2018 février 02 » Le Blog d'Ecran Noir

Tom Hanks ajoute un biopic à ses projets

Posté par vincy, le 2 février 2018

Tom Hanks va incarner Fred Rogers dans le biopic You Are My Friend. Le film, qui sera distribué par TriStar Pictures (Sony), retrace l'amitié entre l'animateur télé et le journaliste Tom Junod. Fred Rogers (1928-2003) était aussi musicien, marionnettiste, auteur, producteur et prêtre. Mais c'est avec son émission éducative, "Mister Rogers' Neighborhood", diffusée entre 1968 et 2001 qu'il est entré dans le quotidien des jeunes américains. Tom Junod, né en 1958, a notamment travaillé pour GQ, Esquire, Life... Les deux personnalités étaient radicalement différentes: l'un était un modèle de bienveillance et de gentillesse tandis que l'autre a la réputation d'être cynique et d'attaquer des sujets controversés. Leur rencontre a eu lieu quand le journaliste a reçu en commande un portrait à rédiger de l'icône cathodique.

You are my friend sera réalisé par Marielle Heller.

Tom Hanks a plusieurs projets en cours: BIOS, film SF de Miguel Sapochnik, le remake A Man called Ove et Greyhound, qui devrait être le prochain dans l'agenda de la star. En incarnant Rogers, il ajoute à sa filmographie un autre personnage réel. A commencer par Ben Bradlee, le rédacteur en chef du Washington Post, dans Pentagon papers, actuellement en salles. Dans sa liste, on retrouve aussi le pilote Sully; l'avocat James Donovan (Le pont des espions), Walt Disney (Dans l'ombre de Mary), le capitaine Richard Phillips (Capitaine Phillips), Larry Crowne (Il n'est jamais trop tard), Charlie Wilson (La guerre selon Wilson), Carl Hanratty (Attrape-moi si tu peux), Jim Lovell (Apollo 13)...

Vesoul 2018: Bagage de Zig Dulay, une histoire de bébés abandonnés

Posté par kristofy, le 2 février 2018

zig dulay ©ecrannoirLe Festival des Cinémas d'Asie de Vesoul c'est la découverte de films en provenance d' Iran, Afghanistan, Malaisie, Chine, Corée du Sud, Philippines, ou du Japon. Recevoir un prix à Vesoul est d'ailleurs un coup de projecteur pour favoriser ensuite une sortie en salles en France, comme par exemple Les lauriers roses-rouges (Under construction) le 7 juin 2017, Tharlo, le berger tibétain ce 3 janvier dernier ou Hotel Salvation le 21 mars prochain.

Aujourd'hui on s'envole vers les Philippines dont on connait surtout les films de Brillante Mendoza. On se demande pourquoi les distributeurs n'ont pas fait sortir par exemple les films de Lawrence Fajardo (Invisible) ou de Edouardo Roy Jr, passé à Vesoul mais aussi par Berlin (Baby factory, le quotidien d’une maternité à travers différentes mamans, infirmières, bébés ou Quick change, histoire de transsexuels avec un trafic illégal de produits de chirurgie esthétique).

Un nouveau nom est à suivre : le réalisateur Zig Dulay (qui est aussi scénariste, monteur, producteur), venu à Vesoul présenter Bagage avec comme héroïne l'actrice Angeli Bayani (que l'on connaît depuis Ilo Ilo qui avait eu le prix Caméra d'or à Cannes en 2013).

Le pitch: Alors que toute la famille célèbre le retour au pays de Mercy Agbunag, des agents du Bureau National des Investigations viennent la chercher Mercy pour enquêter sur la découverte d’un nouveau-né qui a été jeté dans la poubelle d'un avion. Mercy était à bord de cet avion, elle va devoir passer entre les mains de divers organismes : police, hôpital, refuge des services sociaux, médias avides de sensationnalisme...

Le style du film et son esthétique visant au réalisme nous sont déjà familiers: la caméra est presque toujours tournée vers le personnage principal dont on suit autant la trajectoire géographique dans différents lieux que son parcours émotionnel. Ici c'est une femme, déjà mère de famille, qui est accusée d'avoir donner naissance à un bébé et de l'avoir abandonné dans un avion. L'enquête va d'abord viser son corps avec divers examens médicaux puis sa conscience avec une demande d'aveux qu'elle ne fait pas : est-elle vraiment coupable, que s'est-il passé ?

Inspiré de faits divers

Zig Dulay a donné cet éclairage : « Le film est inspirés de différents faits-divers de femmes ayant dû accoucher dans les toilettes d'aéroport et qui y ont abandonné le bébé. Il y a aussi eu un cas d'un bébé oublié dans les toilettes d'un avion. C'était à chaque fois des avions qui venaient de pays du Moyen-Orient. Il y avait d'ailleurs une histoire où le bébé trouvé avait été appelé Rosario. J'ai gardé ce prénom. Tout ça m'a inspiré l'écriture de ce film Bagage. Ce titre a une double signification, à la fois la charge trop lourde que représente ce bébé pour sa mère, et aussi le fait que ce type d'histoire représente un poids social pour le pays car ce qui est raconté se produit encore et toujours. Aux Philippines on traite ce genre d'affaire presque comme quelque chose de quotidien, il y a des réactions quand ça arrive mais on ne fait pas grand chose pour éviter ce type de problème. La justice est limitée à sa juridiction sans pouvoir enquêter en direction de criminels d'un autre pays étranger et essaie de savoir qui est la mère qui a abandonné le bébé. Avec Bagage j'ai voulu montrer ce cercle vicieux où des femmes sont d'abord coupables avant d'être éventuellement ensuite comprise comme étant victimes.»