Locarno consacrera sa Rétrospective à Jacques Tourneur

Posté par vincy, le 19 janvier 2017

La Rétrospective du 70e Festival de Locarno (2-12 août 2017) sera consacrée au réalisateur français Jacques Tourneur (1904 – 1977). Cet hommage "s’intéressera à un réalisateur qui n’est encore pas reconnu à la hauteur de son talent" explique le communiqué du festival. "Tourneur a souvent tourné des films de série « B », des films qui nous semblent aujourd’hui plus incisifs, plus visionnaires et plus actuels que leurs aînés. Car le réalisateur a toujours su mêler dans son travail l’imaginaire puissant des récits de genre et une poésie visuelle unique, héritée sans doute de sa double identité, européenne et américaine."

La Rétrospective se déroulera dans le cinéma historique de Locarno, entièrement restauré et rebaptisé le GranRex, qui dévoilera son nouvel aménagement à l’occasion de la 70e édition du Festival. La Rétrospective, conçue par Roberto Turigliatto et Rinaldo Censi, en collaboration avec la Cinémathèque suisse et la Cinémathèque française, sera accompagnée par un ouvrage publié en anglais et en français aux éditions Capricci.

Fils du réalisateur Maurice Tourneur, l'un des pionniers du cinéma français, Jacques Tourneur est né à Paris en 1904.Après ses premiers films, Maurice quitte la France à la veille de la Première Guerre mondiale pour les États-Unis, où il devient un cinéaste confirmé, dont les films sont appréciés du public. La famille rentre en France en 1928, et Jacques fait ses premiers pas derrière la caméra en 1931 avec Tout ça ne vaut pas l'amour. Il tourne trois autres longs métrages puis décide de repartir pour les États-Unis. Sa rencontre avec le producteur Val Lewton à la RKO va donner vie à l’une des collaborations les plus fructueuses de l’histoire du cinéma: ensemble, ils travaillent sur des films fascinants et sombres, considérés aujourd’hui comme des pierres angulaires du cinéma: La Féline (1942), L’Homme – Léopard (1943) ou encore Vaudou (1943).

Des films policiers (Nick Carter, Master Detective) au western (Le passage du canyon, L’or et l’amour), des films de cape et d’épée (La flibustière des Antilles, La flèche et le flambeau), à ceux de guerre et d’espionnage (Berlin Express, Jours de gloire), en passant par le mélodrame (Angoisse, La vie facile), le film d’aventure (Les révoltés de la Claire-Louise, La Cité sous la mer) et le film noir (Nightfall, La griffe du passé), il a a touché à tous les genres.

"Considéré comme le maître du cinéma fantastique"

Carlo Chatrian, Directeur artistique du Locarno Festival, rappelle que « Le nom de Tourneur est connu des passionnés du 7e art et certains de ses films figurent même au rang des œuvres inoubliables de la grande saison du cinéma américain de l’après-guerre; il n’en va pas de même pour l’ensemble de son œuvre qui est néanmoins de très grande qualité. Cette Rétrospective, organisée avec les plus importantes et prestigieuses institutions, que je remercie ici, sera l’occasion pour les nouvelles générations de comprendre la force d’une œuvre cinématographique qui privilégie les choix visuels plus que les mots, qui trouve dans les cadrages, les mouvements de caméra, l’utilisation de la lumière, du son et des couleurs des instruments d’expression essentiels. Considéré comme le maître du cinéma fantastique, Tourneur a toujours cherché à aller au-delà du visible, en représentant les sentiments profonds qui jaillissent derrière la superficialité des choses. C’est pourquoi ses films ont résisté au temps et sont une source d’inspiration pour tant de cinéastes. »

Frédéric Bonnaud, Directeur de la Cinémathèque française, précise par ailleurs que la Rétrospective de l’œuvre de Jacques Tourneur sera programmée à la Cinémathèque française à partir du 30 août.

Roman Polanski président des César 2017

Posté par vincy, le 18 janvier 2017

Les choses se précisent à moins de dix jours de l'annonce des nominations de la 42e cérémonie des César. Roman Polanski sera le président de la soirée, qui sera présentée par Jérôme Commandeur à la salle Pleyel (le Théâtre du Châtelet est en travaux) le 24 février.

Le choix est assez logique vu son palmarès.

