2011 octobre » Le Blog d'Ecran Noir

Sleeping Beauty, interdit aux moins de 16 ans pour « incitation à la prostitution, climat malsain et pervers »

Posté par vincy, le 31 octobre 2011

On n'a pas du voir le même film.

Premier long métrage en compétition projeté à Cannes, le premier film de Julia Leigh, Sleeping Beauty, pourrait être interdit aux moins de 16 ans en France. Le film australien, qui sort le 16 novembre dans les salles françaises, se voit accuser par l'avis de la Commission de classification des films "d'incitation à la prostitution, climat malsain et pervers". "En raison de la peinture de personnages à la dérive dans des situations difficilement compréhensibles par un public jeune et susceptible de heurter ce dernier", le couperet est tombé sévèrement.

On n'a pas du voir le même film car Sleeping beauty joue davantage avec l'onirisme et le mal être de sa jeune héroïne qu'avec des actes sexuels filmés de manière pornographiques. La prostitution, un sujet parmi d'autres, est avant tout un rituel sophistiqué et très critiqué dans le film. Certes, des scènes peuvent déstabiliser, l'érotisme masochiste n'est pas très loin dans certains plans, mais si cela dérange un spectateur de 15 ans, l'effet peut être similaire sur un adulte de 45 ans.

La distributrice, Michèle Halberstadt (ARP Sélection) a immédiatement décidé de faire appel de cette décision auprès du Ministre de la culture et de la communication. "J'espère que le ministre va peut-être soit trancher, s'il a vu le film, soit demander à la commission de reconsidérer sa position". Elle affirme qu'il n'y a rien de justifier dans cette interdiction lourde (qui tue le film dès sa sortie). D'autant que le distributeur aurait accepté une interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement. "Le film est passé à Cannes à 19H30, ce qui prouve qu'il n'y avait aucune ambiguïté dans la tête des sélectionneurs, sinon ils l'auraient mis à 22H30", rappelle Halberstadt.

Bien sûr il ne s'agit que d'un avis consultatif. C'est le Ministre qui décide. Mais cette affaire en dit long sur l'Américanisation de notre regard sur la culture. Le puritanisme revient-il en force? Alors que le Théâtre de la Ville est assailli par des catholiques intégristes à cause d'un spectacle de Romeo Castellucci, on s'interroge sur la vision conservatrice qui reprend le dessus dans le débat culturel, pas franchement soutenu par une télévision de plus en plus conformiste. "Une oeuvre d'art n'est jamais immorale. L'obscénité commence où l'art fini" écrivait Raymond Poincaré. Ce serait bien qu'on se le rappelle, ad minima au nom de la liberté d'expression.

Pour Sleeping Beauty, un avertissement aurait du suffire. Le film avait peu de chance de séduire un public jeune et il est stupide de refuser l'entrer à des ados éventuellement accompagnés d'adultes avec qui ils peuvent débattre après la projection. Dans Le Skylab, les parents de la jeune héroïne interprétés par Julie Delpy et Eric Elmosnino expliquent qu'ils l'ont emmenée voir Apocalypse Now et Le Tambour alors qu'elle n'a même pas 12 ans... Ce ne serait plus possible?

Il y a encore 1/5e des films qui sont frappés d'un avertissement ou d'une interdiction.

Sleeping Beauty raconte l'histoire d'une étudiante fauchée qui multiplie les petits boulots et qui accepte, finalement, de dormir nue sous somnifère pendant que des hommes âgés viennent partager sa nuit, en ignorant tout de ce qui se passe. Le film n'avait suscité aucune controverse, aucune polémique à Cannes.

Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, est lui aussi etonné "face à une telle mesure qui frappe un film de la compétition, programmé à 19h, qui ne nous semble à aucun moment faire l'apologie de quoi que ce soit".

