2018 mai 17 » Le Blog d'Ecran Noir

Cannes 2018 : Le palmarès de la Quinzaine des Réalisateurs

Posté par wyzman, le 17 mai 2018

Il y a quelques minutes seulement, les membres de la Société des réalisateurs de films (SRF) ont dévoilé leur palmarès. Et c'est Climax de Gaspar Noé qui remporte le Graal du cru 2018 de la Quinzaine des réalisateurs, l'Art Cinema Award remis par la Confédération internationale des cinémas d'art et essai (CICAE). De son côté, En liberté est reparti avec le prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques).

Art Cinema Award : Climax de Gaspar Noé

Label Europa Cinemas : Troppa Grazia de Gianni Zanasi

Prix SACD : En liberté de Pierre Salvadori

Prix Illy du court métrage : Skip Day d' Ivete Lucas & Patrick Bresnan

Carrosse d'or : Martin Scorsese

Cannes 2018 : Cannes en orbite avec « La planète sauvage »

Posté par MpM, le 17 mai 2018

Puisque cette 71e édition nous emmène dans les étoiles avec l’avant-première mondiale de Solo: A Star Wars Story, nouvel épisode de l'univers étendu de la saga Star Wars, présenté hors compétition, et la projection de 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick dans une nouvelle copie 70 mm restaurée (sans modification numérique de l'oeuvre de 1968) à Cannes Classics, profitons-en pour un petit tour d’horizon des « Space opéras » qui ont eu les honneurs de la sélection officielle.

Cannes ce n'est à priori pas le lieu où on s'imagine voir un film de vaisseau spatial et de bataille intergalactique, et pourtant certains gros films de science-fiction ont bel et bien décollé depuis la croisette. Retour sur un long métrage d'animation interstellaire présenté en compétition officielle (eh oui...) en 1973

La planète sauvage, premier long métrage de René Laloux, est l'adaptation (libre) du roman Oms en série de Stefan Wul, et l'un des tout premiers films d'animation destiné à un public adulte. Telle une bonne fée penchée sur le berceau de ce projet délicat, l'écrivain et dessinateur Roland Topor, avec lequel Laloux a collaboré sur plusieurs courts métrages, s'implique largement dans la conception du film. Les deux hommes co-écrivent ainsi le scénario tandis que des dessins de Roland Topor servent de base aux images. La fabrication se déroule à Prague, dans les studios d'animation Jirí Trnka de Krátký Film, en utilisant la technique du papier découpé et une animation dite "en phase", ce qui signifie que les personnages sont dessinés dans chacune des positions nécessaires (et non pas articulés), puis animés. Le procédé, qui permet un rendu plus fluide et donc beaucoup plus esthétique, est aussi beaucoup plus long, ce qui explique qu'il fallut 5 ans pour finir La planète sauvage.

L'histoire se situe sur la planète Ygam où vit une espèce d'humanoïdes bleus aux yeux rouges mesurant douze mètres de haut, les Draags, qui ont atteint le paroxysme de la connaissance et consacrent toute leur existence à la méditation. Cette espèce sur-évoluée raffole des Oms, de minuscules animaux familiers ramenés d'une planète disparue, Terra. Les Draags traitent les Oms sauvages comme des créatures nuisibles et les pourchassent sans relâche. Pourtant, un concours de circonstance et la débrouillardise d'un enfant Om vont permettre au rapport de force de se rééquilibrer.

On se délecte de l'univers surréaliste, tantôt onirique, tantôt cauchemardesque, de cette planète pleine de surprises qui nous tend un miroir souvent dérangeant. Ces Draags prétendument éduqués et sensibles, qui n'ont pas la moindre empathie pour les petites créatures qu'ils réduisent en esclavage, voire exterminent selon leur bon plaisir, nous rappellent par exemple nos sociétés modernes et leur désir d'asservir tous ceux qui sont différents. Mais passé ce constat pessimiste, La planète sauvage fait l'apologie du savoir comme arme principale d'émancipation, et propose un message d'espoir sur la cohabitation possible entre les deux espèces, doublé d'une démonstration efficace de tout ce qui les rapproche.