Alain Terzian, Président de l'Académie des Arts et Techniques du Cinéma, souligne dans le communiqué que les César ont "distingué le cinéaste" par huit fois. "Esthète insatiable, Roman Polanski réinvente son art et ses œuvres au fil des époques" rappelle-t-il. "Artiste, cinéaste, producteur, scénariste, comédien, metteur en scène, il existe bien des mots pour définir Roman Polanski mais un seul pour lui exprimer notre admiration et notre enchantement" explique le communiqué.

Repulsion, Cul-de-sac, Le bal des Vampires, Rosemary’s Baby, Chinatown ont construit sa réputation d'être l'un des plus grands cinéastes de son époque. Avec Tess, en 1980, il reçoit les César du Meilleur Réalisateur et du Meilleur Film ainsi que le Golden Globe du Meilleur Film Étranger en 1981.

Le Pianiste en 2002 signe sa consécration: Palme d'or à Cannes, Oscar du Meilleur Réalisateur, BAFTA du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur, Goya du Meilleur Film Européen et sept César parmi lesquels le César du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur.

En 2011, avec The Ghost Writer, il est de nouveau césarisé (réalisateur et adaptation) et en 2014, avec La Vénus à la fourrure, il obtient son quatrième César du meilleur réalisateur, un record absolu. Entre les deux, il gagne le César de la meilleure adaptation pour Carnage.

Roman Polanski vient de terminer l'adaptation du best-seller de Delphine de Vigan, D'après une histoire vraie, avec Emmanuelle Seigner et Eva Green. Le scénario est co-signé avec Olivier Assayas. Il prépare toujours sa version cinématographique de l'Affaire Dreyfus.

Polanski président? Ça ne plaît pas à tout le monde. Il ne s'agit pas de ses immenses qualités de réalisateur. Mais, depuis l'annonce de cette nomination, les réseaux sociaux s'enflamment appelant au boycott des César, avec le hashtag #BoycottCésar. Le réalisateur franco-polonais est mis en cause dans une affaire de viol sur une mineure de 13 ans. Les faits remontent à 1977, des faits qu'il a reconnu (il a plaidé coupable pour "rapports sexuels illégaux" contre l’abandon des charges de viol et sodomie), qui ont conduit à une transaction financière avec la victime Samantha Geimer, qui elle-même a avoué ne pas comprendre l'acharnement judiciaire à l'encontre du cinéaste. À plusieurs reprises elle a demandé que les poursuites soient abandonnées.

Malheureusement, Polanski n'avait pas attendu le verdict et, seulement libéré sous caution, avait fuit les USA. Visé par un mandat d'arrêt international émis à Los Angeles en 2005 pour des raisons juridico-politiques et médiatiques, le cinéaste est toujours considéré comme un fugitif par Interpol et n'a droit de se déplacer qu'en France, Suisse et Pologne, pays qui a récemment refusé de l'extrader. Régulièrement, le réalisateur est interpelé sur cette affaire de mœurs, certes prescris dans beaucoup de pays, mais pas aux Etats-Unis. Régulièrement, la justice américaine cherche à l'attraper, dès qu'il se rend à l'étranger.

On peut alors comprendre que cette nomination provoque un malaise et incite au boycott. Au-delà du jugement de chacun.

Pourquoi le musée George Lucas sera (finalement) à Los Angeles ?

Posté par vincy, le 12 janvier 2017

Il y a deux ans, le musée de George Lucas devait s'installer à Chicago, pour 700M$. La ville d'Obama, et ville de naissance de son épouse Mellody, l'avait emporté sur San Francisco et Los Angeles. Finalement, après maintes controverses, le créateur de Star Wars a remis son projet en compétition entre sa ville californienne, San Francisco, où est installé sa société, et Los Angeles, capitale du cinéma et des arts (la ville va accueillir plusieurs nouveaux musées dans les prochaines années dont celui des Oscars). Et c'est Los Angeles qui a gagné.

Le Musée de l'art narratif (Museum of Narrative Art) abritera les 10000 pièces de la collection d’art (Degas, Renoir...) et d’objets provenant des tournages des films de George Lucas (dont le masque de Dark Vador). Le milliardaire financera quasiment intégralement le projet, étendu sur trois hectares.

L'Université de l'étudiant George Lucas à deux pas

Le musée de l’Art narratif sera situé dans le Parc des expositions de Los Angeles, à proximité de l'historique stade olympique, le Los Angeles Memorial Coliseum, mais aussi du Musée d'histoire naturelle, du California Science Center et du California African American Museum. Ce quartier universitaire (avec la University of South California, où le cinéaste a fait ses études) est desservi par la ligne Expo du métro de L.A., qui relie le centre-ville à Santa Monica.

