2016 mai » Le Blog d'Ecran Noir

Jeu concours : gagnez des coffrets DVD de La chambre interdite de Guy Maddin !

Posté par MpM, le 31 mai 2016

DVD La chambre interditeSorti le 16 décembre dernier, La chambre interdite du Canadien Guy Maddin était probablement le plus beau film de l'année 2015, ou en tout cas l'un des plus excitants. Excellente nouvelle, il arrive en DVD dès le 7 juin !

Dans le Plunger, sous-marin, l’oxygène se fait rare. Le compte à rebours vers une mort certaine est enclenché. L’équipage cherche en vain le capitaine, le seul capable de les sauver. Soudain, de manière improbable, un bûcheron perdu arrive parmi eux et leur raconte comment il a échappé à un redoutable clan d’hommes des cavernes. Sa bien-aimée à été enlevée par ces hommes féroces, et il est prêt à tout pour la sortir de là.

Embarquez dans le Plunger et faites le tour du monde des paysages oniriques, dans un tourbillon d’aventures peuplées de femmes fatales, de fous à lier et d’amoureux transis.

Ce voyage onirique et sensoriel, mais aussi spectral, aux multiples clefs et interprétations, privilégie le plaisir brut du cinéma : raconter des histoires, imaginer des situations, animer des personnages, le tout avec une boulimie gourmande qui démultiplie les pistes, les intrigues, les apparitions et les échos. Comme le film-somme de tous les films qui ont été tournés, écrits ou juste fantasmés depuis l’invention du cinéma, avec le sentiment de vertige, de bouleversement et d’exaltation que cela implique.

Pour accompagner le film, le coffret DVD comporte un livret couleur 20 pages, le documentaire The 1000 eyes of Dr Maddin d’Yves Montmayeur (Prix du meilleur documentaire sur le cinéma à Venise en 2015), des courts métrages réalisés dans le cadre de Séances (Ectoloop 1, Once a chicken) ainsi que des teasers et bandes-annonces.

Partenaire du film depuis sa sortie, Ecran Noir met en jeu trois coffrets DVD édités par Ed Distribution. Pour participer, il suffit de répondre par courriel à la question suivante (en mentionnant votre nom et vos coordonnées postales) avant le 10 juin :

Plusieurs acteurs français de premier plan font des apparitions dans la Chambre interdite, soit sous forme de caméos très brefs, soit en apparaissant à plusieurs reprises. Quel comédien, également scénariste et réalisateur, joue plusieurs rôles, dont celui d'un palefrenier ?

Attention, aucune réponse postée dans les commentaires du site ne sera prise en compte.

Cabourg 2016 : un 30ème anniversaire forcément romantique

Posté par kristofy, le 31 mai 2016

Le Festival du film de Cabourg prépare la 30ème édition de ses Journées Romantiques, avec son rendez-vous sur la plage normande et dans les salles de cinéma du 8 au 12 juin. Un anniversaire qui sera l’occasion de revoir et de fêter les succès de deux grands films romantiques : les 50 ans de Un homme et une femme avec Claude Lelouch et les 15 ans de Le fabuleux destin d’Amélie Poulain avec son co-scénariste Guillaume Laurent, et d’autres invités surprises…

Les films qui seront en compétition pour un Swan d’or rassemblent deux films découverts à Cannes Diamond Island de Davy Chou et La danseuse de Stéphanie di Giusto, ainsi que A Serious Game de Pernilla August, Departure d’Andrew Steggall, Tanna de Bentley Dean et Martin Butler, Un otoño sin Berlin de Lara Izagirre et Ziannia Flower de Tom Shu-Yu Lin.

Le jury sera présidé par Emmanuelle Béart, entourée des actrices Loubna Abidar et Julia Roy, des comédiens Pierre Rochefort et JoeyStarr, des cinéastes Samuel Benchetrit et Céline Sciamma et de l’écrivain Éric Reinhardt; un autre jury jeunesse de lycéens sera guidé par Alice Isaaz (Elle) et Rod Paradot (César du meilleur espoir pour La tête haute). Une belle sélection de courts-métrages sera elle soumise au regard d’un jury court présidé par Pierre Schoeller, en compagnie de Frédérique Bel, Diane Rouxel, Karidja Touré, Marianna Basler, Michel Feller, et Jean-Baptiste Maunier.

