2018 mars 15 » Le Blog d'Ecran Noir

Edito: une brève histoire d’amour qui finit mal en général

Posté par redaction, le 15 mars 2018

Le jeu video et le cinéma c'est un peu comme un "match" Tinder qui déçoit. On swip mais ça prend pas. Cette semaine Lara Croft est de retour. 15 ans après le deuxième film avec Angelina Jolie dans la peau de l'héroïne. On comprend la motivation. Lara Croft est le seul jeu vidéo qui a réussit à être un succès au cinéma: 430M$ dans le monde pour les deux premiers films. Hormis Angry Birds, aucune autre adaptation n'a dépassé les 100M$ au box office nord-américain. Et souvent les budgets pharaoniques n'ont pas été rentabilisés.

Sur le papier, entre héros et monstres, il y a de quoi créer un univers fantasy et d'aventure pour le grand écran. Mais l'ADN même du jeu vidéo - l'interactivité, la narration par étapes - n'est pas forcément celui du cinéma. On comprend aussi l'enjeu pour les deux industries: un public jeune, des marques puissantes, et un paquet de recettes potentielles pour les développer. Le jeu vidéo pèse 109 milliards de $ dans le monde quand le cinéma a encaissé 40 milliards de $ en recettes dans les salles.

Malgré les échecs, les producteurs continuent de croire à l'hybridation de ces deux divertissements. On attend les adaptations de Rampage, Detective Pikachu, Minecraft, Uncharted, la suite d'Angry Birds, Sonic, The Witcher, Mario Bros, ... Autant de personnages ou de superhéros, de guerres ou de délires qui produiront des blockbusters sans surprises.

Pourtant, c'est sans doute ailleurs que l'avenir de ces produits sur grand écran se formera. Avec des sièges réactifs, des sons de plus en plus élaborés, la 4D, le cinéma peut donner de nouvelles sensations aux joueurs. Mais surtout, avec le développement de la réalité virtuelle et de l'écriture transmédia, on peut imaginer des films immersifs où l'on passe du cinéma au jeu, sans quitter son fauteuil ou son sofa, en devenant soi-même l'auteur d'une histoire qui permettrait d'être à la fois actif et passif, de switcher du 7e art collectif au jeu individuel, bref de s'annoncer bi (ou versatile) sur son profil "Tinder".

Natalie Portman et Jon Hamm font équipe dans Pale Blue Dot

Posté par vincy, le 15 mars 2018

Jon Hamm, connu pour son rôle de Don Draper dans la série Mad Men, est entré en négociations pour donner la réplique à Natalie Portman dans Pale Blue Dot.

Le film, réalisé par le créateur de la série Fargo, Noah Hawley, et scénarisé par Brian C. Brown, dont c'est le premier script, et Elliott DiGuiseppi, est produit par Reese Witherspoon qui devait être la tête d'affiche initialement.

Pale Blue Dot est l'histoire d'une astronaute qui revient sur terre après une mission dans l'espace. Or, passer du temps dans les étoiles entraîne une perte du sens des réalités une fois sur le sol terrien. L'astronaute à qui tout réussi souhaite se défaire d'une vie qu'elle croit parfaite. D'autant que son collègue la harcèle assez agressivement...

Le tournage devrait débuter ce printemps.

Natalie Portman est actuellement au générique d'Annihilation, qui est diffusé sur Netflix depuis lundi, et est attendue dans Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan, probablement à Cannes. Elle tourne Vox Lux, un drame musical de Brady Corbet, avec Jude Law.

John Hamm, qui jusque là n'a pas eu une grande carrière cinématographique, était au générique de Baby Driver l'an dernier et sera dans Opération Beyrouth de Brad Anderson, avec Rosamund Pike, en salles le 30 mai.

Kristen Stewart dans la peau de Jean Seberg

Posté par vincy, le 15 mars 2018

Deadline annonce que Kristen Stewart incarnera l'actrice Jean Seberg dans le film Against All Enemies.

Le thriller politique réalisé par le metteur en scène Benedict Andrews (qui n'a réalisé pour le cinéma qu'un seul film: Una) s'inspire de faits réels : jean Seberg, à la fin des années 1960, a été la cible d'un programme de surveillance illégale du FBI.

Autour de l'actrice, on retrouvera Jack O’Connell, Anthony Mackie (qui jouera Hakim Jamal), Margaret Qualley and Colm Meaney seront de l'aventure écrite par Joe Shrapnel et Anna Waterhouse (Frankie & Alice, La couleur de la victoire). Le tournage aura lieu cet été.

Jean Seberg était visée notamment parce qu'elle était proche du militant pour les droits civiques Hakim Jamal, cousin de Malcom X et autre cible du FBI. La comédienne, décédée à l'âge de 40 ans en 1979, mariée à François Moreuil puis à l'écrivain Romain Gary, engagée en faveur des Noirs américains, elle a été révélée par Otto Preminger dans Sainte Jeanne où elle incarnait Jeanne d'Arc (en 1957). Son mythe est surtout né de sa performance dans A Bout de souffle, aux côtés de Belmondo, réalisé par Jean-Luc Godard en 1960. Elle a aussi tourné avec Philippe de Broca, Jean Becker, Claude Chabrol, Yves Boisset et Philippe Garrel.