Impossible de ne pas voir dans cet objet étrange et déconcertant une fable écologique presque avant l'heure (ce n'est pas aller trop loin que d'établir un parallèle entre les Oms et les animaux que nous exploitons aujourd'hui pour notre plaisir, sans égard pour leur propre sensibilité), servie par l'extraordinaire richesse visuelle du monde imaginé par Topor, arbres géants, plantes carnivores et fabuleuses créatures en tête. Le film fait également preuve d'une imagination débordante pour ce qui est des terribles machines destinées à pourchasser et tuer les Oms. Là encore, l'utilisation de l'animation permet de montrer frontalement ces scènes cruelles de "déshommisation", des meurtres de masse inventifs et presque insoutenables par leur banale violence.

Le film, malicieux et sans fard, envoûtant et curieux, fit grande impression à Cannes, et repartit auréolé d'un prix spécial du jury présidé par Ingrid Bergman. Une reconnaissance rare pour un film qui mêle deux genres souvent considérés comme manquant de noblesse et / ou de sérieux : la science fiction et l'animation. Autre temps, autre ouverture d'esprit ?

Cannes 2018: le palmarès de la Cinéfondation

Posté par vincy, le 17 mai 2018

Le Jury de la Cinéfondation et des courts métrages présidé par Bertrand Bonello et composé de Khalil Joreige, Valeska Grisebach, Alanté Kavaïté et Ariane Labed, a révélé son palmarès lors d’une cérémonie salle Buñuel.

La Sélection comprenait 17 films d’étudiants en cinéma choisis parmi 2 426 candidats en provenance de 512 écoles de cinéma dans le monde.

Premier Prix : El Verano del Leon Electrico (The Summer of the Electric Lion) de Diego Céspedes (Universidad de Chile).

Deuxième Prix ex-aequo: Kalendar (Calendar) de Igor Poplauhin (Moscow School of New Cinema) et Dong Wu Xiong Meng (The Storms in Our Blood) de Shen Di (Shanghai Theater Academy).

Troisième Prix : Inanimate de Lucia Bulgheroni (NFTS)

La Cinéfondation alloue une dotation de 15000 € pour le premier prix, 11250 € pour le deuxième et 7500 € pour le troisième. Le lauréat du premier prix a également l’assurance que son premier long métrage sera présenté au Festival de Cannes.

Les films primés seront projetés au Cinéma du Panthéon le 22 mai à 18h00. La Cinémathèque française projettera également une partie de la Sélection le 11 juin à 21h00.

Quinzaine 50 : un florilège de 49 années de cinéma en liberté – partie 1, les années Deleau

Posté par redaction, le 17 mai 2018

Héritière directe de ceux qui voulaient affranchir le cinéma de ses chaînes en 1968, la Quinzaine célèbre cette année sa 50e édition. L'occasion d'une promenade à son image - en toute liberté, et forcément subjective - dans une histoire chargée de découvertes, d'audaces, d’enthousiasmes, de coups de maîtres et de films devenus incontournables.

En partenariat avec Critique-Film. Retrouvez tout le dossier ici.

Plus d'un millier de longs-métrages ont été programmés en quarante-neuf éditions de la Quinzaine. Nous avons invité divers rédacteurs, critiques et autres amoureux du cinéma à évoquer en quelques lignes des films qui ont marqué l’Histoire de la Quinzaine ou qui les touchent, qui sont devenus de grands classiques du cinéma ou simplement de leur histoire personnelle. Des œuvres qui ont su émouvoir, faire frémir et réfléchir, nous ont poussé à nous interroger sur le sens de la vie et du monde, sur notre rapport aux autres et à nous-mêmes en apportant leur pierre à un renouveau de la grammaire cinématographique ou avec des ambitions formelles plus modestes. Multiplicité de formes et d’expressions, de styles et de propos, pour un voyage purement subjectif dans les 49 premières sélections de la Quinzaine.

