2016 juillet » Le Blog d'Ecran Noir

Vincent Cassel, Rosamund Pike et Daniel Brühl pris en otage

Posté par vincy, le 31 juillet 2016

Vincent Cassel, Rosamund Pike et Daniel Brühl sont en discussions avancées pour embarquer dans le film britannique de Jose Padilha, Entebbe. Working Title et Participant sont aux manettes du côté de la production.

Entebbe, dont le scénario est écrit par Gregory Burke, à qui l'on doit '71 de Yann Demange, raconte l'histoire vraie de quatre pirates de l'air (deux Palestiniens et deux Allemands) qui, en 1976, ont pris un avion en otage pour le détourner et le faire atterrir à l'aéroport d'Entebbe en Ouganda. Ils réclamaient la libération de douzaines de prisonniers Palestiniens et pro Palestiniens. Le thriller suit ainsi les pirates, les otages, le Premier ministre israélien de l'époque Yitzhak Rabin et son ministre de la Défense Shimon Peres, qui devaient décider de négocier ou de lancer un raid sur l'avion dont les pilotes étaient français. Au cours du raid, un soldat israélien a été tué, Jonathan Netanyahyu, frère aîné de Benjamin Netanyahou (lire l'article de Wikipedia). Le film se démultipliera selon les points de vue de chacun des protagonistes.

Le cinéaste brésilien Jose Padilha avait remporté l'Ours d'or en 2007 avec Troupe d'élite (Tropa de Elite) et a réalisé par la suite le remake de Robocop et la série TV "Narcos" pour Netflix.

Rosamund Pike sera d'ici là à l'affiche de l'adaptation du roman français HHhH, aux côtés de Jason Clark et Jack O’Connell. Daniel Brühl, actuellement à l'affiche de Colonia, vient de terminer le tournage de The Zookeeper’s Wife avec Jessica Chastain. Vincent Cassel, qui est au générique de Jason Bourne, sera aussi dans les cinémas cet automne avec Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Comic-Con 2016: 10 événements qu’il ne fallait pas rater

Posté par cynthia, le 30 juillet 2016

La Comic-con de San Diego s'est achevée dimanche dernier et, encore une fois, nous avons étions comblés, même à distance, et encore une fois les exclusivités étaient au rendez-vous. Si ce weekend vous étiez en pleine forêt à vivre avec des loups et que vous n'avez pas touché à vos smartphones et autres ordinateurs, vous avez raté beaucoup de choses... Mais comme nous sommes gentils à Ecran Noir, voici le récapitulatif de ce qui ne fallait pas rater lors de cet événement!

1) Captain Marvel a son actrice

Après des mois de torture mentale, l'actrice oscarisée pour Room a été annoncé comme étant la future interprète du célèbre personnage de Marvel. Brie Larson rejoint donc le casting des Avengers pour notre plus grand plaisir.