Cabourg c'est aussi l'occasion de découvrir des films en avant-première, et ils seront nombreux : A Man Called Ove de Hannes Holm, Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou, Deux nuit jusqu’au matin de Mikko Kuparinen, L’effet aquatique de Sólveig Anspach (qui était à Cannes), Florence Foster Jenkins de Stephen Frears, Gelo de Luis et Gonçalo Galvão Teles, La jeune fille sans mains de Sébastien Laudenbach, La loi de la jungle d’Antonin Peretjako, Lee & Cindy C. de Stany Crets, Le secret des banquises de Marie Madinier, Les étoiles restantes de Loïc Paillard, Ma révolution de Ramzi ben Sliman, Sur quel pied danser de Paul Calori et Kostia Testut, Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer et Un jour mon prince viendra de Flavia Coste, et enfin le très attendu Love & Friendship de Whit Stillman, avec Kate Beckinsale.

Par ailleurs la ville de Cabourg, autant attachée au romantisme de son festival de cinéma qu’à l’écrivain Marcel Proust qui y a séjourné durant plusieurs années, va inaugurer un «Méridien de l’amour», un tracé symbolique avec 104 langues des États du monde pour déclarer son amour : une promenade qui sera inaugurée le 8 juin en compagnie de différents personnalités ayant déjà été juré lors de précédentes éditions : Ariane Ascaride, Catherine Corsini, Sam Karmann, Pascal Bonitzer, Virginie Ledoyen, Yann Samuell, Gilles Taurand, et Juliette Binoche présidente du jury 2015.

Les années précédentes les différents jurys ont mis en lumière des films tels que Somers Town de Shane Meadows, Air Doll de Kore-eda Hirokazu, La guerre est déclarée de Valérie Donzelli, Laurence Anyways de Xavier Dolan, Grand Central de Rebecca Zlotowski, Le Temps de l'aventure de Jérôme Bonnell, Pas son genre de Lucas Belvaux, Caprice d'Emmanuel Mouret… Et les talents les plus romantiques sont venus y recevoir un prix : Guillaume Canet, Patrick Bruel, Benoît Poelvoorde, Jean Dujardin, Jérémie Renier, Pierre Niney, Benoît Magimel, Vincent Rottiers, Raphaël Personnaz, Félix Moati, Kévin Azaïs; Marion Cotillard, Lætitia Casta, Émilie Dequenne, Marina Hands, Isabelle Carré, Léa Seydoux, Emmanuelle Devos, Anaïs Demoustier, Clémence Poésy, Anne Marivin, Leïla Bekhti, SoKo, Joséphine Japy, Catherine Deneuve et même Zhang Ziyi !

___________

30e Festival de Cabourg
Du 8 au 12 juin.
Renseignements sur le site de la manifestation

Charles Tesson nommé Président de la Commission des Aides au Cinémas du Monde

Posté par vincy, le 30 mai 2016

Frédérique Bredin, Présidente du CNC, et Bruno Foucher, Président de l'Institut français, ont nommé Charles Tesson comme nouveau Président de la commission des aides aux cinémas du monde. Il succède au cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako. Le délégué général de la Semaine de la critique au festival de Cannes et auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, prend ainsi la tête d’une commission "qui est le symbole du rapport particulier qu’entretient le cinéma français avec les auteurs du monde entier, dans le cadre d’une politique volontariste de promotion de la diversité culturelle."

