2013 août » Le Blog d'Ecran Noir

De New York à San Francisco en train : cinéma, concerts et gastronomie au programme

Posté par vincy, le 31 août 2013

station to stationEt si on prenait le train? Le projet "Station to Station", initié par l'artiste expérimental Doug Aitken, mélange arts visuels et chemins de fer. Le train part de New York le 6 septembre. Il desservira Pittsburgh, Minneapolis, Chicago, Kansas City, Santa Fe, Winslow en Arizona, Barstow en Californie, Los Angeles et San Francisco.

Au programme : projections de films (artistiques et expérimentaux), concerts, et même dégustations avec des chefs cuisiniers. Une expérience nomade à bord d'un vieux train orné de panneaux fluorescents et colorés qui s'avère singulière. Des artistes comme Kenneth Anger (Olivier Assayas lui avait consacré un livre), Liz Glunn et Aaron Koblin ont été invités. Côté musique, Beck, Dirty Projectors, Cat Power et Giorgio Moroder monteront à bord. Côté cinémas, notons la présence du belge Nicolas Provost, la sélection de Model Shop, le film américain de Jacques Demy mais aussi de Five Easy Pieces, Bonnie and Clyde, Badlands, Happy Together et Down by Law.
________
Site officiel de la plateforme artistique nomade

Deauville 2013 : les stars arrivent sur les planches!

Posté par kristofy, le 29 août 2013

Le 39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville s'ouvre ce soir, pour célébrer encore une fois le cinéma made in USA dans sa diversité, avec à la fois les gros films de studios mais aussi les petits films indépendants. Surtout les célébrités les plus prestigieuses viendront arpenter les planches de la cité balnéaire chic et mythique.

Deauville va accueillir en grande pompe Nicolas Cage, pourtant déclinant (et qui présentera ses deux derniers films Joe et Suspect), John Travolta (Killing Season), la radieuse Cate Blanchett (Blue Jasmine, le nouveau Woody Allen qui a séduit les Américain cet été), le sulfureux réalisateur Larry Clark (avec l’intégrale de ses films, dont Marfa Girl primé à Rome l'an dernier), la productrice Gale Ann Hurd (Terminator, Armageddon, Abyss, la série "The Walking Dead"… et le nouveau Very Good Girls).

En ouverture du festival reviendront une nouvelle fois sur les planches Deauvillaises Michael Douglas et le réalisateur Steven Soderbergh, qui donnera aussi une masterclass qui reviendra sur sa carrière. Ils accompagneront Ma vie avec Liberace, en compétition au dernier festival de Cannes. L’équipe de White House Down, gros flop aux US, viendra en force avec Roland Emmerich, Jamie Foxx et Channing Tatum ; le réalisateur Lee Daniels présentera le succès du Box office US du moment, Le Majordome, biopic à Oscars, et l’actrice Jena Malone sera là pour The Wait

Snowpiercer Le transperceneigeCertains des autres films présentés en avant-première ou en compétition ont été également remarqués à Cannes (All is lost, Fruitvale Station, Les amants du Texas, We are what we are), à Berlin (Lovelace, Upstream Color), à Locarno (Wrong Cops de Quentin Dupieux), ou projetés en parallèle de leur sélection à Venise (comme Night Moves de Kelly Reichardt).

Le film de clôture sera une avant-première de Snowpiercer en présence du réalisateur Bong Joon-ho. Il s'agit de la plus importante production de Corée du Sud (qui est en train de battre en ce moment des records d’entrées au box office local). Tourné en langue anglaise, avec un casting international (Chris Evans, Tilda Swinton, Jamie Bell, Octavia Spencer, John Hurt, Ed Harris...) qui entoure le populaire Song Kang-ho, il s'agit de l’adaptation de la bande-dessinée française le Transperceneige.

_______________

39ème Festival du Cinéma Américain de Deauville
Du 30 août au 8 septembre 2013
Programme et renseignements sur le site de la manifestation

Matt Damon négocie sa présence dans Interstellar et sa première réalisation

Posté par vincy, le 29 août 2013

Matt Damon est en négociations avec Paramount pour deux projets distincts : sa présence, en second-rôle, dans Interstellar, le film de Christopher Nolan actuellement en tournage. Interstellar dispose déjà d'une affiche très étoilée avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway et Jessica Chastain à bord de l'épopée spatiale (lire notre actualité du 14 août). Il passerait deux semaines sur les plateaux de cette super-production Paramount/Warner Bros.