La victoire de Los Angeles reste une surprise tant George Lucas (comme Coppola) a toujours été attaché à son indépendance depuis l'installation du Skywalker Ranch et de Lucas Films à San Francisco. "Frisco" proposait le site de Treasure Island, assez isolé en pleine baie. Les aspects pragmatiques ont sans doute contribué au processus de décision : L.A. accueille près de 50 millions de touristes par an quand San Francisco n'en reçoit que moins de 20 millions.

Le musée devait initialement ouvrir en 2018 à Chicago. L'opposition des habitants, tout comme l'opposition de ceux de San Francisco ont aussi contraint les Lucas à revoir leur projet. Finalement, le musée devrait ouvrir en 2020. Le chantier sera amorcé dès cette année aux coins des avenues Vermont et Exposition. A terme, il devrait générer 1000 emplois permanents. Le budget est réévalué à un milliard de dollars.

L'architecture du bâtiment est conçue par le jeune chinois Ma Yansong.

BAFTA 2017: La La Land donne le « la » en partant favori

Posté par cynthia, le 10 janvier 2017

Après avoir tout rafler à la dernière cérémonie des Golden Globes, la douce mélodie du bonheur de Damien Chazelle, La La Land, pourrait reproduire le même schéma aux Bafta avec son record de nominations.

La La Land domine les prochains Bafta en étant nommé dans 11 catégories, dont celle du meilleur film, tandis que le drame fantastique de Denis Villeneuve, Premier contact (Arrival) et le thriller psychologique de Tom Ford, Nocturnal Animals ont reçu neuf nominations chacun et Manchester by the sea, six.

Les animaux fantastiques, Lion et Moi, Daniel Blake (Palme d'or du dernier festival de Cannes) récolte cinq nominations chacun face à Moonlight et Florence Foster Jenkins avec quatre nominations.

Comme d'habitude, le nombre de films et talents britanniques sont plutôt minoritaires dans cette cérémonie colonisée par les Américains. Côté film en langue étrangère, la France tient son rang avec deux films présentés à Cannes en 2015 (Dheepan et Mustang). Cannes squatte la catégorie avec la totalité des cinq films nommés.

Les nominations ont été annoncé par la rousse flamboyante de Game of Thrones, Sophie Turner, le sexy Dominic Cooper (Captain America, Preacher) et la légende d'humour britannique Stephen Fry. La cérémonie aura lieu le 12 février prochain au Royal Albert Hall, de quoi laisser le temps à la team de Damien Chazelle de reprendre leur esprit.

La liste des nominations:

Meilleur Film
Arrival
I, Daniel Blake
La La Land
Manchester by the Sea
Moonlight

Meilleur réalisateur

Denis Villeneuve, Arrival
Ken Loach, I, Daniel Blake
Damien Chazelle, La La Land
Kenneth Lonergan, Manchester by the sea
Tom Ford, Nocturnal Animals

Meilleur scénario
Comancheria, Taylor Sheridan
I, Daniel Blake, Paul Laverty
La La Land, Damien Chazelle
Manchester by the Sea, Kenneth Lonergan
Moonlight, Barry Jenkins

Meilleur scénario adapté
Arrival, Eric Heisserer
Tu ne tueras point, Robert Schenkkan, Andrew Knight
Les figures de l'ombre, Theodore Melfi, Allison Schroeder
Lion, Luke Davies
Nocturnal Animals, Tom Ford

Meilleur acteur
Andrew Garfield, Tu ne tueras point
Casey Affleck, Manchester by the Sea
Jake Gyllenhaal, Nocturnal Animals
Ryan Gosling, La La Land
Viggo Mortensen, Captain Fantastic

Meilleure actrice
Amy Adams, Arrival
Emily Blunt, La fille du train
Emma Stone, La La Land
Meryl Streep, Florence Foster Jenkins
Natalie Portman, Jackie

Meilleur acteur dans un second rôle
Aaron Taylor-Johnson, Nocturnal Animals
Dev Patel, Lion
Hugh Grant, Florence Foster Jenkins
Jeff Bridges, Comancheria
Mahershala Ali, Moonlight

Meilleure actrice dans un second rôle
Hayley Squires, I, Daniel Blake
Michelle Williams, Manchester by the Sea
Naomie Harris, Moonlight
Nicole Kidman, Lion
Viola Davis, Fences

