le public sera au rendez-vous. Et nombreux sont les films qui seront aux César ou aux Oscars l'an prochain.

Un agenda perturbant et pourtant...

L'une des raisons du manque d'emballement et d'une impression d'un Festival atone est sans aucun doute le changement de calendrier des projections. Il y avait une distorsion de concurrence entre ceux qui avaient pu voir le film avant la projection presse (à Paris, Los Angeles ou tout simplement en projection officielle) et les autres. Cela a créé un effet secondaire plutôt attendu: l'absence de buzz sur les films. Ce fameux bruit qui parcourait la Croisette tout au long de la journée et qui donnait de l'élan à la montée des marches d'un film. Mais aussi cela donnait des billes aux vendeurs au marché du film pour faire de la surenchère sur les droits de distribution.

Et pourtant, qui en a vraiment souffert au quotidien, dans son travail? Après tout il était assez facile d'aller voir le film en projection officielle (si on connaissait la méthode) et hormis les films qui sortent simultanément (il y a là une vraie réflexion à faire), aucune critique n'est réellement attendue par le public. A l'époque où la vitesse dicte nos vies, prendre son temps pour écrire une critique n'est pas plus mal. Sauf à vouloir faire la course aux clics sur un film égyptien ou colombien. L'important est plutôt de partager un coup de cœur, qui ne s'étiole pas au bout de 24 heures.

Un gros renouvellement et pourtant...

C'était l'année où il y avait peu d'abonnés à la Croisette. Pas de Mike Leigh, aucun Nanni Moretti, nul Xavier Dolan, zéro Pedro Almodovar. Le grand chambardement permettait à de nombreux cinéastes de faire leur entrée en compétition ou même en sélection officielle. Le spectre était large entre cinéastes confirmés voire vétérans, mais rares à Cannes, et nouveaux talents surexposés mais parfois audacieux, passés par les sélections parallèles ou d'autres festivals. De multiples premiers ou deuxièmes films ont été soutenus et applaudis. On reconnaît aussi que les films les plus risqués étaient peut-être surestimés mais hormis un ou deux films, avaient leur place sur les marches de Lumière ou Debussy.

Et pourtant, en regardant le palmarès, le jury de Cate Blanchett a choisi des vétérans: Kore-eda, Lee, Pawlikowski, Godard, Panahi, ... Rohrawacher et Garrone sont des habitués des palmarès cannois. Nadine Labacki ne fait que confirmer sa côte avec son troisième film. Bref, c'est un palmarès étonnement senior qui a été délivré. Les Gonzales, Husson, Robert Mitchell, Hamaguchi n'ont pas su, pas pu lutter. D'autant, qu'à bien y regarder, le jury a fait un choix plutôt consensuel, préférant un Cold War grand public à la maestria d'un Serebrennikov, le récit mystico-allégorique d'un Heureux comme Lazzaro à l'histoire plus subtile et intense d'un Lee Chang-dong.

Des histoires d'amour et pourtant...

Du love partout. C'était l'une des grandes tendances des films cannois. L'amour hétéro, homo, parental, filial, fraternel. Toutes les composantes de l'amour étaient représentées. Trahisons, infidélités, passions, amitiés. Les cinéastes restent de grands romantiques.

Et pourtant côté sexe, cette année, Cannes était plutôt frigide. C'est finalement le cinéma gay et lesbien qui s'en sort le mieux, c'est-à-dire qu'il a été moins pudique que les autres. Quelques culs, quelques corps à poil, peu de pénis. Mais pour le reste on reste sur notre faim. Tout le monde a gardé son pantalon, on a caché les seins qu'on ne saurait voir. L'amour était verbal, gestuel, mais pas plus. Rien de torride. Il y avait bien quelques paires s'accouplant. Mais la plupart du temps, les histoires étaient platoniques, pour ne pas dire asexuées. Montrer l'amour sans montrer le désir, c'est un peu comme filmer la guerre sans filmer la mort. Et justement, la tendance c'était plutôt la petite mort. A la main, en solitaire. Triste époque.