Après quelques tentatives toujours avortées, il négocie surtout son premier film en tant que réalisateur avec la Paramount. Damon avait failli réaliser Promised Land, en compétition au dernier festival de Berlin. A cause d'un agenda surchargé et de nouvelles prises à tourner pour Elysium, il avait passé la main à son ami Gus Van Sant, se contentant d'en être la star principale.

Là, il semble tenir le bon film. The Foreigner, écrit par Chris Terrio, le scénariste d'Argo réalisé par son ami Ben Affleck, est adapté d'un article de David Grann, A Murder Foretold, paru dans le New Yorker en 2008. Il s'agit de l'histoire vraie d'un guatémaltèque assassiné qui disposait de vidéos révélant l'identité de ses tueurs. Les vidéos ont été diffusées après sa mort afin de compromettre une vaste histoire de corruption (au plus haut niveau politique), véritable mobile de son meurtre.

David Grann est l'un des auteurs les plus suivis par Hollywood. Lost City of Z a été acquis il y a 5 ans par Plan B, la société de production de Brad Pitt ; en 2012, Focus Features a acheté les droits de Commandete qui pourrait être le prochain film de Geroge Clooney en tant que réalisateur ; en 2010, Sean McGingly et Identity Pictures ont lancé le projet The Old Man and the Gun, à partir d'un de ses articles.

Matt Damon a désormais du temps pour se consacrer à ce premier essai derrière la caméra. Il n'a aucun tournage de prévu, hormis son éventuelle participation à Interstellar. A l'affiche d'Elysium (140 millions de recettes dans le monde à date, soit son plus gros succès depuis True Grit en 2010), il sera prochainement dans les salles avec un caméo dans The Zero Theorem, de Terry Gilliam, en compétition cette semaine au 70e Festival de Venise, et en personnage central de The Monuments Men de George Clooney.

Matt Damon a été oscarisé pour son scénario de Will Hunting. Il a écrit deux autres films, Gerry et Promised Land.

Paulette deale avec succès en Allemagne

Posté par vincy, le 29 août 2013

Bernadette lafont dans PauletteAvec plus d'un million de spectateur en France, Paulette était déjà un succès surprise dans l'Hexagone. C'est désormais un carton aussi à l'international. Le film a séduit plus de 415 000 spectateurs dans les quelques territoires où il a été distribué, dont 305 000 en Allemagne, depuis sa sortie le 18 juillet. Il est ainsi devenu le plus gros succès français Outre-Rhin cette année. Et son nombre de copies augmente semaine après semaine.

Paulette est déjà sorti au Portugal (70 000 entrées), en Russie et en Italie.

Rappelons que Paulette est le dernier film où l'on a pu voir Bernadette Lafont sur grand écran, dans un rôle principal.

He feels good : Chadwick Boseman sera James Brown

Posté par vincy, le 28 août 2013

chadwick bosemanIl semble abonné aux biopics. Après avoir incarné le joueur légendaire des Dodgers (baseball) Jackie Robinson dans 42 (joli succès ce printemps aux USA, inédit en France, mais disponible en vidéo à la demande), Chadwick Boseman va être le parrain de la soul-music James Brown, "the hardest working man in show business!".

Le biopic, produit par Universal et Imagine Entertainment mais aussi Mick Jagger (les Rolling Stones), a reçu le feu vert du studio. Réalisé par Tate Taylor (La couleur des sentiments), le scénario suivra le parcours du chanteur/musicien/danseur, depuis son enfance pauvre jusqu'à sa mort, en 2006. Brown, mondialement connu pour ses chorégraphies torrides et ses pas de danse qui ont inspiré Michael Jackson, a connu un âge d'or dans les années 60 et 70 avec des tubes comme I Got the Feelin', Cold Sweat, Please, Please, Please, Papa's Got a Brand New Bag, It's a Man's Man's Man's World, Super Bad, Say it Loud, Living in America (morceau célèbre de la BOF de Rocky IV) et surtout I Got You (I Feel Good), son plus gros hit aux Etats-Unis. Surnommé Mr Dynamite ou Sex Machine, Brown avait fait quelques apparitions au cinéma, notamment en prêtre dans Les Blues Brothers.

Cela fait plus de douze ans que le producteur Brian Grazer essaie de faire le film. Le développement du projet a été accéléré avec l'arrivée de Tate Taylor dans le développement du projet. Restait à trouver l'acteur.