L’aide aux cinémas du monde (ACM), cogérée par le CNC et l’Institut français, est une aide sélective aux films de long métrage réalisés par des cinéastes de toutes nationalités, dans le cadre d‘une coproduction avec la France. Créée en 2012, elle a d’ores et déjà permis de soutenir 208 films de 72 nationalités différentes, dont Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan (Palme d’Or à Cannes en 2014), The Lunchbox de Ritesh Batra, Le procès de Viviane Amsalem de Ronit et Shlomi Elkabetz, Mustang de Deniz Gamze Ergüven (nommé à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2016 et César du meilleur premier film), The Lobster de Yorgos Lanthimos (Prix du jury à Cannes 2015), Ixcanul de Jayro Bustamante (Ours d’Argent à Berlin en 2015) et Les délices de Tokyo de Naomi Kawase. On peut aussi y ajouter les films de Nanni Moretti, Carlos Reygadas, Amat Escalante, et quelques films récemment sélectionnés à Cannes comme Cristi Puiu (Sieranevada), Mohamed Diab (Clash), Davy Chou (Diamond Island), Boo Junfeng (The Apprentice), Bogdan Mirica (Dogs), Pablo Larrain (Neruda) et Shahrbanoo Sadat (Wolf and Sheep). Au total, 12 films étaient présents dans les différentes sélections du festival de Cannes en 2016.

78 films soutenus par l’ACM (soit plus de la moitié des films tournés à ce jour) ont été sélectionnés dans l’un des trois festivals internationaux les plus prestigieux (Cannes, Berlin, Venise).

La commission siège en deux collèges, l’un ouvert aux premiers et seconds films, l’autre aux projets portés par des réalisateurs confirmés. L’examen des projets s’organise en plusieurs étapes : comité de lecture, commission plénière, comité de chiffrage et décision des présidents du CNC et de l’Institut français. Le budget total de l’aide s’élève, en 2015, à 6 millions d’euros (maximum: 250000 euros par film). Chaque année, 4 sessions sont organisées et une cinquantaine de projets ainsi soutenus.

La prochaine session aura lieu mi-juillet.

Une adaptation 100% japonaise pour Fullmetal Alchemist

Posté par vincy, le 30 mai 2016

Alors la version en prises de vues réelles de Ghost in the Shell est désormais entré en post-production et que celle d'Akira est toujours en développement, le manga Fullmetal Alchemist va être transposé au cinéma pour une sortie prévue en 2017.

Le réalisateur Fumihiko Sori (Ping Pong, et producteur d'Appleseed) s'apprête à tourner cette adaptation, composée d'un casting entièrement japonais. Le cinéaste souhaite que son film soit le plus fidèle au manga d'origine. L'histoire se déroulera en Europe et le tournage aurait lieu tout l'été en Italie.

Le manga prend place dans un pays imaginaire, Amestris, pays où l'Alchimie est élevée au rang de science universelle, qui mixe la culture allemande et l'époque de la révolution industrielle britannique. Deux frères, Edward et Alphonse Elric parcourent le monde à la recherche de la légendaire pierre philosophale dans le but de retrouver leurs corps. Car, en voulant faire revenir leur mère décédée à la vie, ils bravent la loi qui interdit formellement la transmutation humaine: Edward y perd sa jambe gauche et Alphonse perd son corps tout entier. Et pour couronner le tour, Ed sacrifiera son bras droit en scellant l'âme de son petit frère Alphonse dans une armure. Edward décide alors de s'engager dans l'armée à l'âge de 12 ans en tant qu'Alchimiste d'État, réussit l'examen haut la main et obtient son nom d'alchimiste, le Fullmetal Alchemist.

Best-seller mondial, le manga, 27 volumes parus en 2002 et 2010, a déjà été adapté en deux séries animés et deux longs métrages animés.

Le rôle principal d'Edouard Elric sera incarné par la star de la J-POP Ryosuke Yamada (qui a aussi été la tête d'affiche de Assassination Classroom). Il sera entouré de Dean Fujioka (Roy Mustang), Tsubasa Honda (Winry Rockbell), Ryûta Satô (Maes Hughes), Yasuko Matsuyuki (Lust), Kanata Hong (Envy), Shinji Uchiyama (Gluttony), Yo Oizumi (Shou Tucker), Fumiyo Kohinata (Général Hakuro), Misako Renbutsu (Riza Hawkeye), Natsuna (Maria Ross), Natsuki Harada (Gracia Hughes), Jun Kunimura (Doctor Marco) et Kenjiro Ishimaru (Père Cornello).

Warner Bros Japan qui distribuera le film vient de lancer le site internet et les comptes de réseaux sociaux.