2) Des trailers à gogo

  • Les animaux Fantastiques: Prequel de la saga Harry potter, le trailer des Animaux Fantastiques nous a coupé le souffle. La larme à l’œil, nous nous sommes remémoré la saga Harry Potter qui avait fait notre jeunesse. Eddie Redmayne et ses cheveux roux se retrouvent face à toutes ces créatures magiques à capturer dont un gros dragon blanc (Khalessi vient chercher ton bébé). Face à lui un Colin Farrell terriblement sexy et surtout les quelques notes de musique qui rappellent HP. Rendez-vous en Novembre.
  • Kong Skull Island: Il n'y a pas que dans l'univers Marvel que Brie Larson va montrer ses gros poings. Venue aux côtés de Tom Hiddleston (sans Taylor Swift) et de toute la team de Kong Skull Island, la belle a montré ses talents dans la bande-annonce du prequel de King Kong. Oui King Kong avant King Kong. Rendez-vous en mars 2017 avec ce mix entre le mastodonte des primates et une sorte de guerre du Vietnam version Apocalypse Now.
  • Doctor Strange: Comme tous les ans, Marvel Studios fait fort en ramenant des bandes-annonces explosives (prend garde à toi DC Comics). Doctor Strange n'échappe pas à la règle en se dévoilant dans une bande annonce psychédélique digne d'Inception de Christopher Nolan. Benedict Cumberbatch tout en muscle fait face à un Mads Mikkelsen flippant et une Rachel McAdams touchante. Mais c'est aussi l'occasion de voir Tilda Switnon, crane rasé, en Maître de l'illusion. Rendez-vous cet automne.
  • Wonder Woman: Wait wait...nous avons dit plus haut "prend garde à toi DC"? Autant pour nous... La super production a ramené dans son sac la bande-annonce (ouffissime) de Wonder Woman! Alors que Marvel Studios nous promet un film consacré à Black Widow (Scarlett Johansson) depuis deux ans, DC, quant à eux, ont enfin sorti un film de super héros avec une femme qui se débrouille toute seule sans pote phallique (GODE bless America). La belle brune arbore son célèbre lasso mais aussi une épée et un bouclier... En fait imaginez un peu le scénario: Captain America rentre dans un bar et rencontre Xena. Pris d'une pulsion, les deux compères font l'amour sauvagement dans les WC tout en oubliant d'utiliser un préservatif (à ne surtout pas faire cet été sur la plage!!!!), neuf mois plus tard ET PAF, ça ne fait pas des chocapic; mais Wonder (amazing amazone) Woman (ancêtre de Lara Croft).
  • Son costume va faire exploser le pantalon de pas mal de geeks, on en est certains!

    "- Euh, ça consiste en quoi une secrétaire?

    - Et bien je fais tout ce qu'il me demande.

    - Chez moi cela s'appelle de l'esclavage!" Ok, on l'adore déjà (Fangirling)! Rendez-vous en été 2017!

  • Justice League: DC sont des blagueurs en plus de ça. Alors que les studios avaient annoncé qu'ils n'avaient pas prévu de dévoiler des images de Justice League, voilà qu'ils ont débarqué par surprise avec un trailer à faire trembler les Avengers (ou pas)! Batman, Aquaman, notre chérie Wonder Woman et Flash vont devoir faire équipe malgré leurs différents contre "un mal commun". Rendez-vous en novembre 2017  afin de voir si Marvel Studios peut commencer à avoir peur! En tout cas le costume de Flash rappelle étonnamment un certain Iron Man...la guerre est déclarée!
  • King Arthur: Guy Ritchie a dévoilé la bande-annonce de son adaptation du Roi Arthur avec le sexy Charlie Hunnam (trose nu) et l'indétrônable Jude Law (en méchant). Entre coup d'épée et frottement d'abdos, on en a l'eau à la bouche! Ça n'a plus rien à voir avec la légende, mais le remix médiéval avec le style Ritchie peut faire des étincelles.

3) L'équipe de Black Panther venue se présenter aux fans.

C'est officiel, après son apparition (plus que remarquée) dans le dernier Captain America, Black Panther aura son propre film. Chadwick Boseman revient dans la tenue noire et sexy de la panthère et il est rejoint par la sublime Lupita Nyong'o et Michael B. Jordan, ex torche humaine pour la blague de la Fox Les quatre Fantastiques.

4) Le traditionnel selfie de l'industrie Marvel

Comme tous les ans, Marvel Studios offre du grand spectacle à la Comic-Con. Mais que serait-ce la Comic-Con sans un selfie de la part de la grande famille Marvel? Rien bien évidemment. C'est ainsi que tous le casting des Gardiens de la Galaxie, venu sans bande annonce, ni image (imaginez notre déception), le casting de Black Panther, celui de Doctor Strange et Captain Brie Larson ont posé pour James Gunn (réalisateur des Gardiens de la galaxie). On a adoré!