Boseman a vu son statut hollywoodien changer après la sortie de 42. Plus connu des téléspectateurs (Lincoln Heights, Persons Unknown et de nombreuses participations à des séries très populaires comme Castle, Lie to Me, Urgences, Cold Case, Les experts : Manhattan ou Fringe), il a peu de films à son actif, malgré ses 31 ans. Il a réalisé deux courts métrages et a aussi écrit et joué sa propre pièce au théâtre. On le verra à l'affiche de Draft Day, le prochain drame d'Ivan Reitman, avec Jennifer Garner et Kevin Costner.

Par ailleurs, Brian Grazer développe un autre biopic pour le cinéma, sur le footballeur Pelé.

Le fils d’Alfonso Cuaron enrôle Gael Garcia Bernal

Posté par vincy, le 28 août 2013

Jonas Cuaron va revenir derrière la caméra pour Desierto. 6 ans après Año uña, sélectionné à Venise et San Sebastian, le fils d'Alfonso Cuaron a écrit avec Mateo Garcia une histoire d'immigrants qui passent clandestinement la frontière mexicano-américaine. Malheureusement, un citoyen américain, ivrogne, ayant la main mise sur les patrouilles policières chargées de surveiller cette frontière, les traque.

Gael Garcia Bernal, qui sera le prochain Zorro, a été choisi pour être l'un des immigrants du film, qui se tournera en octobre en Basse-Californie.

Jonas Cuaron a coécrit avec son père Gravity, qui ouvre le 70e Festival de Venise ce soir, et A Boy in His Shoe.

7 raisons pour aller à la Cinémathèque française cet automne

Posté par vincy, le 27 août 2013

pier paolo pasolini et l'évangile selon matthieu

- MICHEL PICCOLI (7 septembre/7 octobre) : une rétrospective dédiée à l'un des plus grands acteurs français. De Sautet à Moretti, de Bunuel à Rivette, de Chahine à Malle, de Costa-Gavras à Demy, il a traversé les cinémas des plus grands auteurs depuis les années 50 jusqu'à aujourd'hui. Le comédien a su imposer son charme naturel, une certaine nonchalance (au summum avec Le Mépris) et un joli mystère presque féminin au service de personnages de plus en plus avides de liberté. En bonus un dialogue avec Serge Toubiana le 7 septembre.

- BERNARDO BERTOLUCCI (11 septembre/13 octobre) : le président du jury du 70e Festival de Venise sera à l'honneur de la Cinémathèque française. Cinéaste sacralisé par une pluie d'Oscars avec Le dernier Empereur, il a réalisé quelques films les plus marquants du cinéma italien : 1900, Le conformiste, Le dernier tango à Paris... Deux avant-premières (Le dernier empereur 3D et son dernier film Moi et Toi et une leçon de cinéma (le 14 septembre) complètent cette intégrale.

- JEAN COCTEAU (à partir du 2 octobre) : L'exposition au Musée du cinéma sera consacrée à l'un des artistes les plus fascinants du siècle dernier : poète, dramaturge, dessinateur, écrivain, cinéaste... La fantasmagorie de Cocteau s'est traduite sur différents supports. A l'occasion des 50 ans de sa mort, la Cinémathèque dévoile affiches, scénarios, lettres, ouvrages, dessins, photos, costumes ... Parallèlement, une rétrospective, incluant ses courts-métrages, accompagnera ce parcours anachronique et allégorique. En bonus, la version restaurée de La belle et la bête et la programmation du Festival du Film maudit, qui s'était déroulé à Biarritz en 1949.

- LES FRÈRES COEN (2-27 octobre) : Leur dernier film, Inside Llewyn Davis a reçu le Grand prix du Festival de Cannes (projeté en avant-première le 17 octobre). Auteurs singuliers du cinéma américain, oscarisés, Palme d'or, ils sont aussi adorés du public grâce à plusieurs films cultes, saignants ou drôles, intimes ou existentiels. Ils tordent la morale et le politiquement correct avec des personnages cocasses, faillibles, inoubliables, tout en touchant à tous les genres : polar, western, film noir, comédie... Une intégrale savoureuse qui s'ouvrira avec Fargo.