Sony Pictures s’engage sur deux premiers films francophones

Posté par vincy, le 29 mai 2016

De nombreux studios américains ont déjà distribué des films français dans les salles: Warner Bros (Tu veux ou tu veux pas, Stars 80), Paramount (Un peu beaucoup aveuglément, Le convoi), Walt Disney (Il était une forêt, Mon maître d'école), et Universal (Babysitting et sa suite, Amis publics). Sony était l'un des rares à ne pas avoir franchi le pas.

C'est désormais dans les tuyaux. Avec le transfert de Stéphane Huard, Directeur général d'Universal Pictures France depuis 2008, qui a pris la direction générale de Sony Pictures Releasing France en janvier dernier, la stratégie du distributeur américain évolue.

Sony a pour ambition de vouloir accompagner la sortie de films populaires. A Cannes, les deux premiers films ont été annoncés. Sony distribuera avec Orange Studios Faut pas lui dire, premier film de la belge Solange Cicurel (Einstein était un réfugié). Cette comédie romantique à petit budget rassemble Camille Chamoux (Les gazelles), la chanteuse Jenifer Bartoli, Tania Garbarski, Stéphanie Crayencour, Laurent Capelluto, Fabrizio Rongione, Charlie Dupont, Brigitte Fossey et Arié Elmaleg. L'histoire est celle de quatre amies, l'une d'elle s'apprête à se marier mais le fiancé dissimule son homosexualité. La sortie est prévue cet hiver.

Si Sony a annoncé son film en premier, c'est un autre qui inaugurera le line-up français du distributeur puisque le studio sortira le 12 octobre La pièce, les derniers seront les premiers, là aussi un premier long métrage signé Lamine Diakité et produit par Dawala Badiri Diakité (Maître Gims, Sexion d'assaut, tous distribués par ... Sony Music). Ce "feel-good movie", avec Thiebault Viel, Fahmi Guerba et Dawala Badiri Diakite, suit un jeune SDF qui, avec l'aide de jeunes de cités, s'investit dans de bonnes actions en banlieue.

Penelope Cruz et Javier Bardem dans le prochain Asghar Farhadi ?

Posté par vincy, le 28 mai 2016

Penelope Cruz et Javier Bardem, couple à la ville, seraient en négociation pour être de nouveau un couple à l'écran devant la caméra d'Asghar Farhadi.

Depuis leur premier film ensemble, Jambon Jambon en 1992, les deux stars espagnoles ont collaboré à six films ensemble en tant que comédiens, dont Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen et En chair et en os de Pedro Almodovar. Ils ont un autre projet ensemble, Escobar, réalisé par Fernando León de Aranoa.

Almodovar co-producteur

Le tournage du nouveau film de Farhadi est prévu pour la fin de l'été ou le début de l'automne 2017 et se déroulerait dans le sud de l'Espagne. Le projet est porté par le partenaire français du cinéaste iranien, Memento films, et la société de Pedro et Agustin Almodovar, El Deseo.

A l'origine, Asghar Farhadi devait tourner ce film à l'automne dernier mais, selon les propos de son producteurs rapportés par Variety, il avait le mal du pays et et un conflit de planning avec les acteurs ont retardé le projet. Un acteur américain doit rejoindre les deux comédiens espagnols au générique. Penelope Cruz avait initié le projet en déclarant son souhait de vouloir travailler avec le réalisateur d'Une séparation.

Cannes 2018 ?

Le scénario est presque finalisé et les repérages devraient commencer le mois prochain. Il s'agirait d'un thriller psychologique autour d'une famille de viticulteurs, dans une Espagne rurale.

Ce sera le deuxième film du réalisateur dans une langue autre que le perse, après Le passé, en français, en 2013.

Prix du meilleur scénario et prix d’interprétation masculine pour Shahab Hosseini au Festival de Cannes cette année, son dernier film Le client sortira le 9 novembre sur les écrans français.