5) Le cosplay d'Adam Savage

Ce qu'il y a de génial à la Comic - Con, c'est que l'on peut venir vêtu du costume de notre héros préféré. C'est ainsi qu'il y a eu de nombreuses Harley Quinn dans les couloirs, des Squirrel Girls, des Spiderman, des Dark Vador, des Wonder Woman...bref, rien d'original. Et puis il y a eu Adam Savage, le célèbre animateur américain de Discovery Channel, qui est arrivé déguisé en ours avec le corps de Leonardo Dicaprio accroché à son ventre. Fous rires garantis! L'année prochaine on viendra en Wonder Woman histoire de draguer un Captain!

Le Cinéma en Plein Air aura (finalement) bien lieu… dans la Grande Halle

Posté par vincy, le 29 juillet 2016

Le Cinéma en Plein Air de La Villette aura bien lieu. Après la requête préfectorale qui estimait que les mesures de sécurité n'étaient pas réunies pour que ce festival ait lieu, la 26e édition avait été (temporairement) suspendue. Pour les mêmes raisons, le Cinéma au Clair de lune du Forum des images avait été lui aussi annulé. Une solution a été trouvée. Le Cinéma en Plein Air se déroulera... à l'intérieur!

La reprise est prévue pour demain, samedi 30 juillet. Les spectateurs pourront voir Casino Royale (gratuitement toujours) dans la Grande Halle! En même temps, on voit rarement les étoiles à Paris et ça permet de ne pas annuler les projections par temps de pluie.

Cependant, avouons-le, ça aura moins de charme: le pique-nique nocturne, la projo avec les boissons, il faut oublier tout ça. D'autant que le service de sécurité sera intraitable: fouille et palpation au programme. Pas de bouteilles en verre, de couteaux, de tire-bouchons.

Alors que pique-niquer en buvant un coup devant un film était l'option choisie par beaucoup de spectateurs, ces derniers devront désormais s'abstenir de ramener avec eux bouteilles en verre, couteaux, et tire-bouchons. Fouille et palpation seront effectuées à l'entrée. Ce samedi, le film projeté à 21 heures seraCasino Royale, avec Daniel Craig.

Et pour le programme des prochaines séances, il suffit de cliquer!

Avis de fermeture pour le Gaumont Champs-Elysées Ambassade (1959-2016)

Posté par vincy, le 29 juillet 2016

Alors que Gaumont a rouvert ses établissements à Convention (au printemps) et celui d'Alésia (la semaine dernière), tous deux dans le sud de la Capitale, le réseau s'apprêt dimanche à fermer son prestigieux Gaumont Ambassade, créé en 1959, sur les Champs-Elysées. 7 salles et 1 568 fauteuils disparaitront du paysage cinématographique parisien, après les fermetures de La Pagode, du Pasquier de Saint-Lazare et de La Bastille, il y a quelques semaines.

Le groupe Pathé-Gaumont a déjà fermé pour des raisons assez similaires le Pathé Cordeliers à Lyon, le Pathé Place d'Arc à Orléans et le Gaumont Mistral dans le quartier de Montparnasse à Paris. Mais à l'inverse, il investit dans la rénovation de ses salles situées dans des quartiers plus denses démographiquement, ou inaugurent des nouveaux complexes en proche banlieue.

La géographie des cinémas changent. Ils se rapprochent des populations "bobos parisiennes, dans le nord, l'Est et le Sud. Les Champs-Elysées, comme Opéra, ne sont plus des lieux de sortie pour les parisiens. Qui irait sur les Champs hormis les touristes? Il n'y a pas de bars sympas, les restaurants y sont chers et les cinémas sont plus beaux ailleurs.

La raison de la fermeture est simple: le Gaumont Ambassade est vieux. Pour le lifter (accessibilité, confort, hall d'accueil), il faut le transformer. Et ce n'est pas rentable. Les coûts seraient disproportionnés. L'adresse, pas très loin du Disney Store et des futures Galeries Lafayette, devrait être remplacé par des chaussures de marque J.M. Weston.