Meilleur film dans une autre langue que l'anglais
Dheepan de Jacques Audiard
Julieta de Pedro Almodóvar
Mustang de Deniz Gamze Ergüven
Le fils de Saul de László Nemes
Toni Erdmann de Maren Ade

Meilleur documentaire
13 d'Ava Duvernay
The Beatles: Eight Days A Week de Ron Howard
La jeune fille et son aigle d'Otto Bell, Stacey Reiss
Notes on Blindness de Peter Middleton, James Spinney
Weiner de Josh Kriegman, Elyse Steinberg

Meilleur film d'animation
Le monde de Dory d'Andrew Stanton
Kubo et l'armure magique de Travis Knight
Vaiana de Ron Clements, John Musker
Zootopie de Byron Howard, Rich Moore

Meilleure musique originale
Arrival, Jóhann Jóhannsson
Jackie, Mica Levi
La La Land, Justin Hurwitz
Lion, Dustin O’halloran, Hauschka
Nocturnal Animals, Abel Korzeniowski

Meilleur image
Arrival, Bradford Young
Comancheria, Giles Nuttgens
La La Land, Linus Sandgren
Lion, Greig Fraser
Nocturnal Animals, Seamus Mcgarvey

Meilleur montage
Arrival,  Joe Walker
Tu ne tueras point, John Gilbert
La La Land, Tom Cross
Manchester by the Sea, Jennifer Lame
Nocturnal Animals, Joan Sobel

Meilleur chef décorateur
Doctor Strange, John Bush, Charles Wood
Les animaux fantastiques, Stuart Craig, Anna Pinnock
Hail, Caesar!, Jess Gonchor, Nancy Haigh
La La Land, Sandy Reynolds-Wasco, David Wasco
Nocturnal Animals, Shane Valentino, Meg Everist

Meilleur costume
Alliés, Joanna Johnston
Les animaux fantastiques, Colleen Atwood
Florence Foster Jenkins, Consolata Boyle
Jackie, Madeline Fontaine
La La Land, Mary Zophres

Meilleurs maquillage & Coiffure
Doctor Strange, Jeremy Woodhead
Florence Foster Jenkins, J. Roy Helland, Daniel Phillips
Tu ne tueras point, Shane Thomas
Nocturnal Animals, Donald Mowat, Yolanda Toussieng
Rogue One, Nominees TBC

Meilleur son
Arrival, Claude La Haye, Bernard Gariépy Strobl, Sylvain Bellemare
Deepwater, Mike Prestwood Smith, Dror Mohar, Wylie Stateman, David Wyman
Les animaux fantastiques, Niv Adiri, Glenn Freemantle, Simon Hayes, Andy Nelson, Ian Tapp
Tu ne tueras point, Peter Grace, Robert Mackenzie, Kevin O’Connell, Andy Wright
La La Land, Mildred Iatrou Morgan, Ai-Ling Lee, Steve A. Morrow, Andy Nelson

Meilleur effets spéciaux
Arrival, Louis Morin
Doctor Strange,  Richard Bluff, Stephane Ceretti, Paul Corbould, Jonathan Fawkner
Les animaux fantastiques, Tim Burke, Pablo Grillo, Christian Manz, David Watkins
Le livre de la jungle, Robert Legato, Dan Lemmon, Andrew R. Jones, Adam Valdez
Rogue One, Neil Corbould, Hal Hickel, Mohen Leo, John Knoll, Nigel Sumner

Meilleur film Britannique
American Honey d'Andrea Arnold, Lars Knudsen, Pouya Shahbazian, Jay Van Hoy
Denial de Mick Jackson, Gary Foster, Russ Krasnoff, David Hare
Les animaux fantastiques de David Yates, J.K. Rowling, David Heyman, Steve Kloves, Lionel Wigram
I, Daniel Blake de Ken Loach, Rebecca O’Brien, Paul Laverty
Notes on Blindness de Peter Middleton, James Spinney, Mike Brett, Jo-Jo Ellison, Steve Jamison
Under the Shadow de  Babak Anvari, Emily Leo, Oliver Roskill, Lucan Toh