Voici donc notre florilège de plusieurs dizaines de titres découverts à la Quinzaine par Pierre-Henri Deleau et ses successeurs Marie-Pierre Macia, François Da Silva, Olivier Père, Frédéric Boyer puis Edouard Waintrop qui quitte ses fonctions cette année. Il est évidemment trop tôt pour dire ce que nous réserve Paolo Moretti l'an prochain mais nous restons curieux de découvrir ce qui nous sera proposé en mai 2019. Nous sommes déjà impatients…

1969

Adam II de Jan Lenica

Le premier long métrage d’animation du réalisateur polonais Jan Lenica est aussi celui qui lui a apporté une reconnaissance définitive après ses débuts aux côtés de Walerian Borowczyk. On y retrouve les thèmes propres à Lenica comme la lutte pour la liberté individuelle et une forme d'absurdité qui construit un univers angoissé et burlesque. (Marie-Pauline Mollaret, Ecran Noir)

Mai 68, la belle ouvrage de Jean-Luc Magneron

Il advient qu’un faisceau d’événements concordants tient à souligner qu’un cycle ou une révolution vient de s’achever. Il nous aura ainsi fallu un demi-siècle pour revenir au sens originel de « ripostes »  entre les événements de Mai 68 et les actuels affrontements estudiantins avec les forces de l’ordre, ou il y a encore peu le mouvement Nuit debout régulièrement réprimé par la police. 50 ans nous séparent, et nous n’avons toujours rien appris, et ce, malgré le stupéfiant documentaire de Jean-Luc Magneron sur les dérives et les violences policières. En 2 versions de  117 et 52mn, Magneron propose sous forme documentaire de revenir peu de temps après les échauffourées ayant agité le mois de Mai 68. Le montage fait le choix économe d’artifices avec un défilé de séquences prises à vif lors des manifestations, ainsi que de témoignages laissant les raconteurs dérouler leurs souvenirs, encore brulants de douleurs ou d’effroi. Le spectateur s’immerge ainsi dans l’ingéniosité et la science de chaque partie à s’attaquer et à se défendre, des batailles aux armes inégales mais toutes astucieuses dans le désir d’efficacité : gaz au chlore, gaz lacrymogènes, fusil à grenades, matraques, cocktails Molotov, pompe à eau, arbres, cagettes, pavés, etc… Le film est d’autant plus remarquable pour la qualité et la diversité des témoins, que par la précision et l’élocution de leurs interventions. C’est alors que la plongée se fait insoupçonnée dans l’horreur : la description minutieuse des exactions commises par les CRS avec des matraquages répétés dans les « paniers à salade », les comités d’accueil féroces en commissariat, les agressions aveugles sur tout badaud traversant le quartier Latin, l’acharnement sur des victimes à terre,  les viols de femmes, les étrangers attaqués… En bref, une systématisation de la violence et une légitimation à son déferlement pour assouvir une frustration savamment entretenue par l’exécutif, que l’on n’arrive encore pas à endiguer de nos jours lors de nouvelles rixes. (Celia, twitter.com/artpasnet)

The Trip de Roger Corman

Roger Corman à la réalisation, Jack Nicholson au scénario, Peter Fonda, Susan Strasberg, Bruce Dern et Dennis Hopper à l’interprétation. Ajoutez un soupçon de sujet dans l’air du temps et un fond d’Electric Flag, vous obtenez un cocktail psychédélique. Roger Corman, dans sa volonté de bien faire, a trop bien fait. Trip en group, avertissement sur les méfaits de la drogue, qui essaye-t-il de convaincre ? Ni les adolescents et les hippies ni les figures d’autorité. Les bien-pensants frémissent, les accoutumés s’offusquent d’une intrusion abusive dans leur monde et d’une falsification de la réelle expérience qu’est le trip. L’histoire, résolument simple et secondaire, tourne autour d’un publicitaire en instance de divorce qui, poussé par un ami, prend la décision de s’évader au travers de la drogue. S’en suit une heure et vingt minutes de scènes colorées, kaléidoscopiques et acidulées entre-coupées de quelques retours à la réalité pour resituer l’action. Une curiosité néanmoins, grâce à quelques plans surprenants, étouffée par le self-control envahissant de Corman qui atténue l’intérêt majeur de l’œuvre : vivre l’expérience du LSD sans contrainte ni limite. (Clara Sebastiao, The Jelly Brain)