"Nous vous informons de la fermeture définitive du Gaumont Ambassade, situé au 50, avenue des Champs-Elysées à Paris, le dimanche 31 juillet après sa dernière séance. Le Gaumont Ambassade ne répond plus aux standards de qualité, de confort et d’accessibilité que vous attendez aujourd’hui. Le manque d’espace du hall et des salles, non adaptées aux personnes à mobilité réduite, ne permet pas une restructuration de ce cinéma .

Depuis 2 ans, nous avons lancé un très large programme d’investissement pour la rénovation de nos salles, notamment en Île-de-France. De nouveaux cinémas ont ainsi été créés (Pathé Beaugrenelle –15e arr., Pathé Levallois) ou totalement reconstruits (Gaumont Alésia – 14e arr., Gaumont Convention – 15e arr.) pour vous offrir les meilleurs standards de qualité. D’autres projets parisiens d’envergure vont suivre en 2017 et 2018 (dont début 2017 le Pathé La Villette – 19e arr.)."

Gaumont n'aura donc plus que le "Champs-Elysées Marignan" (six salles, 1 700 places, créé en 1933), qui était en face, de l'autre côté de l'avenue. Il accueille de nombreuses avant-premières. Les deux adresses avaient fusionné en 2004 pour ne devenir que "Gaumont Champs-Elysées". Cependant la fréquentation des deux complexes avait chuté de 17% entre 2014 et 2015. Il visait 1,3 million d'entrées lors de son rapprochement il y a douze ans et en attirait finalement que la moitié (657 000)

Edito: le déclin du cinéma chez les Américains

Posté par redaction, le 28 juillet 2016

Peu importe si Trump ou Clinton occupera le bureau ovale, maintes fois reconstitué, saccagé ou glorifié par Hollywood. Au cinéma (et à la télévision), il y a déjà eu des Présidents de sexe féminin, et des arrivistes de tous poils. Majoritairement, la profession est favorable à Hillary - de George Clooney à Meryl Streep. Mais sur la côte Ouest, ce n'est pas la présidentielle qui inquiète mais bien le box office. L'été est pourri. Pas mal de films vont causer des pertes financières aux studios. Les plus rentables le sont parce qu'ils n'ont pas coûté très cher, sans qu'ils aient besoin d'être un vrai succès. En fait seulement 3 films sortis depuis mai ont rapporté gros : Le monde de Dory, Captain America 3 et Comme des bêtes, qui sort cette semaine en France. Cela fait cinq pour l'année, avec Le Livre de la jungle et Zootopia, soit 4 films Disney au total. Et 3 dessins animés. A l'inverse, sans l'international, des films comme X-Men Apocalypse, Tarzan, Independence Day : Resurgence seraient d'énormes fiascos. Et même avec l'international, les Tortues Ninjas 2, la suite d'Alice, Warcraft ou Le bon gros géant sont en pertes.

Certes, grâce à un excellent hiver (Star Wars, Deadpool, Zootopia, The Revenant), les recettes sont en hausse de 2% par rapport à l'an dernier. Mais si l'on compare juste l'été 2016 avec l'été 2015 (aux mêmes dates), la chute de la fréquentation est de 10%. Ce qui sauve les recettes, c'est l'augmentation des prix des billets et les suppléments pour les films en 3D ou en Imax.

En fait Hollywood est piégé par sa stratégie: d'un côté, les studios n'offrent plus de "films du milieu" qui peuvent séduire les seniors et les "bobos" des grandes villes; de l'autre le système produit des films toujours plus chers pour draguer les jeunes, qui ne viennent plus au cinéma. Depuis 5 ans, les 18-39 ans désertent de plus en plus les salles.

