Daily Cannes: Netflix, Tilda, incident technique et polémiques

Posté par cynthia, le 19 mai 2017

Troisième jour sur la croisette, et alors que le week-end pointe son nez et que le soleil s'installe, Cannes continue de briller.

Le film événement de la journée est Okja de Bong Joon-Ho avec Tilda Swinton, Paul Dano, Lily Collins, Shirley Henderson et Jake Gyllenhaal entre autres. Produit par Netflix, le film du réalisateur de Snowpiercer a fait couler beaucoup d'encre sur la croisette. Tout d'abord, le film s'est fait huer tel un boucher sur un marché végétarien, non pas à cause de son contenu (le film est juste magnifique) mais à cause d'un gros souci technique pendant la projection de presse! Le Festival a du s'excuser. C'était la deuxième fois en deux jours que la séance du matin commençait avec beaucoup de retard (la veille, la lenteur de la sécurité avait contraint les organisateurs à projeter le film avec 15 minutes de retard). Pour rappel, le géant Netflix refuse de sortir le film en salle et prévoit de le mettre à la disposition des abonnés dès le 28 juin. ce qui provoque depuis un mois une polémique à la française.

La Conférence de presse du jour: Okja de Bong Joon-ho

"Nous ne sommes pas là pour remporter des prix!" s'est écriée Tilda Swinton lors de la conférence de presse. L'actrice et coproductrice du film s'est empressée de défendre la politique de Netflix, suivie par le reste de l'équipe.
"À Cannes, il y a de la place pour tout le monde!": Tilda Swinton annonce la couleur. Face à la polémique autour de Netflix, la conférence de presse était tournée sur le fait que vous verrez ce film sur vos petits écrans et pas sur les grands.

Un journaliste a démarré sur les chapeaux de roues en demandant quelles liberté la plateforme américaine avait laissé au réalisateur sud-coréen (et bim, let's go!). "Ils m'ont soutenu, c'était un budget très important et j'ai eu une liberté totale […] je pouvais mettre autant de sang que je voulais!"

Concernant le discours du président du jury, aka Almodovar, le réalisateur du controversé (malgré lui) Okja explique sa joie de savoir que Pedro Almodovar voit son film: "Je suis un très grand fan de son œuvre. Alors le fait qu'il parle de Okja, que ce soit en bien ou en mal, je suis très honoré!" Bong Joon-Ho a ajouté sur cette fameuse polémique que "Netflix a ses propres règles et que dès le début dans les négociations [...]" le réalisateur "a voulu qu'il soit présenté sur grand écran en Corée du Sud et également dans quelques pays et je remercie cette flexibilité de Netflix ainsi que le festival de Cannes d'accepter de montrer ce long-métrage."

La grande Tilda a ajouté qu'il 'y a "plein de films très beaux, très réussis qui ne sont jamais vus en salle, des milliers de productions projetées à Cannes, qui ne sont jamais vues sur un grand écran." Elle a ajouté que "Netflix a donné à Bong Joon-Ho la possibilité de faire en sorte que sa vision devienne réalité!".

Le focus du jour : Tilda Swinton

Du haut de son 1m79, cette actrice, productrice, artiste et ex-mannequin britannique a fait chavirer la croisette une nouvelle fois (elle faisait même partie du jury en 2015) ce vendredi soir. Elle a enflammé la Croisette. Loin des bimbos hollywoodiennes, Swinton a cette capacité qu'ont les grandes du septième art (Cate Blanchett ou Glenn Close) à se métamorphoser mentalement et physiquement pour un rôle. Véritable caméléon, Tilda excelle dans les rôles de bad woman, qu'on adore détester!! C'est en Cruella, dans un double-rôle, qu'elle épate dans Okja.

Le tweet du jour

Nous le devons à Films de lover qui nous rassure avec les supers films (sarcasme) qui nous attendent en salles le jour où les abonnés Netflix découvriront Okja. #OnRigole

Cannes 2017 – les lieux du festival : bienvenue dans une file d’attente

Posté par MpM, le 19 mai 2017

Lieu cannois par excellence : à moins d'être Gilles Jacob, Pedro Almodovar ou Thierry Frémaux, difficile d'y échapper. Même les "entrées VIP" bouchonnent aux heures d'affluence...