La réalisatrice Julia Leigh rappelle que son film "se réfère au conte du même nom, mais aussi aux œuvres de Yasunari Kawabata et Gabriel Garcia Marquez, qui ont tous deux reçus le Prix Nobel de littérature, et qui ont abordés cette thématique des hommes âgés dormant avec des filles bien plus jeunes. Et même dans la Bible, le Roi David cherche à passer la nuit aux cotés de jeunes vierges endormies". Elle ajoute avec panache et provocation que "le vrai film à interdire, c'était Pretty Woman, car voir cette fille se prostituer, et gagner à la fin et le mec et l'argent, était bien plus incitatif à la prostitution! Dans Sleeping Beauty, l'héroïne hurle d'effroi en comprenant que, même s'il n'y a pas pénétration, offrir son corps endormi n'est pas anodin..."

Quoique décide Frédéric Mitterrand, le film n'attendait pas autant de publicité : ce ne sera pas un mal face à une effroyable concurrence le 16 novembre. Mais c'est aussi une fausse publicité : le film n'a rien du caractère sulfureux dont on l'accuse.

L’instant vintage : La restauration donne une seconde vie aux films

Posté par Benjamin, le 30 octobre 2011

Ce n’est que dans les années 1930 que des personnalités du cinéma telles qu’Henri Langlois se sont mobilisées pour sauver les richesses du cinéma muet. Les cinémathèques à travers le monde se sont créées (la Cinémathèque française, en 1936, fut l’une des dernières, bien après l’Allemagne, le Royaume Uni ou les Etats-Unis) pour, d’une part, stocker ces films, et d’autre part, les projeter et leur donner une seconde naissance.

Car après tout, le but de la conservation et de la restauration est d’apporter un regard nouveau sur une œuvre plus ou moins datée. Lorsque le festival de Cannes organise la projection du Guépard, d’Orange mécanique ou même du Sauvage en version restaurée, il soumet ces films au jugement du temps. Ont-ils passablement vieilli ? Ont-ils au contraire gardé (ou amplifié) la force qu’ils possédaient à leur sortie ? Sont-ils toujours des classiques que le temps n’effleure même pas ?

La restauration met les films à l’épreuve. C’est un second jugement, un second regard car, dans l’art comme dans toutes choses, il faut souvent y regarder à deux fois. Combien de films ont été massacrés lors de leur sortie pour être auréolée 20 ans plus tard (Citizen Kane en est un parfait exemple). Mais aussi combien de films subissent le sort inverse ? Ils sont, lors de leur première diffusion, jugée, perçue comme une œuvre agréable et ils souffrent cruellement aujourd’hui des années qui leur sont passées dessus. Et ce film qui était alors autrefois un succès n’est plus que le témoin de cette époque résolue. On le regarde en souriant. Ces défauts deviennent comiques mais il ne faut pas le jeter ou le détruire pour autant. Et la restauration, grâce aux recherches des restaurateurs, permet enfin de découvrir des versions inédites de chefs d’œuvres, comme Metropolis pour ne citer que lui qui a gagné près de 30 minutes (pas inutiles) de métrage !

Les films restaurés sont aussi un musée des souvenirs, ils revêtent un costume qu’on ne leur connaissait pas. Par exemple, un film que l’on juge mauvais peut avoir un intérêt historique, être le témoin privilégié, la transmission vers la postérité d’une ville, d’un métier, d’un trait d’époque qui n’existe plus. Le film se pare d’une valeur historique et/ou sociologique. Il nous informe également sur une façon de faire du cinéma qui n’est certainement plus la même aujourd'hui. La version restaurée inédite du Voyage dans la lune de Méliès, coloriée au pochoir, nous apprend que le cinéma en couleur existait dès les années 1900 mais qu’il fallait pour cela que les artisans du cinéma peignent à la main chaque carré de pellicule !

Grâce à la restauration, c’est aussi le jugement critique qui peut être mis de côté pour ne faire ressortir que le simple plaisir de voir un film un brin provocateur pour son époque, un cartoon des premiers temps ou les premières actualités filmées. Le cinéma est un œil braqué sur le monde. Il a mille fonction mais toujours le même objectif : divertir. La critique perd alors un peu de son sens (éclairer le spectateur) pour ne devenir qu'un reflet déformant, souvent valorisant.