Système trop industriel

Il y a plusieurs raisons: à trop montrer le même genre de films (super héros & co), le public se lasse. Par ailleurs, le nombre de cinéphiles (ceux qui vont au moins une fois par mois au cinéma) se réduisent. Enfin, il y a la concurrence du petit écran, des contenus sur le web et même de Pokemon Go. Le petit écran est très révélateur de la catastrophe à venir: contenus plus audacieux, personnages moins consensuels, sujets moins conformistes, bref des œuvres moins formatées et en plus, addictives. On a plus parlé de Looking (HBO) sur les réseaux sociaux que de Star Trek Beyond ce week-end.

Aller au cinéma revient cher, et les Américains, pas épargnés par la crise économique, choisissent désormais comment dépenser pour leur divertissement. Le cinéma n'est plus une priorité. Et ce n'est pas en l'industrialisant à outrance que ça s'arrangera. Les spectateurs veulent du neuf, du frais ou de l'événement. Combien de reboots, suites et autres remakes étaient vraiment utiles ces dernières années? Pas étonnant alors qu'en 2015, un quart des billets ont été vendus pour seulement cinq films. La concentration continue: quitte à aller au cinéma, autant aller voir le film que tout le monde va voir.

Baisse de la fréquentation, concurrence des loisirs, curiosité en berne, de moins en moins de stars bankable: il y a de quoi s'inquiéter. Hollywood doit faire sa mue. Dans les années 1960 et 1970, quand la télévision a envahit tous les foyers, les studios ont fait les mêmes erreurs stratégiques avec des films clonés et couteux. Mais c'est aussi à cette période qu'ont émergé Scorsese, Spielberg, Coppola ...

Venise 2016: « Réparer les vivants » de Katell Quillévéré en section Orizzonti

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

La 73e édition du Festival de Venise, du 31 août au 10 septembre, a dévoilé sa sélection officielle, soit la compétition, la section hors-compétition, et l'équivalent d'Un Certain regard, la section Orizzonti (Horizons).

Tarde para la ira de Raul Arévalo - premier film espagnol de l'acteur de La Isla Minima
King of the Belgians de Peter Brosens et Jessica Woodworth - Altiplano avait fait sensation en 2009 à la Semaine de la critique à Cannes
Laavor et Hakim de Rama Burshtein - son premier film Le cœur a ses raison avec remporté 9 prix aux César israéliens et le prix d'interprétation féminine à Venise en 2012
Liberami de Federica Di Giacomo - documentaire
Koca Dünya (Big Big World) de Reha Erdem- auteur des films Kosmos et Jîn qui ont fait le tour des festivals.
Gukoroku de Kei Ishikawa - premier film japonais
Maudite Poutine de Karl Lemieux - premier film québécois
Sao Jorge de Marco Martins - 11 ans après son dernier long métrage Alice, trois fois primé au Festival de Mar del Plata
Dawson City : Frozen Time de Bill Morrison - documentaire
Réparer les vivants de Katell Quillévéré - adaptation du best seller de Maylis de Kerangal par la réalisatrice de Un poison violent et Suzanne
White Sun de Deepak Rauniyar - le cinéaste népalais revient quatre ans après Highway, en sélection à Berlin
Malaria de Parviz Shahbazi - Darband en 2013 avait sélectionné au Festival du film asiatique de Deauville
Kékszakàllu de Gaston Solnicki - Papirosen avait été remarqué à Locarno en 2011
Home de Fien Troch - Récompensé par le prix du meilleur film flamand aux Magritte en 2014 avec Kid
Die Einsiedler de Ronny Trocker - premier film allemand
Il piu grande sogno de Michele Vannucci - premier film italien
Boys in the Trees de Nicholas Verso - premier film australien d'un cinéaste réputé dans le cinéma "queer"
Ku qian (Bitter Money) de Bing Wang - le retour du cinéaste des Trois sœurs du Yunnan, en compétition à Venise en 2010 et Grand prix de la section Orizzonti en 2012

Dark Night de Tim Sutton - Hors compétiton (séance spéciale). Son précédent film avait été en sélection à Karlovy Vary.

