2011 mai » Le Blog d'Ecran Noir

Cannes 2011 (bilan) : ils veulent tous la place de Gilles Jacob

Posté par redaction, le 31 mai 2011

Lors de ce 64e Festival de Cannes, le Palais a bruissé de rumeurs, de commentaires sur les rapports de forces, soulignant une emprise toujours plus grande de Thierry Frémeaux, ou s'inquiétant de l'éventuel départ de Gilles Jacob. L'affaire Lars Von Trier a d'ailleurs (d)étonné puisque le cinéaste danois est ami avec les deux hommes.

Mais en France, tout est politique. Maintenant que le Palais se transforme (en blanc, c'est plus beau), que la gare de Cannes va se métamorphoser (enfin), que le virage du numérique est bien engagé (le site du Festival est un modèle), que la sélection officielle a été bien accueillie (et même mieux que ça), que le Marché du film est en forme, certains sous-entendent qu'il faudrait remplacer le Pape.

Quelle drôle d'idée. Gilles Jacob, délégué général depuis 1977, président du Festival depuis 10 ans, est indissociable du Festival. Surtout, il n'y a pas grand chose à lui reprocher. Il assure le "job" quand Jafar Panahi est arrêté et interdit de filmer, quand il faut expliquer la révolution technologique actuelle, quand il faut se faire l'ambassadeur d'un Festival plus que jamais "pays des cinémas du monde". Il est un fervent cinéphile, un passionné habité, un symbole atemporel dans ce monde qui va (inconsciemment) trop vite.

Grâce à lui, le Festival de Cannes est resté le plus grand festival de cinéma du monde durant 25 ans. C'est sans doute pour cela que le poste de Gilles Jacob attise les convoitises. Nombreux sont ceux qui veulent cette place si prestigieuse. Cumulard (Alain Terzian, président des César), ex-Ministre qui se croit toujours Ministre (Jack Lang) ou Ministre qui voudrait être ex-Ministre (Frédéric Mitterrand), personnalité politico-cinématographique (Marin Karmitz), anciens patrons de Canal + (Pierre Lescure, Marc Tessier) ou d'Arte (Jérôme Clément, qui se croyait encore le boss de la chaîne culturelle cette année sur la Croisette)... les candidats ne manquent pas. N'est-ce pas prématuré? Image-t-on le séisme que sa non réélection provoquerait dans le milieu?

Pourtant rien ne dit que Gilles Jacob ne sera pas candidat à sa propre succession en novembre. Nous le souhaitons, nous l'espérons. Et dans le cas contraire, le plus légitime des candidats ne serait-il pas Thierry Frémaux lui-même? Ce sera au conseil d'administration de choisir, voire de voter une modification des statuts. Dans le conseil, on retrouve, entre autres, le directeur du CNC, un représentant du Ministère de la Culture, le contrôleur d'Etat, un représentant de la ville de Cannes, un représentant du Syndicat Français de la Critique de Cinéma.

A la veille du 65e anniversaire du Festival, on imagine mal Gilles Jacob éconduit. Selon lui, le poste peut être occupé par des talents très divers : "tout le monde peut être directeur du Festival de Cannes, à condition bien sûr d'être très cinéphile, de travailler beaucoup et d'avoir un peu de chance. J'ajouterais la patience comme qualité essentielle. Mais alors, une énorme dose de patience !" Les prétendants vont devoir encore patienter 3 nouvelles années (durée d'un mandat).

Dans une interview de 2009, il évoquait avec humour cette succession : "je sais qu'un jour ma femme me dira : “Sais-tu que tu es en train de devenir gâteux ?” Je lui fais entièrement confiance pour ne pas me laisser faire l'année de trop."

Lars Von Trier lance ses films en VOD en attendant de trouver l’actrice de son prochain film

Posté par kristofy, le 31 mai 2011

Melancholia était annoncé avec la mystérieuse accroche "le plus beau film sur la fin du monde", et il s’est révélé être un des films les plus beaux de ce 64e Festival de Cannes. Cependant les médias ont préféré occulter le film pour faire des titres sur une provocation malvenue, une bêtise plus qu'une offense, de Lars Von Trier. La presse avide d’un scandale cannois tenait son os pour un emballement médiatique, et permettait de reprendre la main sur ce Festival de Kahn qui occupait tout l'espace médiatique. On retiendra de cette affaire la réaction de Catherine Deneuve, son actrice de Dancer in the Dark : "Ce qui me choque surtout, c'est l'utilisation absolument extravagante qui est faite, maintenant, de tous les propos tenus".