En restaurant les tout premiers films de Chaplin, Losbter Films, la Cinémathèque de Bologne et le British Film Institute donnent à voir la naissance pour ne pas dire la création de Charlot ! Ce n’est pas rien. Ces films de 1914 nous offrent une connaissance plus approfondie de ce qu’était le cinéma burlesque à cette époque, de la position de Chaplin et de son développement artistique en une seule année. Mais aussi de précieuses informations sur les techniques de réalisation, de montage, de production, etc. Il y a une foule de détails dans ces films ! Un spectateur lambda appréciera les gags un peu grossiers et le rythme haletant de ces comédies Keystone.

Serge Bromberg, célèbre restaurateur admiré de tous, désire que le spectateur regarde ses films avec son âme d’enfant. La restauration doit aussi ramener cela : le simple et pur plaisir du spectateur qui se prélasse devant un film, et peu importe sa date de production tant qu'il reste une copie, même abîmée. Car après tout, il n’y a que la contemplation qui compte.

Il ne faut pas oublier ce conseil d’Henri Langlois : « tout conserver ! » Pour cela Ecran Noir a décidé de consacrer une rubrique dédiée à ces films "vintage" sur son blog. En parler comme on parle des autres films. Ce n'est pas seulement faire revivre le patrimoine, c'est aussi le rendre indispensable à nos mémoires.

Car, malheureusement, la place manque pour la conservation et la restauration ne rapporte pas d’argent, malgré les re-sorties en salles souvent réussies et des DVD bien soignés. La VOD/VàD reste un modèle économique à suivre pour rentabiliser les coûts.

Elle n’est nourrie que par le temps et la passion de certains cinéphiles. Si vous trouvez un film chez vous, chez votre voisin, une pépite ou une pellicule, quelque chose qui pourrait être intéressant, n’hésitez pas à le signaler car il peut être sauvé et diffusé au plus grand nombre. Ces films sont comme les trésor des pirates enfouis : la quête devient inestimable...

Robert Lamoureux (1920-2011) : le séduisant comique populaire dépose les armes

Posté par vincy, le 29 octobre 2011

On le connaissait surtout comme chansonnier et auteur (des films et des pièces de théâtre). Mais Robert Lamoureux était aussi réalisateur et comédien (trois fois nommé au Molières), doué pour le music-hall, voix de radio.... Il vient de mourir, à l'âge de 92 ans.

Ce comique très populaire a connu son heure de gloire avec le vaudeville militaire, Mais où est donc passée la septième compagnie (deux suites et des bons scores d'audience lors de ses multiples diffusions télévisées). Le film avait attiré 3,95 millions de spectateurs dans les salles en 1973, ce qui en fit le troisième succès de l'année. La suite en 1975 fidélisa 3,74 millions de trouffions, et fut là aussi le 3e succès de l'année. Le troisième épisode fut en revanche une déception avec 1,8 million de spectateurs , ce qui mit fin à l'aventure.

Né le 4 janvier 1920, Robert Lamoureux arrête sa scolarité à la fin de l'école primaire. Dans la vingtaine, après de multiples petits boulots, il se lance dans le cabaret et triomphe sur scène dans Papa, maman, la bonne et moi - qu'il jouera deux fois au cinéma en 1954 et 1956, attirant respectivement 5,4 et 3,8 millions de spectateurs - et La chasse au canard. Il écrira de nombreuses pièces de boulevard qui seront d'immenses succès, et jouées des centaines de fois à travers les décennies. Lamoureux impose, à contre-courant des tendances, un personnage très séduisant en plus d'être drôle.

