2010 mai 12 » Le Blog d'Ecran Noir

Cannes 2010 – la phrase du jour : Russell Crowe

Posté par vincy, le 12 mai 2010

"Parfois on m'a demandé si Robin des Bois avait un rôle politique et s'il vivait aujourd'hui, est-ce qu'il règlerait son compte à Wall Street et aux milliards qui circulent, avec toute la crise des subprimes ? Ou bien, est-ce que Robin des Bois se demanderait ce que vous faites vous, pour gagner votre vie ? Car finalement, la vraie richesse réside dans la dissémination de l'information. Moi je pense que si Robin des Bois existait aujourd'hui, il s'occuperait du monopole des médias, c'est ça qui est en fait notre ennemi." - Russell Crowe (Robin des Bois).

Bêtement provocateur ou naïf involontaire?

Cannes 2010 : le mauvais oeil persiste…

Posté par vincy, le 12 mai 2010

La poisse. Une tempête (coûteuse) avec des vagues destructrices. Un nuage de cendres volcaniques qui s'amuse avec les avions européens. D'ailleurs, le Président du jury de la Caméra d'or, Gael Garcia Bernal était bloqué hier soir à Madrid, cherchant désespérément un plan B (train, voiture, bateau?) pour être présent à l'ouverture. Les trains déversant les festivaliers accusaient de nombreux retards ce mercredi. Les bus à l'aéroport de Nice étaient trop rares pour assumer le flot de voyageurs se rendant au Festival.

Et maintenant un réalisateur opéré du genou et proprement immobilisé qui ne peut pas venir. En effet, Ridley Scott ne sera pas là pour la projection en avant-première mondiale de son Robin des Bois. Si bien que la première conférence de presse du Festival faisait un peu "chea" avec la présence des deux stars, Russell Crowe et Cate Blanchett. Le reste du casting est aux abonnés absents, que ce soit Max Von Sydow, Danny Huston, William Hurt ou Léa Seydoux.

Cannes 2010 : « La Meute » ne pourra pas être diffusé sur la Plage

Posté par vincy, le 12 mai 2010

C'était l'une des nouveautés de cette année : une avant-première mondiale projetée au Cinéma de la Plage. Mais La Meute, premier film de Franck Richard, avec Yolande Moreau, Benjamin Biolay et Emilie Dequenne, est privé de plage. La commission de classification du CNC a interdit une projection publique (et gratuite) du film, prévue lundi 17 mai à 21h30. Vraisemblablement le film d'horreur sera interdit au moins de 16 ans lors de sa sortie le 7 juillet prochain.

Le film sera donc diffusé dans une salle du Palais, à 22h15, ce même lundi.

Cannes 2010 : qui est Léa Seydoux ?

Posté par MpM, le 12 mai 2010

lea seydouxDifficile de croire que cette pâle jeune fille au regard bleu intense n'était pas destinée au cinéma. De par sa filiation bien sûr (elle est la petite-fille de Jérôme Seydoux, le président de Pathé, et la petite-nièce de Nicolas Seydoux, le PDG de Gaumont) mais aussi en raison de sa délicatesse et de sa beauté. Un physique de poupée de porcelaine susceptible de faire craquer bien des cinéastes... mais auquel il ne faudrait peut-être pas se fier. Car Léa Seydoux a du tempérament, comme l'a montré Christophe Honoré en lui offrant son plus beau rôle à ce jour dans La belle personne. Une princesse de Clèves moderne, dont le jeu légèrement éthéré laisse deviner les tourments intérieurs.

Après un rôle de teenager en mal d'amour dans Mes copines de Sylvie Aymé en 2006 (où elle partage l'affiche d'Anne-Sophie Franck) et quelques apparitions chez des réalisateurs confirmés (Une vieille maîtresse de Catherine Breillat, De la guerre de Betrand Bonello, 13th french street de Jean-Pierre Mocky...), sa prestation chez Honoré lui permet de sortir du lot.  Aux côtés de Grégoire Leprince-Ringuet et surtout de Louis Garrel, la jeune actrice fait l'effet d'une chrysalide sur le point de s'épanouir. Bientôt, pas de doute, elle allait se révéler.

Et en effet, sa carrière s'accélère avec un petit rôle chez Tarantino (Inglourious Basterds), et des incursions dans des registres extrêmement variés : le road-movie Plein sud de Sébastien Lifshitz, où elle est une autostoppeuse délurée et sexy, l'étonnant film Lourdes de Jessica Hausner, sur le pèlerinage d'une paralytique, le thriller Sans laisser de traces de Grégoire Vigneron...

Cette année, elle est de retour à Cannes (où elle fut "jeune talent" en 2007) pour deux films. Belle Épine de Rebecca Zlotowski, présenté à la Semaine de la critique, et où elle tient le premier rôle, et bien sûr Robin des Bois de Ridley Scott, qui a les honneurs de l'ouverture. L'expérience Tarantino a payé, la voilà Isabelle d'Angoulême, seconde épouse du Prince Jean. Le rôle n'est pas totalement anecdotique, mais elle y est plus décorative que stratège. Cela dit, la sensualité lui va bien (il suffit de voir comment elle s'amuse avec son image dans les campagnes de publicité d'American Apparel), et elle se sort plutôt joliment de l'exercice, ce qui pourrait faire d'elle l'une des actrices françaises récurrentes à Hollywood.