Venise 2016: Sorrentino, Zlotowski, Falardeau, Jacquot, Loznitsa et Fuqua hors compétition

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

La 73e édition du Festival de Venise, du 31 août au 10 septembre, a dévoilé sa sélection officielle, et donc les films hors-compétition et en séances spéciales. Au canadien Villeneuve en compétition, on peut ajouter la présence de son compatriote Philippe Falardeau (actuellement à l'affiche avec Guibord s'en va-t-en guerre), lui aussi avec un film américain, quelques blockbusters hollywoodiens, dont le remake des Sept mercenaires qui fera aussi l'ouverture du Festival de Toronto. Le dernier film de Benoît Jacquot, adaptation d'un roman de Don DeLillo, côtoie, en séances spéciales cette fois Planétarium de Rebecca Zlotowski, boudé par les sélections cannoises. Lily Rose-Depp et Natalie Portman devraient faire sensation. L'Asie reprend quelques couleurs avec un thriller sud-coréen attendu et un manga japonais. le plus surprenant reste l'avant-première de la série TV pour HBO The Young Pope, réalisée par Paolo Sorrentino.

Séances spéciales :

The Young Pope (épisode 1 et 2) de Paolo Sorrentino
Planetarium de Rebecca Zlotowski  Séance spéciale

Fictions :

The Bleeder de Philippe Falardeau
The Magnificent Seven d’Antoine Fuqua
Hacksaw Ridge de Mel Gibson
The Journey de Nick Hamm
A jamais de Benoît Jacquot
Gantz :O de Yasushi Kawamura (Japon) film d’animation
Miljeong (The Age of Shadows) de Jee woon Kim
Monte d’Amir Naderi
Tommaso de Kim Rossi Stuart

Documentaires :

Our War de Bruno Chiaravalloti, Claudio Jampaglia, Benedetta Argentieri
I called him Morgan de Kasper Collin
One more time with feeling (3D) de Nick Cave
Austerlitz de Sergei Loznitsa
Assalto al cielo de Francesco Munzi
Safari d'Ulrich Seidl
American Anrchist de Charlie Siskel

Venise 2016: Kusturica, Ford, Malick, Ozon, Brizé, Larrain, Escalante et Wenders en compétition

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

La 73e édition du Festival de Venise, du 31 août au 10 septembre, a dévoilé sa sélection officielle. En compétition, on retrouve pas mal de films pressentis pour Cannes, mais pas forcément prêts ou recalés, et un certain nombre de poids lourds du cinéma mondial. Côté français, on note la présence de François Ozon et de Stéphane Brizé. On peut y ajouter deux coproductions françaises signées Wim Wenders et Christopher Murray. Le cinéma latino-américain est bien représenté par trois films, un an après le Lion d'or pour un film vénézuélien. Le chilien Pablo Larrain est cette fois-ci sélectionné avec un film américain, un biopic qu'on n'attendait pas si tôt. Il aura enchaîné El Club (Grand prix du jury à Berlin en 2015), Neruda (Quinzaine des réalisateurs 2016) et donc Jackie en compétition à Venise. Les Etats-Unis sont en force avec sept productions. En revanche, hormis un film philippin, l'Asie est complètement absente. Notons enfin la présence de deux documentaires, dont celui de Terrence Malick.

The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour
Une vie de Stéphane Brizé
La La Land de Damien Chazelle ouverture
The Light between Oceans de Derek Cianfrance
El ciudadano ilustre de Mariano Cohn et Gaston Duprat
Spira Mirabilis de Massimo D’Anolfi et Martina Parenti documentaire
Ang Babaeng Humayo (The Woman who left) de Lav Diaz
La region salvaje d’Amat Escalante
Nocturnal Animals de Tom Ford
Piuma de Roan Johnson
Rai (Paradise) d’Andreï Konchalovsky
Brimstone de Martin Koolhoven
Na mlijecnom putu (On the Milky Road) d’Emir Kusturica
Voyage of time de Terrence Malick documentaire
El cristo ciego de Christopher Murray
Frantz de François Ozon
Questi giorni de Giuseppe Piccioni
Premier contact (Arrival) de Denis Villeneuve
Les beaux jours d’Aranjuez (3D) de Wim Wenders
Jackie de Pablo Larrain

