2018 janvier 17 » Le Blog d'Ecran Noir

Jessica Chastain et Octavia Spencer réunies dans une comédie de Noël

Posté par wyzman, le 17 janvier 2018

Voilà deux actrices qui ont le vent en poupe ! Sept ans après le drame historique La Couleur des sentiments, Jessica Chastain et Octavia Spencer vont enfin avoir la possibilité de retourner ensemble. Comme le rapporte le magazine Variety, les deux actrices déjà récompensées aux Golden Globes seront les têtes d'affiche d'une comédie de Noël fraîchement acquise par Universal.

Le studio qui produit entre autres Fast & Furious, Jurassic World et Les Minions étaient opposés à Fox et Paramount pour le projet jusque-là détenu par Freckle Films, la société de production de Jessica Chastain. Pour le moment, le projet n'en est qu'à l'état de pitch : deux femmes luttent contre les éléments afin de rentrer chez elles pour Noël.

Aucune date de sortie n'a été annoncée mais le scénario devrait être écrit par Peter Chiarelli, l'homme à qui l'on doit Crazy Rich Asians, Insaisissables 2 et La Proposition. Après s'être disputées l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour La couleur des sentiments en février 2012 (celui-ci revenant à la seconde), Jessica Chastain et Octavia Spencer sont de nouveau dans la course à l'Oscar cette année. La première pourrait être nommée dans la catégorie meilleure actrice pour Molly's Game tandis que la seconde a toutes ses chances dans la même catégorie qu'en 2012 pour sa participation à The Shape of Water.

Alice comedies 2 : un programme burlesque moderne et indispensable signé Walt Disney

Posté par MpM, le 17 janvier 2018

Et si le Walt Disney de l’année avait presque 100 ans ? Loin de son image un peu proprette de fournisseur officiel de gentils contes de fées politiquement corrects, le cinéaste a produit à ses débuts une série de courts métrages mettant en scène une petite fille nommée Alice vivant des aventures peu ordinaires. La particularité des films était de mélanger prises de vue réelle et animation, Alice étant incarnée par une véritable petite fille évoluant tantôt dans des décors réels, tantôt dans un monde de cartoon.

Dans ces récits burlesques, pas vraiment d’histoires de princesses se languissant de leur prince charmant mais une héroïne bagarreuse, casse-cou et téméraire, n’hésitant jamais à aller au devant du danger, ou à se lancer dans d’incroyables aventures. Féministe avant l’heure, elle mène son petit monde à la baguette (c'est une chef de bande hors pair) et vit des aventures extraordinaires sur la banquise, dans le Far Wast ou encore en équilibriste intrépide dans un cirque.

En tout, plus d'une cinquantaine de courts métrages ont été réalisés sous l'égide de Walt Disney entre 1924 et 1927. Ce sont ces films, redécouverts et numérisés par Eye, la cinémathèque néerlandaise, que la société de distribution Malavida a décidé en 2015 de ressortir sous la forme de programmes d’une quarantaine de minutes particulièrement adaptés au jeune public.

Tout un travail a notamment été effectué pour restaurer l’image et lui adjoindre une musique originale et une voix-off lisant le texte des cartons afin de permettre aux enfants non lecteurs d’en comprendre le sens. En décembre 2016,  on découvrait le premier volet (Alice comédies), proposant notamment une plongée sous-marine dans un univers extraordinaire et une étrange visite dans une maison hantée. A noter que ce très beau programme est actuellement visible en salles à Paris dans le cadre du dispositif l'Enfance de l'art mais aussi disponible en DVD édité par Malavida.

Dans le deuxième volet qui sort en salles ce 17 janvier, on peut une nouvelle fois admirer toute la fantaisie de Disney qui multiplie les gags visuels hilarants et les situations cocasses dans lesquelles se mêlent irrévérence et idées surréalistes. Ainsi, lorsque Julius, le chat fidèle compagnon d'Alice, poursuit Pat Hibulaire, le terrible Ours, on se croirait presque dans un Tex Avery, avec des personnages qui marchent dans le vide et tombent quand ils s'en aperçoivent, des têtes non solidaires de leur corps et des grosses pierres qui se transforment soudain en animaux.

De même, dans le dernier film du programme, Disney s'amuse à pasticher le Joueur de flûte de Hamelin, prétexte à d'irrésistibles gags mettant en scène d'infernales souris farceuses qui ne sont pas vraiment décidées à se laissez noyer sans combattre. Le tout sur une musique dansante et joyeuse spécialement composée par Manu Chao !