Lars Von Trier avait pourtant une annonce importante à communiquer : l’ensemble de ses films en version numérique sont dorénavant disponibles en téléchargement sur un site VOD spécialement dédié. Sa société de production Zentropa  a lancé le 18 mai son catalogue de films en vidéo à la demande, ceux de Von Trier et la centaine de films produits depuis 1992 (dont beaucoup d’inédits jamais édités en DVD). La plupart des titres sont au prix de 3 euros et les nouveautés sont à 4 euros, les séries télé et les courts-métrages sont à 1 euro. L’adresse web où trouver ces différents films est celle-ci : www.zentropaondemand.com

Un réalisateur qui sublime ses comédiennes

Suite au scandale cannois, certains partenaires économiques hésitent à continuer à accompagner le prochain film de Lars Von Trier. Qu’en sera-t-il des actrices ? Il avait déjà annoncé un futur projet qui avait pour titre The Nymphomaniac sur la naissance érotique d’une femme... Vu son palmarès cannois, les comédiennes devraient se bousculer.

Chose rare, Catherine Deneuve avait elle-même contacté le réalisateur pour lui dire son envie de jouer sous sa direction. Dancer in the Dark remportera la palme d’or du Festival de Cannes 2000 ainsi que le prix d’interprétation féminine pour Björk. A noter que si ses films suivants ont fait la part belle aux rôles de femmes de nombreuses actrices qui s’étaient engagées à jouer pour lui se sont ensuite désistées perturbant la production de ses projets. Déjà pour Dancer in the Dark c’est Björk qui avait quitté le tournage après une dispute, elle reviendra ensuite terminer le film qui sera un triomphe.

Nicole Kidman sans doute à la recherche d’un Oscar s’engage pour une trilogie Dogville-Manderlay-Washington ; elle joue que dans le premier film en se désistant pour le second (dont le script contient une critique des Etats-Unis et une scène de sexe avec un esclave noir) pour tourner à la place Ma sorcière bien-aimée. Elle est remplacée par une autre rousse Bryce Dallas Howard dans Manderlay (le troisième film Washington reste au stade de scénario).

Pour Antichrist le rôle de la femme avait été prévu pour l’actrice Eva Green qui quitte la production à quelques semaines du tournage (à cause des scènes intimes prévues par le cinéaste). Charlotte Gainsbourg gagnera le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes 2009.

Pour Melancholia le rôle d’une des deux sœurs était écrit pour Penélope Cruz, elle lui avait fait part de son envie de tourner avec lui ; le scénario est écrit pour elle, jusqu'à ces chevaux dont elle est fan. Mais elle y renonce pour s’engager sur la suite Pirates des Caraïbes 4. Il propose le rôle à Kirsten Dunst qui vient elle aussi de remporter le prix d’interprétation féminine à Cannes. Melancholia sortira en France le 10 août.

Prix honorifique à Locarno pour Abel Ferrara

Posté par vincy, le 30 mai 2011

En attendant, la révélation des films sélectionnés au prochain festival de Locarno -  la 64e édition se tiendra du 3 au 13 août -, la programmation s'étoffe au fil des mois. Le 5 aôut, Abel Ferrara, qui présentera en exclusivité des extraits de son dernier film, 4:44 Last Day on Earth, avec Willem Dafoe et Shanyn Leigh, recevra un prix Pardo d'honneur, qui récompense chaque année un cinéaste contemporain pour l'ensemble de son oeuvre. Le lendemain, il donnera une master-class, et le Festival proposera une sélection des films du réalisateur new-yorkais, de L'ange de la vengeance - Ms. 45 (1981), à Mary (2005) en passant par King of New York (1990) et Bad Lieutenant (1992).Ce prix a déjà été remis à Manoel de Oliveira, Bernardo Bertolucci, Ken Loach, Jean-Luc Godard, Abbas Kiarostami, Wim Wenders, Aleksandr Sokurov, Hou Hsiao-hsien, William Friedkin, Alain Tanner et Jia Zhang-ke.

Locarno a déjà dévoilé un peu de sa tonalité : un Open Doors consacré à l'Inde avec 12 films de toutes les régions de ce pays, un prix Raimondo Rezzonico au producteur américain Mike Medavoy, qui fera aussi une masterclass, et une sélection de ses films en marge du festival (Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975) de Milos Forman, Apocalypse Now (1979) de Francis Ford Coppola, Danse avec les loups (1990) de Kevin Costner et Black Swan (2010) de Darren Aronofsky). Enfin, une grande rétrospective Vincente Minelli fera le bonheur des cinéphiles et festivaliers.