- PIER PAOLO PASOLINI (16 octobre/26 janvier 2014) : Il s'agira de l'événement de cette fin d'année. Expositions, spectacle, lecture, rétrospective... La passion Pasolini envahira la Cinémathèque. Son nom cingle comme une marque (sulfureuse) mais combien de spectateurs ont vu ses films? Créateur dérangeant, combattant insatiable, icône romaine, Pasolini, dont le destin tragique a souvent masqué le regard porté sur son oeuvre, à la fois radicale et lyrique, était un cinéaste génial et un immense écrivain. L'exposition, qui promet d'être la plus riche sur l'auteur, sera un parcours chronologique en six étapes, avec quelques éléments rares et précieux révélant certaines de ses facettes. La programmation comprendra également les films dont il était le réalisateur mais aussi ceux qu'il a écrit pour Bertolucci, Olmi, Fellini, Citti et Bolognini.

- RAYMOND DEPARDON (14 novembre/1er décembre) : Le plus célèbre documentariste français sera à l'honneur avec ses courts, moyens et longs métrages. L'occasion de mettre en perspective son long travail d'ancien reporter observant une France où les solitudes se fracassent devant des paysages presque vides de civilisation, dans un contexte économique et social souvent précaire. Des fictions (La captive du désert) à ses docus (Urgences, Journal de France, 1974 Une partie de campagne), l'oeuvre de Depardon donne la parole au peuple et dévoile des institutions fragiles. Une exposition au Grand Palais, "Raymond Depardon, un moment si doux" permettra aussi d'apprécier son travail photographique.

- JOÀO CÉSAR MONTEIRO (décembre) : Rétrospective hommage à l'un des poètes du cinéma du XXe siècle, décédé il y a dix ans. L'iconoclaste qui aimait mélanger burlesque et tragédie, fable et mysticisme, avait créé Jean de Dieu, "dandy misanthrope et érotomane", héros de ses comédies grinçantes et désespérées depuis Souvenirs de la maison jaune où il se mettait lui-même en scène. Anti-clérical, anti-fasciste, il aura marqué le cinéma portugais durant près de 50 ans. Grand prix du jury mais aussi Lion d'argent du meilleur réalisateur à Venise, Monteiro, par ailleurs écrivain, a signé une oeuvre polémique et outrancière, laissant perplexe certains cinéphiles incapables de la classer dans un genre particulier. Ce qui faisait tout son charme et même sa beauté.

Indécisions autour du casting de Cinquante nuances de Grey

Posté par vincy, le 26 août 2013

Cinquante nuances de Grey est sans aucun doute la trilogie littéraire la plus observée par Hollywood. Vu le phénomène d'édition - 70 millions d'exemplaires vendus - Universal et Focus Features tiennent à transformer les versions cinématographiques en poules aux oeufs d'or.

Le tournage du film de Sam Taylor-Johnson (lire notre actualité) est prévu dans les quelques mois qui viennent pour une sortie américaine déjà programmée au 1er août 2014. Pourtant, le casting n'est pas encore officialisé. Les producteurs auditionnent une pléthore de comédiens pour les rôles d'Anastasia Steele et Christian Grey.

Côté féminin, Alicia Vikander (Royal Affair), Imogen Poots (28 semaines plus tard, le Quatuor), Shailene Woodley (The Descendants) et Dakota Johnson (21 Jump Street) tiennent la corde, mais d'autres auditions sont prévues.

Côté masculin, Charlie Hunnam (Pacific Rim, "Sons of Anarchy") a rejeté l'offre dans un premier temps mais pourrait revenir sur sa décision. Christian Cooke ("Magic City", Cemetery Junction) et Theo James (Underworld Awakening, Les Boloss) ont également été envisagés, mais le studio pencherait désormais pour un acteur dans la trentaine plutôt que dans la vingtaine. Ce qui élimine d'entrée Aaron Taylor-Johnson, l'époux de la réalisatrice et vedette de Kick-Ass, un temps pressenti.

Cinquante nuances de Grey d'E.L. James, à l'origine un livre autoédité, est l'histoire d'un jeune PDG milliardaire qui séduit l'innocente Anastasia Steele. La jeune fille va progressivement se soumettre aux désirs de l'homme, adepte de sado-masochisme.

L’Ecume des jours et Le Transperceneige caviardés à l’étranger

Posté par vincy, le 25 août 2013

Snowpiercer Le transperceneigeLes films voyagent parfois assez mal. Non pas en termes de box office, mais en arrivant dans un pays avec des versions tronquées. Le phénomène n'est pas nouveau. Étrangement, cela a touché deux films ces derniers mois.