1970

Macunaima de Joaquim Pedro de Andrade

Ce film de Joaquim Pedro de Andrade, œuvre majeure, est un conte noir et un surprenant mélange de grotesque et de cruauté placé sous le signe du paradoxe et d’une perpétuelle opposition bonheur/souffrance. De la naissance du héros, séquence d'anthologie où il est quasi déféqué par une mégère interprétée par un homme, jusqu’à sa disparition finale tout n'est que succession de joyeuses peines et de pénibles joies. Macunaïma est un mal aimé, souvent châtié qui se transformera en un grand beau blanc trop admiré. Durant son parcours picaresque, il rencontrera une magicienne, un géant, un gnome, une source magique, une guerrière hors pair… mais tout est déformé, exagéré, libéré des contraintes. En ceci, paré de ses atours réalistes-magiques, Macunaïma est un héros de notre époque : une parodie d’humain ; mais aussi une critique du Brésil contemporain : violent, inégalitaire et consumériste. (Nicolas Thys, Revue 24 Images)

Othon de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet

La tragédie de Corneille filmée in extenso, dans des décors naturels (les collines de Rome, avec la ville moderne visible en contrebas), et jouée par des comédiens en toge parlant souvent avec un accent étranger fortement marqué. De ce dispositif radical et distancié, marque de fabrique des « Straub », nait un grand film politique qui paradoxalement redonne vie et puissance à un texte finalement peu connu. (Laurent Aknin, critique et historien de cinéma)

1971

Les Anges Violés de Koji Wakamatsu

Quelles sont les motivations de ce jeune homme pour commettre le massacre d'infirmières dans leur dortoir ? Au final, le mystère reste entier, malgré quelques pistes plus symboliques que concrètes. Une succession d'images de violence ou de nudité illustrent la pensée confuse du meurtrier alors qu'il s'entraîne à tirer sur une plage. Le questionnement sur ses motivations par l'infirmière en chef ancre cette histoire terrifiante dans un réalisme bouleversant. Elle prend la parole dans l'espoir vain de survivre et de sauver ses camarades. Chacune des tentatives des jeunes femmes est vouée à l'échec : la fuite, les lamentations pour amadouer l'assassin par des paroles calmes et sensées, feindre la peur ou l'absence de peur, rien ne semble susciter la moindre réaction d'empathie. Koji Wakamatsu détourne les codes du pinku eiga (roman porno), en filmant les scènes de sexe ou de violence attendues du genre mais dénuées du moindre attrait, pour un geste éminemment politique : dénoncer la violence des hommes contre les femmes, boucs-émissaires faciles de leurs impuissances et de leur incapacité à agir. Le titre désigne le surnom des infirmières, ces Anges Blancs dont l'appellation ne touche pas le meurtrier. La mise en scène, le sens du montage très personnel de cet admirateur de Godard, le travail sur les effets sonores (surtout ce que seul le tueur entend) nous font pénétrer dans un cerveau torturé mais terriblement humain. Ce qui est peut-être la part la plus terrifiante de ce film. (Pascal Le Duff, critique-film)

La Salamandre d'Alain Tanner

Une constantes du cinéma d'Alain Tanner est le voyage immobile. Ses personnages (féminins souvent, masculins aussi) marchent beaucoup et ne vont au final pas très loin, au moins physiquement. Intérieurement pourtant, elles ou ils changent, vivent, aiment, souffrent et vont mieux, ou pas. Un sondeur de l'âme humaine résumé par ce film qui a longtemps hanté le Saint-André-des-Arts grâce à la persévérance de son «père» Roger Diamantis et lancé les carrières d'un auteur et de trois grands comédiens : Bulle Ogier, Jean-Luc Bideau et le regretté Jacques Denis. (Pascal Le Duff)

THX 1138 de George Lucas

Impossible de ne pas penser à George Orwell et à 1984 à la vision de cette dystopie cruelle où les êtres humains ne sont plus que les rouages abêtis d’une société où les machines (et donc la technique) ont pris le dessus. Pour son premier long métrage, George Lucas fait le choix du minimalisme, de l’épure et d’une narration quasi inexistante.  Le cinéaste y flirte avec le cinéma expérimental tout en proposant une version déformée et terrifiante de notre propre société accro aux programmes télé et aux psychotropes. (Marie-Pauline Mollaret, Ecran Noir)

Lire le reste de cet article »

14 projets hollywoodiens annoncés à Cannes

Posté par vincy, le 17 mai 2018

11 ans après Nil by Mouth, son premier film, en compétition à Cannes à l'époque, Gary Oldman, récemment oscarisé, revient derrière la caméra avec Flying Horse, d'après l'histoire vraie du photographe Eadweard Muybridge.