Meilleur premier début par un écrivain, réalisateur ou producteur Britannique
The Girl With All the Gifts de Mike Carey (Writer), Camille Gatin (Producer)
The Hard Stop de George Amponsah (Writer/Director/Producer), Dionne Walker (Writer/Producer)
Notes on Blindness de Peter Middleton (Writer/Director/Producer), James Spinney (Writer/Director), Jo-Jo Ellison (Producer)
The Pass de  John Donnelly (Writer), Ben A. Williams (Director)
Under the Shadow de Babak Anvari (Writer/Director), Emily Leo, Oliver Roskill, Lucan Toh (Producers)

Meilleur court-métrage d'animation Britannique
The Alan Dimension de Jac Clinch, Jonathan Harbottle, Millie Marsh
A Love Story de Khaled Gad, Anushka Kishani Naanayakkara, Elena Ruscombe-King
Tough de Jennifer Zheng

Meilleur court-métrage Britannique
Consumed de Richard John Seymour
Home de Shpat Deda, Afolabi Kuti, Daniel Mulloy, Scott O’Donnell
Mouth of Hell de Bart Gavigan, Samir Mehanovic, Ailie Smith, Michael Wilson
The Party de Farah Abushwesha, Emmet Fleming, Andrea Harkin, Conor Macneill
Standby de Charlotte Regan, Jack Hannon

Meilleur espoir (vote du public)
Anya Taylor-Joy
Laia Costa
Lucas Hedges
Ruth Negga
Tom Holland

Golden Globes 2017 : The Night Manager cartonne, The Crown explose

Posté par wyzman, le 9 janvier 2017

Alors que l'on vous disait il y a peu que La La Land a tout raflé aux Golden Globes 2017 côté cinéma, intéressons-nous maintenant au palmarès côté télévision. Et force est de constater que là encore, il n'y a que très peu de surprises. En effet, The People v. O.J. Simpson et The Night Manager avaient déjà décroché le plus de nominations et n'ont pas manqué de remporter le plus de prix. La série  produite par Ryan Murphy repart avec deux statuettes (sur cinq) dont celle de meilleure mini-série tandis que The Night Manager s'offre 3 prix (sur 4), tous reçus par ses acteurs principaux.

Du côté des comédies, le nouveau bébé de Donald Glover a plus que ravi les votants puisqu'ils ont attribué à Atlanta le Golden Globe de la meilleure comédie, récompensant au passage son créateur et acteur principal. Et chez les dramas, c'est finalement The Crown qui succède à Mr. Robot. Bonus : son actrice principale (Claire Foy) n'a pas été laissée sur le côté puisqu'elle repart également avec le Graal.

