2014 juin 02 » Le Blog d'Ecran Noir

Festival de l’Histoire de l’Art 2014 : la Suisse et les Collections

Posté par kristofy, le 2 juin 2014

Festival de l'histoire de l'artDu 30 mai au 1er juin, les amateurs d'Art avaient rendez-vous à Fontainebleau pour assister à la 4e édition du Festival de l’Histoire de l’Art. Cette manifestation maintenant bien installée est encouragée par notamment par le CNC, l’Institut National de l’Histoire de l’Art et l’Institut national du Patrimoine.

« Le Festival de l’histoire de l’art favorise la rencontre du public avec tous ceux qui font l’histoire de l’art, conservateurs et restaurateurs, collectionneurs, artistes et marchands, enseignants-chercheurs et professeurs de l’Éducation nationale engagés dans l’éducation artistique et culturelle, éditeurs et libraires. Il veut donner le goût de voir, des clefs pour comprendre, aiguiser le regard devant des œuvres, des plus anciennes aux plus contemporaines. Conçu comme un événement résolument interdisciplinaire, le Festival propose, à Fontainebleau, dans la ville et dans cet extraordinaire château qui est à lui seul une encyclopédie de l’histoire de l’art européenne, trois grands rendez-vous : le Forum de l’actualité du monde des arts ; le Salon du livre et de la revue d’art ; et le festival Art & Caméra consacré aux films et à l’art. » Cela représente plus de 300 événements (conférences, débats, concerts, lectures, visites guidées…) pendant 3 jours, avec quantité de projections de films.

Cette édition 2014 du festival Art & Caméra proposait comme thématique particulière "les Collections "(pourquoi, comment, pour qui…) ainsi qu'un hommage aux cinéastes suisses (le pays invité) du Groupe 5 (mouvement de la Nouvelle Vague suisse réunissant les cinéastes Alain Tanner, Claude Goretta, Michel Soutter, Jean-Louis Roy et Jean-Jacques Lagrange).

Ainsi des films comme Les glaneurs et la glaneuse d'Agnès Varda, Le Voyeur de Michael Powell, Dernière séance de Laurent Achard, Poussières d’Amérique d'Arnaud des Pallières, Lisa et le Diable de Mario Brava, L’obsédé de William Wyler ou encore La Collectionneuse d'Eric Rohmer ont mis en lumière des collectionneurs hors-norme qui dérangent la société.

Plusieurs cinéastes avaient fait le déplacement : Arnaud des Pallières pour une rencontre avec le public (et pour son court Diane Wellington), le suisse Lionel Baier pour accompagner son film Un autre homme, Albert Serra pour Histoire de ma mort, le réalisateur de Zoo Zero Alain Fleischer pour joeur le rôle de président du jury Art & Caméra.

Plusieurs tables-rondes ont également animé ces trois jours de festival, comme "les musées au cinéma" pour évoquer leur influence réciproque : des films deviennent sujets d’expositions (par exemple Tim Burton, Jacques Demy, Star Wars Identities…) tandis que des productions d’art contemporain, notamment des installations vidéo, interrogent le cinéma (par exemple la performance de Tsai Ming-Liang à Bruxelles).

Par ailleurs, Art & Caméra intègre aussi des courts métrages, pour lesquels un jury de lycéens avait pour mission de remettre un Prix Jeune Critique. Le lauréat de l’année dernière Stéphane Demoustier (pour Fille du Calvaire) était à nouveau à l'honneur cette année avec une séance spéciale de ses autres courts : Dans la jungle des villes, Des nœuds dans la tête (avec Anaïs Demoustier et Grégoire Leprince-Ringuet) et Bad Gones.

Stéphane Demoustier en est le réalisateur et scénariste mais aussi le producteur via la société Année Zéro, une structure de production qui après quantités de courts métrages remarqués dans de nombreux festivals (comme Le Naufragé et Un monde sans femme de Guillaume Brac) développe aussi des longs métrages : Stéphane Demoustier va ainsi bientôt sortir son film Terre battue avec Olivier Gourmet, Valeria Bruni Tedeschi, et Cécile Ducrocq. Cette dernière, dont le dernier court La Contre-allée a été remarqué à la Semaine de la Critique à Cannes (prix Petit Rail d'Or), prépare d'ailleurs elle-aussi son film Avance-rapide... Qui sait, peut-être retrouvera-t-on ces jeunes cinéastes à Fontainebleau l'an prochain ?

Quoi qu'il en soit, rendez-vous en mai 2015 pour la 5e édition du Festival qui s'articulera autour des Pays-Bas et de l'(Im)matériel.