Surtout cette année ! Avec les nouvelles mesures de sécurité, impossible d'aller où que ce soit sans avoir préalablement piétiné au minimum 30 minutes à partir de l'ouverture des portes. La cause ? Le "parcours de sécurité" qui oblige chaque festivalier à passer d'abord un portique de sécurité (oui, oui, comme à l'aéroport) pendant qu'un(e) charmant(e) garde fouille votre sac (attention, les bonbons sont interdits, "ils pourraient servir de projectiles"... Quand on pense qu'à une époque lointaine et révolue, ce sont des tomates que les festivaliers mécontents jetaient sur l'écran...).

Ensuite, il faut se soumettre au scanner portatif (oui, oui, même si vous n'avez pas sonné au moment du portique, ce qui plonge les festivaliers dans des abimes de perplexité : que peut donc repérer le détecteur portatif que ne voit pas le portique ? Et d'ailleurs, est-ce qu'ils fonctionnent vraiment, ces portiques ? Vu que même leurs utilisateurs semblent ne pas leur faire confiance, on s'interroge). Et ensuite, enfin, le saint Graal, la salle.

Enfin, ça, c'est dans le meilleur des cas. Car si l'on ajoute à la sécurité les problèmes de contenance (beaucoup de festivaliers, pas assez de places) et d'horaires (les séances qui commencent avec 15 minutes de retard, ça la fout mal), cela accentue nettement le risque d'être refoulé. De ce fait, le festivalier acharné arrive de plus en plus tôt afin de mettre toutes les chances de son côté.

Il n'y a d'ailleurs qu'ici où attendre deux heures pour voir un film d'1h30 est non seulement courant, mais même complètement entré dans les mœurs. Y compris le fait d'attendre une heure et de partir au bout de dix minutes. Allez comprendre... Cela dit, chacun met à profit comme bon lui semble ce temps libre un peu forcé : que ce soit en mode social (faire connaissance avec ses voisins), stakhanoviste (en profiter pour écrire ses articles ou passer ses coups de fil), méditatif (hop, une sieste discrète planqué derrière ses lunettes de soleil) ou gourmand (vite, une glace !), il y a forcément une manière d'attendre qui vous convient.

Et s'il y avait seulement les films... mais on attend aussi pour avoir une place en salle de presse, boire un café en terrasse, manger un sandwich douteux à côté du palais, aller aux toilettes, entrer dans une soirée select, et même réussir à s'y faire servir un verre. Petite consolation, voir des files de festivaliers sur leur 31 faisant le pied de grue en bas des marches est assez priceless.

Cannes 2017: une Palme d’honneur pour le producteur Jeffrey Katzenberg

Posté par vincy, le 19 mai 2017

L'animation est peu présente cette année à Cannes? C'est l'occasion d'honorer un grand producteur de cinéma d'animation. Le Festival de Cannes pour sa 70e édition a décidé de remettre une Palme d'honneur à Jeffrey Katzenberg ce vendredi 19 mai, lors d'un dîner au Carlton "qui rassemblera les grandes personnalités des métiers du cinéma en France et dans le monde".

Pierre Lescure, Président du Festival de Cannes et Thierry Frémaux, Délégué général, rendront hommage à Jeffrey Katzenberg, pour sa contribution dans l’industrie de l’animation et plus largement dans l’histoire du cinéma mondial.

Le co-fondateur de Dreamworks (1996) avait présenté le premier film Shrek sur la Croisette en 2001. Cannes a accueilli par la suite Shrek 2 (en compétition), Nos voisins les hommes, Kung Fu Panda, Madagascar 3 et Dragons 2, tous hors compétition. Il a aussi produit Chicken Run et des séries TV telles The Contender et Neighbors from Hell.

Né le 21 décembre 1950 à New York, le K de Dreamworks SKG avait d'abord relancé Walt Disney en lançant des films comme Pretty Woman, Le Cercle des poètes disparus, Good Morning, Vietnam, Qui veut la peau de Roger Rabbit ? (Touchstone pictures) et La Petite Sirène, La Belle et la Bête, Aladdin ou Le Roi Lion (Walt Disney Animation).