Meilleure série dramatique

The Crown

Game of Thrones

Stranger Things

This Is Us

Westworld

Meilleure série comique ou musicale

Atlanta

Black-ish

Mozart in the Jungle

Transparent

Veep

Meilleur acteur dans une série dramatique

Rami Malek - Mr. Robot

Bob Odenkirk - Better Call Saul

Matthew Rhys - The Americans

Liev Schreiber - Ray Donovan

Billy Bob Thornton - Goliath

Meilleure actrice dans une série dramatique

Caitriona Balfe - Outlander

Claire Foy - The Crown

Keri Russell - The Americans

Winona Ryder - Stranger Things

Evan Rachel Wood - Westworld

Meilleur acteur dans une série comique ou musicale

Anthony Anderson - Black-ish

Gael Garcia Bernal - Mozart in the Jungle

Donald Glover - Atlanta

Nick Nolte - Graves

Jeffrey Tambor - Transparent

Meilleure actrice dans une série comique ou musicale

Rachel Bloom - Crazy Ex-Girlfriend

Julia Louis-Dreyfus - Veep

Sarah Jessica Parker - Divorce

Issa Rae - Insecure

Gina Rodriguez - Jane the Virgin

Tracee Ellis Ross - Black-ish

Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm

Riz Ahmed - The Night Of

Bryan Cranston - All the Way

Tom Hiddleston - The Night Manager

John Turturro - The Night Of

Courtney B. Vance - The People v. O.J. Simpson

Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm

Felicity Huffman - American Crime

Riley Keough - The Girlfriend Experience

Sarah Paulson - The People v. O.J. Simpson

Charlotte Rampling - London Spy

Kerry Washington - Confirmation

Meilleur second rôle masculin dans une mini-série ou un téléfilm

Sterling K. Brown - The People v. O.J. Simpson

Hugh Laurie - The Night Manager

John Lithgow - The Crown

Christian Slater - Mr. Robot

John Travolta - The People v. O.J. Simpson

Meilleur second rôle féminin dans une mini-série ou un téléfilm

Olivia Colman  - The Night Manager

Lena Headey - Game of Thrones

Chrissy Metz - This Is Us

Mandy Moore - This Is Us

Thandie Newton - Westworld

Meilleure mini-série ou téléfilm

American Crime

The Dresser

The Night Manager

The Night Of

The People v. O.J. Simpson

Golden Globes 2017: La La Land au firmament, Moonlight et Elle dans les étoiles

Posté par vincy, le 9 janvier 2017

7 Golden Globe Awards pour La La Land. Une razzia, et surtout un record. Le jeune cinéaste Damien Chazelle a réussi l'exploit de tout rafler ou presque dans une cérémonie dont le nombre de prix permet généralement un certain éparpillement. Son hommage à Los Angeles, son ode à l'amour impossible, son hymne à la musique et aux musicals de Minnelli et Demy a séduit les votants (les correspondants de la presse étrangère) du scénario à la chanson, des acteurs principaux à la réalisation.

Jusqu'ici il fallait remonter à Vol au dessus d'un nid de coucou et Midnight Express pour trouver un film ayant remporté 6 Golden Globe Awards.

Il ne reste donc pas grand chose pour les autres films. Moonlight a quand même réussi à récolter le convoité prix du meilleur drame tandis que Casey Affleck a reçu le prix du meilleur acteur pour Manchester by the Sea. Il apparaît comme l'unique favori pour les Oscars dans sa catégorie.

Amazing Huppert

La surprise a quand même été de voir Elle doublement récompensé: meilleur film en langue étrangère et surtout meilleure actrice dans un drame pour Isabelle Huppert. Elle était elle-même étonnée de supplanter ses concurrentes (et notamment une Natalie Portman a priori favorite). C'est seulement la deuxième française à recevoir ce prix dans la catégorie drame après Anouk Aimée en 1967 pour Un homme et une femme, la troisième avec Marion Cotillard dans la catégorie comédie/musical.

"Merci de m'avoir fait gagner dans un film français dirigé par un réalisateur néerlandais, ici aux Etats-Unis" a déclaré Huppert dans son discours de remerciement. "Il y a des gens du monde entier dans cette salle, de Chine, d'Amérique, d'Europe. N'attendez pas du cinéma qu'il dresse des murs et des frontières" a-t-elle ajouté en référence aux programmes politiques de nombreux dirigeants dans le monde, à commencer par Donald Trump, prochain président des Etats-Unis.

Meryl Streep, récompensée pour l'ensemble de sa carrière, n'a pas non plus ménagé ses critiques à l'égard des idées de Trump. "Vous tous dans cette salle appartenez aux segments les plus diabolisées de la société américaine en ce moment". Elle a rappelé que "Hollywood croule sous les gens venus d'ailleurs et les étrangers". "Si vous les mettez tous dehors, vous n'aurez plus rien à regarder que du football américain et des arts martiaux mixtes, qui ne sont pas de l'art" a-t-elle rappelé. L'actrice multi-oscarisée, dans un discours engagé, a fait sa petite leçon et son petit effet: "L'irrespect amène l'irrespect. La violence incite à la violence. Et quand les puissants se servent de leur rang pour brutaliser les autres, nous sommes tous perdants."

Palmarès cinéma

Meilleur film - drame: Moonlight
Meilleur film - comédie/musical: La La Land
Meilleur réalisateur: Damien Chazelle (La La Land)

Meilleur acteur - drame: Casey Affleck (Manchester by the Sea)
Meilleure actrice - drame: Isabelle Huppert (Elle)
Meilleur acteur - comédie/musical: Ryan Gosling (La La Land)
Meilleure actrice - comédie/musical: Emma Stone (La La Land)
Meilleur second-rôle masculin: Aaron Taylor-Johnson (Nocturnal Animals)
Meilleur second-rôle féminin: Viola Davis (Fences)

Cecil B. DeMille Award pour l'ensemble de sa carrière: Meryl Streep

Meilleur scénario: La La Land
Meilleur film en langue étrangère: Elle
Meilleur film d'animation: Zootopie
Meilleure chanson: "City of Stars" (La La Land)
Meilleure musique: Justin Hurwitz (La La Land)

Un photographe globe-trotter archive et expose les salles de cinémas de l’âge d’or du 7e art

Posté par vincy, le 3 janvier 2017

Stephan Zaubitzer a eu un coup de blues. A l'heure des smartphones et de Netflix, il a subitement pris conscience que le cinéma pouvait disparaître. La salle de cinéma en tout cas. Le photographe allemand, par nostalgie et par envie, a donc eu l'idée de garder les images de ces vieux cinémas qui brillaient dans leurs villes dans les années 1930, 40, 50... L'âge d'or du "silver screen".