Gary Oldman sera aussi la star, avec Meryl Streep et Antonio Banderas, de The Laundromat. Steven Soderbergh se penchera sur les Panama Papers, à partir d'un essai de Scott Z. Burns.

Ezra Miller incarnera Salvador Dali jeune, aux cotés de Ben Kingsley, Lesley Manville, Tim Roth et Frank Dillane, dans Dali Land de Mary Haron.

Autre biopic, celui sur Leonard Bernstein, le compositeur de West Side Story. Bradley Cooper interprétera le musicien et réalisera le film. La société de Steven Spielberg est parmi les producteurs.

Andrea Riseborough et Christopher Abbott seront les prochaines têtes d'affiche de Possessor, le deuxième film de Brandon Cronenberg, révélé il y a six ans avec Antiviral.

La coscénariste de La Forme de l'eau Vanessa Taylor écrira Bad Blood, un film sur un scandale sanitaire, où Jennifer Lawrence partagera le générique Elizabeth Holmes. Adam McKay réalisera cette adaptation.

Ewan McGregor se lance dans le projet assez audacieux d'un remake de La vache et le prisonnier, le classique français. Réintitulé The Cow, le film sera réalisé par Marc Forster.

Autre adaptation, The Secret Garden, livre jeunesse culte de Frances Hodgson Burnett. Colin Firth et Julie Walters seront les stars de ce film réalisé par Marc Munden.

Chris Evans sera la star du thriller catastrophe Greenland, que réalisera Neill Blomkamp. Le tournage commencera au dernier trimestre.

Guy Ritchie a trouvé son partenaire financier, Miramax, pour son prochain film, Toff Guys, où il sera question de majiruana et de fric. Le studio a garantit 30M$.

C'est un peu plus que les 25M$ que Universal a payé pour assurer la distribution de 355, le thriller d'espionnage avec Jessica Chastain, Marion Cotillard, Penelope Cruz et Lupita Nyong'o.

Puisqu'on parle de Lupita: sachez que le réalisateur de Get Out, Jordan Peele, a révélé le titre son prochain film, Us. Il a enrôlé Lupita Nyong'o et négocie actuellement avec Elisabeth Moss et Winston Duke pour les deux autres rôles principaux.

Rodrigo Teixeira et Martin Scorsese produiront ensemble les deux premiers films de Danielle Lessovitz, Port Authority, et Antoneta Alamat Kusijanovic, Murina.

Finissons avec un documentaire sur la championne de tennis Martina Navratilova, à la fois icône LGBTQI et légende de son sport. Le film sera produit par Reese Witherspoon.

Cannes 2018: Qui est Yann Gonzalez ?

Posté par vincy, le 17 mai 2018

C'est le film qui risque de buzzer à Cannes. Présenté en fin de festival, Un couteau dans le cœur, le deuxième long métrage de Yann Gonzalez est aussi bien une surprise à ce niveau de la sélection qu'une attente insupportable pour les festivaliers, vu son sujet, et le style du cinéaste.

L'ancien critique de ciné a débuté avec des courts métrages, au rythme d'un par an à partir de 2006. By the Kiss (2006), Entracte (2007) et Je vous hais petites filles (2008) sont tous sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs. Les Astres Noirs (2009), avec Julien Doré, est retenu par la Semaine internationale de la critique. Il conserve sa troupe de comédiens - Kate Moran, Salvatore Viviano, Pierre-Vincent Chapus - et collabore toujours avec M83 (Anthony Gonzalez, son frère) pour la musique.