Il a réalisé huit films en 1960 et 1977, dont certaines adaptations de ses pièces de théâtre. Ravissante, son premier film, mettait en scène Philippe Noiret et récolta 1 million d'entrées. Dans La brune que voilà, autre pièce adaptée par lui-même, il donne la réplique à Françoise Fabian et Michèle Mercier. Dans ses autres films, il reprenait souvent la même troupe composée de Jean Lefèbvre, Pierre Mondy, Henri Guybet, Pierre Tornade... Dans Opération Lady Marlène, relatif flop de 1975, film se déroulant sous l'occupation, il avait choisi Michel Serrault pour le rôle principal. Il fut aussi Arsène Lupin dans le film de Jacques Becker en 1957 (3 millions d'entrées) et celui d'Yves Robert en 1959 (1,7 millions d'entrées). Il trouve son plus beau rôle dans L'apprenti salaud en 1977, comédie policière adaptée d'un roman de Frank Neville par Michel Deville, avec Claude Piéplu, Georges Wilson, Jean-Pierre Kalfon.

Si sa carrière d'acteur n'a jamais été marquante dans le cinéma français (le cinéma l'ennuyait alors que le théâtre le passionnait), cantonné dans des comédies et des nanars, il a été plus remarqué au théâtre avec des personnages comme Knock ou en jouant du Feydeau et surtout de nombreuses pièces de Sacha Guitry. "Entre les cabarets, le music-hall et le théâtre, j'ai joué à peu près tous les soirs, sauf parfois pendant mes vacances. J'ai donc dû monter sur scène environ 16.000 fois! " racontera en 1998 cet acharné du travail

Le roman Sévère devient le film Les adorés

Posté par vincy, le 29 octobre 2011

Annoncé en janvier, l'adaptation du roman de Régis Jauffret, Sévère (paru au Seuil en mars 2010), s'est rebaptisée Les adorés, d'après le titre d'une chanson d'Etienne Daho. Le tournage, en Belgique principalement, débute ces jours-ci pour s'achever en décembre.

Le film, réalisé par Hélène Fillières (voir aussi l'actualité du 7 janvier) met en vedette Benoît Poelvoorde et Laetitia Casta. Richard Bohringer complète le casting. Les adorés retracera, comme le livre, la liaison érotique SM et fatale entre un banquier et sa maîtresse. Il s'agit de l'histoire vraie d'Edouard Stern, assassiné par Cécile Brossard en février 2005. Le procès s'est tenu en 2009 : elle avait été reconnue coupable de meurtre et condamnée à 8 ans et demi de prison. Elle fut remise en liberté l'an dernier.

L'affaire Stern avait déjà inspiré Olivier Assayas, avec son film Boarding Gate.

Il faut noter que le roman de Jauffret est sous le coup d'une procédure judiciaire : la famille de Stern a en effet engagé des poursuites contre l'écrivain en octobre 2010, qui demande l'interdiction du roman, pour "atteinte à la vie privée". Le jugement doit être rendu cet automne.

491 540 spectateurs ont vu le Tintin de Spielberg mercredi

Posté par vincy, le 28 octobre 2011

Les aventures de Tintin - le secret de la Licorne ont attiré, en pleines vacances de la Toussaint, 491 540 spectateurs en France. Distribué sur 850 copies (tout de même), le film s'octroie une moyenne de 578 spectateurs par copie, 4 fois supérieure à tous ses concurrents (2e et 3e, La couleur des sentiments et Les marches du pouvoir se contentent de 37 794 et 36 522 spectateurs respectivement). A Paris et dans sa région, le film a séduit 78 647 spectateurs (soit un spectateur sur trois).

C'est le deuxième meilleur démarrage de l'année derrière Harry Potter et les reliques de la mort 2e partie, mais largement devant Rien à déclarer. Certes ont est loin du record toujours détenu par Spider-Man 3 (804 345 spectateurs).

Le Tintin de Spielberg devrait largement dépasser le record de Tintin et le mystère de la toison d'or (3,64 millions d'entrées en 1961). Rappelons que l'objectif du distributeur est de franchir le cap des 5 millions d'entrées en France, ce qui en ferait l'un des dix films d'animation en 3D les plus vus dans le pays.

L’instant Court : Pixels, réalisé par Patrick Jean

Posté par kristofy, le 28 octobre 2011

Comme à Ecran Noir on aime vous faire partager nos découvertes, alors après le court-métrage Good morning Good afternoon Good night, réalisé par Pedro Becker, voici l’instant Court n° 51.