Florence Foresti, Mathieu Kassovitz et Nicole Garcia tournent « De plus belle »

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

Anne-Gaëlle Daval (chef costumière de Kaamelott et épouse d'Alexandre Astier) commence aujourd'hui à Lyon le tournage de son premier film, coproduit par Nolita Cinéma et Studiocanal. La comédie romantique De plus belle réunit Florence Foresti, Mathieu Kassovitz, Nicole Garcia, Jonathan Cohen, Olivia Bonamy et Josée Drevon (Ygerne dans Kaamelott).

L'histoire est celle de Lucie, qui a eu un cancer du sein, et qui sort épuisée de son combat contre le crabe. Sa famille la pousse à passer à autre chose. Alors qu’elle fête cette rémission avec des amis, elle fait la connaissance de Clovis, séduit par la fragilité de la jeune femme. Il tente de passer outre son mauvais caractère et lui propose de la revoir. Cette idée déplait à Lucie ; elle panique à l’idée d’imaginer revivre une histoire d’amour
De manière imprévue, une solution va se présenter à elle : ce sera le strip-tease, mené par une experte en danse burlesque. Dalila. En se mettant à nue, Lucie va renouer avec son corps. Ce sera sa thérapie, elle y trouvera l’humour nécessaire pour se déculpabiliser, pour accepter d’avoir un corps imparfait – et s’aimer, telle qu’elle est.
C’est ici que se trouve la clé : il faut que Lucie puisse suffisamment s’aimer pour aimer Clovis en retour.

La sortie est prévue l'année prochaine.

Florence Foresti n'a pas été vue au cinéma depuis Barbecue en 2014. Elle sera à l'affiche de À fond en décembre. Si cela fait aussi deux ans que Mathieu Kassovitz n'est pas sur les grands écrans, on l'a remarqué sur le petit avec Le Bureau des légendes et Guerre et Paix pour la BBC.

« Ma vie de Courgette » parmi les trois finalistes du Prix Lux 2016

Posté par vincy, le 27 juillet 2016

Lors de la révélation de la sélection des Venice Days, les trois finalistes du 10e Prix Lux du parlement européen ont été dévoilés.

- A peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid (co-production franco-tunisienne), présenté aux Venice Days 2015 et récompensé par le label Europa Cinemas. Le film avait séduit près de 100000 spectateurs en France lors de sa sortie en décembre. Le film a aussi reçu plusieurs prix aux festivals de Carthage, Dubaï et East End (Royaume Uni) ainsi que deux nominations aux Prix Lumière (Meilleur Espoir Féminin, Meilleur film francophone hors de France).

- Ma vie de Courgette de Claude Barras (co-production suisse-France), devient le premier film d’animation nommé aux Prix Lux. Grand prix et prix du public à Annecy, il avait enthousiasmé les cannois lors de son avant-première à la Quinzaine des réalisateurs. En compétition au Festival du film francophone d'Angoulême, le dessin animé sort en salles le 19 octobre. Le scénario est co-signé par Céline Sciamma, adapté du roman de Gilles Paris.

- Toni Erdmann de Maren Ade (co-production germano-roumaine) était l'un des favoris de la critique parmi les films en compétition au dernier festival de Cannes. Il a d'ailleurs reçu le prix Fipresci.  Trois semaines après sa sortie en Allemagne, il est toujours dans le Top 10 avec déjà 225000 entrées. Il a également reçu trois prix au Festival du film de Bruxelles (Meilleurfilm, Meilleur scénario, et prix de la RTBF). Il sort le 17 août en France.