2018 janvier 02 » Le Blog d'Ecran Noir

Le film que j’attends le plus en 2018: The Death and Life of John F. Donovan de Xavier Dolan

Posté par vincy, le 2 janvier 2018

Ce ne sont pas les attentes qui manquent. Et on aura forcément des surprises. Côté plaisirs coupables, j'avoue avoir hâte de découvrir Ocean's Eight, Les indestructibles 2, Ready Player One, Isle of Dogs, ou dans un registre moins blockbuster Lean on Pete. Evidemment, celui que j'aurai du placer ici s'appelle Call Me By Your Name, déjà assuré d'être mon film de l'année 2018. Mais ce serait triché: je l'ai déjà vu.

Aussi j'opte pour le prochain Xavier Dolan. Bien sûr, son dernier film nous avait déçu. Toujours doué dans sa direction d'acteur, on était frustré par son adaptation de la pièce de Lagarce. Mais si l'on prend en compte l'ensemble de son œuvre, cela reste le jeune réalisateur le plus extravagant, surprenant, singulier et l'un des plus doués.

The Death and Life of John F. Donovan est excitant à plus d'un titre. Et il est fort à parier qu'il sera dans un des grands festivals du circuit. Et pourquoi pas à Cannes? Rien que le casting fait saliver: Kit Harrington, Jessica Chastain, Jacob Tremblay, Natalie Portman, Thandie Newton, Susan Sarandon, Kathy Bates, Ben Schnetzer, Bella Thorne...

Tourné de juillet 2016 à juin 2017 à Montréal, Londres et Prague,, le film, son premier en anglais, est un mystère. Dolan a révélé très peu de choses hormis le pitch qui s'avère très en phase avec l'actualité: une éditrice d'un magazine people à ragots a publié il y a dix ans une correspondance entre une star de la télé américaine, le fameux John F. Donovan, et un garçon de 11 ans. Le film est l'histoire de l'impact et des conséquences de ce cataclysme médiatique.

Ce 7e film de Dolan fera le buzz à coup sûr. On a envie de l'aimer, d'y croire. Pas seulement pour les acteurs, pas uniquement pour le culte autour de son auteur: simplement parce qu'à chaque film, le réalisateur a su changer de registre, de style, s'embarquant dans des audaces parfois brillantes, parfois inabouties, qui nous prouvent que le cinéma n'est pas mort et que le romantisme, au sens littéraire du terme, est bien vivant.