Il arrive, une ou deux fois dans l’année, que certains cinémas proposent en plus de la multitude des sorties hebdomadaires une affiche pas comme les autres : un programme de courts-métrages. C’est court mais bon, et les spectateurs peuvent à cette occasion découvrir des courts sur grand écran. Le dernier programme en date Logorama and co proposait 6 films dont le dénominateur commun était d'utiliser différentes techniques d'animation. Il y avait le célèbre Logorama (festival de Cannes 2009) qui a remporté l’Oscar 2010 du meilleur court-métrage et aussi le César (en 2011), L'Homme à la Gordini (produit en 2009 et  également nommé aux Césars 2011) , Fard, La Vénus de Rabo, Rubika, et enfin Pixels. Si cette reconnaissance est un peu tardive (trois de ces courts ont été produits en 2009 !), mieux vaut tard que jamais.

Voila donc Pixels réalisé par Patrick Jean, une véritable pépite qui a fait le tour du monde. Ce court métrage produit en 2010 a récolté des récompenses presque partout où il est passé : du grand prix au festival d'Annecy 2011 à de nombreux prix du public ou du jury comme aux festivals de Trouville, Brest, Bordeaux, Madrid, New-York… Pour Patrick Jean « le fait est qu'avant internet, les voies de diffusion des courts étaient encore plus étroites. Maintenant, on a en gros internet pour le "grand public" et les festivals pour les professionnels et les passionnés. Je pense que les deux sont complémentaires. »

A cette occasion le réalisateur Patrick Jean nous commente l’expérience de Pixels où des créatures envahissent New-York :

Ecran Noir : Comment est arrivée l’idée de la destruction d’une ville réduite en pixels ?
Patrick Jean :
Je voulais mettre en scène une perte d'informations progressive qui aboutirait à l'information la plus simple qui puisse exister : un bit (0 ou 1), représenté dans le film par le cube final. C'est issu d'une réflexion sur le numérique et l'effet qu'il a sur notre quotidien. En effet, ce qui fait la valeur d'une information, c'est sa rareté. En démultipliant l'information à l'infini, le numérique tue la rareté et donc aboutit à cette perte de valeur de l'information qui est représentée sous la forme d'une allégorie dans le court-métrage.

EN : Dans quelle mesure est-ce difficile de produire ce genre de court métrage, avec un univers de jeu vidéo qui pourrait peut-être limiter son public ?
PJ :
Pixels a été produit par OneMoreProd, qui m'a trouvé le matériel et payé le billet d'avion pour New-York City. La suggestion de tourner à NYC, je la dois à Benjamin Darras, producteur du film. Le film était prévu pour être une bande-démo de réalisateur en fait. Et aussi pour le fun. Sinon, je pensais effectivement qu'il ne toucherait qu'un public limité, mais je me suis trompé ; étrangement, beaucoup de gens se sont reconnus là-dedans. Le fait est que tout le monde de nos jours est en rapport avec l'informatique à un moment ou un autre. C'est devenu impossible d'y échapper.

EN : Dans Pixels on voit en quelque sorte une révolution numérique devenir une invasion numérique, quel regard avez-vous sur d’autres films où l’informatique arrive au premier plan ?
PJ :
Je suis un grand fan de Tron, l'original, c'est rare de voir un film aussi créatif graphiquement et narrativement parlant. J'ai aussi apprécié The last Starfighter en son temps. Toutefois, mon ambition avec ce court était de faire quelque chose qui se rapproche plus de Qui veut la peau de Roger Rabbit?, mais avec des pixels. C'est un film incroyable, avec 15 idées à la minute, et où aucun plan n'est de trop.

EN : Qu’en est-il d’une possible extrapolation du concept de Pixels dans le domaine du long-métrage cinéma ou du spot publicitaire ?
PJ :
Il y a un petit peu de cette idée dans le clip de Madonna 4 minutes. Pour ce qui est du long-métrage, l'idée est de faire une sorte de Ghostbusters, où une équipe de nerds sauve le monde en combattant des personnages de jeu-vidéo qui l'envahissent.