Aujourd'hui, il a quitté DreamWorks, revendu à NBCUniversal. En janvier, il a réunit plus de 600M$ pour créer un fonds d'investissements, WndrCo, chargé de financer dans les nouveaux médias et les nouvelles technologies.

Avec une Palme d'honneur qui récompense un producteur (une première), un prince de l'animation, un fervent supporter du parti démocrate et un technophile passé du cinéma aux petits écrans, à coup sûr, Cannes continue de provoquer le débat sur l'avenir du cinéma.

______
Lire aussi: nos entretiens avec Jeffrey Katzenberg

Cannes 2017 – Télex du marché: Catherine Deneuve, Mamoru Hosoda, Mia Hansen-Love, Michael Moore et Jaoui-Bacri

Posté par vincy, le 19 mai 2017

- Auteure des récents documentaires La cour de Babel et Dernières nouvelles du cosmos, Julie Bertuccelli vient de commencer le tournage de son troisième film de fiction, produit par Les Films du Poisson et qui sera distribué par Pyramide. Le dernier vide-grenier de Claire Darling réunit une nouvelle fois Catherine Deneuve et sa fille Chiara Mastroianni, auxquelles s'ajoutent Alice Taglionu, Samir Guesmi, Laure Calamy, Olivier Rabourdin et Johan Leysen. Le scénario coécrit avec Sophie Fillières est l'adaptation du roman Le dernier vide-grenier de Faith Bass Darling (Actes sud) de Lynda Rutledge. L'histoire est celle d'une femme persuadée que c'est son dernier jour à vivre. Elle décide de vendre toutes ses antiquités dans son jardin, lui rappelant un à un toute sa vie passée.

- Mamoru Hosoda (Le garçon et la bête, Les Enfants loups Ame et Yuki, Summer Wars) a annoncé son nouveau projet au sein du Studio Chizu. Mirai (titre de travail) a été officialisé au marché du film de Cannes. Le film d'animation suivra un garçon âgé de quatre ans dont la vie va changer avec l'arrivée d'une petite sœur. Ce sera le début d'une aventure magique. Le jardin de sa maison se révèle en effet une passerelle permettant à Mirai de voyager vers le passé, où il rencontre ainsi sa mère, à l’époque où elle était petite fille, et son grand-père qui était alors un jeune adulte. Mais aussi sa sœurs quand elle aura grandit. Mirai, qui a peur que ses parents ne l'aiment plus, va alors comprendre son rôle de grand frère. Le réalisateur a écrit le scénario.

- Mia Hansen-Løve se lance dans un film entièrement en langue anglaise. Bergman Island rassemblera Greta Gerwig, John Turturro et Mia Wasikowska. La réalisatrice de L'avenir filmera ainsi un couple de cinéastes américains débarquant sur l’île de Farö, en Suède, où résidait le réalisateur Ingmar Bergman. Ils cherchent l'inspiration pour écrire, chacun de leur côté, leur nouveau film. Le film est produit par Charles Gillibert (CG Cinéma). Avant de le tourner dans un an, la réalisatrice filmera Maya, avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee et Cédric Kahn.

- Michael Moore revient au documentaire politique américain. Lui qui avait prévu la victoire de Donald Trump, a décidé de s'attaquer au nouveau Président des Etats-Unis, ou plutôt à sa nouvelle bête noire. Après Farhenheit 9/11 autour du 11 septembre, il a décidé de tourner Fahrenheit 11/9 (le 9 novembre étant la date où ont été proclamés les résultats de l'élection présidentielle). "Peu importe les révélations, il reste droit dans ses bottes. Les faits, la réalité, les méninges, rien ne l'atteint. Même quand il se fait mal lui-même, il se lève le lendemain et continue à tweeter. Tout ça termine dans ce film", a affirmé dans la presse américaine Michael Moore, au sujet de Trump. Les Weinstein reviennent dans la production, treize ans après la Palme d'or pour Farhenheit 9/11.

