2016 juillet 10 » Le Blog d'Ecran Noir

Star Trek Beyond : Sulu, le personnage LGBT de la discorde

Posté par wyzman, le 10 juillet 2016

Voilà maintenant 3 jours que les amoureux de science-fiction et de blockbusters se prennent la tête sur un sujet sensible : le premier personnage LGBT de la saga Star Trek !

John Cho a en effet annoncé au Herald Sun que le Sulu qu'il incarne depuis 2009 et la relance orchestrée par J. J. Abrams, serait le premier personnage LGBT de la saga. En l'occurrence, nous découvrirons dans Star Trek Beyond que Sulu est un père de famille marié à un autre homme. Annoncée comme tel, cette modernisation de la saga aurait pu passer sans que personne ne fasse aucun commentaire.

Seulement voilà, John Cho a eu la bonne idée (ou mauvaise, au choix) de préciser que cette décision avait été prise par Justin Lin (le réalisateur) et Simon Pegg (le co-scénariste) dans le but de rendre hommage à George Takei, l'acteur qui a incarné Sulu dans la série originelle. Et bien que ce dernier ait fait son coming-out en 2005 et soit un grand militant de la cause LGBT, il n'a pas du tout apprécié le geste. Au Hollywood Reporter, il a carrément déclaré : "Je suis ravi qu'il y ait un personnage gay. Malheureusement, c'est une entorse à la création de Gene [Roddenberry], à laquelle il avait tellement réfléchi. Je pense que c'est vraiment dommage."

Et c'est ainsi qu'un bad buzz débute. Car après de telles déclarations, il va sans dire que l'on attend que les protagonistes de Star Trek Beyond réagissent. Et ils ne se sont pas faits prier. Simon Pegg a affirmé qu'il ne partageait pas le point de vue de George Takei au Guardian. Zachary Quinto qui incarne le "nouveau" Spock a pointé la notion d'"univers parallèles" pour ne pas insulter George Takei dans une interview donnée à Pedestrian.tv. Et ce dernier a répliqué en insistant qu'inventer un nouveau personnage (gay, du coup) aurait été plus judicieux.

Mais ce petit "malentendu" pose des questions plus profondes. La saga Star Trek rend-elle correctement hommage à l'œuvre de Gene Roddenberry ? Était-ce nécessaire d'évoquer l'homosexualité de Sulu avant la sortie du film ? George Takei n'a-t-il pas raison de défendre le personnage qu'il a incarné et qu'il a vu naître ? Pourquoi introduire un personnage LGBT soudainement ? Autant de questions qui trouvent une réponse assez facilement mais qui semblent ne pas avoir été posées quand il le fallait.

Bien évidemment, en termes de visibilité, l'introduction d'un personnage LGBT dans un saga aussi connue que Star Trek a une véritable valeur, un poids considérable dans la pop culture et pour des millions de fans. Mais aussi avant-gardiste qu'ait pu être la série, la saga cinématographique prouve ici qu'elle est finalement trop ancrée dans notre réalité, dans notre époque, dans nos préoccupations sociales actuelles. Pour Slate, le film de Justin Lin pourrait bien avoir loupé la dimension utopique de la série pour simplement foncer tête baissée dans la recherche de la représentation idéale.

Mais à côté, The Guardian assure que l'introduction d'un personnage LGBT est une véritable nécessité, un acte fort, une démarche dont le monde a besoin. Que l'on soit d'accord ou non avec le journal anglais, ce qui nous chagrine vraiment, c'est finalement la question de l'adaptation. Alors oui, créer un "personnage gay" à l'occasion de ce troisième volet aurait pu être mal perçu, mais est-ce pire que le fait de déconstruire un personnage adoré depuis cinq décennies ? Nous vous posons la question.

John Cho aurait pu dévoiler ce twist plus tôt, lorsqu'il a reçu le script ou dès lors que le tournage a été terminé. Il n'en a rien fait. Il a attendu 2 semaines avant la sortie du film aux Etats-Unis, la fin du Pride Month et des Gay Pride et n'a pas hésité à mentionner l'un des plus grands acteurs de la cause LGBT outre-Atlantique. Visiblement destinées à intéresser un public plus large et gai (dirons-nous), ses déclarations pourraient bien faire diminuer le nombre d'entrées. En particulier si les deux parties (George Takei et l'équipe de Star Trek Beyond) n'accordent pas rapidement leurs violons. Wait and see...