Troisième film pour Denis Villeneuve et Jake Gyllenhaal

Posté par vincy, le 27 mai 2016

Jake GyllenhaalAprès avoir tourné Prisoners et Enemy, ensemble le cinéaste québécois Denis Villeneuve et l'acteur Jake Gyllenhaal vont de nouveau refaire équipe avec l'adaptation du polar de Jo Nesbo, Le fils.

The Son, best-seller mondial, est l'histoire d'un jeune catcheur prometteur de 15 ans qui voit sa vie basculer quand son père, flic, se suicide. Culpabilité, drogue, ... la spirale infernale le conduit à la case prison. Douze ans plus tard, un nouveau détenu arrive et lui révèle les circonstances exactes de la mort de son père, très loin de la version initiale. Il décide de s'évader et de traquer ceux qui ont tué son père et l'ont obligé à aller en prison alors qu'il était innocent.

Le film sera produit par Jake Gyllenhaal. Le tournage n'aura pas lieu avant le début de l'année prochaine car, d'ici là, Denis Villeneuve va être occuper avec le tournage de la suite de Blade Runner et la sortie de Story of Your Life.

D'ici là, un autre roman de Jo Nesbo sera transposé au cinéma, The Snowman (Bonhomme de neige), réalisé par Tomas Alfredson, produit par Martin Scorsese, avec Michael Fassbender dans le rôle du personnage de la série imaginée par l'écrivain, Harry Hole. Le film sort cet automne.

Edito: La folie des passions versus la sagesse de l’indifférence

Posté par redaction, le 26 mai 2016

Il n'y a pas que Ken Loach qui a eu une deuxième Palme d'or cette année. Le cinéaste britannique, le plus sélectionné en compétition de l'histoire cannoise, rejoint ainsi Bille August, Francis Ford Coppola, les frères Dardenne, Michael Haneke, Shohei Imamura, Emir Kusturica et Alf Sjöberg dans ce club très fermé. Le Royaume Uni s'offre ainsi sa 10e Palme. Mais derrière cette victoire, il y a aussi celle de Why Not productions, qui avait déjà été palmé l'an dernier pour Dheepan.

C'est peu de le dire : on n'attendait pas Ken Loach en champion du Festival. Le film est honnête, sagement engagé, assez attendu, parfois prévisible. Rien à voir avec le discours de Loach lors de la remise de son prix, qui a rappelé à juste titre le carnage provoqué par un système qui oublie l'être humain. L'être humain, justement, il était aussi incarné par Xavier Dolan, à fleur de peau lorsqu'il a reçu son Grand prix du jury. Le jeune cinéaste-producteur-scénariste-acteur prodige québécois avait ému et enthousiasmé festivaliers et réseaux sociaux quand Mommy avait obtenu le prix du jury il y a deux ans. Retour de bâton, cette année, son discours n'est pas passé. Le film a divisé et beaucoup trouvait ce prix immérité. Mais, tout le monde y a vu du "chiqué" lorsqu'il a rendu hommage, en larmes, à François Barbeau, chef costumier québécois. On a vu les gifs moqueurs fleurir sur la toile, les commentaires et piques méprisantes ou sarcastiques se multiplier. On lui a fait payer sa jeunesse, sa réussite, son apparente arrogance. Pourquoi tant de haine? Nous n'avons pas aimé le film mais on peut aussi croire à la sincérité du discours.

François Barbeau est mort fin janvier. C'était un immense homme du théâtre au Québec. Ses dessins de costumes sont archivés à la Bibliothèques et Archives nationales. Il fait partie de l'émergence du nouveau théâtre québécois dans les années 1960 et a travaillé avec Claude Jutra, Louis Malle, Gérard Depardieu, Jean-Claude Lozon, la Comédie-Française, le Cirque du Soleil, et même la Batsheva Dance Company, l'une des troupes de danse les plus créatives de ces dernières années. C'est à lui qu'on doit les costumes de Laurence Anyways de Xavier Dolan.

Dolan a eu raison de le citer. De mettre en lumière cet homme de l'ombre, ce créateur de génie. Il n'y avait pas de quoi se moquer. Paradoxalement, si le palmarès n'a pas récompensé les films les plus fous, tous les discours possédaient la flamme. Quand Xavier Dolan cite Anatole France - "je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence" - il a touché juste: le palmarès n'a pas laissé indifférent (tant il a été incompris et rejeté par les médias, nous inclus) et la passion a été au rendez-vous cette année (avec ce qu'il faut d'enthousiasme, de bashing, de divisions).