Luc Besson : une palme d’or enviée, un gros déficit à résorber et The Lady à Toronto

Posté par vincy, le 29 mai 2011

Dans un entretien au journal Le Monde daté du dimanche 29 mai, Luc Besson fait des mea culpa. Sa société, EuropaCorp, a enregistré d'importantes pertes financières mais elle a aussi récolté sa première Palme d'or, avec The Tree of Life, acquis pour un prix élevé (2,8 millions d'euros). "Le film devait être présenté à Cannes, en 2010, il a décidé de repartir en salle de montage pour un an. Un jour, il m'envoie un message pour me demander s'il pouvait inclure dans son film deux plans de Home, de Yann Arthus-Bertrand, qu'on a produit. On a dit oui. En trois ans, on m'a montré trois versions successives du film. Elles se réduisaient au fur et à mesure. Je suis juste intervenu quand il a envisagé d'aller à Venise plutôt qu'à Cannes. Et j'ai dû le convaincre de figurer en compétition, parce qu'il ne le voulait pas" confie le producteur-réalisateur-scénariste. Il défend cet investissement au nom de l'envie, de la liberté de créer.

Mais il n'ignore pas aussi que sa société, cotée en bourse, traverse une crise et a du opérer de sérieux changements (voir nos actualités du 4 mai dernier et 7 juillet 2010). Le déficit de l'exercice précédent (30 millions d'euros), le départ de son ami et associé Pierre-Ange Le Pogam, l'échec des suites de Arthur, tout cela a entraîné une crise qui a largement été commentée dans les journaux économiques et professionnel. "Nous avons fait des erreurs. Les deux tiers, pour ne pas dire les trois quarts du trou viennent de la série Arthur. Le premier a bien marché. Mais on a très mal géré la distribution des épisodes 2 et 3, au point de ruiner la sortie aux Etats-Unis. Avec Arthur, on a dérogé à une règle sacrée chez nous : ne pas se lancer tant que le projet n'est pas financé à 80 % par les achats de pays étrangers. Et puis l'épisode 2 a provoqué une grosse frustration chez les spectateurs, car il n'avait pas de fin. Il aurait fallu sortir le 3 dans les quinze jours qui suivaient." Rien sur la médiocrité même des scénarios... Juste "un excès d'optimisme en interne". Le premier épisode a été vu par 6 222 479 français, le deuxième n'a enregistré que 3 871 483 entrées, et le troisième a décliné à 3 127 549 spectateurs.

Il estime cependant qu'aujourd'hui Europacorp est gérée avec "beaucoup plus d'efficacité".

Besson met actuellement en boîte The Lady, biopic sur la Birmane et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, avec Michelle Yeoh (voir actualité du 9 décembre 2010), et prépare un film de science-fiction à gros budget. Le premier devrait être présenté au festival de Toronto, le second sera l'un des premiers tournages dans sa Cité du cinéma.

Pierre-Ange Le Pogam, a créé la société Stone Angels qui devrait produire et distribuer une dizaine de films par an. Il sera en charge de la distribution française de Cosmopolis, de David Cronenberg, avec Robert Pattinson.

Gaspard Ulliel honorera Nicole Garcia pour Brigitte Rouän

Posté par vincy, le 28 mai 2011

Brigitte Rouän filmera cet été Tu honoreras ta mère avec Nicole Garcia en matriarche et quatre acteurs qui incarneront ses fils : Gaspard Ulliel, Éric Caravaca (Cliente, Eden à l'Ouest), Patrick Mille (Crime d'amour, 99 Francs) et Michaël Abiteboul (Le père de mes enfants, Belle-Epine). La comédie décortiquera les relations entre la mère et ses progénitures, lors de vacances sur une île grecque, où s'effectuera le tournage.

Tu honoreras ma mère sera son quatrième film en tant que réalisatrice :  Brigitte Rouän n'avait rien filmé pour le cinéma depuis 2003, avec Travaux, on sait quand ça commence. On lui doit aussi Post coïtum animal triste en 1996 et Outremer en 1990.

L’instant Court : Badpakje 46 de Waynes Destoop

Posté par kristofy, le 27 mai 2011

Comme à Ecran Noir on aime vous faire partager nos découvertes, alors après le clip réalisé par Michel Gondry How are you doing ? pour The Living Sisters, voici l’instant Court n° 34.