- Agnès Jaoui, membre du jury cannois, a dévoilé son prochain film, qu'elle a coécrit avec son complice Jean-Pierre Bacri une fois de plus. Place Publique, produit par SBS (Elle) et distribué par Le Pacte, se tournera cet été. Bacri incarnera un présentateur télé célèbre, qui retrouve ses vieux amis, dont son ex-femme, dans une soirée parisienne. Au cours de cette soirée, chacun constatera que le succès l'a changé. Alors que son ex-femme a conservé ses opinions politiques idéalistes, lui est devenu plus réaliste, voire cynique. Le film renoue avec l'esprit des deux pièces de théâtre adaptées au cinéma, Cuisine et dépendances et Un air de famille.

Cannes 2017 : Qui est Laure Calamy ?

Posté par MpM, le 19 mai 2017

Si Laure Calamy est si (trop) rare au cinema, c'est qu'elle avant tout comédienne de théâtre, formée au conservatoire national de Paris sous la direction de Daniel Mesguich et Catherine Hiegel. C'est là qu'elle fait la connaissance de Vincent Macaigne qu'elle retrouvera à plusieurs reprises au cours de sa carrière. Il la met ainsi en scène en 2012 dans Au moins j'aurai laissé un beau cadavre d'après Shakespeare, ainsi que dans le court métrage Ce qu'il restera de nous. Logiquement, elle figure également à l'affiche de son premier long métrage, Pour le réconfort, présenté en séance spéciale à l'ACID 2017.

Mais Laure Calamy a fait avant cela bien d'autres belles rencontres : au théâtre, elle joue chez Olivier Py (Au monde comme n'y étant pas, Orlando ou l'impatience), Léna Brabant (Bonjour - Où sont les mamans ?, Les Inséparables), Clément Poirée (Kroum, l'ectoplasme, Dans la jungle des villes, Homme pour Homme) ou encore Pauline Bureau (La Disparition de Richard Taylor, Modèles).

Au cinéma, elle multiplie les courts métrages (Superdog de Thomas Bardinet, La Contre-allée de Cécile Ducrocq, Vous m'éblouissez de Marie Madinier, Clitopraxis d'Emmanuel Laborie...) et, surtout, tient en 2011 l'un des rôles principaux du moyen métrage Un monde sans femmes de Guillaume Brac (face à Vincent Macaigne, décidément). Cela lui vaut une certaine reconnaissance (y compris un prix d'interprétation féminine à Pantin et à Belfort) et une belle visibilité. Elle devient peu à peu l'un de ces visages souvent aperçus au détour d'une scène ou d'un plan et qui savent capter la lumière en un instant.

On la retrouve entre autres chez Bruno Podalydès (Bancs publics), Pascal Chaumeil (Un plan parfait), Albert Dupontel (Neuf mois ferme), Audrey Dana (Sous les jupes des filles), Lucie Borleteau (Fidelio, l'odyssée d'Alice) et Thomas Bidegain (Les cowboys) mais aussi dans la série Dix pour cent (saisons 1 et 2) où elle est Noémie Leclerc, l'assistante drôlissime de l'agent artistique Mathias Barneville (interprété par Thibault de Montalembert). Elle est actuellement à l'affiche de Aurore, aux côtés d'Agnès Jaoui.

On apprécie son apparent franc-parler, sa spontanéité, et son côté solaire, aussi. C'est d'ailleurs sûrement ce qui a décidé Léa Mysius à lui confier le rôle de la mère dans Ava, un premier long métrage sélectionné à la Semaine de la critique cette année. Ni mère indigne ni mère coincée, elle y incarne avec justesse ce personnage d'habitude mal aimé du cinéma, celle d'une femme de bientôt 40 ans, mère de deux enfants, et qui ne veut pour autant renoncer ni à sa féminité, ni à sa liberté. Un rôle qui met en valeur sa spontanéité et sa sensualité, sans chichis. Et si ce mois de mai 2017 imposait son nom dans tous les esprits ? Doublement présente à Cannes, l'actrice a en tout cas deux fois plus de chance d'y rencontrer un succès amplement mérité.

Cannes 2017: Qui est Shirley Henderson ?