De ce tour du monde commencé en 2003 au Maroc, il a rapporté des images de cinémas fermés ou toujours debout, parfois transformés. Brésil, Burkina-Faso, Cuba, Californie, Egypte, France, Inde, Liban, République Tchèque, Royaume Uni... ce tour du monde étonnant et insolite se prolonge en livres comme CinéMaroc sur les salles de cinéma du pays (Ed. de l'œil, 2015) ou en expositions (au prochain festival Travelling en février, qui est dédié à la ville de Tanger).

Vous pouvez admirer ses clichés sur son site (en français): www.stephanzaubitzer.com

Jim Jarmusch aux Galeries de Bruxelles: une autre vision du cinéaste

Posté par wyzman, le 21 décembre 2016

En sélection officielle au dernier festival de Cannes, le douzième long métrage de Jim Jarmusch sort aujourd'hui en salles. Drôle et poétique, Paterson est un nouveau coup d'éclat dans la filmographie d'un cinéaste qui n'a eu de cesse de surprendre dès ses débuts. Désormais âgé de 63 ans, résumer Jim Jarmusch à son seul titre de cinéaste serait néanmoins malencontreux tant les talents de cet homme né dans l'Ohio sont divers.

Cinéma, musique, poésie, photographie, celui qui est déjà apparu dans des épisodes de Bob l'éponge et Les Simpson semble capable de tout faire. Et ça tombe bien puisqu'il est au centre d'une exposition qui se tient jusqu'au 12 février 2017 au Cinéma Galeries de BruxellesUne autre allure. Conçue comme une exploration de l'imaginaire et du travail de Jarmusch, l'exposition a le mérite de faire découvrir aux non-initiés certains plans et scènes phares de films tels que Permanent Vacation, Dead Man, Ghost Dog ou encore Only Lovers Left Alive. Une très bonne idée. Complètement libre, le parcours d'Une autre allure est un beau moment d'errance nécessaire pour tenter de comprendre les inspirations de ce cinéaste accompli.

Conçue par le directeur de Creatis Edouard Meier et le critique de cinéma Philippe Azoury, l'exposition devrait ravir les fans de Jarmusch qui attendent avec impatience la sortie de Gimme Danger, le documentaire qui retrace les aventures des Stooges. Et pour les plus impatients, le Cinéma Galeries propose en parallèle une rétrospective de l'oeuvre de celui à qui l'on doit Broken Flowers, tandis que l'ouvrage Une autre allure de Philippe Azoury sortira le 5 janvier prochain aux éditions Capricci. Ce livre, composé à partir d'entretiens entre le journaliste et le réalisateur, décrypte la filmographie de Jarmusch et apporte un éclairage nouveau sur les thèmes et les influences qui parcourent ses films. Dans son introduction, Azoury interpelle le lecteur-cinéphile. Jarmusch c'est quoi? "N'être surtout pas dans l'actualité: le voilà sans doute le vieux rêve de Jarsmusch!" Tous ses films reçus comme des lettres, du moins c'est ce qu'il espère, sont autant de façons "de rendre tout personnel, au point que tous tes lecteurs, out tous tes spectateurs, pensent être la seule et unique personne à qui est destiné ce poème ou ce film" explique-t-il dans un entretien retranscrit dans le livre.

Pour les fans, voilà donc trois voyages atemporels et intérieurs qui s'offrent à eux: le beau Paterson, l'expo bruxelloise et le livre à lire à toute allure (ou pas) chez Capricci.

Pour plus d'informations, rendez-vous ici.

Rock n’ Roll de Guillaume Canet se dévoile (un peu)

Posté par vincy, le 19 décembre 2016

Tourné l'hiver dernier dans le plus grand secret, Rock'n roll, cinquième film réalisé par Guillaume Canet réunit Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Johnny Hallyday, Philippe Lefebvre, Camille Rowe, Kev Adams, Ben Foster, Maxim Nucci, Yarol Poupaud, Yvan Attal, Alain Attal et Laëticia Hallyday.