Le Festival de Cannes a baissé le rideau il y a quelques jours à peine, après l’annonce d'un palmarès contesté. Michel Gondry qui était le président du jury des courts-métrages, entouré des réalisateurs Corneliu Porumboiu, Joao Pedro Rodrigues, Jessica Hausner et de la lumineuse Julie Gayet, a décerné la palme d’or du court-métrage au film Cross réalisé Par Maryna Vroda.

Le jury a également attribué un prix du jury à un autre court : Badpakje 46 réalisé par Waynes Destoop. Cette mention spéciale a été accompagné d’une récompense unique : un trophée fabriqué par Michel Gondry lui-même. Le facétieux réalisateur a détourné l’expression ‘palme d’or’ pour concevoir une palme (pour nager) recouverte de peinture couleur or. Il est un habitué de ce genre de procédé avec ‘les petits cadeaux flippants’qu’il fabrique pour ses amies (cf sa bande dessinée pour le film La science des rêves). Ce détournement de la prestigieuse palme d’or n'a été que modérément apprécié par certains officiels du Festival mais l’intention était de faire remarquer le deuxième court-métrage préféré du jury.

Voila donc la bande-annonce du court-métrage Badpakje 46 réalisé par Waynes Destoop, qui n’a pas gagné la vraie palme d’or mais quand même un réel prix du jury. Il s’agit d’un court d’une durée de 15 minutes qui vient de Belgique, dont le titre signifie maillot de bain 46. On y découvre Chantal une fille qui a 12 ans et des kilos en trop, elle se sent différente des autres à cause des rondeurs de son corps, et le seul endroit où elle se sent vraiment bien, c’est dans la piscine municipale…

Crédit photo : image modifiée, d’après un extrait du film Badpakje 46.

La folie et l’Italie au programme du 1er Festival de l’histoire de l’Art

Posté par MpM, le 27 mai 2011

La vocation du Festival de l'histoire de l'art, dont  la première édition s'ouvre cet après-midi à Fontainebleau, est d'inviter professionnels et grand public à partager les savoirs, découvrir de nouveaux horizons artistiques et participer aux débats qui concernent l’histoire de l’art aujourd’hui. Il se compose d'une série de conférences, de débats, de concerts et de lectures autour d’un thème et d’un pays invité qui sont, cette année, la folie et l'Italie.

En parallèle se tient un festival du film d’art, Art & Caméra, qui mêle classiques, pépites rares et inédits articulés autour de trois axes : films sur l’art et la création, films sur la folie et films italiens sur l’art, en hommage au pays invité. En tout, plus de 50 films seront projetés en trois jours, dont  le très réussi documentaire de Werner Herzog consacré à la grotte Chauvet, Cave of Forgotten Dreams, qui ouvre la manifestation.

Mais les spectateurs pourront également (re)découvrir Répulsion de Polanski (en présence de Catherine Deneuve), Les statues meurent aussi d'Alain Resnais et Chris Marker, Rouge ciel, un essai sur l’art brut de Bruno Decharme... ainsi qu'une rétrospective consacrée à Luciano Emmer, le cofondateur de Dolomiti films, petite maison de production consacrée à la fabrication de courts-métrages et documentaires sur l’art.

Une programmation riche et variée susceptible de séduire connaisseurs de l'art ou simples amateurs, cinéphiles confirmés, festivaliers du dimanche, et même professionnels qui peinent à supporter le sevrage post-Cannes. Si tout se passe bien, la manifestation pourrait se pérenniser et devenir un rendez-vous régulier du printemps francilien.

____________________

Festival de l'histoire de l'Art - Festival du film d’art, Art & Caméra
Fontainebleau
Jusqu'au 29 mai
Informations et programme sur le site de la manifestation
entrée libre

Michael Mann en pôle position dans la course des films « à gros cylindres »

Posté par vincy, le 27 mai 2011

L'automobile n'est pas la tendance la plus écologique, mais elle redevient un objet de désir cinématographique. Avec le succès de Cars et de la franchise Fast & Furious (qui sortent respectivement leur épisode 2 et 5 cet été), Hollywood s'intéresse de nouveau aux "Coccinelles" et autres "Christine". On oublie la sortie de route de Speed Racer ou les résultats mitigés de Hell Driver 3D. D'autant plus facile à oublier que le film Drive de Nicolas Winding Refn a emporté le prix de la mise en scène à Cannes cette année.

Michael Mann s'est positionné en tête des projets les plus intéressants. Habitué aux films noirs et aux polars, le cinéaste finalise son contrat avec la 20th Century Fox pour réaliser Go Like Hell (anciennement Race to the Death), retraçant la compétition entre Ford et Ferrari aux 24 heures du mans de 1966. Ford fut ainsi le premier constructeur américain à gagner la célèbre course.