Posté par vincy, le 19 mai 2017

Shirley Henderson n'a jamais fait son âge. Cela fait 25 ans que nous la croisons au cinéma et elle semble ne pas changer. Et elle a beau être un visage familier, qui connaît vraiment son nom? Au mieux, si vous montrez sa photo, tout le monde vous répondra Mimi Geignarde. Et là encore, on revient à son âge. Née en 1965, Shirley Henderson -celle dont on ne connaît jamais le nom- avait 37 ans quand elle a commencé à jouer le personnage de Mimi Geignarde (Moaning Myrtle) dans la série Harry Potter (pour le deuxième épisode et 40 ans pour le quatrième épisode). Personnage censé avoir 14 ans. Elle est ainsi la comédienne la plus âgée de tous ceux qui ont incarné un élève de Poudlard.

Combien de comédienne peuvent sans trop forcer jouer une gamine adolescente alors qu'on approche de la quarantaine? Shirley Henderson le peut pour deux raisons: sa petite taille et sa voix enfantine. Ce qui ne l'empêche pas de jouer des rôles adultes. Et pas des moindres. On peut ainsi la voir chez Danny Boyle dans le culte Trainspotting, chez Mike Leigh dans le burlesque Topsy-Turvy, chez Michael Winterbottom dans le rock 24 Hour Party People (elle a tourné trois films avec lui). Mais surtout et avant tout, elle est Jude, l'une des amies de Bridget Jones. Second-rôle aux petits oignons comme savent les cuisiner les britanniques.

Et d'ailleurs, en bonne comédienne britannique, des classiques sur les planches aux téléfilms policiers, elle a tout joué. "Il est évident que je n'aurai pas d'Oscars à 30 ans. J'ai passé la date." D'origine écossaise, toujours avec cette pointe d'humour un peu sarcastique, elle a souvent balayé ses défauts avec dérision. "Je ne sais pas ce que j'aurai fait si j'avais été jolie tout le temps". Ajoutant aussi : "Je n'aurai jamais les rôles d'une femme grande, blonde et glamour parce que je ne suis pas grande, blonde ni glamour. Je suis plus la "petite", la "dérangeante" parce que je ressemble à ça."

Ça ne l'a pas empêché d'être respectée dans le milieu et même d'être récompensée ou nommée pour des prix grâce à son talent et son éclectisme. Car elle peut être fantaisiste, infantile, inquiétante, intrigante, sorcière maléfique ou marraine bienveillante, séduisante ou repoussante, asociale ou amicale. A partir de 2002, alors qu'elle est Mimi ou Jude pour le grand public, elle enchaîne des films aussi différents et appréciés que le sensible Wilbur Wants to Kill Himself de Lone Scherfig, le drame historique Villa des Roses de Frank Van Passel, la comédie romantique American Cousins de Don Coutts ou la comédie policière Intermission de John Crowley...

En 2005, elle reçoit plusieurs prix pour son rôle dans Frozen de Juliet McKoen. Dans ce thriller psychologique, où son personnage est hanté par la disparition de sa sœur aînée, elle impose en force sa fragilité apparente, flirtant avec la folie.

Mais comme il faut bien vivre, Shirley Henderson est aussi présente dans de nombreuses comédies ou en second rôle dans des films "de festivals" anglo-saxons (La dernière piste de Kelly Reichardt, Miss Pettigrew de Bharat Nalluri, Anna Karenine de Joe Wright...), et reprend ses rôles dans les suites de Bridget Jones et Trainspotting. Mais sa qualité de jeu et son physique si singulier en font aussi un choix évident pour des cinéastes plus affirmés. Ainsi, on la voit "jubiler" d'être dans des films aussi peu incorrects et peu convenus que ceux de Sofia Coppola (Marie-Antoinette, en compétition à Cannes), Todd Solondz (Life During Wartime) ou Matteo Garrone (Tale of Tales, en compétition à Cannes).

Cette fois-ci, elle revient à Cannes avec un film sud-coréen et hollywoodien. Elle est du casting très étoilé d'Okja, de Bong Joon-ho. Comme quoi on peut être Mimi Geignarde chialant dans les toilettes du collège et se métamorphoser en papillon s'envolant vers les marches cannoises.