Si Alice nous enthousiasme tant, c'est probablement parce qu'elle est paradoxalement une héroïne bien plus moderne que nombre de personnages féminins dans les films pour enfants d'aujourd'hui. Insolente et courageuse, bagarreuse et pleine de vie, elle ne cherche pas à plaire au public adulte ni à inculquer une quelconque morale, mais s'adresse au contraire directement aux enfants à qui elle fait notamment découvrir la grande liberté offerte par l'imagination. Sans doute n'est-elle pas un modèle de sagesse et d'obéissance, mais depuis quand compte-on sur le cinéma pour faire l'éducation des enfants ? On préfère mille fois une Alice faisant les 400 coups (avec ce que cela sous-entend de cathartique) à la gentillesse ultra formatée de certains produits contemporains des studios Disney.

-----

Alice Comedies 2 de Walt Disney
Programme de courts métrages (1924-1927), avec Virginia Davis, Margie Gay, Lois Hardwick.
En salles le 17 janvier

Photos © Malavida

Timothée Chalamet et Rebecca Hall n’assument plus d’avoir tourné avec Woody Allen

Posté par vincy, le 17 janvier 2018

Timothée Chalamet, que l'on verra prochainement dans Call Me By Your Name et Lady Bird, a décidé de donner son salaire perçu pour le tournage du dernier film de Woody Allen, A Rainy Day in New York.

Dans un message sur son compte Instagram posté mardi 16 janvier, Timothée Chalamet a annoncé qu’il donnerait les revenus à des organisations contre le harcèlement sexuel: Time's Up, le centre LGBT de New York et RAINN.

Il ne souhaite "pas tirer profit de [son] travail sur ce film". Woody Allen a mauvaise presse depuis l'affaire Weinstein et la campagne #metoo. Il est régulièrement accusé d'agression sexuelle par sa fille Dylan Farrow et cela avait même conduit à une blague de Laurent Laffite lors de l'ouverture d'un festival de Cannes, qui n'avait pas été très appréciée à l'époque.

Susan Sarandon et et Greta Gerwig ont déjà exprimé leur regret d'avoir tourné avec le cinéaste. Jessica Chastain a affrimé qu'elle ne tournerait jamais avec lui. Quant à Rebecca Hall, qui partage l'affiche du même film de Allen que Timothée Chalamet, elle a aussi décidé de reverser son salaire. "Lorsqu’on m’a proposé de tourner pour lui sept mois plus tôt, j’ai rapidement répondu "oui". Il m’a offert l’un de mes premiers rôles importants et je lui suis encore reconnaissante, c’était un jour de tournage dans ma ville natale, facile. Je me suis rapidement rendu compte qu’il n’y avait rien de facile dans tout cela. Les semaines suivantes, j’ai réfléchi profondément à cette décision, je reste tiraillée et triste" explique-t-elle.

Même son de cloche du côté de l'acteur de Call Me By Your Name: "Un bon rôle n’est pas le seul critère pour accepter un boulot" explique-t-il. "C’est devenu beaucoup plus clair pour moi ces derniers mois, après avoir assisté à la naissance d’un mouvement puissant qui veut mettre fin à l’injustice, à l’inégalité et, par-dessus tout, au silence".

Ne voulant pas tirer profit de son travail sur ce film, et ne pouvant pas expliquer pourquoi il a choisi de tourner avec l'un des cinéastes les plus courtisés par les vedettes américaines et britanniques, Timothée Chalamet n'en dira pas plus. En revanche, pour Woody Allen, c'est une mauvaise nouvelle: il va devenir compliquer de faire la promotion d'un de ses films si les stars se déresponsabilisent ou se désengagent. Son prochain film, Wonder Wheel, avec Kate Winslet, qui sort en France le 31 janvier, a fait un bide aux Etats-Unis.

Le réalisateur, 82 ans, a été accusé en 1992 par sa fille adoptive Dylan Farrow de l’avoir agressée sexuellement quand elle avait 7 ans. La chaîne CBS a annoncé qu’elle diffuserait jeudi 18 janvier un entretien avec Dylan Farrow dans laquelle elle reprend ces accusations. C'est son fils Ronan Seamus Farrow qui a été l'un des journalistes à révéler l'affaire Weinstein. Il prépare actuellement un documentaire sur ce scandale pour HBO.