L'Ecume des jours, de Michel Gondry, a ainsi été amputée de 36 minutes dans sa version internationale. Le film fonctionne médiocrement dans les territoires où il est sorti (hormis la Russie). L'écume des jours (Mood Indigo en anglais) est déjà sorti en Belgique, aux Pays-bas, en Turquie, en Hongrie, au Brésil, en Israël, en Pologne, à Hong Kong et dans les pays Baltes. Pour l'instant il cumule à peine 200 000 spectateurs. Il lui reste cependant quelques pays majeurs à conquérir (Australie, Italie, Espagne en septembre, Allemagne, Japon en octobre). Dark Horizons explique que c'est le distributeur australien Vendetta qui s'en est aperçu. Or, il semble que ce soit cette version "coupée" qui sera montrée à l'étranger. L'écume des jours "light" a été monté par Tariq Anwar (Le discours d'un roi).

Harvey aux ciseaux d'argent

Pour l'instant, personne ne sait qui a ordonné ce saccage cinématographique. En revanche, pour Snowpiercer, le Transperceneige, le nouveau Bong Joo-ho qui fera la clôture du Festival de Deauville, on connait le responsable du remontage pour une des versions internationales du film. Harvey Weinstein, qui distribuera le films aux Etats-Unis, au Royaume Uni, en Australie/Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, n'a pas hésité à demander qu'on coupe 20 minutes du films et qu'on y ajoute une voix-off explicative (tout ce qu'on aime) en prologue et en épilogue. Le film dure ainsi 1h46 au lieu de 2h06.
Explication selon Tony Rayns, programmateur dans des Festivals, rapportée par Inside Films : "The Weinstein Company veut être sûr que le film sera compréhensible par un public dans l'Iowa et l'Oklahoma." Il est plus bête qu'ailleurs? Apparemment, le réalisateur a coupé des scènes d'ordre psychologique pour en faire un pur thriller d'action. L'acteur principal, Chris Evans, n'a pas manqué lors d'un entretien à Collider, de juger la "folie" de Weisntein comme "délicate".

Car Weinstein n'en est pas à sa première fois, ayant coupé Shaolin Soccer, Hero et même Princesse Mononoke pour leur sortie US.

En France, le film sortira dans sa version intégrale le 30 octobre.

Amélie Poulain : and now, the musical!

Posté par vincy, le 24 août 2013

audrey tautou mathieu kassovitz jamel debbouze amélie poulainJean-Pierre Jeunet a cédé les droits de son film Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain pour qu'il soit adapté en comédie musicale à Broadway, afin de soutenir l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque.

Qu'on ne se trompe pas : il le fait à contre-coeur. Sur RTL, il a affirmé : "J'ai absolument horreur des comédies musicales et je hais Broadway. Je considère que c'est l'incarnation même de la ringardise". "J'ai résisté pendant longtemps, j'ai refusé toutes les propositions et puis une dizaine d'années après, c'est un peu la crise. Je soutiens une association qui s'appelle Mécénat Chirurgie Cardiaque. Il faut 10 000 euros pour sauver un enfant, j'ai déjà participé à sauver une bonne douzaine d'enfants et là je me dis qu'il y a peut-être une opportunité d'en sauver d'autres". A vot' bon coeur!

"J'ai donc fait taire mes petits problèmes de conscience, ça me dégoûte profondément cette comédie musicale, je peux vous dire je n'irai pas le voir, je ne veux pas en entendre parler, je n'écouterai pas ce qu'ils font mais si ça doit rapporter de l'argent eh bien peut-être que je pourrais sauver quelques vies... donc c'est uniquement pour ça que j'ai accepté", a dit Jean-Pierre Jeunet.

Le compositeur américain Dan Messe (Twelfth Night pour Shakespeare in the Park, membre du groupe Hem) a été chargé d'adapter le film pour Broadway. C'est d'ailleurs lui qui a annoncé le projet sur sa page Facebook. Le dramaturge Craig Lucas (The Light in the Piazza, Prelude to a Kiss, et la comédie musicale australienne King Kong) et le compositeur Nathan Tysen (pour les paroles) collaboreront avec lui. La mise en scène devrait être confiée à Pam MacKinnon (Qui a peur de Virginia Woolf?), selon Playbill, qui songe à travailler avec la troupe Pilbolus pour les chorégraphies, connue pour ses danses très athlétiques.

Quatre fois césarisé, Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain avait séduit 8,6 millions de Français ; il avait surtout connu un succès mondial avec 173 millions de $ de recettes et cinq nominations aux Oscars.