Ecrit par Guillaume Canet, Philippe Lefebvre et Rodolphe Lauga, le film devrait être dans l'esprit de Mon idole, le premier long métrage de Canet, une comédie satirique. Mais cette fois-ci, ce n'est plus la télévision qui est dans le décor mais bien le milieu du cinéma.

Le pitch: Guillaume Canet, 43 ans, est épanoui dans sa vie, il a tout pour être heureux. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va le stopper net dans son élan, en lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a d’ailleurs jamais vraiment été, et pour l’achever, qu’il a beaucoup chuté dans la «liste» des acteurs qu’on aimerait bien se taper… Sa vie de famille avec Marion, qui doit apprendre le québécois pour un tournage, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux, lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy… Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Pas de photos sur le plateau et sur les réseaux, motus sur le script ou les personnages. Le culte du secret a été digne des grosses productions hollywoodiennes. Impossible de savoir quelles guests participent, même si les rumeurs en évoquent d'autres que celles mentionnées dans la fiche technique. Le film sortira le 15 février 2017.

Les séries de Netflix sont en route pour les SAG Awards 2017

Posté par wyzman, le 16 décembre 2016

Alors que l'on évoquait il y a peu les quelques bizarreries des nominations de la Screen Actors Guild côté cinéma, la partie séries n'est pas en reste. Les nommés ont été annoncés mercredi matin et cette année encore, Netflix continue de gagner du terrain. Comprenez par là que les nouveaux dramas The Crown et Stranger Things décrochent 3 nominations quand Orange Is the New Black et House of Cards sont présentes dans deux catégories. De même pour les comédies Unbreakable Kimmy Schmidt et Grace & Frankie !

Si HBO peut toujours compter sur Game of Thrones (3 nominations), la chaîne câblée a eu chaud cette année : sa série Westworld est un succès mais rien n'était joué d'avance. Après avoir décroché 3 nominations aux Golden Globes 2017, la série de Lisa Joy et Jonathan Nolan se retrouve à nouveau citée à 3 reprises aux SAG Awards. Parmi les petites bizarreries des nominations, on notera l'absence de Jessica Jones dans la catégorie meilleur ensemble de cascadeurs, et cela, alors même que Daredevil et Luke Cage y sont nommées…

Tandis que la nouvelle série de NBC This Is Us continue de creuser son sillon - notamment aux NAACP Image Awards 2017 -, c'est Sterling K. Brown qui la représentera aux Screen Actors Guild Awards 2017 du 29 janvier prochain puisqu'il est nommé dans la catégorie meilleur acteur de série dramatique (et de mini-série pour The People v. O.J. Simpson). Léger casse-pipe, il devra affronter Peter Dinklage (Game of Thrones), John Lithgow (The Crown), Rami Malek (Mr. Robot) et Kevin Spacey (House of Cards). Rien que ça !

Meilleur casting de série dramatique

The Crown Downton Abbey Game of Thrones Stranger Things Westworld Meilleure actrice dans une série dramatique Millie Bobby Brown - Stranger Things Claire Foy - The Crown Thandie Newton - Westworld Winona Ryder - Stranger Things Robin Wright - House of Cards Meilleur acteur dans une série dramatique Sterling K. Brown - This Is Us Peter Dinklage - Game of Thrones John Lithgow - The Crown Rami Malek - Mr. Robot Kevin Spacey - House of Cards Meilleur casting de série comique The Big Bang Theory Black-ish Modern Family Orange Is the New Black Veep Meilleure actrice dans une série comique Uzo Aduba - Orange Is the New Black Jane Fonda - Grace & Frankie Ellie Kemper - Unbreakable Kimmy Schmidt Julia Louis-Dreyfus - Veep Lily Tomlin - Grace & Frankie Meilleur acteur dans une série comique Anthony Anderson - Black-ish Tituss Burgess - Unbreakable Kimmy Schmidt Ty Burrell - Modern Family William H. Macy - Shameless Jeffrey Tambor - Transparent Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm Bryce Dallas Howard - Black Mirror Felicity Huffman - American Crime Audra McDonald - Lady Day at Emerson's Bar & Grill Sarah Paulson - The People v. O.J. Simpson Kerry Washington - Confirmation Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm Riz Ahmed - The Night Of Sterling K. Brown - The People v. O.J. Simpson Bryan Cranston - All the Way John Turturro - The Night Of Courtney B. Vance - The People v. O.J. Simpson Meilleur ensemble de cascadeurs Game of Thrones Marvel's Daredevil Marvel's Luke Cage The Walking Dead Westworld