EN : Le CNC va organiser une nouvelle opération ‘Le jour le plus Court le 21 décembre pour promouvoir le format court, avec une journée spéciale le 21 décembre, qu’en pensez-vous ?
- PJ :
Le CNC, c'est génial d'avoir ça, mais trop d'auteurs en France se reposent dessus. Personnellement, je conseillerais plutôt aux jeunes auteurs de ne pas attendre d'hypothétiques subventions et de se mettre au boulot tout de suite. Mais j'ai conscience que tout le monde n'est pas autodidacte, donc c'est probablement un peu plus compliqué que ça...

Crédit photo : image modifiée, d’après un extrait du film Pixels.

Noémie Lvovsky réalise son Peggy Sue s’est mariée

Posté par vincy, le 27 octobre 2011

A l'affiche de L'apollonide, Le Skylab et bientôt de 17 filles, l'actrice Noémie Lvovsky reprend sa casquette de réalisatrice après 5 ans d'absence derrière la caméra. Camille redouble sera son cinquième film après Oublie-moi (1994), La vie ne me fait pas peur (1999, plusieurs fois primé à Locarno, prix France Culture à Cannes, Prix Jean Vigo), Les sentiments (2003, Prix Louis-Delluc, nommé au César du meilleur film) et Faut que ça danse ! (2007, un flop).

Actuellement en tournage, jusqu'au 9 décembre, ce nouveau film met en scène Samir Guesmi (que l'on verra bientôt dans La femme du Ve, aux côtés de Ethan Hawke), India Haire, Julia Faure, Michel Vuillermoz, Vincent Lacoste (avec qui Lvovsky a tourné dans Les beaux gosses et Le skylab), Judith Chemla, et les plus connus Anne Alvaro, Yolande Moreau, Denis Podalydès, Jean-Pierre Léaud et Mathieu Amalric. La réalisatrice tiendra le rôle principal de son film.

Il s'agit de l'histoire de Camille, 16 ans, qui rencontre Eric, et avec qui elle a une fille. 25 ans plus tard, Eric et Camille sont séparés. Comme dans Peggy Sue s'est mariée, un soir d'une Saint-Sylvestre, Camille retourne dans son passé, quand elle à 16 ans. La possibilité de changer de vie en connaissant la fin de son histoire d'amour ?

Le cul de James Franco, « le rebelle », en couverture de Flaunt

Posté par vincy, le 26 octobre 2011

Le magazine californien Flaunt, spécialisé dans la mode et la culture, peut désormais crâner en mettant James Franco en couverture. Ou plutôt son cul, slip baissé. Déjà soupçonné de flirter avec les fantasmes homos, Franco joue les provocateurs en exhibant ses fesses, surmontées du titre du magazine en tatouage. De quoi se vanter...

Est-ce que cela méritait un article sur ce blog très sérieux? Si l'on parle simplement de cette image exhibitionniste, non. Mais il ne faudrait pas passer à côté du véritable sujet. James Franco a lui même réalisé le dossier - The Orgiastic Education of James Franco - qui lui ait consacré : la direction artistique, en collaboration avec Adarsha Benjamin, comme les photographies. La star de La Planète des singes semble beaucoup plus sage dans les pages intérieures. Dans un univers coloré, tantôt flashy tantôt saturé, entre érotisme et séances de travail, il révèle un comédien studieux, joyeux et curieux. On se croirait même à la fac. On est davantage dans l'art contemporain que dans la réinterprétation d'influences cinématographiques.

Franco dévoile surtout une partie de son exposition accompagnant son nouveau court métrage, Rebel, d'après La fureur de vivre de Nicholas Ray. Franco assume : il veut transgresser les genres, les préjugés, alterne la débauche choquante et les moments comateux et songeurs.