Mais il faut attendre 2013 pour qu'il passe à la version longue, avec Les Rencontres d'après minuit. Le niçois a 36 ans. On retrouve Moran et Chapus, mais le casting s'offre aussi Niels Schneider, Eric Cantona, Fabienne Babe, Béatrice Dalle et Nicolas Maury, en gouvernante travestie d'une partouze aussi déjantée que poétique, flamboyante que stylisée. Cette orgie stylisée qui transgresse les genres affirme un regard qui le singularise dans le cinéma français et est porté aux nues par la critique parisienne.

Il y a un an, Yann Gonzalez présente à la Semaine de la critique un court métrage, Les Îles, qui remporte la Queer Palm du court. Là encore une série de personnages errant dans un dédale érotique et amoureux. Cette fois-ci, il s'aventure dans un autre genre, tout en restant dans le même univers. Un couteau dans le cœur se déroule à la fin des années 1970. Une productrice de pornos gays au rabais veut reconquérir sa compagne (et monteuse de ses films) en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie... Outre Kate Moran et Nicolas Maury, c'est Vanessa Paradis qui tient le rôle principal.

La mise en danger

Yann Gonzalez refuse le naturalisme et le réalisme. Son cinéma est romantique et lyrique. A l'instar d'un Bertrand Mandico, il n'est pas effarouché par l'érotisme. "J'ai grandi avec le cinéma fantastique et d'horreur. Jusqu'à l'âge de 15 ans, je ne m'intéressais qu'à ce seul continent de cinéma" expliquait-il y a quelques années. Ce mélange des genres n'est pourtant pas bien vu dans le système français. "Les professionnels, frileux, se focalisent sur le scénario, comme si le plus crucial était le message du film, alors que le scénario doit rester un outil éphémère. Pourquoi ne s'intéressent-ils pas à ce qu'on a fait avant, à nos choix de mise en scène ? Ils n'y font pas assez attention. Pour moi, dont les scénarios sont un peu bizzaroïdes et très écrits, c'est un problème. Quand on me dit qu'ils sont trop littéraires, je ne comprends pas : quoi de plus stimulant que la tentative de faire fusionner la littérature, le cinéma, le théâtre ?" s'interrogeait-il dans un entretien à Télérama.

Libre et queer, Yann Gonzalez veut "avoir l’impression de danser sur un fil" quand il réalise un film. "Après, c’est vrai que j’aime aussi l’idée que la marge s’invite de manière invasive et pernicieuse au cœur du mainstream…" C'est la promesse de ce couteau qu'il veut planter dans nos cœurs.

Quinzaine 50 : entretien avec Pierre-Henri Deleau – épisode 7, la salle de la Quinzaine

Posté par redaction, le 17 mai 2018

Héritière directe de ceux qui voulaient affranchir le cinéma de ses chaînes en 1968, la Quinzaine célèbre cette année sa 50e édition. L'occasion d'une promenade à son image - en toute liberté, et forcément subjective - dans une histoire chargée de découvertes, d'audaces, d’enthousiasmes, de coups de maîtres et de films devenus incontournables.

En partenariat avec Critique-Film. Retrouvez tout le dossier ici.

Maître d'oeuvre des trente premières éditions de la Quinzaine, Pierre-Henri Deleau est considéré comme «l'âme» de la Quinzaine, celui qui a su donner une identité à cette section marquée par son éclectisme et ses choix aventureux et un goût sur sur pour un cinéma audacieux, dénué du conservatisme qui plombait les premières années de la sélection officielle du Festival de Cannes.

Merci à lui pour le temps qu'il nous a accordé pour ce long entretien que nous dévoilons sous forme de feuilleton, sur plusieurs jours.