Il aurait pu en citer une autre, du même auteur: "Les grandes oeuvres de ce monde ont toujours été accomplies par des fous.” Car cette année, les fous étaient Maren Ade, Alain Guiraudie, Bruno Dumont, Paul Verhoeven, Kleber Mendonça Filho, Jim Jarmusch, Olivier Assayas, Nicolas Winding Refn, Park Chan-wook. Ces cinéastes ont choisi l'audace quand le jury a préféré des auteurs qui ont opté pour des voies plus balisées, jamais transgressives. Un jury qui a préféré la pudeur à la passion justement, les films puritains aux oeuvres plus queer, les tartuffes aux  tabous. Et comme le disait Anatole France, encore lui: "De toutes les aberrations sexuelles, la pire est la chasteté.”

Tout en haut du monde reçoit le Prix Jean Renoir des lycéens

Posté par vincy, le 26 mai 2016

tout en haut du mondeLe Prix Jean Renoir des lycéens 2016 a été attribué au film d'animation Tout en haut du monde de Rémi Chayé, qui recevra son prix ce soir lors d'une cérémonie à la Fémis à Paris. Il succède à Rêves d’or de Diego Quemada-Diez en 2014 et Une belle fin de Uberto Pasolini en 2015.

Le Prix Jean Renoir des lycéens est attribué par un jury de lycéens composé de deux délégués par classe, qui se sont réunis les 25 et 26 mai 2016. Après avoir rencontré les réalisateurs des films en lice," ils ont choisi le  film lauréat à l’issue de plusieurs sessions de délibérations privilégiant la discussion et l’échange" selon le communiqué. Pour cette cinquième édition, 54 établissements, dont 13 lycées professionnels, ont participé au jury.

Les films sélectionnés pour 2016 étaient : Vers l’autre rive, Kiyoshi Kurosawa ; Fatima, Philippe Faucon ; Le bouton de nacre, Patricio Guzman ; Mia madre, Nanni Moretti ; Tout en haut du monde, Rémi Chayé ; Good luck Algeria, Farid Bentoumi ; Tempête, Samuel Collardey; et Rosalie Blum, Julien Rappeneau

Un prix de la critique a également été décerné, récompensant les meilleures des mille critiques de films publiées sur le site du Prix par les lycéens participants. Le jury était composé de critiques professionnels : N.T. Binh (Positif) et Thierry Méranger (Les Cahiers du cinéma). Cette année, le prix de la critique a été décerné à Anaïs Perry, Thomas Van Kerckhove, Sarah Barthélémy, Sidonie Gomont, et une classe du lycée professionnel André Malraux de Béthune.

Il est organisé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en partenariat avec le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC), la Fédération nationale des cinémas français, la Fondation Auchan pour la jeunesse, le groupe Orange, les CEMÉA, Réseau Canopé, les Cahiers du cinéma, la revue Positif et le journal Phosphore.

Cannes 2016: le prix Vulcain pour la directrice artistique de Mademoiselle

Posté par vincy, le 26 mai 2016

Dernier prix du Festival de Cannes, révélé avec un peu de retard (mercredi 25), le prix Vulcain, ancien Grand prix de la Commission supérieure technique (CST). Ce prix Vulcain honore un artiste-technicien d'un film en compétition officielle.

Cette année le jury de la CST a récompensé Seong-Hie Ryu "pour sa direction artistique, d’une grande inspiration de Mademoiselle", film réalisé par Park Chan-Wook.

Depuis la création du Prix Vulcain en 2003, c'est la première fois qu'un technicien / artiste asiatique reçoit cette récompense. C'est aussi la première fois qu'un directeur artistique a cet honneur.

Seong-Hie Ryu a déjà collaboré avec Park Chan-wook (Old Boy, Thirst), mais aussi avec Joon-ho Bong (Memories of Murder, The Host, Mother) et Jee-woon Kim (A Bittersweet Life).