Le film est adapté du livre de A.J. Baime, scénarisé par Jason Keller. Et la Fox espère convaincre Brad Pitt pour le rôle principal. Mann a déjà réalisé un court métrage publicitaire pour Mercedes, avec Benicio del Toro, et prépare actuellement Luck, une série pour HBO sur les courses de chevaux, avec Tom Payne et Dustin Hoffman.

Si le film n'en est qu'à l'état de pré-production, d'autres studios se sentent aussi inspirés par les moteurs turbos. Warner Bros a signé avec Mattel pour tirer un film de ses jouets Hot Wheels. The Weinstein Co. développe un film adapté de la série K 2000.  Ron Howard prépare un remake de Eat My dust, dans lequel il jouait en 1976.

En plus du Michael Mann, un autre film est en cours d'écriture pour évoquer la vie d'Enzo Ferrari, mais, dans Street Legal, Paramount préfère s'orienter sur la vie du pilote de Ferrari, Carroll Shelby.

Studio 37 a lancé Overdrive, qui sera réalisé par Pierre Morel. Et Chris Morgan écrit déjà Fast & Furious 6.

En France, Senna est un documentaire sorti dans les salles mercredi dernier. Le pilote de légende brésilien est révélé à travers sa vie passionnante.

Le 7 juin prochain, le fameux film Le Mans (avec Steve McQueen) sera projeté exceptionnellement sur le circuit des 24 heures du Mans, en pleine ligne droite des stands, quatre jours avant la tenue de la 79e édition de l'épreuve mythique. Un écran géant sera installé dans la ligne droite et la projection débutera à 22 heures.

Thriller sulfureux pour trois beaux gosses : Zac Efron, Tobey Maguire et Matthew McConaughey

Posté par vincy, le 27 mai 2011

Tobey Maguire, Zac Efron, Matthew McConaughey mais aussi Sofia Vergara formeront le quatuor vedette d'un thriller qu'on annonce érotique, The Paperboy. Lee Daniels (A l'ombre de la haine, Precious) scénarisera et réalisera cette adaptation du livre de Pete Dexter, qui a co-écrit le premier script avec Pedro Almodovar.

Un polar sexuel avec trois beaux mecs hollywoodiens, ça fait chauffer la température. L'histoire dans le roman prend place dans les années 60. L'intrigue est complexe : un salaud de shérif retrouvé mort après sa 17e bavure (un crime assez glauque), un coupable évident envoyé dans le couloir de la mort, une femme qui tombe amoureuse du présumé criminel en voyant ses photos qui fait appel à deux journalistes du Miami Times pour enquêter sur les véritables circonstances du meurtre.

Pete Dexter avait écrit son roman en 1995. On lui doit aussi les scénarios de Rush (1991), Michael (1996) et Les hommes de l'ombre - Mulholland Falls (1996). En France, Paperboy est publié aux éditions de l'Olivier et en format poche chez Points.

Giuseppe Tornatore s’attaque à Léningrad

Posté par vincy, le 27 mai 2011

Le réalisateur italien Giuseppe Tornatore a convaincu le producteur américain Avi Lerner d'injecter 100 millions de $ dans sa fresque épique sur la bataille de Leningrad. Le siège avait duré 782 jours durant la seconde guerre mondiale. Durant cette opération nommée Aurore boréale, la ville russe était cernée par les nazis du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944. Cet affrontement a causé 350 000 morts et plus de 100 000 disparus parmi les militaires, mais aussi 1 million de morts de famine et 16 000 civils tués par les bombardements. Un film en 2009, avec Gabriel Byrne et Mira Sorvino, avait déjà retranscrit les événements. Il est inédit en France.

Leningrad s'annonce la plus grosse production de Tornatore et l'un des plus gros budgets de ces dernières années pour un cinéaste européen. Le film serait en deux parties, avec un casting hollywoodien. Le tournage débuterait en décembre 2012.

Il reste des améliorations à faire du coté du premier scénario de Tornatore, qui pense réaliser un film italien beaucoup plus modeste d'ici la grande bataille.

C'est la deuxième fois, depuis La légende du pianiste sur l'océan en 1998, que le cinéaste réalise un film en anglais. On lui doit surtout Cinema Paradiso, Oscar du meilleur film étranger et grand prix du jury à Cannes. Son dernier film, le coûteux Baaria, avait ouvert le Festival de Venise en 2009 (voir actualité du 2 septembre 2009).

Avi Lerner a produit des films de genre comme The Expandables, Le Flingueur, Conan 3D...