La quinzaine a mis du temps à trouver son lieu de prédilection

La première année, on a retenu 65 films, présentés chacun une seule fois dans l'un des deux cinémas aujourd'hui disparus?: le Rex (une salle de quartier dégueulasse) et l'Olympia. L'année d'après j'ai choisi la meilleure salle de la rue d'Antibes possible. Au fil des ans, on a changé plusieurs fois. Il y a eu le Français, le Star puis l'ancien palais dont j'ai hérité lorsque la sélection officielle s'est installée dans le bunker actuel. Cette salle était magnifique. J'avais supplié Jack Lang [alors ministre de la Culture] de le classer mais il m'a dit qu'Anne Marie Dupuy [alors maire de Cannes] était couverte de dettes avec la construction du nouveau palais et donc devait vendre le bâtiment. Ça a été un bonheur, pendant cinq ou six ans. Une salle de 1200 places, pas une seule mauvaise, même au balcon ou sur les côtés. Et vous sortiez sur la mer tout d'un coup ! Quand l'ancien palais a été détruit pour faire un hôtel, j'ai exigé du festival qu'ils m'hébergent dans la salle Debussy. Je ne vous dis pas les tractations. Je n'avais plus de salle pour la Quinzaine. Je ne pouvais pas retourner dans une des salles de la rue d'Antibes après, les salles avaient changé et ce n'était plus la même configuration. C'est pour ça que j'ai exigé d'avoir la salle Debussy et nous avons eu quelques entrevues pour l'obtenir. Les réunions se passaient en présence d'un représentant de la SRF, Serge Leroy, membre du conseil d'administration du festival, de Pierre Viot, le président du festival, de Gilles Jacob et de moi. Serge Leroy était présent pour arbitrer car la SRF ne voulait pas rompre les ponts avec le festival et Francis Girod, alors président de la SRF l'avait missionné. Mais il n'avait pas le droit d'intervenir car je lui ai dit que le patron de la quinzaine, c'est moi. Donc moi, je discutais, lui, rapportait nos paroles.

Il y a eu trois réunions qui ont duré deux heures. Alors au début on nous proposait deux séances par jour pour la Quinzaine, puis trois et je refusais car avec deux films par jour, un ne passerait qu'une fois et l'autre deux ! Finalement, j'en ai obtenu quatre, ce qui a fait diminuer Un Certain Regard. Mais ça a été à l'arrachée. Lors de notre troisième séance de discussions, j'ai prévenu Francis Girod en lui disant, «vire-moi Serge Leroy, et viens car tu es le président en exercice. Et j'ai l'intention de claquer la porte ! Et on arrête la quinzaine ! ». Francis me dit qu'on ne peut pas faire ça mais évidemment, c'était un coup de bluff. Quand Pierre Viot a vu Francis Girod arriver, il a cru qu'on était d'accord pour trois séances pour Un Certain Regard et trois pour la Quinzaine, à égalité. Et je leur ai dit : «j'ai fait venir Francis pour vous prévenir que voilà, trois ça le faisait pas. On a décidé qu'il ne pouvait plus y avoir de Quinzaine et que je vous en rendrai responsable. Nous allons faire une tribune dans Le Monde, c'est tout ce que j'ai à vous dire. Au revoir, monsieur le président». Je me lève, Girod me suit et on a marché dans le couloir, lentement. Il s'est écoulé une minute - on marchait vraiment très lentement - et d'un seul coup la porte s'est rouverte et Viot a dit « quatre, quatre, ça va, ça va ? ». La peur du scandale ! Sans la complicité de Girod, je n'aurais pas pu le faire.


Vous pensez que la Quinzaine a permis de faire évoluer le festival de Cannes ?

Ah oui, s'il n'y avait pas eu la Quinzaine, elle n'aurait pas évolué comme ça. Aucune raison puisque personne ne la remettait en cause ! Elle a d'abord été contestée par les réalisateurs, en 68, pas uniquement parce que la France était en grève, mais aussi parce qu'ils trouvaient les sélections académiques. Mais c'est sur que la Quinzaine, ça a été comme une pierre dans la chaussure du festival qu'il a fait évoluer en disant "on est ridicule si on continue comme ça". Finalement la Quinzaine a été une bonne chose pour le festival. Et on a profité et de l'un et de l'autre. Moi j'ai évidemment profité énormément du festival. Si j'avais fait la Quinzaine ailleurs dans une autre ville, même avec cette programmation là, il aurai fallu que j'ai un budget triple pour inviter les journalistes du monde entier. Là, je les détournais d'une manifestation existante. Il y avait des papiers dans le New York Times par exemple et dans de journaux du monde entier.

Propos recueillis par Pascal Le Duff de Critique-Film