QUEL EST MON NOM?

POUR EN FINIR AVEC LE CINÉMA

LA COULEUR RETROUVEE DU VOYAGE DANS LA LUNE DE GEORGES MELIES

CONVERSATIONS AVEC MARTIN SCORSESE

PARIS VU PAR HOLLYWOOD

FAUX Q, VRAI MAGAZINE

5e AVENUE, 5 HEURES DU MATIN

LE VOYAGE DE G. MASTORNA

DÉJÀ STARS

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

AARDMAN, L'ART QUI PREND FORME

DÉMONS

SCORSESE L'EXPOSITION




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Septembre 2012

PARIS VU PAR HOLLYWOOD
Miroirs déformants

Paris vu par Hollywood
Exposition gratuite à l'Hôtel de ville de Paris, 5 rue Lobeau, 75004
18 septembre-15 décembre 2012br> Commissaire : Antoine de Baecque
Catalogue : sous la direction d'A. de Baecque, éditions Flammarion
Au cinéma : Le Champo (51 rue des écoles, 75005 Paris), rétrospective à partir du 3 octobre ; Soirée rencontre avec Leslie Caron le 18 octobre

Du 18 septembre au 15 décembre, l'Hôtel de ville de paris accueille l'exposition "Paris vu par Hollywood". Du cinéma muet aux films d'action contemporains, la ville de tous les péchés donnent l'image d'une légende du 7e art avec ses délices de la belle époque et ses clichés.

Manque de moyens? de contenus disponibles? Toujours est-il qu'on ressort frustré de ce parcours. Les croquis, photos ou écrans vidéos sont posés sur des meubles à hauteur d'enfants, parfois dans un recoin sans lumière. Cette exposition, qui n'aurait pas juré à la Cinémathèque, n'est absolument pas mise en valeur. A moins d'acheter le livre pour avoir une vision plus exhaustive et des explications et anecdotes intéressantes, "Paris vu par Hollywood" laisse un sentiment de vide-grenier.

Certes, la brocante serait chic. Des photos du "French Quarter" (un Paris entièrement reconstitué) des studios hollywoodiens de Culver City aux dessins préparatoires d'Un Américain à Paris, il y a de quoi être admiratifs. On comprend moins la présence de scénarios, calendriers de tournage ou de costumes. A la place, on aurait préféré voir une évolution visuelle de la Ville Lumière, déformée par les fantasmes américains.

Bien sûr, il y a ce gigantesque écran qui écrase toute la salle et diffuse des extraits brefs, de plusieurs films, ou des affiches. Cela met un peu d'animation. Au total une centaine de productions américaines, de 1900 à 2011, est diffusée sur l'un des écrans de l'exposition. Paris, ville de séducteurs, est ainsi devenu un décor de cascades et de poursuites. Certains gardent une vision enchanteresse, d'autres choisissent de la dépeindre de manière plus réaliste. L'exploration s'arrête là. Hélas.

En insistant trop sur Audrey Hepburn et Un américain à Paris, en évinçant de nombreux films, "Paris vu par Hollywood" oublie à la fois la pédagogie qu'on était en droit d'avoir et une perspective de cette vision qui, au fil des décennies, est passée de la carte postale couleurs pastels à un arrière-plan immédiatement identifiable. Hollywood y voit une ville cinégénique, mais aussi un art de vivre et des coutumes pittoresques. La ville symbolise à leurs yeux l'amour. Avec une star mondialement connue, la Tour Eiffel. De quoi mettre des paillettes dans les yeux des spectateurs.

Dommage que l'exposition ne soit pas à la hauteur de ce formidable thème.

- aristofan    


Charade  - Ratatouille  - Da Vinci Code