Désormais chorégraphe, réalisateur, documentariste, auteur, animateur des Oscars, mannequin pour Gucci, professeur à l'Université de New York, ce touche-à-tout a trois films prêts à sortir, et tourne actuellement Oz : The Great and Powerful. Où il incarne le magicien d'Oz dans ce nouveau délire de Sam Raimi.

Angers célèbrera Godard et Gamblin

Posté par vincy, le 26 octobre 2011

Le 24e Festival de cinéma Premiers Plans d'Angers (20-29 janvier 2012) mettra à l'honneur le cinéaste Jean-Luc Godard et le comédien Jacques Gamblin.

Godard aura le droit à une rétrospective. Claude-Eric Poiroux, délégué général du festival, explique que "c'est un penseur, un artiste, un plasticien et sans doute celui qui a été le plus loin pour démolir le cinéma classique, son oeuvre excite la curiosité". Une trentaine de films seront présentés en plus de rencontres autour de son oeuvre. Godard a débuté en 1955 et a été consacré sur la scène mondiale avec A bout de souffle en 1960. Son dernier film, Film Socialisme, avait été présenté au Festival de Cannes en 2010. Ours d'or à Berlin (Alphaville), deux fois César d'honneur, Oscar d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, Lion d'hor pour sa carrière en plus d'un Lion d'or pour Prénom Carmen, il est aussi l'un des derniers survivants de la Nouvelle Vague.

Cependant point de JLG sur les bords de la Loire. L'artiste ne se déplace plus.

Par conséquent, il faudra compter sur l'acteur Jacques Gamblin. Meilleur acteur à Berlin en 2002 (Laissez-passer), deux fois nommé aux Césars (Le premier jour du reste de ta vie, Pédale douce), populaire et respecté, Gamblin a su nous charmer dans des films comme Au petit Marguery, Les enfants du Marais, Mademoiselle, A la petite semaine, et récemment Le nom des gens. Il a tourné (et parfois plus d'une fois) avec Lelouch, Guédiguian, Blier, Chabrol, Tavernier, ... Épatant dans Ni à vendre ni à louer, ignoré du public (car très mal sorti cet été), il revient sur les écrans avec Le premier homme, de Gianni Amelio, d'après le roman d'Albert Camus. le film a reçu le prix de la critique internationale à Toronto en septembre.

Gamblin sera sur place avec la reprise au théâtre Le Quai de deux de ses spectacles, "Tout est normal, mon coeur scintille" et un concert-lecture avec le pianiste jazz Laurent de Wilde, "Gamblin Jazze De Wilde Sextete". Six de ses films seront projetés.

Outre ces deux vedettes de premier plan, Angers rendra hommage à Alan Clark, avec une sélection dédiée, à Jorge Semprun avec une lecture de ses textes, à Florence Miailhe avec une diffusion de ses courts métrages animés et une exposition. Le festival organisera aussi un panorama Danse / Cinéma (fictions comme documentaires).

Le festival Premiers Plans a réuni près de 68 000 spectateurs en janvier dernier, battant son record de fréquentation.

Une première réalisation pour Matt Damon de plus en plus probable

Posté par vincy, le 25 octobre 2011

Il en parlait depuis quelques temps dans les interviews. Les succès de ses amis Ben Affleck et George Clooney derrière la caméra n'y sont sans doute pas étrangers. Oscar du meilleur scénario, avec Affleck, pour Will Hunting en 1998, Matt Damon devrait se lancer dans la réalisation avec un drame qu'il co-écrit avec John Krasinski ("The Office", Away We Go). Le scénario devrait être finalisé d'ici quelques semaines et le tournage est envisagé pour cet hiver. Budgété à hauteur de 12 millions de $, Warner Bros, déjà producteur des films d'Affleck, est en passe d'accepter de le distribuer. Damon et Krasinski seront aussi les acteurs principaux du film.

L'acteur interpréterait un VRP qui débarque dans un bled où il se remet complètement en question.

Matt Damon a cependant un emploi du temps chargé : il tourne actuellement Elysium de Neill Blomkamp, avec Jodie Foster, et prépare Liberace de Steven Soderbergh, avec Michael Douglas.