2016 juillet 20 » Le Blog d'Ecran Noir

Le festival de Cinéma en plein air de La Villette, institution estivale parisienne, est annulé

Posté par vincy, le 20 juillet 2016

Le 26e festival en plein air de La Villette est annulé. Débuté la semaine dernière et devant se poursuivre jusqu'au 21 août, cet événement rituel parisien est annulé "jusqu'à nouvel ordre" sur décision de la préfecture de police qui en appelle au principe de précaution.

"Les dispositifs de sécurisation des différentes manifestations ont fait l’objet d’un examen attentif et ont été, pour nombre d'entre eux, renforcés significativement par la mobilisation de forces de sécurité intérieure, de militaires ou d'agents de sécurité privés. Certains événements ne présentant pas de garanties satisfaisantes de sécurité, à l’instar de la piétonisation des Champs-Elysées prévue le 7 août, du festival de cinéma de plein air à Paris en juillet et août dans les parcs et jardins de Paris et du tournoi de basket Quai 54 sur la pelouse de Reuilly les 23 et 24 juillet, ont été annulés" explique dans son communiqué la Préfecture, qui a réunit l'ensemble des acteurs concernés suite à l'attentat de Nice le 14 juillet dernier.

Dans le cadre de la prolongation de l'état d'urgence, la préfecture de police a rappelé que "Pour assurer une sécurisation renforcée des grands événements, les forces mobiles et les militaires du dispositif Sentinelle sont déployées sur une quarantaine de sites de la Région Ile-de-France les plus sensibles et susceptibles d’accueillir un large public."

Le 26e Festival de Cinéma en Plein Air de La Villette avait pour thème "Dress Code". Ce mercredi 20 juillet était prévu Ida de Pavel Pawlikowski. Des films comme La Piel que habito, Star Trek, Sept ans de réflexion, Casino Royale, la visite de la fangate, Tamara Drewe ou encore Full Metal Jacket étaient programmés dans les jours à venir.

Amanda Sthers tourne « Madame » avec un casting international

Posté par vincy, le 20 juillet 2016

LGM et StudioCanal annoncent ce matin le début du tournage, pour six semaines, du nouveau film d'Amanda Sthers. Il s'agit de son premier film en langue anglaise, scénarisé par elle-même. Au générique, on retrouve Rossy de Palma (à l'affiche de Julieta), Harvey Keitel (Youth), Toni Collette (Little Miss Sunshine) et Stanislas Merhar (L'ombre des femmes).

Anne (Toni Colette) et Bob (Harvey Keitel), un couple d’américains fortunés récemment installé à Paris, s’apprêtent à donner un grand dîner, et convient douze invités triés sur le volet, réunissant la haute société anglaise, française et américaine. Mais lorsque Anne réalise qu’un treizième couvert est posé pour Steven, le fils du premier mariage de Bob, elle panique : pour cet événement mondain, hors de question de provoquer le mauvais sort!

Elle demande donc à Maria (Rossy de Palma), sa domestique, d’enfiler une robe et de se faire passer pour une riche amie espagnole. Maria se retrouve assise à côté de David, un expert en art issu de la noblesse britannique. Aussi quand, sous le charme de Maria, il la recontacte le lendemain, révéler sa véritable identité est impossible. Une romance commence, qui va faire trembler les valeurs élitistes et le mariage d’Anne.

A moins que cette dernière n’arrive à l’étouffer…

Le casting comprend aussi Michael Smiley ("Luther"), Tom Hughes (Il était temps), Sonia Rolland (ex Miss France), Joséphine de la Baume (Quai d'Orsay) et l'humoriste belge Alex Vizorek.

Amanda Sthers a écrit plusieurs romans, livres jeunesse et pièces de théâtre, notamment les récents Dans mes yeux, biographie sur et avec Johnny Hallyday, le roman Les Promesses et la pièce Conseil de Famille. Elle s'était faite remarquée, en dehors de la presse people, avec Le Vieux Juif blonde, pièce de théâtre : monologue créé pour Mélanie Thierry et mis en scène par Jacques Weber en 2006. Coscénariste de Un vrai bonheur le film, elle est passée derrière la caméra en 2009 avec Je vais te manquer, qui rassemblait Carole Bouquet, Pierre Arditi, Patrick Mille, Anne Marivin, Michael Lonsdale et Monique Chaumette. Le film n'avait attiré que 160 000 spectateurs.

Le réalisateur de Pretty Woman Garry Marshall s’éclipse (1934-2016)

Posté par vincy, le 20 juillet 2016

Le réalisateur, acteur et producteur américain Garry Marshall est décédé mardi à l'âge de 81 ans. Né le 13 novembre 1934 à New York, il est mort hier soir. Le président de la Guilde américaine des réalisateurs, Paris Barclay, lui a rendu hommage, saluant son talent pour raconter des histoires "qui ont amené la joie et les rires (...) sur tous les écrans, petits et grands".

Garry Marshall a créé de nombreuses séries TV, et notamment la culte Happy Days, avec un certain Ron Howard, qui dura dix saisons à partir de 1974. Au cinéma, il fut inégal mais a signé, au scénario comme à la réalisation, quelques grands films populaires. Il devient réalisateur sur le tard, en 1982 avec Docteurs in Love puis Le Kid de la plage deux ans plus tard, dans la lignée des films de John Hugues, avec un public déjà là. En 1986, il tourne avec le jeune Tom Hanks, Rien en commun, qui révèle le comédien. Mais le film qui deviendra sa marque de fabrique, sera Un couple à la mer (1987), avec le couple à la ville et à l'écran, Goldie Hawn et Kurt Russell. Cet enchaînement de bonnes recettes le conduit à s'aventurer sur un autre terrain.

Car c'est, étrangement, avec un mélo au féminin, Beaches (Au fil de la vie) réunissant Bette Midler et Barbara Hershey, qu'il connaît un premier hit au box office, en 1988. Cette histoire d'amitié sans retour sera aussi accompagné d'une BOF très vendue cette année-là.

Pretty Success

En 1990, Garry Marshall reprend un scénario plutôt dramatique qu'il transforme en comédie romantique pour une filiale de Disney. C'est Pretty Woman, le Cendrillon de la fin du XXe siècle. Richard Gere en est la star mais c'est Julia Roberts qui explose aux yeux des spectateurs. Son rire éclatant, son regard irrésistible et quelques séquences cultes en font un énorme succès mondial, et le plus important de sa carrière. 465 millions de $ de recettes (de l'époque) dans le monde, 4 millions d'entrées en France.

Dès lors, Julia Roberts sera sa muse. De nouveau avec Richard Gere (mais cette fois-ci elle est la star), avec Just married (ou presque) (Runaway Bride) en 1999, 2e plus gros succès du cinéaste dans sa carrière, et dans un film puzzle, Valentine's Day, en 2010, 3e plus gros succès du réalisateur.

La comédie romantique sera son domaine, avec une manière bien à lui d'exploiter les névroses de chacun de ses personnages (et une seule morale: ensemble, on peut surmonter tous les problèmes). Tous ses films montrent qu'un couple, un duo, une paire de désaxés peuvent réussir à s'affranchir de leurs angoisses, peurs ou hantises. Pas pour rien que sa première série TV s'appelait The Odd Couple (1970). Il aime les duels impairs, différents par l'âge, la condition sociale ou le caractère.

Princesses modernes

Professionnel apprécié et respecté, il tourne avec les plus grands comédiens américains : Al Pacino et Michelle Pfeiffer (Frankie and Johnny , 1991), Dan Aykroyd (Exit to Eden, 1994, son plus magistral flop), Greg Kinnear (Escroc malgré lui, 1996, autre fiasco), Juliette Lewis et Diane Keaton (L'Autre Sœur, 1999), Kate Hudson (Fashion Maman, 2004), Lindsay Lohan et Jane Fonda (Mère-fille, mode d'emploi, 2007)... C'est surtout avec Anne Hathaway (une de plus qu'il place au firmament) et Julie Andrews dans le diptyque Princesse malgré elle (2001) / Un mariage de princesse (2004) qu'il retrouve son style si vintage de la comédie américaine des années 1950, ces contes de princesses modernes. Les deux films cumulent 300 millions de $ de recettes dans le monde.

Il signe une trilogie avec Valentine's Day, Happy New Year et le récent Joyeuse fête des mères, où de multiples personnages se croisent (et le tout Hollywood au passage) pour une journée spéciale du calendrier. Malheureusement, la recette fait long feu et décline dès le deuxième film.

Boudé par les grands prix et les festival, Garry Marshall aura quand même reçu un prix pour l'ensemble de sa carrière en 2014 à la Writer's Guild of America. Mais, s'il a été un brillant scénariste, on ne peut s'empêcher de penser qu'il a parfois été très très inspiré en tant que réalisateur, trouvant les bons angles et le bon timing pour nous faire rire avec une scène d'escargot à la française dans un restaurant américain, par exemple.

Enregistrer

Enregistrer